écologie

Ce tag est associé à 1 articles

ALEXIS FRAISSE : un candidat à vélo, lui rigole. Le vélo, c’est facile.

On lui a dit : chiche ! Il nous répond qu'il ne voyait pas où était le problème. Pas de problème, il l'a fait.
Comme il le dit, les gens se trompent sur l'évaluation des distances. On pense que le vélo prend beaucoup plus de temps que la voiture. Mais lorsqu'on ne fait que quelques kilomètres, on est étonné du temps à vélo. 5 kilomètres se font en un quart d'heure. Sans polluer, avec un gain de santé. En ville, on va plus vite que les autos, on ne perd pas de temps à chercher une place.
Par contre il est difficile de trouver des abris, et même des points d'attache. Le déplacement urbain à vélo n'est pas encore une priorité.
Faire la campagne à vélo, c'est une autre façon de visiter le territoire et de rencontrer les gens. Et faire la campagne à la campagne et à vélo, c'est un vrai bonheur.
D'ailleurs, il y a même un panneau où j'ai été le seul à coller une affiche. Sans doute les autres sont passés devant sans regarder ? Allez collègues candidats et néanmoins adversaires, à vos vélo, avec un tout petit pot de colle et une seule affiche. Une belle découverte en perspective.
un panneau oublié par tous les autres candidats
De Gaillon à Val-de-Reuil, de Louviers à Bosc-Roger-en-Roumois, en passant par des vallées superbes, celles de l'Iton, celle de l'Oison et tant d'autres, nous savons pourquoi nous devons protéger nos paysages et notre nature.
En nous voyons combien il nous reste de chemin à faire pour la mobilité du futur et le climat.

Journées de Printemps de l’Ecologie en Normandie : à Evreux le samedi 23 mars et à Rouen le samedi 6 avril 2013

de 14 h à 19 h à l’Hôtel du Grand Evreux Agglomération (9 rue Voltaire – Evreux) en présence notamment de:
  • Véronique Bérégovoy, Vice Présidente EELV de la Région Haute-Normandie, en charge de l’Environnement et du Plan Climat Energie,
  • Denis Baupin, Député EELV, membre du collège des parlementaires du #DNTE (Débat National sur la Transition Energétique),
  • Florent Fenault, Comité de Liaison des Energies Renouvelables (CLER), membre du collège des associations du #DNTE (Débat National sur la Transition Energétique),
  • Jacques Quantin, Vice-président de l’association Energie Partagée,
  • Laurent Ouvrard, Enercoop (le seul distributeur d’électricité d’origine 100% renouvelable).
Les débats seront animés par Rebecca Armstrong (Atelier Durable).
Le samedi 6 avril 2013, de 9h30 à 19h à Rouen, nous poursuivrons nos Journées de Printemps de l'Ecologie, avec des Conventions Thématiques ouvertes à toutes celles et ceux qui sont intéressés par la transformation écologique de notre société et de notre économie.
Les thématiques en seront :
- L'économie autrement avec l'Economie Sociale et Solidaire : avec la participation de Guy Hascoet, ancien Secrétaire d’Etat à l’ ESS, Benoît Hamon, Ministre délégué en charge de l’ESS, Claude Taleb, Vice Président EELV de la Région Haute-Normandie, en charge de l’ESS, et Pascal Durand, Secrétaire national d'EELV.
- La transition énergétique et le coût de l'électricité, avec Véronique Bérégovoy, Vice-présidente EELV de la Région Haute-Normandie, en charge de l’environnement et du Plan Climat-Energie, et Jean Desessard, Sénateur EELV de Paris et rapporteur de la Commission d'enquête sur le coût réel de l'électricité.
- Quelles priorités pour les transports en Haute-Normandie ? Atelier animé par Gilles Fraudin, responsable de la commission Transports, avec Pierre Louvard, conseiller municipal de Rouen, Matthias Ader, maire de Bois d'Ennebourg et Francis Bia, de l'association Haute-Normandie Nature Environnement. Un point sera fait sur la LNPN (Ligne Nouvelle Paris Normandie) et sur le Contournement Est de Rouen (liaison A28-A13). La liaison ferroviaire entre Rouen et Evreux sera également à l'ordre du jour.
- Quelle eau buvons-nous en Haute-Normandie ? En présence de François Veillerette, porte-parole de Générations Futures :
  • SDAGE et Directive cadre sur l’eau, avec Paul Ferlin, Haute-Normandie Nature Environnement
  • L’eau potable dans notre région, avec Pascal Magoarou, Vice-Président de la CREA
  • Une politique municipale de l’eau, pour un début de solution, avec Jérôme Bourlet, Conseiller régional EELV
  • Présentation du cas de Bolbec, avec Jean-Marc Orain, Groupe Local Caux Seine
Pour se renseigner et pour s'inscrire :
02 35 70 12 10

Elections législatives sur la 4ème circonscription de l’Eure : Laetitia Sanchez, la candidate Europe Ecologie Les Verts, et les dossiers suivis par les écologistes depuis 2009

Nous n'attendons pas le mois qui précède les élections pour présenter nos propositions, et pour travailler sur les sujets qui engagent la vie locale et la défense des valeurs que nous croyons utiles et justes. Depuis 2009, sur le blog saintpierre-express, nous développons nos analyses et nos propositions. Petite revue de liens :
Merci de votre passage et de votre lecture ! N'hésitez pas à me poser des questions.

Elections législatives 2012 : Laetitia Sanchez, candidate pour Europe Ecologie Les Verts, écrit aux maires des 101 communes de la 4ème circonscription de l’Eure

Cher-e ami-e,
Vous êtes maire sur la quatrième circonscription de l’Eure. Vous vous engagez au quotidien au service de vos administrés et j’admire votre dévouement.
Vous rencontrez aujourd’hui différentes problématiques : le maintien des services publics de proximité, l’accès à la santé, à l’éducation, aux transports, au logement, à l’énergie, et surtout à l’emploi.
Les factures sont de plus en plus lourdes pour les ménages. La perte de confiance et le sentiment d’isolement expliquent en partie la montée du vote pour l’extrême droite au premier tour de l’élection présidentielle.
Lire à ce sujet les très bonnes analyses de Rue89 et de Médiapart :
Conseillère municipale de mon village de Saint Pierre du Vauvray, mère de jeunes enfants, enseignante dans un quartier populaire de Val-de-Reuil, je perçois et je partage au quotidien ces difficultés.
J’agis, comme élue, comme enseignante, mais aussi comme syndicaliste et comme membre de nombreuses associations (AMAP, SDN27, RERS, Toumaï). Le dialogue, l’échange, les liens de proximité, sont les points communs de mes différentes activités.
Cet ancrage dans la réalité concrète de notre territoire m’amène aujourd’hui à vouloir m’engager plus avant.
Avec Europe Ecologie Les Verts, je veux porter à l’Assemblée Nationale ces préoccupations d’actrice du service public, d’élue de terrain, d’habitante d’un village, de femme. Ma jeunesse (j’ai 39 ans) et mon implication dans la société ne sont pas des handicaps: au contraire, je veux en faire des atouts, et porter au sein des institutions mon bagage de citoyenne engagée, d’actrice de terrain et d’usagère.
Mes priorités seront la défense des services publics de proximité, pour l’éducation, la santé, la sécurité et les transports. Nous soutenons que la richesse d’une société moderne passe par l’éducation, facteur de progrès et de paix, et le droit de chacun à bénéficier d’une égale dignité : le droit de se soigner, de se loger et de se déplacer.
Pour l’emploi et le pouvoir d’achat, avec les écologistes, nous agirons en faveur de la transition énergétique : nous proposerons un plan massif de rénovation des logements anciens et la promotion des énergies renouvelables. Ce sont deux gisements importants d’emplois non-délocalisables, qui nous permettront en outre d’assurer notre sécurité et notre indépendance énergétique.
La consommation d’énergie pour le secteur du bâtiment (résidentiel et tertiaire) représente aujourd’hui 43% de la consommation totale d’énergie sur notre territoire.
La facture énergétique de la France (solde entre les importations et les exportations d’énergie) représente, elle, 90% du déficit de la balance commerciale française.
Enfin, près de 4 millions de nos concitoyens sont en situation de précarité énergétique : à savoir qu’ils dépensent plus d’1/10ème de leurs ressources en factures d’énergie, sans compter ceux qui renoncent à chauffer leur logement mal isolé.
Les écologistes proposeront un chèque vert destiné à financer les travaux d’isolation des foyers les plus modestes.
Dans le domaine de l’emploi, nous soutiendrons également la "charte sur l'industrie" adressée fin mars 2012 aux candidats à la présidentielle par les syndicats de Pétroplus, après l’adoption au Parlement de la loi dite "Petroplus" le 29 février (cette charte a été signée par notre candidate Eva Joly le 5 avril 2012).
  • Taxation de "toute marchandise hors matière première" entrant en France sans respecter les mêmes normes environnementales ou sociales ;
  • Obligation de cession, contraignant une entreprise qui veut fermer un site et licencier à vendre si un repreneur "solide" se présente, au risque d'être exproprié ;
  • Responsabilité du cédant, obligeant un groupe se séparant d'un site à s'assurer que le repreneur peut "assumer les responsabilités sociales et environnementales » ;
  • Externalisation des comptes sociaux, pour "sécuriser la dette sociale des entreprises et prévenir toute impossibilité de paiement", notamment sur les congés payés, les comptes épargne-temps ou encore les engagements liés à la pénibilité.
Dans le domaine des transports, avec le débat de l’automne sur le Schéma National des Infrastructures de Transports (SNIT), nous nous engagerons là encore en faveur des usagers du quotidien, qui se trouvent eux aussi confrontés à l’augmentation inéluctable du prix du pétrole, depuis que nous avons dépassé le « Peak oil » en 2006 (lorsque la consommation mondiale a dépassé la production).
Nous soutenons que la dépense publique doit favoriser les déplacements du quotidien, en offrant le plus possible des alternatives à la voiture individuelle, partout où cela est possible. Les investissements prioritaires doivent être engagés dans l’amélioration et le développement des services existants, pour plus de transports en commun. C’est le sens de notre proposition d’un scénario alternatif dans le débat de sur la Ligne Nouvelle Paris Normandie :
Avec les régions Ile de France et Basse Normandie, nous avons proposé d’investir prioritairement dans l’amélioration de la ligne existante, avec le doublement des voies entre Paris et Mantes, qui permettra de désengorger le trafic : cela permettra à plus de trains de circuler et de s’arrêter dans les gares de nos régions, avec une meilleure régularité et une plus grande fréquence.
Nous proposons également une amélioration des liaisons inter-régionales et intra-régionales : la question de la liaison ferroviaire entre Rouen et Evreux doit être considérée, en prenant en compte les contraintes liées à l’ancienne ligne - sans s’interdire si cela est nécessaire d’envisager une nouvelle ligne sur ce tronçon. Notre objectif, sur ce sujet comme sur tous les autres, doit être l’amélioration de la qualité de vie des habitants, avec le moins de nuisances possible, le moins de destruction des paysages, et le plus de service possible.
En ce qui concerne les territoires ruraux, nous proposerons de faire évoluer notre modèle agricole pour encourager les pratiques respectueuses de l’environnement, redonner du sens au métier d’agriculteur et préserver les terres cultivables menacées par l’urbanisation diffuse.
Un nouveau pacte passé entre les agriculteurs et la société devra permettre de :
  • garantir des revenus équitables aux paysans ;
  • favoriser des circuits courts entre producteurs et consommateurs ;
  • veiller à la transparence des prix de la grande distribution ;
  • imposer une diminution de l’emploi des pesticides.
La conversion vers une agriculture biologique sera créatrice d’emplois, durables et non délocalisables, dans les campagnes.
Nous ne nous résignons pas à la mort lente des territoires ruraux. Des solutions durables doivent y être apportées pour répondre aux difficultés de la vie quotidienne des habitants : mettre en œuvre des réseaux de transports collectifs pour contrer les effets de la hausse des coûts de carburants ; permettre l’accès de tous aux services publics dans des conditions satisfaisantes. Personne ne doit être privé de la possibilité de se former ou de se soigner, ni d’accéder au haut débit et à la culture.
Je suis persuadée que ces priorités rejoignent vos préoccupations d’élu-e de terrain et je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien leur accorder.
Je me mets à votre disposition pour échanger sur ces sujets et pour entendre vos priorités. N’hésitez pas à me contacter.
Dans l’attente, je vous prie d’accepter l’expression de mon amitié et de ma considération pour votre engagement quotidien.
Laetitia Sanchez
Candidate pour Europe Ecologie Les Verts
4ème circonscription de l’Eure

En 2012, je suis candidate pour Europe Ecologie Les Verts aux élections législatives dans la 4ème circonscription de l’Eure

Je suis adhérente EELV depuis l’appel au rassemblement de 2009, et je mesure la confiance du mouvement écologiste à l’égard des non-professionnels de la politique lorsqu’en mai 2011, on m’a confié la responsabilité du poste de secrétaire régionale.
J’ai le plaisir de rencontrer les militants normands, le plaisir d’agir pour l’écologie dans ma région, de travailler en synergie avec d’autres régions. Au moment du débat sur la Ligne Nouvelle Paris Normandie, avec l’Ile de France et la Basse-Normandie, nous sommes le seul parti à produire un cahier d’acteur inter-régional. En région, des commissions actives et un travail de communication sur nos actions et nos prises de positions, permettent à l’écologie d’être connue, reconnue, et d’agir sur le terrain.

L’écologie est le fil conducteur de mon engagement

L’écologie, c’est la vigilance et la protection.
L’écologie, c’est le respect de la diversité.
L’écologie, c’est la volonté d’une transition vers un monde où le « mieux » se substitue au « plus », ou au « toujours moins » pour la plupart d’entre nous.

1=1, l’équation de la démocratie

La professionnalisation de la politique nous éloigne de nos représentants.
Je suis une femme de 39 ans, mère de deux jeunes enfants, professeure de collège dans un quartier populaire à Val de Reuil, et conseillère municipale de mon petit village de l’Eure. Je partage mes engagements et mon travail par l’animation d’un blog collectif, saintpierre-express.
Je ne me sens pas représentée par le club très fermé d’hommes blancs d’un certain âge qui cumulent les mandats et les responsabilités.
Avec 18,5% de femmes députées, la France reste loin derrière les pays les plus en pointe, tels que l’Allemagne (32 %) ou la Suède (47 %).
Et avec une moyenne d’âge de 59 ans, l'Assemblée Nationale française affiche l'une des moyennes d'âge politiques les plus élevées d'Europe.
Toutes les générations ont leur place, bien sûr. Si nous avons besoin de l’expérience des plus anciens, nous avons besoin aussi d’élues et d’élus qui représentent et portent la parole de toute la diversité des citoyennes et citoyens.
La démocratie se résume en une équation simple : 1=1
Les lois sur la parité, les lois souhaitées sur le non-cumul des mandats, la loi portée par l’écologiste Esther Benbassa au Sénat sur le vote des étrangers aux élections municipales, vont dans ce sens. Il nous faut réformer nos institutions, et faire évoluer notre bonne vieille Vème République en une République moderne, plus égalitaire, plus transparente, plus juste. Une 6ème République.
Nous le ferons lorsque nous serons présents à l’Assemblée Nationale.
Mais aujourd’hui, c’est à vous de choisir des élu-e-s qui confirment cette diversité. D’ajouter à l’expérience un genre différent et un renouveau de jeunesse.
Il n’est plus question de voter des lois à votre place, mais que vous aussi soyez présent-e sur les bancs de l’assemblée, au travers d’élu-e-s qui vous ressemblent. Nous y défendrons notre bien commun et les intérêts de tous.
Nos député-e-s ont un rôle national, celui de participer au travail législatif et au travail de contrôle. Il est le lien entre la population de la circonscription qu’elle ou il représente et la Nation.
Et dans son rôle national, il représente aussi la disparité des aspirations et des projets de toute la société.
C’est pour cela qu’il est important d’élire des écologistes. Nous n’aurons pas la majorité à nous seuls, mais nous porterons notre parole au sein de la majorité, et nous défendrons nos valeurs et nos projets.
Au niveau local, je saurai vous écouter, travailler dans un sens commun, développer des projets sur notre territoire. Et je vous présenterai les résultats de nos travaux, nos amendements et les lois que nous défendrons.
La démocratie ne doit pas être un lieu où vous prenez la parole une fois tous les cinq ans.
Elle doit devenir un lieu de débat et d’échange permanent entre les citoyens et les élu-e-s. C’est ensemble que nous mènerons une politique proche de vous, qui répond à vos attentes et vos besoins. C’est une écoute et un débat permanent que je vous promets. Ce débat se prolongera au travers d’un site où vous serez informés en permanence de l’avancée de nos travaux, et où nous pourrons échanger.
Comme chacun de nous, je souhaite à tous nos enfants le bonheur auquel nous avons eu le droit. Pas moins. C’est le sens de mon engagement politique.

Contre-G8 au Havre les 21 et 22 mai 2011 : le programme

Trente quatre organisations citoyennes – associations, syndicats, mouvements sociaux et citoyens – appellent à la mobilisation les 21 et 22 mai au Havre contre le G8 - qui réunira à Deauville les 26 et 27 mai les huit chefs des États les plus puissants.
Les révoltes populaires dans le monde arabe et au Proche-Orient exigent justice sociale et démocratie. Au Japon, la catastrophe de Fukushima impose de réorganiser les choix énergétiques. En Europe, les citoyens s’opposent massivement aux plans d’austérité qui conduisent au démantèlement des services publics et des protections sociales, comme les peuples des pays pauvres exigent que les États les plus riches mettent fin au pillage de leurs richesses et tiennent leurs engagements en matière de solidarité internationale. Sur tous les continents, les populations s’organisent pour faire respecter leurs droits.
Tout au long du week-end, la ville du Havre sera ouverte à toutes celles et ceux qui refusent qu’une minorité autodésignée décide au nom des peuples, et qui veulent démontrer, à travers leurs pratiques et leurs propositions, que des voies alternatives existent. Des représentants des mouvements sociaux et citoyens du monde entier participeront à ce week-end de mobilisations pour porter la voix des peuples et de leurs résistances pour la paix et la démocratie, la justice sociale et écologique.

Au programme :

du 20 au 29 mai : village autogéré au camping de Montgeon.
samedi 21 mai à partir de 15 heures : Marche internationale dans les rues du Havre (rendez-vous à la gare SNCF).
en soirée : meeting international et concerts au "Champ de foire".
dimanche 22 mai toute la journée : Forums citoyens autour de l’Université.
  • Les peuples, pas la finance
  • Femmes : l'égalité des droits reste à conquérir
  • Entre les peuples, des ponts, pas des murs !
  • Nourrir les peuples, pas le capital
  • Le nucléaire et les choix énergétiques, parlons-en ensemble !
  • Contre l'austérité imposée aux peuples
  • Face aux urgences écologiques et sociales, quelles transitions ?
  • Quelle production pour quelle consommation ?
  • Révolutions arabes, contre l'impérialisme, quelles solidarités internationales ?
  • Bas les pattes d'internet !

Liste des organisations membres du collectif national :

AC !, AITEC (Association internationale de techniciens, experts et chercheurs), AEC (Association européenne des citoyens), Attac France, CADTM (Comité pour l’annulation de la dette du tiers-monde), CCFD - Terre Solidaire (Comité catholique contre la faim et pour le développement), CEDETIM ; Confédération Paysanne, CRID (Centre de recherche et d’information pour le développement), Emmaüs International, Euromarches, Fédération Artisans du monde, Fondation Copernic, France Amérique Latine, FSU (Fédération syndicale unitaire), IPAM (Initiative pour un autre monde), CGT (Confédération générale du travail), La Cimade, Le Mouvement de la Paix, Les Amis de la Terre France, Ligue des Droits de l’Homme, Oxfam France, Peuples Solidaires, RECit, Réseau Foi et Justice Afrique-Europe, Réseau Sortir du nucléaire, Ritimo, Survie, Transform !, Uncut France, Union SNUI SUD Trésor Solidaires, Union syndicale Solidaires, Vamos !, Vision du Monde.
Pour soutenir l'organisation du contre G8, vous pouvez adresser un don (déductible d'impôt) à : Contre G8 - Maison des syndicats - 119 cours de la République - 76600 Le Havre ou par Paypal
Plus d'informations sur le blog de Michel Coletta du Havre.

Les yeux dans les verts : le teaser de la web série qui vous immerge dans la campagne de Cécile Duflot. Direction 2012

Sortie le 25 mars 2011 : un document exclusif, en 12 épisodes qui revient sur le tournant politique des écolos.
Les écolos, rassemblés et menés par Dany Cohn-Bendit obtiennent le score de 16,28% aux élections européennes, le 7 juin 2009.
Les élections régionales ont permis aux écolos de confirmer ce sucès et les verts sont devenus une force politique majeure dans le pays.
Avant de se préparer pour 2012, la web série "les yeux dans les verts " vous emmènera dans les pas de Cécile Duflot, pour vous faire découvrir la campagne, de l'autre côté du miroir. Premier épisode le 25 mars : "le lancement".

Carnet de campagne des élections cantonales de mars 2011 dans l’Eure, sur Caméra Diagonale

Un nouveau venu en politique : Alexis Fraisse, candidat d'Europe Ecologie Les Verts sur le canton de Louviers Nord
Avec son "vidéo média" Caméra Diagonale, José Alcala est reporter de terrain. La politique, l'économie, et le développement du territoire sont ses sujets de prédilection. Il parle de la Normandie, et il parle de l'Eure. Son blog est un espace de débats reconnu...
En ce début d'année 2011, il livre les carnets de campagne des élections cantonales, qui renouvelleront fin mars 2011 (les 20 et 27) la moitié des conseillers généraux de l'Eure.
Dans notre canton de Louviers Nord, il a d'abord présenté le candidat du PRG Jacky Bidault. Ce week-end, c'est au tour d'Alexis Fraisse, le jeune candidat d'Europe Ecologie Les Verts.
Alexis est interviewé, accompagné de ses jeunes enfants, sur le marché de Louviers.
C'est l'occasion pour Alexis de parler commerce de proximité, agriculture en circuit court et transports, des sujets qui lui tiennent particulièrement à cœur.
Je cite José : "S'il est élu, il défendra les valeurs écologiques pour le Département. D'abord, avec le respect de l'environnement et la préservation des espaces naturels et des espèces animales et végétales qui y vivent. Lutter contre les gaspillages et préserver la qualité des ressources en eau. Pour Alexis Fraisse, ces propositions ne peuvent se réduire à un simple discours politique, elle doivent s'inscrire dans un processus de réalisation, immédiat. Le candidat parle aussi d'une vraie solidarité dans l'action sociale, ses missions d'accompagnement et de la responsabilité dans le soutien des initiatives pour l'emploi. Il prône l'équilibre entre les territoires pour maintenir des services publics de proximité, en milieu rural, lien indispensable entre les habitants."
Et encore : "Nouveau venu en politique, il attire l'attention par sa spontanéité et son goût prononcé pour l'écologie, loin des discours stéréotypés. (...) Un vrai écolo sans posture ni discours formaté".
Merci José pour ce reportage dynamique et plein de vie. Il colle bien à la personnalité spontanée du jeune candidat écologiste !

Le thon rouge n’a plus que 30% de chance de survie à l’horizon 2020

Lors de la convention internationale sur la biodiversité de Nagoya, la France s’est officiellement engagée, entre autres, à ce que tous les stocks de poissons soient exploités de façon durable d’ici à 2020.
Il n'aura fallu que quelques jours pour renier ces engagements, en défendant un quota de pêche au thon rouge de 13 500 tonnes pour 2011.
Pour Greenpeace (qui se base sur les études de l'Iccat, tout comme le gouvernement), "La position de la France revient à ne laisser que 30% de chance de survie au thon rouge. François Fillon et Nicolas Sarkozy trahissent les engagements français pris à Nagoya en termes de protection des écosystèmes. Ils adressent là un magistral bras d’honneur à la communauté internationale et désavouent Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno".
Mais même avec un quota de 13 500 tonnes, les pêcheurs français n’auront droit de pêcher "que" 500 tonnes de thon rouge. Ils avaient dépassé leur quota de pêche de 100% en 2007 (10.000 tonnes au lieu de 5.000).
En 2010, a France, sur un quota alloué de 2.500 tonnes, les thoniers français n’ont eu droit de pêcher effectivement « que » 2 000 tonnes de thons rouge.
Pour 2011 et 2012, il est prévu qu’ils remboursent 1 500 tonnes par an.
Pourtant les affaires continuent : lire ici : les pratiques illégales se perpétuent…, ou , ou bien encore le rapport sur les pratiques illégales, mais dans la langue de Shakespeare...

Jamais sans ma mooncup !

Jamais sans ma mooncup
Comme vous, j'ai eu un petit mouvement de recul au début en lisant les revues de la biocoop : bon là quand même, c'était peut-être un peu extrême ? Dans ma chasse aux déchets non-recyclables, j'avais déjà éliminé les couches jetables, les suremballages et barquettes en tous genres, mais les tampons et les serviettes hygiéniques, eux, revenaient chaque mois au fond de ma poubelle...
Et puis au moment du débat autour du bouquin de Badinter, plusieurs femmes que je connaissais, ma copine Anne ou la blogueuse Olympe, ont commencé à revendiquer la "géniale" mooncup ! Je me suis un peu documenté, j'ai fait le tour des forums et devant l'enthousiasme généralisé, je me suis décidée à franchir le pas.
Et là vraiment, aucun regret. Pour 30€, plus de souci de ravitaillement mensuel (les économies se font sentir très rapidement), et surtout un énorme confort. La nuit, à la piscine, au boulot, en voyage, elle ne me quitte plus ! Parfaitement hygiénique, le silicone s'adapte parfaitement à notre morphologie, sans aucun risque de sécheresse des muqueuses ou de choc anaphylactique (contrairement aux tampons hygiéniques). La cup prend la température de notre corps et on peut la garder entre 4 et 8 heures sans problèmes. Aucune odeur, pas de fuite, on oublie presque complètement qu'on a nos règles. Pour la "vidange", l'idéal est d'utiliser des toilettes équipés d'un lavabo (sinon, penser à la petite bouteille d'eau). Avant et après la semaine d'utilisation, je la fais bouillir avec un peu de vinaigre blanc, et c'est tout. Bien sûr, il y a le petit geste technique à trouver pour la mettre et pour l'enlever, mais franchement, au bout de trois jours, ça ne pose plus aucun problème... Allez les filles, l'essayer, c'est l'adopter ;-)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV