Accueil > commune > Conseil municipal du mercredi 4 novembre 2009 : le PDU (plan de déplacements urbains) de la CASE

Conseil municipal du mercredi 4 novembre 2009 : le PDU (plan de déplacements urbains) de la CASE

Le conseil municipal s’est réuni le mercredi 4 novembre 2009. L’ordre du jour était :

  • Plan de déplacements urbains de la CASE,
  • Décisions modificatives 2009,
  • Rapport d’acivités 2008 de la CASE,
  • Sogetrel, implantation d’une baie outdoor Free,
  • Régime indemnitaire,
  • et bien sûr… les questions diverses.
Si vous étiez intéressé(e) par ce conseil municipal, et que vous n’avez pas pu y assister (la date choisie, un mercredi, veille de rentrée n’est pas facile pour tous, et spécialement pour les parents), nous vous invitons à y assister sur ce billet…
Le conseil municipal étant un peu long, nous allons aborder chacun des points de cet ordre du jour dans des billets distincts.
Surtout concernant ce PDU, qui est un projet structurant pour notre agglomération.
Son ambition est d’assurer un équilibre durable entre les besoins de mobilité des habitants et la protection de leur environnent et de leur santé. Les mesures à mettre en place concernent :

  • L’amélioration de la sécurité de tous les déplacements
  • La diminution du trafic automobile (ou trafic routier)
  • Le développement des transports collectifs et des moyens de déplacements économes et les moins polluants pour l’environnement, notamment l’usage du vélo et la marche à pied
  • L’aménagement et l’exploitation des réseaux et des voiries d’agglomérations, afin de les rendre plus efficaces, notamment en les partageant entre les différents modes de déplacement et en favorisant la mise en œuvre d’actions d’information sur la circulation
  • L’organisation du stationnement sur voirie et dans les parcs de stationnement
  • Le transport et la livraison des marchandises, tout en rationalisant les conditions d’approvisionnement de l’agglomération afin de maintenir les activités commerciales et artisanales
  • La mise en place d’une tarification et d’une billettique intégrées pour l’ensemble des déplacements
  • l’encouragement pour les entreprises et les collectivités publiques à favoriser le transport de leur personnel, notamment par l’utilisation des transports en commun et du covoiturage, en réalisant un plan de déplacement d’entreprise.

Outre ses objectifs principaux, le PDU permet de renforcer l’action du PLU, le plan local d’urbanisme qui pourrait bientôt être proposé (selon le bon vouloir de la mairie). Pour Rappel :

  • Le schéma de cohérence territoriale ou SCoT, vise à coordonner les politiques menées en matière d’urbanisme, d’habitat, de développement économique, d’implantations commerciales et de déplacements. Il est établi à l’échelle de la Communauté d’Agglomération Seine-Eure, pour mieux maîtriser notre développement.
  • Le plan local d’urbanisme, ou PLU, complète le SCoT à l’échelle du territoire de la commune ou de l’intercommunalité.

Nous avons la chance de disposer à Saint-Pierre du Vauvray d’une offre large de services, avec 2 écoles, la Poste, nos commerces et nos artisans.
A Saint Pierre du Vauvray, nous bénéficions d’une offre commerciale alimentaire complète. Une offre dont on doit faire profiter les communes autour de Saint Pierre.

Il nous faut moderniser cette offre commerciale, la valoriser, la rendre la plus attractive possible. Cela passera par le réaménagement du centre du village, et la rénovation des façades et des enseignes.
Mais cela passe aussi par l’amélioration de la qualité de l’accueil, de l’ambiance à Saint Pierre. Il faut rendre la zone commerciale agréable au passage et à la promenade, et accessible à tous.
Il faut aussi renforcer cet accueil, pour les locaux, mais aussi pour les habitants des communes voisines, automobilistes, touristes, cyclo-touristes (de nombreux cyclotouristes arpentent notre commune le week-end, d’autres viendront avec le développement de la voie verte, et il n’y a pas l’ombre d’un parking à vélo dans le village !).
Cela passe donc par l’adoption du SCot et d’un PLU, mais aussi par le PDU, car il nous faudra repenser le plan de circulation, marquer et signaliser les parkings, rendre notre centre sexy en diable, pour qu’on ait envie de s’y promener, de s’y arrêter, et de fréquenter nos commerces.

Voyons ce qu’en disent nos élus…
Il s’agit ici de remonter les remarques qui vont être intégrées à l’enquête publique. Les conseillers ont été destinataires d’un CD contenant les documents concernant le PDU (Plan de Déplacements Urbains).
Etant donnée la qualité de la bande son (la vidéo a été filmée sur un ipod nano 5g, c’est instructif, mais pas encore au niveau d’un véritable caméscope, avec micro externe, sur trépied), nous vous proposons une transcription écrite. Emaillée de nos commentaires dans les encarts jaunes.

• C’est Pierre Denis qui commence à donner des remarques. Pierre retiendrait plus particulièrement le scénarion n°3, qui lui semble meilleur que les autres. Relier Saint-Pierre du Vauvray à la voie verte lui paraît une idée intéressante.
• C’est Jérôme Bourlet qui intervient ensuite pour rappeler tout d’abord que Benoît Geneau, Alain Loeb et lui-même ont déjà voté pour au Conseil d’Agglomération, et que le scénario choisi était le n° 3. L’avis qu’on demande de fournir ce soir a pour but d’enrichir le document.
• Jérôme fait remonter que, bien qu’une délibaration a déjà été votée au Conseil d’Agglomération conernant les modes de ramassage scolaire alternatifs (autre que le ramassage par bus), celle-ci n’apparaît pas dans la fiche “actions” du PDU.
– Le 2ème point concerne le deuxième axe de développement que vise le PDU : développer les transports en commun au niveau de l’aglomération. Alain et Jérôme avaient une vision différente sur la création d’une ligne de rabattement vers la gare de Val-de-Reuil.
Toutefois, Jérôme n’est pas d’accord avec la stratégie de transport en étoile autour de Louviers, toutes les lignes mènant vers Louviers.
Or, c’est à Val-de-Reuil que sont situés les centre administratifs pour les habitants de Saint-Pierre, les centres d’aide sociale, et la gare.
• Jérôme avait fait la demande, qui avait été actée en commission, d’avoir une ligne de rabattement directe vers la gare de Val-de-reuil.
Cette ligne n’apparaît pas dans la fiche “actions” du PDU. C’est un oubli.
– L’autre point serait d’imaginer les correspondances entre le villabus et les lignes existantes sur Val-de-Reuil. Etant données les faibles distances entre les lignes du villabus et les lignes existant à VDR, cela permettrait d’avoir un réseau de transport entre Saint-Pierre et VDR pour un faible investissement.
Sur le document du PDU concernant le plan vélo, on note une volonté de faire de l’intermodalité avec les transports doux. Il faut mettre plus en avant la nécessité pour cela d’avoir des abri-bus et la possibilité d’y parquer les vélos.
Pour l’instant, la seule chose envisagée est une ligne entre Louviers et Heudebouville, avec des bus qui permettront de transporter les vélos dans la montée.
• M. Bourlet intervient ensuite sur les notions environnementales qui sont en jeu sur ce PDU.
On a sur ce PDU une vision basée sur le travail du SCot (Schéma de Cohérence Territoriale, présidé par Jérôme Bourlet). Jérôme regrette qu’au niveau des élus il n’y ait pas une vision large du transport alternatif sur notre territoire. On n’a pas les évaluation coût par coût, Afin de tenir les engagements de réduction des gaz à effets de serre d’ici 2020, ces indicateurs permettraient d’évaluer si la politique menée pourrait permettre de s’affranchir du tout-voiture.
• Jérôme revient sur le point de Pierre Denis sur le schéma vélo, quant à la continuité de la voie verte jusqu’à Saint-Pierre : la question se pose de la protection des cyclistes au niveau du passage souterrain.

• Le maire demande s’il y a eu une note de synthèse concernant ces points.
• Jérôme n’a pas fourni cette note, pensant qu’il y aurait débat sur ces points.
• Le maire insiste sur le fait que la demande de la CASE est de faire remonter l’ensemble des remarques et commentaires, les conseillers ne vont donc pas re-débattre puisque le plan a été voté.

Parole est donnée à Benoît Geneau :
• Benoît rappelle que les transports en commun vers Val-de-Reuil sont très importants pour les Saint-Pierrois dont un très grand nombre pratique des activités là-bas, ou participent à des activités culturelles.
• Pour Benoît : L’autre point sur lequel a commune aura une carte à jouer : le co-voiturage. Benoît rappelle que les maîtres d’oeuvre en seront la CASE ET les communes. Il y a déjà des choses qui se font de manière informelle, il s’agirait de structurer les choses chez nous de manière à en faire bénéficier tout le monde.

– C’est au tour de Laetitia Sanchez :
• Laetitia relève la richesse du document, notamment quant aux diagnostics.
• Laetitia regrette cependant que dans le schéma vélo, il n’y ait pas une ligne plus directe entre Saint-Pierre et val-de-Reuil, notamment pour la gare, et jusqu’à la station de LeryPoses. Elle envisage de se rendre à son travail, au collège de Val-de-Reuil, en vélo, mais c’est encore dangereux.
• Laetitia évoque ensuite la sérurisation aux abords du village : Elle note la préconisation du PDU de s panneaux d’affichage de vitesse avec radar incorporé. (dissuasif et très efficace, comme on le constate à Vironvay, ndlr).
• Pour le maire, c’est une compétence de la CASE : “Vraiment on n’est pas tenu de faire l’investissement. Mais si c’est l’intérêt double (?), je crois que la CASE le financera sans regrets, si c’est opportun.”

C’est ensuite Claude Laroche, délégué à la CASE, qui s’exprime :
• Claude revient sur les panneaux d’affichage de la vitesse et les ralentisseurs. “On en avait parlé il y plus d’1an 1/2, si Jérôme s’en souvient, j’avais parlé le premier de ralentisseurs, et effectivement de radars à dectection de vitesse, à l’époque ça n’intéressait personne, ça me surprend qu’aujourd’hui ça fait surface, […], maintenant je respecte les minorités qui décident si oui ou non on installe des radars. Si la Case nous prête, on peut en avoir 1 ou 2, je pense qu’on s’était renseignés…”
• Le maire intervient pour recentrer le disocours sur le PDU discuté en ce moment : “sur le PDU, est-ce qu’il y a des commentaires à faire ?”
• Claude : “sur le PDU, non. […] Personnellement j’en reste là…
• Le maire intervient pour souligner que si les conseillers sont d’accord avec les points déjà soulevés par certain, il est inutile de les répéter.

Je profite de cette petite digression de Claude Laroche pour affirmer que la sécurité routière, sur les 2 axes “rue de la gare” et “rue de Portejoie” ont été ma première préoccupation. Et la reste. Les piétons, et surtout les enfants, sont mis en danger en raison des vitesses excessives des automobiles, vitesses dues notamment à une catastrophique signalisation routière, et des aménagements inexistants ou mal adaptés.
Je me souviens que lors de la première réunion électorale de l’équipe en place, j’avais posé la question de la sécurité sur ces 2 axes :

  • pour la rue de la gare : les voitures sont sur une départementale, et rien n’est fait pour les ralentir. Même engagés sur le passage piétons, il faut parfois vite rebrousser chemin pour ne pas se faire écraser. Quand au trottoir côté gare, il est ridiculement étroit, alors que des poids lourds ou des véhicules roulant à vive allure passent à quelques centimètres des piétons.
  • Pour la rue de Portejoie, celle-ci est une longue, très longue ligne droite. Le stop qui existait au niveau du chemin des amoureux à été remplacé par un ralentisseur. Plat. Nous sommes à ma connaissance, le seul village de France équipé d’un ralentisseur plat. Il est temps d’y installer un radar de vitesse avec indicateur de vitesse. Ce n’est pas contraignant pour les automobilistes, mais cela permet de se rendre compte que l’on roule trop vite. Et je rappelle qu’il n’existe pas de trottoir. Pas de trottoir, alors que des enfants, même en bas-âge, empruntent cette rue.

A la réunion électorale, celle de toutes les promesses, on a sourit en disant que la question venait d’être posée, et que ce serait la première réalisation de l’équipe municipale. J’attends toujours la réalisation de cette promesse. De cette première action…

C’est maintenant Jorge Pinto qui prend la parole, pour dire que c’est un projet ambitieux.
• Jorge : “C’est l’argent du contribuable qui est engagé. Lorsque Jorge a parcouru le document (c’est un gros dossier, et ce n’est pas son dossier, il n’a pas été jusqu’au bout), il a trouvé qu’il y avait beaucoup de choses pour valoriser Val-de-Reuil et Louviers, (tout en comprenant que ce sont 2 sites stratégiques, par la population, l’activité, l’employabilité, etc), que ça va assez loin, ça va jusqu’à définir les arrêts de bus, et tout un tas de choses qui vont être définies, qui vont coûter des sommes relativement considérables, et nous les petits villages on est un peu oubliés. On dit des choses très intéressantes, mais à l’entrée des petits villages qu’est-ce qu’on fait ? C’est là je crois qu’il faut être vigilants.”

• Jorge : “L’autre point que je n’ai pas vu apparaître et qui me paraît extrèmement important, on a vu que sur certains points précis, on pouvait faire des aménagements importants, mais le rond-point sur la RN15, je ne l’ai pas vu. Encore une nouvelle fois je l’ai parcouru en diagonale, peut-être que… [confirmations du maire et de plusieurs conseillers : il n’y est pas]. C’est dommage parce qu’on veut faire des belles choses, mais c’est quand même important.”
• Jérôme Bourlet : “Parce que ce n’est pas la compétence de l’agglo.”
• Jorge : : “Peu importe. Peu importe, Moi je suis un citoyen,..;”
•Le maire : “les routes c’est quand même utile. C’est une problématique qu’on peut poser.”
• Jérôme : “Ce n’est pas l’objectif du document. Le but du document c’est de […]”
• Jorge : “J’ai compris, je n’avais pas cet élément là.”
• Le maire intervient pour expliquer qu’en matière d’équipement, la CASE participe financièrement, comme sur l’axe Andé – Saint-Pierre – Val de Reuil, bien qu’au départ ce soit aussi sur une départementale.
• Jérôme Bourlet se permet de rappeler que c’est un projet du Conseil Général, et que dans cet appel à projet du CG, la CASE est venue se greffer en tant que partenaire financier. Ce n’est pas la CASE qui était maître d’oeuvre et qui a demandé un complément financier au Conseil Général, mais l’inverse.
• Le maire : “Lorsqu’on fait des pistes cyclables, si on fait des pistes cyclables, qu’on intègre certainement sur le village, on va sur les départementales, qui est classée, donc, donc…”
• Jérôme : “Pour bien comprendre les choses : Il y a un plan piste cyclables départemental. Dans le plan cyclable proposé par le PDU, on intègre par exemple le bord de Seine. Le chemin entre Saint-Pierre et Heudebouville est une départementale. Le maître d’oeuvre est par conséquent le Conseil Général, c’est pourquoi il n’apparait pas dans le PDU.”
• Le maire : “on rentre suffisamment dans le détail dans certains types d’action, où on peut rechercher si ce n’est pas à des croisements qui sont de même exemple. Donc on devrait pouvoir, sur un détail ce sera tel type d’acion, mais sur les petits villages, c’est vrai que ça a pas beaucoup été posé. C’est le sentiment qu’on a quand on parcourt le document.”
• Jorge : “C’est un projet (rond-point sur la RN15) qui ne doit pas coûter une fortune, donc on devrait pouvoir.”
• Jérôme rappele les résultats de l’enquête sur les déplacements (fin 2008, lire le billet de Jérôme : http://www.saintpierre-express.fr/des-voitures-encore-des-voitures/). “Sur un territoire très étalé, et qui hélas ne possède que 2 pôles de population que sont le centre de Louviers et Val-de-Reuil, on a impérativement pensé aux émissions de CO2, qui est une priorité européenne, une priorité nationale et une priorité régionale.
•Bernard Houssaye : “Je n’ai rien à dire.”
• Eric Delahaye : ” Rien à dire.”
• Chantal Clément prend la parole, pour parler des pistes cyclables. La première chose qui la dérange, c’est d’aller bitumer des chemins de campagne. C’est ensuite le fait qu’on n’ajoutera pas de parking supplémentaire dans le centre ville de Louviers.
• Chantal Clément : “il y a un passage par exemple où on fait du vélo à Saint Etienne, c’est un chemin de terre, bon c’est la campagne. Moi je suis contre ce genre de chose : bitumer pour faire du vélo, ça me dérange. Et le centre de Louviers où on parle de réduire les parkings au lieu d’ajouter des parkings supplémentaires.”
• Pierre Denis : “il y aura un parking de 300 places près des impôts.”
• Pour Muriel Pionnier : “Pour les petits villages, il n’y a pas grand chose. C’est pour Val-de-Reuil et Louviers comme d’habitude.”
• Pascal Schwartz : “non, tout est dit.”
• Jérôme Bourlet demande à pouvoir reprendre la parole : “J’espère que nos délégués à l’agglomération tiendront compte de ces remarques : on peut avoir dans nos régions des pistes cyclables qui ne soient pas goudronnées, ça existe. Je peux vous conseiller d’aller en Bretagne où l’ensemble des pistes cyclables n’est pas goudronné.”
• Alain Loëb : “ça a déjà été soulevé à la dernière réunion. Il a même été dit qu’il y avait des pistes cyclables qui n’étaient pas assez utilisées, donc il faut se poser la question si réellement on a, dans certains coins… C’était un constat, ça tient peut-être au fait que le réseau n’est pas suffisant ou que les gens n’ont pas encore…”
• Jérôme Bourlet : “Elle a eu lieu quand cette réunion ?”
• Alain Loëb : “Une réunion de bureau je pense. Voilà.”
• Jérôme Bourlet : “Et donc l’avis du maire la-dessus ?”
• Alain Loëb : “J’ai noté les avis. Moi j’ai donné mon avis. Sur les remarques, je vais pas reparler de certains points… Si c’est pas dans la fiche-projet qu’on a, on la fera remonter parce que de toute façon aujourd’hui la mise en place d’une liaison qui passe par Saint-Etienne, etc, si on a un potentiel suffisant, je pense qu’il y aura une liasion directe peut-être Andé-Saint Pierre-Val de Reuil.”
• Jérôme Bourlet : “Mais j’aimerais avoir ta position claire, si tu es pour ou contre ?”
• Alain Loëb : “L’amélioration des interconnexions, je suis pour. J’estime que toujours avoir l’argument de l’axe structurant pour justifier de pas intégrer le reste des pôles… parce que quand on s’aperçoit que la population Saint Etienne – Saint Pierre – Andé – Herqueville etc, on représente l’équivalent de la population de Pont de l’Arche, donc on doit être traités avec la même perception pour que l’agglo, les gens de l’agglo, se sentent concernés par l’agglo, qu’ils aient pas le sentiment qu’ils sont laissés un peu pour compte dans beaucoup de domaines. Et moi je suis pour qu’on améliore certaines interconnexions. Alors c’est vrai que dans les fiches actions on pourra pas tout mettre dans le détail parce que là c’est plus de l’exécution : le PDU il donne une grande ligne, donc on peut pas rentrer… alors c’est vrai que c’est même surprenant que parfois il rentre un petit peu presque dans la finalité…”
• Jérôme Bourlet : “Alors je repose ma question différemment : j’aimerais que la remarquea soit validée par le conseil. Est-ce que le conseil de Saint-Pierre est d’accord pour faire remonter la volonté du conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray pour la création d’une ligne de bus permanente qui rejoint Andé – Saint Pierre – Saint Etienne – Val de Reuil ? Je repose la question.”
• Alain Loëb : “Je ne ferai pas voter sur un point. On fait remonter les remarques. Cette remarque-là va être remontée, puisque c’est ta demande. ”
• Jérôme Bourlet : “Ah…”
• Alain Loëb : “Tu veux me faire dire que j’étais contre, non j’étais pas contre.”
• Jérôme Bourlet : “Alors tu étais pour ?”
• Alain Loëb : “J’étais pour dès le départ, ça n’a pas été mis en place pour des raisons techniques, on ne va rentrer dans ce débat-là, mais je peux l’expliquer : c’est que la CASE avec le nouveau système de transport qui a été mis en place et qui nous aurait intéressés, ils ne sont pas en capacité tout de suite d’acheter des bus pour pouvoir compléter des lignes, etc, ils ont fait un flexibus, ils ont dit alors, on demandera à ce qu’il y ait une étude de faite pour voir l’évolution, mais c’est sûr que moi je suis pour, même le maire d’Andé, il est pour s’il y a un besoin, mais c’est vrai que après il faudra réfléchir l’opportunité, on peut pas dire on passe direct et on abandonne Saint-Etienne. Tout dépend, mais là, on rentre techniquement, mais moi, là-dessus, je… on fera remonter les remarques de tout le monde.”
• Jérôme tente de parler : “l’objectif….” mais est coupé
le maire : “Oh, ca y est, c’est toujours la même chose. Bah ça y est, je crois que chacun s’est exprimé. On va pas voter sur un point de la CASE. C’est pas à l’ordre du jour, on fait remonter les remarques, point barre !”
• Jérôme Bourlet : “Mais je crois…”
• le maire : “Mais c’est simple”
• Jérôme Bourlet : ” Si au niveau de cette ligne de bus, soit on est pour les transports en commun, et on se dit que, au niveau du PDU, qui sera le plan de déplacements de la CASE, vous en tant que délégués à la CASE, qand vous aurez à en débattre, pour défendre une ligne de bus…”
• le maire : “Ca va être acté, puisqu’on a un décret, et dans le courrier ça va figurer”
• Jérôme Bourlet : “Je voudrais être clair sur la formulation, puisque dans la formulation que tu as exposée, tu as exposé que que c’était la formulation de Jérôme Bourlet. J’aimerais savoir si c’est une remontée qui va être proposée par Jérôme Bourlet…”
• le maire : “Ca va être global. On ne s’y est pas opposés.”
• Jérôme Bourlet : “Si au niveau de la remontée, il est marqué proposition du conseil municipal de Saint-Pierre…”
• Jorge : “Moi, j’en suis tout à fait d’accord.”
• Alain Loëb : “Sauf sur un point, sur un point, je sais pas si tout le monde est d’accord, sur la mode, le mode alternatif, sur la fiche d’action, est-ce que tout le monde était pour le mode alternatif de transport scolaire ?”
• Jérôme Bourlet : “Elle est actée celle-ci, tu as voté pour à l’époque, je te rappelle.”
• le maire : “Elle est pas dedans, tu me dis, elle est pas dedans…”
• Jérôme Bourlet : “C’est un oubli. C’est juste une remarque : c’est un oubli. Mais si tu regardes ta délibération, tu as voté pour. Et donc, moi ce que j’aimerais, c’est que si, au niveau de la remontée, c’est marqué que tous ces avis-là, c’est l’avis de l’ensemble du conseil municipal, je ne pourrai en être que satisfait”.
• le maire : “C’est ce qu’on va faire”
• Benoît : “Ce sera remonté quand ? Sous quelle forme ?”
• le maire : “[…] On a pris des notes. Pour faciliter le travail, vous pouvez envoyer ce que vous avez dit.”
• Jorge : “Ca évitera des interprétations”.
• le maire : “Ca évitera les interprétations, et ça facilitera le travail du secrétariat. Ce point là c’est fini.”
nono

déjà 2 commentaires pour cet article

  1. Nov 2009
    17
    14 h 41

    “A Saint Pierre du Vauvray, nous bénéficions d’une offre commerciale alimentaire complète.”
    Je ne suis pas du tout d’accord car certes, l’offre est là, mais sa formulation est irresponsable et incohérente d’un point de vue de stratégie commerciale face aux attentes des saint-pierrois comme pour nos concitoyens des communes alentours. Tous les commerçants sont ouverts simultanément les mêmes jours et aucun les lundis…

    Le mutant ouvre le dimanche matin quand le petit marché est présent, le boucher actuel vend sa viande ailleurs que dans notre commune, l’auto-école a fermé ses portes, la boutique de décoration intérieure (ex-déco) n’est jamais ouverte et aurait due d’ailleurs perdre sa commercialité de fait, bref aucune politique commerciale n’est actuellement envisagée pour donner l’autonomie 7 jours / 7 à notre commune, dont cette fameuse “tirette” (distributeur de billets de banque) qui demeurait une promesse électorale et dont la Poste pourrait être l’endroit idéal malgré sa position de locataire dans les lieux et qui envisage avec son nouveau statut et ses nouvelles ressources financières qui en découlent de modifier son fonctionnement dès 2010.
    Ce sujet mérite donc d’être abordé avec tous les acteurs concernés à moins que la stagnation soit ce qui est recherché dans l’évolution des commerces et leur devenir ? Ce serait dommage car plus nos commerçants développeront leurs activités plus la commune engrangera des recettes qui viendront équilibrer les hausses fiscales à venir. Qu’en pensez-vous ?

    Christopher Mc Andrew

  2. Nov 2009
    17
    22 h 30

    L’offre commerciale alimentaire complète est bien là. Et si la boucherie sert d’atelier pour la boucherie itinérante (qui fait les marchés), juste en face, il y a une boucherie-charcuterie-traiteur d’excellente qualité. Notre petit marché du dimanche compte 2 étals, un maraîcher et une poissonnerie, et a même connu une crèmerie (qui a disparu du marché, non pas par désintérêt, mais pour un problème d’assurance, suite à un accident de la route. C’est très dommage d’ailleurs, les produits étaient excellents et la crémière très gentille).
    Et plus qu’une offre commerciale alimentaire complète, c’est aussi une offre commerciale globale qui donne vie à notre village.
    lire : commerces et artisans de proximité au coeur de la vie de nos villages
    Certes l’auto-école a fermé, signe sûrement d’un renouvellement de population qui fait que les enfants qui ont grandi ont déjà leur permis, et les autres sont encore trop petits. C’est aussi ce qui arrive lorsque des populations homogènes emménagent dans les lotissements, et dont les habitants vieillissent ensemble. Le marché n’est plus là, il faut donc s’expatrier en attendant des classes d’âges plus adaptées.
    Pour la boutique de décoration “Léoline”, ce n’est pas une disparition mais un déménagement vers Rouen, dans le quartier des antiquaires je crois…
    Pour le distributeur, je suis moins sûr de son utilité. Le bureau de poste aurait-il vocation à rester dans le village si on y installait un distributeur ? Rien n’est moins sûr. On le sait, les bureaux de poste sont menacés. Mais le service proposé par ce bureau dépasse de loin l’obtention de cash. Les services rendus sont certes la distribution d’argent, mais aussi les services postaux, les colis et la banque postale… Et cela permet à nos citoyens une cohésion sociale (c’est aussi un lieu de rencontre), l’accès sur place à des services qui restent indispensables. Aussi je suis plus réticent à mettre ce bureau en concurrence avec ce distributeur, qui risquerait de précipiter la chute – et de la justifier – de ce bureau.

    Concernant la fermeture de la totalité des commerces le lundi, j’avoue que ce n’est pas pratique. Que les commerces dont l’offre est partielle ferment le même jour c’est compréhensible.
    Si le mutant ferme le lundi, au lieu du dimanche, alors qu’il n’a pas de concurrent et qu’il a vocation à rendre lui même une offre alimentaire complète, c’est sûrement une stratégie. Peut-être y a-t-il là matière à réflexion pour ce magasin. Ouvrir un jour sans concurrent pourrait s’avérer payant ? Et rendrait service aux habitants, fidélisant aussi la clientèle…

    Aujourd’hui, il me semble prioritaire, une véritable priorité de tout en haut de la pile, de redynamiser les commerces du village, dans l’intérêt de tous : clients, commerçants, et bien sûr pour la commune.
    Co-investir pour la municipalité et les commerçants pour redéfinir ou améliorer l’accueil et l’offre commerciale n’est pas une dépense, mais un marché gagnant-gagnant-gagnant (pour les clients, les commerçants et la municipalité).
    Evidemment, la rénovation des enseignes et des façades me semble une …, j’allais dire obligation, je dirai nécessité.
    Et l’accueil, c’est aussi prendre en compte les usages des habitants. Dans toutes les villes, on rénove et on agrandit les trottoirs, on crée des zones piétonnes (écouter “Comment redynamiser les centres villes” sur France Inter ce matin), on rénove l’accueil, les offres, les services… On fait tout pour fluidifier les déplacements, où cohabitent piétons, 2 roues, transports en commun et automobile.
    Chez nous ce serait figé ?
    Une réflexion, voire un vrai débat public, car c’est une chance de pouvoir consulter les habitants gratuitement, est un préalable.
    Il faut le faire tant que nos commerces prospèrent, ou tout au moins avant qu’ils ne déclinent face à des offres commerciales, peut-être plus distantes, mais plus alléchantes pour certains. Il faut le faire, avant tout pour les habitants.

    nono

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV