vie locale

Cette catégorie contient 103 articles

Merci au Conseil Général pour les centaines de milliers d’euros qui vont redorer notre salle des fêtes.

Merci au conseil général de l’Eure de nous attribuer les subventions pour refaire notre salle des fêtes. 508 000 euros pour rénover une salle des fêtes d’un peu plus de 210 m2, on n’aurait pas pu le faire seuls.
Les subventions ont été attribuées, dans le cadre de « l’investissement pour le développement des contrats Enfance et Jeunesse », une aide du conseil général et de l’Etat.
La municipalité lance le permis de construire et les appels d’offres. Objectif : « Permettre aux communes et groupements de communes de réaliser les équipements nécessaires pour apporter aux familles les services pour l'accueil des enfants et leur proposer des activités encadrées, à condition qu'un contrat Enfance et/ou Temps libre soit signé avec la C.A.F. »
Sont concernés par contrats enfance jeunesse : les accueils collectifs, familiaux, parentaux (0-4 ans / 4-6 ans), les lieux d’accueil enfants parents (Laep), les relais assistantes maternelles (Ram).
Entrent également dans le champ des contrats enfance jeunesse : les accueils de loisirs vacances été, accueils de loisirs petites vacances, accueils de loisirs mercredi, week-end, accueils de loisirs périscolaires, accueils jeunes.
Et enfin, les garderies périscolaires, séjours vacances été, séjours petites vacances et camps adolescents.
Rien de tout ça dans l’utilisation de notre salle des fêtes, dite « intergénérationnelle ». Mais il faut bien un cadre et un objectif pour obtenir des subventions. La municipalité avait essayé l’accueil pour les personnes à mobilité réduite, pour un montant moins onéreux, mais les demandes de subventions n’avaient pas marché.
Comme le dit lui même le maire : « il y a beaucoup d’associations qui utilisent la salle des fêtes, et des activités s’y déroulent jusqu’à plus de 21h00. »
On a donc préféré le faire au nom des petites têtes brunes ou blondes, et c’est passé comme une lettre à la poste.
Ah, c’est vrai, la salle n’est pas très belle : les moquettes murales orange d’époque pendouillent par endroit, le toit fuit, la salle est très sombre, elle est encaissée dans le parking des immeubles situés quelques mètres sous le niveau de la rue principale. L’exposition nord, la maigre surface vitrée, l’absence de lumière zénithale – il n’y a pas de puits de lumière - oblige à allumer la lumière en plein jour. Il n'y en a pas, d'ailleurs, dans le projet.
La course aux subventions a amené le devis initial à exploser pour atteindre le plancher de dépense des équipements de 460 000 euros.
C’est à dire qu’il faut que les équipements coûtent au moins 460 000 euros pour rentrer dans le cadre de l’aide pour une commune de moins de 20 000 habitants (Saint-Pierre, c’est 1 329 habitants).
Les devis ont été refaits pour arriver à dépasser ce plancher, et grâce à une cuisine à 112 000 euros, ainsi qu’un chauffage par aérothermie à 86 000 euros, nous sommes arrivés à dépasser, allègrement, les 460 000 € minimum : 508 000 euros.
Les subventions ont été accordées. Soit 30% de l’Etat, 151309 €, 35% du conseil général plafonné à un peu plus de 162 000 €, sur dérogation, le reste par la Région, 18 000 euros et l’Agglomération, car le Président de la CASE aurait promis 19 000 €. Il restera à la commune environ 30% de l’investissement à payer, soit un peu plus de 150 000 €.
Le permis de construire a été voté, ainsi que l’autorisation à lancer les appels d’offres, à 12 voix contre 3.
Merci donc au conseil général, merci à l’Etat, à la Région, au président de la CASE. Je suis sincèrement content de voir qu'on a encore de l'argent.
Par contre, j’espère qu’on ne fait pas la même chose pour les 36 681 autres communes de France, parce que je me demande de moins en moins d’où vient notre dette publique et où va notre argent.
Allez, l’essentiel, c’est de pouvoir faire la fête, youpi ! Merci encore, le Conseil Général et l’Etat.
Mais, SVP, ne le faîtes pas trop pour les autres : l’argent public, ça reste nos impôts.
le conseil général de l'Eure et l'Etat financent la salle des fêtes

A la découverte de Saint-Pierre du Vauvray : Le val liard, une nouvelle route pour les Saint-Pierrois !

Nous vous faisons découvrir une voie désormais communale, donc publique : le Val Liard. Une nouvelle route pour les Saint-Pierrois...
Une impasse un peu absurde, en sens interdit, on ne peut pas y accéder. Elle est réalisée sur fonds publics.
Partons tout de suite à sa découverte :
Nous "nous" sommes offert une très belle route. Pourtant lors du vote du 12 juillet 2012, les arguments n'étaient pas nombreux. En gros, l'habitant payait ses impôts, et nous nous serions collectivement engagés en laissant un propriétaire construire cette habitation et l'agrandir.
Les arguments développés ce jour là :
  1. C'est un citoyen qui paye ses impôts comme tout le monde (répété plusieurs fois).
  2. Cela devait permettre de réparer les ornières dans le chemin vicinal.
  3. Le maire y était déjà allé, pour faire demi-tour avec un véhicule, déjà, c'est pas facile.
  4. Le passage de la voie privée dans le domaine communal ne devait pas forcément entraîner les travaux. Forcément, ils sont faits.
  5. "Historiquement, on a laissé construire cette habitation, a l'a laissée s'agrandir, c'est des choses qu'il faut régler à un moment. On peut pas dire : ça risque de nous coûter cher !" Ce n'est pas nous, citoyens, qui l'avons laissé construire ou s'agrandir.
  6. "On va pas lui faire une voirie avec du bitume comme ça. Même si je demande un camion à l'agglomération, même pour faire un rebouchage, ils n'interviendront pas parce qu'elle n'est pas communale."
vous pouvez regarder ci-dessous, ou dans son intégralité ici.
Bilan des courses :
  • L'accès aux services de Veolia, qui intervient 1 ou 2 fois/an, n'est, semble-t-il, qu'un prétexte. Les ornières qui devaient être rebouchées sont dans le même état qu'avant, pas de parking pour eux en haut, un arbre au milieu du chemin en démontre l'intérêt. A-t-on demandé à l'entreprise quels en étaient l'urgence et le besoin ?
  • Le parking de l'église, les escaliers du village - église, cimetière -, parking de l'école, trottoirs en très mauvais état dans des endroits stratégiques (rue de la gare, école, chemin de halage, le bout de l'allée du Roule, etc) étaient peut-être des priorités ? Il suffit de voir l'état des pauvres escaliers, qu'empruntent les personnes de tous âges pour aller à l'église ou au cimetière : ils sont glissants, dangereux, mal entretenus, pas éclairés, pleins de mousses et de végétations, les feuilles s'y accumulent.
  • Sur le panneau "sens interdit" : c'est idiot, il place chaque jour les riverains dans l'illégalité, leur faisant risquer à chaque passage une peine de 4 points de permis et 135 € d'amende.
  • Le maire ne pouvait pas y faire demi-tour facilement, rien n'a changé sur ce point.
  • Historiquement, en tant que contribuables, nous n'avons pas à être responsabilisés et nous ne sommes pas engagés sur le fait qu'on (la municipalité, quelle qu'elle soit) ait laissé la maison se construire et s'agrandir (sous-entendu, sans autorisation), et donc de nous mettre devant le fait accompli de devoir régulariser une situation, même et surtout si cela doit nous coûter cher.
Nous précisons que nous n'avons rien contre ce riverain. Tant mieux pour lui si son bien est valorisé, et son confort amélioré.
Nous nous demandons pourquoi privilégier une route si peu usitée, par si peu de personnes, et de mémoire pas en si mauvais état, quand des besoins sont criants dans les passages, voies et trottoirs du village, pour un grand nombre ?
En 14 secondes, juste pour sourire...
Jean-Luc, Philippe & nono

Liaison A28-A13 : retours sur des objectifs et des chiffres farfelus dans un débat inexistant : pour la population, c’est un NON massif. On désengorge Rouen de 0,36%. De combien l’engorge-t-on en plus ?

"Nous jugeons qu'il est utile et nécessaire". Pour le territoire, bien entendu... Nous pourrions ajouter : profitable, salutaire, avantageux, précieux, commode, efficace, indispensable, obligatoire, inévitable !..
Mais la liaison A28-A13 est évitable. Et elle sera évitée ! Au moins par nombres d'usagers, nombre de poids lourds, et à part les habitants qui en seront prisonniers.
Bien entendu, nous comprenons l'intérêt de cette autoroute : ce n'est pas que la réalisation de cette autoroute, financée à moitié, ou au 3/4 si ça dépasse, par les contribuables, qui est seule en cause. Même si un chantier à 1 milliard d'euros et quelques pelletées de plus ce n'est pas rien.
Nous avons bien compris qu'une concession, concédée pour plus de 5 décennies - c'est énorme ! - est juteuse : outre les bénéfices liés à la réalisation de l'infrastructure - et c'est "normal" - le chiffre d'affaires de l'exploitation de la concession sera de l'ordre de 2,5 milliards TTC. C'est le chiffre d'affaires de l'exploitation : 106 190 euros de CA/jour (19300 voitures et 2200 camions en moyenne par jour, tout au long des 41 km d'autoroute). Sans tenir compte du fait que le prix des péages augmente tous les ans du double de celui de l'inflation.
Cela coûtera au total plus de 3 milliards € aux habitants et surtout usagers tout au long de la concession. Les appétits peuvent être féroces, et les motivations économiques sont là.
L'habitant qui emprunteraient l'autoroute paiera, lui, 100 € par mois pour aller travailler. Ou chercher du travail, aller faire ses études, aller voir papy-mammie, au théâtre, au sport, ou faire ses courses.
Bien entendu, nous sommes dans un monde libéral. Mais l'Etat s'engage sur une rente sur 3 générations pour la SAPN (du groupe Sanef, si c'est bien elle qui hérite de la liaison entre A13, A154 et A28, déjà gérées par la SAPN).
Les citoyens, contribuables, habitants et usagers, - qui financent - peuvent-ils y trouver leur compte ?
Entre les expropriations, la suppression de la qualité de vie, la perte de terres arables sans compensation, les morts dues aux particules fines ou micro-particules, le prix à payer pour sortir de chez soi - sans gagner en temps de transport - sans avoir d'alternative de transport, et avec les risques liés aux véhicules qui voudront échapper aux péages qui vont ré-emprunter les départementales, et retraverser les villes et les villages sur les passages piétons devant les commerces, les écoles, et autres. Quel est le bénéfice pour l'habitant ?
Ils vont payer en impôts l'investissement. Ils vont payer l'usage en péage. Et ils viennent à chaque réunion, sauf à Evreux, pour exprimer leur refus massif de cette autoroute, et leur colère. Et les politiques refusent d'écouter, préférant parler d'opportunité.
Quels sont les objectifs présentés pour la réalisation de cette autoroute ? Il y en a deux :
  • Pour désengorger Rouen, il faut détourner le trafic de transit des nationales, départementales et de la voirie ;
  • Les zones d'activité créent de l'emploi.
  1. Désengorger Rouen et améliorer la qualité de la vie des rouennais, en détournant 85% du trafic des poids lourds en transit.
    C'est tout simplement impossible. Les comptages sur le trafic de transit réalisés par les services de l'équipement (CETE) parlent d'eux-mêmes : 90% des flux de transit vont à l'OUEST. Le trafic de transit qui passe à l'EST n'est que de 1983 véhicules (VL + PL).
    trafic de transit de l'agglomération rouennaise
    Les flux de transit ne vont pas sur un axe nord-sud dans sa quasi-totalité, mais vers l'ouest, l'A13, le Havre, ou l'a28 et la RD438, qui longe gratuitement l'A28 et qui est empruntée par les camions, vers le sud. Et vers Paris.
    Veut-on réaliser une infrastructure à plus d'1 milliard d'euros pour seulement 1983 véhicules/jour ? Dans l'allégresse, en ajoutant les trafics de transit qui vont au nord-ouest (A150 - Barentin - et A151), cela représenterait un trafic de 3598 véhicules VL + PL. Cela ne représente que 0,35% du trafic global de l'agglomération.
    En détournant tout le trafic de transit entre l'A13 à l'est et l'A28 au nord, l'a154 et l'A28, et tout le trafic allant vers l'A150 et l'A151, cela ne désengorgerait Rouen que de 0,35% du trafic.
    C'est très peu !
    Mais... pourquoi parler d'engorgement supplémentaire de Rouen du fait de cette autoroute ?
    Quelles sont les conclusions que fait la Direction Régionale de l'Equipement sur la rentabilité interne de l'ouvrage A28 Rouen-Abbeville dans son évaluation socio-économique :
    "Ces premiers résultats laissent déjà présager un des effets de l’infrastructure sur l’étalement urbain : celui-ci s’étend bien au-delà de ce qui était pressenti dans les études préalables de l’autoroute, jusqu’à plus de 30 km du pôle urbain de Rouen.
    Par ailleurs et toutes proportions gardées, l’impact sur l’agglomération d’Abbeville a été similaire.
    En outre, les effets de cet étalement urbain sur les trafics sont plus que proportionnels : dans des zones où l’étude démographique ne met en évidence que des croissances de population de l’ordre de 10 à 15 % entre 1990 et 1999, les augmentations de circulation dépassent les 30 voire 50 %, soit 3 à 4 fois plus ! Un ménage supplémentaire en périphérie urbaine, c’est bien plus qu’un déplacement quotidien aller-retour en voiture individuelle de plus, mais plutôt 3 à 4...
    [...]
    Une péri-urbanisation massive n’a pour ainsi dire pas été anticipée. Pourtant, force est de constater aujourd’hui que la fonction principale de l’autoroute est de faciliter les échanges quotidiens entre les agglomérations de Rouen et à une moindre mesure Abbeville et les communes résidentielles périphériques.
    L’A28 a joué un rôle de catalyseur de l’étalement urbain pour ces agglomérations, ce qui n’est pas la vocation principale d’une autoroute."
    Oui, Rouen sera plus engorgée encore.
    Et ce n'est pas avec un échangeur qui débouche à Oissel sur la jonction entre la RD18e et la RD418 que la situation de Rouen va s'améliorer : la RD418 emmène les véhicules vers la SUD3, avec les mêmes problèmes de circulation qu'aujourd'hui (un aménagement manquant au pont Flaubert et des véhicules qui se "cognent" sur l'avenue Jean Rondeaux), tandis que la RD18e, la zone industrielle, congestionnée elle aussi, conduira les véhicules vers... le pont Mathilde ! CQFD
  2. L'autre objectif, c'est la création d'emplois par la création de zones d'activité.
    Mais les zones d'activité ne créent pas d'emplois. Au mieux, elles les relocalisent. Parfois à quelques km seulement.
    L'avis du Conseil Général des Ponts et Chaussées sur le bilan loti de l'autoroute A28 est des plus intéressants :
    "Les collectivités ont eu la volonté d’accompagner la réalisation progressive de l’infrastructure, ce qui s’est traduit par l’aménagement de nombreuses zones d’activités économiques. Ces zones d’activités, qui conservent aujourd’hui encore d’importantes réserves foncières, ont accueilli un nombre croissant d’établissements, ce qui paraît répondre aux objectifs des collectivités. Ce point est cependant tempéré par les entretiens menés avec les acteurs locaux qui, sauf dans les secteurs au dynamisme économique déjà bien avéré, évoquent plutôt un effet de relocalisation que de création nette d’activité."
    La Direction Régionale de l'Equipement Haute-Normandie explique dans son évaluation socio-économique de l'A28 :
    "Si le succès commercial de ces opérations montre qu’elles répondent à un réel besoin des entreprises, on peut être plus circonspect quant à leur impact réel sur l’emploi : presque toutes ces entreprises étaient déjà présentes dans la région, parfois à seulement quelques kilomètres de là ; ce ne sont souvent que des re-localisations sans création significative d’emplois supplémentaires ; mais, elles s’accompagnent souvent d’une amélioration des conditions de production (modernisation, regroupement d’établissements éparpillés, optimisation des process, élargissement du bassin de clientèle, etc.) qui a peut-être à terme un effet positif sur l’emploi (développement ou, au moins, préservation des entreprises par amélioration de leur compétitivité) qu’il est difficile de mesurer."
    Ne parlons pas de créations d'emplois nets, donc, mais évoquons des relocalisations, parfois à quelques km. Les autoroutes sont aussi parfois de murs qui coupent les entreprises de leurs clients lorsqu'il n'y a plus d'accès à "l'autre côté".
    Qu'en dit Françoise Guillotin, Vice-Présidente de la CREA, lors de la réunion de concertation d'Alizay :
    "Effectivement, l'infrastructure en elle-même n'est pas l'outil qui va permettre de développer des emplois. Mais c'est un outil nécessaire au territoire pour permettre aux entreprises d'avoir aussi des facilités d'accès à leurs entreprises pour pouvoir justement permettre les embauches nécessaires à la vie du territoire."
    Pas d'emplois donc, mais l'autoroute permettrait des facilités d'accès pour les entreprises. Et ce sont les contribuables et habitants (consommateurs ?) qui paieraient.
    Bernard Leroy, président de la CASE, reprend le cas "très intéressant" de l'A28 :
    "l'exemple de l'A28 est très intéressant : ce n'est pas parce qu'on fait des échangeurs qu'on a automatiquement des entreprises. C'est nécessaire, mais c'est pas suffisant. Il faut une véritable politique de développement économique, une politique d'attraction du territoire, pour faire venir des entreprises, pour faire venir des emplois."
    Ainsi donc, les élus seino-marins, les CCi et entreprises de Seine-Maritime n'auraient pas de véritable politique de développement économique ?
    Ne souhaitent-ils pas rendre leur "territoire" attractif ?
    N'ont-ils pas compris que ce que voulait la population, c'est des solutions contre le chômage ?
    Ou bien, comme le dit l'équipement, les zones d'activité ne créent pas d'emplois, mais relocalisent l'activité, certes dans des équipements plus modernes, mais créant de nouvelles friches industrielles, parfois à seulement quelques km ?
    La destination des camions des plateformes logistiques restera l'est, Paris, d'un côté, et le Havre et le port 2000 de l'autre.
    L'A13 donc...
  3. Pour les CCI, et nombre d'élus, le contournement Est de Rouen, c'est le (début du) Grand Contournement Ouest de Paris.
    soutien à l'A28 en 1997soutienà l'A28, Charles Revet et Ladislas Poniatowsky
    Le Grand Contournement de Paris est une réalité. Il existe, mais il ne semble pas suffisant pour les chambres de commerce, les concessionnaires autoroutiers, et autres aménageurs de zones d'activité.
    Les mêmes qui promouvaient hier l'A28 comme axe Calais-Bayonne n'y trouvent plus que peu d'intérêt.
    Charles Revet et Ladislas Poniatowsky, tous deux sénateurs aujourd'hui, mais à l'époque Président du Conseil Général de Seine-Maritime pour l'un, et député de l'Eure pour l'autre, conduisaient une opération escargot pour manifester pour l'A28, l'axe Calais-Bayonne, aujourd'hui réalisée.
    Il manque un aménagement à l'ouest de Rouen pour relier les tronçons nord et sud de l'A28. Car, selon les propres dires du maître d'ouvrage de la liaison A28-A13, cette liaison à l'est n'aurait pas vocation à accueillir le trafic A28 nord-A28 sud. Il passe à l'ouest.
    Comptage de poids lourds dans l'orne
    Mais le trafic de l'autoroute est un échec, surtout entre Rouen et Alençon, qui ne compte que 5 000 à 10 000 véhicules/jour.
    Si l'on regarde les comptages de camions réalisés par le Conseil Général de l'Orne (2013), le trafic qui échappe à l'autoroute se retrouve sur la RD438 qui longe l'A28. Ce sont plus de 800 poids lourds/jour qui préfèrent emprunter la départementale, et ce jusqu'à Alençon.
    Il ne s'agit pas d'un échec de la liaison, à proprement parler, mais d'un déport vers la départementale du fait du prix trop élevé de l'autoroute.
    Un déport évidemment dangereux pour les riverains et les usagers.
    Mais, sans taxe poids lourd (écotaxe), avec une taxe à l'essieu au plus bas, comment obliger les camions à emprunter l'autoroute ?
    Dans une motion pour le contournement est de Rouen, l'association pour le contournement réclame :
    "La traversée de l’agglomération rouennaise reste aujourd’hui le seul goulet d’étranglement de l’axe autoroutier Nord – Sud-Ouest européen reliant Stockholm à Gibraltar et plus localement du Grand contournement du bassin parisien."
    l’axe autoroutier Nord – Sud-Ouest européen reliant Stockholm à Gibraltar, rien que ça. Et pourquoi pas un ouvrage d'art reliant les colonnes de Gibraltar pour en faire l'axe autoroutier Stockolm - Côte-d'Ivoire ?
    Plus sérieusement, mais retoqué par la commission mobilité 21 dans le SNIT, refusé également par la population qui ne veut pas transformer la RN154 en autoroute payante A154, le contournement ouest de Paris est un schéma qui existe depuis les années 60. Qu'est ce que c'est ?
    le contournement actuel de Paris, avec la RN154 et l'A28Le contournement de Paris sur un schéma de la DATAR dans les années soixantea28-A154-thumb
    On le voit, ce n'est pas un contournement est de Rouen que voient les CCI et autres partisans, mais la première marche de l'édifice qu'est la réalisation du "barreau manquant" : l'A154.
    Les visions de l'aménagement ont changé depuis 1960. Comme l'a rappelé Michel Barnier, député européen UMP, commissaire européen au marché intérieur et aux services :
    "Elle ne sera pas belle la France de 2015, si c'est la France du tout béton et du tout autoroutes."
    Et si l'on continue de vouloir faire payer les autoroutes, à des usagers, à des routiers qui préfèrent emprunter les départementales, elle sera surtout beaucoup plus dangereuse.
    Ce sera peut-être l'occasion de faire du business, de créer aussi des zones d'activité qui créeront peut-être de l'emploi, ou le relocalisera.
    Mais si c'était le cas, étant donné le nombre de concessions qui ont été cédées au privé (85% du réseau), et le nombre de routes créées, nous aurions sûrement du en constater les effets bénéfiques par l'inversion de la courbe du chômage.
    Et si les autoroutes ne créaient pas d'emplois ?
Documentation et rapports :

Liaison A28-A13. C’est NON ! Non à Gouy, Ymare, Les Authieux, Val-de-Reuil, Pîtres, Poses, le manoir, Léry, Oissel, Saint-Etienne du Rouvray… C’est NON partout.

Une réunion houleuse à Gouy. La population ne veut pas de cette autoroute, la soi-disant liaison A28-A13. Elle le dit, elle le crie. C'est NON ! Non à ce tracé, et non à l'autoroute !
1 - présentation du projet par le maître d'ouvrage, la DREAL, représentée ici par M. Patrick Berg
La présentation du projet, désormais bien rôdée. "Nous pensons qu'elle est utile et nécessaire", dit le maître d'ouvrage, la DREAL.
  • Le premier argument est que "l'agglomération rouennaise est une des dernière villes de France à n'avoir pas de contournement".
    Faux : Grenoble (dont les études ont montré que la rocade nord, très contestée, ne délesterait pas significativement la rocade sud), Rouen, Tours (réalisation de l'A110 suspendue), Orléans (une tangentielle ouest), Clermont-Ferrand, Avignon, Angers (rocade sud - pour 100 000 usagers potentiels - à l'arrêt depuis 2009), Reims, Dijon (c'est un contournement de 18,5 km à l'est - RN274), Perpignan, Nîmes, Toulon, Cannes, Le Havre, Dunkerque, La Rochelle, Brest, Mulhouse, Bayonne, Strasbourg ne sont pas équipées de contournements complets. Et encore moins en autoroutes payantes...
  • "L'ensemble du trafic, et du trafic de transit, est obligé d'emprunter les radiales et le centre de Rouen", dit la DREAL.
    C'est faux : contrairement à ce qui est expliqué, 84,5 % du transit se fait avec l'ouest. 55% du trafic de transit c'est Paris-Le Havre, 18178 véhicules.
    Le trafic en transit vers l'ouest c'est 25387 véhicules, 77% du trafic de transit. C'est l'A13. La direction, c'est l'ouest.
    Le trafic en transit A28 nord - A28 sud-ouest vers Alençon, ou vers la RD438 , sud ouest, 2460 véhicules, 7,5% du transit.
    C'est donc 84,5% du trafic de transit qui passe à l'ouest.
    Le trafic venant de l'A13 vers l'A150 (Barentin) et l'A151, 1615 véhicules, mois de 5%. Voilà pour les radiales.
    Le trafic de transit venant de l'A13 et de la RN154 vers l'A28 par l'est - la où serait le contournement -, c'est 1983 véhicules actuellement, 6% du transit.
    On le voit, le contournement est ne peut en aucun cas accueillir le trafic de transit qui va à l'ouest, la quasi totalité du trafic de transit.
    Il ne résoud pas la question de la liaison A28-A28 par l'ouest, sauf en doublant le trajet des poids lourds, en les emmenant vers l'est d'abord, pour récupérer l'A13 pour retourner vers l'ouest, en doublant la pollution émise, en congestionnant encore un peu plus l'A13 entre Incarville et Rouen. Cela rendrait encore plus dangereux les échangeurs de Criquebeuf et Tourville-la-Rivière, et fragiliserait cet axe essentiel nationalement qu'est l'A13.
    Il est utile de citer l'avis du Conseil Général des Ponts et Chaussées du 30 novembre 2006 sur l'A28 ABBEVILLE ROUEN 
    "Les objectifs de trafic de l'ouvrage ont donc été largement dépassés. Cependant, ce dépassement n'est pas dû à la fonction première d'itinéraire de transit qui lui était assignée, mais à une fonction induite de support du développement urbain."
    Les promesses étaient les mêmes, les effets seront les mêmes.
  • Il y a un fort potentiel de développement sur la partie économique pour l'agglomération rouennaise, dit le maître d'ouvrage. Mais aussi pour les pôles économique de Val-de-Reuil, la vallée de l'Andelle qui créeront des richesses et de l'emploi.
    La Direction de l'équipement a démontré que sur l'A28, Abbeville Rouen, mais aussi Rouen Alençon, il n'y avait pas eu de créations nettes d'emplois, mais un effet de relocalisation.
    Parce que l'autoroute représente un mur qui coupe les entreprises de leurs clients. Les prédictions économiques qui disaient qu'il y aurait des créations nettes d'emplois se sont avérées fausses.
    Comment la DREAL peut parler de créations d'emplois, alors que les études socio-économiques n'ont pas été réalisées, et que des infrastructures du passé ont prouvé qu'il n'en n'a rien été ?
    Citons encore l'avis du Conseil Général des Ponts et Chaussées du 30 novembre 2006 sur l'A28 ABBEVILLE ROUEN
    "Les collectivités ont eu la volonté d’accompagner la réalisation progressive de l’infrastructure, ce qui s’est traduit par l’aménagement de nombreuses zones d’activité économiques. Ces zones d’activité, qui conservent aujourd’hui encore d’importantes réserves foncières, ont accueilli un nombre croissant d’établissements, ce qui paraît répondre aux objectifs des collectivités. Ce point est cependant tempéré par les entretiens menés avec les acteurs locaux qui, sauf dans les secteurs au dynamisme économique déjà bien avéré, évoquent plutôt un effet de relocalisation que de création nette d’activité."

2 - Francis BIA pour l'association HNNE (Haute-Normandie Nature Environnement).
Au contraire des interventions de la DREAL qui ont été huées et sifflées, l'intervention de Francis BIA est littéralement ovationnée.
C'est non à ce contournement Est de Rouen.
"Nous avons tous besoin pour vivre d’Air, d’eau, de Nourriture, de Sommeil : ne pas en tenir compte met en péril la santé et même la vie."
Préserver l’environnement, c’est donc préserver l’humain, avec ses activités, son habitat, son droit à conserver, ou à retrouver, une qualité de vie satisfaisante.
Actuellement, alors que l’on finalise des textes de loi sur la transition énergétique, les enjeux environnementaux et humains, sur ce projet de contournement Est ne sont pas suffisamment pris en compte.
Les documents qui nous sont fournis pour la Concertation sont trop fragmentaires pour montrer toute la richesse écologique de nos territoires…
Ou alors les documents complets ne nous ont pas encore été communiqués.
Le maître d’ouvrage évalue à 600 hectares la superficie qui sera soustraite aux milieux physiques.
Ces 600 hectares se traduisent par :
• Une perte pour les activités agricoles et sylvicoles, et par la destruction d’un réservoir de biodiversité.
• Une perte de valeur patrimoniale et de qualité de vie pour les familles riveraines... et pas seulement elles !
Les territoires les plus impactés par le projet à savoir » un espace de 10 km de part et d’autre de l’infrastructure», selon le Schéma de cohérence Territorial.
600 hectares = 6 000 000 m2 soit sur 41km de long = une largeur de 147 mètres de large
600 hectares = 6 millions de m2 = 840 terrains de football…
HNNE défend en cela l’intérêt général et non de simples intérêts particuliers. Ils comprennent parfaitement l’intérêt du concessionnaire à se voir confier un nouveau marché. Mais que nous faire acheter ce produit qu’est le contournement n’est pas forcément un acte de philanthropie. Et cette façon de mettre en avant l’intérêt général ressemble à un argument de vente.
M. Bia rappelle au nom des associations qu'ils souhaitent que la participation de l’Etat à cette Concertation ne soit pas uniquement destinée à promouvoir et imposer ce projet à partir de la variante préférentielle.
Il faudrait des échanges d’arguments basés non sur la croyance, mais sur la réflexion, sur le raisonnement à partir de documents complets et d’études détaillées, qui ne nous ont pas été fournis à ce jour. Ils veulent des échanges qui évitent la répétition d’affirmations non démontrées et présentées comme indiscutables.
C’est ainsi que le mot Concertation peut retrouver son sens.

3 - intervention de Alain Roussel, maire des Authieux : c'est non !
NON à cette autoroute ! Sous les applaudissements...

4 - questions réponses - sécurité des axes secondaires, impacts environnementaux et économiques, absence de concertation avec les communes
5 - réponses sur le cancer : C'est la stupeur et la colère dans la salle !
La question, posée vers 5mn50 de cette vidéo, ne trouvera sa réponse qu'après la 18ème minute.
Froide, glaçante, cynique ou scandaleuse, alors qu'on évoque le cancer et la mort, la réponse de M. Berg sidère et révolte le public.
"On a tous aujourd'hui une habitation, desservie par une infrastructure, une route, qui passe devant chez lui. Voilà !"
C'est un tollé, un soulèvement.
On ne veut pas d'une autoroute qui charrie la mort !

6 - le sénateur communiste Thierry Foucaud sur le Grenelle, et Francis BIA.
Un médecin accuse le maître d'ouvrage de mauvaise foi sur la santé des habitants, tandis que le sénateur revient sur le rejet, le mécontentement et la surdité des politiques face aux habitants. Sourds, ou bien quoi ?
Après la réponse de M. Berg - c'est bon pour l'emploi - Francis Bia, HNNE, liste les grandes villes et métropoles qui ne sont pas dotées de contournement routier. Il redemande à ce que les études d'impacts soient épinglées au dossier avant de le confier au ministre afin qu'il puisse décider en connaissance de cause ! Puisque ce projet, même s'il diffère totalement de celui débattu en 2005, ne fait pas l'objet d'un nouveau débat...

7 - Safer - compenser les terres agricoles mais perdre définitivement des terres arables.
Emanmuel Hyest explique le rôle de la Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural), qui a pour but de compenser dans ce projet les pertes de terre agricole pour les exploitations agricoles. La Safer acquiert, des parcelles souvent d'agriculteurs en fin de carrière, ou bien des parcelles excentrées, afin de recomposer des exploitations pour les agriculteurs dont les terres sont artificialisées et bitumées.
Mais des terres agricoles disparaissent bel et bien. M. Hyest estime que les politiques doivent avoir le courage de protéger durablement les terres agricoles, et ne pas les mettre en terrains à construire.
Pascal BENARD, directeur général de la Safer HN, explique que les acquisitions ont exclusivement vocation à rétablir les exploitations agricoles, et non de permettre aux collectivités d'acquérir des réserves foncières pour créer des zones d'activité. Sur les 70 km donnés en exemple sur l'A28, 1 seule zone d'activité a été créée, et elle est aux 3/4 vide aujourd'hui.
Les créations d'emplois qu'escomptaient les élus n'ont pas été au rendez-vous.
Une démonstration qui avait déjà été faite lors du débat public sur la LNPN.
Une vidéo de la présentation Pascal Bénard, pour la Safer, de bien meilleure qualité, avait déjà été présentée lors du débat public LNPN.

• Les terres arables et les forêts détruites ne seront pas compensées. Elles sont détruites définitivement.
• Les acquisitions ont exclusivement vocation à rétablir les exploitations agricoles, et non de permettre aux collectivités d'acquérir des réserves foncières pour créer des zones d'activité.
• Les zones d'activité le long des autoroutes ne créent pas d'emplois.
9 - expropriations, intérêt général, exploitations agricoles qui devront partir, trafic et emploi.
On voit que le cas d'exploitations agricoles, qui n'ont pas forcément été reçus ou visitées par la Safer, notamment en filière courte, du producteur au consommateur, va obliger certains à abandonner leurs exploitations.
L'infrastructure - l'autoroute dont personne ne veut - va prélever 600 hectares, dont 290 hectares de terrains agricoles. Déclarée d'utilité publique, les terres seront achetées, ou les propriétaires expropriés, au nom de l'intérêt général.
Concernant les questions sur le trafic, M. Berg, s'il ne conteste pas les chiffres, se trouve néanmoins dans l'incapacité de répondre.
Le détournement du trafic de transit a été présenté comme un des objectifs majeurs de l'infrastructure, sur la plaquette commerciale, mais aussi tout au long de ces réunions de (soi-disant) concertation.
Ce qui est prévu à Gouy, c'est 6700 poids lourds. Soit sur une amplitude horaire de 15 heures, 1 poids lourd toutes les 8 secondes. Rouleraient-ils 24h/24 que cela représenterait 1 poids lourd toutes les 13 secondes. A ce rythme, les riverains pourraient craindre autant pour leurs nuits que pour leurs jours.
Mais 77% du trafic de transit passe à l'ouest de l'agglomération. On ne peut pas obliger les camions à se diriger sur un axe nord-sud, alors qu'ils se dirigent d'est en ouest, sur un axe paris-Le Havre, 18178 véhicules, 55% du trafic de transit. Mais aussi du nord à l'ouest, près de 10%, du sud vers l'ouest, 10% encore. Et de l'ouest vers l'ouest. Alors que le transit en radiales ne fait que 12% et 6% passent aujourd'hui à l'est. 1984 véhicules.
Les poids lourds, puisque la destination est l'ouest, devraient emprunter un itinéraire qui leur ferait faire le double de kilomètres. C'est à dire le double de pollution.
Combien de morts en plus ? On ne le sait pas. Parce qu'aucune étude d'impacts n'a été réalisée.
Nous avons compris que cela permettrait de rendre la ville aux riverains, à Rouen, argument répété.
Mais combien de morts en plus par cette double pollution, due au double de trajet, qui va exposer les 110 000 habitants des 33 communes impactées ?
Il n'y a pas d'études, pas de documents, donc on ne sait pas. Il suffit de se convaincre que c'est pour l'intérêt général.
Combien de morts tout au long des 55 ans que durera la concession ? On n'est sait fichtre rien. Sauf qu'évidemment il y en aura.
Pour quel intérêt économique ? On ne sait pas, les études n'ont pas été faites.
Alors, comme Jérôme Bourlet, je me demande pourquoi on a oublié le E de la directive ERC : éviter, réduire, compenser.
On ne compense pas, on ne réduit pas, et l'on n'a pas pensé à réaliser des études d'impact, alors, évitons.
Non à cette autoroute qui ne sert, en fait, qu'à ponctionner contribuables et usagers, sans tenir compte des dégâts !

8 - vision d'Apache : oui au contournement, mais en modifiant le tracé aux Authieux-Port-Saint-Ouen.
L'association APACHE, qui veut préserver un air de campagne aux Authieux-Port-Saint-Ouen, ne veut pas du saccage proposé dans ce projet.
François Lorin se dit à mi-chemin entre ceux qui sont pour ce projet et les opposants. Une sorte de "p't'être bien qu'oui" ?
Se défendant d'être "nimbystes" (Not In My BackYard - oui au projet mais pas chez moi), l'association présente un projet alternatif qui éviterait Ymare, Gouy et les Authieux, et se raccorderait à l'A13 en passant par Alizay, Igoville et Sotteville-sous-le-Val. Un pont serait construit supplémentairement au Manoir en redondance de celui de Pont-de-l'Arche.
Au cas où le tracé ne serait pas modifié, l'association souhaite que soit creusé un tunnel afin que le village ne soit pas coupé, avec un ouvrage différent de celui proposé par le maître d'ouvrage pour traverser la Seine.
Il évoque la facilité à creuser le calcaire, sans pour autant parler de la fragilité du coteau, ni du transports de marchandises dangereuses dans les tunnels.
Enfin, François Lorin évoque l'absence de de concertation et de documentation de la DREAL sur ce projet dont ils ne veulent pas en l'état.
Il est utile de rappeler que M. Berg, pour la DREAL, n'a eu de cesse de dire que c'est ce tracé, en l'état, ou bien pas de contournement. Alors, "p't'être bien qu'non" ?

10 - les élus des localités concernées ont été totalement écartés de la concertation.
Aux questions sur les transports en commun et aux engagements de la France en matière de réduction des gaz à effet de serre (facteur 4), le maître d'ouvrage ne daigne pas répondre. Pas plus qu'il ne répond sur la demande, maintes fois réclamée, des études d'impact qui ne se feront qu'après. Comme ne seront étudiés qu'après les transports en commun.
Aux questions sur les expropriations, M. Berg nous dit qu'il n'y a pas de réalisation d'une infrastructure d'intérêt public sans indemnisation juste et préalable.
Les riverains indemnisés apprécieront la justesse de l'indemnisation, et la formule "au plus juste".
Les autres, ceux qui restent, risque moins de goûter l'affirmation de M. Berg à Val-de-Reuil, comme quoi les habitations situées près d'une autoroute prennent de la valeur. Du fait de l'augmentation de leur qualité de vie ?
Un habitant revient dire, comme l'ont dit tous les maires des communes impactées : les maires n'ont pas été invités à participer aux concertations. "Allez-vous enfin mettre tous les maires autour d'une table, vue l'opposition qui se passe aujourd'hui sur le contournement est, allez-vous enfin les réunir pour leur dire maintenant ce qui va se passer ? Je voudrais que vous me fassiez une réponse claire devant tout le monde. Allez-vous voir les maires, une fois pour toutes !"
Que répond M. Berg, ou plutôt, la DREAL, puisque M. Berg ne parle pas en son nom, mais au nom de l'Etat ?

M. Patrick Berg, pour la Dréal, l'Etat :
"Non, ce n'est pas vrai, il n'y a pas que les grands élus. D'ailleurs, je ne sais pas ce que c'est que les grands élus, pour moi, c'est les élus de la République, pour moi, tous les élus ont une valeur égale. A chaque étape importante du projet, donc quand on dit, les maires, on n'a pas voulu les rencontrer, ce n'est pas vrai. Alors, ça fait effet de manche, ce n'est pas vrai. A chaque réunion, en 2011, en 2012, en 2013, c'est exact, il y a un comité de pilotage qui associe le président du conseil régional, les présidents de conseils généraux, les députés, les sénateurs et les conseillers généraux, c'est complètement vrai, et d'autre part, il y a aussitôt après une réunion avec les 40 maires. Donc quand on dit : "les 40 maires n'ont jamais été réunis", c'est complètement faux. C'est une effet de manche. Ca fait joli de le dire, mais c'est faux. Comme tout à l'heure, je le rappelais, maintenant, c'est un point de départ, et donc nous aurons, sur chacun des passages difficiles, des réunions avec l'agglomération et avec les maires. Non monsieur, je ne suis pas un menteur !"
La personne qui a posé cette question n'a pas parlé de grands élus. Il a demandé QUAND l’État viendrait se mettre autour de la table avec les maires, tous opposés à ce projet ? M. Gaillard, garant du débat, a été obligé de dire que M. Berg avait un problème de vocabulaire, confondant concertation et information.
Ce que j'en pense : un projet ruineux, inutile et désastreux pour l'environnement et la qualité de la vie. Il ne répond pas aux objectifs qui lui sont fixés, il ne correspond pas à la réalité des échanges. Mais il est la volonté de quelques uns, et ce sont ceux qui vont en subir les conséquences les plus graves, pour leur santé et leur qualité de vie, et ceux sont aussi eux qui en assumeront le plus gros coût.
Il est totalement anormal que les études d'impacts ne soient pas réalisées avant de décider de l'opportunité de ce projet.
Il va détruire des terres arables définitivement. Bien sûr, la Safer s'efforcera de compenser au maximum les exploitants agricoles, en compensant des agriculteurs avec les terres agricoles d'exploitants qui partent en retraite, en rachetant les terrains de particuliers. Et puis il y aura des expropriations. Mais une agriculture sur la défensive et qui va souffrir.
Nous avons entendu la colère des citoyens, ils ne veulent pas de cette autoroute. Nous avons entendu les désespoir et la souffrance de ceux qui seront expropriés, et celle pire encore, de ceux qui verraient une autoroute se dresser au bout de leur habitations.
La DREAL ne répond pas à certaines questions, ou répond à côté, avec des assertions parfois sorties d'un chapeau. "Ce n'était pas ma question." "Oui, mais c'est ma réponse. Voilà !"
L'Etat et les politiques peuvent-ils rester sourds à cette opposition ferme, ce refus massif, cette souffrance et cette colère ? N'entendent-ils pas les applaudissements saluant les défenseurs du territoire, et de l'autre côté les huées et les sifflets contre ce projet destructeur ?
C'est non à cette autoroute. Non à cette liaison A28-A13 déboussolée.

Le Président de la CASE, Bernard Leroy, exprime son point de vue sur les transports publics

Le nouveau président de la CASE se lâche dans sa rencontre avec « La Dépêche de Louviers » intitulée : Ce que veut Bernard Leroy.
le-corniaud-louis-de-funes-bourvil
Leroy impose sa marque :
On peut y lire que le projet de Bus à Haut Niveau de Service lui pose problème, mais qu’il n’est pas pour autant pour la suppression des bus. Ce propos, à la fois destructeur et apaisant, est pour le moins classique chez les élus de sa tendance politique.
Ce qui est moins classique, c’est quand Leroy sort du politiquement correct et dévoile son véritable choix de société pour ce qui concerne les services publics :
« A-t-on besoin d’un bus tous les quarts d’heure à certaines heures de la journée ? Ca pollue, ça encombre les rues, c’est du gaspillage. »
Dans un autre paragraphe, Mr Leroy nous exprime son choix viscéral pour la bagnole :
« La première priorité, c’est le doublement de l’échangeur à Heudebouville. ».
retro-2cv
Et puis, cerise sur le gâteau, Bernard Leroy nous gratifie d’une anecdote du temps jadis, le bon temps où l’on n’avait pas grand-chose et où l’on s’en contentait :
« [...] mes parents avaient une vieille 2CV et, à chaque fois que ma mère descendait pour faire les courses, elle emmenait une ou deux personnes. Ça fait du lien social, c’est tellement naturel et les gens se prennent en main [...]».
Autrement dit, la mobilité pour monsieur le nouveau président, c’est : « démerdez-vous entre vous ».
La nouvelle commission transports porte le joli nom de « Transports conviviaux », ce titre méritait une explication de texte.
Au cours de la distribution aléatoire des Vices-Présidences, C’est Sylvie Blandin, maire d’Igoville, dont les compétences en la matière nous étaient jusqu’à présent ignorées, qui a été chargée de présider la commission.
Avec Bernard Leroy, l’avenir se conjugue au passé.
Gilles Fraudin

Merci aux 280 électeurs qui ont voté pour notre liste, et félicitations aux habitants de Saint-Pierre du Vauvray pour leur participation record.

Les habitants de notre commune ont choisi de reconduire M. Loëb dans ses fonctions de maire, avec 57% des voix
Nous nous inclinons.
Nous remercions chacun et chacune de l'accueil chaleureux qui nous a été fait. Et nous voulons remercier particulièrement tous les habitants qui l'ont voulu d'avoir participé activement à cette campagne.
Au nom de toute notre équipe, nous vous remercions pour avoir contribué à bâtir notre programme à nos côtés.
Nous vous remercions d'avoir répondu, nombreux, à notre questionnaire.
Nous vous remercions d'avoir participé, toujours plus nombreux, à nos cafés-citoyens qui ont été des moments d'échanges et d'effervescence, où nous avons discuté, un à un, de chacun des projets que nous allions présenter aux habitants. Un projet tout autant ambitieux, qu'il est réaliste.
Nous vous remercions de votre présence au grand jeu que nous avons organisé le 8 mars. Nous comptons bien qu'il y aura d'autres moments festifs comme celui-là.
Nous vous remercions de nous avoir accompagné-e-s, de bout en bout, tout au long de ces six mois. Ils nous ont semblé très, très courts.
Nous pourrions regretter de ne pas avoir gagné ces élections, mais nous respectons le choix des électeurs.
Avec 57% d'un côté et 43% de l'autre, certains pourraient croire que la commune pourrait être coupée en deux. Il n'en n'est rien : les habitants se sont prononcés sur des projets, nous l'espérons, et ils ont choisi celui de M. Loëb.
Nous en partageons nombre d'aspects : d'abord la promesse, que nous avions également faite de ne pas augmenter les taux d'imposition durant le mandat à venir.
La revalorisation du centre bourg, des trottoirs accessibles aux PMR, nous sommes pour, tout comme la réhabilitation du site Labelle. C'est là que se trouve l'avenir du village.
Et aussi pour la création d'une aire de jeux au coeur du village, la rénovation des courts de tennis, et tant qu'à faire, celui de basket. Nous sommes aussi très favorables à une aire de jeux à l'école, avec la pause du midi allongée.
Nous avons entendu la volonté de soutenir et développer le commerce local, ainsi que d'accompagner et adapter les rythmes scolaires. Nous souhaitons ardemment que ce soit fait au cours des années qui viennent.
La ligne de bus pour Val-de-Reuil était également dans notre projet, comme la sécurisation du centre bourg, des entrées de village, la signalétique et la zone 30.
Enfin, nous avons entendu la volonté des Saint-Pierrois de voter pour la réhabilitation et l'agrandissement de la salle des fêtes.
Ils ont voté pour ce projet, et nous ne pouvons décemment qu'accepter ce choix. Nous serons très heureux d'assister à son inauguration.
Nous avons entendu avec plaisir la volonté d'associer les habitants aux projets majeurs du conseil municipal, et la volonté affichée de consulter le public lors des décisions touchant notre cadre de vie. Tout comme la volonté de faire un effort accru de communication et d'éditer un bulletin mensuel. Nous le lirons chaque mois avec intérêt.
Tous ces projets, hormis la réhabilitation de la salle des fêtes que nous avions voulu moins onéreuse - mais démocratie oblige -, figuraient dans notre programme. Nous les abondons évidemment.
Nous souhaitons au conseil municipal de réussir en chacun d'eux. Nous adressons nos félicitations à M. Loëb et sa liste, d'avance, pour la réussite de tous ces projets, ainsi que pour leur élection.

« L’expérience, la confiance » On pourrait ajouter : la compétence. C’est important aussi, la compétence…

Sur notre liste, quatre ex-adjoints, dont deux premiers adjoints, et un conseiller municipal, qui ont bien compris les erreurs à ne pas répéter.  Nous travaillons en équipe et nous nous répartirons les compétences pour le conseil municipal.
Il n’y aura qu’une seule adjointe aussi : nous ne sommes pas là pour des places.
Nous sommes là pour faire avancer la commune, ensemble.
Je cite l’ami Denis : « Le fait de ne savoir ni parler, ni écrire, d’être dans l’incapacité d’exprimer une pensée structurée, de prendre une décision constitue en soi un handicap insurmontable. »
Jérôme et Laetitia seront nos représentants à la CASE. Ils savent s’exprimer sans s’emporter, ni balbutier, animer un débat, négocier avec les autres maires, les institutions, les entreprises, et tous les partenaires. Ils savent prendre la parole en public, et nous l’avons tous constaté, sont plutôt doués pour faire des discours, c’est une chose, écrire et traiter les dossiers. Ils savent écrire, structurer leurs pensées et mettre en avant leurs arguments.
La CASE, son président Patrice Yung le rappelait cette semaine, c’est 75% de la vie des gens.
Nos représentants à la CASE ont deux rôles à jouer. Et il est intéressant de constater que sur le bulletin de vote, ces 2 rôles sont très clairement séparés :
  • Ils seront élus par les habitants pour défendre les intérêts des habitants et de la commune, faire avancer les projets pour Saint-Pierre du Vauvray, et défendre les intérêts des Saint-Pierrois. Nous avons développé un programme que nous avons élaboré avec les Saint-Pierrois. Parce qu’une fois élu, on devient le maire de tous les habitants.
    Et évidemment, l’agglomération a un rôle prééminent à jouer pour aider la commune dans son développement.
    Les élus de la commune sont aussi à pour être des médiateurs entre les habitants de la commune et l’agglomération, le Conseil Général ou la Région. On se doit de les aider dans leurs démarches, ou leurs dossiers.
  • Le deuxième rôle, c’est l’élu du conseil communautaire. Là, l’élu agit dans l’intérêt de tous les habitants de l’agglomération. Ce qui profite aux uns doit profiter à tous.
    Patrice Yung a posé de bonnes questions : la compétence jeunesse doit elle revenir à la CASE pour aider les petites communes à réussir la réforme des rythmes scolaires ?
    Comment aider à l’égal accès pour tous, sur tout le territoire, à la santé ?
    Faut-il reprendre en régie publique le service de l’eau ?
    Faut-il instaurer un bonus pour ceux qui produisent moins de déchets ?
    D’autres questions se poseront, sur l’énergie, et l’aide aux économies d’énergie, sur les transports aussi, où le rôle de conseiller est de réfléchir globalement aux transports pour les habitants du territoire ; et celui de l’élu local qui est un travail de proximité et de terrain, qui connaît les besoins des habitants de la commune et doit défendre leurs intérêts. Et bien d’autres questions encore...
Quelle expérience, et quelles qualités sont requises pour nos élus, à la mairie et à la CASE ?
Jérôme a été adjoint, mais très vite, Alain Loëb avait retiré toutes les délégations et tous pouvoirs d’agir à ses 3 adjoints. Depuis plus de 5 ans, il a néanmoins assumé son rôle au sein du conseil municipal. Comme Laetitia, comme Pierre, Jorge et Benoît. Les choses de la commune, ils les connaissent très bien.
Pour avoir voulu mettre en œuvre le programme pour lequel ils ont été élus en 2008, ils ont été soit démis de leurs délégations, soit démissionnés de leurs postes d’adjoint. Malgré cela, ils ont choisi de continuer à défendre les affaires de la commune. En désaccord avec les méthodes du maire. Mais qu’a fait le maire en 6 ans ?
A la CASE, il a été Président du SCoT jusqu’à la fusion CASE-Seine-Bord.
Lorsque le maire a voulu prendre la présidence du SCoT, à la place de Jérôme Bourlet, c’est le Président de la CASE, Franck Martin, qui s’y est opposé. Non par choix politique, mais uniquement pour une raison de compétence. Bien lui en a pris. On se souvient de l’opposition que le SCoT avait soulevé. Jérôme a écouté. Il a fait œuvre de pédagogie, il a négocié, il a pris en compte les intérêts de tous. Et le SCoT a effectivement été voté, et mis en place.
De quelles qualités Jérôme a-t-il fait preuve ? D’abord d’une grande capacité de travail, la maîtrise des dossiers, et l'écoute, qui lui ont permis de jouer son rôle de médiateur et de négociateur.
Ces qualités d’ouverture, d'écoute et de compréhension, nous en avons vraiment très, très, besoin aujourd’hui.
Laetitia Sanchez est à l’aise dans les réunions, et elle travaille énormément (plus que de raison, à mon humble avis). Habile en résolution de conflit – normalement -, elle y échoue étonnamment à Saint-Pierre. On verra pourquoi… rien qu’en regardant les vidéos en bas du billet.
J’ai dit plus haut qu’elle s’en sortait très excellemment, même en débat avec des pointures, ou bien lors de grands congrès, où elle peut, où elle sait se faire applaudir, à l’instar de personnes plus connues qu’elle, devant des centaines de personnes..
Mais regardez ces vidéos de France 3 pour vous convaincre. Qui est le plus à même de défendre les intérêts de la commune ?

Oui pour la CASE, mais pour la commune et ses habitants ?

Première et seule adjointe, Linda Lamot fait preuve d'une très grande capacité d'écoute et d'empathie.
C'est une femme de caractère, elle est très organisée, attentive et au service des autres. Aujourd'hui, son temps libre elle l'offre à l'école maternelle où elle réalise bénévolement des ateliers informatiques avec les petits.
Elle connaît le village, elle en connaît les gens, elle a le sens de l'équipe et du partage. Son esprit d'écoute, sa cordialité, son sens de l'organisation, elle veut les mettre désormais au service de tous les habitants. C'est tout naturellement que nous lui avons demandé de bien vouloir être l'adjointe de Jérôme. Nous sommes heureux qu'elle ait accepté.
Nous l’avons dit : cette mandature sera placée sous le signe de l’équipe. Nous ne sommes pas là pour des places, mais pour nous mettre au service de la commune et de ses habitants. Chacun de nous a des aptitudes et des qualités diverses.
Il n'y aura pas d'autre adjoint, car chacun d'entre nous pourra orienter chaque personne vers l'élu qui sera le plus à même de résoudre une situation.
Nous profiterons des compétences de chacun, en matière de gestion, de communication, de négociation, en matière de gestion des ressources humaines, d'éducation, d’urbanisme, de connaissance du territoire et des institutions, pour relancer l'élan de la commune.
C’est vrai, on a des projets. On peut ne pas être d’accord, mais les compétences pour les mettre en place sont avérées. Nous vous promettons la transparence, et l'ouverture. Nous ne mènerons pas nos projets seuls, nous vous inviterons à en débattre et à y participer si vous le voulez. Et nous les mènerons à terme.
Dimanche, nous élirons un maire pour les six ans à venir. Le maire se doit d’être respectueux, poli, et à l'écoute de tous les habitants. Nous voterons aussi pour une équipe et des personnes capables de monter des dossiers, de les défendre, et de les faire aboutir, et qui ont envie d'animer le village. Nous en avons tous envie. Nous tisserons des liens entre les habitants, nous créerons des solidarités, en respectant les libertés de chacun.
Ce n'est pas un pari, c'est un pacte que nous passons avec nos concitoyens. Nous prenons nos responsabilités.
Bravo si vous avez réussi à tenir jusqu'à ces lignes.
Si vous aviez besoin d'une piqure de rappel pour vous rappeler le mandat précédent, et le pourquoi du fait qu'on n'ai rien obtenu et que tout soit enlisé, je vous invite à regarder, dans l'intégralité, ces vidéos issues du dernier conseil municipal. C'est long, certes. Mais ça ne dure pas 6 ans !

Alain Loëb (et sa liste ?) sortent leur programme… copié collé !

copie-colle
"L'argument, les personnages, le détail des aventures, le titre même, j'avais tout emprunté à un récit en images paru le trimestre précédent. Ce plagiat délibéré me délivrait de mes dernières inquiétudes : tout était forcément vrai puisque je n'inventais rien."
Jean-Paul Sartre (Les mots)
On connaît le goût du maire pour ne pas se fatiguer à écrire ses discours. Il avait peu apprécié qu'on le remarque la première fois, ce qui ne l'a pas empêché de récidiver. Un hommage au maire UMP de Gif-sur-Yvette, vraisemblablement.
Et pour le lancement de son programme, Alain Loëb a tenu à rendre hommage à notre programme : à force de nous suivre, de nous lire, de nous écouter, il a finalement compris la justesse de nos arguments.
Je ne peux que l'en féliciter !
Il y a une conseillère municipale qui avait indiqué à Jorge qu'ils savaient qu'ils n'avait pas la subvention pour la salle des fêtes. Cela a été confirmé par un autre adjoint proche de M. Loëb.
La même lui avait aussi confié qu'ils n'avaient pas fait de programme, et que c'était grosso-modo le même que le nôtre.
Considérons cela comme un hommage du maire à nos idées. Pas grave M. Loëb, vous avez apprécié notre programme, nous vous en remercions.
Le joli petit port de Camaret, où l'on peut distinguer la tour Vauban près de la jetée. image © Ouest-France
Et puis un programme, ce n'est pas que des idées : c'est aussi des titres, une mise en page, et une façon de se présenter dans les rues, aux portes des habitations, avec toute son équipe rassemblée et unie...
Dring ! dring !... Ah, c'est mon pote Google en qui me dit que non, les titres ne viennent pas de chez nous. Mais... de Camaret.
Camaret est une jolie petite ville de Bretagne, popularisée par ses alignements de menhirs, son joli petit port et la tour Vauban - qu'on distingue en arrière-plan sur la photo, et une chanson, disons-le, quelque peu grivoise.
Dans cette jolie petite ville, il y a une jolie petite liste qui a fait un ... site de campagne : une alternative pour Camaret Qu'y peut-on lire ?
Sur le site de Camaret : "[...] nous élaborerons une solide stratégie budgétaire et économique, soucieuse de la bonne gestion, à court, moyen et long terme, des finances communales, tout en répondant aux besoins essentiels et immédiats de l’ensemble des habitants."
Sur le programme de M. Loëb : "Notre stratégie budgtaire économique. Une stratégie soucieuse de la bonne gestion des finances communales tout en répondant à vos besoins essentiels et immédiats".
Sur le site de Camaret : "[...] une politique du cadre de vie ambitieuse, réfléchie et concertée en matière de voirie, d’eau et d’assainissement [...]"
Sur le programme de M. Loëb : "Une politique de cadre de vie ambitieuse réfléchie et concertée qui permet de : suivre les dossiers en matière d'eau, d'assainissement (gérés pas la CASE) afin de vous servir au mieux.".
Sur le site de Camaret : "La solidarité bien sûr : Afin d’apporter aux Camarétoises et Camarétois les solutions les plus appropriées à leurs problèmes, tout en assurant le lien et le dialogue entre les générations [...]"
Sur le programme de M. Loëb : "Une continuité de la solidarité. Pour vous apporter les solutions les plus appropriées à vos problèmes particuliers qui accompagnent chaque étape de votre vie.".
Il n'y a pas écrit "Camarétoises et Camarétois", ça se serait vu . En même temps, ça s'est vu !
Sur le site de Camaret : "Une forte démocratie locale."
"Un soutien financier, technique et humain à toutes les associations qui dynamisent notre Commune, dans tous les secteurs et relaient les attentes des habitants."
"Un effort accru de communication pour faire circuler l’information, expliquer les décisions, recueillir les propositions."
Sur le programme de M. Loëb : "Une démocratie locale."
"Favoriser le bon fonctionnement de la vie associative en lui assurant notre soutien financier et technique."
"[...] faire un effort accru de communication pour expliquer nos décisions."
"faire circuler l'information par l'édition d'un bulletin municipal mensuel déposé chez nos commerçants."
Pour une bonne nouvelle, c'est une bonne nouvelle ! Après près de 2 ans sans le recevoir, nous en avons reçu 2, coup sur coup, à l'orée des élections. Et désormais, on va en recevoir un tous les mois.
Par simple politesse, j'aurais trouvé plus juste d'écrire : "Comme à Camaret, nous élaborerons une solide stratégie budgétaire et économique, soucieuse de la bonne gestion, à court, moyen et long terme, des finances communales, tout en répondant aux besoins essentiels et immédiats de l’ensemble des habitants. Comme à Camaret, etc, etc."
Pour le reste du programme, nos propositions ont été saluées par le maire sortant. Puisqu'il les reprend à son compte.
Toutefois, toutefois, il y a des différences derrière les propositions des uns ou de l'autre. Et pas seulement sur le fait de ne l'avoir pas fait durant 6 ans, et de proposer de le faire dès l'élection passée. Le diable est dans les détails :
  • Pour ce qui est de suivre les dossiers en matière d'eau et d'assainissement, c'est tout de même un minimum pour une municipalité.
    Mais ça ne suffit pas. il faudra faire voter à la CASE une compétence qui est peut-être un détail pour vous, mais qui pour certains veut dire beaucoup (oui, moi aussi je plagie... Michel Berger - mais je le dis) : le service public d’assainissement non collectif (SPANC).
    Tant que la compétence du SPANC sur la réhabilitation n'est pas votée par la CASE, l'Agence de l'Eau se trouve dans l'incapacité à venir aider à la rénovation de l'assainissement non collectif, autrement dit l'assainissement individuel (fosse septique). Des aides qui peuvent atteindre 60% pour la réhabilitation d'un assainissement individuel.
  • Demander une ligne de bus Herqueville-Andé-SaintPierre du Vauvray-Val de Reuil, c'était une demande très forte de Jérôme Bourlet. Content de voir que le maire sortant adhère enfin à cette idée.
    Alain Loëb s'y était opposé à la commission déplacements de la CASE. ("La demande est trop faible pour une ligne régulière. Une ligne de transport en commun ne suffira pas à créer une croissance urbaine.")
  • Ca, c'est une idée originale, pas à nous : veiller à la reconduction des aides dont peuvent bénéficier nos commerces.
    Il serait tout de même assez farfelu d'aller s'opposer à ces aides, en même temps ;-)
    Ah ! Mais c'est sa seule proposition pour le commerce. Mince !
  • Des fois on se demande qui est le maire du village !
    Le maire sortant est tout de même maire depuis 6 ans. Et il nous propose de faire dans une semaine ce qu'il n'a pas fait en 6 ans.
    Sécuriser le centre-ville et les entrées du village. Centre-bourg, mais bon, je chipote.
    Zone 30 : il y était opposé lors de ses voeux en janvier. En février, nous avons sorti le résultat du questionnaire, c'était la sixième priorité des habitants... Et il en vient à proposer d'"engager une réflexion" sur l'entrée en zone 30... Le temps de compter Π (Pi) jusqu'à la dernière décimale, 2 fois de suite ?
    Supprimer le sens interdit du pont submersible... Ben facile : il reste une semaine pour le faire. Un arrêté, une scie à métaux (un sac plastique noir ?). Ca peut être fait dans la journée. Ce sera bon pour 17h ?
    Arrêts-minutes, signalétique, et pour l'île du bac, prévoir un passage piéton aussi, pour aller à l'arrêt de bus. Et dans la montée un minuscule ouvrage pour que les voitures ne puissent pas verser dans le fossé en cas de verglas. Vous aimez nos idées ? Votez pour nous.
  • Réhabilitation de nos bâtiment communaux. Promesse de 2008, tout de même. On en est où, cela devrait être fini, non ?
    Au lieu de dire : pour l'école, c'est pas la peine, je vais construire une nouvelle école dans le champ au bout de la rue Gourdon - et puis quoi, elle est où ? - ; ensuite la rénovation de la salle de fêtes, on fait pas comme vous dîtes parce que ça va coûter, et de vouloir trouver une subvention d'un demi million d'euros qu'on a pas - forcément ! - pour rénover simplement une petite salle des fêtes ; de totalement isoler la mairie qui est une passoire thermique, et au final il y a quoi ? Un algéco dans la cour ? Allons...
  • Restaurer la salle polyvalente (salle des fêtes).
    Confirmé, pas de subvention. Oups, pas d'aérothermie à 86 000 euros. Oups, pas de cuisine à 112 000 euros. On repart sur ce qu'on disait : isoler, changer le chauffage, mettre peut-être des puits de lumière, réaménager, restaurer, et le faire en collaboration avec les parties prenantes.
    Réinventer l'occupation des lieux aussi. Et donner un lieu, une maison des associations.
  • sortir du mode pause
    Alain Loëb veut poursuivre la pause de mobilier urbain. Cette proposition est plaisante, et même contraire à la nôtre : nous, nous proposons d'installer des bancs et des poubelles, retirées par la municipalité.
    Nous, nous voulons très vite quitter le mode "pause" pour passer au mode "play" et très vite, en réaliser la pose. Il n'y a pas de lapsus sans révélation...
  • Le fleurissement ? On est pour. Regardez nos propositions. Paillage, des légumes aussi, et puis surtout, quand je vois ce que font les habitants - et Jérôme, patron de la Teurgoule, sans aide, sans prêt de matériel... Sans remerciements. Euh, si : merci Jérôme :-)
    Mais quid des jardins familiaux. Zut, pas copiés-collés.
    Les fleurs ne doivent pas cacher la misère, non plus.
  • Des aires de jeux au coeur de notre village. C'est fort de café !
    C'était impossible. On pourrait pas le faire. Et c'est devenu une promesse du maire sortant. Il est ?
    Ah, oui : maire depuis 6 ans !
  • Adapter les rythmes scolaires !..
    Comme quoi ils ne sont pas bons. Et pourtant ! On avait réussi à travailler sur un projet ambitieux, et pas ruineux. Enseignants, parents, associations, tous ensemble nous étions d'accord. On a eu des réunions efficaces. Nous avons tous fait des compromis, toujours dans le seul objectif de l'intérêt des enfants.
    Monsieur le maire, vous aviez dit qu'enseignants et parents n'avaient pas le droit d'inviter les associations (et la CASE, l'éducation nationale, et vous-même et les élus), que vous les "convoqueriez vous-même. Ni invités, ni "convoqués".
    Vous avez dit que vous présenteriez un projet : Rien ! pas une ligne. Vous avez juste contré tous ceux qui ont bossé. Dans l'intérêt des enfants et de la collectivité. Il y en a eu de l'intelligence, et de la compréhension des uns et des autres, autour de la table.
    Mais vous avez contré, seul, toutes nos propositions. L'école n'est pourtant pas l'ennemie de la mairie, au contraire.
    Désolé de vous le dire : sur le sujet de la réforme, sur l'école et la jeunesse en général, vous n'êtes pas, ou plus, crédible.
  • Rénover un terrain de tennis. De qui se moque-t-on, depuis le temps qu'on en fait la demande ! Que ce ne sont pas de gros travaux, et qui sont indispensables. On le propose, et là, vous faites la proposition dans votre programme.
    Et oui, nous, citoyens, sommes vraiment des gogos.
  • Une dernière pour la route : activer les relations avec les services sociaux pour aider les familles en difficulté ou les parents isolés.
    Mais ça existe : vous ne cessez de diminuez le budget tous les ans, par 2 par an, parfois. Il est caché, inutilisé, et nous en parlons souvent. Cela s'appelle : le C.C.A.S., centre communal d'action sociale. Vous l'avez mis à terre, monsieur le maire.
Nous vous avons proposé un débat, vous l'avez refusé.
Je vous ouvre donc mes colonnes pour répondre. Comme elles sont toujours ouvertes, d'ailleurs.
Vous avez eu un comportement inadmissible en distillant vos courriers de corbeau, et en utilisant le compte et les fichiers de la mairie. Ce n'était pas signé, mais c'était vous.
Ayez ici la courtoisie de faire amende honorable, et répondez. Vous n'avez pas eu le courage de faire un site, ni votre propre programme. Je vous promets que votre réponse sera intacte dans les commentaires. Sinon...

Monsieur Le maire, puisque vous appréciez nos idées et nos propositions, et puisque vous n'avez pas su les mettre en place durant 6 ans, si vous voulez qu'elles voient le jour dans notre commune : votez pour nous le 23 mars !

L’association “Non à l’autoroute” A28-A13 a fait salle comble pour son débat public : les prochaines actions

Il a fallu rajouter des chaises, et de nombreuses personnes sont même restées debout, dans l’Auditorium de l’école de musique de Val de Reuil, ce mercredi 12 mars 2014.
A l’invitation de l’association « Non à l’autoroute », environ 250 personnes se sont déplacées pour avoir des informations et débattre du projet de liaison A28-A13.
Merci à tous les militants de l’association qui depuis des semaines ont distribué des milliers de tracts, dans les communes, à la gare, sur les marchés.
L'association 'Non à l'autoroute' A28-A13 a fait salle comble pour son débat public : les prochaines actions. Droit à l'image : © Olivier Sinombre

Un projet ressorti des cartons il y a quelques mois.

En juin dernier, la parution du Schéma National des Infrastructures Terrestres a placé la liaison A28-A13 dans le premier lot des investissements d’infrastructures prioritaires.
Or, le dernier débat public sur le sujet date de 2005.
La validité d’un débat public est normalement de 5 ans.
Pourtant, nous avons appris il y a quelques semaines qu’il n’y aurait pas de nouveau débat public, mais 9 réunions de concertation, vraisemblablement au début de l’été.
Avec une différence de taille entre un débat public et une concertation :
  • le débat a pour objet de se prononcer sur l’opportunité et l’acceptabilité d’un projet ;
  • la concertation est une information sur la mise en place du projet, avec les « compensations » éventuelles à y adjoindre.
L’association « Non à l’autoroute » dénonce cette absence d’un nouveau débat public : les données ont évolué depuis dix ans, avec notamment un nouveau tracé, et un projet autoroutier global, en lieu et place de la rocade et du « barreau eurois » dont il était question en 2005.
C’est à ce titre que l’association a souhaité organiser elle-même un débat. Nous remercions Denis Cheyssous, l’animateur de l’émission de France Inter « CO2 Mon Amour », pour l’intérêt qu’il porte à ce sujet. Nous le remercions d’avoir accepté notre invitation à venir animer le débat, à titre de « citoyen engagé ». Il a ainsi rappelé à la salle mobilisée les deux pollutions majeures qui minent nos sociétés modernes : l’indifférence et la résignation.
Les élus locaux, informés de cette réunion, ne se sont pas déplacés, hormis le maire de Val de Reuil, Marc-Antoine Jamet, la conseillère générale Janick Léger (la conseillère générale Leslie Cleret s’est excusée), plusieurs membres du conseil municipal de Léry, et des candidats à l’élection municipale des communes de Val de Reuil, Louviers, Léry, Igoville, Pitres…
Plusieurs intervenants ont répondu aux questions de Denis Cheissoux et de la salle :
  • Francis Bia, administrateur de « Haute-Normandie Nature Environnement », mobilisé depuis de très longues années sur le sujet du contournement Est de Rouen ;
  • René Hamon, président d’honneur de l’association ;
  • Jérôme Bourlet, conseiller régional et membre actif de l’association ;
  • Jean-Luc Léger, membre du CESER de Haute-Normandie et vice-président de l’association ;
  • François Merle, élu à la Communauté d’agglomération Seine-Eure et membre de l’association ;
  • Sophie Ozanne, membre de l’association ;
  • Christine Buquet-Collen, membre de l’association ;
  • La présidente de l’association « Non à l’autoroute », Valérie Demoget, n’a pu être présente pour raisons de santé. Remets-toi bien, Valérie.

Les diaporamas des intervenants.

Pour répondre aux questions de la salle sur le tracé, une carte a été montrée. A la question de l'emprise de 300 mètres, qui sera inscrite dans les PLU, Marc-Antoine Jamet a expliqué que l'autoroute ne serait pas centrée, induisant le fait qu'à un endroit du tracé un riverain de gauche pourrait être à 5m et celui de droite à 295m !

Après les questions de la salle, nous nous sommes mis d’accord sur les actions suivantes :

  • Un rendez-vous le 15 avril à l’installation du nouveau conseil de l’agglomération Seine-Eure-Bord, pour questionner les nouveaux élus sur leurs intentions de voter le financement du futur projet A28-A13 ;
  • La volonté de porter un recours en justice, en s’appuyant sur l’article 1 de la loi Grenelle de 2009 ;
  • La stratégie à adopter pour les réunions de concertation du début de l’été ;
  • La participation à différentes manifestations, notamment sportives (trail des 2 Amants) ;
  • Une nouvelle action au péage d’Incarville.

Et n’oubliez pas, plus nous serons nombreux, plus nous serons entendus !

Pour cela vous pouvez :
Pour la préservation de notre cadre de vie. Merci.

Le maire de Saint-Pierre du Vauvray fait son bilan : il est tout maigre…

Enfin on connaît le nom de la liste du maire sortant : « Tous pour Saint-Pierre » (et pas « Pierre pour tous saint » « Saint-Pierre pour tous »…). A quinze jours des élections, les membres de la liste ont distribué, non pas un programme, mais un bilan des six ans de mandat.
Quoique. Sur ce bilan, les noms des personnes ne sont pas écrits sur le tract. Il est écrit : « Alain Loëb et sa liste ». C'est donc le programme d'un seul, et de sa liste...
Mais comme toutes les listes municipales de toutes les communes de l’Eure ont été publiées, on peut tout de même aller lire ici les noms figurant sur sa liste...
Entrons dans le vif du sujet, et regardons donc chacun de des points du bilan :
  1. Des voies privées sont passées dans le domaine communal.
    Cela s’est fait  au conseil municipal. Prises à l’unanimité dans la plupart des cas (sauf un : le val Liard), cela a permis de verser la voirie dans le domaine public, et c’est l’intercommunalité, la CASE, qui hérite donc de la charge..
    C’est logique - et juste - dans le cas de nombres de résidents qui ont vu une faillite de la SCI et héritaient de la gestion des voies, qui ne devait pas être à leur charge au départ.
    Pour le Val au Queu et pour l’île du Bac cités dans le bilan, il convient de rappeler que c’est Pierre Clérout qui a lancé les chantiers..
    Et par la suite, c’est Jérôme Bourlet qui a finalisé les dossiers. Les habitants pourront se rappeler des réunions publiques qui ont eu lieu sur ces deux sujets (oui, oui, il y a eu des réunions publiques à l’époque où Jérôme, Benoît et Laetitia étaient adjoints, rappelez-vous…), avant de boucler ces projets.
    Quant aux Matrais, c’est bien le conseil municipal cette fois qui a voté le passage en domaine communal. Mais contrairement aux autres quartiers, si c’est bien la CASE qui sera maître-d’œuvre, c’est à la commune d’assumer la charge des travaux de drainage et d’assainissement avant de faire l’enrobé. Et donc, rien n’a été fait. Ca a été voté, c’est tout.
    Bilan : une compétence CASE, des chantiers entrepris par la municipalité précédente, et finalisés par Jérôme Bourlet.
  2. Pour le quartier de la Laiterie un plan d’aménagement devait être présenté aux habitants. Mais cela n’a pas eu lieu. Il met donc en cause la Siloge.
    Bilan : Rien ! Rien... Pourquoi donc aller mettre ça au bilan ? Remplir de mots ?
  3. Le rond-point sur la RD 6015 est clairement une compétence du Conseil Général. Nous parlons depuis des années de l’importance de ce chantier. Ainsi que de l’importance de la complétude de l’échangeur d’autoroute pour permettre aux camions d’emprunter l’autoroute au lieu de la nationale. Là, le maire n’a pas souhaité faire même un vœu. Le dossier a pris du retard, nous attendions le début des travaux dès 2013. Mais, rendons à César…, le maire n’est pas responsable de ce retard. Cela dit : pas plus qu’il ne l’est de l’ouvrage ! Le premier à avoir lancé le dossier était encore Pierrot Clérout. Désolé. Il faut toutefois accélérer ces travaux, car le site Ecoparc 2 continue de se développer.
    Bilan : ce n’est pas une compétence communale, mais du Conseil Général, et le chantier a pris du retard.
  4. L’embellissement du centre-bourg, une promesse en 2008. Non tenue. Ah : l’effacement des réseaux. Lancé, là encore, par Pierre Clérout. Il y avait à faire pourtant : on aurait pu en profiter pour revoir les trottoirs. On aurait dû en profiter pour installer un fourreau vide – pas cher - pour prévoir de tirer la fibre dans l’avenir, afin de ne pas devoir creuser de nouveau. Nous l’avions expliqué, encore, et encore. Et à la fin des travaux, les trottoirs étaient en pire état encore qu’auparavant. Mais quels trottoirs ont été prévus pour l’enfouissement et la réfection des éclairages ? Rue du Château, rue Gourdon et rue Grande. Soit, en allant de son domicile à la mairie, le maire a l’impression que l’éclairage est refait dans le village. Mais non. Partout ailleurs, l’éclairage a été laissé à l’abandon.
    Bilan : alors que dans les villages environnants, les municipalités en ont profité, en collaboration avec le SIEGE, pour refaire tout l’éclairage des communes, le maire en a profité... pour seulement faire les 2 rues qu’il arpente quotidiennement. Et sans penser au numérique.
  5. Les espaces verts : oui il y a le paillage, promu par la CASE, et oui le traitement est thermique évitant le recours aux produits phytosanitaires dangereux. Comme dans les cinq communes pilotes de la CASE retenues pour cette expérience. Et c’est très bien, même si le maire en a profité pour réclamer des traitements chimiques sitôt que la chaudière est tombée en panne.
    Très bien le fleurissement des Longchamps, proposé dès le début de mandat. En attendant l’aménagement de la plaine des Longchamps.
    Très bien le (petit) fleurissement à la gare. Mais que dire de l’état du parking de la gare. C’est pas Verdun, mais les trous sont là. Comme ça l’est sur tout le trottoir de la rue de la gare.
    Rue de la gare, encore, sur un emplacement qui appartient certes à la SNCF, mais dont tout le monde profite, Jérôme, patron de la Teurgoule, a demandé à débroussailler l’aire - enfin plaisante, merci qui ? -, en face de son restaurant. « C’est pas à nous. » Oui, mais à nous ou pas, c’était la jungle. Alors Jérôme a demandé un prêt de matériel pour le faire lui-même. Et face au refus, il l’a entièrement fait lui même. Merci à lui.
    Et le trottoir, c’est aussi à Jérôme de le refaire ?
    Bilan : des fleurs, comme il était prévu en début de mandat. C’est bien. On continuera et on essaiera d’en faire plus, de systématiser le paillage de lin sur les massifs fleuris et le broyat de déchets d‘élagage. Et comme à Louviers, et d’autres communes ou grandes villes, on placera des légumes dans les massifs.
    Où sont les jardins familiaux promis en début de mandat ? Et est-ce que les fleurs ne sont pas là pour cacher la misère des trottoirs misérables ou aménagements manquants ?
  6. L’école : l’enrobé a été refait sur le chemin sur le côté par Pierre Clérout. L’enrobé devant a été refait au cours du mandat. Mais quoi de plus normal ? Une mairie doit entretenir et sécuriser l’accès de l’école – même si j’estime que les accès pour les enfants ne sont pas sécurisés à l’entrée ou à la sortie de l’école. Une pompe de relevage - on a bataillé pour faire constater que les toilettes sentaient vraiment très mauvais. Par contre, l’instauration du service unique à la cantine, sans aucune concertation avec les parents, et contre leur avis, a conduit à une détérioration du service lors du temps du midi. C’est devenu insupportable pour les enfants et les familles.
    Quoi d’autre : ils ont remplacé la literie, car « la sieste de « nos »  petits est primordiale ».
    Vous avez fait quoi comme travaux au cours de ces six ans ? On a changé de literie...
    Allons ! Et encore ! Les parents l’ont obtenu de haute lutte. Il a fallu batailler pour l’avoir, pour ne pas avoir des lits superposés, au conseil d’école comme au conseil municipal.
    L’école ? On dirait qu’il s’agit pour le maire d’un haut lieu de résistance et d’opposition. Tous, enseignants, familles, enfants dans le même sac : des opposants qui veulent coûter de l’argent et ne pas remercier le maire de sa glorieuse générosité.
    Pas un mot sur l’ENR et le parc informatique de l’école, dont les parents sont à l’origine ou en collaboration avec les enseignants. Soit on récupère, soit on fait des affaires formidables, mais de merci : rien.  Normal, c’est pour les enfants. Mais pour la photo, le maire est là.
    Kermesses, carnavals, spectacles, on fait un gros boulot, mais toujours avec cette impression d’avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Toujours dans l’invective et le reproche. Alors que qu’est-ce qu’on fait ? On bosse. Ils donnent un coup de main ? Non.
    Ils contrôlent, vitupèrent ou pire.
    La réforme scolaire ? Refus de participer au travail collectif. Des problèmes sur le temps du midi, « c’est pas vrai », « vous avez pas de preuve ».
    On connaît tous les problèmes financiers, mais on cherche de vraies solutions. Pas forcément chères. Mais des solutions qui ne visent pas à vider plus encore l’école.
    Mince, 2 classes fermées depuis 2008 !
    Il faut désormais penser une école agréable, pour que les enfants puissent réussir leur scolarité dans de bonnes conditions. Il faut renouer très vite des relations normales avec l’école, les enseignants, le personnel et les familles. Ce sont tous des gens de grande qualité, capables de comprendre les enjeux, et surtout, les manières d’engager des chantiers structurants et économiques.
  7. Les terrains de sport : Je ne parle pas de celui de basket, ni des terrains de tennis. Sports honnis et terrains à l'abandon !
    Non, on parle seulement foot. Ben, ça tombe bien qu’il en parle. Nous avions été remettre à neuf les vestiaires avec les copains. On avait pris un samedi, des habits de chantier, des rouleaux et des pinceaux. Et la mairie avait "gracieusement" offert la peinture.
    On a passé un moment rigolo, on a discuté le rouleau à la main, et puis quand on a eu fini, on a pris une bière avec le sentiment du travail bien fait. Même les fils de Bruce ont participé, c’était classe, et il faisait beau. Merci qui ?
    Merci personne. On a juste trouvé les pots de peinture devant les vestiaires. On les a remis au même endroit. Tout était rénové et nettoyé. Si ça a été refait l’an dernier, je n’y étais pas. On ne m’a pas demandé, en même temps...
    On peut aussi se poser la qestion du public/gratuit, avec une équipe privée - dont les joueurs n'habitent pas la commune - et qui ne participent pas à l'entretien.
  8. La salle des fêtes : 508 000 euros. Un budget pharaonique pour une rénovation d’une salle de moins de 300 m2. « Voté en conseil municipal, ce projet verra son aboutissement dès l’obtention des subventions. »
    Une petite histoire : Jorge fait ses courses dans un supermarché surmonté d'un Grand L à Incarville. Il y rencontre Chantal, et surtout Murielle Pionnier, conseillère municipale et co-listière de la liste de M. Loëb. Ils parlent de choses et d'autres. Puis Jorge évoque la salle des fêtes. Il demande à la conseillère si elle ne considère pas que ce projet de rénovation - un demi million d'euros, se rend-on compte ? - et que l'on n'avait aucune assurance d'avoir les subventions claironnées.
    "T'as raison, il les ont pas !", répond Murielle Pionnier, sur le ton de la confidence. Mais assumé.
    Ils n'ont pas les subventions, c'était évident. Et ils le savent. Mais ils contnuent à nous les promettre, et peut-être vont-ils commencer le chantier - oui ou non ? - engageant, endettant chaque habitant dans des dépenses somptuaires ?
    Je suis Saint-Pierrois, comme vous. J'aimerais bien avoir un système de chauffage plus écolo. Mais pas à 86 000 €, qu'on ne pourra jamais rentabiliser. C'est un gouffre financier ! Et l'architecte lui-même ne dit pas le contraire. L'écologie doit être en premier lieu rentable. Sinon, elle n'intéressera personne. Soyons, pour nos finances, et nos projets, ambitieux, mais raisonnables. Vous avez envie de payer de vos poches un projet de plus d’un demi million d’euros ? Le prix du neuf, mais d'occasion ?
  9. il n’y a pas de neuf.
Je récapitule :
  • Des projets de voirie, pour la plupart lancés par Pierrot Clérout, le maire précédent, et bouclés par Jérôme ;
  • S’il n’y a rien dans le quartier de la Laiterie, ce n’est pas sa faute, mais la faute de la Siloge ;
  • Le rond-point de la RD 6015 lancé là encore par Pierrot, mais de la compétence du Conseil Général, et qui a pris du retard ;
  • Le maire peut aller de son domicile à la mairie à la mairie en bénéficiant d’un éclairage remis à neuf, sans gestion globale de l'éclairage, mais les trottoirs du centre-ville et le numérique (fibre internet) ont été oubliés, comme le reste du bourg ;
  • L’école, un chantier à revoir de A à Z, et tout reste à faire (mais on le fera) ;
  • Le stade de foot : les filets sont neufs, les pinceaux sont propres, mais toujours pas d’aménagements pour les petits, les seniors, les familles… ;
  • La salle des fêtes : il n’y a pas de subvention, donc soit on paye, et c’est une gabegie, soit c’est une promesse de papier !
Et c’est tout : 6 ans. Et le maire d'énumérer ses investissements :
  • Un camion-benne à moteur thermique (très largement sous-utilisé) ;
  • Une remorque ;
  • Une tronçonneuse ;
  • Une tondeuse ;
  • Une pompe hydraulique ;
  • Un algéco ;
  • Du matériel informatique ;
  • Des photocopieurs ;
  • Des systèmes de téléphonie ;
  • Et 3 ratons-laveurs.
Le maire se défend préventivement de toute ingérence dans les associations. On ne va pas refaire six ans d'histoire du village en un paragraphe.
Mais il est évident pour nous que les associations ne sont pas au service de la commune, et ce n'est nullement à la municipalité de diriger les associations. Elles sont l'émanation d'un collectif, et appartiennent et sont au service de leurs membres. De fait, elles rendent service à tous les habitants, et elles participent à la vie et l'animation du village.
Alors pas d'ingérence, naïvement je veux bien le croire. Mais.
Il confond association de parents d'élèves avec les parents d'élèves élus à l'école. Tous ça, c'est de l'opposition. BRRRRRRR les vilains pas beaux (qui rapportent de l'argent à la commune, eux) !
Et si on a eu toutes le peines du monde à obtenir la salle 2 heures au cours des derniers mois, mais attention pas la salle des fêtes : la pièce du haut (!).
La liste du maire, "tous pour saint pierre", disposera, elle, de la salle le 21 mars à 19h.
Je lis :"Aucun de nous n'est président, secrétaire ou trésorier au sein de ces associations."
Ben tiens!.. "C'est pas moi, c'est ma soeur, qu'a cassé la machine à vapeur..." En attendant, il n'a rien fait, ou si peu, en 6 ans ! Avec l'impression sûrement qu'assurer la gestion - et mal selon moi - du quotidien était la quintessence de la gestion publique.
Des projets il y en a eu. Quand il y a eu des travaux à faire à l'école : un projet de nouvelle école dans un endroit improbable. On n'en parle plus.
Du logement ? Un projet - partagé cette fois - pour les séniors, en plein coeur de ville, à proximité des commerces et services. C'est voté... et c'est devenu un garage.
Pas un projet n'a tenu la route, ni vu le jour. Et c'est au tour de la salle des fêtes de prendre l'eau. Ecole, réfection du centre-bourg, logements, les projets sont apparus comme des lubies, et ont tous subitement disparu.
Bilan du bilan ? Nous en avons fait l’expérience, et nous n’avons plus du tout confiance.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV