nono

nono a écrit 311 articles pour saintpierre-express

About nono

Here are my most recent posts

Citoyen Macron, notre résident de la République

Le gotha français était présent pour son intronisation – parfaite ! -, et certains en avaient la larme à l’œil. L’ancien président s’est effacé dans la dignité, une passation de pouvoir dans la plus grande politesse et le faste républicain, entouré de militaires. La démonstration de la puissance de l’État.
J’ai voté pour toi, citoyen président.
Quand l’extrême-droite a été boutée hors du palais de la République, j’ai soufflé. Longtemps. On le savait, mais pas tant que ça.
J’ai soufflé longuement, j’étais calme et serein, et puis… retour aux basiques. Nous avons 5 ans devant nous.
J’ai voté malgré la faiblesse, le riquiqui du programme écologiste d’EM. Seule chose, acter l’accord de Paris lors de la COP 21. C’est le point fondamental, la priorité des priorités pour la totalité des espèces de la planète, dont l’homme : limiter l’augmentation de la température globale sous les 2° C, seuil à partir duquel les scientifiques redoutent un emballement incontrôlable. Les USA ont pu dépenser 1 600 milliards $ pour les guerres d’Irak, d’Afghanistan, et de prévention contre le terrorisme, auxquels il faut ajouter la guerre contre l’EI, les guerres en cours, en Syrie, et ailleurs dans le monde.
Mais on n’arrive toujours pas à rassembler les 100 milliards $ d’aide des pays développés aux pays en développement.
Préparer la guerre pour obtenir la paix est un concept antédiluvien, dépassé, mais encore tant à la mode. Si on préparait un monde vivable pour envisager une paix possible ?
Candidat à la présidence, le citoyen EM, a pris des engagements, notamment sur les renouvelables.
Candidat convaincu des arguments de Jade Lingaard sur le prix de l’électricité nucléaire, notamment que les courbes de prix se sont croisées, le nucléaire coûte, et coûtera de plus en plus cher quand le prix du renouvelable baisse (lire sur mediapart).
Mais, parce qu’il y a un mais, le candidat ne veut pas dire qu’il va sortir du nucléaire pour ne pas mettre en danger le business d’EDF, et causer sa chute immédiate. La mort des ouvriers d’EDF dit-il.
Ben… non. Ils ne vont pas mourir. A Fukushima, à Tchernobyl, oui, les populations meurent, et les ouvriers meurent, et les pompiers meurent. Enfin n’oublions pas les 22 000 salariés précaires du nucléaire, ceux des entreprises sous-traitantes ou intérimaires, ces nomades qui vont de centrale en centrale, se coltinent les plus gros risques et sont les plus exposés aux radiations. Ceux-là n’ont pas la protection sociale des salariés d’EDF et sont mal payés. Les invisibles de l’énergie atomique.
Le nucléaire nous permet, selon le candidat, d’avoir une production totalement décarbonée. C’est faux bien sûr, dans la mesure où il faut construire (non, il ne faut plus !) ou réparer des centrales en fin de « vie », il faut aussi assurer l’exploitation et la transformation du minerai d’uranium, faire accessoirement la guerre pour protéger les mines, et il faut stocker les déchets nucléaires dans des piscines qui ne sont pas à l’abri des actes de guerre ou de terrorisme.
Puis que faire de ces déchets mortels ? On les laisse refroidir, avec les risques qu’on sait, on contamine fleuves et océans, puis on s’arrache les cheveux pour savoir où les enterrer à coups de milliards pour faire passer la pilule.
Le candidat nous a dit que personne ne connaissait le coût réel du nucléaire. C’est vrai. Mais on ne fait que constater des dépassements mirobolants, hallucinants, pour les EPR, mais aussi pour ce que l’on nomme grand carénage, un investissement extraordinaire pour colmater les vieilles centrales.
En plus, celles-ci ne seront démantelées qu’au 22ème siècle, faute de savoir le faire aujourd’hui. Autrement dit, ces déchets ultimes ne seront pas démantelés tout au long de ce siècle qui a commencé dans la furie et l’anxiété. Merci pour les générations futures.
Le candidat a toutefois promis de passer les appels d’offres pour le solaire et l’éolien terrestre dès le début de son mandat. De faire passer le nucléaire sous la barre des 50% d’ici 2025. Et d’investir dans l’éolien offshore et les installations marines, même si l’énergie produite coûte bien plus cher.
Le flou, c’est de ne pas savoir si ces éoliennes seront gérées par les particuliers et les collectivités, pour le plus grand profit des citoyens, ou par les grands groupes actuels de l’énergie, Engie, EDF, Areva, aujourd’hui à terre, pour leurs plus grands profits, au détriment des citoyens.
Mais bon pour le climat et la sécurité du pays.
En matière de pesticides, le candidat promettait d’être sourd aux lobbies, et d’écouter la parole des scientifiques, et aussi la participation citoyenne. Ce n’est pas la vision qu’on en a eu lors de la cérémonie d’intronisation, mais nous verrons avec le temps. Les corps intermédiaires, les syndicats auront bien du mal à trouver leur place, malmenés qu’ils seront.
Pour les pesticides, nous jugerons aux actes, qui doivent être pris aussi dès le début du mandat, tant que le gouvernement sera fort et qu’il y aura envie de la majorité des gens pour faire réussir le pays, qu’il y a encore confiance, et sachant que les jours heureux du pouvoir s’assombrissent très vite.
Hollande l’a dit en partant, « je laisse le pays en meilleur état que je ne l’ai trouvé ». C’est vrai pour l’économie, la finance, les banques.
Le CAC 60, ce CAC40 élargi, est passé de moins de 6000 points en 2012 à près de 14 000 points en 2017.
Les salariés mal payés, les chômeurs, les ubers, les SDF, le prolétariat va mal. Heureusement qu’ils ont encore les restos du coeur, Emmaüs, la soupe populaire en quelque sorte.
Le petit commerce ne va pas bien, il souffre à la fois que la concurrence d’internet, mais toujours d’un déport du commerce vers des zones commerciales à l’écart des villes, accessibles uniquement par auto, nos villes en souffrent. Sauf peut-être encore les très grandes villes.
D’ailleurs, au sujet de l’auto, on ne peut que regretter le soutien du candidat à la motorisation diesel à l’horizon 2025. Certes on supporte notre industrie nationale, mais on la laisse se tourner vers l’industrie du passé. Il s’agit là encore, comme pour le nucléaire, d’éviter des pertes boursières ou des faillites, mais ce n’est sans doute pas ce qui permettra de conquérir les marchés étrangers, qui veulent limiter la pollution, et favoriser leurs industries locales.
Le domaine des transports et de la mobilité est l’un des gros points faibles de l’ancien ministre, qui a négocié avec les concessionnaires autoroutiers des contrats qui vont à l’encontre de l’intérêt général. Elles vont empocher de juteux bénéfices et une rente allongée contre un simple gel des péages en 2015.
Il faut dire que la hausse des péages, 15% à 30% en dix ans pour des autoroutes dont beaucoup sont amorties, est une pilule dure à avaler quand les salaires sont gelés ou baissés.
Nous verrons comment les lobbies ne seront pas à l’œuvre à l’Élysée, lorsqu’il faudra faire des choix entre la volonté des habitants et celle des grands groupes du BTP et des concessionnaires, les Vinci, Sanef, Bouygues, Pierre & Vacances et consorts.
Nous verrons aussi comment les lobbies ne seront pas écoutés lorsqu’il faut faire des choix entre une agriculture paysanne, bio, locale et l’agriculture intensive, hors-sol, irrespectueuse de la condition animale. Sans parler de la quantité de plus en plus importante du territoire cultivé qui ne sert qu’à la production de bio-carburant, plutôt que la nourriture. Qui sera écouté ? Les consommateurs, la Confédération paysanne ou la FNSEA ?
Il faudra se battre, et la meilleure méthode sera pour les consommateurs de choisir leur source d’alimentation. Mais il faut constater l’augmentation de la malbouffe. C’est un choix. Pas tant pour une question de prix. Il y a peu de différence en fait, c’est plutôt une question marketing. Des produits tout faits, sous vide, prêts à passer au micro-ondes. Ça coûte un bras au kilo, mais pas besoin d’éplucher, la sauce est livrée avec.
Pour le reste, c’est business, business. Ok les affaires vont mieux, iront mieux encore. Mais il faudrait que tout le monde y trouve son compte. Les gens ont voté pour ne pas avoir Le Pen, mais aussi pour un contrat gagnant-gagnant. La démocratie, ça semble solide, mais elle a été à un cheveu de tomber par la voie des urnes.
Alors, ok pour la 6ème République, même vue par Edouard Philippe. Elle sera discutée, et tous les intellectuels entreront dans le débat. C’est sûrement une de nos dernières chances pour notre démocratie.
Mais créer un grand centre droit libéral, et « couper les deux bords de l’omelette », comme le dit Alain Juppé, frapper les classes sociales les plus défavorisées, les ouvriers les moins qualifiés, et n’enrichir que les classes sociales favorisées et les riches, c’est reproduire encore et encore les mêmes causes qui causeront les mêmes conséquences.
La prochaine fois, le vote utile ne marchera sans doute plus.
Oui, la robotisation rend son avantage compétitif aux pays riches. La concurrence des pays émergents sera moins féroce. Mais combien de temps, avec quelles ressources fossiles qui disparaissent, sont mal recyclées, même pas recyclables pour la plupart, des ressources énergétiques fossiles.
Oui cette robotisation permettra de ramener de la production locale, mais en laissant de côté ceux qui n’ont pas la formation. Y en a plein.
Quel est le prix social ? Pacte républicain, où te caches-tu ?
Cette nouvelle droite centriste libérale élargie peut-elle conduire une politique pour tous, ou seulement pour une majorité parmi ceux qui s’expriment ; avec son lot de rage et de bordel dans la rue demain ?
Je suis pour la culture du compromis et du consensus, mais basée sur l’intelligence et la sollicitude. Basée sur des arguments et la compréhension. Basée sur le débat public et l’intérêt général, qui respecte les uns et les autres, et la nature. Et les générations futures. Et des modes de vie sobres, ce qui va à l’encontre de ce que font la plupart de nos élus, qui aiment tant le pouvoir, et tant l’argent.
Oui à une Europe de pouvoir, parce que nous avons un monde à construire, des arbitrages à régler, internationalement, et ce ne sera pas facile. Sur la paix. Sur le climat, et j’en suis d’accord avec Macron : en s’appuyant sur la Chine et l’Europe. Poutine et Trump ne seront pas les chefs de file contre le dérèglement climatique, bien au contraire.
Je souhaite la réussite pour le gouvernement qui se met en place, pour nos concitoyens.
Pas sans le contrat social qui nous a toujours unis. Pas sans la nature au sein de laquelle nous vivons. Pas avec un climat qui conduit vers le cataclysme. Pas sans la fierté d’être humains.
L’époque du fric en politique, des places, des maroquins, des médailles et surtout du business n’est pas finie.
Mais vient celle de la responsabilité et du courage d’affronter nos démons et les grosses, grosses épreuves à venir : donner un toit et de quoi vivre à chacun, du lien entre les gens, du boulot, un avenir possible pour tous.
Evidemment, je vais voter écolo à ces élections législatives qui arrivent. Il n’y a plus de vote utile à ce premier tour.
On vote business ou on vote écolo, extrême-droite, ou gauche ou écolo (je sais je me répète, mais j’y tiens, c’est aussi le vote de mes enfants qui n’en n’ont pas le droit).
Puis on votera utile, s’il le faut, au second tour, pour contrer cette extrême-droite justement.
Le vote business sera largement majoritaire. De la droite centriste libérale à la gauche libérale.Vivement la proportionnelle et la fin du présidentialisme.
Il faudra des députés écolos pour apporter notre pierre au débat. On voit comment le fait de se retrancher inutilement de la candidature fait fondre le débat. “Oups, ils ne sont plus là, on cause d’autre chose…” Et de gauche. Et d’extrême-droite si l’on veut respecter la démocratie. Mais ceux-là, moins il y en aura, plus je serai heureux.
Pour compenser des votes majoritaires de droite centriste libérale anti-écolo. Pour interpeller un gouvernement qui, comme d’habitude, saura ignorer les évidences avec des mots qui sonnent républicains. Des mots pour caresser, des actes avec intérêts. On gagne tous ensemble, ou on se perd tous ensemble.
Ça veut dire avec les apports de tous, de chacun, de toute l’intelligence disponible dont on a tant besoin, et des ressources à économiser. On sera peut-être présents, nous, écolos. Ou absents, ce qui serait dommage, pour leur rappeler les vérités et les priorités. Ou pas. Et je ne compte pas sur les Placé, Pompili, Cosse ou De Rugy !.. Sur des écolos qui seront le relais entre le terrain et l’Assemblée, pas des carriéristes pour rester poli.
Bonne chance au gouvernement, mais nous veillerons au grain quoi qu’il en arrive. C’est ce qu’il y a de bon dans la démocratie.

34% pour le FN, Macron a senti le souffle de la victoire, Merkel aura senti le vent du boulet

Ouf, quel soulagement ! Nous avons échappé au FN, les Français ont choisi l’Europe, contre un bouleversement de la géopolitique au profit de la Russie de Poutine.
Nos voisins mais néanmoins amis britanniques ont perdu leur espérance de pouvoir négocier le Brexit avec une Europe désunie. Sans doute la raison pour laquelle des quotidiens pro-brexit n’ont pas évoqué l’élection française en “Une”. Il leur faudra faire preuve de beaucoup de diplomatie pour ne pas sortir affaiblis, voire exsangue une fois sortis de cette Europe réunie sans eux.
Un plébiscite pour l’Europe, mais il en faudra plus pour réparer la fracture entre riches et pauvres, entre partisans de la fermeture des frontières et ceux qui veulent vivre dans une Europe qui pèse dans le monde.
Aujourd’hui, l’Europe est un outil de stabilité, mais surtout de pouvoir.
Comment négocier avec les blocs aussi puissants que la Chine, l’Inde, les États-Unis et le Canada, la Russie, si l’on n’a pas la dimension suffisante ? Aujourd’hui, nous représentons 510 millions de citoyens européens. Nous ne serons plus que 445 millions de citoyens après le brexit.
Comment participer et peser aux COP, les conférences sur le climat, aux conférences de paix, au développement économique, écologique et social dans notre zone, mais aussi dans le monde, si l’on n’agit pas de façon concertée ?
Comment réaliser la transition énergétique sans une politique européenne de l’énergie. Nous consommons 20% de l’énergie produite dans le monde. D’abord dans le transport, puis dans le secteur résidentiel. Ces deux postes représentent à eux seuls 50% de la consommation. Du pétrole, du gaz, du charbon que nous importons pour un tiers de Russie.
66% c’est un bon score pour Macron, mais c’est surtout un plébiscite pour l’Europe et aussi pour l’Euro. Le FN n’a compris cet attachement que trop tardivement, mais le temps de faire volte-face, nous avons vu la candidate Marine Le Pen exploser en vol lors du débat en tentant d’expliquer comment on ne sortait pas de l’euro, tout en sortant de l’euro, en réinventant unilatéralement l’idée d’une monnaie commune, l’écu, à laquelle la France et l’Allemagne avaient préféré l’euro.
Oui, il eût fallu avancer dans une Europe plus démocratique, plus égalitaire socialement, plus politique. Ça n’a pas été fait : les gouvernements des nations européennes ont préféré bricoler des traités. celui de 2005, rejetés par référendum, mais ratifié par voie parlementaire sous le nom de traité de Lisbonne. Sans oublier le traité de Nice que les Irlandais avaient rejeté. On les a gentiment invités à revoter jusqu’à ce qu’ils disent oui.
Quelle démocratie alors, quand ce sont les parlementaires français qui s’assoient sur la démocratie ? Ou du moins, sur la décision du peuple. Parce que oui, dans les faits notre démocratie le permet. La preuve, c’est ce qui s’est produit.
Et le Conseil européen qui avait décidé de ne pas adopter la directive Bolkenstein n’a pas eu voix au chapître : c’est la Commission européenne seule qui avait le droit de le faire, nous expliquait l’actuel président de la Commission européenne, M. Junker.
Les commissaires européens sont l’émanation directe des nations et des gouvernements, avec un commissaire pour chaque pays, même si dans la forme, ils ne représentant pas officiellement leur pays, mais sont là pour défendre l’intérêt général. Secondée par le Secrétariat général et les services, qui consultent les groupes d’intérêt, pour ne pas dire les lobbies, et les administrations nationales, l’exécutif européen dont les pouvoirs ont été renforcés ne passe pas par les arcanes du vote. Comprenez le trouble quand la Commission bloque tout changement.
Comprenons les doutes des citoyens européens lorsque le Conseil européen nécessite une majorité qualifiée de pour prendre une décision incompréhensible, et une minorité de blocage qui l’est tout autant.
Comprenons qu’il y a besoin d’instaurer plus de démocratie en Europe. L’Europe, c’est le temps long, l’État, c’est le temps court.
Madame Merkel devrait sentir le vent du boulet. Mais M. Macron devrait le ressentir aussi. Je veux continuer de construire l’Europe, mais le faire avec les citoyens. Cesser aussi de l’accuser de tous les maux quand on se trouve en échec. Assumons nos échecs, le premier, c’est celui du chômage de masse, de la pauvreté. Celui de la sécurité aussi. Sécurité sociale, égalité sociale aussi, pour lutter contre le dumping. L’égalité fiscale reste hors de portée, les élites de tous les pays s’en gardent. Comme le FN s’en gardait, mais le FN a perdu largement.
Faites en sorte que ce soit une défait permanente.
Ouf, je respire mieux depuis que la porte s’est claquée devant ce parti qui referme sa parenthèse écologique, et qui voudrait opposer le mondialisme et le patriotisme.
Moi, je l’aime, la France. J’y suis aussi chez moi. Et je suis heureux de me sentir chez moi en Espagne, en Belgique, en Hollande, en Allemagne, en Italie, en Irlande, en Europe. Je me sens chez moi en Europe. Et même en Angleterre. Et pour avoir visité la Tchécoslovaquie en 1977, je suis heureux de la chute du mur, qui est aussi la chute des barbelés entre Européens.
Avec Macron, c’est le business qui a gagné. Mais le vote Macron est de façon écrasante un vote de rejet du FN, pas un vote pour son projet.
Fermer les frontières, refuser le mondialisme ne répond pas aux exigences sociales, écologiques et de paix pour la France, l’Europe et le monde.
Fermer les frontières ne supprime pas l’Afrique, l’Asie, la Russie, les Amériques, l’Australie et les Pôles.
Ce qui fait disparaitre le pôle nord, c’est le réchauffement climatique. Nous en sommes à des prévisions de +3° en fin de siècle, les conséquences seront terribles si on ne fait rien pour baisser ce niveau. Il y a urgence.
Il y a urgence sur l’état de la mer, de l’eau potable, et il y a finitude des énergies fossiles et des minerais, et même du sable.
Il y a urgence à lutter contre la pollution, c’est possible.
Il y a urgence à lutter contre la montée des eaux, et donc la perte inimaginable de territoires
Il y a urgence à apporter du lien et du bien-être aux populations : des soins, à manger, un abri chauffé, sain et confortable à minima. Du soutien en plus, de l’amitié si possible, et l’éducation. Un revenu pour chacun.
J’ai voté Macron pour éviter le FN. J’ai soupiré de soulagement quand la porte s’est fermée devant la xénophobie, tout ce qui reste d’un projet rejeté massivement.
Mais la xénophobie reste présente, et elle grossit, elle se gave de pauvreté et d’inégalité, et elle ne nourrit pas un avenir désirable pour les générations futures.
Jour 1, M. Macron. Après la pyramide du Louvre, il faut prendre la pyramide des besoins de la population comme objectif prioritaire : 1 – de l’air, de l’eau, de la nourriture pour la survie, et un climat possible ; 2 – un abri, si possible correct, du confort, du chauffage, de la sécurité ; 3 – de la santé – donc pas de pollution, de pesticides, de nanos,… -, de l’éducation, la protection de la biodiversité ; 4 – la démocratie, la paix, la sécurité, la justice ! ; 5 – du travail qui fait vivre et qui ne fait pas souffrir, et un revenu pour tous ; 6 – la culture, l’amour, l’empathie, le vivre ensemble… ; 6 – la sécurité énergétique, la sécurité, l’arrêt du nucléaire ; 7 –  … ; 374 – le dernier iphone à la mode, les baskets lumineuses, les costards à 7000 euros, etc…

Dimanche, je vais voter pour Macron, contre Le Pen

Comme nous tous, j’ai assisté à cette campagne électorale. Je vois, et j’entends autour de moi la colère, le ras-le-bol des gens. Il y a ceux qui votent FN pour tout foutre en l’air, renverser la table. Tous pourris, disent-ils.
La faute en incombe aux politiques qui perpétuent la tradition de taper dans la caisse, de pratiquer le clientélisme, de suivre les voies des lobbies.
Je vais aller voter pour mes enfants. Nous allons leur laisser une dette abyssale, pas seulement en milliers de milliards d’euros, mais aussi un changement climatique incontrôlé, alors qu’il est encore temps d’agir. Mais ni Le Pen ni Macron ne prennent le sujet pour prioritaire. Pire, Le Pen rejette simplement l’accord de Paris, comme Trump.
Nous devons déjà combattre les attentats barbares qui ont causé plus de 2 200 morts en Europe depuis 2001. Mais nous ne nous attaquons pas à la pollution de l’air qui cause 48 000 morts prématurées chaque année en France. Chaque année, 48 000 morts en France, et on n’agit pas ? La violence routière nous coûte chaque année près de 3 500 morts. Dont des centaines de piétons et de cyclistes. Les plus jeunes et les personnes âgées sont particulièrement touchées. Pourquoi les chiffres des victimes augmentent-ils chaque année ?
Si l’on veut parler sécurité, il faut inclure toutes ces victimes, et ajouter les 10  000 suicides par an en France. des victimes de la dépression, de l’isolement, de la pauvreté, la souffrance au travail, du chômage, des violences sexuelles… 200 000 tentatives de suicide chaque année.
On n’a pas besoin de haine ou de rejet, mais plus sûrement d’amour, d’amitié, de reconnaissance et d’un revenu pour vivre, habiter, se chauffer, manger, se vêtir, éduquer ses enfant.
On va laisser à nos enfants des poubelles nucléaires sur nos rives et nos rivages, qu’ils auront pour mission de démanteler… au 22ème siècle ! Parce qu’on ne sait pas faire avant, et pourtant, on continue. Il est urgent d’arrêter ! Pas de moratoire sur les énergies renouvelables, bon sang de bois. C’est totalement idiot.
Nous avons vu lors du débat entre les deux candidat-e-s une candidate lire des fiches, et même se tromper dans ses fiches, infichue de nous sortir une explication raisonnable et raisonnée du passage de l’euro à l’écu, tout en gardant une monnaie “patriote”.
Les monnaies locales et fongibles, nous y sommes ouverts et très favorables, quand ce ne sont pas nos copains qui en sont eux-mêmes les artisans. Mais là, c’est du grand gloubi-boulga.
Sortir de l’Europe, ce mécanisme totalement imparfait qu’il reste à construire par nous, citoyens européens, et nos enfants, ce serait priver nos enfants de disposer demain d’un outil de contrôle et de prévention des risques. De tous les risques : guerre, famine, pollution, transports, chômage, pauvreté, terrorisme.
Oui, l’Europe est en panne de démocratie. Ce sont les États-nations qui y gouvernent, au sein de la commission, et après des tractations de porte-à-porte. Et non le Parlement Européen.
Et même dans ce parlement, nous trouvons des députés qui ne font que venir pointer pour gagner plus. On ne peut que repenser à l’Assemblée nationale pour Fillon, mais attention, c’est légal. Qui fait la loi ?
il y a soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen. Selon le Parlement européen, le préjudice représenterait près de 5 millions d’euros de nos impôts, rien que pour le FN. La demande de levée de l’immunité parlementaire de madame Le Pen est faite.
Quant à Fillon, plutôt que montrer profil bas avant de passer devant les juges, il fait une clé de bras à son parti avec l’argent de la campagne, les 3,3 millions d’euros qui n’ont pas été utilisés parce que ses électeurs ne veulent plus de lui, ou de son parti. Il n’aura pas franchi le second tour promis, parce que les électeurs réclament des gens qui ne se sont pas fait piquer la main dans le sac.
Triste bilan.
Y-en a des bons ? oui, il y en a. Moins dans les prédateurs, et pourtant les électeurs votent peu pour les plus honnêtes, parce qu’ils les trouvent trop naïfs. Trop bisounours…
Alors, voter maintenant pour un candidat qui n’est pas le mien, et l’autre dont je refuse la violence et l’absurdité, avec l’éclairage de notre histoire, je choisis Macron : il me laissera l’occasion de me battre contre lui demain, sans trop de répression policière, on l’espère. Il fera fi de la démocratie participative, et nous lui balancerons nos arguments et notre farouche volonté de résistance.
Elle, elle nous foutra l’extrême-droite et le mépris des citoyens français qui bougent, avec la violence en plus. La violence cause souffrances et morts.
Le choix entre une bande qui ne montre son incapacité à gérer, à expliquer même ce qu’elle veut faire, qui veut tout casser, se moquant des conséquences pourvu qu’il y ait des bénéfices, on vite de l’argent public ou étranger après tout,
et la bande d’en face, assez triste, se glorifiant d’argent, mais qui au moins sait le gérer, qui se moque des pauvres comme de leurs kleenex…
c’est assez vite fait : on fout le FN à la porte, puis on apprend aux autres qu’ils n’ont pas tous les pouvoirs. Le peuple, c’est pas le FN. C’est tous ceux qui se bougent pour faire changer l’avenir de leurs enfants.
Alors, en musique s’il vous plait, on remet les pendules à l’heure sur le sort funeste du front national et de l’avenir de misère qu’ils nous promettent : votez Macron si vous le voulez bien, et puis, allez le combattre dès lundi, si vous le voulez aussi.
Au moins, ce sera encore possible sans trop prendre de coups. Hommage à Rémi Fraisse et à tous les militants morts ou blessés pour la cause.
Macron demain, et après-demain, on se remet autour de la table, ou à défaut, dans la rue. Mais moins pauvres.

Région Normandie : la santé c’est l’autoroute. De qui se moque-t-on ? 48 000 morts prématurées en France du fait de la pollution !

Les constats sont déjà établis, avec des indicateurs de santé défavorables, qui se traduisent par une surmortalité et une mortalité prématurée supérieure à la moyenne nationale, notamment dans l’Eure et la Seine-Maritime : cancers du sein, des bronches, de la trachée, du poumon, mélanomes…
La solution : plus de pollution grâce à l’autoroute, plus de routier, et des risques sur l’eau potable de l’agglomération rouennaise !
Que trouvons-nous dans le plan santé de la Région ? LNPN et autoroute A28-A13. Nous marchons sur la tête !
On va intoxiquer encore plus les habitants, supprimer des pans de territoire, supprimer des zones agricoles et des forêts, des prairies, des accès, pour fabriquer des trucs à pognon. Pas public, mais privé celui-là.
Mais financé quand même par le public et l’impôt, qu’il soit local, régional ou d’État.
Le beurre, l’argent du beurre, et le cul de la crémière.
La LNPN, ou comment inventer le TGV pour faire 200 bornes. Mais pas d’une traite, en omnibus en plus. Une catastrophe économique et écologique à venir. Et qui obligera les citadins à se rendre à la gare en voiture.
Oui, puisqu’en dépit du bon sens, ils veulent construire une ligne LGV qui s’arrête dans les villes. On en voit les effets sur toutes les lignes TGV qui plongent la SNCF dans les pertes financières. Alors même que la ligne “concurrente” Le Havre-Rouen-Paris est la plus rentable de France, et les gares sont implantés dans les coeurs de villes, avec les transports collectifs ou actifs (marche et vélo) en rabattement.
Plus obscur, la volonté d’insérer l’autoroute A28-A13 comme une préconisation pour la santé ! A la bonne vôtre !
Évidemment : la région avait présenté cette autoroute comme d’intérêt européen et francilien. Difficile de lui trouver un intérêt régional, vu l’opposition quasi unanime de la population dans l’Eure, et massif en Seine-Maritime.
Alors la santé, imaginez l’aubaine, c’est imparable. C’est bon pour ce que t’as. Cancer des bronches ? Des camions. Cancer du poumon ? Des autos. Cancer de la trachée ? Ben justement, on va vous faire une grande tranchée dans le territoire. Comme le remarque avec justesse Bernard Leroy, président d’agglo de Louviers.
Ah, flûte et corne flûte, on parlait de cancer de la trachée, j’avais compris tranchée…
La région se propose de financer 122 millions pour cette autoroute. La région n’a pas la compétence route. Alors tout est bon pour justifier. Ce coup-ci, c’est la santé. À la bonne vôtre ! Le trafic routier est bon pour la santé. Et hop, on a la compétence. Les contribuables normands ont donc une bonne raison de financer l’autoroute : la santé. Le TGV ? La santé. Le nucléaire, c’est la santé… Ben non, ça va se voir à la fin ? Mais non les rayons contre le cancer…
Et ça, pour les Normands, c’est en plus des impôts des collectivités et de leur impôt sur le revenu, TVA, TIPP et autres.
L’autoroute, la pilule miracle pour la santé. La périurbanisation, sans doute souhaitée en secret par bien des élus, du foncier, du foncier, au détriment de plus de pollution, est présentée comme bénéfique pour des populations suffisamment inintelligentes pour n’avoir pas compris le pourquoi du comment.
Pensez-donc : ils étaient venus en masse pour protester contre cette autoroute, contre la pollution, pour conserver leur qualité de vie.
Sauf que la périurbanisation, c’est l’augmentation des pollutions même en agglomération : des transports multipliés par 3 ou 4, et des distances multipliées par 3. En agglomération.
60% des gens utilisent leur auto pour moins de 6 km. 40% pour moins de 3 km. En vélo, en roulant peinard à 20 km/h, cela représente un trajet de 10 minutes, sans avoir besoin tourner en ville pour chercher une place de parking. Et sans payer le parking qui plus est.
Les rapports des administrations sont pourtant là pour attirer l’attention et prévenir des pollutions accrues du fait de la périurbanisation induite par les autoroutes.
Aucun rapport avec la santé donc. Autoroute = moins de santé, surtout sur les maladies des bronches dont souffrent déjà les Normands. Bonjour l’attractivité du territoire ! Keuf, keuf…
Et puis le reste du rapport sur les déserts médicaux. Mettre fin aux déserts médicaux. Quand les maisons médicales sont vides, et que les politiques d’alternance gauche-droite veillent au grain pour que le numerus clausus n’augmente pas, quand les médecins prennent leurs retraites sans barguigner.
Pourtant, il y a beaucoup de médecins parmi les parlementaires. Alors ce numerus clausus, pourquoi ne pas l’augmenter ? Concurrence ? Là-dessus, pas de solution concrète, un appel aux voeux, sinon un appel aux dons fiscaux et imposés qui finiraient dans les grands projets inutiles.
La demande, c’est de réaliser une étude hydrogéologique du système karstique autour de ce tracé avant de procéder à toute dégradation (le mot est poli) de la ceinture verte autour de la métropole.
Faute de quoi, c’est l’accès à l’eau potable de cette métropole qui est en jeu. Urgent !
J’ai le droit de dire guignols ? Non, je n’ai pas le droit, je me tais, donc.

Mobilité en Région Normandie : pour le FN, le vélo ne fait pas partie de la culture des Français

En France, nous n’avons pas la culture vélo. Enfin, ça, c’est le FN qui le dit. Malgré les 3 millions de vélo vendus en France par an, dont 100 000 vélos électriques. Un Français sur deux possède un vélo, et ce n’est pas dans la culture des Français.
Louison Bobet, Jacques Anquetil, Thevenet, Hinault, Fignon, pour ne citer que les Français les plus connus… La “petite reine” ne ferait pas partie de notre patrimoine culturel.
L’ancêtre du vélo était certes allemand : la draisienne. Un véhicule en bois, à deux roues, que l’on poussait avec les pieds muni d’un dirigeoir permettant d’orienter la roue avant.
Mais ce sont deux Français, Pierre et Ernest Michaux, qui inventent le vélocipède à pédales, muni d’un frein, en 1855. Dès 1867, le vélo remporte un énorme succès, et déjà les clubs de vélo et les premières courses apparaissent.
C’est un anglais. Mr Starley qui invente le vélo moderne avec la transmission par chaîne entre plateau et le pignon (1884).
Dunlop invente le pneumatique, et Michelin invente la chambre à air. Il ne manquera que l’invention du dérailleur pour avoir le vélo moderne.
A partir de 1890, Peugeot, Mercier et Manufrance vendent les vélos modernes, et les ouvriers s’emparent de ce moyen de transport accessible qui réduit l’effort physique par rapport à la marche et permet de se déplacer jusqu’à 4 fois plus vite.
En 1903, le Tour de France est créé. C’est l’événement le plus populaire en France aujourd’hui encore.
En Normandie, le vélo de course est très populaire, nous avons le tour de Normandie, et le Paris-Camembert, mais ce sont des milliers de normands qui enfourchent leur vélo tous les dimanches leur VTT, leur vélo de course ou de tourisme pour arpenter les campagnes environnant les agglomérations. Et tous ceux pour qui le vélo est un mode de déplacement du quotidien, pour le travail, les courses, le plaisir et la convivialité.
Alors, pas populaire le vélo ?
“Ça ne fait partie de la culture des français le vélo”, dit le front national.
“On a empiété sur la circulation des automobiles avec des pistes cyclables qui ne servent à rien”, scande le conseiller régional du front national.
Ah bon ? Ah, oui ! Elles sont difficiles à emprunter, transformées en parking autos, aire de livraison, quand elles ne sont pas directement empruntées par les autos…
Pour le FN, l’avenir c’est appartient à la voiture à hydrogène, totalement non polluante selon eux.
C’est vrai, le moteur ne rejette que de la vapeur d’eau au cul du pot d’échappement. Mais la pollution est ailleurs. C’est la production d’hydrogène : 10 kg de CO2 pour produire 1 kg d’hydrogène. Mais aussi une débauche d’énergie, quelle que soit la méthode utilisée pour le produire :

  • anecdotique, l’électrolyse de l’eau, puisqu’elle ne représente que 1% de la production : on casse une molécule d’eau avec de l’électricité pour obtenir de l’oxygène d’un côté, de l’hydrogène de l’autre (en fait du dihydrogène et du dioxigène pour raison de stabilité de la molécule, mais faisons simple). Il faut beaucoup d’électricité. Ce n’est pas avec notre parc vieillissant qu’il faudra de toutes façons fermer (et que nous aurions dû avoir commencé à fermer) que nous y arriverons. ;
  • le vaporeformage (la quasi totalité de l’hydrogène produit) : on casse le méthane issu de la méthanisation pour obtenir par adduction de vapeur d’eau surchauffée, pour dissocier carbone et hydrogène, on obtient du dioxyde de carbone (CO2) et et du dioxygène (h2).
    Ça coûte cher (multiplié par quatre), c’est très énergivore, et c’est très polluant en CO2 ;
  • gazéifier le charbon de bois. Il faut faire du charbon de bois, puis le brûler à très haute température (énergie, et encore énergie) pour retrouver au final du dihydrogène et du carbone… En gros, impasse encore.
La meilleure solution pour produire de l’hydrogène serait l’électrolyse de l’eau pour profiter de l’intermittence de l’éolien (pas du solaire, nous consommons beaucoup en journée).
Le hic, c’est que le FN refuse les éoliennes, comme tous les autres d’ailleurs, sauf en mer et encore, derrière leur soutien de façade. C’est trop moche les moulins élancés, on préfère les moulins de pierre.
Vous ne voulez pas d’ENR, l’hydrogène est donc caduque.
Sans même parler du prix des véhicules à pile à combustible, hors du déraisonnable, d’un marché inexistant, de l’absence de “pompes”…
Allez, subventionner 50 véhicules pour faire du green washing pour des parcs d’entreprises privées ou collectivités, le monde y survivra.
Mais ne venez pas nous dire que vous n’avez plus une thune pour des plans vélo ou des pistes cyclables, ou des lycées, ou la santé.
Mais à qui, et à quoi, répond le conseiller FN pour qui le vélo ne fait pas partie de notre culture ? Laetitia Sanchez, la “méchante écolo” qui roule à vélo, mais qui déroule les modes de déplacements de Normands et les solutions possibles et rentables…
Devant un parterre de centaine de lycéens, Hervé Morin avait annoncé les effets présents et à venir du réchauffement climatique : perte de biodiversité, fonte des glaces, 48% des populations de vertébrés qui ont disparu en moins de 40 ans (même 60% en 45 ans). Les tensions pour le pétrole, et aussi l’eau potable. Les guerres actuelles du pétrole d’aujourd’hui seront les guerres de l’eau. Dès aujourd’hui, les migrations de réfugiés de guerre et aussi climatiques, génèrent aussi leur lot de « tensions ».
Montée des eaux, terres de plus en plus arides, pauvreté, famines et quête de l’eau potable, c’est ce qui nous attend tous. Le président de région avait indiqué que les solutions étaient mondiales, et nationales, mais aussi passaient par des comportements individuels.
Les solutions régionales ? Voitures à hydrogène et électriques. Ouf ! La voiture est sauvée (la nature, hein…).
Dans nos solutions à nous, la voiture électrique peut trouver sa place, même si ce n’est pas le mode de déplacement le plus efficace. La diffusion à grande échelle pour remplacer un problème par un autre n’est pas une solution optimale.
Le GPL est désormais “malusé”, alors qu’il représente 20% de la distillation du pétrole, et qu’il permet d’économiser 20% de CO2 avec bien moins de particules fines que les autres carburants. Le carburant brûle dans les torchères.
Bien sûr, le GPL dépend de la quantité de pétrole consommée et raffinée. Mais ne pas le faire quand on carbure à l’essence, au fuel, au fuel lourd pour les bateaux, ou au kérosène, du fuel, du diesel, de l’essence, c’est de la gabegie indigne d’un Etat responsable de la sécurité énergétique.
L’hydrogène, on en a parlé plus haut : on pollue peu en ville, mais on pollue pour produire, encore plus que le carburant fossile ou issu de la méthanisation. Cela ne peut que conduire à une accélération du réchauffement climatique.
Sauf à le produire avec l’aide d’énergies renouvelables, mais il faut là encore réfléchir au bilan énergie produite dans le temps – énergie grise produite pour développer les ENR.
Et encore, cela veut dire accepter les ENR et l’éolien terrestre.
L’électrique ? Le premier véhicule électrique, et le plus efficace énergétiquement (et en énergie grise), c’est le ferroviaire : train, métro, tramway.
Puis le vélo électrique. 100 000 vélos électriques vendus par an. Avec une bande de roulement réduite, un poids des plus réduits, une vitesse en ville plus rapide la plupart du temps que les autos, une autonomie de 100 km, pour 23 centimes la recharge aux 100 km, c’est un des moyens de transport les plus efficaces. Le transport terrestre le plus efficace à part le vélo à énergie musculaire.
Évidemment l’intermodalité : prendre le bus ou le vélo que l’on colle dans le train. Évidemment travailler autrement : ne pas partir tous à la même heure le matin, et rentrer à la même heure le soir, profiter du télétravail autant que faire se peut. Et tenir compte des déplacements de tous ceux qui ne travaillent pas : chômeurs, retraités, étudiants, familles pour les activités sportives, les courses, la détente, la culture.
Organiser ces transports le plus économiquement possible.
Pour le reste, pour eux, c’est du fret routier, du fret routier, du fret routier, quand on a la chance d’avoir un fleuve de très grand gabarit et un réseau ferré qui n’est toujours pas déclassé. Rétablissons la ligne Rouen-Evreux-Dreux-Chartres-orléans pour les céréales et pour les gens.

Contournement Est de Rouen : les effets attendus de la périurbanisation

Périurbanisation, quel est ce mot barbare ? C’est le phénomène de fuite de la ville vers la campagne. C’est la disponibilité de l’automobile qui a permis ce retour vers une vie plus calme, et au foncier plus accessible qu’en ville.
On a plus grand pour moins cher, avec jardin, mais souvent, éloigné de tout. C’est aussi ce qu’on appelle l’étalement urbain.
Le prix à payer, c’est l’utilisation intense de l’automobile pour les échanges avec la ville, une congestion plus forte dans les centres-villes, mais aussi sur les pénétrantes. On fait des autoroutes censées fluidifier la circulation, et de fait, on crée une offre foncière que les agglomérations ou communautés de communes rurales promeuvent.
Alors que la population est stable en Normandie depuis des décennies, les agglomérations se mettent en concurrence pour récupérer les habitants, et leurs impôts qui vont avec. Ainsi, le pays entre Seine et Bray (50.000 hab.) veut construire 5800 logements (environ 20.000 habitants) d’ici 2030. La métropole, où la population est stable, veut construire 50.000 à 60.000 et accueillir environ 40.000 nouveaux habitants d’ici 2030. La CASE n’est pas en reste, souhaitant arracher une partie du gâteau à ses concurrents Seine et Bray et métropole, en construisant 4500 nouveaux logements.
Mais quel est ce gâteau, puisqu’il y a stabilité de la population dans la région, et dans la métropole et les agglomérations alentour ? Chacun veut récupérer la population de l’autre, créant une offre tentante, et de l’étalement urbain, avec des conséquences non maîtrisées.
Tous préviennent et alertent des conséquences de la périurbanisation mal anticipée, basée sur des objectifs par trop “ambitieux”, et une attente “magique” d’un impôt qui viendrait compenser la baisse de la DGF. L’AURBSE, les Directions régionales de l’Equipement, le CGI, l’Autorité environnementale…

Revoir à la baisse les prévisions de croissance démographique en cohérence avec la vision plus prudente du taux de croissance annuel du PIB.
Recommandation de la contre-expertise du CGI

face à « l’attente magique » qu’une telle infrastructure suscite après des acteurs locaux, en l’absence de stratégie, ce n’est pas elle qui créera le dynamisme, pas plus qu’elle n’apportera à elle seule, une meilleure sécurité, une moindre congestion, une moindre concentration de pollution.
AURBSE

Sans aucune maîtrise et sans volonté d’un minimum d’anticipation, un certain nombre d’intérêts s’ils sont cumulés risquent d’entraîner des développements générateurs de graves dysfonctionnements au plan global.
Il y a en effet convergence entre les intérêts des ménages en quête de l’accession à la propriété mais contraints par les coûts fonciers de se reporter de plus en plus loin, ceux des entreprises qui recherchent la visibilité, l’effet « vitrine » et la meilleure accessibilité par les axes routiers et ceux des communes qui espèrent profiter de l’infrastructure pour se développer, attirer de nouveaux habitants et créer des emplois..
AURBSE

Une augmentation de population périurbaine a sur les flux de déplacements une conséquence de 1 à 3.
Direction régionale de l’Equipement

Par ailleurs, les documents de planification des principales collectivités concernées ne laissent pas envisager le développement d’un réseau de TC directement concurrentiel avec l’infrastructure nouvelle
[…] Aussi le maître d’ouvrage en a-t-il conclu qu’il n’existe globalement pas de concurrence entre le réseau de transports collectifs existants et futurs et l’infrastructure projetée et donc que l’hypothèse selon laquelle la mise en service du projet ne modifiera pas la répartition modale, pour les flux qui l’emprunteraient, est acceptable.
DREAL, en réponse au CGI

Le bilan LOTI de l’autoroute A28 indique que « le fort impact de A28 sur le développement périurbain, notamment à proximité de Rouen, n’a pas été réellement anticipé et n’a donc pas été accompagné ou orienté. Il convient d’être attentif à ces aspects lors de l’étude des projets futurs ».
De fait, cet impact se constate de manière évidente dans le secteur d’Isneauville et de Quincampoix.
L’Ae recommande au maître d’ouvrage, avec les collectivités concernées, de présenter à l’appui de la DUP des mécanismes permettant d’éviter, réduire et compenser effectivement les effets environnementaux négatifs de la périurbanisation supplémentaire des plateaux Est, desservis par le projet.
Autorité environnementale

L’Ae souligne en outre que les trafics associés à cette périurbanisation supplémentaire, non évalués,ne sont pas pris en compte par le modèle de trafic.
À terme, ce trafic induit en cas de non-maîtrise de l’étalement urbain est de nature à recharger les axes
déchargés par le projet
, et les trafics à partir desquels les différentes évaluations (qualité de l’air, bruit, consommations d’énergie, etc.) sont construites n’intègrent pas les effets de l’étalement urbain supplémentaire.
De fait, et tout le monde le souligne et alerte, les effets “magiques” se révèlent au final catastrophiques au niveau du territoire.
Faute d’apporter des solutions, le maître d’ouvrage a préféré ne pas tenir compte de ce problème réel et attendu. Les objectifs liés à l’autoroute ne seront pas atteints, et la congestion augmentée à terme.

Gains de temps pour le contournement Est : 1,5 milliard €

Les gains de temps, c’est ce qui justifie l’autoroute. Il sont estimés à… 1 milliard et demi d’euros, et quelques millions de poussières.
C’est quasiment l’entièreté du gain que représente l’autoroute.
Seulement, troquer 1 milliards d’euros d’investissement public – nos impôts – et d’usage – le péage -, avec autant de pertes en termes de paysages, de santé, de destructions de terres naturelles et agricoles, mais aussi tous les avantages négatifs du projet avancés par le maître d’ouvrage, il vaudrait mieux y trouver un compte quelconque avant d’engager le moindre coup de pelle(teuse) :
  • Gains environnementaux : 31 millions €. On se demande comment 516 hectares de destruction de terres naturelles ou agricoles, et 136 hectares de forêts détruites, pourrait rapporter 31 millions !
  • Avantages carburant : – 128 millions €. Une perte de 128 millions € en carburant ? On prévoit donc plus de déplacements sur toute la métropole. Donc plus de congestion, comme le redoutent nombre de services, des ponts et chaussées à l’AURBSE.
    Et cela n’inclue pas les effets de la périurbanisation qui n’est étudiée par le maître d’ouvrage, alors que les Directions régionales de l’Équipement les y invitent très fortement.
    Plus de carburants, plus de déplacements, plus de congestion, et plus de pollution.
  • Coûts entretien et dépréciation des véhicules : -234 millions d’euros. Le parc automobile, alors que les prix baissent, que la consommation est censée baisser, va engendrer une perte supplémentaire de 234 millions €.
    Tout auto, tout routier, jusqu’en 2080, date présumée de fin de concession.
  • 47 millions de gains de sécurité. Un chiffre qu’il va falloir peut-être revoir un peu à la baisse : une étude de l’observatoire Sanef sur les comportements sur autoroute montre qu’après 10 années de suite de baisse de l’accidentologie et de la mortalité, l’ensemble des indicateurs est reparti à la hausse depuis 2015. En cause, la vitesse d’abord. Elle est impliquée dans 7 accidents sur 10, et la cause de 10% des accidents mortels. Mais aussi l’inattention, et l’usage du téléphone : 16% des accidents mortels.
    La Sanef rappelle qu’en roulant à 150 km/h au lieu de 130 km/h, sur une distance de 100 km, on ne gagne que 6 minutes.
    On peut rappeler aussi qu’en roulant à 110 km/h au lieu de 130 km/h, sur 100 km, on ne gagne que 6 minutes.
    Et donc, en roulant à 90 km/h au lieu de 130 km/h sur une distance de 30 km (CASE – Rouen), on ne gagne qu’un peu plus de 5 minutes.
  • Mais enfin, la quasi entièreté des avantages présentés, ce sont les gains de temps : 1507 millions d’euros. Les gains de temps devront représenter un milliard et demi d’euros, et ceci essentiellement sur les horaires pendulaires (travail matin et soir), faute de quoi, l’infrastructure ne sera pas rentable.Ce sujet ne peut souffrir d’erreur, d’approximation, ni de doutes. Les gains de temps doivent représenter 3 fois le coût d’investissement présenté pour qu’il y ait une chance d’être rentable.
    A noter que les coûts d’investissements présentés dans la VAN sont de 523 M€, soit 60% des 886 M€ HT de l’investissement total. Sauf à le dépasser, bien entendu.
van-se-contournement-est

Vous pouvez cliquer sur l’image ci-contre pour constater les avantages/inconvénients estimés par le maître d’ouvrage.
Les gains de temps qu’il présente sont le déplacement aux horaires pendulaires entre Louviers et le rond point aux vahes : 10 minutes en véhicule léger, un quart d’heure en poids lourd.
Un autre gain est présenté entre Fleury-sur-Andelle et le rond point aux vaches, faisant passer le temps de parcours de 50 à 20 minutes.
Je me suis d’abord interrogé sur le 1er cas : comment gagner 10 minutes sur un trajet qui ne prend que 16 minutes en voiture, et 15 minutes sur un trajet d’un peu plus de 20 minutes en camion ?
Aujourd’hui, lorsqu’on prend l’A13 à Incarville, même aux heures de pointes, ce tronçon est fluide. Jusqu’au rond point aux vaches, au moins. A partir de cet endroit, le boulevard industriel (RD18e) est une des voies les plus congestionnées de la métropole.
Mais le contournement Est ferait déboucher son trafic précisément à cet endroit, que l’on sait congestionné.
L’A13, c’est un tracé simple : en ligne droite, sans changer d’altitude, avec un seul péage, sur un tronçon fluide, on peut soit bifurquer sur le rond point aux vaches, soit continuer et emprunter la Sud III, soit encore sortir au rond point des colonnes pour emprunter la rocade sud.
Avec le contournement, on nous propose non pas un, mais deux péages. On prend le péage à Val de Reuil, on traverse un viaduc de 1,7 km qui part de Lery, à 7 ou 8 m d’altitude, puis le viaduc grimpe à 25 m de hauteur, redescend à 7 à 8 mètres de hauteur entre le Manoir et Pîtres, nous conduit le long de la Seine, bifurque vers le plateau Est, on remonte jusqu’à 60 mètres, avant d’arriver à Gouy directtion les Authieux, où un viaduc de 1 km nous fait redescendre sur une pente très forte (5%) jusqu’à 10 mètres de hauteur à Oissel, où on pourra emprunter un autre viaduc qui passe au dessus du chemin de fer (ligne le Havre-Paris). Comment gagner 10 minutes en ne cessant de monter et descendre, en empruntant des viaducs où la vitesse devra être limitée, monter, descendre, remonter, redescendre ? C’est bien sûr impossible. Et même on en perdrait.
Tous les élus savent que c’est impossible, et le disent volontiers, pour certains partisans de l’autoroute, mais pour d’autres raisons que les gains de temps.
La question posée au maître d’ouvrage lors des séances d’enquête publique, il m’a été précisé qu’il ne s’agit pas de 10 minutes mais plutôt 5 minutes. J’ai pourtant bien lu 10 minutes. Et si l’on fait des calculs de VAN de 10 minutes, et que cela ne fait que 5, alors le calcul de la VAN est faux. Et s’il faut diviser le gain de temps de moitié, le projet n’est plus rentable, l’argent public gaspillé.
Personnellement j’estime que le trajet par le contournement prendrait plus de temps que par l’A13, pour un péage plus élevé. Et les Casois refusent déjà, dans leur grande majorité, le péage d’Incarville. Ils shuntent empruntent la RD 6015 et le contournement de Pont de l’Arche vers Criquebeuf pour ne pas payer les 2,10 euros. Quitte à perdre des minutes. Comme les camions d’ailleurs.
Pour gagner des minutes, le maître d’ouvrage a surestimé les temps de parcours sur les tronçons qui pourtant sont fluides. Sur le trajet CASE-métropole, mais aussi sur le trajet de Fleury-sur-Andelle au rond point aux vaches. les 50 minutes présentées en temps de parcours. Ça, c’est le parcours qui passe par le centre ville de Oissel. L’autre parcours, gratuit, passe par l’A13 et ne met que 35 minutes. C’est bien sûr ce tracé qu’empruntent les rares usagers qui iraient de Fleury-Sur-Andelle au rond point aux vaches.
Mais quel intérêt auraient les Fleurysiens de se rendre au rond point aux vaches ? C’est un trafic marginal.
S’il n’y a pas de gains de temps, ou marginal, puisqu’on ma répondu que s’il n’y avait pas de gain de temps pour CASE-métropole, il y en avait un pour les trajets CASE-Amiens.
Je veux bien le croire. Mais combien d’usagers effectuent quotidiennement un trajet pendulaire Louviers-Amiens ? Y en a-t-il même un seul, pour lequel nous serions prêts à engager 1 milliard d’euros ?

Contournement Est : à Montmain, des exploitants bio spoliés, la biodiversité menacée

Bienvenue chez Myriam et Thomas, cueilleurs de plantes et fruits sauvages, et producteurs de confitures et de sirops biologiques.
Mûres, baies de sureau, cenelles, cynorodons et prunelles, ortie, achillée, millepertuis, menthe et origan vous sont proposés à déguster sur les marchés.
Leur exploitation est passée sous les radars du maître d’ouvrage. A moins que ceux-ci aient choisi de ne pas les voir. “Couvrez ce trésor de nature que je ne saurais souffrir !”
Leur travail ne consiste pas seulement à transformer plantes et fruits sauvages en mets délicats, Myriam et Thomas entretiennent la terre pour maintenir un équilibre écologique, et préserver une biodiversité très riche sur leur exploitation, permettant à des plantes patrimoniales de s’épanouir. La pelouse calcicole recèle non moins de 160 espèces végétales, 9 sont patrimoniales, 19 peu communes, et une, la phalangère rameuse, est rare et protégée régionalement.
C’est un site de 7,35 hectares d’un seul tenant, où 300 espèces de plantes vasculaires ont été recensées. Un paradis pour insectes, othoptères, mollusques, coléoptères, et bien sûr abeilles et autres pollinisateurs, qui se trouvent protégés dans un milieu sans aucun pesticide, entièrement naturel.
Le site abrite aussi des papillons rares, le demi-argus et l’azuré de la cytise, et aussi un minuscule rongeur, le muscardin, des couleuvres à collier, orvets fragiles, crapauds, en plus d’être un paradis pour oiseaux, hiboux moyens-ducs, chouettes effraies, éperviers, faucons hobereaux, buses variables et chauves-souris.
Comment le maître d’ouvrage a-t-il pu passer à côté de ce patrimoine naturel que Myriam et Thomas protègent ? Comment ont-ils pu ignorer ce qui leur a été signalé de longue date ?
Ce projet autoroutier menace l’exploitation et l’activité des deux agriculteurs bio, mais bien plus que cela : ce projet menace un trésor de biodiversité qui risque de disparaître, alors même que le réchauffement climatique met les espèces de plus en plus en danger.
Non content d’être toxique pour la nature et la biodiversité, l’autoroute augmenterait le réchauffement climatique, avec 50 000 tonnes de gaz à effet de serre ajoutées supplémentairement par an.
Le maître d’ouvrage présente un gain environnemental de 31 millions d’euros comme avantage de l’autoroute. Soi disant en rétablissant des lisières ou en “favorisant” des corridors écologiques.
Mais en réalité, et cela, tout le monde le sait : c’est un massacre environnemental que propose le maître d’ouvrage. L’autoroute va détruire des zones d’intérêt écologique majeurs, des paysages grandioses, une biodiversité qui nécessite qu’on la protège, car elle nous protège. Une autoroute ne favorise pas les corridors écologiques, elle est un mur entre espèces, c’est une rupture écologique. On ne crée pas des lisières, on les détruit.
Ils mentent ceux qui vous disent, et osent écrire qu’il y a gain environnemental (enquête socio économique, pièce F, page 157), et qui lui donnent une valeur de 31 millions d’euros.
Il y a perte, majeure, et le coût serait si immense qu’il ne saurait en être mesuré, aujourd’hui, et pour les générations à venir.
Merci à Myriam et Thomas, qui, eux, protègent notre patrimoine naturel.
Le refus de voir cette zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique, et floristique exceptionnel se double d’un refus de répondre.
Depuis 2011, Thomas alerte le maître d’ouvrage de la présence de cette zone, mais il est ignoré.
Il aura fallu en arriver à l’enquête publique pour être entendu par les commissaires-enquêteurs. Mais le maître d’ouvrage n’a pas daigné répondre à leurs questions.
Ce n’est ni d’intérêt écologique, ni d’intérêt général, mais la preuve du désintérêt pour la nature et ceux qui la protègent.

Contournement Est de Rouen, A28-A13 : la contribution d’Effet de Serre Toi-Même

Encore une contribution essentielle pour comprendre les enjeux du projet autoroutier à l’Est de Rouen, en plein sur l’une des dernières campagnes autour de la métropole.
Un projet autoroutier servant à favoriser le trafic routier international passant dans la métropole peut-il répondre aux objectifs fixés, avec un optimisme exagéré peut-être, par les décideurs métropolitains, régionaux, et l’État ?
En projet tout routier, il ne répond pas aux problèmes de congestion existants, ni aux problèmes de pollutions, de qualité de l’air, de bruit.
Aucun des objectifs fixés n’est atteint, et au contraire, les atteintes au cadre de vie et à la santé seront accrues.
Et quoi ? On parle des enjeux sur le climat, et nous en voyons concrètement les effets. Déjà.
Et nous nous promettons de commettre tout ce qu’il faut éviter.
Environnement cassé, définitivement, sans que des compensations à la hauteur des destructions ne soient même imaginées. Cadre de vie brisé, paysages ruinés, sans espoir de les remettre en état lorsque l’on se sera aperçus de nos (leurs) erreurs.
Hausse de la pollution, risques sanitaires, tous, nous en partagerons les méfaits.
Et malgré l’histoire récente, malgré les préconisations et alertes des services de l’État, nous allons vers une périurbanisation, qui va coûter cher à la collectivité, coûter en temps, en déplacements, en carburant, en argent, et en perte de nature, de biodiversité, pour nous aussi. La nature nous profite. Nous deviendrions fous s’il ne restait que la télé, le travail et la bagnole.
Merci à tous les auteurs de cette étude. J’aurais tendance à dire que c’est facile, tant le projet est mal foutu, et tenu par des politiques irresponsables.
Et bien au contraire, je vous félicite pour votre combat pour les générations futures.
Je vous félicite, parce que vous croyez que ça peut tenir si on y met tous un peu du nôtre. C’est juste une mauvaise fin de vingtième siècle à passer. Mais c’est dur à passer, et long à passer.
Merci à vous toutes et tous, sincèrement.
[gview file="http://www.saintpierre-express.fr/wp-content/uploads/2016/07/ESTM-le-contournement-une-mauvaise-solution-pour-la-Normandie.pdf"]

Contournement Est : la contribution de HNNE (France Nature Environnement pour la Normandie)

HNNE est la fédération régionale des associations de protection de la nature et de l’environnement en Normandie.
Les adhérents sont historiquement très impliqués dans les infrastructures à risques pour la nature et l’environnement, et ont été présents et actifs sur le dossier du contournement Est depuis les premières ébauches.
Avec une telle connaissance du dossier, même si, encore une fois, deux mois seulement sont trop courts pour pouvoir répondre précisément à un dossier extrêmement fourni, 4000 pages plus les avis,
  • comme ceux des Directions régionales de l’Équipement,
  • la synthèse de l’AURBSE sur le contournement Est (2012),
  • les avis de l’Autorité environnementale, très critique à l’égard du projet autoroutier, et fournissant une liste exceptionnellement longue d’interrogations et de préconisations,
  • celui du CGI (Commissariat Général à l’Investissement), qui alerte sur les risques, le risque financier présenté comme systémique, mais aussi les surévaluations des apprts, des trafics, et les sous-estimations de nombre d’impacts,
  • et puis ben sûr, il y a toute la connaissance accumulée sur l’environnement, la géologie, les plans de déplacements, les pollutions et leurs effets sur la santé, le cadre de vie et la qualité de vie, et sur la biodiversité, faune, flore, rivières et bien sûr les ressources en eau.
HNNE fournit une contribution exceptionnelle, qui interroge sur les avantages, les inconvénients et les risques.
HNNE interroge l’utilité du projet, pour les habitants, l’activité et l’emploi, les déplacements, l’agriculture, la logistique.
Les trafics sont analysés, et comparés. Les impacts environnementaux scrutés, avec des conséquences sur la nature, les paysages, les forêts et l’agriculture, et la biodiversité. Qualité de l’air, qualité de l’eau, et par conséquent qualité de vie, sont évaluées, et non seulement les risques, comme ceux sur l’eau potable, mais les effets prévus qui sont déjà très négatifs pour notre territoire et la région.
France Nature Environnement conclut : “Le projet de contournement Est de Rouen ne présente pas un intérêt tel qu’il justifie les atteintes environnementales, le coût financier et les atteintes sociales qu’il va occasionner. Sa déclaration d’utilité publique nous parait par conséquent inopportune.
[gview file="http://www.saintpierre-express.fr/wp-content/uploads/2016/07/Contribution-HNNE-à-lenquête-publique.pdf"]
Merci à HNNE pour ce document éclairant, et toute ma considération va à ses auteurs, que je salue avec respect.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV