Marc-Antoine Jamet

Ce tag est associé à 1 articles

Contournement Est de Rouen : discussion sur un silence “socialiste” coupable sur la liaison A28-13.

Merci Jean-Charles, pour ta réponse. C’était une question « téléphonée », la réponse est en(tre les) ligne(s).
Tu noteras que je n’ai pas parlé de silence "socialiste" coupable, mais de silence « général ». Pas seulement « socialiste ». Et il ne me semble pas avoir évoqué la culpabilité.
Merci donc de répondre à un sujet à plus de 1 milliard € ; un sujet sur le modèle urbain de la métropole de Rouen qui aurait vocation à aller conquérir les terrains disponibles dans les campagnes à l’est ; un sujet si sensible pour les habitants à qui on promet demain un trafic qui n’existe pas aujourd’hui, et à qui on dit dans cette période un tantinet tendue économiquement, que ce sont eux qui vont payer, plusieurs fois... Le silence était étonnant quand même.
J’ai entendu tes éléments de réponse :
  • les conséquences (néfastes) sur la qualité de vie et l’environnement ;
  • la disparition des terres cultivables et des forêts ;
  • la région est favorable à la création de l’autoroute, mais comme l’Etat n’a plus un sou, il faut donc qu’il recoure à la concession pour la réaliser - des concessions payées pour moitié par les contribuables, qui devront en tant qu’usagers payer le reste, en ajoutant la marge qui correspond aux énormes bénéfices réalisés par le péage, partagés à environ 60-40 entre les bénéfices pour les concessionnaires et l’impôt.
Les élus, si je te suis, sont pour cette autoroute, mais sont opposés pour certains au tracé, et réclament des protections contre les nuisances de l’autoroute, ainsi que des garanties pour les habitants et entreprises lésés.
Les détracteurs dont tu parles, ou opposants à ce projet, ce ne sont pas des centaines d'écologistes, de NPA et de membres d'associations de défense de l'environnement. Les 2 500 personnes comptabilisées par le garant de la concertation, c'était essentiellement des habitants. Et j'ai bien entendu le maire de Pont-de-l'Arche, Richard Jacquet, dire non à cette autoroute, tout comme Marc-Antoine Jamet, Janick Léger, et d'autres élus locaux des communes concernées sur tout le tracé. Il ne s'agit pas d'une cohorte, mais de gens qui sont venus prendre et donner leurs avis et informations.
Et leur avis, c'est non : cette autoroute ne répond pas à leur besoins, ils n'en veulent pas.
J'ai entendu les grands élus dire qu'ils avaient entendu ceux qui n'étaient pas là et qui sont pour. C'est la démocratie absolue : ils savent ce que pensent les gens qui ne s'expriment pas.
Les raisons avancées pour la réalisation de l’autoroute (en dehors des bénéfices pour les sociétés et des impôts levés) :
  • la fermeture du pont Mathilde « démontre » qu’il faut fluidifier la circulation et dévier le trafic nord-sud sur un axe éloigné de Rouen. Mais les chiffres de l’Etat sont là, et le trafic nord-sud n’existe pas à l’est. De plus, le maître d’ouvrage a rappelé à multiples reprises que le contournement est ne servirait pas à relier l’A28 au nord à l’A28 au sud. Les poids-lourds continueront donc à passer par l’ouest et la sud3 ;
  • les études des services de l’Etat affirment que le projet devrait intéresser 20 000 à 30 000 véhicules par jour (en moyenne annuelle). Cette étude date de 2005, concernait un autre projet, un autre tracé, et surtout une route gratuite. La même étude affirmait qu’il y aurait 40% de trafic en moins en cas d’autoroute payante ;
  • le bassin de vie et d’emplois de la vallée de l’Andelle doit être « désenclavé ». Mais les habitants ne veulent pas payer l’autoroute pour aller travailler, ou faire ses courses, ou aller à l’hôpital, ou l’université, ou en ville. Ils contournent aujourd’hui le péage en allant à Criquebeuf. Tout comme les poids lourds. Ou bien il prennent la départementale pour aller rive droite. A 30 minutes de Val-de-Reuil. On ne peut que penser que les mêmes causes produiront les mêmes effets : les usagers, poids lourds et véhicules particuliers fuiront le péage en nombre, auquel cas, il y a fort à penser que l’infrastructure n’atteindra pas les objectifs de trafic, ce qui pourrait à terme faire peser tout le poids de l’investissement sur le contribuable au vu des closes des concessions, dénoncées par la cour des comptes comme profitant trop aux concessionnaires au détriment de l’Etat. Et la situation sur le réseau secondaire sera encore plus tendue ;
  • Les bouchons ! « Fluidifier » à l’Est résoudrait les bouchons. Mais on ne change pas la destination des usagers : les camions vont sur le port à l’ouest , et les usagers en interne vont à 41% vers la rive droite, à 28% vers la rive gauche. Les faire déboucher d’une autoroute payante à Oissel leur laissera le choix de rejoindre soit la sud3, par le sud de Rouen, soit d’emprunter la zone industrielle, surchargée aussi, vers la rive droite et le pont Mathilde. Il y aura ici et là le même nombre de véhicules qu’aujourd’hui, et même beaucoup plus si on arrive à attirer du trafic supplémentaire en passage et en transit.
a28-A154-thumb
On a vendu aux Rouennais moins de pollution, et on a bien vu au cours de la concertation qu’il n’en serait rien, bien au contraire.
On a vendu aux usagers la fin des bouchons : on se demande en quoi une autoroute éloignée de la ville pourrait résoudre des bouchons qui existent en ville, parce que les gens vont en ville en voiture, et les camions vers la zone industrielle à l’ouest.
Le maître d’ouvrage a enterré les questions liées au temps de transports.
A la question de l’étalement urbain à l’Est, qui surchargerait encore beaucoup plus la circulation : Les chiffres de circulation étaient alarmants sur la hausse du trafic interne causé par l'étalement urbain autour de l'A28. Mais là, il faut urgemment décider pour dégeler les terrains à bâtir sur les plateaux Est ! Les appels de la SAFER à la responsabilité des élus n'y fera rien. le trafic explosera, contre les préconisations du SCoT et de la CREA qui veulent éviter cet étalement urbain sur les plateaux Est.
Aux questions de destructions de terres cultivables, d’habitations, d’entreprises, il est opposé les merlons et les mesures compensatoires (bien qu’il s’agisse de destruction).
Le maître d’ouvrage a lui estimé que, selon le principe pollueur-payeur, c’est à l’usager de payer. Mais le payeur, c’est l’habitant, qui est déjà là, qui va travailler aujourd’hui en voiture, sans péage. Et demain, comme aujourd’hui, il fera tout pour l’éviter.
On nous a vendu le tourisme, car le touriste pourra venir plus facilement… voir quoi ? Des paysages plus moches, une base de Poses et Biotropica surplombés d’un pont de 25 mètres. Les touristes viendront-ils pour admirer et compter les camions ?
Mais la vraie question qui a été débattue tout au long de cette concertation, c’est l’utilité de l’infrastructure.
Le maître d’ouvrage est convaincu que cette autoroute est « utile » et « nécessaire ».
Les grands élus de Rouen sont convaincus qu’elle est « utile » et « indispensable ». Ah oui, alors, ça, ce sont des « bases précises, concrètes, argumentées et définitives », pour citer les mots de Jean-Charles.
Mais pour les autres acteurs présents, les acteurs économiques, l’utilité de l’infrastructure, ce n’est pas pour les habitants, qui n’auront rien à y gagner.
On a surtout parlé de T.I.R, de transport international routier. Il n’existe pas à l’Est de Rouen pour une liaison nord-sud. Le trafic nord-sud ne passe pas par l’agglomération rouennaise.
Et ce que souhaitent les milieux économiques, c’est bien d’inventer ce trafic inexistant.
Nous avons entendu la Chambre de Commerce et d’Industrie réclamer la création de l’A154 en lieu et place de la RN154. Pour la transformer en axe Nord-Sud, de Stockholm à Gibraltar disent-ils , passant par Rouen - Val-de-Reuil - Evreux - Dreux, Chartres - Orléans.
Les transporteurs nous ont affirmé que les camions ne polluaient plus, que le transport routier est le mode de transport le plus efficace pour les décennies à venir, et que les transporteurs routiers souhaitent emprunter des autoroutes. A se demander d’où viennent tous les poids lourds que nous croisons sur les départementales, à Criquebeuf et Pont-de-l’Arche, et partout sur les départementales qui longent les autoroutes.
L’A28 a été la solution « définitive » pour cet axe nord-sud. Constatant l’échec de l’infrastructure, c’est désormais Orléans-Rouen qui est ce nouvel axe, lui aussi définitif. Il permettrait de convoyer les céréales de la Beauce, non pas jusqu’au port de Rouen – de toutes façons, il est à l’ouest – mais de la Beauce à Anvers et Rotterdam.
Et puis de l’Espagne, du Somport à Rotterdam.
En quoi ce trafic de poids lourds va-t-il arranger la situation du trafic ou de la pollution de l’agglomération ? En quoi cela va-t-il rendre service aux habitants ?
on nous a vendu de la sécurité : l'autoroute est plus sécurisée, mais qu'en est-il sur les routes secondaires, surtout lorsque les poids lourds quittent le couloir autoroutier pour emprunter le réseau secondaire ? Je mets ce reportage de LCP - la chaîne parlementaire, qui dénonce le scandale des autoroutes en support à ce problème de sécurité. Il est court et absolument "utile et nécessaire" : tout y est.
Et, puisque c’est une question récurrente, en quoi cela est-il bon pour l’emploi ? Bien que les rapports des services de l’Etat montrent que les autoroutes ne créent pas l’emploi – les élus l’ont d’ailleurs « concédé » - on n’a cessé de nous vendre de l’emploi, de l’emploi, de l’emploi.
En quoi augmenter le trafic de poids lourds en transit international pourrait apporter de l’emploi localement ? A part peut-être aux carrossiers et aux ambulanciers ?
Au nom de quel intérêt général ce seraient les habitants de nos agglomérations qui devraient financer le trafic routier international, alors que cela ne lui serait que néfaste sur tous les plans ?
C'est bien la question qui se pose : qui paie ? Pour qui ? Et pour quoi ? Qui en paiera tout le prix ? Et c'est en ce sens que je te posais la question, cher Jean-Charles. Le débat doit être posé, les informations livrées au public. Les vraies informations, pas celles livrées dans la plaquette commerciale de l'autoroute : elles n'ont pas résisté à la concertation. Le débat continue.

Composition de la CASE, la droite rend sa copie : 1/20

Le mardi 22 avril a eu lieu l'organisation des commissions à la CASE, avec l'attribution des postes de vice-présidents et de rapporteurs.
C'est la politique à la papa : après un beau discours de Bernard Leroy sur la représentation territoriale et la nécessité de travailler ensemble au service de tous les habitants, le président de la CASE s'est félicité de l'effort de parité entre les élus, avec 30 femmes sur 80 délégués communautaires. Le discours sera pédagogique quant au fonctionnement futur du bureau et de l'assemblée.
Puis est venue l'heure de présenter les 15 vices-président-e-s.
FX Priollaud, nouveau maire de Louviers se présente comme 1er vice-président et président délégué. Parmi les 14 autres délégué-e-s initialement prévues pour accéder aux postes de vice-président-e-s, seulement 2 femmes : Anne Terlez sera vice-présidente à la "politique de la ville et la transition énergétique" et Sylvie Blandin, 1ère adjointe à Igoville, présidera la commission "transports conviviaux et électromobilité".
Pour le reste, que des hommes. Les déléguées communautaires de la CASE manquent-elles tant de compétences qu'on ne puisse respecter même le pourcentage d'élues à la CASE (37,5%) pour présider les commissions ?
Mais, avant que ne commence la désignation des présidents, un petit coup de théâtre a valu 1 h et demi de suspension de séance : avec seulement 2 voix d'écart lors de l'élection du président Bernard Leroy, la gauche décide de faire une contre-proposition. Réclamant 3 vice-présidences supplémentaires, ils n'obtiendront finalement que la création d'une nouvelle commission "reconversion industrielle" qui sera présidée par... un homme, Gaëtan Levitre, maire communiste d'Alizay.
Sur les 17 présidents et vice-président-e-s, 2 femmes, cela nous fait 11,76% de femmes. Bienvenue dans le vingtième siècle. Ça fait une note de 2/20.
Pour avoir, du côté de Bernard Leroy comme du côté de Marc-Antoine Jamet, constaté que la parité n'était pas au rendez-vous, et nommé malgré tout un homme à la commission créée au cours de la séance, je retire un point : 1/20.
Les Présidents et vice-président-e-s :
CommissionPrésident
PrésidenceBernard Leroy
Président déléguéFX Priollaud
Stratégie et partenariats locaux et internationaux (sic !)M-A Jamet
Mise en valeur du territoire, SCoT, sauvegarde du patrimoineThierry Delamare
Developpement économique, économie circulaire, SODEVILJ-M Moglia
Développement numériqueDaniel Jubert
Artisanat, tourisme, commerceJean-Yves Calais
Politique de la ville, transition énergétique, ANRU, santé, Agenda 21Anne Terlez
Urbanisme et aménagementChristian Wuilque
Jeunesse et proximité, centres de loisirs, péri-éducatif, Aide à domicileRené Dufour
Voirie et liaisons doucesJacky Bidault
Transports conviviaux et électromobilité, Transbord, PDU, covoiturageSylvie Blandin
Finances, budget, achatsPatrick Madroux
Propreté publique, déchets ménagers, balayageJean Carré
Cycle de l'eau, eau potable, assainissement et milieux naturelsJ-C Christophe
Parcours résidentiels, habitat, logement, PLH2Richard Jacquet
Reconversion industrielleGaëtan Levitre

Hollande à Val de Reuil : Jamet, Destans, Loncle, Bachelay, Fabius et Montebourg sont sur le bateau ; Hollande à Louviers : Martin, Cléret, Destans, Nguyen Thanh, Bachelay, Le Vern, Loncle et… Jamet montent sur l’esquif… Qui qu’a gagné la régate ?

Le président de la République a fait l'honneur de sa visite aux deux villes "modestes" - c'est le président normal qui le dit - de la CASE : Louviers, et Val-de-Reuil, ou Val-de-Reuil et Louviers, selon le point de vue...
"Ce qui compte, au delà des paroles, ce sont les actes. Et y a pas de mise en scène", a dit François Hollande en sortant du musée de Louviers.
Franck Martin attend à son balcon que le président arrive de Val-de-Reuil - © Franck Martin
Pas de mise en scène, peut-être. Mais un casting, sinon de rêve ("le roi MAJ fait de l'intox. Hollande à Val de Reuil ? Pas en rêve", avait annoncé Franck Martin pour la visite à Val-de-Reuil), du moins serré. On n'est pas en 16/9ème, il va falloir se hisser sur la pointe des pieds, pencher la tête, jouer un peu des coudes pour avoir son nom sur le générique.
De la visite à la CASE, il reste un drôle de goût sur la langue : celle du perpétuel antagonisme des deux villes voisines, emmenées par la guerre de leurs chefs, Franck Martin et Marc-Antoine Jamet.
Bisque rage !
Non content d'avoir fait patienter son rival au balcon, et histoire de faire enrager un peu plus le président de la CASE, MAJ qui s'invitera à Louviers aux côtés du maire, ira écrire sur twitter : "Hollande en mairie de Louviers : "Val-de-Reuil est une réussite municipale exceptionnelle." Cela fait plaisir."
L'élection du 7 (pas celle d'Alain Le Vern, celle de Franck Martin) risque d'être un festival d'amabilités !
C'est tout ? Non. Un invité surprise sera présent à Val-de-Reuil : Pétroplus. Prudent, François Hollande ne fera aucune promesse aux salariés, mais il rappellera Shell à ses responsabilités. Shell qui s'est dégagée du site qu'elle a exploité durant 60 ans, laissant les employés aujourd'hui sur le carreau, et demain un site qui coûtera des centaines de millions à dépolluer.
François Hollande l'annonce donc : "[Shell] doit prendre sa part, non seulement de la reprise, ça, ce sera un autre industriel, mais de ce qu'on appelle la dépollution." Je rappelle les propos de Hollande à Louviers : "Ce qui compte, au delà des paroles, ce sont les actes."
Alors, qui qu'a gagné la régate ? On le saura demain lors de l'élection du président de la CASE. Il y a de fortes chances pour que Franck Martin, en bon navigateur qu'il est, pousse Marc-Antoine vers les récifs. Au fait, c'est qui le gars normal à côté de Martin et Jamet ? Qu'est-il venu faire dans cette galère ?

Pôle métropolitain CREA-CASE : les représentants de la CASE ont été nommés, la réprésentation ne représente pas la communauté d’agglomération !

Aujourd'hui, c'est un jour spécial, c'est Pâques. On va pouvoir aller trouver les oeufs dans les jardins, croquer tout crus les petits lapins qui se cachent dans les fourrés, et on va voir les cloches voler en escadrille. Si, si. Levez le nez, et avec un peu de chance... Joyeuses Pâques.
Mais je ne suis pas venu pour vous parler des cloches de Pâques, je voulais vous parler de la représentation de la CASE au pôle métropolitain.
Les représentants de la CASE au pôle métropolitain CREA-CASE ont donc été nommés.
Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil ayant été écarté de la liste des délégués pour opposition, les élus de Val-de-Reuil ont boycotté cette élection.
Voici donc la liste des délégués de la CASE (roulements de tambour...) :
Commission développement économique :
Andé (1)
  • Jean Legoff
La Haye-Malherbe (2)
  • Olivier Desplats
  • Jean-François Laborde-Padie
  • Mathieu Traisnel
Léry (1)
  • Jacky Gasnier
  • Chantale Picard
  • Roger Leblond
Poses (1)
  • Didier Piednoël
  • Eric Jammet
Saint-Pierre du Vauvray (2)
    • Alain Loëb
    • Pascal Schwartz
    • Véronique Brethiez-Julia
    Commission tourisme :
    Andé (1)
    • Denise Vard
    Léry (1)
    • Dominique Douche
    • Pauline Blasquez
    • Isabelle Momplay
    • Marie-Hélène Gateau
    • Jacques Hue
    • Marie-Christine Calmon
    • Véronique Bertrand (Klepal)
    Saint-Pierre du Vauvray (1)
    • Claude Laroche
    • Agnès Halbout
    • Lauris Oberkampf de Dabrun
    • Sylvianne Loret
    Commission transports en commun :
    Andé (1)
    • Lionel Legrix
    • Paul Emaer
    Léry (1)
    • Jean-François Petit
    • Pauline Blasquez
    • Edwige Laquerrière
    • Dominique Hébert/li>
    Poses (1)
    • Thierry Jimonet
    • Eric Jammet
    Saint-Pierre du Vauvray (1)
      • Alain Loëb
      Surville (1)
      • Alain Renaux
      La Vacherie (1)
      • Jean-Claude Courant
      • Eric Bordet
      Un pôle métroplitain qui évacue Val-de-Reuil de l'agglo, c'est une farce ?
      Franck Martin avait prévenu : "la CASE est une structure un peu originale dans le domaine puisqu'effectivement, elle ressemble peut-être plus à un village gaulois. Il n'y a pas de structuration entre une majorité et une minorité, il n'y a pas de structuration politique à proprement parler, dans les instances de la CASE, c'est un "subtil" équilibre entre les représentations territoriales, et les compétences propres de chacun. Il fallait garder une place au chaud pour une représentation ultérieure de l'agglomération Seine-Bord, dans l'hypothèse d'un mariage heureux fin 2013."
      Il l'avait dit : "La CASE fera comme d'habitude, fera entre ceux qui sont intéressés, ceux qui ont une compétence particulière, ceux qui souhaitent s'investir parce qu'il sont dans la commission de développement économique, la commission tourisme,..."
      Val-de-Reuil, 2ème ville de la CASE en population et 1ère en terme économique, la ville qui héberge la gare SNCF, centrale donc en termes de transports, une ville qui possède des centres sportifs et de loisirs, des théâtres, salles de concerts, cinéma, des écoles, collèges et lycées, un pôle de compétitivité dont on connaît tous l'importance, quatre des plus grands data-centers de France, et j'en passe.
      Marc-Antoine Jamet a été éliminé. Cela nous conduit à cette situation ubuesque : Saint-Pierre du Vauvray a 4 délégations, deux au développement économique, une au tourisme et Alain Loëb aux transports en commun. Aucune délégation pour Val-de-Reuil ?! Pour les transports en commun, nous avons d'un côté un maire qui a présenté ici son PDU, qui pose la question de la nécessité d'une navette entre la gare de Val-de-Reuil et Saint-Pierre du Vauvray, lorsque la CASE proposait cette navette. D'un autre côté, le maire de Val-de-Reuil, présent lors du débat public de la LNPN, qui se bat pour sa gare et ses transports en commun. On peut-être d'accord sur de nombreux points avec Jamet, en désaccord sur d'autres, mais force est de constater que c'est une personne, et à priori, une équipe, qui connaît le sujet, qui a la connaissance des dossiers, et une vision pour sa ville et sa région en matière de transports en commun et qui a des arguments solides. On accepte dans la commission le maire de la Vacherie, qui s'opposera de toutes ses forces à ce qu'on étudie même une ligne Rouen-Evreux, mais pas de Jamet, capable pourtant d'échanger des arguments avec Guillaume Pepy, et de présenter une vision cohérente de transports pour le territoire.
      On élimine donc une commune qui est une cheville ouvrière de la communauté d'agglo, on élimine des acteurs écologistes qui déplaisent, mais capables, eux, de présenter un cahier d'acteur lors du débat sur la LNPN, de proposer un nouveau scénario qui sera retenu par RFF comme alternative sensée, et qui militent pour les transports en commun, pour présenter face à la CREA des délégués dont d'aucuns ne jurent que dans le déplacement individuel en automobile.
      On marche juste sur la tête. En face, au moins, côté CREA, ils sont capables de présenter des délégations représentatives des partis et des débats politiques, même si, au final, numériquement et par jeux d'alliances, c'est Fabius qui commande. Et même si je continue de penser qu'il ne s'agit là que d'une feuille supplémentaire ajoutées au mille-feuilles, contrairement à ce que dit Laurent Fabius.
      A la CASE, non, c'est... le fait du prince. Le pôle devait apporter soi-disant de la souplesse. En éliminant une Val-de-Reuil, qui est une des jambes de notre communauté d'agglo, et écartant des personnes compétentes et représentatives, ce n'est plus de la souplesse : c'est l'enterrement de 1ère classe du débat politique et d'un développement équilibré du territoire.
      Verra-t-on la CREA et Laurent Fabius aborder des dossiers avec la CASE comme si de rien n'était ? Ce n'est plus un pôle, c'est une farce !

      Conseil municipal : où pour faire bouger la Poste, Alain Loeb, maire de Saint-Pierre, a été obligé de faire appel à monsieur Jamet, qui est intervenu à haut niveau pour faire déboucher cette affaire…

      Un dossier sur le bureau de poste : le maire, Alain Loeb, travaille dessus depuis 3 ans, sans parvenir à le solutionner.
      La mairie sous-loue sous-loue à la Poste le bureau de Saint Pierre; sous un bail commercial. La commune paie à son bailleur 33% de plus que ce qu'elle reçoit de son locataire, La Poste.
      Pour faire bouger la Poste, Alain Loeb, maire de Saint-Pierre, a été obligé de faire appel à monsieur Jamet, qui est intervenu à haut niveau pour faire déboucher cette affaire.
      Nous remercions également M. Jamet de faire bénéficier notre commune de ses appuis, et nous remercions d'avance M. Jamet pour la solution qui sera trouvée.
      Nous rappelons que le maintien d'un bureau de poste est vital pour notre commune, et pour les communes environnantes : Muids, Andé, Saint-Pierre du Vauvray, Saint-Etienne du Vauvray...

      CASE : les chefs s’affrontent par blogs interposés. Des visions bien différentes de l’avenir de l’agglomération

      La CASE, entre Paris, Rouen et Evreux
      La CASE est structurée autour d'un axe qui relie Louviers, la bien établie vieille ville (la "cité drapière", aime à écrire Jamet) à Val-de-Reuil, la ville nouvelle - encore trop souvent taxée de ville-dortoir ou de ville ghetto, qui s'en défend, et se bat pour échapper à cette image. L'avenir de la CASE, un bassin de vie et d'emplois pour ses 60.000 habitants, passe par les visions des maires des 2 principales communes de l'agglo : Franck Martin et Marc-Antoine Jamet. Leurs visions semblent bien différenciées. Plutôt qu'une synergie constructive, c'est un affrontement permanent entre les 2 cités qui se jouxtent, et qui, au lieu de se compléter, semblent s'ignorer. Les 27 autres communes de la communauté sont contraintes d'assister comme témoins pris à partie. Faute d'une ligne claire, celles-ci choisissent leurs alliances au gré de leurs intérêts.
      Les causes de l'affrontement
      La nouvelle bataille qui s'est engagée concerne l'octroi par la CASE d'un prêt gratuit à la commune de Val-de-Reuil. La première flèche a été décochée par Franck Martin le 1er juillet sur son nouveau blog : Val de Reuil en cessation de paiement : la CASE refuse de combler le trou.
      Depuis, les 2 élus s'expriment sur le sujet par blogs interposés.
      L'inconséquence de la commune de Val-de-Reuil selon Martin
      Après avoir publié un billet sur le site de lacaze, Franck Martin a accepté une interview de Caméra diagonale dans l'article : Louviers, duel à la Communauté d'Agglo. Il s'y exprime aussi par voie de commentaire, à la fois pour expliquer son terme de "cessation de paiement", qu'il a utilisé, dit-il, parce qu'"entre la réalité de leur situation et l'enculage de mouches, [il a] choisi, comme toujours, l'expression de la vérité". Et parce que ça aurait été l'expression même utilisée par Marc-Antoine Jamet lors de leur rencontre.
      Ensuite, il exprime la solidarité avec la CASE et son personnel, et rejette l'entière faute de l'incident de paiement de VdR sur Marc-Antoine Jamet qui a préféré assurer seul l'intégralité de la gestion financière de l'ANRU. Bien qu'estimant que la CASE n'est pas une vache à lait, et que "les élus ont refusé que Val-de-Reuil se serve de la CASE comme d'un guichet de banque, avec cette avance de trésorerie pure et simple". Franck Martin dit avoir tendu la main à son ancien co-listier, et tenté de faire pencher les votes en faveur de Val-de-Reuil (mais pendant un vote à bulletins secrets).
      La faute incombe à la CASE selon Jamet
      Evidemment, Marc-Antoine Jamet entend cela d'une tout autre oreille : "la CASE qui gère les subventions de l’ORU de Val-de-Reuil [a] perdu 2 millions d’Euros de FEDER (deux millions !!!) faute de les avoir appelés.”
      C'est sur le blog voie-militante que Jamet riposte. Dans un billet qui dénonçait la cabale contre Marc-Antoine Jamet, Denis Szalkowski prend fait et cause pour le maire de Val-de-Reuil. Pour lui, ce piège tendu par Franck Martin à M. Jamet ne servirait qu'à créer un contre-feu, pour étouffer l’annonce du reversement de l’écrêtement de ses indemnités d’élu à sa compagne, et néanmoins maire-adjointe de Louviers.
      Mais c'est dans le billet suivant que Marc-Antoine Jamet choisit de répondre par voie de commentaire.
      Voici la séquence telle que la décrit le maire de Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet :
      En ce qui concerne la convention ANRU de Val-de-Reuil, la Ville s’est interdit de se tourner vers l’intercommunalité.
      Marc-Antoine Jamet a particulièrement insisté auprès de ses services pour qu’ils considèrent cette interdiction de mettre la CASE devant ses responsabilités ou d’imaginer faire appel à sa solidarité, afin d’avoir la paix.
      Cette convention a été rédigée pour :
      1. faire retourner à la Ville de Val-de-Reuil sa direction opérationnelle,
      2. éviter que l’ANRU n’annule les crédits de l’opération de Maison-Rouge à Louviers,
      3. ne pas faire perdre la face ceux qui étaient dessaisis.
      La CASE qui gère les subventions de l’ORU de Val-de-Reuil a perdu 2 millions d’Euros de FEDER (deux millions !!!) faute de les avoir “appelés”, sa part dans les 90 M€ de l’opération est restée stable (6,7 M€).
      La part de la Ville (payée sur son budget) a bondi, passant de 5,7 à 9,3 M€ auxquels on pourrait rajouter le fameux excédent de l’EPV soit un total de 10,5 M€ payés par les contribuables rolivalois. L’effort de la Ville a doublé, est devenu supérieur à celui de la Case, jusqu’à être deux fois plus important.
      La commune se désendettera encore de 500.000€ à la fin de l’exercice 2010, passant de 66M€ de dette en 2000 à 44 M€ aujourd’hui,
      La ville n'augmente pas les impôts depuis une décennie,
      Sa section d’investissements a triplé,
      c’est une preuve de bonne santé de ses finances.
      LA DEFAILLANCE DE LA CASE
      Si la sécurité financière de l’ANRU de Val-de-Reuil est patente, il en va autrement de sa trésorerie.
      1. La Ville de Val-de-Reuil obtient l’autorisation de démarrage d’un chantier par l’ANRU et ses partenaires,
      2. Ceux-ci notifient les crédits qu’ils mettent à disposition de cette opération,
      3. les budgets étant disponibles, la CASE appelle les subventions auprès de la caisse des dépôts, de la région, du département, de l’Europe,
      4. La Ville paye les entreprises (Spie, SCREG, ViaFrance, etc…) et j’ai demandé qu’elle le fasse dans tous les cas de figure,
      5. la CASE restitue à la Ville les subventions versées par les partenaires et qui correspondent à ces paiements.
      Les subventions existent. Plus d’un million d’euros dort à la région (comme Vice-Président aux finances à la région, M. Jamet le voit…).
      Et pourtant, la CASE ne les appelle pas. Dans l’intervalle la Ville paye les entreprises.
      Il y a donc un problème de trésorerie.
      Jamet, convaincu que c’était à celui dont c’est la faute de trouver la solution à ce décalage, s’en est entretenu avec le président de la CASE le 18 juin et une formule a été mise au point qui consistait à ce que les deux entités, la collectivité municipale et l’établissement public intercommunal, lèvent une ligne de trésorerie de deux millions d’€ chacun pour combler ce gap estival, pour un coût de 10.000 €.
      La délibération présentée par l’adjointe du maire de VdR, Janick Léger a été repoussée par une manoeuvre unissant Mme Véronique Jullien qui mêla sa voix ce soir là à celle de Bernard Leroy.
      C’était un piège. Marc-Antoine Jamet est tombé dedans.
      Le lendemain le maire de Val-de-Reuil proposait à quatre banques de suppléer la CASE.
      L’affaire était réglée. D’autant plus que la Case appelait les subventions.
      Effectivement, comme le confirmait Franck Martin le 9 juillet dans son commentaire chez caméra diagonale : "Vdr n'est plus en cessation de paiement, notamment parce que la CASE, en stricte application de la convention, lui a versé cette semaine 1,5 million d'euros".
      La crise est donc passée, mais en traînant un nuage de fumée derrière elle...
      Une de plus dirons nous, ouf... Ce n'était pas la première, et sûrement pas la dernière.
      La fumée ? Le maire de Louviers, conformément à une loi de 1992 qui autorise un élu percevant des sommes cumulées au delà de 8.100 euros par mois à désigner un collègue de son choix pour recevoir le surplus, ait choisi la maire-adjointe, en l'occurrence sa compagne, qui bénéficiera ainsi de 1.425 euros supplémentaires par mois.
      "J'ai souhaité être totalement transparent, alors qu'en règle générale les élus prennent des hommes de paille. J'aurais ainsi pu attribuer le surplus à un autre élu qui me l'aurait restitué", se défend Franck Martin à l'AFP. "Avant d'entrer en politique, j'étais cadre supérieur. Si j'étais battu, je n'aurais aucun filet de sécurité, car on ne cotise pas aux assedic. Mettre un peu d'argent de côté, c'est normal".
      Il faut être clair : tout le monde s'accorde à dire que tout ceci n'est que très légal et que rien n'est occulté dans cette (non-)affaire. Soit 9.500 € n'est pas une mince rémunération. Mais est-ce un revenu astronomique pour celui qui dirige, apparemment de façon saine, à la fois la ville de Louviers et la CASE (cela représente environ 350 personnes sous sa direction) ? Il ne s'agit pas là d'une mission visant à établir un rapport, si important soit-il pour l'avenir de la France et du monde, mais de diriger une collectivité publique, et de présider aux décisions qui vont assurer le quotidien de tous les habitants de la CASE. Ce n'est pas rien.
      La manoeuvre est malhabile, peut sembler choquante à certains, mais Il n'y a pas ici d'argent occulte, pas d'enveloppes qui circulent, pas de rémunération pour des missions ésotériques, rien que du légal, respectant les usages de notre République. Il existe une solution à ce genre d'écarts, et tous le monde semble vouloir y adhérer dans le principe : limiter le cumul des mandats !

      Suivez nous

      suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
      Europe écologie les verts - EELV