vie locale

Cette catégorie contient 103 articles

Une professionnelle de l’action sociale, élue déléguée en charge du CCAS, répond à nos questions

Emmanuelle Portier est conseillère municipale déléguée au CCAS à Saint-Etienne du Vauvray et directrice du CCAS de Val-de-Reuil.
Ne ratez pas la lecture de ce billet. Emmanuelle se prête au jeu de quelques questions/réponses pour nous présenter le rôle des CCAS dans les petites communes. En quelques courtes vidéos, on y comprend l'intérêt de cette institution, à la fois pour les habitants qui peuvent y recourir, et aussi pour toute la communauté. Clic-clic pour voir toute l'interview
Nous la remercions chaleureusement d'avoir accepté de répondre à ces quelques questions, afin de mieux cerner le rôle des CCAS communaux.

Emmanuelle précise ce qu'est le CCAS et quelles sont ses missions.

Chaque commune a un CCAS. Comment est composé le conseil d'administration du CCAS ? Quel en est le rôle ?

Quel est l'intérêt d'un CCAS communal ?

Voir la vidéo Emmanuelle insiste sur le rôle de proximité du CCAS. Le CCAS essaie de repérer les besoins et de faire passer les informations. Pour cela un petit fascicule a été distribué à tous les habitants de la commune et une permanence est assurée chaque semaine. Le CCAS agit également en lien avec les écoles...
L'intérêt du CCAS, c'est la proximité. Et la connaissance de la population. Car ceux qui ont besoin ne poussent pas forcément d'eux-même les portes de la mairie. Cela nécessite l'analyse, le repérage des besoins. Il faut communiquer, et accompagner les personnes en difficulté. Le rôle de la commune est de repérer, communiquer, informer - par exemple en tenant une permanence -, accompagner, et aussi de mener des actions sur les besoins qu'elle a pu repérer.

Quelles sont les missions du CCAS ?

Voir la vidéo Emmanuelle évoque ici les missions obligatoires du CCAS (aide sociale, hébergement, obligations alimentaires), en liaison avec la Préfecture et le Conseil Général.
Elle évoque également les actions que la municipalité peut mettre en place localement, en fonction des besoins repérés. Ces actions peuvent viser les seniors, mais aussi les jeunes et les enfants, en liaison avec les écoles, et d'autres acteurs (Police Secours, Conseil Général,...). C'est non seulement apporter l'aide, mais c'est ausi une façon d'animer la commune, au travers d'ateliers, de repas/débats. Emmanuelle donne quelques exemples d'actions menées auprès des jeunes ou des seniors. Elle évoque aussi les actions plus individuelles qui peuvent être menées auprès des personnes en difficultés.
Toutes ces actions menées pour aider les personnes sont donc aussi des animations qui relient les membres de la population de la commune. Enfants, adultes, seniors, tout le monde est concerné. On l'a vu, l'école est amenée à y participer, et le médecin de la PMI. Il y a les actions collectives. Et évidemment des actions plus individuelles. De l'accompagnement et de l'orientation. Et aussi aides financières qui sont décidées par le conseil d'administration. Merci à Emmanuelle Portier de nous donner ces exemples et ces informations.

Emmanuelle insiste sur le fait que le CCAS est un relais avec les professionnels des institutions.

Voir la vidéo C'est le Conseil Général notamment, qui assure les missions de protection de l'enfance, d'aide aux personnes âgées ou handicapées, de lutte contre la précarité (dispositif RSA).

Emmanuelle précise que la confidentialité est de règle, au cours des entretiens comme au sein du conseil d'administration.

Voir la vidéo Il n'est pas facile, de surcroît dans les petites communes, où tout le monde se connaît, de parler de ses problèmes.
L'obligation de confidentialité est garantie à ceux qui demandent une aide, même ponctuelle.
Merci beaucoup Emmanuelle Portier de nous avoir reçus et pour ces précieuses informations.
Nous espérons que son combat quotidien fera de nombreux émules. Surtout dans les petites communes où le CCAS, on l'a compris, peut être un vecteur de cohésion sociale, et permet aussi d'animer la commune.

Budget 2010 de la commune de Saint-Pierre du Vauvray

voir les débats
Le 1er avril s'est tenu le conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray, portant sur le budget. Un nouveau conseil municipal a eu lieu le 15 avril pour revoter ce budget suite à une erreur repérée par le Receveur Municipal, M. Beaujard, dans le calcul des taux des trois taxes. Ce dernier conseil a eu lieu à huis-clos, après un vote majoritaire du conseil municipal.
C'est une commune en bonne santé financière que l'on retrouve en 2010. Une commune que M. Beaujard qualifie de pas du tout endettée. Certes, la capacité d'auto-financement est faible, mais les comptes restent dans le vert : l'excédent de fonctionnement de clôture est de 213.000,12 €, quand le déficit d’investissement reste de 89.398,07 €.
La différence entre la capacité d'autofinancement (67.000 €) et le remboursement de la dette (45.000 €) laisse une marge de manoeuvre de 22.000 € pour investir (la CAF nette). C'est une marge de manoeuvre qui n'est pas énorme, mais qui a le mérite d'exister. Et bien sûr, par son faible taux d'endettement, la commune conserve une capacité à contracter un emprunt.
Félicitaions donc à l'équipe municipale.
Ce conseil municipal aborde donc la présentation des comptes 2009, et la proposition du budget pour l'année 2010.
La présentation du projet de budget municipal, et à fortiori son vote, c'est aussi la présentation de la politique municipale qui y est inscrite en filigrane.
Bien sûr, nous savons tous que la CASE a une place de plus en plus prépondérante dans la gestion des affaires communales. Environnement, urbanisme, transports, entretien, collecte des déchets, assainissement, environnement, les responsabilités de la communauté d'agglomérations sont larges, et prennent de plus en plus d'importance.
Pourtant, la gestion des communes, même des très petites communes, reste d'une importance capitale. Clic-clic pour agrandir le rôle de la commune...
Avant de rentrer dans le débat sur le budget, il est peut-être utile de préciser les rôles de chacun :
Le rôle des élus est bien défini dans les communes. Le maire, Alain Loëb, et son 1er adjoint, Bernard Houssaye, représentent la municipalité. Le maire, Alain Loëb, a été, rappelons-le, élu à l'unanimité par le conseil municipal.
Le maire peut déléguer une partie de ses compétences à des adjoints ou conseillers délégués.
Le rôle des conseillers municipaux est de discuter et de voter, pour accepter ou refuser les délibérations, sur les projets qui leur sont soumis, au cours de séances du conseil municipal qui sont publiques.
Le débat qui concerne le budget est un des plus importants de l'année. C'est ce budget qui prévoit les recettes et les dépenses, en accord avec les priorités de la politique municipale. C'est un budget prévisionnel, qui pourra faire l'objet de décisions modificatives.
Ce budget engage la commune, et donc les habitants, contribuables, les employés communaux, et tous les partenaires de la commune.

CASE : Patrick Madroux, rapporteur des budgets, propose de dégager une enveloppe pour les petites communes. Les maires des petites communes ne sont pas entrés dans le débat…

CASE : Patrick Madroux, rapporteur des budgets de la CASE, propose de dégager une enveloppe pour les petites communes. Les maires des petites communes ne sont pas entrées dans le débat. source:paris-normandie
Lors d'une séance du conseil d'agglomération, et en l'absence de Franck Martin, c'est Patrick Madroux qui s'y colle pour présenter le budget principal et les budgets annexes de la CASE.
Selon le Paris-Normandie, les délégués n'ont apporté aucun commentaire à la lecture des chiffres et à leur vote.
Patrick Madroux a aussi voulu faire une suggestion aux délégués. « La Case participe à hauteur de 20 M€ pour les programmes Anru (renouvellement urbain, Ndlr du PN) de Louviers et de Val-De-Reuil. Je propose que l'on dégage aussi une enveloppe pour les petites communes. » Dans la salle, les sourires en forme d'acquiescement ont percé.
Pour le vice-président de la CASE, Patrice Yung, qui présidait cette séance :« Il n'y a pas de parallèle à faire. L'Anru concerne des zones urbaines. »
Etant données les positions des élus de notre commune, on pouvait croire que le débat serait ouvert : Si Bernard Leroy, du Vaudreuil, a estimé que le « débat méritait d'être posé ». il a ajouté « [qu'] il existe des communes où il y a de vrais besoins de réaménagement. Je pense à Léry qui a des logements qui auraient besoin d'être réhabilités. A Saint-Pierre-Du-Vauvray, qui doit refaire son cœur de village. »
Mais selon le Paris-Normandie, les maires des petites communes ne sont pas entrés dans le débat. Et le budget principal de la Case a été adopté à l'unanimité.

Saint-Pierre du Vauvray : la municipalité condamne-t-elle la pratique du judo sur son sol ?

matinée parents-enfants au dojo d'Incarville
Très bonne ambiance, ce mardi 16 mars, à l'assemblée générale du JVI Judo Vauvray Incarville. L'association a présenté son bilan moral, pour la saison 2009, son bilan sportif, son bilan financier et les objectifs qu'elle espère atteindre en 2010.
Tout d'abord, avec 153 licenciés, la courbe descendante du nombre de licenciés s'est inversée. Et continue de monter. Cela est du à la communication, grâce à la distribution de tracts sur Saint-Pierre du Vauvray, Saint-Etienne du Vauvray, Incarville, Andé, Muids,... Et cela est du aussi aux ateliers aux écoles, et à la semaine "étude sport" réalisée en août 2009.
JVI a aussi été heureuse d'acceuillir Laurent Gringoire afin de pouvoir débuter les cours du jeudi plus tôt, et le JVI a réalisé un effort financier pour les anciens baby judos.
Un point reste en suspens : Une salle qui pourrait accueillir le Vauvray en toute sécurité. Si une solution n'est pas trouvée à Saint-Pierre du Vauvray avant la rentrée de septembre, les cours de judo ne pourront plus être assurés dans notre commune.
Si les communes d'Incarville ont acheté des tapis pour remplacer les vieux tapis (11 pour Incarville, et 8 pour Saint-Etienne du Vauvray), à Saint-Pierre du Vauvray, ce sont tous les tapis, totalement hors d'usage et dangereux, qui doivent être changés.
L'investissement est de 1.710 € H.T. pour 45 tapis. La municipalité a accordé une subvention de 300€ pour le JVI afin qu'il finance lui-même l'achat de tapis, soit 6 des 45 tapis nécessaires.
Le maire, qui était présent, a tenu à rappeler que la municipalité avait voté cette subvention, qui est exactement la même que celle qu'a accordé la commune de Saint-Etienne du Vauvray.
Je pense, quant à moi, que la situation n'est pas la même : si les communes d'Incarville et de Saint-Etienne du Vauvray, ne rachètent qu'une partie des tapis, les plus vieux, c'est tout le parc de tapis de tapis qui doit être changé en septembre prochain. Faute de quoi, les cours seront arrêtés à Saint-Pierre du Vauvray.
Les cours seront bien entendu toujours assurés, mais pas dans notre commune. Il faudra alors que les petits judokas puissent effectuer le déplacement vers Saint-Etienne ou Incarville. Cela réduira l'attractivité de notre commune, avec toujours moins de services à disposition des habitants, et notamment des plus jeunes. Et n'oublions pas que ces tapis sont aussi confiés à l'usage par exemple de la gymnastique.
Bien que ce ne soit pas la même chose, je ne peux m'empêcher de mettre en correspondance la subvention (1.266 €, c'est ça je crois) accordée au moulin d'Andé, où les petits saint-pierrois auront la chance d'assister à une répétition des élèves du conservatoire, et celle de 300 € accordée au JVI, ce qui ne permet pas en l'état de pouvoir assurer les cours de judo, et ce, chaque semaine, et pour des années.
Je ne peux m'empêcher de penser qu'il est dommage que nous venions pallier les désengagements de l'Etat, et qu'on en fasse payer le prix aux activités sportives qui renforcent l'attractivité de notre commune, surtout pour les familles avec enfants.
Personnellement, si on me demande s'il faut privilégier la défense d'une activité hebdomadaire, qui crée du lien, entre les enfants d'abord, mais aussi entre les enfants et les adultes, et aussi entre adultes du village - qu'ils soient parents, judokas ou maîtres jedi -, ou une représentation unique dans notre commune voisine, je n'hésite pas. Si le judo disparait de Saint-Pierre, c'est une catastrophe : c'est une des 3 activités sportives pour la jeunesse, avec le football et la danse, qui disparait de notre village.
Pourtant, la durée de vie des tapis est de 10 ans environ (les tapis actuels ont 20 ans), cela ne représente donc qu'un investissement de 200 € par ans. Mais pour des tapis qui ont 20 ans, il faut tout changer.
Si la commune décide d'investir dans ces tapis, ceux-ci pourront être utilisés pour les activités de gymnastique (avec l'accord de la mairie), et aussi pour les activités scolaires (je pense aux fêtes de fin d'année, pour sécuriser les spectacles, en plaçant les tapis devant la scène en cas de chute).
Nous avons entendu la proposition du maire de parier sur une "foire à tout" lors de la Saint Foutin (en septembre). Mais ce pari semble bien audacieux, car l'audience de cette sortie est à la fois en déclin, et surtout, en septembre, fait appel aux personnes qui, en cette période, rentrée oblige, pourrait se trouver un peu démunie. Lorsqu'au même moment la fête bat son plein à Vironvay. N'est-ce pas plutôt une manière d'assurer l'audience de la fête ? allez, non, je n'y crois pas. Mais ! Ce n'est pas très sécurisant pour une association qui doit assurer ses cours pour un an. Et aussi les années suivantes. Soit on se base sur une certitude, soit on fait autrement. Et c'est Saint-Pierre du Vauvray qui déclinera. ZUT !
Pourtant, c'est une occasion en or qu'offre M. Delannoy : il propose d'acheter des tapis à 38 € pièce, au lieu de 105 à 120 € habituels !
Et vous, qu'en pensez-vous ? Doit-on éliminer une activité aussi importante que le judo à Saint-Pierre du Vauvray, ou doit-on tout faire pour que cette activité perdure, en offrant la disponibilité des tapis à la gym et aux écoles ?
La balle est dans le camp de la mairie, qui décide de l'affectation de nos impôts : 4 conseiller(e)s se sont prononcés contre la subvention de 300 € (et donc pour l'achat des tapis, avec récupération de la TVA), 5 se sont abstenus (bravo), et 6 (dont 3 absents) on voté pour. Cela peut-il évoluer ?

Compte rendu du conseil municipal du 3 février 2010

Enfin un compte-rendu du conseil municipal sur le blog de la municipalité. Le dernier, que ce soit sur le blog ou le bulletin municipal, datait du 14 mai 2008.
Coïncidence ou conséquence de notre billet où nous évoquions le fait que les compte-rendus n'étaient plus diffusés par la mairie, que ce soit sur internet, ou sur le bulletin municipal, je ne sais pas.
Mais cela me conforte à penser que notre démarche est utile.
Des sujets importants pour notre petite commune sont traités au conseil municipal : le PDU (plan de déplacements urbains) de la CASE, où le conseil était amené à faire remonter les remarques qui vont être intégrées à l’enquête publique, mais aussi les informations qui nous concernent, nous, citoyens, et qui concernent la marche de la commune, l'école, les travaux, les impôts, tous des sujets qui nous intéressent.
Bien sûr, nous avons tous conscience que de plus en plus de sujets qui concernent la commune sont traités directement par la CASE. Mais nous, citoyens, n'avons pas un accès direct aux commissions de la CASE, ni aux assemblées. Ce sont nos élus délégués à la CASE qui y siègent. Nos élus, élus au scrutin universel direct, en sont le relais, à la fois pour y poser nos questions, rapporter les besoins de la commune, et aussi pour nous tenir informés des actions de la communauté d'agglomération.
Les séances de conseils municipaux sont l'occasion pour nous, citoyens, d'obtenir cette information. Aussi, nous pouvons y assister : il suffit pour cela de se rendre à la mairie, en salle du conseil, à l'heure du conseil municipal. J'invite mes concitoyens à le faire, dans la mesure du temps qu'ils peuvent y consacrer ou qui leur est disponible.
Compte-rendu sommaire du conseil municipal du 3 février 2010
L'an deux mil dix le mercredi trois février à dix-huit heures trente minutes, le Conseil Municipal légalement convoqué, s’est réuni à la Mairie, salle Louis Lainé, en séance publique sous la présidence de Monsieur Alain LOËB, Maire.
Etaient présents : MM. Jérôme BOURLET DE LA VALLEE, Chantal CLEMENT, Pierre DENIS, Bernard HOUSSAYE, Pascal JEDEAU, Claude LA ROCHE, Alain LOËB, Nadine MOREL, Jorge PINTO, Murielle PIONNIER et Laetitia SANCHEZ ;
Pouvoirs de MM. Eric DELAHAYE à Bernard HOUSSAYE, Benoit GENEAU à Jérôme BOURLET DE LA VALLEE, Juliette KAAOUCHE à Chantal CLEMENT, Pascal SCHWARTZ à Alain LOËB ;
Formant la majorité des membres en exercice.
Secrétaire de séance : Mme Chantal CLEMENT.
Date de convocation : 26 janvier 2010- Date d’affichage : 9 février 2010.
Nombre de conseillers : en exercice : 15 – Présents : 11 – Votants : 15 (dont 4 pouvoirs).
Formant la majorité des membres en exercice.
Monsieur le Maire ouvre la séance en sollicitant les remarques éventuelles sur le compte rendu de la séance du Conseil Municipal du 3 novembre 2009, approbation de ce compte-rendu et propose aux membres du Conseil Municipal de rajouter trois points concernant convention de subventionnement quadripartite : Moulin D’Andé –Mairie de Saint Pierre du Vauvray – Mairie de Saint Etienne du Vauvray, motion M-Real pour le maintien de l’emploi sur le site de M-Real Alizay et pérennité des emplois, Solidarité aux Haïtiens. Le conseil municipal valide à l’unanimité l’ajout de ces points.
Monsieur Jorge Pinto a fait des remarques sur le fait d’avoir été filmé sans en être informé lors de la dernière séance, Madame Laëtitia SANCHEZ a apporté de quoi filmer, Monsieur le Maire demande au conseil municipal de voter, 10 voix se sont exprimées contre cette pratique, malgré ce vote majoritaire Madame Laëtitia SANCHEZ a indiqué qu’elle filmerait.
Lecture de l’ordre du jour par Alain LOËB.
[...]

Conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray, 2 février 2010

Le Conseil Municipal de Saint-Pierre du Vauvray s'est réuni lieu le 2 février 2010.
Conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray, 2 février 2010
Dans ce premier 1/4 d'heure, Jérôme demande à ce que soit mise en question diverse une subvention à l'école élémentaire afin de financer la classe patrimoine qui partira en juin.
Cette question vient après qu'une autre subvention, d'un montant de 1.900 €, destinée au Moulin d'Andé pour un partenariat avec le Conservatoire de Rouen et l'Opéra de Rouen Haute-Normandie, ait été ajoutée à l'ordre du jour.
Le maire pense que la municipalité a fait un gros effort au niveau de l'école. Les gens, en fonctions de leur quotient familial peuvent déposer un dossier au C.C.A.S. pour qu'il soit examiné, cela passe par le soutien aux familles. Cette question pourra être mise à l'ordre du jour lors du prochain conseil qui va arriver très rapidement. Le maire souhaite rencontrer l'Association des parents d'élèves, voir ce qui nous manque. Le maire pense qu'il faut aussi appliquer le quotient familial sur ce voyage.
Tous les 2 ans, pour financer cette classe transplantée, la mairie verse déjà plus de 2.000 €. Pour le maire, la municipalité finance déjà, elle ne peut pas financer une deuxième fois.
Toutefois, ce n'est pas non. Le maire veut examiner le dossier, et voir financièrement combien la municipalité peut mettre. C'est donc une bonne nouvelle pour les élèves qui partiront vers les châteaux de la Loire en juin !
La seconde partie concerne les changement des machines d'imprimerie numérique de la mairie. Les questions posées portent sur le nombre de copies, le renouvellement du contrat de l'imprimante de la mairie, et l'arrêt des contrats des autres imprimantes.
Chiffres clés :
  • 101.000 copies par an pour le poste mairie, dont 10.000 couleurs et 91.000 n&b. 15.000 copies pour l'école maternelle. Et 55.000 copies pour l'école élémentaire.
  • Sur une moyenne de 250 jours ouvrés (5 jours/semaine, et 52 semaines), le nombre d'impressions par jour est de plus de 400 copies par jour, dont 40 copies couleurs.
  • Actuellement la location mensuelle est de 515 € par mois, soit 6.180 € par an
  • Le coût actuel d'une copie à l'unité est de 0,15 € pour une copie couleur, et 0,10 € pour une copie n&b (soit 10.600 € par an pour le poste mairie, et 6,000 € pour les 2 écoles).
  • Le contrat va être renégocié. Le contrat des 3 petites machines (les 2 écoles, et la mairie), s'arrêtera dans 18 mois. Cela représentera un montant de 245,98 € /mois pour les mois restants. La machine principale de la mairie sera remplacé par un nouveau modèle, un Ricoh MPC 2800, pour une location mensuelle de 320 € /mois. Soit une location mensuelle de 565,98 € / mois durant les prochains 18 mois. A cette date, le contrat des petites machines s'arrêtant, il n'y aura plus que le contrat de la grosse machine de la mairie, soit 320 € /mois.
  • Avec cette imprimante, le coût d'une page passera de 0,15 € à 0,06 € (coût d'une page couleur), et 0,10 € à 0,006 € (noir & blanc).
  • Le coût mensuel des impressions est actuellement de 901,82 €, il passera à 711,49 € pendant les 18 prochains mois, puis passera à 465 € par mois, pendant les 45 mois suivants.
  • La destination des impressions : le journal (15.000 pages n&b en 2009, mais imprimé en couleurs en imprimerie en 2010), les affiches pour les Associations, le secrétariat, et les documents administratifs qui doivent être photocopiés en couleurs.
  • Pour la commerciale, les chiffres peuvent paraître énormes, mais c'est dérisoire pour une mairie. "Cela ne paraît pas totalement absurde".
clic-clic pour la suite

Changement climatique : et si on ouvrait une station de ski en bord de Seine à Saint-Pierre du Vauvray ?

La mairie doit-elle investir dans des remonte-pentes à Saint-Pierre du Vauvray ?
Si vous le croyez, n'hésitez pas à commenter, ou envoyez votre demande directement à la Mairie de Saint-Pierre du Vauvray...

Pour les menus de la cantine des écoles de Saint-Pierre du Vauvray, nous vous donnons désormais rendez-vous sur saintpierre-ecole.fr

Vous le savez sans doute, les représentants de parents d'élèves se sont constitués cette année en association : «Association des parents d'élèves de l'école publique de Saint-Pierre du Vauvray».
Le fait de constituer cette association nous permettra d'«officialiser» notre représentation. Et au-delà, cela nous permettra de pouvoir collecter de l'argent.
2 classes (CM2 et CE2/CM1) partiront pour une classe patrimoine dans les châteaux de la Loire
Tous les parents de Saint-Pierre l'ont vu, nous organisons des petites manifestations : il y a les vente de gâteaux à la sortie de l'école (tous les derniers vendredis de chaque mois ou le dernier vendredi avant les périodes de vacances), bientôt nous aurons l'occasion d'organiser des jeux (lotos, tombola,...), et nous utiliserons tous les moyens que nous trouverons : subventions, dons, ventes, manifestations...
Cette collecte d'argent a un but : 2 classes (CM2 et CE2/CM1) partiront pour une classe patrimoine dans les châteaux de la Loire. 3 jours en classe patrimoine du 23 au 25 juin 2010, grâce au dévouement de nos enseignants.
Ce voyage, qui s’intègre dans une parfaite continuité pédagogique, sera une belle expérience pour nos enfants. Le projet pédagogique vous sera dévoilé très prochainement par le directeur de l'école élémentaire, M. Carré, lors qu'une présentation qui aura lieu à l'école.
L'objectif de nos classes transplantées et patrimoine est que chaque enfant ait une chance de partir en voyage au cours de sa scolarité. Avec les contraintes financières de l'école, et pour que chacun ait une chance de partir, cette classe a lieu tous les 2 ans, et concerne les CM1 et CM2. Il faut aussi que tous les enfants, ou presque, partent. Au-delà de 5 désistements, c'est toute la classe patrimoine qui sera annulée.
Mais ce voyage est cher. Alors il nous faut trouver le moyen de rendre ce voyage accessible à tous [...].

La municipalité annonce sa volonté de bâtir une nouvelle école à Saint-Pierre du Vauvray

Le maire a créé la surprise hier au conseil d'école, en annonçant la volonté de la municipalité de bâtir une nouvelle école primaire à Saint-Pierre du Vauvray.
la mairie propose de préempter les terrains au bout de la rue Gourdon, pur y bâtir la nouvelle école primaire
C'est après avoir annoncé que le "château", le bâtiment central de l'école, sera transformé en immeuble d'habitation, avec 4 appartements prévus, qu'Alain Loëb a annoncé que la mairie allait préempter les terrains situés au bout de la rue Gourdon (6.000 m2) afin de construire cette école.
"il n'est plus question de redresser des étagères bancales, il faut avoir une vision d'avenir pour la commune". Et cela passe par une école moderne, qui résoudra les nombreux problèmes d'organisation imposés par la conception de l'école actuelle. Cela permettra aussi de réaffecter les anciens bâtiments de l'école actuelle.
La réflexion est d'ores et déjà entamée, et les études vont pouvoir commencer.
Gageons qu'une école moderne et accessible renforcera l'attractivité de notre commune.
Quant aux appartements, M. Loëb a garanti que l'entrée ne se ferait pas par la cour d'école, bien évidemment, mais par une voie encore à l'étude.
Enfin, pour terminer sur une autre bonne nouvelle (car une nouvelle école, c'est tout de même une formidable nouvelle, pour la commune et ses habitants), le maire va déclencher une étude et des devis pour la rénovation des canalisations de l'école. [...] clic-clic pour lire la suite...
Bravo. Yapuka.

Conseil municipal du mercredi 4 novembre 2009 : le PDU (plan de déplacements urbains) de la CASE

Le conseil municipal s'est réuni le mercredi 4 novembre 2009. L'ordre du jour était :
Plan de déplacements urbains de la CASE
Décisions modificatives 2009
Rapport d'acivités 2008 de la CASE,
• Sogetrel, implantation d'une baie outdoor Free,
Régime indemnitaire,
• et bien sûr... les questions diverses.
Si vous étiez intéressé(e) par ce conseil municipal, et que vous n'avez pas pu y assister (la date choisie, un mercredi, veille de rentrée n'est pas facile pour tous, et spécialement pour les parents), nous vous invitons à y assister sur ce billet... Le conseil municipal étant un peu long, nous allons aborder chacun des points de cet ordre du jour dans des billets distincts.
Surtout concernant ce PDU, qui est un projet structurant pour notre agglomération. Son ambition est d’assurer un équilibre durable entre les besoins de mobilité des habitants et la protection de leur environnent et de leur santé. Les mesures à mettre en place concernent :
• L’amélioration de la sécurité de tous les déplacements
• La diminution du trafic automobile (ou trafic routier)
• Le développement des transports collectifs et des moyens de déplacements économes et les moins polluants pour l'environnement, notamment l’usage du vélo et la marche à pied
• L’aménagement et l’exploitation des réseaux et des voiries d’agglomérations, afin de les rendre plus efficaces, notamment en les partageant entre les différents modes de déplacement et en favorisant la mise en œuvre d’actions d’information sur la circulation
• L’organisation du stationnement sur voirie et dans les parcs de stationnement
• Le transport et la livraison des marchandises, tout en rationalisant les conditions d’approvisionnement de l’agglomération afin de maintenir les activités commerciales et artisanales
• La mise en place d’une tarification et d’une billettique intégrées pour l’ensemble des déplacements
• l'encouragement pour les entreprises et les collectivités publiques à favoriser le transport de leur personnel, notamment par l'utilisation des transports en commun et du covoiturage, en réalisant un plan de déplacement d'entreprise.
Outre ses objectifs principaux, le PDU permet de renforcer l'action du PLU, le plan local d'urbanisme qui pourrait bientôt être proposé (selon le bon vouloir de la mairie). Pour Rappel :
• Le schéma de cohérence territoriale ou SCoT, vise à coordonner les politiques menées en matière d’urbanisme, d’habitat, de développement économique, d’implantations commerciales et de déplacements. Il est établi à l’échelle de la Communauté d'Agglomération Seine-Eure, pour mieux maîtriser notre développement.
• Le plan local d’urbanisme, ou PLU, complète le SCoT à l’échelle du territoire de la commune ou de l'intercommunalité.
Nous avons la chance de disposer à Saint-Pierre du Vauvray d'une offre large de services, avec 2 écoles, la Poste, nos commerces et nos artisans.
A Saint Pierre du Vauvray, nous bénéficions d'une offre commerciale alimentaire complète. Une offre dont on doit faire profiter les communes autour de Saint Pierre.
Il nous faut moderniser cette offre commerciale, la valoriser, la rendre la plus attractive possible. Cela passera par le réaménagement du centre du village, et la rénovation des façades et des enseignes. Mais cela passe aussi par l'amélioration de la qualité de l'accueil, de l'ambiance à Saint Pierre. Il faut rendre la zone commerciale agréable au passage et à la promenade, et accessible à tous.
Il faut aussi renforcer cet accueil, pour les locaux, mais aussi pour les habitants des communes voisines, automobilistes, touristes, cyclo-touristes (de nombreux cyclotouristes arpentent notre commune le week-end, d'autres viendront avec le développement de la voie verte, et il n'y a pas l'ombre d'un parking à vélo dans le village !).
Cela passe donc par l'adoption du SCot et d'un PLU, mais aussi par le PDU, car il nous faudra repenser le plan de circulation, marquer et signaliser les parkings, rendre notre centre sexy en diable, pour qu'on ait envie de s'y promener, de s'y arrêter, et de fréquenter nos commerces.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV