Accueil > commune > Conseil municipal à Saint-Pierre du Vauvray – l’école

Conseil municipal à Saint-Pierre du Vauvray – l’école

Le conseil municipal a eu lieu lundi 30 mai. le premier sujet, hors ordre du jour, a été l’école.
C’est un sujet difficile a aborder. Un sujet grave.
C’est aussi l’occasion de donner une bonne idée de l’autorité, et aussi de la démocratie. Grâce au courage d’un élu.
le débat est ouvert et public.
Menacés d’expulsion, couverts par le bruit d’un mégaphone, les élus verront le débat refermé par le maire, qui reproche “certaines pratiques de l’élu”.
Merci, Pierre
(ajouté le 4 juin 2011) Ordre du jour et rappels à la loi.
Sans commentaire. Ah ! Juste une petite chose : le maire rappelait dans l’épisode précédent qu’on ne pouvait pas chambouler l’ordre du jour, même concernant un sujet aussi important que celui de l’école…. et il y ajoute deux points.
nono

déjà 6 commentaires pour cet article

  1. Juin 2011
    1
    8 h 31

    C’est lamentable ! Vive la démocratie ! Merci M. le maire pour vos réponses élaborées et la prise en compte de la souffrance d’une partie de la population de la commune.

    Karine

  2. Juin 2011
    1
    13 h 21

    “Vous vous taisez et point barre !”, difficile à entendre, voilà une belle leçon de Démocratie. La loi c’est la loi, mais certaines situations méritent une discussion.

    M.le Maire,
    Les habitants de la commune vous ont élu car ils vous faisaient pleinement confiance, une confiance de plus en plus mise à mal et bafouée. Cette vidéo n’en est qu’une toute petite preuve. L’abus de pouvoir n’a jamais été la solution aux problèmes, mais le moyen utilisé par des personnes à court de ressources pour les régler. ceci ressemble donc plus à une dictature qu’à de la démocratie !!! Une bien mauvaise image pour St Pierre, une commune accueillante, et vivante (de moins en moins grâce à vous, merci).

    Moi

  3. Juin 2011
    1
    14 h 38

    Il y a la forme, et il y a le fond.
    La forme, c’est la méthode, les “taisez-vous, point barre”, encore qu’on peut le dire, c’est une formule, mais criés dans un mégaphone placé à 2 mètres des personnes concernées, c’est une image affligeante. Il y avait eu la torche halogène placée dans les yeux de l’opposition, les loupiotes laser visant les yeux de ces derniers, et là on monte en puissance… sonore, en mettant en avant l’image de celui qui a la plus grosse voix; c’est intolérable.
    Et puis il y a le fond. Le fond du problème, nous le connaissons tous. Il faut concilier, écouter, débattre. La politique c’est le débat, et au bout du débat, on espère avoir trouvé la solution la plus adaptée.
    Mais le débat, comme la parole, est fermé. Les décisions sont prises, et elles sont prises depuis longtemps, et le droit est tel que le maire a le droit de mettre fin au contrat d’une atsem dont nous pensions que sa situation était résolue. Et le soir même, nous allions apprendre qu’il était mis fin au contrat de la personne, comme nous l’avions redouté dans le passé, et comme cela se passe dans le présent.
    Malgré le soutien des enseignantes qui n’ont que des motifs de satisfaction et de joie à travailler, malgré le soutien des parents, qui n’ont que louanges à faire, merci, merci.
    Ca ne compte pas. Et là j’ai vu un conseiller municipal, enseignant, qui est meurtri, qui ressent dans sa chair les affres et les difficultés auxquelles sont confrontées les enseignantes. Et puis des mots, des mots, des “sons de cloches”, des histoires fabriquées et vues à travers un prisme.
    Pourrait-on regarder les choses simplement ? C’est-à-dire comme les gens qui les vivent les racontent ? et les croire. et ensuite trouver la solution, et l’appliquer.
    j’en ai une, qui n’engage que moi : consulter l’équipe pédagogique, lui laisser faire les choix, et s’y tenir. c’est au final l’équipe pédagogique qui a la responsabilité de la mission éducative. C’est en eux que nous avons confiance pour remplir cette mission pour le plus grand bonheur des enfants, pour qu’ils se réalisent, et ce sont les plus à même de juger des besoins.
    Et nous avons besoin que les enseignants se sentent bien, pour que nos enfants se sentent bien.
    Après la municipalité a les moyens de la faire ou pas, mais à mon humble avis, le rôle de la commune est d’aider et de gérer la logistique, et celui de l’école, de gérer l’éducation, et la vie de la classe.

    Mais là tout est sous contrôle : fermer le débat, fermer la concertation, et faire taire ceux qui ne sont pas d’accord.

    @moi (quel drôle de pseudo, car ce n’est pas à moi que je réponds)
    Ce n’est pas non plus la dictature, nous vivons en démocratie, mais ce n’est pas la démocratie que j’appelle de mes vœux : pas de participation de l’école aux prises de décisions, pas de participation, pas de débats ouverts pour faire les bons choix, tous ensemble. On l’a compris, c’est le fait du prince. Et il coûte à beaucoup. Elles sont oubliées, éradiquées, les promesses de campagne !

    La méthode me laisse sans (porte-)voix…

    Vive l’école, merci aux enseignants et à tous ceux qui permettent à nos enfants de grandir dans la joie et l’intelligence.

    nono

  4. Juin 2011
    4
    15 h 08

    Je ne fais pas partie de votre village mais il y a des “histoires” qui sortent des limites de la commune et elles se voient confirmées par l’attitude lamentable de cette personne élue, sensée gérer le débat! En espérant que des solutions seront trouvées mais je pense qu’elles ne viendront pas des personnes dirigeantes; il ne reste plus qu’à attendre patiemment 2013 (c’est long)et bon courage aux saintpierrois et aux enseignantes si je crois avoir bien compris le sujet.

    Mélanie

  5. Juil 2011
    28
    19 h 31

    Le pire c’est qu’il y a des personnes qui ont été carrément entraînées hors la loi jusqu’à devoir s’immiscer malgré elles dans des affaires extrascolaires voir judiciaires et que si elles n’y souscrivaient pas dans le sens du poil, en gros elles peuvaient rencontrer pas mal de problèmes, un peu comme vous au conseil municipal mais en plus grave. Il y a trop de non dits dans notre commune où s’efface toute forme respectueuse de démocratie.
    Jusqu’à Louviers cette équipe est aujourd’hui détestée, peu appréciée sans parler d’une échelle plus large à Evreux où la réputation est loin d’être florissante (conseil, préfecture et plus sans affinités).

    Une chose est sûre : c’est bien leur dernier mandat !

    Patoche

  6. Juil 2011
    31
    8 h 49

    @Patoche
    Je n’ai pas compris votre premier paragraphe. Je ne sais pas ce que vous entendez par hors la loi, ni qui a été entraîné par qui, pas plus que je n’en comprends le volet judiciaire. Des non-dits, il y en a. Des choses dites, vraies ou fausses, il y en a.
    Des méthodes inadmissibles, il y en a.
    Que l’équipe soit détestée, peut-être l’est-elle, peut être est-elle adorée par ailleurs, je ne peux pas vous dire.
    Je pense toutefois que plus on s’éloigne de la commune, moins elle est simplement connue.
    Pour l’assurance qu’il s’agit de leur dernier mandat, ne présagez pas d’une élection. Tout au juste peut-on l’espérer. Mais ce n’est pas une chose sûre. C’est l’avantage d’habiter une république démocratique.

    nono

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV