case

Ce tag est associé à 1 articles

Pôle métropolitain : le “scoop” de Frédéric Sanchez sur l’A28-A13. Une autoroute sous-évaluée ?

autoroute
C'est sur le site de l'agglo, en date du 11 juillet : le scoop de Frédéric Sanchez
Le président du pôle métropolain CREA Seine-Eure a annoncé : "Le Premier Ministre vient d’annoncer la réalisation de la liaison A28/A13 et qu’il retenait le scénario n°2", un scoop pour ceux qui n'ont ni internet, ni radio, ni télé.
Franck Martin a ajouté : "Retenir le scénario 2 est une excellente nouvelle. Ces projets d’infrastructures vont impacter nos budgets et nous devons dès à présent avoir une démarche financière, commencer à économiser, pour que le moment venu, nous puissions participer au financement de ces infrastructures d’envergure nationale et financer nos propres infrastructures."
Et oui, il va falloir sérieusement économiser, il est peut-être là le scoop : Le projet de liaison A28-A13 - contournement est de Rouen a été estimé à 880 millions €. Estimation basse du coût du projet, et aussi estimation la plus haute.
Or, il s'agit là le l'étude la liaison A28-A13 SANS la jonction vers Saint-Etienne du Rouvray.
Lors du Comité de pilotage du 19 octobre 2012, le préfet de Région a exposé aux élus une variante préférentielle, pour la liaison A28-A13 incluant le raccordement vers Rouen. L'analyse de la DREAL ((Direction Régionale de l'Environnement, et l'aménagement et du logement) incluant des critères de fonctionnalités, d'environnement humain et naturel, et de conception technique a éliminé 30 variantes, n'en retenant que 4.
Le coût estimatif donné par la DREAL Haute_normandie est de 1,05 Md€.
Et encore, c'est une valeur indicative qui ne préjuge pas des résultats des études de détail et des mesures compensatoires.
La DREAL indique qu'il convient de noter que pour les différentes variantes, le montant est du même ordre.
Il manquerait donc 170 Millions €, qu'il conviendrait encore de modifier en fonction des études de détails et des mesures compensatoires.
L'analyse de la DREAL a-t-elle changé depuis ? A-t-on changé le tracé retenu ?
Puisque l'Etat a prévu 880 millions - ça passe mieux que lorsqu'on annonce plus d'un milliard € -, qui financera le reste ? Est-ce que ce sera le concessionnaire ? Ou est-ce pour cela que M. Martin envisage de sérieusement économiser ?
Autre inconnue : quel serait le montant du péage, puisqu'il y aura retour en concession ?

Election du Conseil de Développement durable (CDD) à la CASE. Un CDD citoyen, des candidats élus par les politiques.

Dans ce billet, je vais vous raconter par le menu l’élection de la seconde vague des membres du Conseil de Développement Durable de la CASE (CDD).
Grâce à 2 maires, Jean Carré et Alain Loëb, qui ont demandé à ce que certaines personnes ne figurent pas au CDD, les règles de ces candidatures sont mieux précisées.
Les personnes ? René Dréan, l’ancien maire de Pîtres pour Jean Carré, et Laetitia Sanchez et moi-même pour Alain Loëb.
Au final, Laetitia Sanchez sera éliminée de la liste, puisqu’elle est conseillère municipale, et tous les candidats de la liste seront validés. De justesse, mais...
Je vais revenir sur les raisons qu’il y avait de m’éliminer. Alain Loëb a sorti pour l’occasion son fusil à calembredaines, évoquant un procès, et le fait que je me serais substitué à lui.
Alain Loëb a donné une violente claque sur l’écran de mon ordinateur en passant devant moi.
Lorsqu'un élu montre un comportement gratuit et violent...
Vous trouverez également sur le blog de l’association de parents d’élèves le compte-rendu de la réunion sur le Projet Educatif Territorial (PEDT), à l'initiative de la directrice de l'école maternelle.
Celle-ci a été riche et a rassemblé largement les participants....

A l’eau ? Nan, mais à l’eau, quoi ! Merci à ceux qui ont réparé…

Je remercie RFF, son exploitant Nexity, et la CASE pour la vitesse de réaction de leurs services aujourd'hui.
Alors que l'eau coulait sans interruption depuis plus d'un mois, il a suffi de quelques bonnes volontés pour donner un coup d'accélérateur, faire cesser la gabegie, et rendre le trottoir aux piétons.

Pour rappel, ça fait quoi 1 mois de fuite continue ?

fuite-saint-pierre-du-vauvray2-thumb
Un ami riverain a fait une petite expérience avec une bouteille coupée pour comptabiliser à la louche le débit. Il a compté 1 litre d'eau toutes les 4 secondes. Juste en la mettant dans le caniveau. Soit au minimum 700 m3 d'eau potable avec le comptage d'une bouteille dans le caniveau. Evidemment c'est beaucoup plus : la bouteille ronde dans le caniveau - l'eau passait encore à côté -, mais aussi les infiltrations, combien cela représente-t-il ?
Question annexe, mais pas accessoire : qui paie ?
Que l'on soit usager SNCF, contribuable pour ce qui est de RFF, de la CASE ou de la commune, la facture sera adressée aux citoyens. Nous payons tous.
On paye quoi ? Une dette écologique et financière pour ce qui est de l'eau potable déversée -et payée - et traitée. Combien ? Pas lourd pour un budget de la CASE, et même de la commune : quelques milliers d'euros. On peut se le permettre, peut-être ?
Non. Il n'y a pas à tortiller, on paie. Et on nous demande de faire des économies, des sacrifices, tout ça.
En plus, le trottoir était interdit aux piétons durant un mois, là où il y a le passage piéton. En termes d'image pour la commune, c'était la loose.
En termes de confort des clients pour la Teurgoule et la gare, idem.
Pour finir, un trou dans le trottoir - eh oui, un mois sous un flot continu... - qu'il faudra réparer.
Et à nous, on ferait la morale sur l'utilisation de l'eau à notre domicile quand on la jette - et qu'on la paie - pour la jeter dans le caniveau quand c'est public ?
Non.
Aussi, je remercie aujourd'hui les personnes qui ont agi - rapidement - pour mettre fin à ça. M. Gallois, de RFF, M. Potez de Nexity, l'exploitant de RFF, et madame Lacaze de la CASE (ça s'invente pas, et qui n'était pas au courant, pas plus que Veolia). En 2 jours. Et la SNCF aussi.
En quelques coups de téléphone, quelques mails et quelques clichés et une vidéo, ENFIN, l'eau a arrêté de couler.
Merci à vous. C'est un déficit d'information qui est à l'origine de ce non-sens.
Et une répartition des responsabilités compliquée. Selon la responsabilité, c'est qui qui paie ? Au final nous, quoi qu'il advienne.
C'est fait. Je ne remercie pas la municipalité qui apparemment n'a encore rien foutu.
Ah oui :-) Merci aux riverains qui veillent.
"Madame
On ne vous a pas attendu, nous avions fait le nécessaire." (que du bla-bla-bla)
Enfin, c'est fait, mais pas par la municipalité. Merci à tous les autres. Merci encore.
Zut. On peut pas juste aimer un peu notre village et s'en occuper un peu svp ? Merci...
Ce n'est pas velléitaire, ça ?

conseil municipal du 27 mars : compte-rendu controversé et fact-checking vidéo

Avant d'attaquer les choses sérieuses du conseil municipal - les délibérations -, attardons nous un instant sur le compte-rendu de la séance précédente, celle du 12 décembre 2012.
Le directeur adjoint des services de la CASE est venu en personne nous présenter le rapport d'activité de la CASE. Aprs cette présentation, il invitera le conseil municipal à poser des questions, et le rapport d'exercice 2011 du service cycle de l'eau - pôle eau et assainissement à fait l'objet de beaucoup de questions.
Mais c'est bien le compte-rendu de cette séance publique de conseil municipal qui est bien controversé.
Le maire, Alain Loëb, écrit dans son compte-rendu : "Monsieur le Maire informe monsieur Régis PETIT qu'un élu a contesté les choix de la CASE sur les contrats d'affermage estimant qu'ils étaient illégaux. Un flot de questions de Monsieur Bourlet de la Vallée sera fait sur cette allégation."
Bien entendu, c'est faux. Et la vidéo de l'intégralité de cette présentation est des questions/réponses est disponible ici et là.
Tout d'abord, ce n'est pas Jérôme Bourlet qui affirme ou pose la question d'une éventuelle illégalité des contrats d'affermage. C'est bien Alain Loëb. Et ensuite, ses questions, si elles sont nombreuses ne sont en rien basées sur ce postulat.
Je vous propose un "fact-checking" en vidéo, où l'on entend par deux fois Alain Loëb poser cette question.
Ce que demande Jérôme, par contre, c'est qu'étant donné qu'il y a des lois qui sont passées, qu'il y a un arrêt "Olivet", c'est qu'en 2015, on ne reste pas dans l'administratif, et que le choix concernant l'eau et l'assainissement soit porté sur le champ politique. C'est ici, à la minute 24.
Je vous laisse regarder le vote du compte-rendu, suivi de la vidéo de vérification de ce compte-rendu. Une petite chose : la délibération ne portait pas sur "un avis sur le fonctionnement de la CASE", comme le dit le maire, mais sur "l'approbation du rapport d’activité de la CASE 2011".
Regardez la vidéo, à partir de la 13ème minute. Que dit Jorge Pinto, alors 1er adjoint et secrétaire de séance de ce conseil : "Je suis en train de vous dire que vous maintenez. Vous êtes un menteur, voilà. Et là on a la preuve."
"Ta preuve", répond Mme Kaaouche. Et oui, elle n'a pas regardé la vidéo. Et qui plus est, elle n'était même pas présente à ce conseil. Le plus cocasse, c'est qu'elle vote pour approuver ce compte-rendu, alors qu'elle n'était pas présente et qu'elle refuse de regarder "ce blog".
Alors... petite vérification de qui a dit quoi. Fact-checking" :
C'est donc bien Alain Loëb qui pose la question de l'illégalité des contrats d'affermage. Pas Jérôme Bourlet. Vous pouvez bien sûr regarder l'intégralité du sujet concernant le cycle de l'eau, eau et assainissement. C'est ici.
J'ai aussi ajouté les passages ou M. Petit explique pourquoi il n'y a pas illégalité : il y a un avant-loi Sapin et un après. Et il y a un avant-arrêt "Olivet" et il y aura un après.
Un second point contesté dans ce compte-rendu. Nous lisons :
"Monsieur Schwartz fait un parallèle avec les emplois fictifs, nos salariés ne sont pas des emplois fictifs. Monsieur Bourlet de la Vallée illustre cet argument par le poste d'un cadre de la CASE qui a un salaire convenable et dont les missions ne sont pas justifiées. Il interpellera avec véhémence Monsieur le Maire pour le défier de poser la question au Président de la CASE. Monsieur le Maire lui fait remarquer qu'il a autre chose à faire que de colporter de telles allégations. Monsieur Bourlet de la Vallée demande à consulter les différentes fiches de postes. Monsieur le Maire lui répond que ça n'est pas une obligation et que lors des recrutements les profil de poste sont connus des services."
Je n'étais pas là, j'ai pris congé de la séance avant la fin. Aussi ne puis-je témoigner ni en vidéo, ni par moi-même de ce qui a réellement été dit.
Aussi, ai-je interrogé à ce sujet Jorge Pinto, Jérôme Bourlet, Laetitia Sanchez et Pierre Denis qui étaient présents. Selon chacun d'eux, lorsque M. Bourlet parle de l'emploi du responsable de la relation avec les élus à la CASE, pour dire que son poste est un poste politique plutôt qu'administratif, la séance était terminée. Close. C'est en ramassant les documents, au moment de partir, et après que la séance ait été levée que Jérôme Bourlet a tenu les propos qu'il rappelle encore.
Bien sûr qu'il a eu tort de rebondir sur les propos de M. Schwartz qui demandait (pas de vidéo, donc mais de mémoire des élus :"Vas-y [ou "tant que tu y es"], dis que ce sont des emplois fictifs !". Il parlait des postes de secrétaires, où Jérôme regrettait que l'on emploie des personnes à la retraite à la place de renouveler les emplois vacants. Mais ne parlait pas d'emplois fictifs.)
Alors, si les témoignages des conseillers qui m'ont parlé sont exacts, et je n'ai pas de raisons de ne pas les croire, puisqu'ils corroborent ce que j'ai filmé dans un premier temps, et je rappelle que Jorge Pinto était secrétaire de séance et premier adjoint à ce moment, que la municipalité a déjà montré dans le passé que les compte-rendus contredisaient ce qui figure pourtant dans la vidéo mise à disposition du public., le compte-rendu est mensonger.
J'attend que les personnes présentes attestent ou contestent l'une ou l'autre version. J'ai les témoignages de Jérôme BOURLET, Pierre DENIS, Laetitia SANCHEZ, et Jorge PINTO, dont la version contredit celle défendue par Alain LOËB, Pascal SCHWARTZ et Claude LA ROCHE.
Accessoirement Juliette KAAOUCHE et Murielle PIONNIER, mais elles n'étaient pas présentes lors du conseil cité. Donc, bon.
Pascal JEDEAU et Chantal SANTIAGO étaient présents, eux à ce conseil. Je suis impatient d'entendre leurs versions.
Alors pourquoi ces mensonges ? Le but visé est-il que messieurs Martin et Taconet viennent tirer les oreilles de l'opposition à Saint-Pierre ? Sincèrement, je ne vois pas où cela va mener le conseil municipal. Mais cela ne relève pas la dignité de celui-ci.
Est-ce grave de mentir ? A qui ment-on ? C'est bien là la question. Le conseil municipal représente les habitants. Le compte-rendu est le document par lequel les conseillers rendent compte de leurs débats, leurs décisions, leurs actions.
Les représentants des habitants mentent aux autres représentants des mêmes habitants, et face caméra, aux habitants, les yeux dans les yeux. Et affiché sur les affichages municipaux. Est-ce si grave, dans ces jours où à tous niveaux, on ment aux gens en les regardant dans les yeux ?
Faut-il que je revienne sur les propos de m. Loëb, me traitant à plusieurs reprises d'homme de main ? Ou sur ses menaces de poursuites, ou ses courriers obscurs ?
...
Allez, bonjour chez vous !

Etude urbaine du centre-bourg de Saint-Pierre du Vauvray, l’ébauche du PLU…

L'étude urbaine du centre-bourg de Saint-Pierre du Vauvray a été présentée au public le 7 février.
L'étude urbaine du centre-bourg de Saint-Pierre du Vauvray a été présentée au public le 7 février. Tout la population était invitée à y assister. Et le public a été nombreux à répondre à cette invitation. De cela, tous pouvions nous en réjouir.
Cependant, là où les habitants espéraient un débat public, il s'est agit plutôt d'une présentation, suivie de questions/réponses.
Cette étude intéresse au plus haut point les habitants. Ils l'ont prouvé en se déplaçant nombreux. Ce n'est guère étonnant, pas un projet n'a vu le jour en cinq ans, et là, ils tombent en pluie : un plan de circulation, des projets immobiliers, des projets d'équipements, une école, un projet de village d'artisans, des projets sportifs et touristiques, une base nautique, un stade rénové, la gare réaménagée, comme la rue de la gare, des transports doux, chemins piétons, pistes cyclables, et les friches Labelle quui disparaissent enfin du paysage.
Ce n'est plus une pluie, c'est la drache.
Ces projets, on les vu sur le rétro-projecteur, et c'est vrai que les slides étaient très jolis. Ils défilaient l'un après l'autre, sans qu'il nous ait été possible de poser des questions sur chaque plan. Je ne les ai vus ni sur le site de la CASE, ni sur le site de la mairie. Aussi, je vous propose de les revoir, projet par projet, et de pouvoir agrandir les images pour bien les comprendre, à tête reposée.
Pour ça je vous ai mis un menu, en haut et en bas de page, avec les six zones définies comme étant des espaces mutables, et pour lesquelles des projets ont fait l'objet de plans.
Il vous suffit de cliquer sur une des zones pour en obtenir le détail.
le centre-bourgl'usine Labellela gare et l'accès au centre-bourgl'hôtel de villele stade et les bergesla ferme rue Gourdon et les écoles
Quel est le but de cette étude, tout d'abord, et de cette réunion publique de présentation ? Voyons ce qu'en dit Franck Martin, président délégué aux finances de la CASE :
"La communauté d'agglomération Seine-Eure a financé cette étude pour le compte de la commune de Saint-Pierre du Vauvray." Franck Martin a d'abord félicité le cabinet d'études, Ataub, pour la qualité du travail accompli. "A quoi sert cette étude, et pourquoi la CASE, financeur de cette étude, a décidé qu'elle ait lieu ? On sait bien, nous a dit Franck Martin, que dans ces réunions publiques où l'on présente un projet d'aménagement, c'est une occasion en or, et c'est très bien ainsi, c'est la vie démocratique, pour que chacun amène son petit grain de sel, son petit point de vue. Qui est important. Et en profite pour dire devant tout le monde, et aux élus, en particulier au maire, ce qu'il pense de l'état de la ville.
Le but de cette étude n'est pas là.
Cette étude a pour but d'apporter des propositions, en aucun cas, il ne s'agit d'un plan d'action cadré, ou phasé, ou financé, ça c'est du ressort de la municipalité. C'est d'abord un instrument de réflexion préalable au PLU. Avant de faire un plan local d'urbanisme, il faut des études de ce type, qui sont là pour amener des idées. Beaucoup d'idées ont été amenées, beaucoup de propositions, qui sont, lui semble-t-il, cohérentes. Certain disent qu'il ne faut pas mettre de zone 30 parce qu'il faut que les voitures passent, d'autres veulent des zones 30... L'un des objectifs de cette étude, c'est aussi d'articuler les futurs développements de Saint-Pierre avec des documents d'urbanisme plus larges notamment le Plan Local de l'Habitat [PLH, NdR] qui, lui, porte sur l'ensemble des territoires de la CASE, et il était donc dans les objectifs de cette étude de trouver des endroits où l'on pouvait densifier l'habitat [...]"
Autrement dit, habitant(e) intéressé(e) par l'avenir de ta commune, avec tes idées, tes avis, tes propositions... passe ton chemin. On t'a laissé parler, arrête de dire des bêtises et passe moi le sel... Le travail a été fait par des spécialistes, on s'occupe de tout.
Et si c'est une ébauche de PLU, rien ne dit que quoi que ce soit sera fait. Ce sont des propositions, des orientations dont les équipes municipales à venir pourront s'inspirer. Pas un projet.
La méthodologie.
Le diagnostic a été réalisé en marchant. Franck Martin, président délégué de la CASE, nous a expliqué le pourquoi de cette étude. Si vous voulez savoir comment elle a été faite, je vous invité à lire la méthodologie ici.
Vous trouverez peut-être cela un peu général, mais c'est intéressant, et j'abonde dans le sens de chacun des points cités, en vrac : repenser les déplacements, et notamment les déplacements doux, la circulation, le stationnement, les trottoirs ; re-dynamiser les commerces dans le centre-bourg ; valoriser les paysages, le patrimoine, les espaces de détente et de promenade ; valoriser les services et des équipements collectifs ; développer le bourg à partir de son centre, et le centre c'est aussi et surtout les friches Labelle...
C'est vrai qu'aujourd'hui, c'est une ruine encombrante. Demain, cela pourrait devenir un nouveau lieu de rencontre, de vie, et ce pourrait être l'agrafe entre Saint-Pierre et Saint-Etienne qui lierait les deux communes.
Les Orientations d'aménagement ne sont pas en reste. On y parle de : Conforter et requalifier le centre-bourg autour de son espace marchand ; engager la reconquête urbaine à partir des espaces mutables ; améliorer l'habitat dans le centre-bourg ; faciliter les déplacements sur la commune ; reconquérir les espaces identitaires ou en mutation ; conforter la vocation d'habitat ; valoriser le cadre de vie ; favoriser le développement des modes de déplacements doux ; garder l'environnement et le patrimoine comme axe transversal à chacune des actions ; requalifier l'espace public et le cadre de vie.
Qui est contre ? Personne ? Unanimité donc.
Ca ne vous rappelle rien d'ailleurs ? C'était au coeur du programme de 2008, élaboré notamment par Jérôme, Laetitia, Benoît... Manifestement, celui-ci a été oublié pendant 5 ans. Ou raillé par exemple lorsque Jérôme reparlait du réaménagement des berges de Seine... Et là, cela devient de nouveau possible ?
Voyons maintenant les espaces mutables ou aménageables qui ont été identifiés, et surtout, regardons de près toutes ces propositions. Il y 6 zones identifiées comme étant des espaces mutables : les friches Labelle, le centre-bourg (la grande rue et ses commerces), la gare, le stade, l'Hôtel de ville et l'ancienne ferme rue Gourdon.
Au cours de l'actuel mandat, rien n'a été fait sur ces espaces. Le bilan de ces cinq ans a été fait par la municipalité elle-même, dans ses voeux 2013. Qu'est-ce qui a été fait en cinq ans :
  • La voirie sur l'île du Bac,
  • la réfection du parking face au "bon accueil", avec 3 places de stationnement matérialisées au sol,
  • l'effacement des réseaux rue Gourdon, mais sans le passage de la fibre,
  • des partenariats avec le Moulin d'Andé,
  • et le passage de la voirie des Longchamps dans le domaine public. J'y ajoute le passage en domaine public de l'accès à une maison au Val Liard.
Maigre bilan...
Parmi ces 6 espaces mutables, il faudra bien que les candidats aux élections de 2014 nous disent les projets qu'ils retiendront, ceux qu'ils délaisseront, et qu'ils nous indiquent le phasage. C'est-à-dire qu'une fois déterminé les priorités, dans quel ordre les projets seront mis en oeuvre, et le calendrier de mise en oeuvre.
En 2008, la liste élue avait fait des projets et pris des engagements pour la commune. Quasiment aucun n'a vu le jour, hormis la bourse aux vêtements, et la suppression d'un poste d'adjoint, par démission. Au jeu du "Qui qu'a dit ?", qui a dit "Il y a là une urgence qui doit maintenant se traduire non pas en mots mais en actes" ? Gagné ! c'était le maire actuel, Alain Loëb. Sauf qu'on a été payés en mots, pas en actes.
En 2014, pas la peine donc de venir chanter "demain, on rase gratis", les citoyens seront vigilants à ce que les candidats proposent des projets ambitieux et réalistes, et s'y attellent vraiment, cette fois.
rue-gourdon-thumb
> cliquez sur l'image <
L'école
La proposition d'une école sur les friches Labelle, qui a été proposée, écrite, puis... retirée. Même si l'architecte trouve l'idée bonne. La raison ? il a été demandé au cabinet d'études de réfléchir à une implantation rue Gourdon, une réflexion qui serait déjà sur la table.
Ah bon ? Il y a un projet de nouvelle école sur la table ? Pourtant, assistant fidèlement aux conseils municipaux, je n'ai jamais vu l'ébauche d'un projet sur la table du conseil ! j'entends, quand au conseil d'école il est demandé de faire des travaux, "c'est pour ça qu'il y a un projet de nouvelle école"... Donc il est inutile d'entreprendre des travaux dans "l'ancienne école". Dans l'école, quoi.
Pour la première fois, avec cette étude, je vois l'école figurée sur un plan, dessiné par le cabinet d'architecte, à la demande de la municipalité. Sans aucune concertation avec les conseils d'école, ni avec le conseil municipal, ni avec la population.
Les enfants et les parents (Saint-Pierrois mais aussi hors commune) trouveront-ils leur compte avec une école placée à cet endroit ?
Au niveau circulation, les habitants arrivent aujourd'hui par des chemins différentes, à pied, et aussi en voiture. Avec un parking (plein) derrière la maternelle d'un côté, et de l'autre, les véhicules qui se garent rue Gourdon. L'étude constate qu'aujourd'hui, c'est déjà le foutoir avec une partie seulement des véhicules ? Ne pourrait-on craindre un bazar total à vouloir y faire passer tous les flux, tous les piétons et toutes les autos ?
Avec la loi de refondation de l'école, et la réforme des rythmes scolaires, municipalités, parents et Education Nationale devront mettre en place un projet éducatif territorial. Si nous avons repoussé la réforme en 2014. Mais nous n'avons pas encore défini les besoins des écoles pour s'y adapter. Nous n'avons pas encore les retous d'expérience des communes qui appliqueront cette réforme dès 2013. Est-il raisonnable de poser les plans d'une école avant que ces besoins aient été identifiés et les solutions définies ?
Cliquez sur l'image pour en savoir plus, ou bien cliquez ici.
le centre-bourg
> cliquez sur l'image <
Le centre-bourg
Je vous propose de cliquer sur l'image pour avoir le détail des solutions que l'étude apporte aux diagnostic établi.
D'emblée, quand on voit le powerpoint projeté à l'écran, on est tout de suite conquis par les images fournies. Avec des trottoirs qui vont jusqu'à 3,25 m de chaque côté de la rue, plus des places de stationnement de chaque côté, avec des arbres pour paysager, et des véhicules qui roulent correctement dans les deux sens, on se prend à rêver de ces nouveaux champs Elysées de Saint-Pierre. Cela vaut peut-être le coup de regarder dans le détail pour comprendre comment on arrive à faire tenir tout ce petit monde dans l'espace que l'on connaît.
Un mot sur la zone 30dont Franck Martin a relevé les dissensions entre d'un côté des habitants qui la demandaient lors de cette présentation, ainsi que le cabinet d'études qui conforte cette nécessité, et de l'autre la municipalité, ou du moins la conseillère générale, Leslie Cléret, qui semblait parler pour le maire.
Que nous a dit madame Cléret : "C'est vrai que quand il y a un centre bourg avec ses commerces, on est tenté de dire : il faut mettre une zone 30. Il y a des gens qui pour aller d'un point à l'autre, y compris pour aller à l'école, ou pour aller de la mairie à d'autres rues, sont obligés de passer par ce centre-ville C'est un avis tout à fait personnel. Il y a des endroits où c'est tout à fait possible, dans des villes comme Louviers ou comme Val-de-Reuil, au niveau d'un centre-bourg comme Saint-Pierre, ça me paraît extrêmement compliqué pour les habitants, et également pour les habitants de Saint-Etienne et d'Andé qui viennent faire leurs courses, ce serait peut-être un peu dangereux, encore une fois c'est une hypothèse, qu'on mette une zone 30,et ça effraierait peut-être quelques habitants de communes avoisinantes pour venir dans le centre."
Je tiens à rassurer madame Cléret et la municipalité avec des chiffres qui parlent d'eux-même : A une vitesse limite fixée à 50 km/h, la vitesse moyenne réelle n’est que de 18.9 km/h. Car si la pointe peut être de 50 km/h, on ne passe son temps qu’à ralentir, freiner, tourner, laisser passer. On roule jusqu'à 50 km/h, et c'est là que le risque est présent.
A 30km/h, la vitesse moyenne est de 17.3 km/h ! Cela ne rallonge le temps de trajet au kilomètre que de 18 secondes au kilomètre. 18 secondes au kilomètre seulement, avec un risque de mortalité lors d'accident, et un risque d'accident même, qui s'effondrent.
Heureusement, si l'on peut dire, la situation est de fait bloquée : parce que les stationnements ne laissent pas passer deux véhicules en même temps, la circulation est automatiquement ralentie. Avec une circulation rendue plus fluide, la vitesse moyenne ne risque-t-elle pas d'augmenter ?
Peut-on risquer la sécurité des enfants et des séinors pour seulement 18 secondes au kilomètres ? La réponse est dans la question, dans un village où l'on parcourt en auto rarement plus d'un kilomètre.
Quelques chiffres clés :
  • Les piétons sont la première catégorie d’usagers victimes d’accidents mortels en milieu urbain, avec 32 % des tués.
  • Deux catégories de piétons sont particulièrement vulnérables :
    • les jeunes de moins de 18 ans, très nombreux à être blessés,
    • les personnes âgées de plus de 75 ans, nombreuses à être victimes d’accidents mortels.
  • Le pourcentage de piétons tués de moins de 25 ans est de 17%. Le pourcentage de piétons tués de 65 ans et plus s'élève à 49%.
  • Le pourcentage de piétons blessés de moins de 25 ans est de 38,5%. Le pourcentage de piétons blessés de 65 ans et plus s'élève à 22%.
  • Le taux de mortalité par accident est considérablement plus élevé pour les séniors.
(source : prévention routière, 2011)
Pour aller plus loin, il pourrait même être possible de créer une zone de rencontre sur l'arc que représente le virage de la rue grande au niveau de la Poste et du bar-tabac jusqu'au commerce en face. Et le continuer même rue Gourdon, parce que là, la rue largement empruntée par les enfants n'a qu'un trottoir de près d'un demi-mètre, une rue qu'il faut partager avec les voitures qui sont prioritaires sur la route...
Cela voudrait dire traverser en sécurité pour accéder de la poste à la boulangerie, à la pizzeria, au médecin, de l'école à la boulangerie, sans avoir à faire un détour pour trouver un passage piéton. Une idée en l'air ?..
La voiture est indispensable. Les zones 30 aussi : ville30.org
le centre-bourg
> cliquez sur l'image <
Des beaux projets, d'autres dont il faut revoir la copie, d'autres encore carrément plus douteux...
Des beaux projets, il y en a. Le projet immobilier à la place de l'agence immobilière est un beau projet, par exemple. Et Jérôme l'avait identifié dès 2008 - avant que cela ne devienne une agence immobilière - pour en faire ce que l'on appelle aujourd'hui "papyloft". C'est une place de choix au pied des commerces. Une belle vue, une situation idéale, pour un projet valorisant pour la commune.
L'aménagement des berges et la création d'une aire de pique-nique, de jeux et aussi base nautique est aussi une excellente idée. Qu'il faut compléter par un cheminement le long de la berge pour les promeneurs. Je ne comprends toujours pas pourquoi le projet d'aménagement des berges que portait Jérôme, projet qui avait été primé, a été rejeté par le maire. Il y avait du financement pour cela. Mais je suis heureux de voir qu'il resurgit.
Je note qu'astucieusement, le silo qui s'y trouve a été "effacé". Peut-être est-il encore tôt pour cela, car il fonctionne encore pour l'instant...
Il y a des projets indispensables, mais dont je pense qu'il faut les remanier. Je pense par exemple au cas du cheminement le long de la gare et sur la D110. Oui, les trottoirs sont dans un état lamentable. Comme les aires de stationnement qui feraient pitié dans les coins les plus reculés d'une zone industrielle. C'est l'image que donne notre commune aux automobilistes qui empruntent la départementale. Quelqu'un pense que cela donne envie de s'arrêter, ou de rentrer dans le centre-bourg ? Seulement voilà, le projet de stationnement dans cette rue, si c'est joli, ne tient pas compte de la clientèle du restaurant "la Teurgoule", dont l'activité risquerait d'être condamnée. Un beau projet, mais à adapter aux besoins de l'activité actuelle. Faute de quoi l'activité économique en pâtira, et on risquerait de créer du chômage ?
Des projets plus douteux, il y en a. J'ai parlé de l'école déjà, mais il y a un autre projet que je ne trouve incompréhensible : Sur la photo ci-contre, on voit un projet de "papyloft" situé derrière la mairie. On déménagerait les services municipaux ailleurs - au soleil - pour construire des logements à l'ombre d'une falaise surplombée de grands arbres. Pour faire passer la pilule, on a mis une herbe plus verte qu'ailleurs, on voit le terrain formidablement éclairé, avec un gazon qu'on croirait provenir d'un golf en floride. Il n'en est rien. Ce terrain ne voit pas le soleil à l'ouest ou au sud, et est un des plus froids et les plus ombragés de la commune. Et c'est cet endroit qu'on choisirait pour parquer nos ainés ?!.
On pourrait reparler de la remise aux normes de la salle des fêtes, un projet de 400.000 euros, dont le financement par le Conseil Général pourrait aujourd'hui être en cause du fait qu'il n'atteindrait pas la somme plancher de 460.000 euros d'investissement. On en a parlé là, lorsque cela a été discuté au conseil municipal, et vous le trouverez toujours dans le projet de rénovation de l'Hôtel de ville.
Et 400.000 euros plus tard, est-ce que cela répondra bien aux vrais besoins d'une salle des fêtes ? Après des travaux d'isolation thermique, il restera toujours 7.500 € d'investissement dans des appareils de chauffage. Bien isolé, alors ? Ou bien la structure est-elle déjà caduque ? Avec une forme en trapèze, une situation au pied des immeubles, un éloignement des autres structures, répond-il à nos besoins en matière de salle des fêtes ? Quand on sait que les cours de musique de l'IMA sont donnés dans la petite salle à côté des toilettes de la mairie, ou dans l'école maternelle, est-il cohérent de rénover cette salle, au prix du neuf ?
Je vous laisse vous balader entre ces projets. Vous y trouverez toutes les images de cette étude, que vous pourrez agrandir en cliquant dessus.
Pour vous balader entre les projets, il vous suffit de cliquer sur la vignette correspondante en bas de page. N'hésitez pas à apporter votre grain de sel, et tant pis si vous renversez vous aussi la salière...
Les réactions du public :
Selon la presse, en l'occurrence "La Dépêche" qui était présente, "ces grands projets n'ont pas convaincu la majorité et le public a fait part de ses impresssions".
Comment de tels projets ont-ils su ne pas convaincre ?
C'est compréhensible : Ce qu'on lit en creux dans cette étude, c'est que si l'on a identifié beaucoup de projets, la plupart étaient identifiés déjà, avant 2008. Et aucun n'a été réalisé, voire même seulement entamé, durant ces 5 dernières années.
Jérôme, Laetitia, Benoît et Pierre avaient largement fait part de ces sujets :
  • Un "papyloft", non pas derrière la mairie, mais à la place de l'agence immobilière, au coeur de la zone commerciale ;
  • la réflexion sur les friches Labelle ;
  • la re-dynamisation des commerces ;
  • la nécessité de repenser la circulation ;
  • la remise aux normes des trottoirs ;
  • les modes de transport doux ;
  • l'accès aux commerces et aux écoles ;
  • la sécurité des transports pour les plus fragiles - les enfants et les personnes âgées - ;
  • le développement des offres culturelles et sportives ;
  • le tourisme et la promenade par la revalorisation des berges ;
  • la création d'une aire de sport, de jeux et de pique-nique derrière le terrain de foot ;
  • des cheminements doux permettant de re-découvrir les paysages et d'accéder des berges aux commerces ;
  • le développement du périscolaire qui va faire cruellement défaut avec cette petite révolution des rythmes scolaires qui nous attend
  • et ça c'est entre autres, j'aimerais évoquer le partage des compétences, la démocratie participative, l'information régulière des habitants sur les actions de la municipalité (c'est peut-être normal, ça ?!), les commissions ouvertes aux habitants, la commission "finances" ouverte, l'éco-tourisme, les spectacles vivants, qui ont disparu avec l'éviction de Benoît, les transports collectifs, cyclables, pédibus, j'en passe, n'en jetez plus...
La gare n'avait pas été identifiée. Mais ça, c'était avant la mise en place du cadencement fin 2008, la fermeture de la ligne Saint-Pierre - Paris, et la fermeture de la gare.
Il y a de quoi calmer les ardeurs. Le diagnostic reste donc le même au bout d'un mandat presque complet.
Si l'on ajoute que ces projets ne sont pas un plan d'action cadré, ou phasé, ou financé, selon les propres termes du président délégué de la CASE ; que les propositions et objections faites par les quelques personnes n'ont pas forcément été retenues ou prises en compte ; que cette étude n'a vocation qu'à être un instrument pour préparer le PLU - qui est désormais passé dans le champ de compétences de l'agglo - en accord avec le PLH de l'agglomération ; que de débat public, il n'est que l'occasion en or pour nous tous d'apporter notre petit grain de sel, notre petit point de vue, ça peut amener un peu de doute et d'amertume sur les changements qu'attendent les habitants.
Cette étude relance la volonté des habitants de faire bouger leur commune. Ne ratons pas cette occasion de débattre et de choisir une vision partagée de l'avenir de notre commune. Et qu'on commence enfin à la mettre en place. Mais pas n'importe comment, on n'a pas le droit au ratage.
A Saint-Pierre, nous avons peut-être des tout petits points de vue. Eh, nous avons aussi de magnifiques panoramas. Quand à notre petit grain de sel que nous pouvons apporter à postériori, j'ai envie de dire aux habitant(e)s : sortez les salières !
Ah, oui, dernière petite chose : Le contrat d'agglomération 2011-1013, c'est 72 millions d'euros pour toute l'agglo. Soit environ 1.200 euros par habitant.
Le contrat d'agglomération 2011-2013 pour Saint-Pierre du Vauvray, c'est 120.000 euros pour la commune. Soit 50 euros par habitant. 24 fois moins.
C'est sûr qu'on n'embête pas la communauté d'agglomération. On peut continuer comme ça, et continuer à regarder notre commune se détériorer. Ou alors prendre aussi notre part. Il sera temps. Tout ploucs que nous sommes, nous participons à la vie et au développement de l'agglomération.
Pour remplir ces objectifs, tant que faire se peut, voici les 6 zones qui ont été identifiées. Cliquez sur une image pour en savoir plus :
le centre-bourgl'usine Labellela gare et l'accès au centre-bourgl'hôtel de villele stade et les bergesla ferme rue Gourdon et les écoles
Pour voir les propositions d'aménagement de chacune de ces zones, il vous suffit de cliquer sur une des images. Pour zoomer sur une image, cliquez simplement dessus. N'hésitez pas à apporter votre grain de sel...

Agglo Seine-Eure – rapport de la CASE 2011 : questions sur l’eau et l’assainissement, l’arrêt “Olivet” et les conséquences possibles sur la DSP avec Veolia.

Après avoir présenté le rapport de la CASE 2011, Régis Petit a répondu aux questions des élus.
La première, que le maire avait posée en préambule du conseil, au nom d'un élu - mais on sait pas qui, bref -, est reposée : "sur la question sur l'eau, y a pas de contrats qui sont illégaux, quand même ?"
"Non", nous dit Régis Petit. La question concerne l'arrêt "Olivet".
Je vous invite vivement à regarder cette vidéo, où, oui, la CASE admet toutes les dérives concessives qui ont pu être opérées dans le passé, les pratiques des droits d'entrée faits dans le passé. (Dans la pratique du droit d’entrée, le délégataire verse de l’argent à la commune concernée, qui semble être un cadeau, et qui n'est en fait qu'un prêt utilisé par les maires pour créer des installations publiques, faire baisser les impôts locaux, rembourser des emprunts,..., et que les usagers de la collectivité remboursent, sans le savoir pour la plupart, sur leur facture d’eau.)
M. Régis Petit nous rappelle que la CASE n'a fait qu'hériter d'une situation antérieure, où maires et présidents de syndicats d'eau ont confié, avant que la CASE n'hérite de 26 contrats tous différents, l'exploitation de leurs services publics d'eau, distribution et/ou assainissement, à des entreprises privées.
Les droits d'entrée, sur le territoire de la CASE, ont concerné les communes de Louviers et de Val-de-Reuil. C'était des pratiques acceptées, connues, reconnues que la loi n'interdisait pas. Lorsque pour prendre le marché, en 1985, le fermier a payé des droits d'entrée de plusieurs millions de francs, parfois plusieurs dizaines de millions de francs, il amortit cette somme sur la durée du contrat. L’agglomération devrait rembourser à Veolia la part non amortie des droits d’entrée pour sortir du contrat.
"Certains syndicats d'eau", nous dit M. Petit, "disaient au fermier : j'ai du mal à faire mes travaux, je suis obligé de faire des emprunts, pouvez-vous me rembourser mon emprunt ?". Le fermier remboursait sans problème l'emprunt à la commune ou au syndicat, mais prorogeait le contrat de telle date à telle date.
"Il y a des avenants qui ont été signés à cette époque là, des engagements qui ont été signés par les maires et les syndicats d'eau." "La CASE a hérité de cette situation là, et doit faire avec", nous a dit M. Régis Petit.
"Certains contrats avaient des "dérives concessives" : le syndicat demandait au fermier de renouveler un tronçon de canalisation, de rembourser un emprunt..."
"Les élus ont fait le choix en 2002 de dire : nous on veut plus de ça !"
Je trouve ça plutôt rassurant que la CASE ait fait le choix de mettre fin à dérives concessives. De mettre fin aux pratiques, désormais encadrées, des droits d'entrée.
J'entends qu'il reste cependant un passif que la CASE doit gérer. Et, de fait, ce sont les usagers de l'eau qui le paient encore dans leur facture d'eau aujourd'hui, en quelque point du territoire. Sans pour autant avoir forcément bénéficié localement à l'époque d'investissements faits avec les remboursements d'emprunts, ou bénéficié de baisses d'impôts locaux.
J'ai entendu avec plaisir que la collectivité assurait elle-même ses investissements, et remboursait elle-même - c'est à dire nous-mêmes - , ses emprunts.
Qui plus est, le rendement s'en est trouvé amélioré. On peut raisonnablement penser qu'une collectivité a plus intérêt à améliorer le rendement des canalisations pour maîtriser ses coûts.
Pour un délégataire, 1m3 vendu est 1m3 vendu, que 300 litres soient perdus dans les fuites du réseau ou se retrouvent dans les verres.
La collectivité, elle, a un double bénéfice à améliorer ce rendement : un bénéfice en terme d'économies, qu'on peut réinvestir dans l'amélioration du réseau, ou simplement ailleurs en libérant du budget. Et un bénéfice électoral, avec des usagers qui paieront le vrai prix de l'eau, et l'assurance d'une gestion durable.
Un réseau s'amortit sur 60 ans, nous a dit M. Petit, d'où ce chiffre de renouvellement de 1,2% par an qu'il faut tenir. Là encore, nous sommes dans des échelles de temps plus proches de l'investissement collectif - ce qui est fait -, que d'un contrat limité à 20 ans par la loi.
L'arrêt "Olivet", appelé par beaucoup "arme de négociation massive", permettrait en 2015 - à condition d'y faire appel avant, de sortir du contrat actuel, et de décider, soit d'une rénégociation d'un contrat avec un (le ?) délégataire, soit d'un retour en régie publique demandé par beaucoup.
Il n'aura échappé à personne que le nombre d'usagers et de collectivités qui demandent à revenir à des régies publiques de l'eau ne cesse d'augmenter : pour des raisons financières tout d'abord : les retours en régie publique s'accompagnent quasiment systématiquement d'une baisse des prix. Et aussi pour la qualité du service, la transparence de la comptabilité (même s'il y a un commissaire aux comptes dans une entreprise privée, la comptabilité publique et le suivi des contrats d'objectifs assurent une véritable information à l'usager), la maîtrise du cycle de l'eau, la maîtrise de la politique tarifaire (les premiers litres gratuits par exemple, les tarifs sociaux, ...).
Aujourd'hui, comme on peut l'apprendre au cours de ce rapport, la marge nette sur la distribution d'eau est de 7%. Soit un résultat net d'exploitation d'environ 700.000 euros par an. (688.448 € cette année, 718.615 € l'année précédente, ...).
Si on répercute ce résultat net annuel sur une période de plusieurs années, ou décennies, la somme peut donner à réfléchir ?
Mais comme l'a rappelé le directeur adjoint des services de la CASE, il y a un passif avec lequel doit faire la CASE. Ce passif inclut les droits d'entrée, comme on l'a entendu, et les dérives concessives dont il nous a parlé.
Mais de combien est ce passif ? Nous ne l'avons pas entendu. C'est l'inconnue de l'équation, qu'il serait bon que le public, et surtout les élus connaissent afin de faire le bon choix lorsqu'il s'agira de voter pour un nouveau contrat, une reconduction du contrat, s'il est démontré que les investissements pris en charge par le délégataire à l'origine du contrat ou par voie d'avenant ne peuvent être amortis, ou bien de choisir un retour en régie publique.
Quel aura été le résultats net d'exploitation sur toute la période du contrat pour l'eau ? Quel sera-t-il si l'on décide de prolonger ce contrat pour que le délégataire puisse amortir ses investissements pour la période à courir ? Quel est le montant du passif et des intérêts qu'il faudra rembourser, que l'on pourra comparer au résultat net qui sera cumulé sur les années à courir ? Ce sont des questions essentielles pour que les élus puissent faire un choix juste pour la collectivité et les usagers.
Que demande Jérôme Bourlet à nos représentants à la CASE ? Que si une étape administrative est nécessaire, le passage obligé par le DDFI, les élus ne restent pas dans l'administratif, mais fassent un choix politique pour l'avenir de la distribution d'eau sur notre territoire.
Nous avons entendu le maire dire que "ce débat là, on l'a déjà eu en commission". Et ? Quels ont été les arguments ? Les choix pris ? Les enseignements ? Nos représentants, d'ailleurs, se sont-ils prononcés pour une prolongation du contrat, une renégociation, ou pour un choix de retour en régie publique ? J'étais un peu étonné, je l'avoue, de voir le directeur adjoint des services de la CASE répondre à la place du maire de Saint-Pierre, alors que Jérôme s'était adressé directement au maire pour avoir une réponse politique, et afin de demander que ce débat soit porté politiquement au niveau de l'agglomération.
L'arrêt "Olivet" peut être une chance de rebattre les cartes sur la gestion de tout le cycle de l'eau sur nos territoires, au plus grand bénéfice des usagers, des contribuables, et aussi de la collectivité et des salariés. En terme de coût, de qualité, de sécurité et de développement durable. C'est un débat sur l'eau qui doit être porté au niveau politique. Pas un débat sous l'eau, noyé dans des considérations électorales court-termistes. Il y a de grandes chances en tous cas que l'arrêt "Olivet" s'invite au débat des municipales à venir...

Conseil municipal du 12 décembre 2012 – approbation du rapport d’activité de la CASE 2011

Les 12 décembre, c'est un conseil municipal un peu particulier qui nous est proposé : un invité de marque, puisqu'il s'agit de M. Régis Petit, Directeur Général Adjoint des Services à la CASE, qui vient en personne présenter dans son village le rapport d'activité de la CASE 2011. Nous l'en félicitons, et nous l'en remercions.
Le sujet principal de ce conseil sera donc le rapport d'activité e la CASE. Il y aura deux parties :
  • Le rapport d'activité, qui traite de toutes les compétences de l'agglo, et que vous visionnerez dans la vidéo ci-dessous,
  • Des questions/réponses qui porteront sur le pôle eau et assainissement de l'agglomération, du contrat d'affermage avec Veolia, et de l'arrêt "Olivet", qui fera un sujet en soi, du fait de sa longueur et de sa richesse.
    Je dis bien riche car c'est une vidéo très informative et pédagogique que vous pourrez écouter et regarder, et devant tant d'informations, j'ai sous-titré la quasi totalité de ces échanges.
Comme d'habitude, puisqu'il y a eu une séance publique du conseil municipal, un ordre est établi, Alain Loëb, maire de Saint-Pierre du Vauvray, traite de l'ordre du jour, pose une question sur l'eau, de la part d'un élu qu'il n'a pas nommé :
"J'ai eu des questions qui ont été posées sur l'eau", dit Aain Loëb, "une question notamment disant qu'on aurait renouvelé ou prolongé les contrats, et que ce serait pas légal. Puisqu'on aurait dépassé certaines durées. Donc la question, je vous la pose."
Dans un souci de clarté, je dois préciser que ni Jérôme Bourlet, ni Laetitia, qui savent tous deux que lorsque qu'une collectivité signe un contrat avec un délégataire comme Veolia les contrats sont plutôt "bétonnés", n'a posé cette question. Mais des questions ils en auront d'autres, et des réponses aussi.
Pourquoi je tiens à préciser que ce n'est ni Laetitia, ni Jérôme ? Parce que dans le compte-rendu de conseil, qui est d'ores et déjà placardé dans les panneaux d'affichage de la commune, on peut lire :
"Monsieur Le Maire informe monsieur Régis PETIT qu'un élu a contesté les choix de la CASE sur les contrats d'affermage estimant qu'ils étaient illégaux. Un flot de questions de Monsieur Bourlet de la Vallée sera fait sur cette allégation."
Un lecteur pourrait faire le lien entre les deux phrases de ce paragraphe, et penser que Jérôme estime que les choix de la CASE seraient illégaux. Il n'en n'est rien. Cependant, de vraies questions d'ordre administratif ou politique seront posées. Et aucune question ne sera basée sur cette allégation, comme vous pourrez l'entendre.
Début du conseil et rapport d'activité de la CASE 2011 :
En route sur cette première partie du conseil donc, avec :
  • des questions diverses sur des travaux de l'école à Saint-Pierre de Laetitia,
  • un rappel des droits à l'opposition de Jérôme, à laquelle le maire réplique : "Monsieur Bourlet de la Vallée, et madame Sanchez, je ne vais pas faire de droit, mais la dernière fois que vous avez pas accepté de siéger aux élections, de participer comme assesseurs, y a un texte qui dit qu'on aurait pu aussi vous faire démissionner, suite à cette... Vous aviez aucun motif légitime la dernière fois, vous avez pas voulu tenir le bureau [...]"
    Pas légitime ? les deux étaient tout de même candidats dans leurs circonscriptions aux législatives. Et Laetitia avait envoyé une demande de dispense à ce motif, sans réponse du maire. Il est assez étonnant de parler de motif illégitime, surtout que ces deux élus répondent toujours présent-e-s, sauf cette fois où ils étaient candidat-e-s dans leurs circonscriptions. Et avec demande de dispense.
  • le rapport d'activité 2011 de la CASE, compétence par compétence, qui sera présenté par monsieur Régis Petit,
  • une question sur les fonds de concours de la CASE de Jérôme,
  • une question sur le règlement intérieur de la CASE au sujet des élus qui peuvent ou non assister aux commissions, la réponse sera une réponse politique, et non réglementaire,
  • une question de Pascal Jedeau sur le pôle métropolitain (comme quoi, il n'y a pas qu'envers l'opposition qu'il y a des lacunes dans la communication, puisque nous avons trois délégués dans ce pôle). La question est très pertinente, et la réponse de M. Petit pédagogique. On ne parlera pas de la représentativité des commissions, mais nous en avons parlé ailleurs. Et Ici ou là.
Pour information, vous pouvez lire le compte rendu de la municipalité sur cette séance de conseil municipal, en cliquant sur le lien ci-dessous. Puisqu'il est déjà affiché sur les panneaux, malgré les demandes de rectification faites par Jérôme. Si toutefois celui-ci venait à être modifié, ce qui ne saurait manquer, je l'espère, , nous vous donnerons le lien vers le nouveau document en lien à ce moment là.
Outre la phrase citée plus haut sur le "flot de questions de Monsieur Bourlet de la Vallée [qui] sera fait sur cette allégation", ce qui ne correspond pas à ce qu'on peut vérifier facilement dans les vidéos, Jérome conteste un autre passage de ce compte-rendu :
"Monsieur Schwartz fait un parallèle avec les emplois fictifs, nos salariés ne sont pas des emplois fictifs. Monsieur Bourlet de la Vallée illustre cet argument par le poste d'un cadre de la CASE qui a un salaire convenable et dont les missions ne sont pas justifiées.
Il interpellera avec véhémence Monsieur le Maire pour le défier de poser la question au Président de la CASE."
Malheureusement, je n'ai pu filmer tout le conseil ce soir là, ayant été obligé de partir. Et ce moment n'y figure pas. Aussi je fais part de la réponse de Jérôme :
L’exemple du poste de la communauté d’agglomération Seine-Eure me permet d’illustrer la nécessité d’une fiche de poste. La fonction réalisée par ce cadre est utile. Mais elle est politique. Dans une institution, une telle fonction est réalisée par le cabinet du président.
Par conséquent ma remarque n’est pas de dénoncer, mais de clarifier les besoins d’un poste.
(Jérôme Bourlet)

Conseil municipal du 12 juillet 2012 : Val Liard, une voie privée sera entretenue par la collectivité

Nous avons vu que la voirie et des parcelles des Longs Champs passaient en domaine communal, et que la charge de celles-ci en revenait à la collectivité désormais.
Celle-ci est justifiée, comme je l'ai écrit ici : des rues ouvertes à la circulation pour les habitants du lotissement et aussi du village, le villabus, qui sert autant aux habitants du lotissement qu'à ceux des environs, les bus scolaire des écoles et collège, les manifestations, comme le cirque, et c'est tout autant une place qu'un parking utilisé par des camions et engins...
"Voirie Val Liard : domaine Communal", introduit Alain Loëb.
Cette délibération vise à classer une sente rurale en voie communale, afin qu'elle puisse être rendue carrossable par la communauté d'agglomération.
Mais contrairement à la voirie des Longs Champs, ce chemin n'est pas ouvert à la circulation, il n'est pas utilisé par les habitants de Saint-Pierre du Vauvray, ni pour se promener, circuler, ou se garer. C'est une voie marquée en impasse, avec un panneau marqué voie sans issue, et un panneau de sens interdit qui en barre l'accès. Comme on peut le voir sur la carte Google Map, en lien sur la carte à gauche, il s'agit d'un ancien chemin qui reliait au plus court le centre du village, sur la rue de l'église à la route au sommet de la colline.
Contrairement aux Longs Champs, cette parcelle ne dessert qu'une seule maison. Et ce chemin donne accès à un des réservoirs d'eau. Plus accessible selon les explications de Claude Laroche par le haut que par le bas.
Seule la parcelle qui va jusqu'à la maison sera rendue carrossable.
Jérôme demande qu'il y ait une étude de foncier prouvant que la commune est bien propriétaire de la parcelle.
"On est dans le domaine trentenaire, c'est pareil", répond Alain Loëb. "Il y a des parcelles à un moment donné, des parcelles en longueur qui appartiennent à des propriétaires. Ils en ont jamais rien fait dessus, ils l'ont jamais cultivée, en fin de compte c'est devenu un chemin parce que ça les arrangeait de l'utiliser en chemin, pour tout le monde, pour l'accès des habitants et de la collectivité, aujourd'hui, ce chemin il est utilisé pour donner accès à des habitations..."
"A UNE habitation", corrige Jérôme.
"Le château d'eau, une habitation, mais c'est un citoyen qui paie ses impôts comme les autres", répond le maire.
Claude Laroche nous parle alors de son expérience, lorsqu'il avait accompagné la CGE (compagnie Générale des Eaux) Vivendi : Il était alors intervenu sur les trois réservoirs. Le château d'eau ne posait pas de problème, le second réservoir non plus, mais pour le réservoir intermédiaire, l'accès semble moins facile. Selon l'adjoint, Claude Laroche, il faudrait rencaisser et rendre carrossable, au moins jusqu'au réservoir intermédiaire. Le maire de son côté ne parle de rendre le chemin carrossable que jusqu'à la maison.
S'agit-il donc de rendre le chemin carrossable pour l'habitation, ou pour l'accès au réservoir intermédiaire ? C'est bien ce qui sera difficile de démêler dans ce débat. Car les arguments tournent autour du droit de la personne de disposer d'une route carrossable jusqu'à son habitation, du fait que le maire s'y est rendu et il n'est pas facile de faire demi-tour (il dira plus loin, on ne peut pas faire demi-tour) ; du fait que celui-ci paye des impôts.
Alain Loëb revient ensuite, pour comparaison, aux gabegies qui ont pu être commises : le chemin de halage, dans le cadre de la voie verte, qui au bout d'un an et demi était complètement détruit.
Il comparera ensuite ces travaux à venir avec ceux de l'île du Bac. En voies privées depuis 1954, elle est devenue depuis, par le fait de constructions, une voirie où la collectivité a participé.
Jérôme est d'accord, parce que sur l'ile du bac, cela concernait un nombre important d'habitants.
Jérôme parle plutôt d'une convention avec Veolia (qui est en charge des réservoirs), qui permettrait d'en faire l'entretien et de reboucher les trous, plutôt que de classer la desserte de cette maison en voie communale. Il pointe du doigt le risque de voir les demandes s'accumuler, et parle des responsabilités de la collectivité, que l'on prend lorsqu'on classe une voie privée en voie communale.
Alain Loëb intervient alors pour expliquer qu'historiquement, on a laissé construire, puis s'agrandir, et donc qu'il faut aujourd'hui le régler à un moment. "on peut pas rester et dire : oui, ça risque de nous coûter cher, et caetera".
Il y a une question qui n'a pas été posée, et que je trouve importante à ce niveau de dépense : la maintenance de ce réservoir intermédiaire est effectuée combien de fois par an ? S'agit-il de 2 allers-retours par an ? Le jeu en vaut-il la chandelle (et pas de bouts de chandelle) ?
Après avoir entendu les arguments, Jorge Pinto propose de reporter la délibération.
Le maire dit alors à Jorge Pinto : "Suspension de séance. On en discute. Suspension de séance !"
La majorité s'isole pour recadrer les positions. Il semble que le débat autour de cette délibération n'intéresse ni le public, ni l'opposition. Et si même le premier adjoint, après avoir écouté les arguments, est prêt à remettre la délibération à plus tard, le maire n'entend pas cela de cette oreille. L'autorité, avec un grand T, va donc devoir s'exercer...
Au bout de quelques instants, "L'audience est reprise. On a pris bonne note de vos remarques", dit Alain Loëb, avant même que tous les conseillers de la majorité aient pu regagner leur siège. "Et on va passer maintenant à la délibération."
"Qui est contre ? Trois. Qui est pour ? A l'unanimité !" Quel optimisme ! "A la majorité, excusez-moi", dit le maire.
Jérôme posera enfin la question d'une famille de Saint-Pierrois, qui habite tout au bout de l'Allée du Roule, et dont l'accès n'est absolument pas carrossable. Même les véhicules de secours font demi-tour, tant les ornières rendent l'allée impraticable.
"Là, c'est différent", répond le maire.
"Pourquoi c'est différent ?", demande Jérôme.
Alain Loëb : "Là, c'est même pas un chemin... [...] Nan, c'est pas un chemin communal. On regardera, [...], j'en suis presque sûr"
Enfin, c'est juste l'allée du Roule !..
Le classement en voie communal est donc voté. Repassons la liste des arguments pour ou contre la délibération :
Les arguments pour passer la desserte en voie municipale :
Concernant le réservoir intermédiaire :
Pour les partisans du oui à la délibération :
  • Le réservoir doit être accessible par Véolia. L'opérateur y fait au moins 2 allers-retours par an.
  • Il est accessible par le bas, mais serait plus accessible par le haut, et pour cela, il faudrait rencaisser la voie et la rendre carrossable au moins jusqu'au réservoir intermédiaire.
Pour ceux qui mettent en question la délibération :
  • Il n'est pas prévu de rendre la voie carrossable jusqu'au réservoir intermédiaire, seule la desserte de la maison est prévue. Cela ne résoud pas le problème de l'accès au réservoir.
  • Pour si peu d'allers-retours par an (deux minimum), est-il nécessaire d'investir une somme importante ?
Concernant l'habitation (puisque le débat et les arguments ont porté pour l'essentiel sur l'habitation elle-même)
Pour les élus favorables au classement en voie communale :
  • C'est un citoyen qui paie ses impôts comme les autres.
  • "On" a laissé la maison se construire et s'agrandir, il faut régler cela.
  • Il est difficile de faire demi-tour en rendant visite à la propriété.
  • Le chemin de halage, dans le cadre de la voie verte, était complètement détruit au bout d’un an et demi et a coûté beaucoup plus cher.
  • La collectivité a participé à la voirie pour l'île du bac.
  • Ce n'est pas pareil que l'habitation de la famille qui habite au 153, allée du Roule. Ce n'est même pas un chemin, ce n'est pas un chemin communal, le maire en est presque sûr.
  • "On est dans le domaine trentenaire, c'est pareil" [Par Alain Loëb : que les Longs Champs, délibération précédente, NdR]
Pour ceux qui posent des questions :
  • C'est une voie fermée à la circulation, qui ne dessert qu'une seule habitation. Cela n'a rien à voir avec les Longs Champs.
  • Si "on" a laissé se construire et s'agrandir une maison, cela s'est fait en connaissance du statut privé de l'accès.
  • La charge va passer du privé à la collectivité, même si le citoyen paie ses impôts comme tout le monde.
  • Cela va monopoliser les fonds de la CASE pour Saint-Pierre du Vauvray, est-ce LA priorité alors qu'on pourrait désenclaver et sécuriser les Longs Champs, par exemple ?
  • Rencaisser la desserte jusqu'au réservoir intermédiaire pourrait se faire au travers d'une convention qui serait passée avec Véolia pour rencaisser la desserte, épargnant la dette publique à la collectivité.
  • Ce qui est fait pour un habitant est refusé pour un autre, pour une voie dans un état encore plus délabré. Le maire ne situe pas la localisation de cette habitation (allée du Roule). Ou qu'il estime que l'allée du Roule à cet endroit n'est "même pas un chemin", "pas un chemin communal".
  • Accepter qu'une voie soit classée en voie communale, et y effectuer des travaux pour la desserte d'un seul particulier, c'est aussi accepter de prendre la responsabilité, et d'avoir dans l'avenir d'autres demandes, parce que la parcelle sera devenue voie communale, comme le dit Jérôme.
  • Ce n'est pas parce que la collectivité a participé à la voirie de l'île du bac, ou des Longs Champs qu'il s'agit de la même situation. Dans les autres cas, il s'agissait de nombreuses habitations et d'une voirie libre à la circulation.
  • On ne peut pas justifier des travaux de voirie important du fait que l'on a dépensé 150.000 euros pour refaire le chemin de halage entre Lormais et Saint-Pierre du Vauvray, et qu'il a été détruit (à propos, qui l'a détruit ?).
  • Au-delà du plaisir compréhensible que l'on a à faire plaisir à un habitant, quels sont les avantages qu'en tire la collectivité ?
La question n'est pas tant de savoir si la maison du Val Liard serait plus pratique et confortable pour ses habitants, ou prendrait de la valeur avec ce classement et la réfection de l'accès. Ce serait tant mieux pour tout le monde, tant qu'on a de l'argent pour effectuer les travaux. La question est bien de savoir si c'est la priorité pour la collectivité. Le classement de la voie engage la commune et la communauté d'agglo, et ces travaux monopoliseront des fonds indisponibles pour d'autres opérations, et qui sont déjà dans le domaine municipal.
Lorsque j'entends "on ne peut pas rester, oui ça risque de nous coûter cher et caetera", je pense que les coûts devraient bien être envisagés et pris en compte dans toutes les décisions. Elles engagent les habitants de notre commune, mais aussi tous les contribuables de la CASE.
Évidemment, il est agréable de faire plaisir à un habitant de Saint-Pierre. C'est toujours préférable d'être remercié et apprécié pour des travaux qui seront payés par l'agglomération. C'est une situation bien plus enviable que de mettre en question cet investissement. Mais est-ce bien l'intérêt général  ? (Où ai-je entendu cette phrase : "l'intérêt général n'est pas l'addition des intérêts particuliers" ?)
La décision a été prise par la majorité. Enfin, par le maire, puisque, à un moment, la délibération a failli être reportée, à la demande du premier adjoint, Jorge Pinto, avant que la séance ne soit immédiatement suspendue. Tant mieux pour cet habitant, qui pourra remercier le maire. Et comme quoi, on peut se poser des questions.
Au fait, combien cela coûtera-t-il ? Nous n'avons eu aucune projection, aucune estimation.

Les projets du pôle métropolitain CREA-CASE : contournement Est relancé, plateforme logistique à Pitres-Le Manoir (sans les rails) et démocratie participative en berne

Souvenez-vous, c'était en avril dernier : Franck Martin, Président de la Communauté d'Agglomération Seine Eure, écartait ses prétendus opposants - les écologistes et... le maire de Val de Reuil - en leur refusant d'être représentés au sein du nouveau pôle métropolitain. Les uns et les autres auraient pourtant pu apporter des points de vue enrichissants sur les thèmes abordés.
Lundi 14 mai 2012 avait lieu la première séance du pôle métropolitain, à Louviers. A l'ordre du jour, l'adoption du budget du pôle, soit 55.700€, permettra de réaliser des études pour les futurs travaux qui seront, eux, beaucoup plus coûteux.
Trois axes avaient été évoqués pour le pôle métropolitain : Le tourisme, l'économie, le transport.
Le tourisme est évoqué, en parlant d'établir une carte touristique du pôle métropolitain. Nul doute qu'elle sera utile aux nombreux touristes qui viennent visiter la Normandie.
Côté économie, ce sont les plateformes logistiques qui sont mises en avant. Côté CREA, c'est le développement de Seine Sud qui se poursuit, côté CASE, il s'agit de la plateforme Pîtres-Le Manoir. Il ne faudra pas oublier de rayer ces deux communes de la carte touristique du pôle métropolitain !
Les écologistes ne sont pas contre les plateformes multimodales, quand elles ont un sens économique, et qu'elles respectent les habitants, l'environnement, et la biodiversité. Nous ne pouvons pas adhérer non plus à une vision non concertée du territoire, la plateforme bimodale (Seine - camions) ne pouvant que s'inscrire dans une vision globale de l'aménagement de la Seine et du "Grand Paris". Les perspectives de développement se basent sur les besoins qui ont été estimés en 2009 à 225 hectares d'entrepôts et 500 hectares de zones logistiques. Or le foncier est rare autour de la Seine. Et il est cher. Aussi, la plateforme de Pîtres-Le manoir pourrait représenter une opportunité pour créer ces zones, fort peu créatrices d'emplois, et dévastatrices en terme d'environnement.
Il n'y a pas pour l'instant de projet global de l'aménagement de la Seine, du Havre à Paris. Aussi on cherche les places libres, et on développe des projets locaux, sans concertation, avec l'espoir de montrer un visage dynamique.
Et puis ce projet sous-tend un autre projet cher à Laurent Fabius depuis des décennies maintenant : l'ex-rocade-est, retoquée, devenue l'ex-contournement-est, et qui s'appelle désormais la liaison CASE-Rouen. Du bonneteau auto-routier. C'est à dire, à l'instar de la sud 3 qui a désengorgé l'accès Sud et ouest de Rouen, avec le sixième franchissement, une (auto)route qui viendra dégager cette fois l'accès nord et est de Rouen. Puisque l'accès sud-ouest s'appelle la sud 3, je propose de lui offrir un nom plus poétique et complémentaire de la sud trois. Nord dans l'âme, nord aux trousses, ou nord subie.
Elle sera subie, cette (auto)route. D'abord par la dévastation du territoire, et aussi par l'afflux massif de camions. L'entrepreneur le plus riche du territoire deviendra peut-être celui qui pensera à installer des stations de lavage automatique de poids-lourds. Et tous les habitants de la CASE seront concernés. Pas comme travailleurs, comme riverains : sécurité, bruit, pollution, sans parler de nos boucles qui sont parmis les plus belles de la Seine.
Ceci sans vision globale, ni du "Grand Paris", ni des besoins logistiques nationaux et européens.
D'autres projets sont à l'étude : la LNPN, une vision non partagée par beaucoup d'acteurs, les déplacements vers les universités - ô combien d'accord, les universités, et aussi la culture, les hôpitaux, le divertissement, le travail, enfin une régionalisation et une vision du territoire par ses habitants -, la liaison CASE-Elbeuf, des plateformes de co-voiturage...
Laurent Fabius l'a dit : "Un vaste programme qu'il faudra peut-être resserrer."
Les plateformes de co-voiturage seront peut-être conservées, tant elles coûteront peu cher, avec un impact significatif en matière de communication.
Ce que j'aimerais pour ma communauté d'agglomération :
  • Ne pas mettre la charrue avant les boeufs en installant une plateforme bimodale, avant que le plan du "Grand Paris" et de l'aménagement - ainsi que de la protection - de toute la Seine ne soient établis.
  • Il faut une transition écologique de l'industrie. Le cas de M Real, un site visité par tous les candidats à la présidentielle - ou leurs ministres de l'époque -, sauf Marine Le Pen, est un cas d'école. De par sa haute performance dans plusieurs secteurs d'avenir (recyclage du papier, chaudière biomasse, production de pelets pour le chauffage à partir des déchets) et sa situation idéale en bord de fleuve - permettant le transport du papier et des pelets par péniches - ce site doit absolument conserver sa vocation industrielle et les emplois qui vont avec. Les projets logistiques ne peuvent pas remplacer de vrais projets de maintien industriel comme celui-là, dans des filières et pour des emplois durables.
  • La loi dite "Petroplus" votée le 29 février dernier, pour éviter le détournement d’actifs par un groupe défaillant. Les amendements nécessaires, que tout le monde savait qu'ils allaient être rejetés par l'UMP, peuvent enfin, avec la nouvelle majorité, être de nouveau proposés. Il faut éviter l'évasion de l'activité et des emplois. Il faut rendre obligatoire pour un groupe défaillant l’examen des propositions de reprises qui lui sont soumises, et l’obliger à céder le site si l’une des offres proposées reçoit la validation du tribunal de commerce et un avis positif des instances représentatives du personnel. Il n'y aura plus d'obstacle après les législatives pour ne pas proposer ces amendements, si la volonté existait lorsque l'UMP avait la majorité. Pour M-Real, c'est plus qu'urgent, pour les plans sociaux à venir, c'est indispensable.
  • J'aimerais que les populations soient prises en considération : des débats publics doivent être organisés avant d'engager des chantiers de l'ampleur de "l'axe Case-Rouen" (le contournement est) ou de plateformes logistiques qui vont amener des milliers de camions en plus sur les routes. Nous proposons que les débats ne soient pas enterrés dans un pôle métropolitain non représentatif, ni de la population qui n'en a pas élu les membres, ni du territoire (Val de Reuil en est absent), ni de l'ensemble des partis politiques.
    Les habitants, premiers concernés, ne sont pas écoutés. Personne à Pîtres ne peut rêver d'un village coupé en deux, de passer de la campagne à la zone industrielle, et de voir les camions envahir le territoire. Ces projets sont portés par les Chambres de Commerce et d'Industrie (CCI), mais les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Les entreprises de logistiques n'apportant aucune valeur ajoutée, elles ne paient pas de Cotisation à la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE).
    Les habitants paieront donc avec la taxe d'habitation. Ils paieront l'entretien des routes défoncées par les camions, et ils subiront les pollutions, les risques, et les nuisances.
    Les habitants et élus de Val-de-Reuil sont écartés du pôle métropolitain. Comme le sont ceux de la communauté de communes Seine Bord, premiers impactés par les projets en cours. Oui, les conseilleurs ne sont pas les payeurs.
Les transports pour les décennies que couvrent les investissements doivent être réfléchis. Le train, transport du passé, du présent, de l'avenir doit être envisagé sans main-mise ni tabou, dans une perspective de développement heureux du territoire et de déplacements pour tous les habitants. Messieurs (j'aimerais dite "Mesdames Messieurs", mais il y a loin de la coupe aux lèvres...), bien du travail nous attend, en amont jusqu'en aval : commençons par faire le travail en amont. Pour un développement tenable et durable du territoire, et le bonheur des habitants.
Aujourd'hui, la nomination d'une écologiste, Cécile Duflot, au Ministère de l'Egalité des Territoires apporte l'espoir de ce développement qui réconcilie les territoires. Dimanche, elle déclarait dans le JDD : "Aujourd’hui, on ne peut pas séparer la question écologique de la question sociale, c’est le sens du ministère de l’Égalité des territoires. Je serai la ministre des villes et des campagnes, qui va travailler sur la réponse à donner à un prix de l’essence qui atteint bientôt 2 euros le litre, agir contre les inégalités et pour le retour des services publics dans les zones rurales et dans les quartiers."
Elle aura aussi en charge l'aménagement du Grand Paris et de "l'axe Seine" : ce fut le thème de son déplacement de février dernier en Normandie, sur la colline des Deux Amants, où elle a défendu la vision d'un développement respectueux des hommes dans leur environnement, qui concilie le respect du patrimoine naturel et d'une industrie vivante. A la confluence de la Seine et de l'Andelle, avec en arrière plan l'usine M-Real, elle twittait ainsi : "Les écologistes défendent la préservation des violettes des éboulis calcaire ET une industrie vivante."

Pôle métropolitain CREA-CASE : les représentants de la CASE ont été nommés, la réprésentation ne représente pas la communauté d’agglomération !

Aujourd'hui, c'est un jour spécial, c'est Pâques. On va pouvoir aller trouver les oeufs dans les jardins, croquer tout crus les petits lapins qui se cachent dans les fourrés, et on va voir les cloches voler en escadrille. Si, si. Levez le nez, et avec un peu de chance... Joyeuses Pâques.
Mais je ne suis pas venu pour vous parler des cloches de Pâques, je voulais vous parler de la représentation de la CASE au pôle métropolitain.
Les représentants de la CASE au pôle métropolitain CREA-CASE ont donc été nommés.
Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil ayant été écarté de la liste des délégués pour opposition, les élus de Val-de-Reuil ont boycotté cette élection.
Voici donc la liste des délégués de la CASE (roulements de tambour...) :
Commission développement économique :
Andé (1)
  • Jean Legoff
La Haye-Malherbe (2)
  • Olivier Desplats
  • Jean-François Laborde-Padie
  • Mathieu Traisnel
Léry (1)
  • Jacky Gasnier
  • Chantale Picard
  • Roger Leblond
Poses (1)
  • Didier Piednoël
  • Eric Jammet
Saint-Pierre du Vauvray (2)
    • Alain Loëb
    • Pascal Schwartz
    • Véronique Brethiez-Julia
    Commission tourisme :
    Andé (1)
    • Denise Vard
    Léry (1)
    • Dominique Douche
    • Pauline Blasquez
    • Isabelle Momplay
    • Marie-Hélène Gateau
    • Jacques Hue
    • Marie-Christine Calmon
    • Véronique Bertrand (Klepal)
    Saint-Pierre du Vauvray (1)
    • Claude Laroche
    • Agnès Halbout
    • Lauris Oberkampf de Dabrun
    • Sylvianne Loret
    Commission transports en commun :
    Andé (1)
    • Lionel Legrix
    • Paul Emaer
    Léry (1)
    • Jean-François Petit
    • Pauline Blasquez
    • Edwige Laquerrière
    • Dominique Hébert/li>
    Poses (1)
    • Thierry Jimonet
    • Eric Jammet
    Saint-Pierre du Vauvray (1)
      • Alain Loëb
      Surville (1)
      • Alain Renaux
      La Vacherie (1)
      • Jean-Claude Courant
      • Eric Bordet
      Un pôle métroplitain qui évacue Val-de-Reuil de l'agglo, c'est une farce ?
      Franck Martin avait prévenu : "la CASE est une structure un peu originale dans le domaine puisqu'effectivement, elle ressemble peut-être plus à un village gaulois. Il n'y a pas de structuration entre une majorité et une minorité, il n'y a pas de structuration politique à proprement parler, dans les instances de la CASE, c'est un "subtil" équilibre entre les représentations territoriales, et les compétences propres de chacun. Il fallait garder une place au chaud pour une représentation ultérieure de l'agglomération Seine-Bord, dans l'hypothèse d'un mariage heureux fin 2013."
      Il l'avait dit : "La CASE fera comme d'habitude, fera entre ceux qui sont intéressés, ceux qui ont une compétence particulière, ceux qui souhaitent s'investir parce qu'il sont dans la commission de développement économique, la commission tourisme,..."
      Val-de-Reuil, 2ème ville de la CASE en population et 1ère en terme économique, la ville qui héberge la gare SNCF, centrale donc en termes de transports, une ville qui possède des centres sportifs et de loisirs, des théâtres, salles de concerts, cinéma, des écoles, collèges et lycées, un pôle de compétitivité dont on connaît tous l'importance, quatre des plus grands data-centers de France, et j'en passe.
      Marc-Antoine Jamet a été éliminé. Cela nous conduit à cette situation ubuesque : Saint-Pierre du Vauvray a 4 délégations, deux au développement économique, une au tourisme et Alain Loëb aux transports en commun. Aucune délégation pour Val-de-Reuil ?! Pour les transports en commun, nous avons d'un côté un maire qui a présenté ici son PDU, qui pose la question de la nécessité d'une navette entre la gare de Val-de-Reuil et Saint-Pierre du Vauvray, lorsque la CASE proposait cette navette. D'un autre côté, le maire de Val-de-Reuil, présent lors du débat public de la LNPN, qui se bat pour sa gare et ses transports en commun. On peut-être d'accord sur de nombreux points avec Jamet, en désaccord sur d'autres, mais force est de constater que c'est une personne, et à priori, une équipe, qui connaît le sujet, qui a la connaissance des dossiers, et une vision pour sa ville et sa région en matière de transports en commun et qui a des arguments solides. On accepte dans la commission le maire de la Vacherie, qui s'opposera de toutes ses forces à ce qu'on étudie même une ligne Rouen-Evreux, mais pas de Jamet, capable pourtant d'échanger des arguments avec Guillaume Pepy, et de présenter une vision cohérente de transports pour le territoire.
      On élimine donc une commune qui est une cheville ouvrière de la communauté d'agglo, on élimine des acteurs écologistes qui déplaisent, mais capables, eux, de présenter un cahier d'acteur lors du débat sur la LNPN, de proposer un nouveau scénario qui sera retenu par RFF comme alternative sensée, et qui militent pour les transports en commun, pour présenter face à la CREA des délégués dont d'aucuns ne jurent que dans le déplacement individuel en automobile.
      On marche juste sur la tête. En face, au moins, côté CREA, ils sont capables de présenter des délégations représentatives des partis et des débats politiques, même si, au final, numériquement et par jeux d'alliances, c'est Fabius qui commande. Et même si je continue de penser qu'il ne s'agit là que d'une feuille supplémentaire ajoutées au mille-feuilles, contrairement à ce que dit Laurent Fabius.
      A la CASE, non, c'est... le fait du prince. Le pôle devait apporter soi-disant de la souplesse. En éliminant une Val-de-Reuil, qui est une des jambes de notre communauté d'agglo, et écartant des personnes compétentes et représentatives, ce n'est plus de la souplesse : c'est l'enterrement de 1ère classe du débat politique et d'un développement équilibré du territoire.
      Verra-t-on la CREA et Laurent Fabius aborder des dossiers avec la CASE comme si de rien n'était ? Ce n'est plus un pôle, c'est une farce !

      Suivez nous

      suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
      Europe écologie les verts - EELV