Franck Martin

Ce tag est associé à 1 articles

Le peuple a choisi la droite. Le Président a entendu le message : le gouvernement vire à droite.

Louviers bascule à droite. Sincères félicitations à François-Xaviers Priollaud et Anne Terlez pour leur victoire qui leur permet de remporter la municipalité, ainsi que 13 conseillers communautaires sur les 80 qui composent l’assemblée de l’agglomération.
La défaite est parfois cinglante par chez nous. A Vernon, la liste PS de M. Nguyen Than ne recueille que 17,05% des voix. Le refus de l’ouverture n’a pas été payant.
Evreux est passé à droite.
Le PRG perd les deux villes qu’ils administraient dans le département, et les agglomérations Seine-Eure et Grand Evreux.
Je leur souhaite de reconstruire dans la sérénité, dans la recherche des solutions les meilleures pour eux et pour les gens, et avec les meilleurs partenaires possibles.
Vae victis. Je souhaite tout de même rendre hommage à Franck Martin et à tous ceux qui l’ont accompagné au cours des années. Oui la communication, oui l’agressivité qu’il a pu avoir envers certains, alors qu’on peut se disputer sans tomber dans la caricature.
Et oui à nombre d’actions municipales. Comités de quartiers, associations ont pu s’exprimer, parce qu’il y a bien une qualité à reconnaître à Franck Martin, c’est d’être capable de laisser travailler les gens, quitte à s’en attribuer le résultat. S’attribuer les résultats, c’est une posture politique. Laisser travailler les gens pour la communauté, et faire travailler les services pour sa commune, c’est une vraie qualité.
Merci pour votre travail et de vrais résultats, même si nous avons été en désaccord sur de nombreux points. Nous avons été en accord sur d’autres.
Les méthodes n’ont pas plu apparemment, au vu de tout ce qui a été fait. Et toutes les villes n’ont pas basculé à droite non plus. A méditer...
Pour les avoir rencontrés ou écoutés, FXP et Anne Terlez sont des personnes intelligentes et responsables.
Ils devront reprendre le flambeau. Sans trop critiquer, ce ne sera pas facile, et il est logiquement politique de le faire.
N’oubliez pas ceux qui bossent au cœur de la ville et des quartiers. Les élections vont et viennent, et la ville, c’est aux gens qu’elle appartient.
N’oubliez pas l’écologie, non plus. C’est pour demain.
A Rouen, la fusion sans problèmes entre le PS et EELV – qui a réalisé un score de plus de 11% au 1er tour – et PC a permis de reconduire la liste d’Yvon Robert.
Mais Caen, Montivilliers, Fécamp tombent à droite. Plus près de chez nous, Les Andelys passe à droite, avec tout de même un score impressionnant pour le FN. Laure Dael, PS, ne réalise que 22,53% des voix.
Gisors tombe aussi, malgré la figure emblématique de Marcel Larmanou.
Mais ce n’est pas que l’Eure ou la Normandie qui ont basculé. C’est toute la France qui a basculé.
Quelle claque ! Une énorme claque ! Et 155 villes de plus de 9000 hab. qui basculent à droite.
Qu’en penser ? C’est bien sûr une défaite de la politique du gouvernement. Mais pas seulement.
Les électeurs sont adultes et responsables. Il faut accepter la sanction, pas d’autre choix.
Il faut répondre aux gens. Ils n’ont pas fait que voter contre le gouvernement : ils ont dit non à leurs maires. Non à leurs maires de gauche. Sont-ils plus nuls que les maires de droite ? Parfois, oui. Mais à ce point, la gifle magistrale est tout de même une gifle infligée à un gouvernement de gauche qui semble avoir complètement abandonné le peuple de gauche. Le petit peuple. Les petites gens, qui cherchent même des solutions dans les extrêmes qui n’ont que l’exclusion à proposer pour protéger. Comme si on pouvait exclure les problèmes.
Devise shadok : s’il n’y a pas de solution il n’y a pas de problème.
Devise extrême shadok : s’il y a problème, supprimons les gens qui ont des problèmes, il n’y aura plus de problème.
Notre président a entendu les électeurs. Les gens ont voté à droite. Donc ils veulent la droite. Ce sera Valls.
Ce n’est pas un syllogisme, c’est une fatalité.
C’est une adhésion à l’opinion publique, ce n’est pas une réponse. Au delà de la question de l'homme, c'est bien la question de la politique qui est mise en cause. Nous aurons un pacte de solidarité...
PS (post-scriptum :-) Une bonne nouvelle quand même dans tout ça, c’est la victoire de M. Piolle et toute sa liste à Grenoble. Résultat d’un gros travail de fond, d’un énorme travail de chacun et d’aspirations à faire autrement. Merci, Eric. Je te souhaite, comme à chacun, de la réussite. Et à toi en particulier, dans ce game over de la gauche.

Etude urbaine du centre-bourg de Saint-Pierre du Vauvray, l’ébauche du PLU…

L'étude urbaine du centre-bourg de Saint-Pierre du Vauvray a été présentée au public le 7 février.
L'étude urbaine du centre-bourg de Saint-Pierre du Vauvray a été présentée au public le 7 février. Tout la population était invitée à y assister. Et le public a été nombreux à répondre à cette invitation. De cela, tous pouvions nous en réjouir.
Cependant, là où les habitants espéraient un débat public, il s'est agit plutôt d'une présentation, suivie de questions/réponses.
Cette étude intéresse au plus haut point les habitants. Ils l'ont prouvé en se déplaçant nombreux. Ce n'est guère étonnant, pas un projet n'a vu le jour en cinq ans, et là, ils tombent en pluie : un plan de circulation, des projets immobiliers, des projets d'équipements, une école, un projet de village d'artisans, des projets sportifs et touristiques, une base nautique, un stade rénové, la gare réaménagée, comme la rue de la gare, des transports doux, chemins piétons, pistes cyclables, et les friches Labelle quui disparaissent enfin du paysage.
Ce n'est plus une pluie, c'est la drache.
Ces projets, on les vu sur le rétro-projecteur, et c'est vrai que les slides étaient très jolis. Ils défilaient l'un après l'autre, sans qu'il nous ait été possible de poser des questions sur chaque plan. Je ne les ai vus ni sur le site de la CASE, ni sur le site de la mairie. Aussi, je vous propose de les revoir, projet par projet, et de pouvoir agrandir les images pour bien les comprendre, à tête reposée.
Pour ça je vous ai mis un menu, en haut et en bas de page, avec les six zones définies comme étant des espaces mutables, et pour lesquelles des projets ont fait l'objet de plans.
Il vous suffit de cliquer sur une des zones pour en obtenir le détail.
le centre-bourgl'usine Labellela gare et l'accès au centre-bourgl'hôtel de villele stade et les bergesla ferme rue Gourdon et les écoles
Quel est le but de cette étude, tout d'abord, et de cette réunion publique de présentation ? Voyons ce qu'en dit Franck Martin, président délégué aux finances de la CASE :
"La communauté d'agglomération Seine-Eure a financé cette étude pour le compte de la commune de Saint-Pierre du Vauvray." Franck Martin a d'abord félicité le cabinet d'études, Ataub, pour la qualité du travail accompli. "A quoi sert cette étude, et pourquoi la CASE, financeur de cette étude, a décidé qu'elle ait lieu ? On sait bien, nous a dit Franck Martin, que dans ces réunions publiques où l'on présente un projet d'aménagement, c'est une occasion en or, et c'est très bien ainsi, c'est la vie démocratique, pour que chacun amène son petit grain de sel, son petit point de vue. Qui est important. Et en profite pour dire devant tout le monde, et aux élus, en particulier au maire, ce qu'il pense de l'état de la ville.
Le but de cette étude n'est pas là.
Cette étude a pour but d'apporter des propositions, en aucun cas, il ne s'agit d'un plan d'action cadré, ou phasé, ou financé, ça c'est du ressort de la municipalité. C'est d'abord un instrument de réflexion préalable au PLU. Avant de faire un plan local d'urbanisme, il faut des études de ce type, qui sont là pour amener des idées. Beaucoup d'idées ont été amenées, beaucoup de propositions, qui sont, lui semble-t-il, cohérentes. Certain disent qu'il ne faut pas mettre de zone 30 parce qu'il faut que les voitures passent, d'autres veulent des zones 30... L'un des objectifs de cette étude, c'est aussi d'articuler les futurs développements de Saint-Pierre avec des documents d'urbanisme plus larges notamment le Plan Local de l'Habitat [PLH, NdR] qui, lui, porte sur l'ensemble des territoires de la CASE, et il était donc dans les objectifs de cette étude de trouver des endroits où l'on pouvait densifier l'habitat [...]"
Autrement dit, habitant(e) intéressé(e) par l'avenir de ta commune, avec tes idées, tes avis, tes propositions... passe ton chemin. On t'a laissé parler, arrête de dire des bêtises et passe moi le sel... Le travail a été fait par des spécialistes, on s'occupe de tout.
Et si c'est une ébauche de PLU, rien ne dit que quoi que ce soit sera fait. Ce sont des propositions, des orientations dont les équipes municipales à venir pourront s'inspirer. Pas un projet.
La méthodologie.
Le diagnostic a été réalisé en marchant. Franck Martin, président délégué de la CASE, nous a expliqué le pourquoi de cette étude. Si vous voulez savoir comment elle a été faite, je vous invité à lire la méthodologie ici.
Vous trouverez peut-être cela un peu général, mais c'est intéressant, et j'abonde dans le sens de chacun des points cités, en vrac : repenser les déplacements, et notamment les déplacements doux, la circulation, le stationnement, les trottoirs ; re-dynamiser les commerces dans le centre-bourg ; valoriser les paysages, le patrimoine, les espaces de détente et de promenade ; valoriser les services et des équipements collectifs ; développer le bourg à partir de son centre, et le centre c'est aussi et surtout les friches Labelle...
C'est vrai qu'aujourd'hui, c'est une ruine encombrante. Demain, cela pourrait devenir un nouveau lieu de rencontre, de vie, et ce pourrait être l'agrafe entre Saint-Pierre et Saint-Etienne qui lierait les deux communes.
Les Orientations d'aménagement ne sont pas en reste. On y parle de : Conforter et requalifier le centre-bourg autour de son espace marchand ; engager la reconquête urbaine à partir des espaces mutables ; améliorer l'habitat dans le centre-bourg ; faciliter les déplacements sur la commune ; reconquérir les espaces identitaires ou en mutation ; conforter la vocation d'habitat ; valoriser le cadre de vie ; favoriser le développement des modes de déplacements doux ; garder l'environnement et le patrimoine comme axe transversal à chacune des actions ; requalifier l'espace public et le cadre de vie.
Qui est contre ? Personne ? Unanimité donc.
Ca ne vous rappelle rien d'ailleurs ? C'était au coeur du programme de 2008, élaboré notamment par Jérôme, Laetitia, Benoît... Manifestement, celui-ci a été oublié pendant 5 ans. Ou raillé par exemple lorsque Jérôme reparlait du réaménagement des berges de Seine... Et là, cela devient de nouveau possible ?
Voyons maintenant les espaces mutables ou aménageables qui ont été identifiés, et surtout, regardons de près toutes ces propositions. Il y 6 zones identifiées comme étant des espaces mutables : les friches Labelle, le centre-bourg (la grande rue et ses commerces), la gare, le stade, l'Hôtel de ville et l'ancienne ferme rue Gourdon.
Au cours de l'actuel mandat, rien n'a été fait sur ces espaces. Le bilan de ces cinq ans a été fait par la municipalité elle-même, dans ses voeux 2013. Qu'est-ce qui a été fait en cinq ans :
  • La voirie sur l'île du Bac,
  • la réfection du parking face au "bon accueil", avec 3 places de stationnement matérialisées au sol,
  • l'effacement des réseaux rue Gourdon, mais sans le passage de la fibre,
  • des partenariats avec le Moulin d'Andé,
  • et le passage de la voirie des Longchamps dans le domaine public. J'y ajoute le passage en domaine public de l'accès à une maison au Val Liard.
Maigre bilan...
Parmi ces 6 espaces mutables, il faudra bien que les candidats aux élections de 2014 nous disent les projets qu'ils retiendront, ceux qu'ils délaisseront, et qu'ils nous indiquent le phasage. C'est-à-dire qu'une fois déterminé les priorités, dans quel ordre les projets seront mis en oeuvre, et le calendrier de mise en oeuvre.
En 2008, la liste élue avait fait des projets et pris des engagements pour la commune. Quasiment aucun n'a vu le jour, hormis la bourse aux vêtements, et la suppression d'un poste d'adjoint, par démission. Au jeu du "Qui qu'a dit ?", qui a dit "Il y a là une urgence qui doit maintenant se traduire non pas en mots mais en actes" ? Gagné ! c'était le maire actuel, Alain Loëb. Sauf qu'on a été payés en mots, pas en actes.
En 2014, pas la peine donc de venir chanter "demain, on rase gratis", les citoyens seront vigilants à ce que les candidats proposent des projets ambitieux et réalistes, et s'y attellent vraiment, cette fois.
rue-gourdon-thumb
> cliquez sur l'image <
L'école
La proposition d'une école sur les friches Labelle, qui a été proposée, écrite, puis... retirée. Même si l'architecte trouve l'idée bonne. La raison ? il a été demandé au cabinet d'études de réfléchir à une implantation rue Gourdon, une réflexion qui serait déjà sur la table.
Ah bon ? Il y a un projet de nouvelle école sur la table ? Pourtant, assistant fidèlement aux conseils municipaux, je n'ai jamais vu l'ébauche d'un projet sur la table du conseil ! j'entends, quand au conseil d'école il est demandé de faire des travaux, "c'est pour ça qu'il y a un projet de nouvelle école"... Donc il est inutile d'entreprendre des travaux dans "l'ancienne école". Dans l'école, quoi.
Pour la première fois, avec cette étude, je vois l'école figurée sur un plan, dessiné par le cabinet d'architecte, à la demande de la municipalité. Sans aucune concertation avec les conseils d'école, ni avec le conseil municipal, ni avec la population.
Les enfants et les parents (Saint-Pierrois mais aussi hors commune) trouveront-ils leur compte avec une école placée à cet endroit ?
Au niveau circulation, les habitants arrivent aujourd'hui par des chemins différentes, à pied, et aussi en voiture. Avec un parking (plein) derrière la maternelle d'un côté, et de l'autre, les véhicules qui se garent rue Gourdon. L'étude constate qu'aujourd'hui, c'est déjà le foutoir avec une partie seulement des véhicules ? Ne pourrait-on craindre un bazar total à vouloir y faire passer tous les flux, tous les piétons et toutes les autos ?
Avec la loi de refondation de l'école, et la réforme des rythmes scolaires, municipalités, parents et Education Nationale devront mettre en place un projet éducatif territorial. Si nous avons repoussé la réforme en 2014. Mais nous n'avons pas encore défini les besoins des écoles pour s'y adapter. Nous n'avons pas encore les retous d'expérience des communes qui appliqueront cette réforme dès 2013. Est-il raisonnable de poser les plans d'une école avant que ces besoins aient été identifiés et les solutions définies ?
Cliquez sur l'image pour en savoir plus, ou bien cliquez ici.
le centre-bourg
> cliquez sur l'image <
Le centre-bourg
Je vous propose de cliquer sur l'image pour avoir le détail des solutions que l'étude apporte aux diagnostic établi.
D'emblée, quand on voit le powerpoint projeté à l'écran, on est tout de suite conquis par les images fournies. Avec des trottoirs qui vont jusqu'à 3,25 m de chaque côté de la rue, plus des places de stationnement de chaque côté, avec des arbres pour paysager, et des véhicules qui roulent correctement dans les deux sens, on se prend à rêver de ces nouveaux champs Elysées de Saint-Pierre. Cela vaut peut-être le coup de regarder dans le détail pour comprendre comment on arrive à faire tenir tout ce petit monde dans l'espace que l'on connaît.
Un mot sur la zone 30dont Franck Martin a relevé les dissensions entre d'un côté des habitants qui la demandaient lors de cette présentation, ainsi que le cabinet d'études qui conforte cette nécessité, et de l'autre la municipalité, ou du moins la conseillère générale, Leslie Cléret, qui semblait parler pour le maire.
Que nous a dit madame Cléret : "C'est vrai que quand il y a un centre bourg avec ses commerces, on est tenté de dire : il faut mettre une zone 30. Il y a des gens qui pour aller d'un point à l'autre, y compris pour aller à l'école, ou pour aller de la mairie à d'autres rues, sont obligés de passer par ce centre-ville C'est un avis tout à fait personnel. Il y a des endroits où c'est tout à fait possible, dans des villes comme Louviers ou comme Val-de-Reuil, au niveau d'un centre-bourg comme Saint-Pierre, ça me paraît extrêmement compliqué pour les habitants, et également pour les habitants de Saint-Etienne et d'Andé qui viennent faire leurs courses, ce serait peut-être un peu dangereux, encore une fois c'est une hypothèse, qu'on mette une zone 30,et ça effraierait peut-être quelques habitants de communes avoisinantes pour venir dans le centre."
Je tiens à rassurer madame Cléret et la municipalité avec des chiffres qui parlent d'eux-même : A une vitesse limite fixée à 50 km/h, la vitesse moyenne réelle n’est que de 18.9 km/h. Car si la pointe peut être de 50 km/h, on ne passe son temps qu’à ralentir, freiner, tourner, laisser passer. On roule jusqu'à 50 km/h, et c'est là que le risque est présent.
A 30km/h, la vitesse moyenne est de 17.3 km/h ! Cela ne rallonge le temps de trajet au kilomètre que de 18 secondes au kilomètre. 18 secondes au kilomètre seulement, avec un risque de mortalité lors d'accident, et un risque d'accident même, qui s'effondrent.
Heureusement, si l'on peut dire, la situation est de fait bloquée : parce que les stationnements ne laissent pas passer deux véhicules en même temps, la circulation est automatiquement ralentie. Avec une circulation rendue plus fluide, la vitesse moyenne ne risque-t-elle pas d'augmenter ?
Peut-on risquer la sécurité des enfants et des séinors pour seulement 18 secondes au kilomètres ? La réponse est dans la question, dans un village où l'on parcourt en auto rarement plus d'un kilomètre.
Quelques chiffres clés :
  • Les piétons sont la première catégorie d’usagers victimes d’accidents mortels en milieu urbain, avec 32 % des tués.
  • Deux catégories de piétons sont particulièrement vulnérables :
    • les jeunes de moins de 18 ans, très nombreux à être blessés,
    • les personnes âgées de plus de 75 ans, nombreuses à être victimes d’accidents mortels.
  • Le pourcentage de piétons tués de moins de 25 ans est de 17%. Le pourcentage de piétons tués de 65 ans et plus s'élève à 49%.
  • Le pourcentage de piétons blessés de moins de 25 ans est de 38,5%. Le pourcentage de piétons blessés de 65 ans et plus s'élève à 22%.
  • Le taux de mortalité par accident est considérablement plus élevé pour les séniors.
(source : prévention routière, 2011)
Pour aller plus loin, il pourrait même être possible de créer une zone de rencontre sur l'arc que représente le virage de la rue grande au niveau de la Poste et du bar-tabac jusqu'au commerce en face. Et le continuer même rue Gourdon, parce que là, la rue largement empruntée par les enfants n'a qu'un trottoir de près d'un demi-mètre, une rue qu'il faut partager avec les voitures qui sont prioritaires sur la route...
Cela voudrait dire traverser en sécurité pour accéder de la poste à la boulangerie, à la pizzeria, au médecin, de l'école à la boulangerie, sans avoir à faire un détour pour trouver un passage piéton. Une idée en l'air ?..
La voiture est indispensable. Les zones 30 aussi : ville30.org
le centre-bourg
> cliquez sur l'image <
Des beaux projets, d'autres dont il faut revoir la copie, d'autres encore carrément plus douteux...
Des beaux projets, il y en a. Le projet immobilier à la place de l'agence immobilière est un beau projet, par exemple. Et Jérôme l'avait identifié dès 2008 - avant que cela ne devienne une agence immobilière - pour en faire ce que l'on appelle aujourd'hui "papyloft". C'est une place de choix au pied des commerces. Une belle vue, une situation idéale, pour un projet valorisant pour la commune.
L'aménagement des berges et la création d'une aire de pique-nique, de jeux et aussi base nautique est aussi une excellente idée. Qu'il faut compléter par un cheminement le long de la berge pour les promeneurs. Je ne comprends toujours pas pourquoi le projet d'aménagement des berges que portait Jérôme, projet qui avait été primé, a été rejeté par le maire. Il y avait du financement pour cela. Mais je suis heureux de voir qu'il resurgit.
Je note qu'astucieusement, le silo qui s'y trouve a été "effacé". Peut-être est-il encore tôt pour cela, car il fonctionne encore pour l'instant...
Il y a des projets indispensables, mais dont je pense qu'il faut les remanier. Je pense par exemple au cas du cheminement le long de la gare et sur la D110. Oui, les trottoirs sont dans un état lamentable. Comme les aires de stationnement qui feraient pitié dans les coins les plus reculés d'une zone industrielle. C'est l'image que donne notre commune aux automobilistes qui empruntent la départementale. Quelqu'un pense que cela donne envie de s'arrêter, ou de rentrer dans le centre-bourg ? Seulement voilà, le projet de stationnement dans cette rue, si c'est joli, ne tient pas compte de la clientèle du restaurant "la Teurgoule", dont l'activité risquerait d'être condamnée. Un beau projet, mais à adapter aux besoins de l'activité actuelle. Faute de quoi l'activité économique en pâtira, et on risquerait de créer du chômage ?
Des projets plus douteux, il y en a. J'ai parlé de l'école déjà, mais il y a un autre projet que je ne trouve incompréhensible : Sur la photo ci-contre, on voit un projet de "papyloft" situé derrière la mairie. On déménagerait les services municipaux ailleurs - au soleil - pour construire des logements à l'ombre d'une falaise surplombée de grands arbres. Pour faire passer la pilule, on a mis une herbe plus verte qu'ailleurs, on voit le terrain formidablement éclairé, avec un gazon qu'on croirait provenir d'un golf en floride. Il n'en est rien. Ce terrain ne voit pas le soleil à l'ouest ou au sud, et est un des plus froids et les plus ombragés de la commune. Et c'est cet endroit qu'on choisirait pour parquer nos ainés ?!.
On pourrait reparler de la remise aux normes de la salle des fêtes, un projet de 400.000 euros, dont le financement par le Conseil Général pourrait aujourd'hui être en cause du fait qu'il n'atteindrait pas la somme plancher de 460.000 euros d'investissement. On en a parlé là, lorsque cela a été discuté au conseil municipal, et vous le trouverez toujours dans le projet de rénovation de l'Hôtel de ville.
Et 400.000 euros plus tard, est-ce que cela répondra bien aux vrais besoins d'une salle des fêtes ? Après des travaux d'isolation thermique, il restera toujours 7.500 € d'investissement dans des appareils de chauffage. Bien isolé, alors ? Ou bien la structure est-elle déjà caduque ? Avec une forme en trapèze, une situation au pied des immeubles, un éloignement des autres structures, répond-il à nos besoins en matière de salle des fêtes ? Quand on sait que les cours de musique de l'IMA sont donnés dans la petite salle à côté des toilettes de la mairie, ou dans l'école maternelle, est-il cohérent de rénover cette salle, au prix du neuf ?
Je vous laisse vous balader entre ces projets. Vous y trouverez toutes les images de cette étude, que vous pourrez agrandir en cliquant dessus.
Pour vous balader entre les projets, il vous suffit de cliquer sur la vignette correspondante en bas de page. N'hésitez pas à apporter votre grain de sel, et tant pis si vous renversez vous aussi la salière...
Les réactions du public :
Selon la presse, en l'occurrence "La Dépêche" qui était présente, "ces grands projets n'ont pas convaincu la majorité et le public a fait part de ses impresssions".
Comment de tels projets ont-ils su ne pas convaincre ?
C'est compréhensible : Ce qu'on lit en creux dans cette étude, c'est que si l'on a identifié beaucoup de projets, la plupart étaient identifiés déjà, avant 2008. Et aucun n'a été réalisé, voire même seulement entamé, durant ces 5 dernières années.
Jérôme, Laetitia, Benoît et Pierre avaient largement fait part de ces sujets :
  • Un "papyloft", non pas derrière la mairie, mais à la place de l'agence immobilière, au coeur de la zone commerciale ;
  • la réflexion sur les friches Labelle ;
  • la re-dynamisation des commerces ;
  • la nécessité de repenser la circulation ;
  • la remise aux normes des trottoirs ;
  • les modes de transport doux ;
  • l'accès aux commerces et aux écoles ;
  • la sécurité des transports pour les plus fragiles - les enfants et les personnes âgées - ;
  • le développement des offres culturelles et sportives ;
  • le tourisme et la promenade par la revalorisation des berges ;
  • la création d'une aire de sport, de jeux et de pique-nique derrière le terrain de foot ;
  • des cheminements doux permettant de re-découvrir les paysages et d'accéder des berges aux commerces ;
  • le développement du périscolaire qui va faire cruellement défaut avec cette petite révolution des rythmes scolaires qui nous attend
  • et ça c'est entre autres, j'aimerais évoquer le partage des compétences, la démocratie participative, l'information régulière des habitants sur les actions de la municipalité (c'est peut-être normal, ça ?!), les commissions ouvertes aux habitants, la commission "finances" ouverte, l'éco-tourisme, les spectacles vivants, qui ont disparu avec l'éviction de Benoît, les transports collectifs, cyclables, pédibus, j'en passe, n'en jetez plus...
La gare n'avait pas été identifiée. Mais ça, c'était avant la mise en place du cadencement fin 2008, la fermeture de la ligne Saint-Pierre - Paris, et la fermeture de la gare.
Il y a de quoi calmer les ardeurs. Le diagnostic reste donc le même au bout d'un mandat presque complet.
Si l'on ajoute que ces projets ne sont pas un plan d'action cadré, ou phasé, ou financé, selon les propres termes du président délégué de la CASE ; que les propositions et objections faites par les quelques personnes n'ont pas forcément été retenues ou prises en compte ; que cette étude n'a vocation qu'à être un instrument pour préparer le PLU - qui est désormais passé dans le champ de compétences de l'agglo - en accord avec le PLH de l'agglomération ; que de débat public, il n'est que l'occasion en or pour nous tous d'apporter notre petit grain de sel, notre petit point de vue, ça peut amener un peu de doute et d'amertume sur les changements qu'attendent les habitants.
Cette étude relance la volonté des habitants de faire bouger leur commune. Ne ratons pas cette occasion de débattre et de choisir une vision partagée de l'avenir de notre commune. Et qu'on commence enfin à la mettre en place. Mais pas n'importe comment, on n'a pas le droit au ratage.
A Saint-Pierre, nous avons peut-être des tout petits points de vue. Eh, nous avons aussi de magnifiques panoramas. Quand à notre petit grain de sel que nous pouvons apporter à postériori, j'ai envie de dire aux habitant(e)s : sortez les salières !
Ah, oui, dernière petite chose : Le contrat d'agglomération 2011-1013, c'est 72 millions d'euros pour toute l'agglo. Soit environ 1.200 euros par habitant.
Le contrat d'agglomération 2011-2013 pour Saint-Pierre du Vauvray, c'est 120.000 euros pour la commune. Soit 50 euros par habitant. 24 fois moins.
C'est sûr qu'on n'embête pas la communauté d'agglomération. On peut continuer comme ça, et continuer à regarder notre commune se détériorer. Ou alors prendre aussi notre part. Il sera temps. Tout ploucs que nous sommes, nous participons à la vie et au développement de l'agglomération.
Pour remplir ces objectifs, tant que faire se peut, voici les 6 zones qui ont été identifiées. Cliquez sur une image pour en savoir plus :
le centre-bourgl'usine Labellela gare et l'accès au centre-bourgl'hôtel de villele stade et les bergesla ferme rue Gourdon et les écoles
Pour voir les propositions d'aménagement de chacune de ces zones, il vous suffit de cliquer sur une des images. Pour zoomer sur une image, cliquez simplement dessus. N'hésitez pas à apporter votre grain de sel...

Hollande à Val de Reuil : Jamet, Destans, Loncle, Bachelay, Fabius et Montebourg sont sur le bateau ; Hollande à Louviers : Martin, Cléret, Destans, Nguyen Thanh, Bachelay, Le Vern, Loncle et… Jamet montent sur l’esquif… Qui qu’a gagné la régate ?

Le président de la République a fait l'honneur de sa visite aux deux villes "modestes" - c'est le président normal qui le dit - de la CASE : Louviers, et Val-de-Reuil, ou Val-de-Reuil et Louviers, selon le point de vue...
"Ce qui compte, au delà des paroles, ce sont les actes. Et y a pas de mise en scène", a dit François Hollande en sortant du musée de Louviers.
Franck Martin attend à son balcon que le président arrive de Val-de-Reuil - © Franck Martin
Pas de mise en scène, peut-être. Mais un casting, sinon de rêve ("le roi MAJ fait de l'intox. Hollande à Val de Reuil ? Pas en rêve", avait annoncé Franck Martin pour la visite à Val-de-Reuil), du moins serré. On n'est pas en 16/9ème, il va falloir se hisser sur la pointe des pieds, pencher la tête, jouer un peu des coudes pour avoir son nom sur le générique.
De la visite à la CASE, il reste un drôle de goût sur la langue : celle du perpétuel antagonisme des deux villes voisines, emmenées par la guerre de leurs chefs, Franck Martin et Marc-Antoine Jamet.
Bisque rage !
Non content d'avoir fait patienter son rival au balcon, et histoire de faire enrager un peu plus le président de la CASE, MAJ qui s'invitera à Louviers aux côtés du maire, ira écrire sur twitter : "Hollande en mairie de Louviers : "Val-de-Reuil est une réussite municipale exceptionnelle." Cela fait plaisir."
L'élection du 7 (pas celle d'Alain Le Vern, celle de Franck Martin) risque d'être un festival d'amabilités !
C'est tout ? Non. Un invité surprise sera présent à Val-de-Reuil : Pétroplus. Prudent, François Hollande ne fera aucune promesse aux salariés, mais il rappellera Shell à ses responsabilités. Shell qui s'est dégagée du site qu'elle a exploité durant 60 ans, laissant les employés aujourd'hui sur le carreau, et demain un site qui coûtera des centaines de millions à dépolluer.
François Hollande l'annonce donc : "[Shell] doit prendre sa part, non seulement de la reprise, ça, ce sera un autre industriel, mais de ce qu'on appelle la dépollution." Je rappelle les propos de Hollande à Louviers : "Ce qui compte, au delà des paroles, ce sont les actes."
Alors, qui qu'a gagné la régate ? On le saura demain lors de l'élection du président de la CASE. Il y a de fortes chances pour que Franck Martin, en bon navigateur qu'il est, pousse Marc-Antoine vers les récifs. Au fait, c'est qui le gars normal à côté de Martin et Jamet ? Qu'est-il venu faire dans cette galère ?

Pôle métropolitain CREA-CASE : les représentants de la CASE ont été nommés, la réprésentation ne représente pas la communauté d’agglomération !

Aujourd'hui, c'est un jour spécial, c'est Pâques. On va pouvoir aller trouver les oeufs dans les jardins, croquer tout crus les petits lapins qui se cachent dans les fourrés, et on va voir les cloches voler en escadrille. Si, si. Levez le nez, et avec un peu de chance... Joyeuses Pâques.
Mais je ne suis pas venu pour vous parler des cloches de Pâques, je voulais vous parler de la représentation de la CASE au pôle métropolitain.
Les représentants de la CASE au pôle métropolitain CREA-CASE ont donc été nommés.
Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil ayant été écarté de la liste des délégués pour opposition, les élus de Val-de-Reuil ont boycotté cette élection.
Voici donc la liste des délégués de la CASE (roulements de tambour...) :
Commission développement économique :
Andé (1)
  • Jean Legoff
La Haye-Malherbe (2)
  • Olivier Desplats
  • Jean-François Laborde-Padie
  • Mathieu Traisnel
Léry (1)
  • Jacky Gasnier
  • Chantale Picard
  • Roger Leblond
Poses (1)
  • Didier Piednoël
  • Eric Jammet
Saint-Pierre du Vauvray (2)
    • Alain Loëb
    • Pascal Schwartz
    • Véronique Brethiez-Julia
    Commission tourisme :
    Andé (1)
    • Denise Vard
    Léry (1)
    • Dominique Douche
    • Pauline Blasquez
    • Isabelle Momplay
    • Marie-Hélène Gateau
    • Jacques Hue
    • Marie-Christine Calmon
    • Véronique Bertrand (Klepal)
    Saint-Pierre du Vauvray (1)
    • Claude Laroche
    • Agnès Halbout
    • Lauris Oberkampf de Dabrun
    • Sylvianne Loret
    Commission transports en commun :
    Andé (1)
    • Lionel Legrix
    • Paul Emaer
    Léry (1)
    • Jean-François Petit
    • Pauline Blasquez
    • Edwige Laquerrière
    • Dominique Hébert/li>
    Poses (1)
    • Thierry Jimonet
    • Eric Jammet
    Saint-Pierre du Vauvray (1)
      • Alain Loëb
      Surville (1)
      • Alain Renaux
      La Vacherie (1)
      • Jean-Claude Courant
      • Eric Bordet
      Un pôle métroplitain qui évacue Val-de-Reuil de l'agglo, c'est une farce ?
      Franck Martin avait prévenu : "la CASE est une structure un peu originale dans le domaine puisqu'effectivement, elle ressemble peut-être plus à un village gaulois. Il n'y a pas de structuration entre une majorité et une minorité, il n'y a pas de structuration politique à proprement parler, dans les instances de la CASE, c'est un "subtil" équilibre entre les représentations territoriales, et les compétences propres de chacun. Il fallait garder une place au chaud pour une représentation ultérieure de l'agglomération Seine-Bord, dans l'hypothèse d'un mariage heureux fin 2013."
      Il l'avait dit : "La CASE fera comme d'habitude, fera entre ceux qui sont intéressés, ceux qui ont une compétence particulière, ceux qui souhaitent s'investir parce qu'il sont dans la commission de développement économique, la commission tourisme,..."
      Val-de-Reuil, 2ème ville de la CASE en population et 1ère en terme économique, la ville qui héberge la gare SNCF, centrale donc en termes de transports, une ville qui possède des centres sportifs et de loisirs, des théâtres, salles de concerts, cinéma, des écoles, collèges et lycées, un pôle de compétitivité dont on connaît tous l'importance, quatre des plus grands data-centers de France, et j'en passe.
      Marc-Antoine Jamet a été éliminé. Cela nous conduit à cette situation ubuesque : Saint-Pierre du Vauvray a 4 délégations, deux au développement économique, une au tourisme et Alain Loëb aux transports en commun. Aucune délégation pour Val-de-Reuil ?! Pour les transports en commun, nous avons d'un côté un maire qui a présenté ici son PDU, qui pose la question de la nécessité d'une navette entre la gare de Val-de-Reuil et Saint-Pierre du Vauvray, lorsque la CASE proposait cette navette. D'un autre côté, le maire de Val-de-Reuil, présent lors du débat public de la LNPN, qui se bat pour sa gare et ses transports en commun. On peut-être d'accord sur de nombreux points avec Jamet, en désaccord sur d'autres, mais force est de constater que c'est une personne, et à priori, une équipe, qui connaît le sujet, qui a la connaissance des dossiers, et une vision pour sa ville et sa région en matière de transports en commun et qui a des arguments solides. On accepte dans la commission le maire de la Vacherie, qui s'opposera de toutes ses forces à ce qu'on étudie même une ligne Rouen-Evreux, mais pas de Jamet, capable pourtant d'échanger des arguments avec Guillaume Pepy, et de présenter une vision cohérente de transports pour le territoire.
      On élimine donc une commune qui est une cheville ouvrière de la communauté d'agglo, on élimine des acteurs écologistes qui déplaisent, mais capables, eux, de présenter un cahier d'acteur lors du débat sur la LNPN, de proposer un nouveau scénario qui sera retenu par RFF comme alternative sensée, et qui militent pour les transports en commun, pour présenter face à la CREA des délégués dont d'aucuns ne jurent que dans le déplacement individuel en automobile.
      On marche juste sur la tête. En face, au moins, côté CREA, ils sont capables de présenter des délégations représentatives des partis et des débats politiques, même si, au final, numériquement et par jeux d'alliances, c'est Fabius qui commande. Et même si je continue de penser qu'il ne s'agit là que d'une feuille supplémentaire ajoutées au mille-feuilles, contrairement à ce que dit Laurent Fabius.
      A la CASE, non, c'est... le fait du prince. Le pôle devait apporter soi-disant de la souplesse. En éliminant une Val-de-Reuil, qui est une des jambes de notre communauté d'agglo, et écartant des personnes compétentes et représentatives, ce n'est plus de la souplesse : c'est l'enterrement de 1ère classe du débat politique et d'un développement équilibré du territoire.
      Verra-t-on la CREA et Laurent Fabius aborder des dossiers avec la CASE comme si de rien n'était ? Ce n'est plus un pôle, c'est une farce !

      Un pôle métropolitain devrait unir CASE et CREA : “machin” ou bien outil vraiment indispensable ?

      Le 15 décembre 2011, la CASE recevait la CREA. Laurent Fabius était l'invité vedette du président de la CASE, Franck Martin, pour convaincre les conseillers communautaires de la nécessité de créer un pôle métropolitain.
      La naissance de ce pôle vous a été annoncée sur caméra diagonale, sur le blog de Jean-Charles Houel. Pour nos deux amis blogueurs, aucun désaccord ne s'est manifesté, c'est l'harmonie qui règne. Pourtant, nous avons entendu des doutes et même des craintes et des désaccords parmi les conseillers communautaires. C'est pourquoi nous vous livrons plus bas une retranscription de ces débats.
      En ce qui concerne la communication institutionnelle, nous trouverons quelques lignes sur le blog de Franck Martin, et des présentations très succinctes sur les sites de la CREA et de la CASE.
      Le pôle métropolitain est un syndicat mixte fermé, prévu par la loi de réforme des collectivités territoriales Sarkozy de novembre 2010, qui vise à coordonner l’action de plusieurs intercommunalités.
      M. Fabius a dit, lors du débat public, qu'ils n'allaient pas créer "un machin qui permet de faire quelque chose qui n'aurait pas pu être fait".
      Je me pose donc la question de savoir si c'est bien une avancée pour notre communauté d'agglomération, ou bien juste une strate supplémentaire, un "machin" justement, qui ne permet que de faire les choses qui auraient pu être faites en l'état actuel, pour reprendre l'expression de monsieur Fabius. Et qui pourraient l'être dans le périmètre de compétence de la CASE, de la CREA, ou réalisées en commun. Tout dépendra des projets avancés.
      Cette strate intermédiaire sera constituée de représentants non élus au suffrage universel direct. Archi-compétents, j'en suis persuadé. Pourtant, des élus, que l'on a pu entendre, ont pu exprimer leurs craintes quant à la prise de décision politique, à l'externalisation des décisions, et au statut du syndicat mixte, où l'on passera d'un fonctionnement basé sur la représentativité territoriale à une structure fermée. Dans les limites de la CDCI.
      La transparence de l'information pour les citoyens est garantie par les élus eux-mêmes, comme par la publicité des débats. Qu'en sera-t-il dans l'hypothèse bien avancée de ce pôle métropolitain ?
      "Parité, consensus, mécanismes souples", sont les mots de Laurent Fabius pour qualifier cet établissement. C'est peut-être l'assurance de faire avancer plus vite les projets, de les faire avancer aussi hors du périmètre de la CASE, mais comme demandait Jean Carré, dans le fonctionnement actuel, c'est le projet qui compte. Et il y a toujours possibilité de modifier un projet pour qu'il convienne. Et les populations ont les moyens de se faire entendre auprès de leurs élus locaux. On entend là la crainte de voir les projets locaux échapper aux élus locaux.
      Bien sûr, tous les projets qui seront traités par ce pôle métropolitain devront être déclarés d'intérêt métropolitain, et pour cela ils devront être votés par chacun des conseils; les conseillers communautaires seront toujours, sinon à l'initiative, du moins appelés à se prononcer et décider si un projet doit, ou ne doit pas, être lancé.
      Les projets. Ce sont bien les projets qui comptent.
      Trois domaines ont été identifiés pour une collaboration entre CASE et CREA : certains aspects de l'économie, le transport, et le tourisme.
      On peut imaginer que la création de ce syndicat mixte avec un calendrier très précipité - le vote à la CASE devrait avoir lieu dès le 20 janvier - doit cette précipitation à une nécessité pour un projet concret et commun. Lors du débat plusieurs projets ont été désignés, par l'une et l'autre des parties. C'est pourtant un peu là que le bât blesse : lorsque certains d'entre eux échappent aux compétences de la CASE ou même du pôle métropolitain, je n'ai pas senti que les priorités étaient nécessairement les mêmes pour la CASE et la CREA.
      Les transports :
      Tout d'abord, en préambule, afin de convaincre les conseillers de l'utilité du pôle, Franck Martin a affirmé : "Lorsqu'on examine la carte des déplacements domicile-travail, les échanges les plus importants de la CREA avec l'extérieur, et les échanges de la CASE avec l'extérieur se font entre nous."
      On peut donc s'attendre à ce que soient évoqués les transports entre l'agglomération rouennaise et la CASE d'une part, et la CASE et Paris d'autre part, pour relier les lieux de vie aux lieux de travail.
      Que nenni. C'est la LNPN qui est évoquée, et le rôle du pôle métropolitain qui viendra appuyer, d'abord la Ligne Nouvelle Paris-Normandie elle-même, puis le scénario AB, et le positionnement de la gare à Montaure.
      Pour être honnête, Franck Martin a indiqué, vous pouvez le lire dans le compte-rendu PDF ci-dessous, "c'est RFF qui dit : positionnons une gare à Montaure".
      Et pour être complètement honnête, ce n'est qu'une des options du scénario AB, l'autre étant une gare sur l'Iton. Et le scénario AB n'est que l'un parmi plusieurs scenarii proposés, le A, le B, le scénario AB - un scénario qui s'est construit au fur et à mesure du débat public, pour concilier diverses demandes -, l'étude demande par EELV d'étudier l'amélioration de l'existant, le phasage, qui pourrait repousser aux calendes grecques l'intégralité du projet LNPN... et son abandon, pur et simple. Faute de financement. Le scénario C semble lui définitivement enterré.
      J'ai conscience, là, de sortir du débat sur le pôle métropolitain, mais nous en sommes sortis lors du débat sur le pôle, en évoquant cette LNPN et en déterminant l'issue qui n'est pas encore connue d'un débat qui n'est pas encore fini sur cette LGV...
      La LNPN ne fait pas, ne peut pas faire partie des compétences du pôle métropolitain. On peut la prévoir, comme une hypothèse de travail, mais rien ne dit que la gare de Montaure sera autre chose qu'une hypothèse.
      Je ne doute pas de la volonté politique affirmée par le président de la CASE qui souhaite importer les centres de décisions dans notre territoire, quand ceux-ci se trouvent tous en Ile-de-France, et à la Défense. Mais je ne sais pas si la CREA a toutes les compétences pour fournir ces fonctions supérieures, notamment le déplacement facile à l'étranger.
      Et je ne sais pas si cette volonté politique, aussi farouche soit-elle, pourra inverser la réalité actuelle, c'est-à-dire ramener les sièges sociaux sur le territoire, alors que la réalité des habitants est plutôt que la CASE est un bassin de vie, et que le quotidien des habitants, c'est de se rendre vers les bassins d'emplois que sont l'agglomération rouennaise, Paris et la Défense. Et là, il y a urgence pour de nombreux usagers des transports.
      Enfin, dernier point concernant les transports, c'est le projet annoncé par le président de la CASE de réaliser un tram-train entre Louviers et Elbeuf, à condition que la garde de Montaure soit érigée. Le tram-train est un formidable outil pour les populations entre agglomérations distantes. Alors Franck Martin nous dit que ce n'est pas un projet encore, qu'il n'y a pas encore de financement mais que c'est un projet sur lequel il faut réfléchir.
      [Si je réfléchis plus loin, c'est un point de vue purement personnel, cela pourrait vouloir dire que ce tram-train, en confluence avec la gare "internationale" de Montaure pourrait devenir la confluence avec Evreux également. La ligne Rouen-Evreux est une nécessité, on le sait. Mais dans l'hypothèse de Montaure, c'est la ligne passant par Serquigny qui pourrait être choisie, ignorant un bassin de vie de 60.000 habitants, et faisant fi des temps de transports. Mais j'élucubre, je mets tout cela entre crochets et en italique...]
      L'économie :
      Les secteurs auxquels ils ont pensé sont la logistique, le secteur du tourisme, et la santé et les biotechnologies.
      Sur le tourisme, pas de détails, mais on parle d'efficacité et d'économies à réaliser.
      Le point de vue économique auquel pense spontanément M. Fabius, c'est le secteur de la santé et des biotechnologies. Autrement dit, la CREA qui n'avait jusque là pas d'accès à la "cosmetic valley" et au pôle pharmaceutique, l'un des secteurs les plus dynamiques en France. Grâce à ce pôle métropolitain, la CREA verra cette porte s'ouvrir, et va pouvoir entreprendre des partenariats. Et celui qu'il nous cite est tout d'abord un partenariat entre le CHU de Rouen et la vallée. Gageons que ce n'est qu'un commencement...
      Le point de vue économique auquel pense spontanément M. Martin, c'est la logistique et notamment la plateforme bi-modale d'Alizay-le Manoir-Pîtres. On peut craindre que ce projet, par ailleurs peu créateur d'emplois à l'hectare, n'ouvre la porte au raccordement A28-A13, et au contournement de Romilly. Mais là encore, c'est un projet dont la compétence n'est ni la CASE, ni la CREA, ce n'est donc, à priori, pas plus celle de ce pôle métropolitain.
      On peut juste noter la réponse que fait monsieur Fabius à ce sujet : "Moi, je ne connais pas dans le détail le projet. Ce que je peux vous dire c'est qu'on ne va pas utiliser cette structure pour faire des choses contre la volonté des communes et de la population, qui n'auraient pas pu être faites si on n'avait pas fait la structure."
      An final, je suis resté sur ma faim après ce débat ouvert au public. Certes, de grandes généralités, et de bons sentiments : on avance tous la main dans la main, et personne ne sera laissé de côté. Les populations seront bien entendu prises en compte, et l'avis des conseillers communautaires - dont la répartition changera prochainement - sera indispensable.
      On pouvait quand même s'attendre à une présentation des projets qui nous ferait saliver, mais ni la LNPN, ni le raccordement A28-A13, ne font partie des compétences des structures représentées.
      Enfin, en ce qui concerne la transparence au niveau de la structure elle-même, je n'ai pas compris complètement qui fait quoi et comment les délégations seront attribuées. Cela est resté également très flou : "c'est politique" d'un côté, "on fera comme d'habitude" de l'autre... Un minimum de transparence et d'information est requis pour une structure dont les élus eux-mêmes ont peur de ne pas comprendre les arcanes. Les citoyens, eux, auront bien plus de difficultés à s'y retrouver, ne connaissant ni les "habitudes" côté CASE, ni comment est gérée, côté CREA, la représentation politique. Un minimum de pédagogie est nécessaire. Le tout en trois semaines après les fêtes ?
      En attendant de découvrir les objectifs qui se trouvent sûrement au delà des projets qui ne concernent pas le pôle, ou qui manquent peut-être de clarté et de communication, je vous laisse découvrir la lecture de notre compte-rendu ci-dessous. Bonne lecture.
      Si vous avez mieux compris que moi, des commentaires pour m'expliquer toutes les choses qui me semblent encore bien obscures seraient les bienvenus :)
      Addendum : après tout ce que j'ai pu en dire, il semble, selon Franck Martin, que le barreau A28-A13 fasse partie des compétences de le CASE et de la CREA. Et du pôle. C'est à désespérer d'y comprendre quelque chose en matière de compétences... , ou bien cliquez sur play ci-dessous.

      CASE : les chefs s’affrontent par blogs interposés. Des visions bien différentes de l’avenir de l’agglomération

      La CASE, entre Paris, Rouen et Evreux
      La CASE est structurée autour d'un axe qui relie Louviers, la bien établie vieille ville (la "cité drapière", aime à écrire Jamet) à Val-de-Reuil, la ville nouvelle - encore trop souvent taxée de ville-dortoir ou de ville ghetto, qui s'en défend, et se bat pour échapper à cette image. L'avenir de la CASE, un bassin de vie et d'emplois pour ses 60.000 habitants, passe par les visions des maires des 2 principales communes de l'agglo : Franck Martin et Marc-Antoine Jamet. Leurs visions semblent bien différenciées. Plutôt qu'une synergie constructive, c'est un affrontement permanent entre les 2 cités qui se jouxtent, et qui, au lieu de se compléter, semblent s'ignorer. Les 27 autres communes de la communauté sont contraintes d'assister comme témoins pris à partie. Faute d'une ligne claire, celles-ci choisissent leurs alliances au gré de leurs intérêts.
      Les causes de l'affrontement
      La nouvelle bataille qui s'est engagée concerne l'octroi par la CASE d'un prêt gratuit à la commune de Val-de-Reuil. La première flèche a été décochée par Franck Martin le 1er juillet sur son nouveau blog : Val de Reuil en cessation de paiement : la CASE refuse de combler le trou.
      Depuis, les 2 élus s'expriment sur le sujet par blogs interposés.
      L'inconséquence de la commune de Val-de-Reuil selon Martin
      Après avoir publié un billet sur le site de lacaze, Franck Martin a accepté une interview de Caméra diagonale dans l'article : Louviers, duel à la Communauté d'Agglo. Il s'y exprime aussi par voie de commentaire, à la fois pour expliquer son terme de "cessation de paiement", qu'il a utilisé, dit-il, parce qu'"entre la réalité de leur situation et l'enculage de mouches, [il a] choisi, comme toujours, l'expression de la vérité". Et parce que ça aurait été l'expression même utilisée par Marc-Antoine Jamet lors de leur rencontre.
      Ensuite, il exprime la solidarité avec la CASE et son personnel, et rejette l'entière faute de l'incident de paiement de VdR sur Marc-Antoine Jamet qui a préféré assurer seul l'intégralité de la gestion financière de l'ANRU. Bien qu'estimant que la CASE n'est pas une vache à lait, et que "les élus ont refusé que Val-de-Reuil se serve de la CASE comme d'un guichet de banque, avec cette avance de trésorerie pure et simple". Franck Martin dit avoir tendu la main à son ancien co-listier, et tenté de faire pencher les votes en faveur de Val-de-Reuil (mais pendant un vote à bulletins secrets).
      La faute incombe à la CASE selon Jamet
      Evidemment, Marc-Antoine Jamet entend cela d'une tout autre oreille : "la CASE qui gère les subventions de l’ORU de Val-de-Reuil [a] perdu 2 millions d’Euros de FEDER (deux millions !!!) faute de les avoir appelés.”
      C'est sur le blog voie-militante que Jamet riposte. Dans un billet qui dénonçait la cabale contre Marc-Antoine Jamet, Denis Szalkowski prend fait et cause pour le maire de Val-de-Reuil. Pour lui, ce piège tendu par Franck Martin à M. Jamet ne servirait qu'à créer un contre-feu, pour étouffer l’annonce du reversement de l’écrêtement de ses indemnités d’élu à sa compagne, et néanmoins maire-adjointe de Louviers.
      Mais c'est dans le billet suivant que Marc-Antoine Jamet choisit de répondre par voie de commentaire.
      Voici la séquence telle que la décrit le maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet :
      En ce qui concerne la convention ANRU de Val-de-Reuil, la Ville s’est interdit de se tourner vers l’intercommunalité.
      Marc-Antoine Jamet a particulièrement insisté auprès de ses services pour qu’ils considèrent cette interdiction de mettre la CASE devant ses responsabilités ou d’imaginer faire appel à sa solidarité, afin d’avoir la paix.
      Cette convention a été rédigée pour :
      1. faire retourner à la Ville de Val-de-Reuil sa direction opérationnelle,
      2. éviter que l’ANRU n’annule les crédits de l’opération de Maison-Rouge à Louviers,
      3. ne pas faire perdre la face ceux qui étaient dessaisis.
      La CASE qui gère les subventions de l’ORU de Val-de-Reuil a perdu 2 millions d’Euros de FEDER (deux millions !!!) faute de les avoir “appelés”, sa part dans les 90 M€ de l’opération est restée stable (6,7 M€).
      La part de la Ville (payée sur son budget) a bondi, passant de 5,7 à 9,3 M€ auxquels on pourrait rajouter le fameux excédent de l’EPV soit un total de 10,5 M€ payés par les contribuables rolivalois. L’effort de la Ville a doublé, est devenu supérieur à celui de la Case, jusqu’à être deux fois plus important.
      La commune se désendettera encore de 500.000€ à la fin de l’exercice 2010, passant de 66M€ de dette en 2000 à 44 M€ aujourd’hui,
      La ville n'augmente pas les impôts depuis une décennie,
      Sa section d’investissements a triplé,
      c’est une preuve de bonne santé de ses finances.
      LA DEFAILLANCE DE LA CASE
      Si la sécurité financière de l’ANRU de Val-de-Reuil est patente, il en va autrement de sa trésorerie.
      1. La Ville de Val-de-Reuil obtient l’autorisation de démarrage d’un chantier par l’ANRU et ses partenaires,
      2. Ceux-ci notifient les crédits qu’ils mettent à disposition de cette opération,
      3. les budgets étant disponibles, la CASE appelle les subventions auprès de la caisse des dépôts, de la région, du département, de l’Europe,
      4. La Ville paye les entreprises (Spie, SCREG, ViaFrance, etc…) et j’ai demandé qu’elle le fasse dans tous les cas de figure,
      5. la CASE restitue à la Ville les subventions versées par les partenaires et qui correspondent à ces paiements.
      Les subventions existent. Plus d’un million d’euros dort à la région (comme Vice-Président aux finances à la région, M. Jamet le voit…).
      Et pourtant, la CASE ne les appelle pas. Dans l’intervalle la Ville paye les entreprises.
      Il y a donc un problème de trésorerie.
      Jamet, convaincu que c’était à celui dont c’est la faute de trouver la solution à ce décalage, s’en est entretenu avec le président de la CASE le 18 juin et une formule a été mise au point qui consistait à ce que les deux entités, la collectivité municipale et l’établissement public intercommunal, lèvent une ligne de trésorerie de deux millions d’€ chacun pour combler ce gap estival, pour un coût de 10.000 €.
      La délibération présentée par l’adjointe du maire de VdR, Janick Léger a été repoussée par une manoeuvre unissant Mme Véronique Jullien qui mêla sa voix ce soir là à celle de Bernard Leroy.
      C’était un piège. Marc-Antoine Jamet est tombé dedans.
      Le lendemain le maire de Val-de-Reuil proposait à quatre banques de suppléer la CASE.
      L’affaire était réglée. D’autant plus que la Case appelait les subventions.
      Effectivement, comme le confirmait Franck Martin le 9 juillet dans son commentaire chez caméra diagonale : "Vdr n'est plus en cessation de paiement, notamment parce que la CASE, en stricte application de la convention, lui a versé cette semaine 1,5 million d'euros".
      La crise est donc passée, mais en traînant un nuage de fumée derrière elle...
      Une de plus dirons nous, ouf... Ce n'était pas la première, et sûrement pas la dernière.
      La fumée ? Le maire de Louviers, conformément à une loi de 1992 qui autorise un élu percevant des sommes cumulées au delà de 8.100 euros par mois à désigner un collègue de son choix pour recevoir le surplus, ait choisi la maire-adjointe, en l'occurrence sa compagne, qui bénéficiera ainsi de 1.425 euros supplémentaires par mois.
      "J'ai souhaité être totalement transparent, alors qu'en règle générale les élus prennent des hommes de paille. J'aurais ainsi pu attribuer le surplus à un autre élu qui me l'aurait restitué", se défend Franck Martin à l'AFP. "Avant d'entrer en politique, j'étais cadre supérieur. Si j'étais battu, je n'aurais aucun filet de sécurité, car on ne cotise pas aux assedic. Mettre un peu d'argent de côté, c'est normal".
      Il faut être clair : tout le monde s'accorde à dire que tout ceci n'est que très légal et que rien n'est occulté dans cette (non-)affaire. Soit 9.500 € n'est pas une mince rémunération. Mais est-ce un revenu astronomique pour celui qui dirige, apparemment de façon saine, à la fois la ville de Louviers et la CASE (cela représente environ 350 personnes sous sa direction) ? Il ne s'agit pas là d'une mission visant à établir un rapport, si important soit-il pour l'avenir de la France et du monde, mais de diriger une collectivité publique, et de présider aux décisions qui vont assurer le quotidien de tous les habitants de la CASE. Ce n'est pas rien.
      La manoeuvre est malhabile, peut sembler choquante à certains, mais Il n'y a pas ici d'argent occulte, pas d'enveloppes qui circulent, pas de rémunération pour des missions ésotériques, rien que du légal, respectant les usages de notre République. Il existe une solution à ce genre d'écarts, et tous le monde semble vouloir y adhérer dans le principe : limiter le cumul des mandats !

      Suivez nous

      suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
      Europe écologie les verts - EELV