Accueil > commune > Voeux du maire de Saint-Pierre du Vauvray pour 2011 : pas de plagiat, mais un peu d’hommages…

Voeux du maire de Saint-Pierre du Vauvray pour 2011 : pas de plagiat, mais un peu d’hommages…

mot-du-maire-thumb

Le bulletin municipal annuel de la commune de Saint-Pierre du Vauvray est sorti, accompagné des voeux du maire, d’une rubrique “au fil des réunions du conseil”, d’une autre “au fil de la commune”, d’informations utiles (conseil ERDF !), de l’annuaire des assos, des commerces (très utiles pour les deux derniers)…
Après les voeux de Jérôme, c’est donc le maire qui tient à nous souhaiter une bonne année. Je le lis, cela nous concerne tous en tant que citoyens. Et je souris un peu, du fait d’un style, disons, décousu ;)
Une simple recherche sur Google nous indique d’où vient ce style un peu alambiqué : En cliquant sur la photo, vous aurez, en jaune les emprunts (les partages ?), ou hommages que rend notre maire à ses pairs :
L’entrée dans une nouvelle année est un moment privilégié où se dessinent et s’expriment des vœux et des projets. Cela va de l’écolier qui promet de bien faire ses leçons ou de bien se tenir à la cantine, des familles qui envisagent de s’agrandir ou de déménager, des entreprises qui parient sur un développement… et les communes qui annoncent les réalisations envisagées dans l’année.
Distré (Saint-Pierre du Vauvray) ne dérogera pas à la tradition, et j’aurai plaisir lors de la cérémonie des vœux à vous exposer nos ambitions pour 2011, toujours dans l’esprit que notre village demeure une cité rurale et accueillante.
C’est ensuite à Roger CAIZERGUES, maire de Lavérune, une commune proche de Montpellier, que le maire emprunte le chapitre suivant :
Lavérune est aussi bien implanté dans le présent :
Ses habitants ont l’occasion de se rencontrer dans de multiples manifestations soutenues par la municipalité et les associations dont les réalisations nombreuses facilitent l’accueil et l’intégration d’une population jeune.
c’est un village où il fait bon vivre, où toutes les énergies se conjuguent pour dynamiser la vie locale, où les Lavérunoises et Lavérunois ont encore le privilège de pouvoir communiquer entre eux et avec les autres.
2011 se profile à l’horizon, et nous voilà déjà à l’orée d’une nouvelle décennie. Que nous réserve l’avenir de ces dix prochaines années ? Certainement quelques réponses concrètes sur la qualité de notre environnement, et peut-être, espérons-le, plus de partage entre les hommes.
Pour les questions proches de votre quotidien, sachez que la réforme des collectivités locales réduit la marge de manœuvre des élus locaux.
C’est pourtant nous, qui sommes le lien direct et légitime de vos préoccupations en tant que grands parents, parents ou enfants résidents d’une commune. En cette période de crise, où l’avenir de certains financements par l’État est de plus en plus incertain, nous devons plus que jamais rassembler nos efforts.
Certains travaux sont en cours de finalisation, des marchés publics viennent d’être passés et nous verrons très prochainement des nouveaux chantiers commencer.
[…] Le 14 janvier à 18h salle Eugène Lacroix, est la date qui a été choisie, afin que l’équipe municipale et moi-même vous présentions les vœux autour d’un apéritif dînatoire.
Nous serions heureux de voir un maximum d’entre vous venir à notre rencontre afin de préserver ce lien social indispensable à notre société.
Je m’adresse aux nouveaux arrivants, vous souhaitant la bienvenue, vous invitant tout naturellement à participer aux vœux du 14 janvier et si cela n’a pas été fait à vous faire connaître à l’accueil de la mairie. Nous souhaiterions vous rencontrer avec les présidents des associations de notre village afin de mieux vous connaître le……..dans la salle de la mairie.
Le recensement de la population de notre village va se dérouler du 20 janvier 2011 au 19 février. Je souhaiterais que vous acceptiez de recevoir les agents qui viendront se présenter à votre domicile afin de recueillir les renseignements nécessaires. Ce recensement est très important pour l’évolution de notre collectivité et sa gestion. Par avance soyez-en remerciés. [ndr : même les dates correspondent !!! ]
Au nom de la municipalité, je souhaite que la nouvelle année déborde de bonheur et de prospérité et que tous les voeux formulés deviennent réalité”
Fascinant, n’est-ce pas, cette proximité en un maire et ses pairs ;)
Bref, il reste tout de même la moitié de la page, pour décrire à la fois les actions menées par la communes (et surtout la CASE et le SIEGE), et tacler les premiers adjoints, ceux qui ont permis l’élection du maire, et qui ont tenté de faire appliquer le programme électoral. Naïfs ! La détermination de la mairie n’est pas entamée, et le maire nous demande notre confiance.
Pourtant, la confiance se méritant, le débat promis sur la cantine de l’école de Saint-Pierre du Vauvray n’a pas eu lieu. Et déjà dans ce bulletin, on peut lire que la classe “libérée” a été remise en état en vue d’y mettre en place un seul service de cantine. Je ne reviens pas sur le débat (enfin…), je me suis déjà exprimé sur le sujet ici.
Un autre débat a lieu au sein de l’équipe municipale (enfin, un question répétée et déboutée, ou remise en cause, ou reportée, depuis près de 2 ans. Là c’est reporté au mois de juin. Alors qu’en mai dernier, il avait été convenu d’ouvrir le débat avec les parents, avant le mois de janvier, jugé plus propice au changement de tarif). Donc en juin, la municipalité reportera à décembre après en avoir discuté avec les parents, ce qui ne sera pas fait, et on retombe dans la boucle temporelle, et en 2012, et la marmotte…
Cela dit, c’est intéressant : suite à la question posée sur le quotient familial, je lis dans le bulletin que les conseillers (tous ?) rappellent qu’une assistante sociale sociale se tient à la disposition des familles en difficulté, ainsi que le CCAS (dont le budget a fondu de 40% parce qu’il n’est pas utilisé. Encore faut-il communiquer, écouter, comprendre, et accorder les crédits. Je ne suis évidemment pas de ceux qui ont accès à ces dossiers).
Je lis aussi que l’instauration d’un quotient famiilal permettrait d’aider les familles à faible revenu aux dépens (ne prend pas de d) des familles plus aisées. Pas aux dépens ! Mais par solidarité, nous “facilitons l’accueil et l’intégration”, “nous privilégions la communication entre tous”, “nous devons plus que jamais rassembler nos efforts”, “pour la réussite collective pour cette communauté qui nous est chère”, non ?
Quant à la fuite des parents du fait qu’ils paieraient trop chers, soyons sérieux : les tarifs des enfants hors-commune sont si chers que cela ne représente guère de risque de désertification. Tant que le service est à la hauteur des ambitions des parents pour leurs enfants.
Bref, tout cela est fort sympathique, mais nécessite des ajustements. Vastes débats à venir (et nous y reviendrons), c’est le sens de l’ouverture qui se fera en 2011, si j’ai bien compris le voeux.
En attendant, et à titre personnel, je vous souhaite la meilleure année possible, avec le plus de bonheur possible, des amis pour festoyer et se soutenir, et dans les moments difficiles, des épaules pour s’épancher. Je vous souhaite la prospérité, et de surtout, ne pas vous appauvrir. Bonne année.
nono

déjà 4 commentaires pour cet article

  1. Jan 2011
    14
    18 h 34

    avec humour, on peut dire que notre maire est très inspiré par Patrick Poivre d’Arvor.

    jérôme bourlet

  2. Jan 2011
    15
    1 h 08

    Ah, ah ;) Jérôme, le fait que la rubriques “au fil des conseils” commence par un règlement de compte avec toi, Laetitia et Benoît, en 2008 et 2009 est assez plaisant pour qui aime sourire…
    Mais il reste des sujets sérieux. En fait, c’est pas grave si le maire fait sa communication en s’appuyant sur le travail des autres. Je ne pense pas aux emprunts de textes – je suis sûr que les maires qui ont écrit leurs voeux n’y verront pas d’inconvénient. Disons que j’aurais préféré un texte certes plus court, mais plus personnel. Même simplement un traditionnel “je vous souhaite une bonne année, une bonne santé, et caetera”.
    Les sujets qui concernent la commune doivent être expliqués, débattus, et défendus. Avec les becs. Avec les ongles si besoin. Pour l’école numérique, il avait fallu convaincre (http://www.saintpierre-express.fr/inauguration-de-lecole-numerique-rurale-de-saint-pierre-du-vauvray/). Il y a Le service unique de la cantine, où on mélangera les petits et les grands, avec des rythmes différents, qui risque d’être négatif sans l’accompagnement des élèves, sans prise de conscience des besoins des petits, plus de boucan aussi. La décision est prise sans débats, de façon efficace ou autoritaire selon le point de vue.
    C’est aussi, dans l’actualité, les horaires du bus scolaire, que l’on a failli récupérer aux horaires précédents, mais le maire, et la CASE, ont estimé que les “nouveaux” horaires ne posaient pas de problèmes. Pas grave si les parents qui utilisaient le service y renoncent pour le bien de leur enfant. Pas grave si les parents qui travaillent de nuit sont obligés de se réveiller en avance, pas grave si l’écologie et la sécurité routière y perdent, les files de voitures s’allongeant devant l’école… Rien de grave : des économies.
    Pour info, pour avoir eu la CASE au téléphone, les moyens seront adaptés à la fréquentation. S’il y en a moins ce sera un bus plus petit, puis si le service n’est plus utilisé par les petits usagers, bah, on le supprimera.
    Pas grave encore si les assos, qui sont au coeur de la vie de la commune, cherchent désespérément de l’aide. La mairie promeut son action de don exceptionnel de 300 € de tatamis, et met en ligne un billet qui relate la mise en danger financier de cette asso qui a décidé de financer elle-même les tatamis, pour que l’activité perdure à Saint-Pierre du Vauvray.
    Pas grave tout ça, pas grave. Comme il n’était pas grave de refuser une navette vers la gare de Val de Reuil.
    Tous ces petits “pas grave” s’accumulent, et ça commence à peser.
    Alors j’espère que les voeux sont sincères, et que la municipalité va s’ouvrir au débats, dire merci des fois, tellement ça coûte rien, et s’occuper de ses habitants, dans un esprit solidaire.
    Je serai présent aux voeux “officiels” et j’espère que cet esprit d’ouverture prédominera… A force d’expliquer, on peut arriver à convaincre ? Tu l’as vu pour le SCoT, Pas facile mais ça marche mieux en expliquant. Pour les transports, c’est toujours difficile, mais à force d’explications, il y aura des avancées… Pour les circuits courts, le local, ça rapportera forcément plus que ça ne coûtera. Il faudra convaincre, mais déjà, il y a une volonté (je pense au 276, ici, , et là). Pour chaque sujet, il faudra écouter, savoir convaincre, et le bon sens devrait l’emporter. Bon courage Jérôme.

    nono

  3. Jan 2011
    17
    19 h 28

    En général lorsque l’on emprunte, cher Arnaud, on indique ses sources, on met entre guillemets, en italique, non ? Et si l’on est en manque d’inspiration, éventuellement, on prend l’idée générale, on s’appuie sur une citation, on commente un fait de politique générale, un projet territorial… Mais le mot à mot, franchement !

    Heureusement pour le budget de la commune, il ne doit pas y avoir de droits d’auteur pour les éditos,

    A ce propos j’aime assez cette faute d’orthographe en forme de lapsus : “Nos ambitions pour 2011 relève d’une gestion….” . Il ne manquerait pas une terminaison en “-nt” à “relève” ? Peut-être pour une seule ambition…

    Allez, pour ceux qui en doutent, la photo, c’est bien lui !

    Une belle et ambitieuse année 2011 à St Pierre du Vauvray comme à Lavérune.

    benoit

  4. Jan 2011
    17
    22 h 36

    Cher Benoît ;) ;
    Oui en général on indique ses sources, on met des guillemets et un lien, parce que l’emprunt… bon… dans la communauté des maires, c’est apparemment plus toléré. Et j’imagine que notre maire a averti les auteurs.
    Pour les fotes d’ortografe, je suis de ceux qui pensent qu’il faut les tolérer. L’envie d’écrire, d’exprimer des idées ne doit pas être censurée, voire auto-censurée, par un quelconque complexe. Une bonne idée mal écrite vaut mieux qu’une mauvaise correctement orthographiée. Même le style ampoulé des politiques nous écarte parfois béatement des vraies réalités.
    Donc les fautes, de style ou d’orthographe, ne sont pas graves en elles-mêmes si la finalité est là.
    Par contre, puisqu’on parle des écoliers (“cela va de l’écolier qui promet de bien faire ses leçons ou de bien se tenir à la cantine […]”), je leur recommande de ne pas employer ces méthodes, cela finit toujours par être décelé, et par un zéro pointé. Donc, écoliers et collégiens, ne prenez pas exemple.
    Bonne année à tous, et merci au SIEGE, pour l’enfouissement des zéraux, euh…, réseaux :D

    nono

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV