cantine

Ce tag est associé à 1 articles

Conseil municipal du 26 août 2013 : CCAS, tarifs de cantine, intercommunalité, procès, précarisation, et pas de questions diverses. Ah, si, une : la salle des fêtes…

Cela faisait près de cinq mois qu'il n'y avait pas eu de conseil municipal. On pouvait s'attendre à ce que ce conseil du 26 août 2013 fut bien chargé. Ca a été le cas.
On a eu le règlement intérieur de la cantine et du périscolaire, qui a fait l'objet d'un billet à part.
Et là on va traiter des autres sujets : l'augmentation de la cantine, l'accès aux enfants des communes extérieures, le CCAS, le procès contre ce blog, les contrats d'insertion pour remplacer des postes existants, la salle des fêtes dont le montant devra aller - ou pas - très à la hausse. Et qui devra changer d'objectif. Il y aura aussi la répartition des sièges au conseil communautaire (agglo), un court sur la dématérialisation des actes, et un lourd sur la délinquance en culotte courte au sein du conseil.
Très chargé, donc... Vous retrouverez tous ces sujets sur les deux premières pages, et sur la troisième page, l'intégrale en vidéo, dans l'ordre du conseil.
Sur la cantine, on va causer tarifs, non pas mentir sur les chiffres, puisque les chiffres sont livrés de mémoire, mais oublier simplement qu'une augmentation a eu lieu l'an dernier. Comme en 2011 on avait "oublié" qu'une augmentation avait eu lieu.
On rappellera donc les vrais chiffres, et puis on entendra la politique municipale. Car chez ces gens là, Monsieur, on ne paye pas, on abuse...
Beaucoup de chiffres manquent, et l'exécutif semble incapable de les fournir les informations au conseil : Combien d'enfants des communes extérieures, on ne sait pas. On parle de dépenses, mais les recettes, on ne sait pas. Et comme il faudrait une équipe de 10 comptables pour fournir un camembert, il n'y a pas de camembert, mais même pas un chiffre ou une donnée sur laquelle s'appuyer. Juste la mémoire, bien volatile semble-t-il...
Au-delà des chiffres et des tarifs, c'est aussi la qualité du service qui est en jeu. Et c'est le maire lui-même qui en parle le mieux : "C’est pas un service public. Parce que c’était l’anarchie complète à des moments.”
Quelle solution à cette anarchie complète est proposée ? D'un côté on entend : "nous, on a accepté les enfants à un moment donné, que ce soit moi ou mon prédécesseur, ils finissent leur scolarité ici, point barre !", et de l'autre, c'est la volonté manifeste de ne pas accepter les enfants dont le parent, ou l'un des parents, peut en assurer la charge. C'est à dire qui n'aurait pas d'excuse acceptable, selon le maire ou ses adjoints, pour ne pas s'en occuper.
On aura une délibération sur les CUI-CAE, des contrats que le maire souhaite utiliser pour remplacer des personnels existants, en mairie, potentiellement au service technique, des remplacements de maladie, alors que ce type de contrat ne doit justement pas conduire à remplacer du personnel existant.
La précarisation du travail dans la commune est débattue, mais... c'est hors-sujet.
On va reparler, au cours des questions diverses, de la salle des fêtes, qui pourrait devenir une salle d'accueil à destination des enfants et des activités encadrées pour eux. A quel prix ?!.
Et pour obtenir la subvention, Alain Loëb sollicite l'aide des conseillers qu'il a placé dans l'opposition. Oui, mais encore faut-il pour cela qu'il donne accès au dossier !..
Et puis il y a le procès. Il ne souhaite même pas la disparition de ce blog, il ne demande rien d'autre que de se voir attribuer les noms de domaines des sites qui comporte le terme "saint pierre". Et il y aurait urgence, car nous entrons en période électorale...
Le procès s'est déroulé le 18 septembre 2013, et nous sommes en attente du délibéré.
L'empire contre-attaque ! Encore.... et encore...

Conseil municipal du 26 août 2013 : règlement périscolaire et cantine

Il n'y a pas eu de conseil municipal depuis près de 5 mois. Le conseil étant un peu long, je vous propose de vous faire deux billets : le premier sur la cantine et le périscolaire, et le second sur les autres sujets : CCAS (action sociale), travaux, intercommunalité, régime indemnitaire des agents territoriaux,...

Règlement 2013/2014 - activités périscolaire & restaurant scolaire.

Ce règlement intérieur a été rédigé par les élus de la majorité. Alain Loëb nous dit : "on a souhaité faire un règlement le plus étoffé".
Le premier point débattu dans ce règlement est l'accueil des enfants dont les parents ne travaillent pas :
"Le service de restauration scolaire est réservé aux enfants dont les parents ne peuvent en assurer la prise en charge le midi."
Bien que ce sujet ait été débattu au conseil d'école, que le maire avait admis et admis devant la communauté éducative qu'on ne pouvait pas refuser d'enfants à la cantine, cette mesure discriminatoire a été inscrite dans le règlement. La majorité a refusé de retirer cette mention, qui a été votée par 6 voix conte 5.
Femmes ou hommes au foyer, chômeurs, ou autre situation vous mettant en capacité d'assurer la prise en charge de vos enfants le midi, faut-il craindre pour le droit de vos enfants d'aller à la cantine ?
Oui... et non.
Oui, parce que, lorsqu'un ou des parents iront en mairie pour inscrire leur(s) enfant(s), il sera facile de s'appuyer sur cet article de règlement pour en refuser l'accès aux enfants.
Et non, car le refus d'accueillir un enfant à la cantine au prétexte de la situation de famille est illégal. La jurisprudence a été constante en la matière, et confirmée par un jugement du conseil d'Etat. (l'avis de la FCPE)

Le principe de non-discrimination dans l’accès à un service

Au sens de l’article 225-1 du code pénal, toute distinction opérée entre des personnes placées dans une situation comparable, sur la base d’un critère prohibé (origine, situation de famille, état de santé, handicap, appartenance à une religion, etc.), constitue une discrimination. Selon l’article 225-2 du code pénal, cette discrimination est un délit lorsqu’elle consiste à refuser l’accès à un service, notamment l’accès à la cantine, à une personne en raison de son appartenance à l’un de ces critères.
Le délit de discrimination est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende. Lorsque le refus discriminatoire est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d’en interdire l’accès, les peines sont portées à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 € d’amende.
Le délit de refus de fourniture d’un service suppose la réunion d’un élément matériel, à savoir le refus d’accès à un service sur le fondement d’un critère prohibé, ainsi qu’un élément intentionnel, à savoir la conscience de se livrer à une pratique discriminatoire.
L’élément intentionnel n’est pas démontré s’il ressort que le refus est en réalité fondé sur un motif légitime sans lien direct avec le critère prohibé. En revanche, l’élément intentionnel peut être établi dans le cas où le maire refuse l’accès à la cantine à un enfant alors même que des mesures appropriées peuvent être prises pour assurer son accueil.
Nous avons entendu le maire dire "on n'interdit pas". Ah non, on réserve à d'autres...
Lorsque des vestiaires sont réservés aux femmes, nous comprenons toutefois que les hommes y sont interdits. Lorsque je lis "accès réservé au personnel", je crois comprendre qu'il est interdit au public. Lorsque je vois sur une table un écriteau "réservé", je crois encore comprendre que cette table n'est pas libre. Réservé, c'est "accorder quelque chose à quelqu'un, le lui destiner de façon exclusive ou particulière" (Larousse), et donc l'interdire aux autres, quelles qu'en soient les modalités.

Nous avons entendu les conseillers de la majorité défendre cet article :

Juliette Kaaouche, 1ère adjointe, explique qu'il n'y a pas que dans les communes de droite que ces pratiques existent : "à Val-de-Reuil, à L'école Léon Blum, c'est comme ça que ça se passe".
J'ai bien entendu contacté la commune de Val-de-Reuil qui a répondu que tous les enfants sont acceptés dans toutes les cantines de toutes les écoles de la commune, sans exception, et ce, quelle que soit la situation familiale des parents. Pour les très petites sections, dans certains cas, les enseignants peuvent conseiller à certains parents de reprendre leur enfant à la maison, pour des raisons éducatives et de confort de l'enfant. Si malgré tout, les parents préfèrent le laisser à la cantine, ils peuvent le faire.
"C'est comme ça !", affirme la première adjointe. Et bien justement, ce n'est pas comme ça.
"Pour l'instant, on n'a jamais refusé qui que ce soit", dit alors Alain Loëb. Tout du moins, on a vu des cas où des parents se sont d'abord vu proposer d'inscrire leur enfant si leur enfant ne mangeait pas à la cantine, et par la suite, la mairie a accepté d'inscrire l'enfant à la cantine. Il ne peut d'ailleurs pas en aller autrement.
Alain Loëb poursuit : "C'est simplement qu'on pense qu'on est une commune, on n'a pas les moyens aujourd'hui de recevoir l'ensemble, c'est vrai que ça nous posait problème, alors si on a fait un règlement déjà, c'est pour que on puisse s'organiser un peu mieux, et que les gens s'inscrivent pas au dernier moment. Hein ? Déjà !"
C'est ensuite au tour de Murielle Pionnier, conseillère d'expliquer : "Nan mais on est en train de parler de règlement intérieur, mais on sait très bien que c'est au cas par cas, quoi. [...] Moi je dis qu'il faut faire un règlement parce que les gens, ils en abusent. Quand tu vois le jour où il y a des frites à la cantine, on sait pas où les mettre, parce que ça déborde de tous côtés. Eh bah, ils apprennent à faire des frites, on met pas un môme à la cantine parce que justement ce jour là, le môme aime bien parce que c'est des frites saucisses. Où on va là ?"
Bien. Les enfants, ça déborde de tous côtés. Le coup des frites a déjà été discuté au conseil d'école. Les frites posent problème ? Remplacez les par des légumes bio, par exemple. Etonnament, les enfants qui raffolent des frites se rueraient peut-être moins sur la cantine, parce que même bio, ce ne sont pas des frites. De là à dire que les gens abusent, il y a un fossé.
Alain Loëb, maire : "C'est pas un service public. [si, si, c'en est un, NdR] Parce que c'était l'anarchie complète à des moments. Parce que, y a une sécurité derrière. Quand on fait manger des enfants, au dernier moment, on met une table dans le couloir pour faire manger quatre gamins, c'est pas mal."
Et ensuite : "Les gens qui travaillent, ils mettent des enfants. On leur laisse leur libre conscience [aux gens qui ne travaillent pas, NdR] de dire je les mets ou je les mets pas pour laisser les enfants des gens qui travaillent. C'est ça la démarche citoyenne. La démarche citoyenne, elle est là. Nan, mais celui qui, dedans il y a des familles qui viennent chercher leurs enfants et qui sont très contents de pouvoir faire manger leurs enfants chez eux."
Et voilà : lorsqu'Alain Loëb et ses adjoints parlent de démarche citoyenne - les enfants des citoyens sans emploi doivent s'effacer au profit des familles dont les deux parents ont un travail - on comprend immédiatement que le critère d'accueil des enfants qui est proposé est basé sur la situation de famille, un critère prohibé et discriminatoire.
On peut évoquer la morale, le fait qu'on s'occupe de ses enfants le midi - "Moi, je suis très content de manger le midi avec mes enfants, moi je suis fier", nous dit Pascal Schwartz, "Chacun fait son choix. Après ceux qui veulent pas manger avec leurs enfants, il mangent pas avec leurs enfants." Peut-on parler de la dimension sociale de la cantine et de l'école ? Manger, et aussi passer la récréation avec les copains et les copines, c'est important pour les enfants. Avoir du temps, d'autres types de relations, avec les enfants et les adultes, et si ça se passe bien, c'est de l'enrichissement pour l'enfant.
Quand j'entends que "c'est pas un service public. Parce que c'était l'anarchie complète à des moments.", je me dis que l'objecif n'est pas atteint, bien au contraire : en 2011, la mairie a choisi de passer de 2 services a 1 seul service, et ça se passe mal. Soit. C'est une erreur, et il arrive d'en faire.
Revenons donc aux deux services, il n'y aura plus besoin d'installer des tables dans les couloirs. Plus d'anarchie, de débordements, de "ça déborde de tous côtés".
Que la mairie applique la loi, rien que la loi, et l'esprit de la loi. Et qu'elle revienne sur le service unique, si c'est tant l'anarchie ou le désordre. Qu'on revienne aux 2 services appliqués jusqu'en 2011. On n'en demande pas plus.

Limitation de la présence des enfants au périscolaire

"Suite à une décision municipale et pour le bien-être de l'enfant, aucun enfant ne sera accepté plus de 10h en collectivité (école + périscolaire confondus) ; sauf cas exceptionnel et explicité par écrit." (extrait de l'article 3-3)
Pouvoir refuser les enfants des parents qui ne travaillent pas, c'est fait. Et maintenant qu'arrivera-t-il aux gens qui travaillent ? Ils ont parfois de longues journées, parfois beaucoup de transports. Evidemment, c'est inconfortable pour les enfants. Et pour les parents ? Est-ce pour autant qu'ils se défaussent sur la collectivité ? C'est pas bien de pas travailler, et ce n'est pas bien de trop travailler. Tout le monde souhaiterait un juste milieu, mais c'est la vie.
Les enfants qui restent jusqu'à 18h30 l'après-midi ne pourront plus aller à la garderie le matin. Où vont-ils aller ? Attendre au café ?
Nous vivons dans le monde réel : tous les enfants n'ont pas la chance d'avoir un parent enseignant, ou qui travaille à proximité. Il y a des horaires décalés, il y a des couples où l'un des parents travaille à Paris, l'autre à Rouen, ou Evreux, et ils vont faire quoi ? Ils vont expliquer à leur patron que le conseil municipal a adopté un nouveau règlement, et donc qu'il faut qu'il comprenne qu'il ou elle sera en retard le matin ou obligé(e) de partir en avance le soir ?
Et ce sont malgré tout de bons parents, responsables, qui aiment leur(s) enfant(s). Il faut juste qu'ils bossent pour faire vivre le foyer.
Malgré les demandes des conseillers d'opposition, cette nouvelle limitation ne sera pas abrogée. Des parents pour qui ce n'est pas facile, il y en a. Des parents qui veulent du mal à leurs enfants ? A Saint-Pierre, je n'en connais pas.
Il n'y aura pas d'économies réalisées par la mairie du fait de cette mesure, et cette mesure faite soi-disant pour le bien de l'enfant n'apportera que des problèmes aux parents confrontés à des horaires de travail de plus de 10h. C'est encore un atout de moins pour notre école. Je ne comprends pas.

Du droit à l'image

Sur le droit à l'image : Alain Loëb trouve insidieux qu'on lui demande pourquoi il filme, fait des photos, et ce qu'il en fait. Et il nous explique qu'il fait des plans larges des enfants, pas de gros plans. Il ne manquerait plus que ça.
Ce n'est pas la question : nous, aux parents d'élèves, on partage. On essaie de mettre en valeurs les adultes et les enfants, et nos photos, nos vidéos, elles sont mises en commun dans l'intérêt, on l'espère, des familles. On essaie de créer du lien et une mémoire.
Sur le blog des parents d'élèves, au travers des DVD qu'on a réalisés à la demande des enseignants - plutôt fichtrement bien faits à mon avis - ou des billets, on arrive à montrer aux parents que nos écoles sont vivantes. Et c'est collaboratif.
Je suis favorable personnellement à ce que les parents puissent indiquer leur volonté en matière de droit à l'image. C'est en raison de ce droit à l'image que le spectacle de l'école, filmé et réalisé à la demande des enseignants, n'est disponible que sur DVD vendus seulement aux parents.
Lorsque les enseignants m'avaient demandé de filmer les spectacles des enfants et des parents et de les diffuser sur le blog des parents d'élèves, j'avais mis les vidéos en privé tout comme le billet, disponible uniquement par login/mot de passe. On m' demandé si je n'en faisait pas trop, et si ce n'était pas une interdiction de lire pour le reste des habitants. Les vidéos sont toujours en lien privé, mais j'ai débloqué le billet.
Toutefois, je suis sensible au droit à l'image, et je trouverais bien qu'on indique, si oui ou on, on accepte que l'image de son enfant soit disponible sur le blog des parents, et si oui, dans quelles conditions d'accès.
J'entends la proposition de madame Kaaouche : "Dans ce cas là, on peut peut-être demander aux parents d'élèves de prendre des photos, et de nous les envoyer et de nous envoyer aussi les textes au lieu de les faire, pour le bulletin municipal, sinon il y aura pas de textes. Ni photos." C'est sérieux ?

On a presque fait le tour...

Que les enfants s'inscrivent à l'avance à la cantine, et non le jour même ne me choque pas, sauf nécessité.
"Les inscriptions tardives et ponctuelles ne seront autorisées qu'en cas d'extrême nécessité. Les inscriptions non justifiées pourront se voir appliquer le tarif adulte."
On peut discuter du terme extrême nécessité, mais surtout pourquoi et peut-on appliquer un tarif adulte à un enfant ? Je comprends que c'est dans le but de décourager, mais il me semble toutefois que, par souci d'égalité, un enfant doit bénéficier du tarif enfant, et un adulte du tarif adulte. Si c'est pour les inscriptions le jour même à 11h00 comme nous l'avons entendu, soit on les autorise pour tous, soit on les interdit à tous, mais le coût de revient d'un repas ne change pas. De la même façon, le terme "pourront se voir appliquer [...]" semble signifier que dans certains cas, il y aurait tarification adulte, dans d'autres non. Selon quels critères ?..
Ce point est adopté comme l'est celui de l'accueil réservé à certains enfants. Si pour le maire et ses adjoints, la démarche citoyenne consiste à faire en sorte que les enfants dont les parents ne travaillent pas laissent la place aux enfants de ceux qui travaillent, pour moi, la vraie démarche citoyenne consiste à faire en sorte de pouvoir accueillir dans les meilleures conditions tous les enfants qui le souhaitent.
Lors de l'instauration du service unique à la place des deux services qui se passaient très bien, la municipalité avait expliqué que c'était pour le confort des enfants. Bien sûr les parents le disent, mais il n'y a qu'à écouter les propres propos du maire : "C'est pas un service public. Parce que c'était l'anarchie complète à des moments."
D'une décision qui a abouti à une telle situation, et plutôt que de restaurer les deux services, on en vient à faire des règlements comportant des critères discriminatoires.
Est-il nécessaire de culpabiliser les parents ou de désigner les bons parents et les mauvais parents, ceux qui n'adopteraient pas une "démarche citoyenne", plutôt que d'assumer la responsabilité de la gestion de l'école, et de tirer les conséquences d'une décision prise sans concertation ?
Nous en avions parlé là :

Conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray du 3 mai. Alain Loëb avait jugé ses adjoints dès 2008. Il refuse depuis de travailler avec ces personnes. Jorge Pinto lit un discours expliquant que le conseil ne leur a servi que de tremplin pour se lancer dans la politique.

Relayé par la Dépêche qui était présente, c'est un conseil municipal qui aurait pu se montrer constructif, tant les questions soulevées concernent les citoyens de Saint-Pierre du Vauvray et les habitants des communes environnantes.
Un conseil municipal très politisé. Qui tourne en boucle.
Le conseil se déroule le 3 mai, à trois jours du vote du 6 mai, et à la veille de la campagne électorale pour les législatives. Laetitia Sanchez se présente sur la 4ème circonscription, Jérôme Bourlet sur la 5ème circonscription. Le cas de la 5ème est un peu particulier, car il s'agit d'une circonscription qui fait l'objet d'un accord entre le PS et EELV. Le candidat officiellement investi par le PS est Jérôme Bourlet.
Pour ceux qui suivent, deux candidatures dissidentes viennent s'ajouter à la candidature officielle du candidat écolo. Il reste toujours intéressant de regarder qui soutient la dissidence et qui ne déroge pas aux accords.
On peut apprécier la position de Marc-Antoine Jamet qui se hisse à la hauteur de ses fonctions. Ses messages ont été clairs.
Alain Loëb soutient une candidate dissidente et le dit "sans ambage". On entendra Jorge Pinto lire un discours expliquant que le conseil ne leur a servi que de tremplin pour se lancer dans la politique, et Alain Loêb se sert de ce conseil comme d'une tribune politique pour critiquer ses anciens adjoints. On ne sera pas à un mensonge près, et on reviendra tout au long de ce conseil à parler de la démission de Laetitia Sanchez, de blog, d'un mail de Jérôme, en boucle.
C'est vrai que depuis que j'assiste aux conseils municipaux, j'ai l'impression d'être coincé dans une boucle spatio-temporelle : quels que soient les sujets, le maire, président, juge, et rapporteur en plus, revient à cette date : 2008.
Dommage pour Saint-Pierre du Vauvray, car les questions qui sont posées méritent qu'on s'y attarde. Et nous ne pouvons pas nous permettre de rester bloqués en 2008, il faut avancer désormais. Jérôme Bourlet a présidé le SCoT, il est adopté, et même si la commune a voté contre, la CASE semble s'en féliciter. Et comme dans les petites communes, c'est la CASE qui assume l'essentiel des compétences, qui fournit l'essentiel du boulot de fond, le maire pourrait aussi s'en féliciter.
Le travail n'est pas fini pour autant. Il le fait à la Région, et j'espère qu'il gagnera contre la droite pour faire avancer les lois à l'Assemblée Nationale.
Sur la commune, c'est plus compliqué. Il n'y a aucun moyen de partager les compétences et les responsabilités. On aide comme on peut, comme des citoyens. On repeint, on nettoie, on range, on porte, on installe, on désinstalle, et on passe le balai. C'est ça aussi la vraie vie. Ce qu'on entendra à charge, c'est qu'Alain Loëb avait jugé ses adjoints dès 2008. Il refuse depuis 2008 de travailler avec ces personnes. Je veux bien qu'il prenne un pinceau, ou des gants et des bottes aussi. Mais ça n'empêche pas que quand ils ont fini de passer le balai, Jérôme et Laetitia restent des bosseurs, qui bossent sur des dossiers. Et ils sont plutôt très bons. Ils les ont concrétisés quand ils avaient les responsabilités à la commune. C'est fermé ? Il vont le faire là où on peut agir, avec des personnes responsables et ambitieuses.
Une décision de l'Afnic contre moi permettra à Alain Loëb d'aller confier à caméra diagonale : "Elu sur la liste de gauche "Vivre Saint-Pierre", à Saint-Pierre-du-Vauvray, sous la conduite d'Alain Loëb, le maire, Jérôme Bourlet, à sa demande est proposé comme adjoint. Il est destitué quelque temps après, suite à une affaire de nom de domaine que Monsieur Bourlet s'était approprié, alors qu'il appartenait à la commune de Saint-Pierre. Le maire porte l'affaire en justice et gagne le procès."
J'ai démenti, et il y aura un rectificatif. Il n'y a pas eu de procès, et les raisons pour lesquelles il s'est débarrassé de ses adjoints sont tout autres. L'application du programme... C'était des promesses. Pas des choses à réaliser.
Vous trouverez plus d'explications en page 3. J'ai un peu changé la mise en page. Désormais, les délibérations sont séparées, j'espère que ce sera plus clair. Vous pouvez passer de sujet en sujet en cliquant sur les numéros de pages en haut ou en bas du billet.
Pour ceux qui connaissent le film un jour sans fin, le 3 mai est le jour de la marmotte à Saint-Pierre, le conseil sans fin. Mais n'est pas Bill Murray qui veut. Au lieu d'arranger les choses au fur et à mesure, on n'avance plus, on se propulse dans la stratosphère...
Déroulement du conseil municipal du 3 mai.
Bonne nouvelle, quand même : Plus de lampe, plus de mégaphone, de ce côté, cela semble révolu. Ouf !
Si, d'une façon générale, tout débat semble voué à l'échec lors des séances de conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray, celui-ci ne dérogera pas à la règle. Toute question est écartée, au prétexte que ce ne serait que polémique, ou politique. Elle concernent pourtant directement notre commune et ses habitants.
Une question est posée sur les travaux d'enfouissement des réseaux et sur le plan fibre de la CASE. Pour le maire, c'est de la polémique, la fibre n'a pas vocation à aller chez les particuliers, les élus qui posent les questions ne sont pas ingénieurs réseaux.
Le maire reviendra lors de plusieurs délibérations sur la démission de Laetitia Sanchez, l'association, le blog, sur le fait qu'il refuse de travailler avec certains !.. A Pierre Denis qui s'étonne de ne pas être invité aux réunions qui peuvent le concerner, comme l'école, Alain Loëb répond : "Il y a des choses que j'ai à échanger avec vous, c'est personnel, vous comprendrez mieux à quel titre je vous ai pas convié, parce que j'ai convié beaucoup de gens à ces réunions-là. Et si je vous ai pas convié, je vous donnerai l'explication. Je vous ai invité, vous êtes pas venu."
"Je vais pas revenir sur ce que je pense mais j'ai des bons motifs de pas travailler avec certains, vu leur attitude. Moi je travaille en confiance ou pas. Je suis désolé. Je suis désolé. Quand on a certaines méthodes de démission, certaines méthodes de créer une association et un blog, etc, moi une fois j'ai tiré les conclusions, je prends acte de l'attitude de ces gens-là, je leur fais pas confiance, je le dis clairement, je peux pas faire confiance quand le maire découvre qu'il y a un nouveau blog, qui découvre après plusieurs mois qu'il y a une association, [...]"
le maire avouera qu'il ne fait plus confiance depuis 2008 aux conseillers qu'il a placés dans l'opposition, et qu'il n'invite plus aux réunions depuis cette date.
Jérôme propose de participer à une réunion sur le quotient familial, et de la piloter si le maire le souhaite. C'est un sujet qui a été reporté maintes et maintes fois au cours des conseils. Le maire répond : "Oh nan, pasque je vous fais pas confiance. C'est clair !" Plus loin, "Quand j'ai vu votre atitude au conseil, depuis 2008, et caetera, c'est sûr, je suis pas enclin à vous laisser les manettes sur nous. Et je pense, en plus, vous êtes suffisamment très occupé, et que si je vous donne quelque chose, je suis pas sûr que ce sera fait.", et encore "Je vous ai jugé. c'est plus la peine, c'est plus la peine de me tendre la main, je vous ai jugé". Il répètera à l'envi "je vous ai jugé"...
Les délibération du conseil traités le 3 mai, et les questions :
  • L'enfouissement des réseaux et l'éclairage public.
    Cela amènera deux questions d'actualité : Le plan fibre du 276 et de la CASE, l'enfouissement de fourreaux destinés au passage ultérieur de la fibre, et les économies d'énergie sur l'éclairage.
  • Le deuxième sujet a concerné le carrefour giratoire de la RD6015.
    D'accord évidemment avec le projet en cours, la question qui sera posée portera sur la complétude du péage d'Heudebouville, indispensable si les écoparcs 2 et 3 voient le jour, et si l'on ne veut pas dans ce cas que la RD6015 devienne la route des camions vers l'ouest.
  • Le troisième sujet, non prévu sera le blog et les noms de domaines.
    Les deux antiennes que sont le blog et un mail de Jérôme Bourlet sont entonnées par Alain Loëb dès que des élections s'approchent. Ainsi, le blog est tombé sous les projecteurs - c'est le cas de le dire - de la municipalité, début 2010, puis après un an de stand-by, début 2011, lors des cantonales, puis un an de stand-by avant de revenir au moment des législatives.
  • Le troisième quatrième point sera la tarification de la cantine.
    Ce sera l'occasion d'aborder la question du "mieux manger", Pierre Denis rappellera l'objectif inter-communal des activités péri-scolaires du programme initial. Les interventions de Pierre sont toujours brillantes et lumineuses. La discussion digressera.
  • Le dernier point à l'ordre du jour sera l'augmentation de la participation des communes extérieures aux écoles.
    Le maire se trompe dans l'énoncé, et en accuse Jérôme Bourlet. C'est assez drôle. Puis Jérôme Bourlet demande ensuite si la commune de Saint-Etienne du Vauvray est concernée. Alain Loëb rentre dans des explications...
  • Enfin, dernier sujet, en questions diverses, Jérôme soulève le débat sur la complétude de l'échangeur de l'A13 à Heudebouville et demande que la commune fasse un voeu pour appuyer cette demande.
    C'est l'avenir et la sécurité des habitants de la commune et des usagers de la RD6015 qui est en jeu au cas où les écoparces 2 et 3 venaient à voir le jour. "Pourquoi une pauvre commune de Saint-Pierre, ses 1.300 habitants ?..", répond le maire. Inutile de voir là des enjeux électoraux, ou de penser que cela va perturber les négociations en cours. Si les écoparcs s'installent, il faudra que nos élus se battent pour obtenir la complétude de l'échangeur d'Heudebouville, pour que les poids-lourds puissent emprunter l'A13. La complétude est déjà une préconisation du SCoT, dont Jérôme est président. C'est un sujet sur lequel Laetitia avait donné son avis, en février 2011. Son billet est toujours d'une cruelle actualité. C'est un vrai sujet brûlant pour notre commune. La demande est rejetée.
Jorge Pinto lira un texte : "Moi j’ai été très novice, moi avec le recul, ce que je me dis aujourd’hui, je me dis simplement une chose : la différence entre vous et nous, on a établit des relations avec les concitoyens, la population de notre village, et c’est vrai, c’est ce qu’on a fait, et c’est vrai qu’il fallait qu’on apprenne. Vous, je le dis franchement, vous vous êtes servis de cette instance, c’est-à-dire d’être élus au conseil municipal pour vous lancer dans la politique."
Et bien c'est dommage, car c'est bien une tribune politique à laquelle on assiste, et ce ne sont pas des débats qui vont dans le sens des Saint-Pierrois. Un tremplin politique. On peut surtout se dire que l'actuel maire n'a fait que se servir de ses anciens adjoints comme d'un marchepied pour se faire élire. Puis il a tout fait pour se débarrasser d'eux.
Aux questions sur l'avenir du territoire, il fait taire. Mais ces questions, ce sont des vraies choses qui vont nous tomber sur le coin du nez si l'on n'y prête pas attention, et qu'on ne fait pas les choses correctement. Bien sûr, les fourreaux il faut les passer quand on enfouit les réseaux. Bien entendu l'échangeur d'Heudebouville est un sujet crucial pour le riverains de la RD6015, pas seulement Heudebouville. L'éclairage public et les économies d'énergie sont aussi un sujet important. Je reconnais que le "mieux-manger" dans les cantines et le quotient familial sont des sujets plus politiques. Mais cela mérite débat, et débat plus ouvert qu'au sein seul du conseil municipal. Ce sont des questions qui se posent à tous les habitants, et il n'y a que l'opposition pour les poser. C'est d'ailleurs sûrement ce qui fâche.

Restauration scolaire : régie publique contre régie privée, service unique, augmentation des tarifs, et bonnes pratiques

Quizz : 2 lettres ont été perdues dans le titre de la vidéo... Saurez vous les retrouver ?
"L'augmentation, l'année dernière, elle avait pas augmenté, nous n'avons pas augmenté les impôts, la cantine, là, je pense qu'aujourd'hui cette augmentation, tout le monde sait qu'il y aurait un relèvement, il paraît logique de répercuter ce pourcentage", nous dit Alain Loeb, maire de Saint-Pierre du Vauvray.
Et bien ce n'est pas vrai. Les tarifs de cantine ont bel et bien augmenté l'an dernier de 2%. L'année précédente en 2009, les tarifs avaient déjà subi une hausse de 7%. Et l'année précédente encore, en 2008, les tarifs avaient augmenté de 6%.. L'augmentation de 7% devait anticiper une hypothétique hausse des tarifs de la société API. Or celle-ci n'a pas eu lieu.
Il y avait un eu une stagnation des tarifs, suivie de très légères hausses : 0% en 2009, 0,45% en 2010 et 0,78% en 2011. Consultez ici le billet sur les augmentations précédentes. et
C'est bien un transfert des charges de la collectivité vers les parents qui a eu lieu au cours des 3 dernières années.
[NdR] Cette fois, contrairement aux autres années, la question du quotient familial n'a pas été abordée. Pourtant, pour amortir le choc de ces augmentations successives sur les familles les moins favorisées, c'est une solution très facile à mettre en place. Bien sûr, si c'est pour payer quelques centimes de plus ou de moins, c'est un coup d'épée dans l'eau.
Un quotient familial bien appliqué permettrait à toutes les familles de pouvoir payer la facture, éviterait d'aborder de façon récurrente la question des impayés, et il deviendrait inutile de pouvoir se poser la question de la réinscription des enfants à la cantine.
A l'heure où la municipalité se rapproche du PS, un parti socialiste qui défend pour l'instant ce système pour les cantines scolaires comme amortisseur social, un vrai système de quotient familial, il est étonnant que la municipalité continue de botter en touche à ce sujet...
Jérôme Bourlet pose deux questions :
  • Tout d'abord, quelle est la durée du contrat qui nous lie à API ?
  • Le seconde question porte sur l'ordre des délibérations, puisque cet ordre implique que la commune s'engage encore à long terme avec la société API.
Personnellement, je n'ai pas de gros reproches à faire à la société API : la nourriture est plutôt bonne pour l'instant, et le personnel gentil.
Mais ce que propose Jérôme Bourlet, c'est de se tourner vers des pratiques plus vertueuses. Comme Jérôme le rappelle, les socialistes, comme Marc-Antoine Jamet, cité précédemment, sont toujours dans la défense des régies publiques, pour l'eau comme pour les cantines.
Et Jérôme soutient également ce point de vue. Ce qu'il propose, c'est de créer un partenariat avec la cantine centrale de Louviers. Il faut savoir que la CASE, pour préserver ses ressources en eau, met en place son projet de passage à l’agriculture biologique sur le périmètre de protection rapprochée de son bassin de captage. Merci à la CASE, merci à la région qui finance une partie du projet et un merci un merci tout particulier à Pascal Labbé et François Merle qui ont défendu cette cause.
Ce que propose donc Jérôme, c'est donc d'établir un véritable cercle vertueux, en proposant un partenariat avec la cantine centrale de Louviers, en régie publique donc. Et comme le préconisent la Région et le conseil Général, d'intégrer circuit courts et nourriture bio dans les repas des enfants, pour leur santé avant tout, et aussi pour développer chez eux les goûts, les saveurs et les savoirs. Et de permettre de développer le maraîchage bio au niveau local, par des agriculteurs locaux, qui protègent en échange nos captages d'eau, nos paysages et notre environnement.
Nous connaissions le peu d'appétence de la municipalité concernant le bio et les circuits courts - "les circuits courts, c’est l’hiver, manger des radis noirs, des navets, des poireaux [...]" -, et dans la suite du débat, le maire et sa majorité parleront de la piètre qualité des cantines voisines, du fait qu'API ne s'occupe que des denrées, de l'hygiène et des analyses bactériologiques. "C'est trois fois moins cher qu'à Saint-Etienne, à Val-de-Reuil, ce n'est pas très bon", ...
We're API in st Pierre du Vauvray !
Encore une fois, les conseillers municipaux vont avoir à délibérer sans avoir eu accès aux documents concernant cette délibération.
Pourtant, ce Le droit à l'information des conseillers municipaux est inscrit à l'article L2121-13 du code général des collectivités territoriales : "tout membre du conseil municipal a le droit, dans le cadre de sa fonction, d'être informé des affaires de la commune qui font l'objet d'une délibération."
"Le conseil municipal, ça arrive pas à la CASE que parfois on fait des corrections ? Que l'on a fait un oubli ? Donc, sinon, le conseil il sert à rien.", répond Alain Loeb.
[NdR] Le conseil municipal sert peut-être aussi à débattre et décider ? Cela reste un avis apparemment tout à fait personnel.
Le passage au service unique, controversé par les institutions mêmes, pour préserver le calme et une ambiance sereine à la cantine, et ainsi préserver la santé et la qualité de l'apprentissage, est entériné par la municipalité.
Les débats avec les parents, réunions d'informations promis n'ont pas eu lieu. La décision a été prise en amont, et tout le monde (en amont, donc) était d'accord. « C’est moi qui l’ai décidé !», avait affirmé Bernard Houssaye, premier adjoint.
Cette décision n'avait pas à être discutée aux conseils d'école, selon le maire. "C'est du périscolaire, ce n'est pas le conseil d'école, quand même. C'est quand même la cantine."
Quant à affirmer que "justement, les enfants sont très heureux", ce n'est pas responsable. Les enfants sont heureux de quoi ? Ne faisons pas porter la caution de cette décision sur les enfants de maternelle ni d'élémentaire. On pourrait tout aussi bien leur demander s'ils veulent des frites trois fois par semaine. Écoutons plutôt les professionnels, et les parents.
Je dois cependant dire que tous sentions tous l'inéluctabilité du passage au service unique, sans participation des parents, sans débat, et nous sommes heureux que les enseignants des deux écoles se soient entendus pour trouver la meilleure solution dans ce cas. Et ce sont notamment les enseignants des grands qui se sont adaptés aux besoins des petits. Merci.
Alors qu'auparavant, l'aide personnalisée était effectuée pendant le repas des plus petits, celle-ci sera décalée pour que tous les enfants puissent manger à la fois ensemble, et en respectant les besoins et les rythmes des enfants de maternelle.
Ceux-ci mangeaient dès 11h30, pour une durée de 3/4 d'heure. Ils étaient ensuite de retour à l'école maternelle à 12h20.
Les horaires et le temps de repas seront exactement les mêmes pour les maternelles. Ce qui fera différence, c'est que désormais tous les enfants mangeront ensemble. Ce sera évidemment plus de bruit, peut être un service plus long car il faudra servir tous les enfants en même temps. Il faudra sûrement privilégier les petits qui ont besoin de plus de temps.
Nous ne connaissons pas encore, à cette heure, les modalités concernant l'encadrement, ni le nombre de personnes affectées à l'encadrement. Ce seront donc des questions à poser lors du prochain conseil d'école, comme nous y invitent Pierre Denis et Alain Loeb.
Pour être juste, j'y vois toutefois un avantage : tous les parents ont le droit d'inscrire leur(s) enfant(s), sans discrimination, sans conditions de ressources ou d'emploi des parents.
Là où la municipalité pouvait s'appuyer sur l’exiguïté des locaux pour refuser l'accès de certains enfants à la cantine, il sera désormais possible d'accueillir tous les enfants à la cantine. Il suffira de créer un deuxième service !
"La jurisprudence est désormais suffisante pour que l’on cesse d’importuner parents et enfants en demandant des justificatifs inutiles à propos d’un service public dont l’accès doit être libre", a annoncé la FCPE dès 2010. Il n'est aujourd'hui plus possible de discriminer les enfants par un accès à la cantine réservé aux seuls parents qui travailleraient.

Conseil d’école de l’école maternelle de Saint-Pierre du Vauvray

Conseil d'école de l'école maternelle de Saint-Pierre du Vauvray. Le conseil d'école vote le règlement intérieur et établit l'organisation de la semaine scolaire. Il donne son avis sur le fonctionnement de l'école et toutes les questions intéressant la vie de l'école : activités complémentaires, utilisation des locaux en dehors des heures d'ouverture, classes de découvertes, activités périscolaires, restauration et hygiène scolaires
Le mardi 9 novembre a eu lieu de 1er conseil d'école des maternelles à Saint-Pierre du Vauvray. Etaient présents : les enseignantes, Mmes Hubert et Despeyroux, les représentants de parents, Mmes Adebibe et Saucray, Mrs Binard et Houdu, la municipalité, Mr Loeb et Mr Houssaye, et le DDEN de la circonscription, Mr Bethon.
Modification du règlement intérieur
Le conseil a voté à l'unanimité l'interdiction aux automobiles de stationner sur l'aire de stationnement située entre les 2 écoles, lors des entrées et sorties de l'école. Celle-ci est réservée au car scolaire (et bien sûr au passage des enfants, le passage piéton la traverse). Les automobiles devront donc se garer sur les autres aires, soit rue Gourdon, soit derrière l'école maternelle.
Les effectifs de l'école : 43 enfants
Ces effectifs sont partagés entre la petite et très petite sections, 22 enfants dans la classe de Sophie Hubert et Djamila, et 21 enfants en moyenne et grande sections, dans la classe de Christine Despeyroux assistée de Loïc. Nous, les parents, sommes ravis de cette répartition, et surtout de l'encadrement. Les enseignants et les ATSEM (le terme barbare qui désigne les Agents Territoriaux Spécilalisés des Ecole Maternelles, bref : les assistants de vie scolaire...) font un travail formidable. A nous aussi de les aider à réussir leur mission : aider nos enfants à grandir, et acquérir les connaissances indispensables pour leur vie à venir.
Le projet d'école
Je vous invite à lire le compte-rendu complet, à télécharger en bas du billet. C'est le dernier volet d'un cycle sur le développement durable qui sera abordé cette année : L'eau.
C'est un vaste sujet. Une priorité pour l'humanité. Et en même temps, nous avons de la chance en Normandie, et dans l'Eure, d'habiter un pays où l'eau joue un rôle prépondérant. Nous avons la chance d'avoir la mer, la Seine, un fleuve essentiel qui a construit en partie le paysage français, reliant Paris au reste du monde par les voies fluviales et maritimes, l'Eure, une rivière d'une beauté éclatante, dans laquelle il fait bon piquer une tête et sur laquelle (mais aux jours heureux de l'été), il fait bon naviguer, et aussi à quelques enjambées des lacs (Poses), des rivières étonnantes (comme l'Iton, qui joue à cache-cache, et n'oublions pas : Saint-Pierre du Vauvray est bâtie sur un ancien marais asséché !)
Cet accès à l'eau a fait la richesse de notre région, et je pense particulièrement à notre cité drapière, Louviers, et à notre commune où les mariniers viennent se reposer à terre...
Le sujet est vaste, mais il faudra savoir le restreindre et canaliser les visites dans des lieux adaptés à notre tout jeune public : visite du Robec, où la profondeur de cet affluent de la Seine ne risque pas de mettre en péril nos enfants, visite de la mare Saint-Lubin et pêche à pied à Dieppe. Vaste programme donc, et surtout chouette programme !
Le programme pour cette année n'est pas qu'une découverte du patrimoine : elle mélangera les découvertes en milieu naturel aux expériences et aux arts...
Les travaux. Et surtout : le téléphone !
Une liste de travaux à effectuer a été fournie à la Mairie :
  • Demande de changement des boutons poussoirs pour les enfants de petite section : l'impossibilité pour les tout petits d'enfoncer les poussoirs (trop durs), et la puissance du jet qui asperge les vêtements des enfants empêche la prise d'autonomie.
    La mairie va faire des demandes auprès d'un plombier. Il n'y a pas lieu de changer le matériel à première vue, un simple réglage devrait suffire.
  • Réglage de la température du chauffage : la température du thermostat indique 20°c, alors qu'en réalité la température ambiante réelle peut descendre à 14°c ou dépasser allègrement les 20°.
    Le maire connaît un "grand spécialiste du chauffage, un professionnel comme on n'en fait plus". C'est donc lui qui viendra réparer le chauffage, et comme il ne peut se déplacer que le week-end, j'imagine qu'il est en train de réparer le chauffage à l'heure où j'écris ces lignes, et gageons que les enfants évolueront dans un milieu à 19/20°c lundi.
  • Remplacement des planches des cache-moineaux du préau qui se désagrègent.
    Un devis est en cours auprès du couvreur.
  • Le PPMS. C'est le Plan Particulier de Mise en Sécurité face aux risques majeurs. Et là Elaboré avec la municipalité précédente, la directrice, madame Despeyroux, a demandé une remise à jour de ce plan.
    Pour M. Bethon, l'élaboration d'un PPMS est un projet difficile et exigeant. La municipalité étudiera le dossier, et une réunion sera prévue ensuite...
  • Le téléphone ! C'est là un problème bien plus grave et surtout urgent.
    La mairie a renouvelé les contrats avec le FAI Orange, l'école dispose d'une ligne dégroupée avec un service de téléphonie VOIP. Or ce téléphone VOIP fonctionne mal, voire pas du tout.
    En conséquence, il est impossible d'appeler l'école (d'autant que la publication du numéro de téléphone a disparu du service pages blanches. Je vous rappelle le numéro : 02 32 59 81 79, que je modifierai si j'ai commis une erreur).
    Ne pas pouvoir appeler l'école, c'est interdire aux parents, comme aux services publics de pouvoir communiquer avec l'école, pour avertir d'un danger, d'un incident, ou pour un parent, de l'impossibilité de prévenir qu'il ne peut pas venir chercher son enfant, simplement.
    La directrice demande si l'école pourrait disposer une ligne connectée au réseau téléphonique commuté. C'est à dire une ligne qui reste connectée, même en cas de coupure électrique ou de panne internet. Madame Despeyroux précise : "une ligne qui nous permette d'appeler en cas d'urgence seulement, et permettant aux parents de nous appeler."
    Je rappelle tout de même que c'est une base du PPMS cité plus haut. Mais n'attendons pas que l'étude du dossier PPMS soit terminée avant de se pencher sur ce vrai gros problème. Un PPMS est déjà en cours, et la ligne RTC est déjà une obligation.
    S'il s'était produit un incident la semaine dernière, celui-ci aurait pu virer au drame, car il aurait fallu s'absenter de l'école, cela aurait ralenti les secours, et moins de surveillance dans un moment de stress n'est jamais une bonne chose, me semble-t-il.
    Cela me rappelle l'aventure du car scolaire sans ceintures de sécurité : "pourquoi voulez-vous des ceintures, il n'y a jamais eu d'accident de car scolaire dans le département ?" Et bien le car avec ceintures n'en n'a jamais connu, mais les enfants sont plus en sécurité, même en cas d'accident. Que l'école dispose d'une ligne téléphonique fonctionnelle est une urgence pour la sécurité des enfants.
    Le maire de son côté a répondu qu'il rappellerait le service concerné.
    A titre personnel, je pense que l'abonnement à une ligne RTC n'entraînera pas notre commune vers un gouffre financier. Mais peut-être cela sauvera-t-il une vie. Donc pas d'hésitation.
    Charge à la municipalité d'assumer ses responsabilités.
L'aide personnalisée :
Entre 12h45 et 13h15, moment propice à l'attention des enfants de maternelle nous disent les enseignantes, les enfants dont on estime qu'ils en ont besoin peuvent avoir accès au soutien scolaire.
C'est un bilan positif pour ce soutien. Pour les enseignantes, les compétences des enfants pris en charge se sont vues renforcées, et "le travail en petits groupes est vraiment plus facile et convivial".
Le soutien a commencé dès la mi-septembre pour les moyenne et grande sections, et le travail a permis aux enfants de bénéficier d'un soutien dans le domaine du graphisme et de l'informatique.
Dès janvier, l'aide personnalisée concernera également les petites sections.
Toujours à titre personnel, comme parent, je pense que cette aide facilite l'intégration des enfants, et permet de rattraper les enseignements pas forcément toujours bien acquis, du moins à la même vitesse, pour tous les enfants.
Il ne s'agit pas là de dire qu'untel ou unetelle est moins doué(e) : l'aide personnalisée concerne des enfants à un moment donné, et permet d'homogénéiser les compétences de tous les enfants. A un moment donné, c'est un enfant qui en aura besoin, et dès que celui-ci aura conforté son expérience et ses connaissances, ce sera un autre élève qui se trouvera plus en besoin.
C'est aussi une façon de tirer l'école et l'apprentissage par le haut, en ne mettant personne de côté. Au contraire, avec l'acquisition de ces connaissances, et de la compréhension des sujets, de pouvoir faire en sorte que toute la classe progresse, aille plus loin, et que tous ces enfants partagent le goût et le plaisir du travail scolaire.
Ce n'est donc pas pour moi une simple question de justice sociale, cela va plus loin en permettant de tirer tout l'enseignement par le haut.
Les projets : les sorties scolaires et la kermesse.
Je vous ai déjà touché un mot au sujet des sorties prévues : pêche à pied à Dieppe, le Robec, la mare Saint Lubin... Il est question aussi de visiter le barrage de Poses, et une péniche.
Nous avons de notre côté proposé d'autres visites, à proximité, comme l'Abbaye de Fontaine-Guérard (où une usine du style gothique flamboyant, avec un petit tout petit barrage, jouxte une abbaye que l'on peut visiter, qui bénéficie d'un jardin adopté, et d'un plan d'eau fournit une occasion de dispenser un enseignement autrement), la visite de la réserve ornithologique de Poses, avec la participation d'animateurs-militants de la LPO, les moulins (nous avons Andé, Connelles, le Vaudreuil, des sites formidables à 2 pas de chez nous...).
Mais tout cela est conditionné évidemment à la capacité de l'école à lever des fonds pour les transports. Et bien sûr la sécurité.
L'autre sujet débattu aura été la kermesse.
C'est vrai que sous l'impulsion de Benoît Geneau, la kermesse a été en 2008 une expérience étonnante, riche, et un grand moment de partage et d'amitié. Un moment unique à Saint-Pierre, où la kermesse s'est transformée en fête du village. Mille mercis Benoît, un grand moment apprécié par tous les habitants.
Mais force aussi est de constater que depuis lors, l'organisation se délite.
Pour l'équipe pédagogique de l'école maternelle, il faut changer de lieu, et d'organisation. Celle-ci n'était pas à la hauteur des attentes, il faut donc bâtir un nouveau projet de kermesse.
Les écoles auront besoin de nous, parents, pour les aider à prendre en charge cette journée. Et c'est bien normal, nous sommes les parents des enfants que nous tenterons d'émerveiller.
Alors tout d'abord, nous en avons convenu, la kermesse n'aurait pas lieu le vendredi soir, mais un samedi (date à définir)? Ensuite, elle se déroulera à l'école, et non plus à la mairie.
Un tableau devrait être mis à disposition des parents pour nous aider à nous organiser, pour pouvoir nous proposer pour aider à l'organisation et à la logistique de cette journée, et enfin... proposer nos idées.
Des idées, vous en avez. Par exemple, j'aimerais bien que les associations culturelles et sportives puissent participer à cette journée. Des démonstrations ponctuelles des offres pour nos gamins, un mini-dojo, avec l'association JVI, une démonstration de football, de danse, de musique avec l'IMA... Et je sais que nous avons des pros du ping-pong par chez nous ! Hein, ch'tite démo : il y a une table, des balles, des raquettes ?.. Ce serait en tous cas l'occasion de promouvoir les activités auxquelles les enfants du village peuvent s'adonner ? Qu'en pensez-vous ?
Attention, ce n'est qu'à titre d'exemple. l'idée est peut-être mauvaise. Donnez vos idées, et ensemble choisissons les meilleures :)
Et bien sûr, les activités traditionnelles, les jeux dont nous ne saurions nous passer, les spectacles, et notre joie.
Emerveillons nos enfants, et comme chaque année apportons de la joie à nos enfants, dans la bonne humeur...
La cantine, le sujet qui fâche dès qu'on en parle...
Dernier point du jour : la cantine - dont les travaux continuent de se faire, mais qui n'est toujours pas un projet officiel...
Chuuut. N'en parlons pas. J'ai rappelé que les élus des parents en primaire avaient accepté le projet.
Mais le maire a de suite répliqué que ce projet n'est toujours qu'à l'état de projet, et que ce n'était qu'une prise de position personnelle de Bernard Houssaye qui avait été affichée lors du conseil d'école des élémentaires. Il y aura dans un avenir proche des concertations avec les enseignants, le personnel, et les parents.
Il n'y avait donc pas lieu d'en parler...
Pourtant c'est ce que nous avons fait. Les enseignantes de maternelles ont posé la question des horaires de l'aide personnalisée pour les maternelles. Dans un premier temps, le maire a demandé pourquoi cela gênait les enseignants de prendre les mêmes horaires que les primaires. Les enseignants ont donc rappelé que les rythmes des enfants de maternelle n'étaient pas forcément ceux des élèves de primaires. A 11h30, les petits ne sont plus du tout réceptifs. Ils sont fatigués, il ont faim. Il faut qu'ils mangent, et jouent et se reposent après manger pour être de nouveau en forme pour le soutien scolaire.
Le maire a alors proposé de faire commencer les petits 1/4 d'h avant les grands (???). Ainsi, les petits auraient 1/4 d'h de jeu avant la cantine, le repas, puis de nouveau 1/4 d'h de jeu, avant de partir en soutien. Mais ce n'est pas facile avec les habillages, déshabillages, lavages...
La meilleure solution reste que les petits continuent de manger dès la sortie de l'école...
Les enseignants ont donc continué d'expliquer très professionnellement le travail fait avec les enfants, les rythmes, et ont également expliqué que les enfants n'auront au final pas plus de temps pour manger.
Sur ce, le maire s'est eclipsé, il avait un rendez-vous important à la CASE, il a donc pris congé, non sans oublier de faire un jeu de mot sur mon nom de famille, et avoir fait ce qu'il a convenu n'être qu'une boutade sur le développement durable... Nous avons donc continué le débat entre enseignants, parents et M. Bethon, le DDEN.
M. Bethon a fort justement fait remarquer que si on passait au service unique, un chariot chauffant serait indispensable afin que les enfants les plus éloignés bénéficient d'un repas à la bonne température.
Bien qu'il n'y avait pas lieu de voter, puisque ce n'est pour l'instant qu'un projet, nous avons tous compris la vonlonté indéfectible de la municipalité de passer au service unique pour la cantine. Nous n'avons pas entendu d'arguments clairs concernant les avantages pour les enfants. Je regrette pour ma part qu'il n'y ait pas eu de concertations avec les enseignants (au moins ceux de maternelle), alors que ce projet les concerne au premier chef. A mon avis, le conseil d'école était un moment idéal pour commencer cette concertation, et les parents, les enseignants, comme le DDEN, étaient sur la même ligne.
Sans doute faut-il effectivement, dans un "avenir proche", que tous les parents soient amenés à débattre sur la cantine. Nous attendons les modalités de ce débat.
Puisqu'il faut que nous sortions par le haut pour le confort des enfants, l'harmonie de l'école, et la réussite des élèves, il va falloir faire en sorte que si service unique il y a, celui-ci se passe dans les meilleures conditions possibles : insonoriser les salles au maximum, un chariot chauffant, s'assurer qu'il y aura toujours 2 adultes présents en permanence dans chacune des salles pour la sécurité des enfants.
Depuis le conseil d'école, des échanges entre des enseignants de l'école élémentaire et les enseignantes de maternelle on eut lieu "entre 2 portes". Les premiers ne verraient apparemment pas d'inconvénient à décaler les horaires du soutien, et donc de caler les repas sur les horaires actuels des petits. Cela résout le problème de l'aide personnalisée des tout petits.
J'imagine bien les inconvénients qu'il y aura à passer au service unique, mais on peut aussi y voir un avantage : avec 2 salles, il n'y aura plus de contraintes physiques pour accueillir d'autres élèves si leurs parents en font la demande. Quitte à créer un second service ?
Ah, une petite chose encore, plus consensuelle : le pont de l'ascension
Comme l'an dernier, c'est à l'unanimité que le report de la journée d'école du vendredi 3 juin au mercredi 1er juin a été voté. Les enfants feront donc le pont, comme leurs parents nous l'espérons.
Impressions personnelles sur la qualité du conseil
J'aimerais dans l'avenir que le jour du conseil d'école soit choisi en s'assurant que le maire ou son représentant n'ait pas de rendez-vous important à la CASE avant la fin du conseil d'école. Même si nous avons su poursuivre le débat avec les enseignants et le DDEN. Et c'était un débat de bonne qualité.
C'est aussi pour cela que sont organisés les conseils d'école : nous venons écouter les professionnels de l'éducation, nous sommes là, parents élus, pour poser les questions, remonter les problèmes s'il y en a, et tous ensemble, mairie, enseignants, et municipalité, nous venons écouter les problèmes que les équipes pédagogiques connaissent, et devons tout faire pour y apporter des solutions.
Humeur : Je ne vais pas jouer aux saintes nitouches, et j'aime les bons mots. Les bons. Les jeux de mots sur les noms de famille sont à proscrire de ces débats, ils ne contribuent pas à sa qualité. Ce genre de jeux de mots, j'en ai toute une armoire, mais je l'ai refermée, et remisé l'armoire à la cave lorsque j'ai quitté le collège. De gestes idiots en jeux de mots qui le sont tout autant, ce n'est sûrement pas ça qui va améliorer la qualité des débats.
J'ai été mis au courant par Laetitia, qui a appris le lundi d'un parent, que le conseil de l'école élémentaire avait eu lieu le vendredi, et avait validé le projet de service unique de cantine.
En fait cette information était erronée. La concertation avec les parents, les enseignants et le personnel n'a pas encore eu lieu, elle aura lieu plus tard...
Nous, les parents élus, avons buggé, car je ne connaissais même pas la date du conseil de l'école élémentaire.
Il va nous falloir faire des efforts de concertation, car de nombreux sujets concernent les 2 écoles, comme la kermesse ou la cantine par exemple.
Bon, l'urgence, c'est le rétablissement du service téléphonique, hein ?

La mairie de Saint-Pierre du Vauvray souhaite instaurer un service unique à la cantine

C'est au cours de ce grand moment d'échanges et de convivialité que Jérôme posera la question de la destination de la classe libérée au 1er adjoint, Bernard Houssaye. La réponse : un service unique à la cantine. Au 1er adjoint, Jérôme Bourlet s'étonne de cette décision prise sans en parler au conseils d'écoles, pas plus qu'au conseil municipal : d'où venait cette décision ? demanda-t-il. "C'est moi qui l'ai décidé !".
Après que, devant un parterre d'élus, de parents, et de journalistes, on a entendu les élus défendre l'Ecole et les valeurs de la République, où l'école est le coeur des villages, qu'elle doit rester le coeur de la République, c'est un peu court !
La mairie de Saint-Pierre du Vauvray souhaite instaurer un service unique à la cantine. Le doublement du nombre d'élèves est préjudiciable à la qualité du service, au calme, et toute la qualité de la vie scolaire risque d'en pâtir....
Pour information, lors du dernier conseil d'école de l'école élémentaire, j'avais posé la question à Eric Delahaye, qui était délégué aux écoles, et il m'avait assuré qu'il n'y aurait pas de service unique l'an prochain (c'est à dire cette année scolaire). Il est vrai qu'Eric a malheureusement démissionné, et que les choses ont changé.
C'est vrai aussi que c'est une idée qui trotte dans la tête du maire depuis longtemps,. Nous avions déjà dû trouver un compromis, très équilibré, avec un service coupé entre les petits et les plus grands au début de l'année dernière. Les plus petits ayant des besoins différents des plus grands (couper la viande, servir de l'eau, enfin des petits quoi - et cette année, il y a même des tout-petits), tandis que les grands sont plus autonomes, mais peut-être plus bruyants. Il faut conserver le contrôle de la salle, afin que les repas se passent de la meilleure façon. C'est la responsabilité de l'encadrement.
Tous les enfants, parents, enseignants, personnels municipaux semblaient y trouver leur compte.

Le doublement du nombre d'élèves est préjudiciable à la qualité du service, au calme, et toute la qualité de la vie scolaire risque d'en pâtir...

Tout le monde semble être totalement d'accord dans le monde de l'éducation pour dire d'une voix qu'il faut réduire la taille des salles de cantine. J'en avais parlé sur ce billet consacré au rythme scolaire.
L'Académie Nationale de Médecine juge que "les grandes salles des cantines très bruyantes devraient être transformées en plusieurs petites unités pour amortir le bruit"
"Le Conseil National de la Consommation (CNA) estime que l’environnement doit être pris en compte et a des effets sur la consommation des aliments en milieu scolaire."
Dit autrement, un chahut généralisé peut donner des maux d'estomac aux écoliers (et au personnel de cantine) et par voie de conséquence à la maîtresse de l'après-midi !
Le CNA insiste sur le calme rendu possible par la dimension des locaux et leur insonorisation, l’encadrement des enfants : un adulte formé et motivé par table (!) et l’organisation générale de l’interclasse : moments de détente avant et après les repas consacrés de préférence à l’hygiène corporelle (mains et dents).
L’Education nationale s'est fendue d'une circulaire prévoyant que la durée du repas soit d'environ 45 minutes et en tout cas pas inférieure à 30 minutes. (cantinescolaire.net)
Pour la FCPE, "les restaurants scolaires aujourd’hui doivent être des lieux de rencontre, de convivialité et d’éducation nutritionnelle dans lesquels des personnels spécifiquement formés et en nombre suffisant encadrent des enfants qui ont le temps de profiter du moment du repas dans le calme et d’apprendre à découvrir des repas équilibrés et variés, des saveurs nouvelles…"
Selon la fédération, "la restauration scolaire doit être un moment convivial et éducatif. La norme Afnor XFX50-220 du 5 octobre 2005 élaborée en collaboration avec la FCPE doit être appliquée par les collectivités. Elle implique un temps minimum passé à table, la qualité de l’encadrement, des règles d’hygiène respectées et un environnement calme.
Toujours selon elle, "la restauration scolaire est un service public ouvert à tous : le service de restauration doit être accessible quelle que soit la situation d’emploi des parents, et une tarification doit être proposée en fonction du quotient familial".
Alors pourquoi casser un système qui a bien fonctionné jusque là, quelles en sont les causes mystérieuses ?
D'autant que jusqu'à présent, tout s'est bien passé, que les petits mangent ensemble et sont gardés dans la petite école, avec la possibilité de s'abriter l'hiver, avec les jeux adaptés à leur âge à disposition, tandis que les grands sont gardés dans la cour de la grande école, quand d'autres ont la possibilité, toujours dans l'école élémentaire, de bénéficier du soutien scolaire.
Une dernière information, les enfants ont été prévenus qu'il y aurait un nouveau règlement lors de l'instauration de ce service unique, vers la Toussaint, en indiquant que le maire pourrait convoquer des parents d'élèves à la mairie.
Cela signifie-t-il que la municipalité s'attend à une hausse du chahut due à l'instauration de ce service unique ? Je rencontre les enfants tous les jours. Il y a des enfants plus autonomes que d'autres, certains plus toniques que d'autres, surtout, certains plus jeunes que d'autres, et c'est pourquoi il est important de gérer des petits groupes, plus que des grands nombres. Mais un voyou dans nos écoles, j'en connais pas.
Aussi, je souhaite vivement que la municipalité prenne l'avis des parents d'élèves, de l'éducation nationale, des fédérations des parents d'élèves qui collectent les informations et renseignent les mairies (par exemple la FCPE, par téléphone, au 02 32 33 20 56), ou encore qu'elle aille consulter le site de l'Académie Nationale de médecine (l'internet foisonne de sites d'information à ce sujet).
Il en va du confort, de la santé et de la sécurité de nos enfants, c'est un sujet assez important pour qu'on prenne le temps d'échanger, d'expliquer, d'écouter, et de prendre des décisions dans l'intérêt d'abord des enfants, et aussi d'agir dans l'intérêt général ?
Rien à voir, mais puisque l'on parle d'école, je vous invite à aller voir maths-videos.comun site de maths pour les enfants de 5ème. Passionnant ! Mais allez d'abord visiter les liens qui parlent de la santé et de la fatigue de nos enfants...

Pour les menus de la cantine des écoles de Saint-Pierre du Vauvray, nous vous donnons désormais rendez-vous sur saintpierre-ecole.fr

Vous le savez sans doute, les représentants de parents d'élèves se sont constitués cette année en association : «Association des parents d'élèves de l'école publique de Saint-Pierre du Vauvray».
Le fait de constituer cette association nous permettra d'«officialiser» notre représentation. Et au-delà, cela nous permettra de pouvoir collecter de l'argent.
2 classes (CM2 et CE2/CM1) partiront pour une classe patrimoine dans les châteaux de la Loire
Tous les parents de Saint-Pierre l'ont vu, nous organisons des petites manifestations : il y a les vente de gâteaux à la sortie de l'école (tous les derniers vendredis de chaque mois ou le dernier vendredi avant les périodes de vacances), bientôt nous aurons l'occasion d'organiser des jeux (lotos, tombola,...), et nous utiliserons tous les moyens que nous trouverons : subventions, dons, ventes, manifestations...
Cette collecte d'argent a un but : 2 classes (CM2 et CE2/CM1) partiront pour une classe patrimoine dans les châteaux de la Loire. 3 jours en classe patrimoine du 23 au 25 juin 2010, grâce au dévouement de nos enseignants.
Ce voyage, qui s’intègre dans une parfaite continuité pédagogique, sera une belle expérience pour nos enfants. Le projet pédagogique vous sera dévoilé très prochainement par le directeur de l'école élémentaire, M. Carré, lors qu'une présentation qui aura lieu à l'école.
L'objectif de nos classes transplantées et patrimoine est que chaque enfant ait une chance de partir en voyage au cours de sa scolarité. Avec les contraintes financières de l'école, et pour que chacun ait une chance de partir, cette classe a lieu tous les 2 ans, et concerne les CM1 et CM2. Il faut aussi que tous les enfants, ou presque, partent. Au-delà de 5 désistements, c'est toute la classe patrimoine qui sera annulée.
Mais ce voyage est cher. Alors il nous faut trouver le moyen de rendre ce voyage accessible à tous [...].

Menu du 30 novembre au 4 décembre

Bon appétit les enfants :)
lundi 30 mardi 1 jeudi 3 vendredi 4
  • Betterave vinaigrette
  • Spaghetti bolognaise
  • Abricots au sirop
  • Salade du chef (salade verte, croûtons, maïs, oeuf
  • Carottes et pommes de terre
  • Yaourt aromatisé
  • Terrine forestière
  • Omelette au fromage
  • Frites
  • Fruit de saison
  • Potage de choux fleurs
  • Carré de merlu
  • jardinière de légumes
  • Fromage
  • entremets citron

Cantine et laïcité font bon ménage

Bonne nouvelle pour les élèves des écoles de Saint-Pierre du Vauvray, les enfants qui ne mangent pas de porc pourront, sur simple demande aux enseignants, se voir attribuer des repas de substitution.
Jusqu'à lors, ce n'était pas le cas, et les élèves qui ne mangent pas de porc n'allaient tout simplement pas à la cantine ce jour-là.
Ce point important a été remonté lors du conseil d'école de l'école maternelle, à la demande des parents des enfants concernés, par une représentante des parents d'élèves.
Le maire s'est tout d'abord opposé à cette mesure au nom de la laïcité de l'école publique. D'accord pour des mesures médicales (diabète ou allergies...), pour le maire la religion ne devait pas entrer en ligne de compte pour la composition des menus.
Le débat qui a suivi a rapidement montré la facilité de prendre cette mesure, et son intérêt pour les enfants concernés et leurs familles rendait sa mise en place évidente.
Dans l'intérêt des enfants, la décision de mettre en place cette mesure a donc rapidement fait l'unanimité.
Attendu qu'au nom de la laïcité encore, la municipalité avait posé la question de l'interdiction des signes religieux à l'école, je me permets un petit rappel sur la laïcité.
Les 2 grands principes de la laïcité sont la neutralité de l’État, qui impose à la République d’assurer « l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion », et la liberté de conscience avec notamment sa déclinaison en liberté de culte.
En 2003, la commission Stasi (Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République, demandée par le président Chirac), avait appelé à des "accomodements raisonnables" : aménagement des menus de la restauration collective, respect des exigences liées aux principales fêtes religieuses, rites mortuaires, ou enseignement du fait religieux,...
Si la proposition de la commission Stasi d’ajouter à la liste des jours fériés Yom Kippour et l’Aïd el-Kebir a été rejetée, la possibilité d’accorder de façon ponctuelle des autorisations d’absence est admise.
L’école publique gratuite et laïque est un service que l’État français met à disposition de tous ses citoyens, quelles que soient leurs convictions ou leurs croyances. Ce principe garantit le droit d’accès de chacun à l’éducation.
« La Nation garantit l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la culture et à la formation professionnelle. L’organisation de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État. » (préambule de la constitution)
L'école publique met à disposition de tous un savoir laïque et non prosélyte. Ce savoir est défini par la raison et l'intérêt général, mais n'impose pas l'abandon de sa culture ou de sa religion.
Cependant, dans le but de garantir la liberté de conscience des élèves, mettre l'école à l'abri des pressions philosophiques, religieuses ou communautaristes, des limitations de la liberté d'expression ont été imposées aux élèves et à tous les personnels de l'école publique.
Le débat public, qui a suivi le débat sur le voile à l'école, s'est conclu par une loi du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics. Elle interdit les signes "manifestant ostensiblement une appartenance religieuse". (la Loi ne définit pas clairement ce qui est ostentatoire ou non, ni même ce qui est ou non un signe religieux). Cependant il a été convenu de dire que le port d'une croix ou d'une main de fatima, de taille raisonnable, était toléré. Le voile ne l'est pas.
Pour ce qui concerne notre école maternelle, les enfants étant obligés de cacher leurs bijoux, qu'ils aient une connotation religieuse ou non, permet le respect de la loi. Aussi il n'a pas été besoin d'ajouter au règlement une mesure, d'ores et déjà déjà régie par la loi.
Ces mesures ayant fait l'unanimité après un court débat au conseil, nous souhaitons un bon appétit aux enfants. A tous les enfants ;)
lundi 23 mardi 24 jeudi 26 vendredi 27
  • Tomate vinaigrette
  • Steack haché
  • Pâtes torti
  • Novly vanille
  • Potage de légumes
  • Sauté de porc
  • Lentilles
  • Fruit de saison
  • Rillettes, cornichons
  • Viennoise de dinde
  • Haricots beurre
  • Ile flottante
  • Céleri et carottes rémoulade
  • Quenelle de brochet gratinée
  • Brocolis
  • Fromage
  • Compote de pommes

menu de la cantine du 16 au 20 novembre, bon appétit :)

lundi 16 mardi 17 jeudi 19 vendredi 20
  • Concombre vinaigrette
  • Rôti de porc Coquillettes
  • Novly chocolat
  • Salade verte
  • Hachis parmentier
  • Ananas au sirop
  • Saucissonade
  • Escalope de dinde Petits pois - carottes
  • Fromage - fruit de saison
  • Oeuf mayonnaise
  • Filet de poisson à la crème Jardinière de légumes
  • Gâteau basque
Comme vous l'avez peut-être remarqué (en tout cas M. le maire, lui, l'avait remarqué...), ce modeste blog affiche chaque semaine les menus de la cantine, depuis la rentrée scolaire - enfin après une période de rodage qui nous a permis de mettre en place, avec l'aide gentille de la cuisinière, Madame Gossent, la récupération et la mise à disposition à nos lecteurs du menu, à disposition des parents surtout.
Le blog de la mairie a décidé de reprendre notre idée, et c'est tant mieux.
Par la suite, madame Gossent n'a pas récupéré le menu à temps pour me le confier (elle a d'ailleurs demandé à se le faire faxer, n'en n'ayant même pas pour l'affichage !).
Or la mairie l'avait bien eu, et mis sur le blog de l'équipe municipale. Et ce sont des copies des fax qui ont été posées dans les espaces d'affichage des écoles.
C'est un service à offrir aux parents d'élèves de pouvoir consulter le menu, pour les parents qui, d'une part, ont accès au web, et d'autre part, n'ont pas le temps ou la possibilité de consulter ce menu (et c'est le cas des parents pressé ou des parents dont les enfants prennent le car, et enfin ceux qui oublient de le consulter, car l'espace d'affichage est trop éloigné des voies de passage).
Et pour tous les parents, c'est la garantie de pouvoir maintenir un équilibre alimentaire à nos enfants.
Madame Gossent m'a dit qu'elle n'a plus le droit de me confier les menus, et m'a dit "s'être fait tirer les oreilles" par M. le maire pour me les avoir donnés.
Et bien, j'en ai demandé la raison au maire, et je l'ai eue : "Tu considères qu'il faut économiser le papier, donc j'ai demandé à ce qu'on ne te remette plus le menu, pour préserver la planète."
Moi qui apparentais cette manoeuvre à une querelle de bac à sable, je trouve que cette réponse a du sens. A près d'un mois du sommet de Copenhague, le maire reprend le chemin de l'écologie. Bonne nouvelle ! Voici donc les menus de la semaine...
Et bon appétit aux enfants :)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV