case

Ce tag est associé à 1 articles

#sauvonspmf : ite, missa est. La messe est dite : Lecornu ferme le REP à Val de Reuil et à la Madeleine !

Les élèves et les familles vivent un grand moment de tristesse, et de colère pour certains. On ferme des collèges.
Pas n’importe quels collèges, des collèges REP (réseau d’éducation prioritaire). Le sentiment d’injustice est grand pour les élèves qui habitent les quartiers concernés. #sauvonspmf Il est d’autant plus grand que les écoles rattachées aux collèges REP+ bénéficient elles aussi des moyens supplémentaires, comme les classes dédoublées que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a mises en place à la rentrée 2017 pour les REP+ (les collèges Pablo Neruda à Évreux et Alphonse Allais à Val de Reuil, tous deux REP+, ainsi que les écoles qui y sont rattachées, sont concernés).
Dès la rentrée 2018, ce sont 5600 classes de CP et CE1 qui seront dédoublées en REP et en REP+. Malheureusement, dès le prochain réexamen de la carte du Réseau d’Éducation Prioritaire à l’échelle nationale, le réseau Eurois aura été mis à bas.
Le Conseil départemental de l’Eure a décidé de la fermeture du collège REP+ Pablo Neruda, de la fermeture du collège REP Pierre Mendès France, et la resectorisation votée va sortir le collège Alphonse Allais du réseau.
Il n’y aura plus aucun collège REP+ dans l’Eure.
A Val-de-Reuil, le Réseau d’Éducation Prioritaire disparaît entièrement, du fait de la fermeture d’un excellent collège, avec un bon taux de réussite, et du fait que l’autre, avec une mixité sociale plus favorable sur le papier, va sortir du réseau. Val-de-Reuil est aujourd’hui entièrement REP ; demain il sortira complètement du REP.
Ces mères d’élèves, même issues de l’immigration, qui scandaient liberté, égalité, fraternité, et entonnaient la Marseillaise devant les portes du Département, ont été sonnées par la décision et le vote du Conseil départemental. Après ce coup de massue, nous avons entendu ces mères, en larme, dire qu’elles ne mettront pas leur enfant dans un autre collège.
Les enfants qui étudient dans un collège laïc à 200 mètres de chez eux devront faire désormais 40 minutes de car pour se rendre dans des collèges aux classes plus bondées, sans les bénéfices du REP+. Je leur souhaite une bonne réussite scolaire dans un système qui sera demain plus méritocrate.
Rappelons-les, ces moyens spécifiques mis en place, le constat et les objectifs présentés pour les REP :
  • Si l'École française a d'incontestables réussites, elle doit progresser encore dans sa capacité à réduire les inégalités sociales. Cette faiblesse est l'une des causes de la perte de confiance des Français en leur École.
  • Pour combattre la difficulté scolaire, il faut donc agir à la racine en portant une attention spécifique aux plus fragiles.
  • Des études scientifiques démontrent que réduire la taille des classes permet aux élèves les plus fragiles de progresser.
  • Conformément aux engagements du Président de la République, dès cette rentrée, environ 2 500 classes de CP situées dans les réseaux d'éducation prioritaire renforcés (Rep+) sont dédoublées.
  • Aux rentrées suivantes, les CP et les CE1 en réseaux d'éducation prioritaire (REP et REP+) seront dédoublés à leur tour.
Que ce soit à la Madeleine ou à Val-de-Reuil, nous sommes dans le contexte d’une population plus fragile. La ville de Val-de-Reuil est l’une des communes aux habitants les plus pauvres de France. On ne peut que considérer, à priori, que c’est une population fragile.
Pourtant ça marche ! Selon l'Éducation nationale (et selon nous) :
« Les élèves des classes à effectifs réduits ont mieux réussi que ceux scolarisés dans les classes témoins. Ce gain s’observe dès la première année et se maintient ensuite, y compris quand les élèves des classes à effectifs réduits ont rejoint des classes de même taille que les autres. »
Il faut, toujours selon l'EN, y développer une pédagogie adaptée : « L’enseignement doit être particulièrement structuré, progressif et explicite. Non seulement il s’agit de donner du sens aux apprentissages, mais il faut aussi les envisager dans leur progressivité. Ce nouveau contexte d’enseignement doit, plus encore qu’ailleurs, permettre de personnaliser les apprentissages. »
Le calendrier nous est donné. Pour quoi faire si c’est pour l’abandonner sitôt adopté ? C’est donc juste un effet d’annonce : on donne aux populations les plus fragiles, face à la télé, ce que l’on leur retire dans la réalité, dans la vraie vie.
Dans l’Eure, on a tué les REP. Radicalement. Un cas d’école - ou une expérimentation pour le reste du pays demain ?
Sous la houlette de Sébastien Lecornu, ministre, secrétaire d’État à l’écologie (!), du premier cercle de M. Bruno Lemaire, ministre de l’économie, nous allons tester un modèle qui pourrait aller à l’encontre de notre modèle d’intégration :
Les enfants de Criquebeuf vont-ils aller dans un collège en mixité sociale annoncée (et comptabilisée), ou bien déroger, ou bien aller à côté de chez eux, à Fénelon, dans le privé catholique ?
Les familles de la Madeleine, qui voient s’ériger une mosquée salafiste, avec une dizaine de classes d’enseignement prévues, à quelques pas de leur ancien collège, ne vont-elles pas être tentées d’y mettre leurs enfants ? Au risque de se retrouver avec un quartier divisé,un communautarisme provoqué par la disparition du collège à côté de la maison ?
Nous devons proposer l’éducation, pas seulement l’imposer. Voudrait-on, en supprimant les collèges de proximité laisser les familles préférer d'autres écoles qui se trouveront à proximité, qu'on ne ferait pas mieux.
Face à l'offre privée, sous contrat ou hors contrat, et quelle que soit la confession des écoles, collèges, lycées, l’intérêt général n’est-il pas de proposer l'alternative de notre modèle laïc afin de restaurer la cohésion sociale ?
Il ne s'agit pas de proposer seulement un socle lire-écrire-compter, en ajoutant une narration de l’Histoire des gaulois jusqu'aux rois - cités dans l’ordre chronologique… Nous pouvons offrir beaucoup plus, la capacité à évoluer dans notre monde moderne : littérature, mathématiques, technologies, les techniques, l'économie, sport, culture, et toutes les matières qui permettent de nous intégrer et de nous projeter dans un monde décidément bien complexe. Y compris la géographie, et elle se situe bien à l’échelle du monde. Y compris comprendre la politique, les sciences de la vie et de la terre, l’écologie, la sociologie, la philosophie, les arts, la musique, l’analyse des médias et de l’information, la législation, l’éthique,… Bref, tout le savoir et la compréhension du monde dans lequel ils vivent et vont vivre. Ils vont devoir s'y intégrer, le réparer, le reconstruire.
Tout cela passe commence par l'éducation, l'apprentissage, et la réussite scolaire. Celle qui donne le goût d'apprendre, d’acquérir savoirs et compétences. La façon dont nous saurons éduquer les élèves d'aujourd'hui déterminera la face de notre pays et du monde de demain.
Savoir lire et écrire est une base. Le REP est un outil indispensable pour beaucoup pour cette acquisition. Tout le monde n'aura pas la chance de réussir comme on le voudrait. Mais tous ceux qui s'en sortiront nous remercierons. Pas parce qu'on les envoie se balader en cars à travers toute une agglomération. Parce qu'ils auront réussi à l'école, puis leurs vies.
Faire le choix de conserver ces collèges que réclament les familles, c'est faire le choix de la lutte contre la déscolarisation, le décrochage scolaire, puis l'échec social. Tous les français ont le droit d'apprendre, de travailler, d'être logés, de fonder une famille, de réussir sa vie.
Les collèges dans les quartiers font le lien entre République et citoyens, entre enseignants et familles. Un lien durable, de la maternelle, à l'école puis au collège. C'est le pied à l'étrier. Les enseignants transmettent cette connaissance des familles et des élèves, d'une école à l'autre voisine, puis au collège voisin. Luttons contre l'ignorance. Celle des citoyens en construction, mais aussi celle des élus de la nation, qui ignorent manifestement ces territoires et ses habitants.
La balle est dans le camp du département, du DASEN (l'Éducation Nationale) et du Préfet (l'État).
Les économies seront bien là pour eux :
  • pas d’investissement dans un collège, et réduction de frais de fonctionnement, pour le département;
  • pour l’Éducation nationale, on l’a dit, c’est l’économie de professeurs, dans un contexte où l’enseignement n’attire plus de vocations : profs sous-payés, malmenés, trimbalés, salaires gelés. On trouve les offres d’emplois de professeurs contractuels à Pôle emploi, dans les offres d’emplois des journaux locaux, ou sur le bon coin. Pourtant, peu d’offres aux concours. Plus d'enfants par classe, c'est moins de professeurs, n'en déplaise aux objectifs ambitieux affichés par le ministre;
  • pour le Préfet, qui représente l’État, une économie sur l’EN, évidemment;
  • peut-être une autre sur la politique de la ville (50 M€ étaient prévus pour Val-de-Reuil) ;
  • un pas en avant vers la méritocratie ; et une nouvelle orientation de notre politique intérieure. La fin de l’intégration, peut-être. La méritocratie, le pragmatisme et l’efficacité économique pour le moins. Un sujet très politique. Vouloir la réussite personnelle, la culture élitiste, la réussite entrepreneuriale, c'est entendable. Mais quand il n’y a plus de places pour tout le monde dans la société, dans l’emploi, l’éducation et la culture pour tous sont une priorité.
Mais pour le contribuable, cela coûtera plus cher.
  • Plus cher en transport : pour 110 000 euros d’économies de fonctionnement annuel pour PMF, la CASE compte 300 000 euros de plus pour les transports scolaires. Certes, cela tombe bien, la loi NOTRe a confié la compétence des transports scolaires des collèges à la Région depuis le 1er septembre. Cela n’est plus le problème des départements, mais des agglomérations et de la Région. Ce sont elles qui devront passer à la caisse. Au final, c'est le contribuable qui paye. Du bonneteau fiscal;
  • il y aura un coût social, avec l'augmentation du risque de décrochage scolaire, avec toutes les conséquences pour l'avenir des gamins, des familles;
  • il y aura un coût pour l'agglomération et la commune de Val-de-Reuil. Alors que la construction ou la rénovation d'un collège est une compétence du département pleine et entière, l'agglomération Seine-Eure et la commune de Val de Reuil proposent de financer la construction d'un nouveau collège à 75%. Ce n'est pas tout : ils proposent d'en financer le fonctionnement pour 4 ans. 10 millions €. Énorme ! Val de Reuil, dont les habitants sont parmi les plus pauvres de France, propose un financement extraordinaire pour sauver le collège PMF et le Réseau d'Éducation Prioritaire à Val de Reuil et dans l'agglomération. Nous savons qu'il y a danger. La commune et l'agglomération sont prêts à sauver. Et les conseillers départementaux de droite ou LREM réclament l'argent pour eux ! Le beurre, l'argent du beurre, et avec ça le sourire de la crémière ? Sérieusement, les urgences sociale et éducative méritent mieux que la provocation. Non pas gratuite : payée par les plus démunis.
Nous allons payer plus d'impôts, pour fermer des collèges. Nous quittons un modèle d'intégration et d'éducation qui vaut ce qu'il vaut, mais qui est préférable au sentiment d'abandon des populations. L'école éclaire les citoyens qui se construisent. C'est juste le phare de la nation. Et on l'éteint dans l'Eure. Quelle inconséquence !
Pour les transports scolaires dans la CASE, c'est juste n'importe quoi. Ce qui est gagné dans une poche est pris dans les autres.
Tout cela dirigé de main de maître par nos chefs locaux (et nationaux) LREM. Bravo à eux.
En face, les parents d’élèves, les élèves eux-mêmes, qui ont manifesté bruyamment pour conserver leurs collèges qu’ils aiment (ce n’est pas rien, ça !), les enseignants, l’unanimité des politiques de l’agglomération Seine-Eure - sauf la voix de madame Hafida Ouadah. Ignorés, bafoués, empêchés par les forces de l'ordre (qui ont néanmoins été bien aimables et polis envers nous lors des manifestations. Comme quoi, ils sont citoyens aussi. sûrement un peu parents ?). Les politiques de la CASE ont été abreuvés d'insultes et méprisés tout comme nous. M. Lecornu a réussi à marier la carpe et le lapin : l'union sacrée des politiques de la CASE contre le département sur ce sujet, tous bords confondus.
C'est inédit, du PCF à la droite, unis main dans la main pour défendre PMF face à la droite départementale.
Mais M. Lecornu continue de rester sourd, sa majorité continue de la suivre aveuglément, et les pouvoirs publics restent muets.
Les arguments de la majorité droite-gouvernementale : "ce n'est pas dans un but d'économie, mais dans le but d'améliorer la mixité sociale" ; "Il faut apprendre la mobilité aux enfants" ; "il faut les sortir de leur ghetto"... Des alibis.
Ce n'est pas ce que demandent les familles : elles veulent garder leur collège. Et ce n'est pas ce que souhaite le ministère, qui appelle à nouer des relations plus étroites avec les parents, et une pédagogie adaptée. Peut-on entendre les familles, les élèves et les enseignants ?
Les équipes éducatives souhaitent garder le contact sur le terrain, la proximité, des classes aux effectifs adaptés, un enseignement plus personnalisé.
Pas les heures de car, l'immersion dans des collèges 800, dans des classes saturées, sans possibilité d’accompagnement personnalisé, et loin des familles.

Eure : Lecornu ferme des collèges. Peu importe lesquels.

Sébastien Lecornu, 1er cercle de bruno Le Maire (archives ©Le Démocrate Vernonnais)
Sébastien Lecornu. Le jeune loup de la politique et de la modernité, de la droite décomplexée, du premier cercle de Bruno Le Maire, ministre de l'économie, décide de fermer 3 collèges dans l'Eure.
Quels collèges ? Des paillerons, les trucs qui brûlent et asphyxient. Donc le collège Pierre Mendès-France dans l'agglomération Seine-Eure.
Mais dans notre agglomération, il n'y a pas de collège Pailleron. Les deux collèges auxquels on a voulu s'en prendre, Pierre Mendès-France et les Fougères sont bien réalisés en dur. Mal isolés, c'est sûr, et tous les partis s'engagent dans leurs promesses électorales à rénover les bâtiments, dans le cadre de la transition énergétique.
Programme de l'UDI, promesse n° 32 : "32. Lancer un programme national de rénovation des bâtiments anciens les plus énergivores. Rendre effective la rénovation d’un demi-million de logements anciens par an."
M. Lecornu s'attaque surtout à des collèges en réseau prioritaire : Pablo Neruda (Évreux, REP+), Pierre Mendès-France (Val-de-Reil, REP), les Fougères qui s'est trouvé curieusement interpellé mais n'est plus concerné par la fermeture (Louviers, REP). Il n'y a que le collège Jacques Daviel à Barre-en-Ouche qui n'est pas REP mais connaît un taux très important de population défavorisée.
Une population défavorisée, cela signifie qu'il y a nombre de familles qui ne disposent pas d'auto, et où la proximité est importante, pour les élèves d'abord, qui s'y rendent à pied, qui rentrent chez eux manger plutôt que d'aller à la cantine. Mais aussi une proximité entre famille et enseignants. C'est un gage de suivi scolaire, et donc de plus grande réussite scolaire.
Nous, parents d'élèves élus, et enseignants, nous avons interpellé les élus de l'agglération Seine-Eure-Bord (la CASE) pour leur demander d'écouter nos arguments et de nous donner leurs positions. M. Lecornu et le Rectorat ont été en copie de nombreux mails pour plus de transparence.
Finalement, les élus à l'unanimité ont voté pour demander au Conseil départemental un moratoire de deux ans sur la décision de fermeture de PMF, pour tenir compte de l’augmentation de la population au sein de l’Agglomération, et des nouvelles orientations gouvernementales en matière d’éducation. [Nous parents avions demandé "de tout collège dans l'agglomération", ils ont spécifié PMF, mais admettons : c'est lui qui était particulièrement visé.]
Les parents et enseignants ont applaudi cette motion unanime. Seul le FN n'a pas pris part au vote. Merci encore à tous les votants.
La réponse de M. Lecornu ne s'est pas fait attendre !

Parce que j’entends depuis des mois les arguments des uns et des autres et que je souhaite que cette décision de fermeture se fasse en transparence et dans un esprit de concorde, je suis prêt à étudier vos propositions de fermeture alternative d’un autre collège.
Sébastien Lecornu, maire officieux de Vernon selon actu.fr, vice-président d'agglo, président du Conseil départemental, directeur de campagne de l'actuel ministre de l'économie pendant la primaire, puis de Fillon, et puis il a été conseiller parlementaire, peut-être sera-t-il conseiller ministériel à l'économie, et peut-être en se rasant le matin ?...

Preuve que la fermeture de ce collège n'est dictée ni par des raisons sociales, encore moins pédagogiques, d'insertion, de vivre ensemble, mais uniquement par des raisons financières, le président du Conseil départemental demande aux élus locaux de désigner un collège à faire tomber par pure mesure d'économie budgétaire.
Reverra-t-on nos élus en tractations, ou s'écharper entre eux pour garder chacun son collège - ou bien sommes-nous prêts, tous ensemble, parents d'élèves, enseignants, élus de l'agglomération à faire corps pour le bien des élèves d'abord, mais aussi d'une population éduquée et formée qui sera capable de dynamiser le territoire, et pour le bien des familles ? Certes, parents d'élèves et familles n'ont pas d'autorité, et même parents d'élèves élus, nous ne sommes pas invités à participer aux discussions et aux décisions concernant l'avenir de l'éducation de nos enfants. Nous sommes juste électeurs et contribuables. On paie les autres, et on les élit. Mais nous sommes debout. Pas en marche, debout.
Conversation imaginaire entre une Petite Maman Française (qu'on appellera PMF), mère de petits élèves qui veulent trouver leur place dans la vie, et le Leader, dit aussi le lapidaire, ou la Lime éducative, le Loup de Collège Street (qu'on appellera L, pour faire court) :
PMF - Mais je ne suis pas un pailleron !
L - Ben c'est pareil, t'es un pauvre collège.
PMF - Non, je suis un collège pour les élèves du quartier, je ne suis pas regardant sur l'argent qu'ils ont.
L - En plus, l'argent c'est moi qui leur donne. Ils n'ont qu'à bosser.
PMF - Mais ils n'ont pas l'âge légal de travailler, ils ont tous moins de 15 ans !
L - Ça va changer avec la loi travail, les entreprises pourront déterminer à quel âge on bosse, combien de temps, et si on les paie. En attendant je paie les parents.
PMF - Les parents ont déjà bien du mal à trouver du travail et de l'argent, il faut bien former les enfants pour qu'ils en trouvent ?
L - Et bien, qu'ils aillent se faire former ailleurs !
PMF - Mais ici, c'est sur place, c'est là qu'ils vivent, qu'ils mangent, ils ont même le ciné à côté, le sport, le théâtre à quelques mètres, les concerts, l'école de musique, la culture.
L - Des cinés, y en a ailleurs, et le théâtre, ça nourrit pas sa famille. Sauf Christian Clavier, Depardieu me pardonne.
PMF - Mais ils habitent là, ils viennent à pied ou à vélo.
L - Ça leur fera les pieds. Ils n'ont qu'à s'acheter une auto, ça relancera l'économie. Comme ça, ils pourront aller bosser à Cléon.
PMF - Leurs parents voudraient bien. En plus c'est payé le SMIC, voire plus. Mieux que ce qu'ils ont en tous cas.
L - Ils n'avaient qu'à faire des études !
PMF - C'est ce qu'ils veulent pour leurs enfants en tous cas.
L - Y a plus de sous. Ouste. En marche, c'est bon pour la santé.
PMF - Oh, c'est pas la santé qui manque, le tout, c'est de pas y finir. Il manque bien quelques travaux de rénovation, des débouchés après le collège, des transports, des parents rassurés, des professeurs en confiance, des projets, pour grandir en toute sérénité...
L - Y a plus de sous, qu'on vous dit ! Si vous ne voulez pas fermer ce collège, désignez-moi un collège, et je lui coupe la tête !
PMF - Euh... Montaigne au Vaudreuil ?
L -...
PMF - Nan, je blaguais. Nan, non, lui coupez pas la tête, c'était juste une blague. Ah, il va le faire... Ahhhhh ... Au secours!!!

Agglomération Seine-Eure (CASE) : fin du traitement thermique des trottoirs et retour au glyphosate

Après avoir abandonné les traitements des trottoirs aux herbicides au profit de désherbage thermique moins dangereux dans cinq communes, puis deux, la CASE revient au traitement chimique, au glyphosate, un produit reconnu "cancérigène probable" (2A) par l'OMS.
video-segolene-royal-jardinerie
La ministre de l'écologie veut donner un message pour protéger la santé des habitants :
La France doit être à l’offensive sur l’arrêt des pesticides, a déclaré la ministre. Elle doit être aussi à l’offensive sur l’arrêt des pesticides dans les jardins.
Ségolène Royal communique sur le glyphosate, reconnu « cancérigène probable » par l'OMS
Mais nous sommes en France, au pays du « faites ce que je dis, faites pas ce que je fais ! » Ce qui vaut pour les jardins des particuliers ne vaut pas pour les trottoirs qui donnent sur ces jardins.
Ne dit-on pas que la santé n'a pas de prix ? Elle en a un : le glyphosate est moins cher que le traitement alternatif.
objectifzeropesticidezeropesticidezerophyto

Le Président de la CASE, Bernard Leroy, exprime son point de vue sur les transports publics

Le nouveau président de la CASE se lâche dans sa rencontre avec « La Dépêche de Louviers » intitulée : Ce que veut Bernard Leroy.
le-corniaud-louis-de-funes-bourvil
Leroy impose sa marque :
On peut y lire que le projet de Bus à Haut Niveau de Service lui pose problème, mais qu’il n’est pas pour autant pour la suppression des bus. Ce propos, à la fois destructeur et apaisant, est pour le moins classique chez les élus de sa tendance politique.
Ce qui est moins classique, c’est quand Leroy sort du politiquement correct et dévoile son véritable choix de société pour ce qui concerne les services publics :
« A-t-on besoin d’un bus tous les quarts d’heure à certaines heures de la journée ? Ca pollue, ça encombre les rues, c’est du gaspillage. »
Dans un autre paragraphe, Mr Leroy nous exprime son choix viscéral pour la bagnole :
« La première priorité, c’est le doublement de l’échangeur à Heudebouville. ».
retro-2cv
Et puis, cerise sur le gâteau, Bernard Leroy nous gratifie d’une anecdote du temps jadis, le bon temps où l’on n’avait pas grand-chose et où l’on s’en contentait :
« [...] mes parents avaient une vieille 2CV et, à chaque fois que ma mère descendait pour faire les courses, elle emmenait une ou deux personnes. Ça fait du lien social, c’est tellement naturel et les gens se prennent en main [...]».
Autrement dit, la mobilité pour monsieur le nouveau président, c’est : « démerdez-vous entre vous ».
La nouvelle commission transports porte le joli nom de « Transports conviviaux », ce titre méritait une explication de texte.
Au cours de la distribution aléatoire des Vices-Présidences, C’est Sylvie Blandin, maire d’Igoville, dont les compétences en la matière nous étaient jusqu’à présent ignorées, qui a été chargée de présider la commission.
Avec Bernard Leroy, l’avenir se conjugue au passé.
Gilles Fraudin

Composition de la CASE, la droite rend sa copie : 1/20

Le mardi 22 avril a eu lieu l'organisation des commissions à la CASE, avec l'attribution des postes de vice-présidents et de rapporteurs.
C'est la politique à la papa : après un beau discours de Bernard Leroy sur la représentation territoriale et la nécessité de travailler ensemble au service de tous les habitants, le président de la CASE s'est félicité de l'effort de parité entre les élus, avec 30 femmes sur 80 délégués communautaires. Le discours sera pédagogique quant au fonctionnement futur du bureau et de l'assemblée.
Puis est venue l'heure de présenter les 15 vices-président-e-s.
FX Priollaud, nouveau maire de Louviers se présente comme 1er vice-président et président délégué. Parmi les 14 autres délégué-e-s initialement prévues pour accéder aux postes de vice-président-e-s, seulement 2 femmes : Anne Terlez sera vice-présidente à la "politique de la ville et la transition énergétique" et Sylvie Blandin, 1ère adjointe à Igoville, présidera la commission "transports conviviaux et électromobilité".
Pour le reste, que des hommes. Les déléguées communautaires de la CASE manquent-elles tant de compétences qu'on ne puisse respecter même le pourcentage d'élues à la CASE (37,5%) pour présider les commissions ?
Mais, avant que ne commence la désignation des présidents, un petit coup de théâtre a valu 1 h et demi de suspension de séance : avec seulement 2 voix d'écart lors de l'élection du président Bernard Leroy, la gauche décide de faire une contre-proposition. Réclamant 3 vice-présidences supplémentaires, ils n'obtiendront finalement que la création d'une nouvelle commission "reconversion industrielle" qui sera présidée par... un homme, Gaëtan Levitre, maire communiste d'Alizay.
Sur les 17 présidents et vice-président-e-s, 2 femmes, cela nous fait 11,76% de femmes. Bienvenue dans le vingtième siècle. Ça fait une note de 2/20.
Pour avoir, du côté de Bernard Leroy comme du côté de Marc-Antoine Jamet, constaté que la parité n'était pas au rendez-vous, et nommé malgré tout un homme à la commission créée au cours de la séance, je retire un point : 1/20.
Les Présidents et vice-président-e-s :
CommissionPrésident
PrésidenceBernard Leroy
Président déléguéFX Priollaud
Stratégie et partenariats locaux et internationaux (sic !)M-A Jamet
Mise en valeur du territoire, SCoT, sauvegarde du patrimoineThierry Delamare
Developpement économique, économie circulaire, SODEVILJ-M Moglia
Développement numériqueDaniel Jubert
Artisanat, tourisme, commerceJean-Yves Calais
Politique de la ville, transition énergétique, ANRU, santé, Agenda 21Anne Terlez
Urbanisme et aménagementChristian Wuilque
Jeunesse et proximité, centres de loisirs, péri-éducatif, Aide à domicileRené Dufour
Voirie et liaisons doucesJacky Bidault
Transports conviviaux et électromobilité, Transbord, PDU, covoiturageSylvie Blandin
Finances, budget, achatsPatrick Madroux
Propreté publique, déchets ménagers, balayageJean Carré
Cycle de l'eau, eau potable, assainissement et milieux naturelsJ-C Christophe
Parcours résidentiels, habitat, logement, PLH2Richard Jacquet
Reconversion industrielleGaëtan Levitre

Le peuple a choisi la droite. Le Président a entendu le message : le gouvernement vire à droite.

Louviers bascule à droite. Sincères félicitations à François-Xaviers Priollaud et Anne Terlez pour leur victoire qui leur permet de remporter la municipalité, ainsi que 13 conseillers communautaires sur les 80 qui composent l’assemblée de l’agglomération.
La défaite est parfois cinglante par chez nous. A Vernon, la liste PS de M. Nguyen Than ne recueille que 17,05% des voix. Le refus de l’ouverture n’a pas été payant.
Evreux est passé à droite.
Le PRG perd les deux villes qu’ils administraient dans le département, et les agglomérations Seine-Eure et Grand Evreux.
Je leur souhaite de reconstruire dans la sérénité, dans la recherche des solutions les meilleures pour eux et pour les gens, et avec les meilleurs partenaires possibles.
Vae victis. Je souhaite tout de même rendre hommage à Franck Martin et à tous ceux qui l’ont accompagné au cours des années. Oui la communication, oui l’agressivité qu’il a pu avoir envers certains, alors qu’on peut se disputer sans tomber dans la caricature.
Et oui à nombre d’actions municipales. Comités de quartiers, associations ont pu s’exprimer, parce qu’il y a bien une qualité à reconnaître à Franck Martin, c’est d’être capable de laisser travailler les gens, quitte à s’en attribuer le résultat. S’attribuer les résultats, c’est une posture politique. Laisser travailler les gens pour la communauté, et faire travailler les services pour sa commune, c’est une vraie qualité.
Merci pour votre travail et de vrais résultats, même si nous avons été en désaccord sur de nombreux points. Nous avons été en accord sur d’autres.
Les méthodes n’ont pas plu apparemment, au vu de tout ce qui a été fait. Et toutes les villes n’ont pas basculé à droite non plus. A méditer...
Pour les avoir rencontrés ou écoutés, FXP et Anne Terlez sont des personnes intelligentes et responsables.
Ils devront reprendre le flambeau. Sans trop critiquer, ce ne sera pas facile, et il est logiquement politique de le faire.
N’oubliez pas ceux qui bossent au cœur de la ville et des quartiers. Les élections vont et viennent, et la ville, c’est aux gens qu’elle appartient.
N’oubliez pas l’écologie, non plus. C’est pour demain.
A Rouen, la fusion sans problèmes entre le PS et EELV – qui a réalisé un score de plus de 11% au 1er tour – et PC a permis de reconduire la liste d’Yvon Robert.
Mais Caen, Montivilliers, Fécamp tombent à droite. Plus près de chez nous, Les Andelys passe à droite, avec tout de même un score impressionnant pour le FN. Laure Dael, PS, ne réalise que 22,53% des voix.
Gisors tombe aussi, malgré la figure emblématique de Marcel Larmanou.
Mais ce n’est pas que l’Eure ou la Normandie qui ont basculé. C’est toute la France qui a basculé.
Quelle claque ! Une énorme claque ! Et 155 villes de plus de 9000 hab. qui basculent à droite.
Qu’en penser ? C’est bien sûr une défaite de la politique du gouvernement. Mais pas seulement.
Les électeurs sont adultes et responsables. Il faut accepter la sanction, pas d’autre choix.
Il faut répondre aux gens. Ils n’ont pas fait que voter contre le gouvernement : ils ont dit non à leurs maires. Non à leurs maires de gauche. Sont-ils plus nuls que les maires de droite ? Parfois, oui. Mais à ce point, la gifle magistrale est tout de même une gifle infligée à un gouvernement de gauche qui semble avoir complètement abandonné le peuple de gauche. Le petit peuple. Les petites gens, qui cherchent même des solutions dans les extrêmes qui n’ont que l’exclusion à proposer pour protéger. Comme si on pouvait exclure les problèmes.
Devise shadok : s’il n’y a pas de solution il n’y a pas de problème.
Devise extrême shadok : s’il y a problème, supprimons les gens qui ont des problèmes, il n’y aura plus de problème.
Notre président a entendu les électeurs. Les gens ont voté à droite. Donc ils veulent la droite. Ce sera Valls.
Ce n’est pas un syllogisme, c’est une fatalité.
C’est une adhésion à l’opinion publique, ce n’est pas une réponse. Au delà de la question de l'homme, c'est bien la question de la politique qui est mise en cause. Nous aurons un pacte de solidarité...
PS (post-scriptum :-) Une bonne nouvelle quand même dans tout ça, c’est la victoire de M. Piolle et toute sa liste à Grenoble. Résultat d’un gros travail de fond, d’un énorme travail de chacun et d’aspirations à faire autrement. Merci, Eric. Je te souhaite, comme à chacun, de la réussite. Et à toi en particulier, dans ce game over de la gauche.

Penser global, agir local : les collectivités territoriales en première ligne de la lutte contre les changements climatiques

a-transition-energetique-aura-des-effets-positifs
En 2015, la France accueillera la 21ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. La feuille de route semble claire : tous les pays doivent parvenir en 2015 à un accord applicable à tous, juridiquement contraignant et ambitieux, permettant de respecter l’objectif que s’est fixée la communauté internationale de contenir le réchauffement climatique à +2°C.
Réduction de la part du nucléaire à 50 % à l’horizon 2025, baisse de 50 % de la consommation de combustibles fossiles en 2030, hausse progressive de la fiscalité du carbone, et obligation de rénovation thermique des logements, sont des objectifs et des outils pour parvenir à contenir les changements climatiques, avec l'objectif également de réduire la précarité énergétique.
Le gouvernement semble patiner sur la future loi de programmation sur la transition énergétique (LPTE), et même le brouillon de cette loi ne serait pas prêt. Des pans entiers des conclusions du débat sont abandonnés, dont des propositions parmi les plus importantes pour nos concitoyens et la concrétisation de cette transition : l’obligation de rénovation des logements et la création d’un fond de la transition énergétique.

Dans cette perspective globale, les collectivités locales ont un rôle de premier plan à jouer. "L’énergie est un de nos domaines de compétences à part entière. Laissez nous faire !" (Michel Delebarre)

C’est la conclusion du rapport remis en septembre dernier par les sénateurs Ronan Dantec et Michel Delebarre.
Soulignant plusieurs exemples de bonnes pratiques et d’actions réussies, le rapport trace des pistes d’action pour les années à venir, notamment en termes d’engagements des collectivités locales pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.
Lors de la dernière journée des 14e Assises de l’énergie, jeudi 31 janvier 2013, au cours de la table ronde « quels nouveaux pouvoirs aux collectivités territoriales pour réussir la transition énergétique ? », les collectivités (de tailles diverses) avaient toutes apporté des preuves de cette capacité de « faire ». L’énergie est « un de nos domaines de compétences à part entière, y avait affirmé Michel Delebarre. Laissez nous faire ! ». Patrice Yung, président de la communauté d’agglomération Seine-Eure y avait déclaré que « la compétence Energie doit s’exercer au plus proche des gens ».
Faisons en sorte que ces mots ne soient pas la partie éolienne de la transition énergétique. Il faudra faire plus que brasser du vent pour transformer les mots en actes. Nous devrons aider Patrice Yung à mettre en place une politique énergétique efficace, apte à réduire la précarité énergétique pour ceux qui en ont le plus besoin.
Lors de la "journée citoyenne" organisé dans 14 régions de France au cours du débat sur la transition énergétique lancé par François Hollande en 2012, 12% des personnes interrogées ont répondu se considérer déjà en situation de précarité énergétique et 42% ont peur d'y basculer.

Le mandat qui va commencer avec les élections de mars prochain devra être un mandat clé.


Suite du conseil du 20 décembre : à la suite du rapport d’activité de la CASE, malgré de nombreux points de désaccord, sur le SCoT, les transports, les Hauts-Prés… le rapport est approuvé à l’unanimité !

C'est la suite du conseil municipal du 20 décembre. Nous avions attendu madame Kaaouche, et nous étions englués dans une fissure de l'espace temps. Nous attendions.
La première délibération concernait l'approbation du rapport d'activité 2012 de la CASE - la Communauté d'Agglomération Seine-Eure.
Alain Loëb, pas plus que les délégués à l'agglo, n'ont expliqué leurs rôles, ni leurs prises de positions. Quelque mots sans conséquences : "très riche. La commune de Saint-Pierre a bénéficié des aides et des services de la CASE, on n'a pas à regretter le fonctionnement qui a eu lieu, les règles sont établies, il suffit de demander les prestations nécessaires à la vie de notre collectivité,..." papoti et paopota, bla-bla-bli, et bla-bla-bla.
Puis vient une question sur la ligne régulière en villabus pour Val-de-Reuil, pour laquelle le maire se dit désormais pour.
"Maintenant, vous êtes pour ?", demande Jérôme.
Alain Loëb : "Je n'ai jamais été contre. C'est vous qui avez déformé mes propos à l'époque."
On vérifiera donc les propos, pour s'assurer qu'ils n'aient été déformés.

Sur la question d’une ligne régulière entre la gare de Val de Reuil et de Saint Pierre

Soyons loyaux et rendons à César les propos qui appartiennent à César. Le compte-rendu des débats de la commission déplacements du 14/04/09 est à lire ici.
Le 1er point portait sur le nouveau réseau Transbord : La question d’une ligne régulière entre la gare de Val de Reuil et de Saint Pierre se posait. Vous en lirez plus dans le billet.
M. Bourlet : "En ce qui concerne la ligne reliant la gare de Saint Pierre à celle de Val de Reuil, il semble plus judicieux de réaliser un trajet direct sans passer par le Vaudreuil, afin de réduire le temps de parcours."
M. Canivet : "Cette hypothèse a été étudiée, mais pour maîtriser les coûts, il faut essayer de répondre à l’ensemble des besoins du secteur avec une seule ligne. Nous verrons cependant si cette ligne nécessite l’utilisation d’un bus en service régulier."
M. Bourlet : "Le coût financier de cette ligne serait compensé par le gain sur le bilan carbone du territoire."
M. Canivet : "Si le budget annexe Transport est augmenté, toutes ces améliorations sont envisageables. Il restera cependant le problème de la disponibilité de véhicules et de chauffeurs."
Le débat d'autres liaisons, puis la question de Saint-Pierre / Val-de-Reuil revient dans le débat...
M. Becus : "La proposition de ligne renforcée pour les pôles secondaires sera t-elle reprise ?"
M. Canivet : "Cette proposition sera présente dans le compte rendu, et pourra donc être présentée à la conférence des présidents."
M. Loeb : "Si le Flexibus est renforcé, c’est une avancée intéressante. La demande est trop faible pour une ligne régulière. Une ligne de transport en commun ne suffira pas à créer une croissance urbaine."
[...]
M. Loeb : "Combien faut-il d’utilisateurs pour justifier une ligne régulière par un minibus ?"
M. Canivet : "A partir de 3 ou 4 voyageurs en moyenne par trajet, cela devient cohérent."
"On ne donne pas à boire à un âne qui n'a pas soif." La CASE n'avait pas lieu de promouvoir une ligne régulière si le maire s'y opposait en estimant que la demande est trop faible. Jérôme se dit satisfait de constater qu'il est désormais pour.

Hauts-Prés, régie publique de l'eau, SCOT, A28-A13...

Comme le maire ne présente pas le rapport, Jérôme Bourlet présente donc les Hauts-Prés, la zone de culture biologique de 110 hectares - dont 30 ha en maraîchage bio - qui permet à la fois de préserver le champ captant qui alimente en eau potable 40 000 habitants de la CASE, et aussi crée de l'emploi (agriculteurs, chantier d'insertion), avec un marché sur site, et bientôt une conserverie. D'autres initiatives naîtront autour de cette zone au fur et à mesure qu'elle se développera. C'est un projet novateur et unique, qui identifie fortement l'agglomération. Le maire doute encore des perspectives d'avenir de la conserverie.
Jérôme se satisfait également de ce que la CASE s'engage dans la création d'une commission qui va étudier le retour de l'agglomération en régie publique de l'eau. C'est un sujet qui avait été débattu l'an dernier lors de la présentation du rapport de la CASE par M. Petit, Directeur Général adjoint des Services de la CASE. Une controverse avait agité le conseil. Le maire revient dessus. Elle avait fait l'objet d'un fact-checking, prouvant que ce n'était pas Jérôme qui alléguait de l'illégalité des contrats.
On ne peut que se satisfaire aujourd'hui que la CASE s'engage dans cette commission : le retour en régie publique a permis à de nombreuses agglomération et communes d'améliorer le service de l'eau, avec une baisse du prix, et aussi un accroissement des investissements, moins de fuites et la possibilité d'appliquer une politique sociale de l'eau.
Alors que Jérôme prônait cette étude, le maire s'était lui positionné pour prolongation de la délégation de service public avec Veolia. Nous verrons les conclusions de cette commission. C'est déjà la collectivité qui assure elle-même ses investissements sur le réseau.
C'est ensuite le SCoT qui est présenté dans le rapport d'activité. Jérôme Bourlet en a été le président jusqu'en janvier 2013. Depuis la fusion de Seine-Bord avec la CASE, il n'y a plus de présidence. Le SCoT a été voté à la CASE. La commune de Saint-Pierre avait rendu son avis, c'était NON, avec 6 voix contre.
Un seul satisfecit, du bout des lèvres : la formation des élus aux PLU, plan locaux d'urbanisme, en passe d'être remplacés par les PLI (plan locaux intercommunaux). Cette formation avait été initiée par Jérôme. Du bout du bout des lèvres...
Le dernier point présenté par Jérôme, c'est l'autoroute A28-A13 à laquelle nous pouvons légitimement nous opposer. Cependant, parce qu'il faut prévoir les meilleurs aménagements dans le cas où, malheureusement, l'autoroute serait construite. C'était aussi le rôle du SCoT, et donc, de son président.
Ceinture et bretelles explique-t-il. Espérons que ce ne seront pas les bretelles d'autoroute...
A l'issue de cette délibération sur le rapport d'activité 2012, avec l'opposition du maire et de ses adjoints sur de nombreux sujets : les Hauts-Prés qui coûtent trop cher ; la conserverie dont ils doutent ; le SCoT auxquels ils se sont opposés ; mais aussi les transports ; avec les voies que la majorité critiquait lors du dernier conseil - celle du Vaudreuil vers le rond-point du Fantôme, dont ils décriaient le faste (des "Champs-Elysées" !, disaient-ils) - ; l'engagement de la CASE à étudier le retour en régie publique,... on pouvait craindre que la majorité ne vote contre ou s'abstienne.
Et bien, non. Le rapport d'activité de la CASE fera l'unanimité. Etonnant, non ?

Conseil municipal de fin de mandat : il étaient 4.

Le Président de la CASE, M. Yung, et le Directeur Général des Services, M. Le Gal, ont fait le déplacement pour faire en personne le rapport d'activité de la CASE pour 2012.
Seulement le choix du jour du conseil s'est fait comme d'habitude sans demander aux conseillers leur disponibilité. Et là, pour Jérôme, c'était le vote du budget au Conseil Régional, réunions ou déplacements à Paris pour les autres, indisponibilité pour le dernier.
Cela a été l'occasion de se compter pour la majorité : 4 ! Quatre...
C'est donc un conseil municipal en 4 minutes chrono que je vous propose en vidéo. Le temps de vérifier que le quorum n'y est pas, et donc que le conseil devra se réunir plus tard.
Constat du Directeur Général des Services de la CASE : "Ca sent la fin de mandat..." "Non, ça sent les fêtes de noël", dira un autre.
Peu importe ce que ça sent, le sapin (de noël, s'entend) ou la fin de mandat, on compte sur une main, sans lever le petit doigt : 1, 2, 3, 4.
Ah, il y avait nombre de chaises disposées cette fois-ci, contrairement à l'habitude où je dois installer LA chaise. Mais bien sûr, personne d'autre que moi, pour ce conseil où la municipalité tourne le dos au public désormais...

Une subvention pour l’accueil à l’enfance va à la salle des fêtes. 507 000 euros.

Une subvention pour l'accueil à l'enfance va à la salle des fêtes.
Un nouveau bond quantitatif dans la course à la subvention pour redorer la salle des fêtes
A l'origine, il s'agissait de remettre en forme la salle des fêtes. Les premiers devis donnaient une évaluation de plus de 100 000 €. Après une réunion, l'estimation, avec une remise aux normes et des accès PMR est grimpée à 303 000 €.
Trop cher. Bien trop cher. Il fallait aller trouver des subventions.
Mais le dossier allait s'emballer : 303 000 €, quelques mois plus tard : 404 000 €. Mais attention il y aurait des subventions "croisées", pour l'isolation, l'accès aux personnes à mobilité réduite (PMR) et le toutim.
Et les subventions, ils ne les ont pas eues.... Alors ?
Alors, ça grimpe à 507 000 € ! 507 000 €...
Il y avait bien une subvention du département, mais sur les 3 conditions indispensables à l'obtention du prêt, 1 seule était remplie : l'éco-conditionnalité liée à la maîtrise de l'énergie.
Le but de cette subvention est d'"apporter aux familles les services pour l'accueil des enfants et leur proposer des activités encadrées".
Ce n'est pas celui de la commune, qui était juste de refaire la salle des fêtes. Le projet a dérivé. Dérivé avec une nouvelle cuisine, initialement estimée 80 000 €. Aujourd'hui, le devis est passé à 112 000 € la cuisine !
Dérivé encore avec un chauffage qui passe à plus de 86 000 €. Il est hors de question d'espérer rentabiliser l'un ou l'autre de ces équipements. Cela permet simplement d'atteindre le plancher de dépense obligatoire pour l'obtention de la subvention.
Comme Laetitia l'avait très justement dit à plusieurs reprises au cours des conseils précédents, il fallait atteindre une somme plancher de 460 000 €. La commune ne pouvait donc pas l'obtenir avec un projet à 404 000 €.
On avait pourtant entendu M. Schwartz, l'adjoint aux finances, en mars 2013 : "Entre guillemets, vous nous dîtes qu'il faut dépenser plus, alors qu'on n'a pas les moyens de dépenser."
Ce n'était pas du tout dans les propos ni les intentions de Laetitia d'utiliser cette subvention destinée aux enfants pour construire une cuisine qui ne leur servira à rien. D'ailleurs, à qui servira-t-elle ? Mais oui, l'attitude de l'adjoint aux finances a changé, et il demande désormais de dépenser plus, alors qu'on n'a pas plus les moyens de dépenser.
Ce n'était pas dans les buts de l'opposition de partir dans une course effrénée à la subvention, d'engager des dépenses inutiles, quand le but : c'est juste de rénover une salle des fêtes utilisée essentiellement par les associations. Comme l'avait rappelé le maire.
Lorsque Jérôme Bourlet demande si le fait d'appeler la salle de "polyvalente" à "inter-générationnelle" servait à justifier l'objectif de la subvention, le maire acquiesce. Lorsqu'il demande s'il y aura un contrat signé avec la C.A.F., le maire estime que c'est inutile, puisqu'Andé a déjà un tel contrat, et qu'on a une convention avec Andé, pour utiliser le centre de loisirs d'Andé. Et lorsque Jérome demande si la salle sera essentiellement axée sur le périscolaire ? Le maire répond : "pas essentiellement !". La vocation de la salle des fêtes va-t-elle changer, ce sur quoi les habitants et les associations qui utilisent la salle pourraient tiquer ? Pas de danger que cela change : et d'ailleurs, le planning de la salle a été réservé pour l'année entière.
Tout le débat au conseil montrera qu'il s'agit bien d'utiliser une subvention pour une salle des fêtes, et que parce qu'ils ont failli à trouver d'autres subventions, c'est celle destinée aux enfants qui sera choisie. Pour des investissements non-rentables, non mutualisés et non mutualisables. Mais parce que les communes alentour ont réaménagé leurs équipements, leur centre-ville, et parce que l'équipe en place ne l'a pas fait pour Saint-Pierre, alors, il leur semble qu'ils y ont le droit.
Juliette Kaaouche estime même que c'est un investissement minime. Minime comparé à la ville du Vaudreuil où elle travaille. Le Vaudreuil a réaménagé tout son centre-bourg, de A à Z, comme elle le dit. En utilisant l'argent de la CASE, du Département, de l'Etat... Ils auraient même réalisé des "Champs-Elysées", c'est dire alors si on a bien raison de profiter de la manne pour une simple petite salle des fêtes. Et même si les réparations se font au prix du neuf !
Jérôme Bourlet a beau rappeler qu'aujourd'hui, plus que jamais, chaque euro investi doit être utile, structurer la commune, et répondre aux besoins actuels et à venir. Ce qui n'est pas le cas. Jérôme rappelle aussi que son investissement, la commune du Vaudreuil l'avait d'abord fait sur l'aménagement du centre-bourg.
La question qui reviendra tout au long du débat dans la bouche des conseillers de la majorité, c'est que si on peut faire mieux en neuf ailleurs, qu'est-ce qu'on ferait de cette salle des fêtes ? On justifie cet investissement, pharaonique ou minime selon le point de vue, parce qu'on n'a simplement pas d'idées, qu'on n'a pas réfléchi à l'avenir de cette salle des fêtes. On marche sur la tête. En vidéo :
Alors qu'en mars, tous les élus - tous - considéraient que la remise aux normes de cette salle ne pouvait aller jusqu'aux 500 000 € ou plus, il en était hors de question pour tout le monde parce qu'on n'en n'avait pas besoin, en novembre, on nous propose un budget de 507 000 €. Parce que ça permet de dégoter une subvention, et pas parce qu'on en a besoin.
Alain Loëb nous l'explique : "Et ça augmente le montant, et ça nous permet d'obtenir les subventions croisées de l'Etat et du Conseil Général." De ce qu'en dit le maire, c'est la CASE et les services de la CASE qui ont proposé à la commune d'ajouter un projet d'aérothermie qui permet à la mairie d'obtenir un devis supérieur au plancher. Plus de 100 000 € de plus par rapport au précédent devis.
Toutefois, ça reste une subvention dédiée à l'accueil de l'enfant qui passe à une salle des fêtes. On peut écouter les arguments de la municipalité sur la cuisine, qui deviendrait presque un équipement périscolaire :
  • Alain Loëb : "La cuisine en liaison froide serait aux normes. S'il y avait un souci quelconque sur la cuisine qu'on a à l'école, on sait qu'en terme de place et caetera, bon c'est pas extensible. Si on avait un problème, on a eu un problème, là on a un équipement aux normes."
    Ah. Toutes les communes vont-elles devoir doubler leurs cantines en cas de souci sur leur cantine ? Si C'est le cas, la dette du pays n'est pas près de se résorber. L'équipement de la cantine est quasi neuf.
    Mais la salle des fêtes est loin de l'école. Il faudrait 1/2 heure aller-retour pour emmener les enfants à la salle des fêtes.
    Il faudrait des équipements pour les enfants en salle des fêtes, des tables pour enfants, assiettes couverts et équipements spécifiques à une cantine.
    Enfin, l'une est en liaison chaude et l'autre serait en liaison froide. En cas de souci, on casse le contrat avec le fournisseur ?
    Inutile de venir nous faire croire qu'on pourrait disposer une cantine annexe dans la salle des fêtes, voire d'utiliser deux cantines en même temps, au lieu de revenir simplement aux deux services. Pas seulement parce que l'une est en liaison froide, et l'autre en liaison chaude, mais parce qu'on ne pourra pas perdre 1/2 h pour le transport des enfants, et qu'on ne peut pas doubler les personnels de service.
    Enfin, une cantine c'est dans l'école ou à côté, pas à l'autre bout de la ville ! Si on veut mutualiser, il faut rapprocher la salle d'activité de l'école, et non éclater les services à travers la commune. C'est impossible.
  • Alain Loëb : "Elle peut servir pour autre chose. En périscolaire, elle peut servir pour autre chose." "On peut faire des ateliers."
    Des ateliers ! 112 000 € pour faire faire des crêpes ou des macarons à des enfants dans le cadre d'une activité périscolaire qui nécessiterait 1/2 h de transport-déplacement, alors que les enfants n'auront peut-être qu'une 1/2 h de temps éducatif ? Le temps de se déshabiller, s'attacher les cheveux, mettre un tablier, on enlève le tablier et bisous tout le monde, c'est l'heure. Si on veut faire un atelier cuisine, les enfants le font à la cantine de l'école...
    Ce ne sera pas non plus sur la pause du midi qu'on ferait de tels ateliers. Pas après le repas. On ne fait pas faire la cuisine à des enfants repus.
    Allons, c'est une blague. Pas une blague à deux balles : une blague à 112 000 balles !
Tout ce débat montre bien qu'il y a un véritable besoin pour la commune : on a besoin d'une vraie salle d'activités, pratique, placée non loin de l'école aussi, pour que les associations puissent interagir avec l'école. Ce serait l'occasion de mutualiser les investissements, de redynamiser et de partager au mieux toutes les ressources en hommes et femmes, en équipements, en déplacements.
On a besoin d'un vrai projet pour les associations et pour l'école, et ce n'est pas du tout un investissement si pharaonique soit-il sur la salle des fêtes qui y répond en quoi que ce soit. On a besoin de la retaper ? Oui. On en a besoin, et on en aura encore besoin.
Mais on n'a besoin ni d'une aérothermie qui risque d'être de l'argent jeté par le double-vitrage, ni une cuisine hors de prix. Et pas cuisine périscolaire SVP.
On verra si le conseil général fermera les yeux sur ce dossier, si la CASE continuera de nous faire opter pour des options grand luxe permettant d'obtenir des subventions du CG et de l'Etat, si l'Etat lui-même, ou la C.A.F. daignera y jeter un oeil ?
Et tout cela risque bien de plomber le prochain mandat... C'est un projet BLING-BLING !
Si toutes les communes peuvent agir de même, considérer les impôts comme une ressource gratuite et un dû, alors je ne m'étonne plus guère de l'état de la dette en France.
La dette, ce sont les enfants d'aujourd'hui qui la paieront, mais ce sont les subventions qui leurs sont dédiées que l'on utilise pour faire la fête. Douce France, cher pays pour notre enfance...

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV