Accueil > vite dit > Le thon rouge n’a plus que 30% de chance de survie à l’horizon 2020

Le thon rouge n’a plus que 30% de chance de survie à l’horizon 2020

Lors de la convention internationale sur la biodiversité de Nagoya, la France s’est officiellement engagée, entre autres, à ce que tous les stocks de poissons soient exploités de façon durable d’ici à 2020.
Il n’aura fallu que quelques jours pour renier ces engagements, en défendant un quota de pêche au thon rouge de 13 500 tonnes pour 2011.
Pour Greenpeace (qui se base sur les études de l’Iccat, tout comme le gouvernement), “La position de la France revient à ne laisser que 30% de chance de survie au thon rouge. François Fillon et Nicolas Sarkozy trahissent les engagements français pris à Nagoya en termes de protection des écosystèmes. Ils adressent là un magistral bras d’honneur à la communauté internationale et désavouent Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno“.
Mais même avec un quota de 13 500 tonnes, les pêcheurs français n’auront droit de pêcher “que” 500 tonnes de thon rouge. Ils avaient dépassé leur quota de pêche de 100% en 2007 (10.000 tonnes au lieu de 5.000).
En 2010, a France, sur un quota alloué de 2.500 tonnes, les thoniers français n’ont eu droit de pêcher effectivement « que » 2 000 tonnes de thons rouge.
Pour 2011 et 2012, il est prévu qu’ils remboursent 1 500 tonnes par an.
Pourtant les affaires continuent : lire ici : les pratiques illégales se perpétuent…, ou , ou bien encore le rapport sur les pratiques illégales, mais dans la langue de Shakespeare…
nono

Si vous voulez entamer une discussion, vous serez le (la) premier(e) à donner votre avis...

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV