élections régionales

Ce tag est associé à 1 articles

Maryannick Deshayes, 1ère conseillère départementale EÉLV en Normandie

maryannick-et-la-poule-aux-oeufs-d-or-de-jean-vincent-thumb
Maryannick, il n’y a jamais eu d’écologiste élu-e dans un département de Normandie. Tu es la première, et la seule élue, ici dans l’Eure.
Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
C’est le fruit d’un travail mené sur le terrain depuis 2001. Je suis fière de cette reconnaissance par les électrices et électeurs de notre canton de Pont-de-l’Arche.
Une écologiste dans une département normand, c’est une nouveauté. Cette alliance elle-même est une nouveauté.
Le mode de scrutin choisi par l’UMP et validé par le PS, ainsi que la tentation du vote « utile », ont rendu cette élection difficile pour les écologistes.
Tous les binômes écologistes ont obtenu de bons scores, malgré là encore les appels au vote « utile », des scores sans comparaison avec les sondages qui nous mettaient à 2%.
Sur le canton de Pont-de-l’Arche, avec Gaëtan Levitre pour le Front de Gauche, et moi pour EÉLV, nous avons formé un binôme gagnant, avec un programme écologiste et solidaire pour les habitants et pour le territoire, qui nous a permis d'obtenir une avance de plus de 10 points sur la liste de droite.
Justement, beaucoup d’électeurs se posent la question de l’union entre les écologistes, partisans d'une sortie complète du nucléaire, et le Front de Gauche, notamment le PCF, favorables, eux au nucléaire ?
Notre union a fait notre force. L’élection départementale est d’abord une élection locale [...]

Quelle semaine ! Bilan des élections régionales 2010 : Acte I

Quelle semaine ! Bilan des élections régionales 2010 : Acte I
Les élections, c'était il y a une semaine. Déjà.
Sur fond de crise économique, de crise européenne, avec un redécoupage nord-sud annoncé - où, la France, avec un pied au nord et un pied au sud, essaie de se contraindre de marcher à cloche-pied -, une crise d'identité américaine, une crise israélienne, l'actualité régionale peut nous sembler déjà bien loin. Pourtant le jeu politique a été bouleversé.

Des leçons à tirer pour les politiques

Les conséquences "régionales" de ces élections ont bouleversé la politique nationale, et redistribué largement les cartes pour la droite et l'UMP. Jusqu'à présent, l'hyper-président donnait sa légitimité au parlement. Il avait assuré une victoire écrasante aux députés UMP, et la stratégie du grand parti unique à droite avait réussi à rafler toutes les mises, allant jusqu'à reconquérir les voix de l'extrême-droite.
Cette élection a inversé les tendances : dorénavant, la légitimité du gouvernement, le président la tient des députés UMP. Sarkozy est au plus bas dans les sondages, quand son premier ministre caracole dans l'électorat de droite. Tous les ministres qui se sont présentés à ces élection ont été battus à plate-couture. C'est un déni pour le gouvernement. Ce n'est pas qu'une question de jeu de pouvoir au sein de l'UMP, la politique menée par le président doit déjà en tenir compte. La tentation d'autonomie gagne les composantes de l'UMP, et c'est la stratégie du parti unique qui pourrait-être remise en question.
Pour Hervé Morin, candidat perdant en Haute-Normandie : « Il faut que le nouveau centre soit en mesure d’avoir un candidat en 2012 bien sûr. Ce que je sais c’est le nouveau centre avec ses 13 000 militants, son groupe parlementaire à l’Assemblée et bientôt au sénat je l’espère, doit être en mesure d’avoir la possibilité de désigner un candidat de manière autonome à la présidentielle, il lui appartiendra ensuite de déterminer qui cela doit être. » On peut aussi voir dans cette démarche une stratégie pour mieux négocier les places lors des prochaines élections.
Et Dominique de Villepin en rajoute une louche en annonçant la création d'un nouveau parti, alternative à Sarkozy. L'ambiance est plombée à l'UMP.
Le PS, que beaucoup pensaient moribond et divisé, retrouve une légitimité : il fait quasiment carton plein, en conservant le même nombre de régions métropolitaines qu'en 2004, en y ajoutant la Corse, et en perdant le Languedox-Roussillon. Et en se coupant du courant de G. Frêche.
Derrière les manifestations de joie contenue après la victoire, le PS fait ses comptes. Ce grand parti hégémonique à gauche veut croire à la victoire aux présidentielles. Et il se rend compte que s'il peut espérer gagner, ce ne peut pas être sans les voix écologistes.
Europe Ecologie et les verts sont parvenus à devenir 3ème parti de France. Bel exploit ! Si les électeurs connaissent leur engagement dans des combats pour préserver un monde vivable pour les générations futures, c'est leur crédibilité politique qui est entérinée. Au moment où l'UMP enterre le Grenelle de l'environnement, les citoyens de France et d'ailleurs prennent conscience de l'importance, et de l'urgence, de l'enjeu : on peut faire autrement, on peut éviter les catastrophes, mais il faut s'y prendre maintenant !
Il faut maintenant qu'Europe Ecologie se donne les moyens d'affronter cette croissance. Sa place de 3ème parti de France doit s'accompagner d'une mutation. C'est le défi que lance Daniel Cohn-Bendit aux verts, par son appel du 22 mars. La mutation est en route pour les verts, qui demandent la métamorphose d'Europe Ecologie et des Verts en un mouvement politique unifié et pérenne.
Pour Cécile Duflot, il faut mener 2 chantiers ensemble : la suite d'Europe Ecologie et l'approfondissement du projet, pour garantir le succès.
Le front national est l'autre gagnant de cette élection. 22,5% pour J.M. Le Pen, presque autant pour sa fille, qui se trouve légitimée pour prendre la succession de son père. Une catastrophe pour tous les partis républicains, et une interrogation de tous quant aux choix des électeurs concernant l'extrême-droite : ce n'est pas comme si ce parti n'avait pas gouverné, ils ont gouverné localement, et échoué. Le vote FN redevient-il le vote contestataire ?
Enfin, les grands perdants, hormis l'UMP : le Modem s'est disloqué, et ce, avant même les élections. Les dérives autocratiques de son dirigeant y sont pour beaucoup. Le divorce est consommé entre le Modem et Cap21, et celui-ci, à travers Corinne Lepage, annonce qu'il reprend toute son autonomie. François Bayrou impute cette débâcle aux dissensions internes, sans revenir sur ses propres choix concernant les personnalités qu'il a imposées sur les listes régionales du Modem, ou sa responsabilité par rapport aux dissensions internes. Le parti centriste saura-t-il se recomposer avant les présidentielles (les seules élections qui intéressent son dirigeant) ? Ou bien le glas a-til sonné ?..
Quant au front de gauche, si celui-ci a réussi à se maintenir dans les régions industrielles, il a du mal à assurer sa cohésion. Le PC n'entendra sûrement pas se résoudre à laisser Mélanchon être candidat aux présidentielles. Et le NPA, qui n'a pas convaincu aux régionales, viendra bousculer cette gauche par son vote contestataire.

14 mars : les résultats des élections régionales en Haute-Normandie, dans l’Eure et à Saint Pierre du Vauvray

Listes France Haute-Normandie Eure Saint-Pierre du Vauvray
abstention 53,3% 51,78 % 54,3% 51%
PS et Radicaux de Gauche - Alain Le Vern 30% 34,87% 30,3% 39%
UMP/ Nouveau Centre - Bruno Le Maire 26,7% 25% 27,75% 20%
Front National - Nicolas Bay 12% 11,79% 13,86% 11,8%
Europe Ecologie - Claude Taleb 12,3% 9,12% 9,56% 11,3%
Front de Gauche - Sébastien Jumel 6,2% 8,39% 5,71% 3,3%
Modem - Daniel Jeanne 4% 2,88% 3,61% 4%
Nouveau Parti Anticapitaliste - Chritine Poupin 2% 2,56% 2,86% 3,3%
Debout la Normandie - Brigitte Brière 1,79% 2,16% 3,5%
Le Parti de la France - Carl Lang 1,46% 1,83% 2,3%
Alliance Ecologiste Indépendante - Bernard Frau 1,13% 1,38% 0,7%
Lutte Ouvrière - Gisèle Lapeyre 1,3% 0,99% 0,97% 0,7%

Mercredi 10 février MEETING A EVREUX à 20h00 au Cadran

evreux

Pour une politique écologique de la jeunesse : réunion publique le 25 janvier à Evreux

Pour une politique écologique de la jeunesse

à 19 h 30, Maison de quartier de Nétreville, salle polyvalente, 5, rue Dugay-Trouin,

Avec Claude TALEB, tête de liste Haute-Normandie Ecologie.

Lycées, Education Populaire, Formation professionnelle : Une politique écologique de la jeunesse en Haute-Normandie

Etre jeune, cela signifie-t-il devoir se plier à la compétition scolaire, et à la précarité professionnelle ?

C’est au contraire par l’apprentissage de l’autonomie, de la responsabilité et des droits que les jeunes pourront accéder à l’éducation, à la culture et à la citoyenneté, appuis nécessaires pour la transformation écologique dont notre société a besoin.

Intervenants :

- Claude TALEB, Vice-président du conseil Régional, Tête de liste régionale Haute Normandie Ecologie

- Perrine Hervé-Gruyer, Tête de liste de l’Eure

- Jérôme Bourlet, Jacqueline Fihey, Guillaume Llorca, candidats sur la liste Haute-Normandie Ecologie de l’Eure

Meeting d’Europe Ecologie à Montreuil : the place there was to be !

branchés ? cablés ? euh... linkés !

Il est loin le temps où mes parents écolos n'avaient ni voiture ni télé ni téléphone... Samedi dernier à Montreuil, si de nombreux militants avaient utilisé les transports en commun, c'était en revanche une vraie débauche de technologie ! Ca twittait sec dans tous les coins et les blogueurs s'étaient joints aux nombreux journalistes pour filmer les personnalités écolos. Laure rend bien l'ambiance dans son blog, avec des clins d'oeil à ses camarades de la sphère (blogdebix, Seb Musset, reversus, piratages, intox2007).

Oui, mais sur le fond ?

J'ai bien aimé (comme toujours d'ailleurs, je suis fan !) le regard critique d'Olympe sur la parité au sein des têtes de listes régionales : Europe ecologie, peut mieux faire !

J'ai été émue par l'intervention de la femme du journaliste et opposant tunisien Taoufik Ben Brik, emprisonné par le régime du président Ben Ali. Pour que la liberté et la fraternité se conjuguent au présent.

J'ai adoré évidemment Eva Joly, admirable comme toujours ! "Nous ne travaillerons pas avec les banques qui ne quittent pas les paradis fiscaux" ; "Les régions gouvernées par EE ne traiteront pas avec les banques qui donnent des bonus indécents aux traders" : Avec Eva, yes we can !

Car maintenant camarades, c'est le moment de se jeter dans la mêlée, avec nos programmes, nos projets, notre courage et notre volonté, pour prouver qu'enfin nous vivons au présent et opérer la conversion écologique... du rêve en réalité !

Haute-Normandie Ecologie : réunion publique le vendredi 22 janvier aux Andelys

HNE à 20h, salle des mariages, avec :

Claude Taleb tête de liste Haute-Normandie Ecologie

Perrine Hervé-Gruyer tête de liste dans l’Eure

et Jérome Bourlet, candidat et porte-parole des Verts 27

Thème : l’agriculture, l’économie et les orientations de la campagne

"Haute-Normandie Ecologie Une nouvelle énergie pour l’emploi"

Europe Ecologie - Les -Verts

Contacts presse : Cyrille Moreau - Directeur de campagne 06 67 30 89 45

Les Verts de Haute-Normandie lancent la dynamique du rassemblement des écologistes pour les régionales 2010

logo_vertsCOMMUNIQUE DE PRESSE - 21/09/2009

Les Verts de Haute-Normandie, réunis en Assemblée Générale régionale samedi 19 septembre ont arrêté leur stratégie et désigné les premiers candidats de leur liste pour les élections régionales de mars 2010.

A la quasi unanimité, plus de 98% des suffrages, les Verts ont choisi de poursuivre la démarche de rassemblement des écologistes initiée par Europe Ecologie.

Ils présenteront aux haut-normands une liste d’écologistes, citoyens militants, associatifs, syndicalistes, chef d’entreprises etc. pour porter un projet de conversion écologique de la région Haute-Normandie.

Les Verts ont désigné en Assemblée Générale leurs 13 premiers candidats qui ont recueilli 87,3% des suffrages. Ils seront rejoints dans les semaines à venir par d’autres candidats verts et non verts pour constituer en novembre la liste du rassemblement des écologistes, forte de 55 femmes et hommes mobilisés autour de l’éco projet. Lire la suite

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV