FCPE

Ce tag est associé à 1 articles

Eure : Lecornu ferme des collèges. Peu importe lesquels.

Sébastien Lecornu, 1er cercle de bruno Le Maire (archives ©Le Démocrate Vernonnais)
Sébastien Lecornu. Le jeune loup de la politique et de la modernité, de la droite décomplexée, du premier cercle de Bruno Le Maire, ministre de l'économie, décide de fermer 3 collèges dans l'Eure.
Quels collèges ? Des paillerons, les trucs qui brûlent et asphyxient. Donc le collège Pierre Mendès-France dans l'agglomération Seine-Eure.
Mais dans notre agglomération, il n'y a pas de collège Pailleron. Les deux collèges auxquels on a voulu s'en prendre, Pierre Mendès-France et les Fougères sont bien réalisés en dur. Mal isolés, c'est sûr, et tous les partis s'engagent dans leurs promesses électorales à rénover les bâtiments, dans le cadre de la transition énergétique.
Programme de l'UDI, promesse n° 32 : "32. Lancer un programme national de rénovation des bâtiments anciens les plus énergivores. Rendre effective la rénovation d’un demi-million de logements anciens par an."
M. Lecornu s'attaque surtout à des collèges en réseau prioritaire : Pablo Neruda (Évreux, REP+), Pierre Mendès-France (Val-de-Reil, REP), les Fougères qui s'est trouvé curieusement interpellé mais n'est plus concerné par la fermeture (Louviers, REP). Il n'y a que le collège Jacques Daviel à Barre-en-Ouche qui n'est pas REP mais connaît un taux très important de population défavorisée.
Une population défavorisée, cela signifie qu'il y a nombre de familles qui ne disposent pas d'auto, et où la proximité est importante, pour les élèves d'abord, qui s'y rendent à pied, qui rentrent chez eux manger plutôt que d'aller à la cantine. Mais aussi une proximité entre famille et enseignants. C'est un gage de suivi scolaire, et donc de plus grande réussite scolaire.
Nous, parents d'élèves élus, et enseignants, nous avons interpellé les élus de l'agglération Seine-Eure-Bord (la CASE) pour leur demander d'écouter nos arguments et de nous donner leurs positions. M. Lecornu et le Rectorat ont été en copie de nombreux mails pour plus de transparence.
Finalement, les élus à l'unanimité ont voté pour demander au Conseil départemental un moratoire de deux ans sur la décision de fermeture de PMF, pour tenir compte de l’augmentation de la population au sein de l’Agglomération, et des nouvelles orientations gouvernementales en matière d’éducation. [Nous parents avions demandé "de tout collège dans l'agglomération", ils ont spécifié PMF, mais admettons : c'est lui qui était particulièrement visé.]
Les parents et enseignants ont applaudi cette motion unanime. Seul le FN n'a pas pris part au vote. Merci encore à tous les votants.
La réponse de M. Lecornu ne s'est pas fait attendre !

Parce que j’entends depuis des mois les arguments des uns et des autres et que je souhaite que cette décision de fermeture se fasse en transparence et dans un esprit de concorde, je suis prêt à étudier vos propositions de fermeture alternative d’un autre collège.
Sébastien Lecornu, maire officieux de Vernon selon actu.fr, vice-président d'agglo, président du Conseil départemental, directeur de campagne de l'actuel ministre de l'économie pendant la primaire, puis de Fillon, et puis il a été conseiller parlementaire, peut-être sera-t-il conseiller ministériel à l'économie, et peut-être en se rasant le matin ?...

Preuve que la fermeture de ce collège n'est dictée ni par des raisons sociales, encore moins pédagogiques, d'insertion, de vivre ensemble, mais uniquement par des raisons financières, le président du Conseil départemental demande aux élus locaux de désigner un collège à faire tomber par pure mesure d'économie budgétaire.
Reverra-t-on nos élus en tractations, ou s'écharper entre eux pour garder chacun son collège - ou bien sommes-nous prêts, tous ensemble, parents d'élèves, enseignants, élus de l'agglomération à faire corps pour le bien des élèves d'abord, mais aussi d'une population éduquée et formée qui sera capable de dynamiser le territoire, et pour le bien des familles ? Certes, parents d'élèves et familles n'ont pas d'autorité, et même parents d'élèves élus, nous ne sommes pas invités à participer aux discussions et aux décisions concernant l'avenir de l'éducation de nos enfants. Nous sommes juste électeurs et contribuables. On paie les autres, et on les élit. Mais nous sommes debout. Pas en marche, debout.
Conversation imaginaire entre une Petite Maman Française (qu'on appellera PMF), mère de petits élèves qui veulent trouver leur place dans la vie, et le Leader, dit aussi le lapidaire, ou la Lime éducative, le Loup de Collège Street (qu'on appellera L, pour faire court) :
PMF - Mais je ne suis pas un pailleron !
L - Ben c'est pareil, t'es un pauvre collège.
PMF - Non, je suis un collège pour les élèves du quartier, je ne suis pas regardant sur l'argent qu'ils ont.
L - En plus, l'argent c'est moi qui leur donne. Ils n'ont qu'à bosser.
PMF - Mais ils n'ont pas l'âge légal de travailler, ils ont tous moins de 15 ans !
L - Ça va changer avec la loi travail, les entreprises pourront déterminer à quel âge on bosse, combien de temps, et si on les paie. En attendant je paie les parents.
PMF - Les parents ont déjà bien du mal à trouver du travail et de l'argent, il faut bien former les enfants pour qu'ils en trouvent ?
L - Et bien, qu'ils aillent se faire former ailleurs !
PMF - Mais ici, c'est sur place, c'est là qu'ils vivent, qu'ils mangent, ils ont même le ciné à côté, le sport, le théâtre à quelques mètres, les concerts, l'école de musique, la culture.
L - Des cinés, y en a ailleurs, et le théâtre, ça nourrit pas sa famille. Sauf Christian Clavier, Depardieu me pardonne.
PMF - Mais ils habitent là, ils viennent à pied ou à vélo.
L - Ça leur fera les pieds. Ils n'ont qu'à s'acheter une auto, ça relancera l'économie. Comme ça, ils pourront aller bosser à Cléon.
PMF - Leurs parents voudraient bien. En plus c'est payé le SMIC, voire plus. Mieux que ce qu'ils ont en tous cas.
L - Ils n'avaient qu'à faire des études !
PMF - C'est ce qu'ils veulent pour leurs enfants en tous cas.
L - Y a plus de sous. Ouste. En marche, c'est bon pour la santé.
PMF - Oh, c'est pas la santé qui manque, le tout, c'est de pas y finir. Il manque bien quelques travaux de rénovation, des débouchés après le collège, des transports, des parents rassurés, des professeurs en confiance, des projets, pour grandir en toute sérénité...
L - Y a plus de sous, qu'on vous dit ! Si vous ne voulez pas fermer ce collège, désignez-moi un collège, et je lui coupe la tête !
PMF - Euh... Montaigne au Vaudreuil ?
L -...
PMF - Nan, je blaguais. Nan, non, lui coupez pas la tête, c'était juste une blague. Ah, il va le faire... Ahhhhh ... Au secours!!!

Elections législatives du 10 juin 2012 dans la 4ème circonscription de l’Eure : ma réponse à la FCPE de l’Eure

Monsieur le Président,
Candidate écologiste à la députation sur la 4ème circonscription de l'Eure, je suis professionnellement engagée comme enseignante du second degré depuis 15 ans, dans des zones rurales d'abord, puis, par choix, dans un quartier populaire de Val de Reuil. J'ai mené plusieurs combats syndicaux pour la défense d'un enseignement de qualité pour tous. J'ai également une expérience de parent d'élèves et d'élue municipale, qui m'a fait me mobiliser contre les fermetures de classes et contre le passage à la semaine de quatre jours.
On le sait les derniers indicateurs de l'OCDE sont mauvais pour la France : de nombreux élèves sortent du système scolaire sans qualification ; des inégalités criantes sont constatées selon l'origine sociale des élèves ; les élèves sont stressés, et peinent à donner sens à leur parcours scolaire.
Comme écologiste, je promeus des valeurs de coopération, qui s'opposent à la compétition et à la « sélection » des élèves par le système scolaire.
A l'instar du pédagogue et écologiste Philippe Meirieu, nous voulons remettre l'élève au centre du système scolaire, en individualisant des parcours dont l'objectif ne serait plus la course à la note dans un système à l'orientation sélective, mais la réussite de chaque enfant.
Chaque enfant a son rythme, il faut donner du temps à l'enseignement, avec des journées moins chargées et un temps mieux réparti sur la semaine et l'année scolaire. En outre, le système uniforme du passage de classe en classe est en perte de sens aujourd'hui, nous le constatons dans le premier comme dans le second degrés, où de nombreux élèves décrochent et se retrouvent à la fin de leur scolarité obligatoire « sans solution », pendant que d'autres (parfois les mêmes !) attendent que l'on nourrisse leur envie d'aller plus loin, ou de faire un pas de côté sur le chemin de la connaissance et de la formation.
Pour cela, nous ne prônons pas la sortie précoce du système scolaire par l'apprentissage : nous le constatons, à 14 ans, un jeune n'est pas mûr pour aborder le monde du travail, il ne connaît pas encore suffisamment ses aptitudes et il est prématuré de lui demander de choisir une voie professionnelle où il restera bloqué avec un diplôme a minima. Nous prônons au contraire l'allongement de la scolarité, mais d'une scolarité différente, de la maternelle indispensable (dès 2 ans) jusqu'à 18 ans.
Lire cet extrait de l'accord PS-EELV du 19 novembre 2011 (« 2012-2017, Socialistes et écologistes, ensemble pour combattre la crise et bâtir un autre modèle de vivre ensemble ») :
« Bâtir l’école du 21ème siècle suppose de repenser son organisation et ses missions. Dix ans de politiques incohérentes, de diminution du nombre de jours de classes dans le primaire, d’atteinte à la formation pratique des professeurs ont abîmé l’école et accru les inégalités. [...] La personnalisation des réponses éducatives avec des pédagogies différenciées et une refonte des rythmes scolaires pour alléger les journées de travail et mieux les répartir dans l’année sera notre méthode. »
Enseigner est un métier, un beau métier, un métier exigeant, qui nécessite une formation et la transmission entre pairs de cet art subtil qu'est la pédagogie.
Il est frustrant ensuite de se voir confier de lourdes classes, où l'objectif est d'atteindre un « palier » de compétences et une orientation calculée sur des notes - sans que soit donnée la possibilité d'individualiser réellement le suivi, d'accorder du temps à chacun, d'apprendre à apprendre, d'apprendre autrement, en mettant la main à la pâte, en participant à des projets individuels et collectifs, en donnant la possibilité à l'enfant d'être acteur de sa formation, et non spectateur passif, démotivé et démoralisé de son échec, ou consommateur de points dans un parcours digne d'un jeu vidéo.
La mission de l'école est une mission de civilisation : c'est la société de demain que nous formons.
Quel-le-s citoyen-ne-s voulons-nous former ? Des consommateurs individualistes et stressés ? Ou bien un tissu social basé sur la connaissance de soi et des autres ?
La mixité est l'équivalent de la parité à l'école, elle vaut pour les genres comme pour les classes sociales, c'est l'une de nos valeurs fondamentales. L'accès de tou-te-s à une éducation de qualité doit être garanti, quels que soient son origine sociale, ou par exemple aussi son handicap,...
Les parents sont les premiers éducateurs, c'est en partenariat avec eux, dans une école ouverte, que la réussite des enfants se construit. Un statut devrait pouvoir leur permettre d'être présents à toutes les commissions paritaires même en journée.
La santé est un préalable indispensable à l’épanouissement et à la réussite de tous les enfants. La médecine scolaire est un élément nécessaire à l’éducation à la santé, à la formation aux gestes de premiers secours.
Concernant le coût des frais de scolarité, nous prônons la généralisation du quotient familial.
En ce qui concerne les transports, les écologistes ont vivement réagi à la rentrée 2011 face à l'augmentation forte des tarifs du transport scolaire en Seine-Maritime.
Je cite le communiqué de presse de Myriam Toulouse, porte-parole EELV 76 (publié le 4 septembre 2011 dans Communiqués de presse Mots-clefs conseil général, transport) :
"Les parents d’élèves de Seine-Maritime ont reçu, début juillet, un courrier du président du Département, annonçant une hausse importante de leur participation aux frais de transports scolaires : multiplication par 4 des tarifs – qui passent de 30 à 130€ – pour les collégiens et les lycéens.
Pris de court par cette annonce tardive, les élus des collectivités locales ont été contraints d’improviser des mesures compensatoires pour alléger, en partie, la part des familles qui reste en forte augmentation (plus de 100% de hausse par rapport à l’année précédente).
Europe Ecologie – Les Verts 76 s’associe aux parents d’élèves et élus locaux qui se mobilisent aujourd’hui contre ce désengagement du Conseil Général, dont les répercutions sont sociales mais aussi environnementales. Car loin d’être exemplaire en matière de lutte contre le réchauffement climatique, cette mesure risque au contraire d’encourager de nombreux parents à se rabattre sur des modes de transports individuels pour accompagner leurs enfants au collège et au lycée. Les bus, beaucoup moins remplis, circuleront alors au milieu de voitures toujours plus nombreuses, atténuant gravement l’efficacité économique attendue par cette mesure.
Certes, le contexte actuel (augmentation des dépenses obligatoires et diminution des recettes, induites à la fois par la crise économique et la politique menée par l’Etat) nécessite de prendre des mesures pour assurer l’équilibre du budget du Département. Mais ce choix nous semble particulièrement inopportun alors que d’autres arbitrages étaient possibles comme nous l’avions proposé dans notre programme pour les dernières élections cantonales.
Pour Europe Ecologie – Les Verts, il est indispensable de rendre les transports collectifs plus attractifs que les déplacements individuels afin de réduire l’empreinte énergétique de nos territoires, limiter les émissions en CO2 et l’utilisation de carburant qui épuise les ressources naturelles."
Rappelons qu'avec EELV, nous soutenons l'idée d'une carte de transport unique et la gratuité des transports en commun.
Je vous remercie, Monsieur Suire, de m'avoir posé ces questions. Je veux vous témoigner mon respect pour la vigilance et la capacité de dialogue dont fait preuve votre fédération, qui exerce une mission salutaire au service de l'éducation de tous nos enfants.
Bien cordialement,
Laetitia Sanchez
candidate pour Europe Ecologie Les Verts
Dans la 4ème circonscription de l'Eure

Cantine scolaire : stop aux décisions illégales !

Cantine scolaire : stop aux décisions illégales !
La Fédération des Conseils de Parents d'Elèves, FCPE, lance un appel aux parents d'élèves, pour se mobiliser contre les règlements illégaux et discriminatoires qui visent à exclure de la cantine les enfants dont les deux parents n'ont pas d'emploi. C'est le cas à Saint-Pierre du Vauvray, comme à Thonon-les-Bains. Si à Thonon-les-Bains, l'opposition socialiste au maire UMP Jean Denais estime qu'il s'agit, ni plus ni moins, d'un "processus d’exclusion par l’argent", à Saint-Pierre du Vauvray, les élus (sont/seraient ?) socialistes. Y a-t-il un point de vue socialiste lorsqu'on est élu, et un autre lorsque l'on se trouve dans l'opposition ?
Voici l'appel de la FCPE :
Depuis la rentrée, la FCPE est encore interpellée par des parents d’élèves qui ne peuvent pas inscrire leurs enfants au restaurant scolaire, au motif qu’ils ne peuvent justifier d’un emploi salarié ou ne peuvent produire des documents justificatifs, tels qu’attestations d’employeurs, de Pôle emploi ou de feuilles de paye…
Il n’est plus tolérable que des municipalités continuent d’importuner parents et enfants alors que l’égalité de tous devant les services publics est un droit comme le rappellent tous les jugements des tribunaux administratifs et le conseil d'Etat ! La restauration scolaire doit être accessible à tout enfant dont les parents en font la demande.
Après avoir écrit aux ministres de l’Intérieur pour les écoles primaires et de l’Education nationale pour le secondaire afin qu’ils demandent aux préfets et aux inspecteurs d'académie d’exercer leur contrôle de légalité sur les décisions et les règlements intérieurs, la FCPE encourage les parents d’élèves à refuser ces situations abusives et à contacter ses conseils départementaux pour qu'ils les accompagnent dans leurs démarches.
La FCPE appelle les parlementaires à déposer une proposition de loi pour garantir dans la loi ce droit reconnu par les tribunaux.

La FCPE lance une Nuit des Ecoles vendredi 20 mai 2011 dans les écoles, les collèges, les lycées

Le ministre l’a reconnu, il y aura 1 500 classes de moins à la rentrée prochaine, alors que plus d’élèves sont attendus. Les 16000 suppressions de postes programmées pour cette rentrée 2011 auront pour conséquences l’augmentation du nombre d’élèves par classe dans les écoles, les collèges et les lycées, des fermetures de classes, des fusions d’écoles, des problèmes accrus de remplacements.
Les fermetures de classes amènent l’augmentation des effectifs par classe (le seuil d’ouverture de classe est d’ores et déjà fixé à 32 élèves en maternelle et 27 en élémentaire). Les classes à double, voire triple niveau, deviennent ainsi la règle en primaire.

l’école, c’est l’avenir !

Selon l’article L. 122-1 du Code de l’Education, « l’objectif de l’école est la réussite de tous les élèves ». Cela passe notamment par une individualisation du suivi. Or, dans ces conditions matérielles (augmentation des effectifs, double ou triple niveau…), cette mission devient véritablement une mission impossible pour les enseignants. On ne peut pas faire toujours mieux, avec toujours moins ! Avec 65.400 postes supprimés depuis 2007, le système éducatif ne tient plus que grâce à l’engagement et au dévouement de ceux qui restent sur le terrain. Ces suppressions, ces dérogations et ces déréglementations, sont une atteinte à l’égalité républicaine qui fonde notre démocratie.
Dans un Communiqué du 11 mai 2011, le SNUipp-FSU alerte aussi sur la suppression de plus de 600 postes d’enseignants spécialisés (maîtres E, G et psychologues scolaires) dans les RASED. "Au total, ce sont plus de 30 000 élèves qui seront privés de l’aide dont ils ont besoin. Où sont les priorités affichées à réduire l’échec scolaire et les inégalités de notre système éducatif mises en lumière par les résultats aux évaluations PISA de 2009 ?"
Le 18 mai prochain, le SNUipp-FSU organise un rendez-vous national devant le ministère. Des délégations d’enseignants, de parents et d’élus venus de 95 départements se feront les porte-voix de l’école de la réussite pour tous. Le SNUipp-FSU demande la création d’un collectif budgétaire car seule une révision du budget peut permettre de revenir sur ces suppressions de postes, qui nuiront d’abord aux élèves les plus fragiles. Le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite doit cesser.
Le 20 mai, la FCPE et le collectif "Sauvons l'école !" appellent à organiser partout en France une Nuit des Ecoles, un moment de partage et de convivialité entre parents, pour débattre sur ces questions d'éducation, mobiliser les conseils locaux du primaire contre les suppressions de postes et continuer à faire signer la pétition "De l'ambition pour l'Ecole !" demandant la création d’un collectif budgétaire.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV