retraites

Ce tag est associé à 1 articles

Le 16 et le 19 octobre : on continue !

Le 16 et le 19 octobre : on continue !
Gerard Filoche twittait ce matin :
RT @gerardfiloche : "Amenez votre cousin votre voisin vos enfants aujourd'hui hui et mardi 19 aux manifs. Confiance Sarkozy est sur le point de céder !"
Samedi : 10h30 à Evreux Pré du Bel-Ebat ;
14h à Rouen Cours Clémenceau
Mardi : 10h à Rouen Cours Clémenceau ; 10h30 à Louviers ; 14h à Evreux Pré du Bel-Ebat

Le Havre. Journal de grève n°1

Havre de grève vient de naître. Publié par l’intersyndicale CGT-FSU-Solidaires-CFDT-CGC, c’est le bulletin de la mobilisation sur l'agglomération, il est l’expression de l'assemblée générale interprofessionelle des grévistes.
« Une claque pour Sarkozy et le MEDEF : 55 000 manifestants hier dans les rues du Havre. Toutes et tous ensemble, on va gagner ! » La manchette donne le ton. Nous ne sommes pas dans une série de manifestations pour la forme. Nous manifestons pour gagner parce que la victoire est à portée de main.
« Le gouvernement mise toujours sur le pourrissement de la mobilisation. Partout les grèves et les mobilisations s’amplifient, reprend le bulletin. Mardi 12 au Havre, lorsque le cortège arrivait à la gare, une partie des manifestants étaient encore quai de Southampton. Toutes les grandes entreprises et les services publics étaient massivement présents comme dans les précédentes manifestations. Ils avaient été rejoints par de nombreux salariés de petites voire très petites entreprises. Même les pompes funèbres étaient là pour enterrer la réforme. Le cortège des étudiants et les lycéens était beaucoup plus important que précédemment. »
La grève a été reconduite ce mercredi 13 octobre dans plusieurs entreprises de l’agglomération (TOTAL Raffinerie de Normandie, CIM, PETROCHEMICAL, SNCF, CHEVRON, Centrale EDF, Fouré Lagadec, LA POSTE, FRANCE TELECOM, DEBRIS, Education nationale, SIDEL...). La grève a été reconduite selon des formes et des participations différentes suivant les secteurs. Des lycéens ont bloqué leur lycée ce matin.
Chaque jour (sauf le dimanche), l’intersyndicale proposera une action interprofessionnelle pour rassembler les salarié-e-s en lutte au-delà des actions prévues pour bloquer l'économie, dès 6h30, sur divers secteurs de la zone industrielle.
Une assemblée générale interpro est prévue tous les jours, à 17 heures, à Franklin. Aujourd’hui, rendez-vous est également donné à 17h45 autour de la salle René-Cassin où Antoine Rufenacht (maire UMP du Havre) tient une réunion publique pour soutenir la réforme des retraites préparée par et pour ses copains.
« 75 000 à Rouen 10 000 à Dieppe 3000 à Fécamp… 3,5 millions dans la rue dans toute la France, Sarkozy as-tu compris ? » questionne le bulletin qui sera envoyé tous les jours à 20 heures sur les messageries.

Tous mobilisés le samedi 2 octobre 2010 : Evreux, pré du Bel Ebat à 10h30

À l’appel de : CFDT – CFE CGC – CFTC – CGT – FO – FSU – UNSA – SOLIDAIRES

CONTRE UNE LOI INJUSTE, POUR UNE RÉFORME ÉQUITABLE

Depuis début septembre, la mobilisation des salariés n’a cessé de croître. Quoi qu’en dise le gouvernement, les Français, dans leur grande majorité, partagent l’exigence des manifestants d’obtenir une réforme équitable. A la veille des débats au Sénat, il faut faire entendre cette volonté en participant massivement aux manifestations du samedi 2 octobre.
Participez pour dénoncer le relèvement brutal des âges de départ à la retraite (de 60 à 62 ans pour l’âge légal, de 65 à 67 ans pour une retraite à taux plein), qui pénalise ceux qui ont commencé à travailler jeunes, ceux qui ont des métiers pénibles et ceux qui ont des carrières discontinues (en particulier les femmes)…
Participez pour dénoncer l’intransigeance du gouvernement et demander qu’il ouvre enfin le dialogue pour prendre en compte les préoccupations qu’expriment les salariés et les citoyens.

photos de la manifestation du 23 septembre 2010 à Rouen : Retraites, on insiste !

tout le monde ne pourra pas prendre sa retraite au soleil...
Le ciel était lourd ce matin et les mines déterminées. Ce n'est jamais de gaité de coeur que l'on se résout à sacrifier une deuxième journée de salaire en un mois... Paris-Normandie évoque le chiffre de 65.000 manifestants. Toutes les catégories de la population, tous les âges, de très nombreuses femmes, des jeunes, étaient présents pour clamer leur inquiétude et leur indignation face au passage en force du gouvernement.
Restera-t-il sourd à la clameur de la rue et des citoyens de ce pays ?

Graves perturbations dans les transports piétons prévues aujourd’hui !

Aujourd'hui, 23 septembre 2010, les transports piétons risquent d'être fortement congestionnés.
Heureusement, écureuil malin est là pour vous conseiller des itinéraires de délestage : Amis parisiens, nous vous conseillons plutôt d'emprunter l'itinéraire bis "Nation-République" qui vous permettra de circuler dans les meilleures conditions si vous avez la chance d'être à pied.
Amis rouennais, l'itinéraire le plus sûr se trouvera sûrement entre la préfecture, la rue de la République, la rue Lecanuet et la rue Jeanne d'Arc. Attention bien d'autres itinéraires risquent d'être rendus aux piétons pour cette journée de découverte et de sauvegarde du patrimoine français.
Et partout en France, des marches seront proposées aux promeneurs de tous poils, et partout les itinéraires seront largement sécurisés.
N'hésitez pas si vous le pouvez, c'est pas tous les jours.
Enfin, ami(e) shoppeur(euse), si tu vois une foule dans la rue, c'est que des soldes monstres sont organisées : Aujourd'hui on brade les retraites. N'hésite pas : fonce !
Dernière minute : notre gouvernement, qui adore les salades, est récompensé de la danse de la pluie qu'il se contraint à faire depuis plusieurs semaines : enfin il pleut ! ouf...

Le 14 juin à Rouen, meeting unitaire pour défendre les retraites

Pierre Larrouturou à la tribune
Lundi 14 juin, avait lieu à Rouen un grand meeting unitaire pour défendre les retraites. La grande salle de la halle aux toiles était pleine, beaucoup de gens sont restés debout pour écouter les 14 intervenants. Presque toute la gauche politique (du NPA au PS en passant par les alternatifs / ne manquait que LO) et sociale (là manquaient quand même la CFDT et FO) était représentée.
L'appel à se mobiliser pour défendre les retraites à taux plein à 60 ans a été collectif avec l'idée de "travailler mieux, travailler moins et travailler tous" (formule de Gérard Filoche).

Incroyable ! Mélanchon met les pieds dans le plat : pour le calcul des retraites des fonctionnaires, on ne peut pas remonter plus loin que 6 mois

C'est en allant me promener sur l'excellentissime @rrêt sur images que j'apprend la nouvelle. Jean-Luc Mélanchon terrasse Aphatie pendant son interview sur RTL. J'étais passé totalement à côté de l'info...
Mélanchon sur RTL, au micro de Jean-Michel Apathie, met les pieds dans le plat sur les retraites des fonctionnaires
Cela se passe à 5min30 de l'interview. Apathie pose sa question :
"Les retraites des fonctionnaires sont calculées aujourd'hui sur les 6 derniers mois, celles des salariés du secteur privé sur les 25 dernières années. Ceci peut-il rester en l'état Jean-Luc Mélanchon ?"
Le sourire de Jean-Luc Mélanchon en dit long, il attendait avec impatience cette question. Il sourit, s'apprête à dégainer son information, il vise... "Mais bien sûr que ça peut rester en l'état."
Apathie répond : "c'est inégalitaire."
Mélanchon : "Non ce n'est pas inégalitaire."
Mais c'est quelques instants plus tard, lorsque le journaliste demande si on ne pourrait pas calculer la retraite des fonctionnaires sur les 10 dernières années que Mélanchon abat sa carte :
"il y a une chose qu'il faut que vous sachiez, M. Apathie. C'est impossible. Vous savez pourquoi ?" "Non", répond Apathie. "Parce rien n'a été saisi informatiquement, si bien qu'on ne peut pas remonter au-delà de 6 mois. Vous savez pourquoi ? Parce que comme c'était la règle des 6 mois, personne n'a pensé à le faire !" [...] "Les services publics sont sauvés par les manques d'équipements informatiques du service public, j'ai pas fini de rigoler..."
On imagine la mine abattue de M. Apathie...
Le lendemain, Eric Woerth réfute en bloc :
"Tout ça est complètement faux, vous croyez que l'administration française ne peut pas reconstituer la carrière d'un fonctionnaire ? J'ai été ministre du budget, je suis toujours ministre de la fonction publique et j'ai créé sur le plan des retraites un organisme centralisé qui monte en charge et qui sera l'interlocuteur unique pour les carrières des fonctionnaires. Quand vous regardez dans les ministères, il n'y a pas de problème pour reconstituer la carrière d'un fonctionnaire, donc c'est vraiment pas le sujet"
@si enquête...
Tout d'abord, comment peut-on être dans l'incapacité de retracer les carrières des fonctionnaires, alors qu'il a été possible de passer la méthode de calcul des retraites du secteur privé des 10 dernières années au 25 dernières années ? La réponse est simple : La réforme à été votée en 1993, mais n'est entrée que pleinement en vigueur qu'en 2008. Allonger la période de calcul de 15 ans aura donc pris 15 ans.
Qui a raison alors, Eric Woerth ou Mélanchon ?
Henri Sterdyniak, économiste à l'OFCE, estime que la vérité situe plutôt entre les deux. Le salaire des fonctionnaires est composé d’un traitement indiciel et de primes. Elle représentent en moyenne 20% du revenu, mais ce chiffre varie de 5 à 60% selon les fonctionnaires. L’Etat conserve bien-sûr les traitements indiciaires, mais ne conserve pas obligatoirement les primes. Si on voulait intégrer les primes, ce serait impossible dans la quasi totalité des cas. Si on veut prendre le temps de faire une réforme équitable, ce sera au mieux pour septembre 2011.
Septembre 2011, c'est à dire en pleine campagne présidentielle. Mélanchon n'a pas fini de rigoler...

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV