commune

Cette catégorie contient 60 articles

Vivre à la campagne

auprès de mon arbre
C'est le printemps ! Primevères, jonquilles, jacinthes, forsythias, violettes et giroflées, saules pleureurs, prunelliers, c'est une explosion de fleurs, d'odeurs, de couleurs.
Les agneaux sont nés, les oiseaux s'égosillent à l'aube, et même les hirondelles sont de retour...
Seules les abeilles sont curieusement absentes de la fête... (vivement l'interdiction, enfin, des insecticides néonicotinoïdes qui les déciment).
Quelle joie d'avoir quitté la ville et ses pics de pollution, de plus en plus précoces, fréquents et longs, pour élever nos enfants au "bon air de la campagne". La Seine, les coteaux, nous enchantent chaque jour sur le chemin de l'école.
Mais quelle frénésie s'est emparée de nos édiles qui font couper les arbres partout dans le village ? Saule majestueux qui embellissait et maintenait la berge ; allée de peupliers qui asséchait le terrain de sport, tout en masquant l'énorme silo de béton qui n'embellit guère la promenade du halage ; deux arbres qui ombraient la sortie de l'école en été ; cerisiers fleurs... tout y passe.
D'accord pour débroussailler les bords de Seine et de chemins : d'accord, mais pourquoi s'attaquer à tous les arbres ?
Encore un coup pour faire chier les petits chiens et les écolos ? Ou bien y a-t-il une raison, genre : "Une belle allée béton-graviers, c'est quand même bien plus propre que de la nature  ?"
Ah, vivre à la campagne... KAÏÏÏÏÏ !
vivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagnevivre à la campagne

A la découverte de Saint-Pierre du Vauvray : Le val liard, une nouvelle route pour les Saint-Pierrois !

Nous vous faisons découvrir une voie désormais communale, donc publique : le Val Liard. Une nouvelle route pour les Saint-Pierrois...
Une impasse un peu absurde, en sens interdit, on ne peut pas y accéder. Elle est réalisée sur fonds publics.
Partons tout de suite à sa découverte :
Nous "nous" sommes offert une très belle route. Pourtant lors du vote du 12 juillet 2012, les arguments n'étaient pas nombreux. En gros, l'habitant payait ses impôts, et nous nous serions collectivement engagés en laissant un propriétaire construire cette habitation et l'agrandir.
Les arguments développés ce jour là :
  1. C'est un citoyen qui paye ses impôts comme tout le monde (répété plusieurs fois).
  2. Cela devait permettre de réparer les ornières dans le chemin vicinal.
  3. Le maire y était déjà allé, pour faire demi-tour avec un véhicule, déjà, c'est pas facile.
  4. Le passage de la voie privée dans le domaine communal ne devait pas forcément entraîner les travaux. Forcément, ils sont faits.
  5. "Historiquement, on a laissé construire cette habitation, a l'a laissée s'agrandir, c'est des choses qu'il faut régler à un moment. On peut pas dire : ça risque de nous coûter cher !" Ce n'est pas nous, citoyens, qui l'avons laissé construire ou s'agrandir.
  6. "On va pas lui faire une voirie avec du bitume comme ça. Même si je demande un camion à l'agglomération, même pour faire un rebouchage, ils n'interviendront pas parce qu'elle n'est pas communale."
vous pouvez regarder ci-dessous, ou dans son intégralité ici.
Bilan des courses :
  • L'accès aux services de Veolia, qui intervient 1 ou 2 fois/an, n'est, semble-t-il, qu'un prétexte. Les ornières qui devaient être rebouchées sont dans le même état qu'avant, pas de parking pour eux en haut, un arbre au milieu du chemin en démontre l'intérêt. A-t-on demandé à l'entreprise quels en étaient l'urgence et le besoin ?
  • Le parking de l'église, les escaliers du village - église, cimetière -, parking de l'école, trottoirs en très mauvais état dans des endroits stratégiques (rue de la gare, école, chemin de halage, le bout de l'allée du Roule, etc) étaient peut-être des priorités ? Il suffit de voir l'état des pauvres escaliers, qu'empruntent les personnes de tous âges pour aller à l'église ou au cimetière : ils sont glissants, dangereux, mal entretenus, pas éclairés, pleins de mousses et de végétations, les feuilles s'y accumulent.
  • Sur le panneau "sens interdit" : c'est idiot, il place chaque jour les riverains dans l'illégalité, leur faisant risquer à chaque passage une peine de 4 points de permis et 135 € d'amende.
  • Le maire ne pouvait pas y faire demi-tour facilement, rien n'a changé sur ce point.
  • Historiquement, en tant que contribuables, nous n'avons pas à être responsabilisés et nous ne sommes pas engagés sur le fait qu'on (la municipalité, quelle qu'elle soit) ait laissé la maison se construire et s'agrandir (sous-entendu, sans autorisation), et donc de nous mettre devant le fait accompli de devoir régulariser une situation, même et surtout si cela doit nous coûter cher.
Nous précisons que nous n'avons rien contre ce riverain. Tant mieux pour lui si son bien est valorisé, et son confort amélioré.
Nous nous demandons pourquoi privilégier une route si peu usitée, par si peu de personnes, et de mémoire pas en si mauvais état, quand des besoins sont criants dans les passages, voies et trottoirs du village, pour un grand nombre ?
En 14 secondes, juste pour sourire...
Jean-Luc, Philippe & nono

Voeux du maire de Saint Pierre du Vauvray : Alain Loëb sera candidat, mais sa liste n’est pas encore prête

Voeux du maire de Saint Pierre du Vauvray : Alain Loëb sera candidat, mais sa liste n'est pas encore prête
Les vœux traditionnels de bonne année sont l’occasion de lire un message à l’adresse de la population. On y évoque l’amitié, le partage, la solidarité, l’harmonie, le bonheur, les bons sentiments...
Je vous épargne ici le texte, que vous pourrez retrouver ici.
Il conviendra de remplacer « giffois » par « Saint-Pierrois » et de changer « notre pays » pour « la commune ». Un joli texte du maire UMP de Gif-sur-Yvette, Michel Bournat, émouvant et de circonstance. Il n’y avait pas une virgule à changer.
Vous pouvez aussi l'écouter là :
Nous étions 110 environ dans la salle. Employé(e)s de la commune, les anciens du village, les membres de l’association des séniors, ceux de l’Apure, des habitants et élus des communes voisines – Saint-Etienne, Andé, Tournedos,… - le directeur de l’école maternelle, Jean-Pierre fleurs et Angélique, qui a récemment repris le salon « Vénus coiffure » (que je ne peux que vous recommander, l’une comme l’autre). Nous étions nous aussi une vingtaine de la liste « avançons ensemble », venus pas seulement par politesse, aussi avec plaisir, et nos proches...
Il sera candidat.
Dès le dépôt de sa liste, ils nous informeront. Les vœux n’auront pas été l’occasion de rencontrer la liste du maire. Il lui reste encore un mois et demi pour trouver les colistiers qui pourraient lui manquer.
Dommages d'hommages, cela laissera très peu de temps pour construire un projet cohérent pour la commune et le présenter à la population, en débattre.
C’est bien aussi de se donner le temps de rencontrer les gens pour savoir ce qu’ils veulent aujourd’hui, et où ils veulent aller les prochaines années.
C’est donc une équipe, sinon soudée, du moins resserrée qui s’est présentée lors des vœux.
C'est aussi ce qu'on peut lire sur Voie Militante.
Bon anniversaire Denis !

Conseil municipal à Saint-Pierre du Vauvray : la punition !

"C'est une punition", nous dit Pascal Schwartz, le second adjoint, à propos du comportement du maire Alain Loëb lors de ce conseil du 20 décembre.

la punition :

Si vous avez été interpellé(e) par le premier extrait de ce conseil municipal, "en attendant madame Kaaouche", la suite risque de ne pas vous décevoir.
Nous avions attendu madame Kaaouche pendant un quart d'heure. Là, on ne sait plus du tout ce qu'on attend.
Les conseillers demandent s'il est possible, avant de voter, de disposer des documents utiles, et au moins des délibérations. Et encore, juste de les afficher à l'écran.
Le maire entre alors en rage ! "les polémiques, ça suffit ! On vous les envoie pour faire des économies, il faut faire des économies parce qu'on est EELV, et puis dès que, que y a pas... C'est une simple délibération à 289 €, faut arrêter ! Il oublie qu'il n'y a pas les suivantes non plus. Ah, si les conseillers avaient le droit au wifi...
Il sort, mais rentre aussitôt : "Je fais les copies, je fais les copies... Je fais les copies, comme ça, on va rentrer dans la légalité, Monsieur Bourlet, on va rentrer dans la légalité..." Puis il sort, vraisemblablement faire les photocopies. Ce coup de gueule contre Jérôme n'avait même pas lieu d'être, celui-ci acceptait de passer au vote sans les documents. Les minutes s'égrènent. C'est alors que M. Schwartz nous dit que c'est une punition.
Le maire revient enfin, les mains vides. "Si vous ne l'avez pas, le document, est-ce que vous ne pourriez pas le projeter ?", demande de nouveau Jérôme.
Mais la punition continue. On verra le maire chercher sur son PC, et pendant ce temps, ça papote. Il affiche enfin le bureau de son PC sur l'écran, ah, c'est un peu le bazar... Il retire donc le cable de son PC, refarfouille, remet le rétro-projecteur, cherche dans ses mails, de nouveau son bureau, trouve une décision modificative du mois de novembre, "c'est pas ça", dit M. Schwartz. "Si", "non"... Il ne retrouve pas les documents, alors il dit qu'il peut le leur faire passer, que ça ne prendra pas longtemps... Ca fait plus de 10 minutes que cette délibération a commencé, la première concernant la commune, et cela fait près d'une heure qu'on est là. On a attendu madame Kaaouche, on attend maintenant les documents.
Lassé par le comportement du maire, Jorge Pinto s'apprête à quitter la séance du conseil. Le maire lui demande 5 minutes. Madame Kaaouche lui dit :"Quand on se met sur une liste, on a du temps, hein ? Sinon on le fait pas, M. Pinto." Il sort...
Alain Loëb : "Excusez-moi, je vais pas critiquer la secrétaire, je sais pas ce qui s'est passé..." et ce sera la faute des conseillers d'opposition et de secrétaires si les pièces ne se trouvent pas sur les tables ?
Lassé à mon tour, par l'attente, et par les tentatives de mettre sur le dos des autres le fait qu'il ne retrouve pas ses documents, j'emboîte le pas à Jorge.
Moi aussi, j'avais d'autres choses à faire plus importantes que d'assister à des singeries. Bonjour chez vous.
Les responsables de cette punition ? en version plus courte que la vidéo plus haut, si révélatrice qu'elle en deviendrait presque philosophique...

Suite du conseil du 20 décembre : à la suite du rapport d’activité de la CASE, malgré de nombreux points de désaccord, sur le SCoT, les transports, les Hauts-Prés… le rapport est approuvé à l’unanimité !

C'est la suite du conseil municipal du 20 décembre. Nous avions attendu madame Kaaouche, et nous étions englués dans une fissure de l'espace temps. Nous attendions.
La première délibération concernait l'approbation du rapport d'activité 2012 de la CASE - la Communauté d'Agglomération Seine-Eure.
Alain Loëb, pas plus que les délégués à l'agglo, n'ont expliqué leurs rôles, ni leurs prises de positions. Quelque mots sans conséquences : "très riche. La commune de Saint-Pierre a bénéficié des aides et des services de la CASE, on n'a pas à regretter le fonctionnement qui a eu lieu, les règles sont établies, il suffit de demander les prestations nécessaires à la vie de notre collectivité,..." papoti et paopota, bla-bla-bli, et bla-bla-bla.
Puis vient une question sur la ligne régulière en villabus pour Val-de-Reuil, pour laquelle le maire se dit désormais pour.
"Maintenant, vous êtes pour ?", demande Jérôme.
Alain Loëb : "Je n'ai jamais été contre. C'est vous qui avez déformé mes propos à l'époque."
On vérifiera donc les propos, pour s'assurer qu'ils n'aient été déformés.

Sur la question d’une ligne régulière entre la gare de Val de Reuil et de Saint Pierre

Soyons loyaux et rendons à César les propos qui appartiennent à César. Le compte-rendu des débats de la commission déplacements du 14/04/09 est à lire ici.
Le 1er point portait sur le nouveau réseau Transbord : La question d’une ligne régulière entre la gare de Val de Reuil et de Saint Pierre se posait. Vous en lirez plus dans le billet.
M. Bourlet : "En ce qui concerne la ligne reliant la gare de Saint Pierre à celle de Val de Reuil, il semble plus judicieux de réaliser un trajet direct sans passer par le Vaudreuil, afin de réduire le temps de parcours."
M. Canivet : "Cette hypothèse a été étudiée, mais pour maîtriser les coûts, il faut essayer de répondre à l’ensemble des besoins du secteur avec une seule ligne. Nous verrons cependant si cette ligne nécessite l’utilisation d’un bus en service régulier."
M. Bourlet : "Le coût financier de cette ligne serait compensé par le gain sur le bilan carbone du territoire."
M. Canivet : "Si le budget annexe Transport est augmenté, toutes ces améliorations sont envisageables. Il restera cependant le problème de la disponibilité de véhicules et de chauffeurs."
Le débat d'autres liaisons, puis la question de Saint-Pierre / Val-de-Reuil revient dans le débat...
M. Becus : "La proposition de ligne renforcée pour les pôles secondaires sera t-elle reprise ?"
M. Canivet : "Cette proposition sera présente dans le compte rendu, et pourra donc être présentée à la conférence des présidents."
M. Loeb : "Si le Flexibus est renforcé, c’est une avancée intéressante. La demande est trop faible pour une ligne régulière. Une ligne de transport en commun ne suffira pas à créer une croissance urbaine."
[...]
M. Loeb : "Combien faut-il d’utilisateurs pour justifier une ligne régulière par un minibus ?"
M. Canivet : "A partir de 3 ou 4 voyageurs en moyenne par trajet, cela devient cohérent."
"On ne donne pas à boire à un âne qui n'a pas soif." La CASE n'avait pas lieu de promouvoir une ligne régulière si le maire s'y opposait en estimant que la demande est trop faible. Jérôme se dit satisfait de constater qu'il est désormais pour.

Hauts-Prés, régie publique de l'eau, SCOT, A28-A13...

Comme le maire ne présente pas le rapport, Jérôme Bourlet présente donc les Hauts-Prés, la zone de culture biologique de 110 hectares - dont 30 ha en maraîchage bio - qui permet à la fois de préserver le champ captant qui alimente en eau potable 40 000 habitants de la CASE, et aussi crée de l'emploi (agriculteurs, chantier d'insertion), avec un marché sur site, et bientôt une conserverie. D'autres initiatives naîtront autour de cette zone au fur et à mesure qu'elle se développera. C'est un projet novateur et unique, qui identifie fortement l'agglomération. Le maire doute encore des perspectives d'avenir de la conserverie.
Jérôme se satisfait également de ce que la CASE s'engage dans la création d'une commission qui va étudier le retour de l'agglomération en régie publique de l'eau. C'est un sujet qui avait été débattu l'an dernier lors de la présentation du rapport de la CASE par M. Petit, Directeur Général adjoint des Services de la CASE. Une controverse avait agité le conseil. Le maire revient dessus. Elle avait fait l'objet d'un fact-checking, prouvant que ce n'était pas Jérôme qui alléguait de l'illégalité des contrats.
On ne peut que se satisfaire aujourd'hui que la CASE s'engage dans cette commission : le retour en régie publique a permis à de nombreuses agglomération et communes d'améliorer le service de l'eau, avec une baisse du prix, et aussi un accroissement des investissements, moins de fuites et la possibilité d'appliquer une politique sociale de l'eau.
Alors que Jérôme prônait cette étude, le maire s'était lui positionné pour prolongation de la délégation de service public avec Veolia. Nous verrons les conclusions de cette commission. C'est déjà la collectivité qui assure elle-même ses investissements sur le réseau.
C'est ensuite le SCoT qui est présenté dans le rapport d'activité. Jérôme Bourlet en a été le président jusqu'en janvier 2013. Depuis la fusion de Seine-Bord avec la CASE, il n'y a plus de présidence. Le SCoT a été voté à la CASE. La commune de Saint-Pierre avait rendu son avis, c'était NON, avec 6 voix contre.
Un seul satisfecit, du bout des lèvres : la formation des élus aux PLU, plan locaux d'urbanisme, en passe d'être remplacés par les PLI (plan locaux intercommunaux). Cette formation avait été initiée par Jérôme. Du bout du bout des lèvres...
Le dernier point présenté par Jérôme, c'est l'autoroute A28-A13 à laquelle nous pouvons légitimement nous opposer. Cependant, parce qu'il faut prévoir les meilleurs aménagements dans le cas où, malheureusement, l'autoroute serait construite. C'était aussi le rôle du SCoT, et donc, de son président.
Ceinture et bretelles explique-t-il. Espérons que ce ne seront pas les bretelles d'autoroute...
A l'issue de cette délibération sur le rapport d'activité 2012, avec l'opposition du maire et de ses adjoints sur de nombreux sujets : les Hauts-Prés qui coûtent trop cher ; la conserverie dont ils doutent ; le SCoT auxquels ils se sont opposés ; mais aussi les transports ; avec les voies que la majorité critiquait lors du dernier conseil - celle du Vaudreuil vers le rond-point du Fantôme, dont ils décriaient le faste (des "Champs-Elysées" !, disaient-ils) - ; l'engagement de la CASE à étudier le retour en régie publique,... on pouvait craindre que la majorité ne vote contre ou s'abstienne.
Et bien, non. Le rapport d'activité de la CASE fera l'unanimité. Etonnant, non ?

Une salle des fêtes : pour quel usage ? Des investissements ruineux, un financement plus qu’incertain…

"Il faut le faire. La salle est occupée tous les jours par les associations, une fois par semaine par les scolaires, et elle n’est plus adaptée,” dit Alain Loëb.
Les 3 arguments qu'il donne pour la faire sont :
  1. La salle est occupée tous les jours par les associations. Vrai.
  2. La salle est occupée une fois par semaine par les scolaires. Faux ! Les scolaires utilisent la salle des fêtes une fois l'an, et encore les maternelles pour le spectacle.
  3. La salle n'est plus adaptée. Vrai. Etant donné qu'elle est utilisé essentiellement par les associations - sauf pour la musique -, la forme, l'acoustique, le manque de vestiaires pour les activités sportives la rendent inadaptée. Et elle le restera.
Je lis dans la presse, concernant le financement : "32% pourraient provenir du département, 25% de l’Etat, 120 000 euros de la commune." Et les 100 000 euros restants viendraient donc de la CASE : "La Case peut apporter un fonds de concours,dont le montant varie en fonction de ce qui a été obtenu par ailleurs."
Tout ceci est au conditionnel. On n'a rien de tangible. La précédente demande de subvention, au titre de l'accès PMR a échoué. Il ne suffit pas de reprendre le même projet, de choisir des équipements toujours plus dispendieux, comme l'aérothermie à 86 000 €, de l'affubler d'un autre nom pour bénéficier d'une subvention cette fois au nom de l'accueil à l'enfance.

Les 10 raisons de ne pas la faire dans ces conditions là :

1 - parce qu'on n'a pas la subvention. Les précédentes demandes de subventions ont été faites au titre de l'accès aux personnes à mobilité réduite. Ce fut un échec. Aujourd'hui, on reprend exactement le même projet - une salle polyvalente -, on l'affuble du nom de "intergénérationnelle", et après avoir fait une demande pour les PMR, on la fait au titre de l'accueil à l'enfance. Ce n'est pas avec un devis, un dessin d'une salle des fêtes dans un bois (?) et un titre revisité qu'on obtiendra une subvention. Il n'y a pas le moindre projet présenté pour la réforme scolaire, il n'y a même pas de contrat signé avec la C.A.F. A moins de trois mois avant les élections, lancer des travaux pour un montant de 508 000 € pourrait plomber les comptes de la communes pour des années.
2 - Il n'y a pas de projet. On refait, on cherche des subventions, mais il n'y a aucun projet défini pour la salle : on la garde telle qu'elle est. On ajoute une cuisine, mais on ne sait plus si c'est une salle à louer pour les fêtes et banquets, ou une salle d'activité pour les associations. Quant à l'accueil à l'enfance, cela a tout l'air d'un faux nez.
3 - 508 000 euros ! 508 000 €. Pour retaper une salle des fêtes certes vieillissante, mais pas si grande. Comment y arrive-t-on ? La somme est démesurée par rapport aux besoins : une salle d'activités pour les associations. Des expositions, des animations.
4 - 86 000 euros pour l'aérothermie est une aberration, dénoncée par l'architecte lui-même, parce qu'inefficace et trop chère pour une telle salle. Pourquoi ce choix ? Parce que ça permet d'augmenter la facture pour atteindre le seuil pour espérer avoir subvention. Fort bien, mais si on n'a pas la subvention ?
Ecoutons l'architecte nous expliquer lui-même que l'aérothermie n'est pas efficace et surtout bien trop chère. Et encore, il parle d'une aérothermie à 35 000/40 000 €. Le choix s'est porté à un équipement de 86 000 € pour pouvoir augmenter suffisamment le devis et prétendre à une hypothétique subvention.
5 - Nous n'avons pas besoin d'une cuisine à 112 000 euros. On ne loue pas la salle. La louera-t-on plus avec une cuisine ? Y a-t-il eu seulement une étude de marché ? 112 000 euros pour se faire plaisir, faire des macarons 2 fois l'an et louer la salle, mais ça on ne sait pas ? C'est excessif.
6 - Parce qu'on consulte les habitants pour ça. Chaque foyer fiscal risque de payer 1 000 euros pour cette salle. A ce prix, ils doivent pouvoir donner leur avis.
7 - Parce que c'est le prix du neuf. Qu'en faisant du neuf, on disposerait de 2 salles, et que la nouvelle sera adaptée aux activités associatives. Parce que cela permettra de mutualiser les coûts. Parce qu'on va vers l'intercommunalité. L'ancienne sera adaptée pour créer un vrai projet intergénérationnel, un lieu de vie et de partage. Notamment les jeunes qui n'ont rien aujourd'hui.
8 - Parce qu'on ne détourne pas les objectifs des subventions, notamment celles destinées aux familles et à l'accueil des enfants pour réaliser une salle polyvalente.
9 - Parce que l'avenir de Saint-Pierre passe par la revitalisation de la zone commerciale et la mutation du vaste territoire du site Labelle.
10 - Parce qu'on ne plombe pas le mandat suivant parce qu'on n'a rien su faire en six ans. En faisant dans l'urgence des travaux inadaptés aux besoins, si électoralistes soient-ils. Parce que l'argent ne pousse pas dans les cerisiers, mais on va le chercher dans les porte-monnaies des contribuables. Nous souhaitons ne pas augmenter la fiscalité locale avec des projets bling-bling, inadaptés, non structurants.
Pour Alain Loëb, si l'on construit une salle d'activité, pas plus chère, mais bien plus adaptée à la vie associative, il faudrait démolir l'ancienne salle des fêtes. C'est un truc de fou. On ne va pas démolir la salle polyvalente parce qu'on a des projets pour elle. Place aux vrais projets.
une perspective qui rafraîchit

En attendant Mme Kaaouche… 17 minutes hors du temps au conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray

Tu m'étonnes que le Président de la CASE et le Directeur Général des Services n'aient pas souhaité revenir. Cette année en tous cas.
Kafka, Beckett et même les Monty Python's - si, si - n'ont qu'à bien se tenir. nous nous sommes retrouvés dans un maelström spatio-temporel burlesque en plein conseil municipal, le 20 décembre 2013 à Saint-Pierre du Vauvray.
Le conseil municipal est bien commencé, mais nous devons attendre madame Kaaouche. Viendra-t-elle, ne viendra-t-elle pas ? Nous allons l'attendre 17 minutes, le maire refusant de voter une délibération à égalité avec son opposition. On attend donc, on attend, et on apprend 1 ou 2 petites choses pendant ce... Pom-pom-pom-pom, pom-pom-pom-pom....
Aussi hallucinant que désopilant :-)
Pom-pom-pom-pom, pom-pom-pom-pom....
La suite très bientôt, tout pareil, voire...
N'hésitez-pas à allez faire un tour sur le site saintpierre2014.fr

Conseil municipal de fin de mandat : il étaient 4.

Le Président de la CASE, M. Yung, et le Directeur Général des Services, M. Le Gal, ont fait le déplacement pour faire en personne le rapport d'activité de la CASE pour 2012.
Seulement le choix du jour du conseil s'est fait comme d'habitude sans demander aux conseillers leur disponibilité. Et là, pour Jérôme, c'était le vote du budget au Conseil Régional, réunions ou déplacements à Paris pour les autres, indisponibilité pour le dernier.
Cela a été l'occasion de se compter pour la majorité : 4 ! Quatre...
C'est donc un conseil municipal en 4 minutes chrono que je vous propose en vidéo. Le temps de vérifier que le quorum n'y est pas, et donc que le conseil devra se réunir plus tard.
Constat du Directeur Général des Services de la CASE : "Ca sent la fin de mandat..." "Non, ça sent les fêtes de noël", dira un autre.
Peu importe ce que ça sent, le sapin (de noël, s'entend) ou la fin de mandat, on compte sur une main, sans lever le petit doigt : 1, 2, 3, 4.
Ah, il y avait nombre de chaises disposées cette fois-ci, contrairement à l'habitude où je dois installer LA chaise. Mais bien sûr, personne d'autre que moi, pour ce conseil où la municipalité tourne le dos au public désormais...

Paru dans la dépêche : Jorge Pinto lance une alerte sur la gestion du personnel à la mairie de Saint-Pierre du Vauvray.

Les questions sur la gestion du personnel ont été posées de multiples fois lors des séances de conseil municipal. Alain Loëb, le maire, refuse systématiquement de répondre et menace de huis-clos lorsque ces questions sont posées.
Après avoir démissionné de son poste de 1er adjoint pour dénoncer le cas d'une secrétaire de mairie, contractuelle, c'est désormais sur le sort d'une fonctionnaire menacée de révocation que l'ancien 1er adjoint alerte.
"Le maire veut maintenant demander la révocation d'une secrétaire. Elle se verrait interdire l'accès à la fonction publique, alors que c'est quelqu'un qui a toujours fait le job, qui dormait en mairie· quand il y avait de la neige pour être à l 'heure au travail. J'ai décidé de lancer une alerte en rejoignant l'opposition. Je voudrais qu'élus et fonctionnaires travaillent dans un esprit plus détendu."
Paru dans la dépêche : Jorge Pinto lance une alerte sur la gestion du personnel à la mairie de Saint-Pierre du Vauvray.
souffrance-au-travail-thumb
La gestion des ressources humaines, ou gestion du personnel, c'est administrer un personnel réparti en différents niveaux de hiérarchie ou de qualification. C'est aussi améliorer la communication entre les services et mettre en œuvre un développement des collaborateurs dans leur travail et leu parcours professionnel.
La mairie de Saint-Pierre reste une petite structure en termes de personnel. Il y a toutefois de nombreuses tâches à réaliser.
Il y a l'école, le secrétariat de mairie, les services techniques. Il est donc très important de bien définir les postes, gérer le recrutement et les carrières des employé-e-s, proposer des formations qui permettent de mieux accomplir les tâches et progresser dans sa carrière. C'est aussi gérer des conflits s'il y en a, améliorer les relations sociales et les conditions de travail, motiver et impliquer le personnel, communiquer.
Jorge Pinto nous avait alerté sur un cas de souffrance au travail en démissionnant de son poste de premier adjoint.
Il nous alerte encore sur le cas d'une autre secrétaire menacée de révocation. Une secrétaire qui était très bien notée, avec des évaluations élogieuses, et qui subitement, ou en quelques semaines, en vient à encourir les foudres du maire. Nous parlons d'une personne qui, on l'apprend, acceptait jusqu'à dormir dans un réduit à la mairie pour être à l'heure à la mairie lorsqu'il neigeait. Ce qui est proprement hallucinant !
Ce n'est plus de l'abnégation, c'est du grand n'importe quoi. La mairie n'est pas un endroit pour dormir, il n'y a pas même de chambre.
Sans doutes est-il temps de mettre un peu de paix dans ce bas-monde. De cesser ces menaces si elles sont effectives et sans fondement. Et respecter le personnel pour ce qu'il est : des personnes avant tout.
Le conseil municipal du lundi 16 décembre 2013 sera sûrement l'occasion de faire le point et la paix sur ce cas. La campagne pour les municipales en 2014 se fera sur les projets qui concernent l'avenir du village. Elle ne doit pas se faire autour des problèmes qui concernent le personnel, ou la souffrance au travail.
Aussi j'espère que ce cas sera résolu pacifiquement et intelligemment. Vraisemblablement, Alain Loëb retirera ses menaces de révocation, et il s'en expliquera.
Les vociférations et le recours au huis-clos seraient bien évidemment trop négatifs en terme d'image avant les élections. Il ne reste qu'un peu plus de 3 mois... C'est jouable, la paix sociale ?

Conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray : rémunération du personnel et question sur une menace de révocation de la fonction publique.

Une décision modificative sur la péréquation des ressources communales et intercommunales.
Le FPIC (fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales) est un mécanisme de péréquation qui préleve une partie des ressources de certaines intercommunalités et communes pour la reverser à des intercommunalités et communes moins favorisées.
les contributeurs sont les ensembles intercommunaux ou les communes isolées dont le potentiel financier agrégé par habitant est supérieur à 0,9 fois le potentiel financier agrégé par habitant moyen constaté au niveau national.
La loi de finances pour 2012 prévoit une montée en charge progressive pour atteindre à partir de 2016 2 % des ressources fiscales communales et intercommunales, soit plus d’1 Md€ (source www.collectivites-locales.gouv.fr)
Le FPIC n'ayant été mis en place qu'en 2012, il est compréhensible que la commune ait transféré les 6 546 € des dépenses imprévues vers le FPIC.

Une décision modificative, un transfert de 30 000 € de remboursements sur rémunération du personnel - un ou des agents en maladie - vers les emplois d'insertion.

Sitôt après l'énoncé de la délibération, l'ex-premier adjoint, Jorge Pinto, évoque une possible révocation d'un agent de la fonction publique territoriale.
Il lui est demandé de ne pas parler du personnel, faute de quoi le conseil "basculerait" en huis-clos.
Durant ces dernières années, nous avons assez peu évoqué la gestion du personnel. Parce que derrière le mot personnel, ce sont des personnes, que nous connaissons pour la plupart, et pour qui nous avons du respect. Ci et là, nous avons parlé des délibérations qui concernaient la gestion du personnel. Nous n'avons pas parlé des dysfonctionnements qui avaient eu lieu au sein de l'école, pour ménager l'école.
Mais on ne peut plus ne pas entendre les alertes de Jorge Pinto, qui s'inquiète pour le sort d'un(e) agent(e) de la collectivité territoriale.
Le maire a déclaré, au cours de ce conseil, à son ex-adjoint que "si [celui-ci] n'avait pas mélangé [ses] responsabilités, il n'y aurait peut-être pas eu d'incident."
On sait que M. Pinto a démissionné de son poste d'adjoint suite à ce qui s'est passé en mairie lorsqu'il était 1er adjoint et qui a conduit au non-renouvellement du contrat d'une contractuelle.
Une démission du poste d'adjoint est un acte fort, qui interpelle.
Il en avait fait part à la presse. Il s'en était ensuite expliqué au conseil au mois de mars.
Dorénavant, ce n'est plus le cas de la seule contractuelle, puisqu'il s'agit d'une fonctionnaire qui serait menacée de révocation.
De la faute de Jorge Pinto, selon le maire, qui aurait mélangé ses responsabilités et sans lequel il n'y aurait pas eu d'incident ? Soyons sérieux, on ne révoque pas un fonctionnaire pour le comportement - au demeurant courageux ! - d'un adjoint.
Côté majorité, c'est le mutisme sur cette menace de révocation. "On est en train de parler de comptabilité, on n'est pas en train de parler du personnel". Quand on parle de personnes malades, la majorité peut citer des noms et des fonctions : la dame de la cantine, Carole... Mais quand Jorge parle de situations d'agents à la mairie, c'est menace de huis-clos, on ne parle pas du personnel.
Lorsque Jorge Pinto repose la question sur le fait que le maire voudrait révoquer un agent, le maire met subitement fin à la séance du conseil municipal.
La révocation de la fonction publique est la sanction disciplinaire la plus grave qui puisse toucher un fonctionnaire. Si elle ne peut bien sûr être le fait de l'ex-premier adjoint, les faits qui motiveraient une telle sanction devraient être très graves et motivés.
Assez graves pour justifier le renvoi de cette personne. Si graves qu'elles justifieraient l'interdiction faite à cette personne de retravailler à l'avenir pour la fonction publique !
En tant qu'autorité territoriale, le maire tient de la loi des pouvoirs propres en matière de gestion du personnel communal (nomination, titularisation, avancement, positions, sanctions disciplinaires,...). Il l'a écrit à M. Pinto : "je suis seul responsable de la gestion du personnel." Il doit aussi veiller au bon fonctionnement des services municipaux.
Pour autant, après tant d'alertes et de demandes, et pas sur ce seul cas, il pourrait sembler judicieux de lever les malentendus et les méprises, s'il y en a.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV