CCAS

Ce tag est associé à 1 articles

Conseil municipal du 26 août 2013 : CCAS, tarifs de cantine, intercommunalité, procès, précarisation, et pas de questions diverses. Ah, si, une : la salle des fêtes…

Cela faisait près de cinq mois qu'il n'y avait pas eu de conseil municipal. On pouvait s'attendre à ce que ce conseil du 26 août 2013 fut bien chargé. Ca a été le cas.
On a eu le règlement intérieur de la cantine et du périscolaire, qui a fait l'objet d'un billet à part.
Et là on va traiter des autres sujets : l'augmentation de la cantine, l'accès aux enfants des communes extérieures, le CCAS, le procès contre ce blog, les contrats d'insertion pour remplacer des postes existants, la salle des fêtes dont le montant devra aller - ou pas - très à la hausse. Et qui devra changer d'objectif. Il y aura aussi la répartition des sièges au conseil communautaire (agglo), un court sur la dématérialisation des actes, et un lourd sur la délinquance en culotte courte au sein du conseil.
Très chargé, donc... Vous retrouverez tous ces sujets sur les deux premières pages, et sur la troisième page, l'intégrale en vidéo, dans l'ordre du conseil.
Sur la cantine, on va causer tarifs, non pas mentir sur les chiffres, puisque les chiffres sont livrés de mémoire, mais oublier simplement qu'une augmentation a eu lieu l'an dernier. Comme en 2011 on avait "oublié" qu'une augmentation avait eu lieu.
On rappellera donc les vrais chiffres, et puis on entendra la politique municipale. Car chez ces gens là, Monsieur, on ne paye pas, on abuse...
Beaucoup de chiffres manquent, et l'exécutif semble incapable de les fournir les informations au conseil : Combien d'enfants des communes extérieures, on ne sait pas. On parle de dépenses, mais les recettes, on ne sait pas. Et comme il faudrait une équipe de 10 comptables pour fournir un camembert, il n'y a pas de camembert, mais même pas un chiffre ou une donnée sur laquelle s'appuyer. Juste la mémoire, bien volatile semble-t-il...
Au-delà des chiffres et des tarifs, c'est aussi la qualité du service qui est en jeu. Et c'est le maire lui-même qui en parle le mieux : "C’est pas un service public. Parce que c’était l’anarchie complète à des moments.”
Quelle solution à cette anarchie complète est proposée ? D'un côté on entend : "nous, on a accepté les enfants à un moment donné, que ce soit moi ou mon prédécesseur, ils finissent leur scolarité ici, point barre !", et de l'autre, c'est la volonté manifeste de ne pas accepter les enfants dont le parent, ou l'un des parents, peut en assurer la charge. C'est à dire qui n'aurait pas d'excuse acceptable, selon le maire ou ses adjoints, pour ne pas s'en occuper.
On aura une délibération sur les CUI-CAE, des contrats que le maire souhaite utiliser pour remplacer des personnels existants, en mairie, potentiellement au service technique, des remplacements de maladie, alors que ce type de contrat ne doit justement pas conduire à remplacer du personnel existant.
La précarisation du travail dans la commune est débattue, mais... c'est hors-sujet.
On va reparler, au cours des questions diverses, de la salle des fêtes, qui pourrait devenir une salle d'accueil à destination des enfants et des activités encadrées pour eux. A quel prix ?!.
Et pour obtenir la subvention, Alain Loëb sollicite l'aide des conseillers qu'il a placé dans l'opposition. Oui, mais encore faut-il pour cela qu'il donne accès au dossier !..
Et puis il y a le procès. Il ne souhaite même pas la disparition de ce blog, il ne demande rien d'autre que de se voir attribuer les noms de domaines des sites qui comporte le terme "saint pierre". Et il y aurait urgence, car nous entrons en période électorale...
Le procès s'est déroulé le 18 septembre 2013, et nous sommes en attente du délibéré.
L'empire contre-attaque ! Encore.... et encore...

Samedi 22 janvier, 10h, à Saint Etienne du Vauvray : les enfants et l’informatique… si nous en parlions ?

Les enfants et l'informatique... si nous en parlions ?
Le CCAS, centre communal d’action sociale, et la municipalité de Saint Etienne du Vauvray vous invitent à un café-débat et à une exposition sur l’utilisation des multimédias en toute sécurité, en partenariat avec l’école primaire et l’association action de prévention AAP :
samedi 22 janvier de 9h45 à 12h00
salle Claude Monet à St Etienne du Vauvray
L'exposition a été réalisée par les élèves de CE2, CM1 et CM2 de Mme Marie-Josée Guerra,
Le café débat sera co–animé par Brigitte Larson-Languepin, intervenant de l’association AAP et Olivier Goujon, responsable des relations numérique de la ville de Louviers.
Parents, grands-parents, enfants, adolescents, vous êtes tous les bienvenus !
Bien cordialement,
Emmanuelle PORTIER
Conseillère municipale déléguée à l’action sociale

Une professionnelle de l’action sociale, élue déléguée en charge du CCAS, répond à nos questions

Emmanuelle Portier est conseillère municipale déléguée au CCAS à Saint-Etienne du Vauvray et directrice du CCAS de Val-de-Reuil.
Ne ratez pas la lecture de ce billet. Emmanuelle se prête au jeu de quelques questions/réponses pour nous présenter le rôle des CCAS dans les petites communes. En quelques courtes vidéos, on y comprend l'intérêt de cette institution, à la fois pour les habitants qui peuvent y recourir, et aussi pour toute la communauté. Clic-clic pour voir toute l'interview
Nous la remercions chaleureusement d'avoir accepté de répondre à ces quelques questions, afin de mieux cerner le rôle des CCAS communaux.

Emmanuelle précise ce qu'est le CCAS et quelles sont ses missions.

Chaque commune a un CCAS. Comment est composé le conseil d'administration du CCAS ? Quel en est le rôle ?

Quel est l'intérêt d'un CCAS communal ?

Voir la vidéo Emmanuelle insiste sur le rôle de proximité du CCAS. Le CCAS essaie de repérer les besoins et de faire passer les informations. Pour cela un petit fascicule a été distribué à tous les habitants de la commune et une permanence est assurée chaque semaine. Le CCAS agit également en lien avec les écoles...
L'intérêt du CCAS, c'est la proximité. Et la connaissance de la population. Car ceux qui ont besoin ne poussent pas forcément d'eux-même les portes de la mairie. Cela nécessite l'analyse, le repérage des besoins. Il faut communiquer, et accompagner les personnes en difficulté. Le rôle de la commune est de repérer, communiquer, informer - par exemple en tenant une permanence -, accompagner, et aussi de mener des actions sur les besoins qu'elle a pu repérer.

Quelles sont les missions du CCAS ?

Voir la vidéo Emmanuelle évoque ici les missions obligatoires du CCAS (aide sociale, hébergement, obligations alimentaires), en liaison avec la Préfecture et le Conseil Général.
Elle évoque également les actions que la municipalité peut mettre en place localement, en fonction des besoins repérés. Ces actions peuvent viser les seniors, mais aussi les jeunes et les enfants, en liaison avec les écoles, et d'autres acteurs (Police Secours, Conseil Général,...). C'est non seulement apporter l'aide, mais c'est ausi une façon d'animer la commune, au travers d'ateliers, de repas/débats. Emmanuelle donne quelques exemples d'actions menées auprès des jeunes ou des seniors. Elle évoque aussi les actions plus individuelles qui peuvent être menées auprès des personnes en difficultés.
Toutes ces actions menées pour aider les personnes sont donc aussi des animations qui relient les membres de la population de la commune. Enfants, adultes, seniors, tout le monde est concerné. On l'a vu, l'école est amenée à y participer, et le médecin de la PMI. Il y a les actions collectives. Et évidemment des actions plus individuelles. De l'accompagnement et de l'orientation. Et aussi aides financières qui sont décidées par le conseil d'administration. Merci à Emmanuelle Portier de nous donner ces exemples et ces informations.

Emmanuelle insiste sur le fait que le CCAS est un relais avec les professionnels des institutions.

Voir la vidéo C'est le Conseil Général notamment, qui assure les missions de protection de l'enfance, d'aide aux personnes âgées ou handicapées, de lutte contre la précarité (dispositif RSA).

Emmanuelle précise que la confidentialité est de règle, au cours des entretiens comme au sein du conseil d'administration.

Voir la vidéo Il n'est pas facile, de surcroît dans les petites communes, où tout le monde se connaît, de parler de ses problèmes.
L'obligation de confidentialité est garantie à ceux qui demandent une aide, même ponctuelle.
Merci beaucoup Emmanuelle Portier de nous avoir reçus et pour ces précieuses informations.
Nous espérons que son combat quotidien fera de nombreux émules. Surtout dans les petites communes où le CCAS, on l'a compris, peut être un vecteur de cohésion sociale, et permet aussi d'animer la commune.

Qu’est-ce que le Centre communal d’action sociale (CCAS) ?

Le Centre communal d'action sociale (CCAS) est un établissement public autonome, qui dispose d'un budget propre alloué par la municipalité lors du vote du budget (Lire Budget 2010 de la commune de Saint-Pierre du Vauvray). Le CCAS est administré par un conseil d'administration, composé d'élus et d'habitants de la commune, dont le maire est président. Le CCAS assure différentes missions directement orientées vers la population : aide et accompagnement aux personnes âgées ou handicapées, aux enfants et familles en difficulté, lutte contre les exclusions, accès au droit (procédure de domiciliation administrative, aide aux démarches administratives...)
L'action du CCAS se décline dans deux domaines : la prévention et le développement social dans la commune.
Outre ses compétences obligatoires, il met en place la politique sociale de la commune.

Ses missions obligatoires

  • Solidarité envers les personnes âgées et handicapées (aide et accompagnement) ;
  • Transmission des demandes d'aide sociale légale aux autorités ayant le pouvoir de décision (conseil général, préfecture, sécurité sociale,…) : le CCAS reçoit les demandes et participe à l'instruction des dossiers ;
  • Lutte contre les exclusions, accès aux droits : procédure de domiciliation administrative, aide aux démarches administratives, accompagnement social, etc.
Le Centre Communal d'Action Sociale est chargé d'informer les habitants sur les démarches qui relèvent de dispositifs départementaux ou nationaux : Les personnes âgées, les personnes handicapées, les personnes en difficultés, la justice, le RMI, la santé.

Ses missions facultatives : quelques exemples mis en place dans d'autres communes

  • Intervention au moyen de prestations en nature : aide alimentaire ; aide au transport (sur présentation d'une convocation d'un médecin ou d'un employeur) ; aide à l'accès, au maintien et aux impayés d'énergie et de téléphone ; distribution d'entrées piscine, cinéma et spectacles...
  • Prise en charge des difficultés financières rencontrées par les personnes en situation de précarité ;
  • Politique de Prévention Santé sur la commune ;
  • Distribution de bons d'achats aux personnes âgées de plus de 70 ans ;
  • Bons d'accès aux activités sportives et culturelles pour les jeunes ;
  • Exercice de compétences déléguées par convention avec le Conseil Général.

Accès aux droits

L’aide à l’accès aux droits consiste à offrir, dans le cadre de l’accompagnement personnalisé, des services :
  • d’information sur les droits et devoirs des personnes;
  • d’orientation vers les organismes, les services ou professionnels chargés d’assurer ou de faciliter l’exercice des droits;
  • d’aide à l’accomplissement des démarches nécessaires à l’exercice d’un droit ou l’exécution d’une obligation;
  • d’assistance au cours de procédures non juridictionnelles.
Au regard de ces objectifs, l’aide à l’accès aux droits contribue à réduire les tensions sociales, les risques d’exclusion et elle permet de prévenir les litiges. A ce titre, elle est un facteur de cohésion sociale.
Des informations locales très pratiques sur le site de la commune voisine de Saint-Etienne du Vauvray.
Adressez vos demandes au secrétariat de mairie, à l'attention du CCAS.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV