élections municipales de Saint-Pierre du Vauvray

Ce tag est associé à 1 articles

Merci aux 280 électeurs qui ont voté pour notre liste, et félicitations aux habitants de Saint-Pierre du Vauvray pour leur participation record.

Les habitants de notre commune ont choisi de reconduire M. Loëb dans ses fonctions de maire, avec 57% des voix
Nous nous inclinons.
Nous remercions chacun et chacune de l'accueil chaleureux qui nous a été fait. Et nous voulons remercier particulièrement tous les habitants qui l'ont voulu d'avoir participé activement à cette campagne.
Au nom de toute notre équipe, nous vous remercions pour avoir contribué à bâtir notre programme à nos côtés.
Nous vous remercions d'avoir répondu, nombreux, à notre questionnaire.
Nous vous remercions d'avoir participé, toujours plus nombreux, à nos cafés-citoyens qui ont été des moments d'échanges et d'effervescence, où nous avons discuté, un à un, de chacun des projets que nous allions présenter aux habitants. Un projet tout autant ambitieux, qu'il est réaliste.
Nous vous remercions de votre présence au grand jeu que nous avons organisé le 8 mars. Nous comptons bien qu'il y aura d'autres moments festifs comme celui-là.
Nous vous remercions de nous avoir accompagné-e-s, de bout en bout, tout au long de ces six mois. Ils nous ont semblé très, très courts.
Nous pourrions regretter de ne pas avoir gagné ces élections, mais nous respectons le choix des électeurs.
Avec 57% d'un côté et 43% de l'autre, certains pourraient croire que la commune pourrait être coupée en deux. Il n'en n'est rien : les habitants se sont prononcés sur des projets, nous l'espérons, et ils ont choisi celui de M. Loëb.
Nous en partageons nombre d'aspects : d'abord la promesse, que nous avions également faite de ne pas augmenter les taux d'imposition durant le mandat à venir.
La revalorisation du centre bourg, des trottoirs accessibles aux PMR, nous sommes pour, tout comme la réhabilitation du site Labelle. C'est là que se trouve l'avenir du village.
Et aussi pour la création d'une aire de jeux au coeur du village, la rénovation des courts de tennis, et tant qu'à faire, celui de basket. Nous sommes aussi très favorables à une aire de jeux à l'école, avec la pause du midi allongée.
Nous avons entendu la volonté de soutenir et développer le commerce local, ainsi que d'accompagner et adapter les rythmes scolaires. Nous souhaitons ardemment que ce soit fait au cours des années qui viennent.
La ligne de bus pour Val-de-Reuil était également dans notre projet, comme la sécurisation du centre bourg, des entrées de village, la signalétique et la zone 30.
Enfin, nous avons entendu la volonté des Saint-Pierrois de voter pour la réhabilitation et l'agrandissement de la salle des fêtes.
Ils ont voté pour ce projet, et nous ne pouvons décemment qu'accepter ce choix. Nous serons très heureux d'assister à son inauguration.
Nous avons entendu avec plaisir la volonté d'associer les habitants aux projets majeurs du conseil municipal, et la volonté affichée de consulter le public lors des décisions touchant notre cadre de vie. Tout comme la volonté de faire un effort accru de communication et d'éditer un bulletin mensuel. Nous le lirons chaque mois avec intérêt.
Tous ces projets, hormis la réhabilitation de la salle des fêtes que nous avions voulu moins onéreuse - mais démocratie oblige -, figuraient dans notre programme. Nous les abondons évidemment.
Nous souhaitons au conseil municipal de réussir en chacun d'eux. Nous adressons nos félicitations à M. Loëb et sa liste, d'avance, pour la réussite de tous ces projets, ainsi que pour leur élection.

Débat public, et enfin, nous rencontrons la liste complète de M. Loëb. Mais ils ne sont que trois à parler.

C'est le lièvre et la tortue. Le lièvre part en campagne ce soir, et nous explique son programme.
Après avoir refait l'histoire, expliquant que tous les maires précédents n'avaient rien fait en 30 ans, nous apprenons que M. Loëb a fait bouger sa commune en 6 ans.
Ouah ! Que d'animation à Saint-Pierre, que d'investissements. La commune en est révolutionnée...
Après un coup sur Jérôme Bourlet et son opposition, qui leur en aurait fait voir de toutes les couleurs - ben tiens -, on apprend que c'est l'opposition qui l'a empêché de réaliser quelque point de son programme.
Mais il a toujours eu la majorité (sinon, il ne serait plus maire). il a donc pu faire ce qu'il voulait. La question lui a été posée. Pas de réponse.
S'il ne l'a pas fait... c'est qu'il ne l'a pas fait. C'est tout.
Ils vont refaire les trottoirs, avec même des accès handicapés. D'accord. Pourquoi donc ne l'ont-ils fait en 6 ans ?
Ils ne pouvaient pas. Il fallait d'abord faire l'enfouissement des réseaux (sans le fourreau pour la fibre, c'était idiot, mais passons).
Pourtant, j'ai bien peur que les trottoirs, la circulation (et j'en profite pour tordre le cou à la rumeur qui dit qu'on mettrait un sens unique rue grande) et le centre commercial n'aient pas été étudiés sérieusement. Je n'ai jamais vu quoi que ce soit au conseil municipal !
Salle des fêtes, polyvalente, ou intergénérationnelle comme on veut : Ils auraient même la subvention (?!.). Il y a même un courrier de la Préfecture qui leur promettrait une subvention de 151.000 euros (il ne manquerait donc plus que 350 000 euros). A condition que?.. Je n'ai pas compris la condition.
Je demande à voir ce document agité devant nous. Mais le candidat à sa succession me dit qu'il ne le montrerait pas à moi. J'aime pourtant les documents, je les scrute, habituellement. "On va la faire circuler dans le public, mais pas à vous." Bien sûr, le document n'ira pas jusqu'au public !
Etonnamment, il n'est pas non plus sur le site internet de la commune, et nous n'avons rien sur le site du Conseil Général quant à l'obtention de quoi que ce soit.
S'il n'obtient pas la subvention, il n'y aura pas de travaux. Ce que j'en ai compris : il n'y aura pas de subvention, donc, dans la salle des fêtes, il n'y aura pas de travaux !
Ses adjoints et conseillers nous l'ont affirmé : "C'est du bla-bla électoral", pour l'un, et "c'est vrai, ils l'ont pas", pour l'autre.
Miroir aux alouettes !
Aires de jeux. Celle de M. Bourlet - qui avait les subventions - : on ne l'a pas faite pour des questions de garantie décennale. A cause des fondations.
Donc ils demanderont des subventions avec des sols permettant une garantie décennale.
Question : "La subvention, vous l'avez ?" Réponse embarrassée : non.
Encore un miroir aux alouettes.
L'école. Ecole et réforme scolaire !
Chauffage. Il est vieillissant.
Equipement ? Pas sa faute.
La réforme des rythmes scolaires ? Pas prête et il n'y a pas de plan. Il y a aura des personnes compétentes et formées, puisque c'est la loi. Mais les personnes ne sont pas prévues et les personnels n'ont pas reçu de formation.
La faute ? A nous sûrement ?
Un sujet torride et d'actualité, sur lequel Jérôme est très, très compétent : l'assainissement.
Jérôme explique comment les choses vont se passer pour les résidents qui vont devoir se raccorder. Soit ils le font eux-mêmes, soit ils signent un engagement qui leur permet de répartir les frais entre les habitants qui ont, pour les uns 5 ou 10 mètres de distance pour se raccorder, pour les autres, 50 mètres.
Jérôme a expliqué les aides, les modalités, le financement.
Le candidat Alain Loëb a expliqué aux électeurs qu'ils pouvaient se dédire de leur engagement. Si, à l'issue de l'étude, le coût était plus élevé pour eux que de le faire eux-mêmes.
Bien entendu, le cabinet d'études et les entrepreneurs iront en justice pour ne pas être floués. Nous parlons ici de mutualisation des coûts.
Les habitants qui sortiront du groupement auront un coût plus élevé et moins de subventions.
Un candidat, et maire, doit-il tromper la collectivité, ne serait-ce que par ignorance ?
Le discours est unique, et il n'existe sûrement pas une autre commune où un candidat, maire de surcroit, oserait avancer de tels arguments.
Dois-je revenir sur le fait que les intervenants extérieurs, nous, mais d'autres comme Adolphe Lamot, se sont vus couper la parole par M. Loëb, équipé d'un micro et d'une sono ?
Au cours de nos débats et réunions, nous les avons laissé intervenir à leur convenance. Question de style. Question de respect. Simple question de politesse.

Le lièvre et la tortue.

bulletin-thumb
Un tout petit rectificatif sur l’article de la Dépêche du jeudi 20 mars : le nom de la liste emmenée par Jérôme Bourlet, (et Linda, Claude, Laetitia, Pierre, France, Lydie, Jean-Luc, Pascale, Claude, Martine, Jorge Aminata, Benoît, et moi-même) n’est pas « Tous pour Saint-Pierre » mais « Avançons ensemble ».
Les lecteurs auront corrigé par eux-mêmes.
On lit dans la presse que la campagne est restée assez soft.
Sereine même, et agréable.
Nous étions les seuls candidats sur le terrain, depuis plusieurs mois. Nous avons pris le temps de questionner et d’écouter les habitants.
Nous avons pris le temps d’échanger ensemble, de faire des propositions, d’en débattre, et de préparer notre programme, en concertation avec toutes les personnes qui ont voulu y participer.
Nous continuerons de vous informer et de vous consulter lorsque vous nous aurez élu, si c'est là votre choix.
En allant à la rencontre des Saint-Pierrois, nous avons entendu beaucoup d'entre vous proposer des solutions, parfois à des petits problèmes, parfois à des problèmes plus complexes. Et toujours des solutions raisonnables et raisonnées. Nous sommes habitants et contribuables.
Ces solutions, nous sommes prêts à les mettre en place, d'autant que beaucoup ne relèvent que du simple bon sens, et ne sont pas forcément coûteuses.
Nous sommes prêts à nous mettre au travail et agir dès notre arrivée.
Au cours de cette campagne, nous sommes allés au contact des habitants, nous avons arpenté les quartiers, organisé des rencontres citoyennes.
Et il y a une chose que l'on a entendue : "nous sommes exclus de Saint-Pierre, on ne s'occupe pas de nous".
Nous l'avons entendu aux Longchamps. Nous l'avons entendu à l'île du bac, et nous l'avons entendu au Vieux-Rouen.
Ce n'est pas normal. Evidemment, le centre bourg mérite une attention toute particulière, car c'est le coeur du village. Et c'est là que se déroule l'activité commerciale, il y a l'école, et l'essentiel de la vie associative.
En tout point du village, on est Saint-Pierrois. Sans exclusion. Nous sommes allés vous y rencontrer parce qu'il s'agit de Saint-Pierre du Vauvray. Et nous y resterons présents, car il s'agit de Saint-Pierre du Vauvray. A l'écoute. Comme nous l'avons fait durant la campagne.
Je lis dans l'article de presse que pendant ce temps-là, le maire communiquait assez peu. Est-il à ce point coupé de ses administrés qu’il a voulu ne présenter sa liste qu’à la limite légale ? Que les membres de sa liste aient été si absents pendant toute la campagne. On ne les rencontrera tous que ce soir, 2 jours avant l’élection !
Ils n’ont même pas eu à rédiger de programme, il n’y avait qu’à se servir dans le nôtre.
Pas eu même de textes à écrire, il n’y a eu qu’à se servir sur un site camarétois.
Le maire prédit : « C’est l’histoire du lièvre et de la tortue ».
Oubliant sans doute que la morale que nous tirons de cette histoire, c’est que « rien ne sert de courir, il faut partir à point ».
Le maire revient sur le passé, 2008, lorsqu’il a retiré les délégations de ses adjoints, ceux-là mêmes qui l’avaient mis en place.
Ils ont payé leur erreur. Cash. Et pourtant, ils ont continué leur travail, celui pour lequel ils ont été élus.
Est-ce une trahison de voter contre des décisions lorsqu’elles ne sont pas bonnes, ou bien de demander d’en prendre, lorsqu’elles ne sont pas prises ? Et aussi de voter pour lorsqu’elles sont justifiées...
Nous ne ressassons pas le passé, nous sommes tranquillement et résolument tournés vers l’avenir.
Nous avons bâti un programme, ambitieux et raisonnable. Et nous aurons besoin de beaucoup de travail et de concentration pour le mettre en place, en accord avec les habitants.
Le mot de la fin ? Lorsqu’il faudra travailler avec d’autres après les élections, pour Jérôme, « cela ne posera pas de problèmes ». Pour Alain Loëb, « ce sera difficile ». Tout est dit.
depeche-20-mars

« L’expérience, la confiance » On pourrait ajouter : la compétence. C’est important aussi, la compétence…

Sur notre liste, quatre ex-adjoints, dont deux premiers adjoints, et un conseiller municipal, qui ont bien compris les erreurs à ne pas répéter.  Nous travaillons en équipe et nous nous répartirons les compétences pour le conseil municipal.
Il n’y aura qu’une seule adjointe aussi : nous ne sommes pas là pour des places.
Nous sommes là pour faire avancer la commune, ensemble.
Je cite l’ami Denis : « Le fait de ne savoir ni parler, ni écrire, d’être dans l’incapacité d’exprimer une pensée structurée, de prendre une décision constitue en soi un handicap insurmontable. »
Jérôme et Laetitia seront nos représentants à la CASE. Ils savent s’exprimer sans s’emporter, ni balbutier, animer un débat, négocier avec les autres maires, les institutions, les entreprises, et tous les partenaires. Ils savent prendre la parole en public, et nous l’avons tous constaté, sont plutôt doués pour faire des discours, c’est une chose, écrire et traiter les dossiers. Ils savent écrire, structurer leurs pensées et mettre en avant leurs arguments.
La CASE, son président Patrice Yung le rappelait cette semaine, c’est 75% de la vie des gens.
Nos représentants à la CASE ont deux rôles à jouer. Et il est intéressant de constater que sur le bulletin de vote, ces 2 rôles sont très clairement séparés :
  • Ils seront élus par les habitants pour défendre les intérêts des habitants et de la commune, faire avancer les projets pour Saint-Pierre du Vauvray, et défendre les intérêts des Saint-Pierrois. Nous avons développé un programme que nous avons élaboré avec les Saint-Pierrois. Parce qu’une fois élu, on devient le maire de tous les habitants.
    Et évidemment, l’agglomération a un rôle prééminent à jouer pour aider la commune dans son développement.
    Les élus de la commune sont aussi à pour être des médiateurs entre les habitants de la commune et l’agglomération, le Conseil Général ou la Région. On se doit de les aider dans leurs démarches, ou leurs dossiers.
  • Le deuxième rôle, c’est l’élu du conseil communautaire. Là, l’élu agit dans l’intérêt de tous les habitants de l’agglomération. Ce qui profite aux uns doit profiter à tous.
    Patrice Yung a posé de bonnes questions : la compétence jeunesse doit elle revenir à la CASE pour aider les petites communes à réussir la réforme des rythmes scolaires ?
    Comment aider à l’égal accès pour tous, sur tout le territoire, à la santé ?
    Faut-il reprendre en régie publique le service de l’eau ?
    Faut-il instaurer un bonus pour ceux qui produisent moins de déchets ?
    D’autres questions se poseront, sur l’énergie, et l’aide aux économies d’énergie, sur les transports aussi, où le rôle de conseiller est de réfléchir globalement aux transports pour les habitants du territoire ; et celui de l’élu local qui est un travail de proximité et de terrain, qui connaît les besoins des habitants de la commune et doit défendre leurs intérêts. Et bien d’autres questions encore...
Quelle expérience, et quelles qualités sont requises pour nos élus, à la mairie et à la CASE ?
Jérôme a été adjoint, mais très vite, Alain Loëb avait retiré toutes les délégations et tous pouvoirs d’agir à ses 3 adjoints. Depuis plus de 5 ans, il a néanmoins assumé son rôle au sein du conseil municipal. Comme Laetitia, comme Pierre, Jorge et Benoît. Les choses de la commune, ils les connaissent très bien.
Pour avoir voulu mettre en œuvre le programme pour lequel ils ont été élus en 2008, ils ont été soit démis de leurs délégations, soit démissionnés de leurs postes d’adjoint. Malgré cela, ils ont choisi de continuer à défendre les affaires de la commune. En désaccord avec les méthodes du maire. Mais qu’a fait le maire en 6 ans ?
A la CASE, il a été Président du SCoT jusqu’à la fusion CASE-Seine-Bord.
Lorsque le maire a voulu prendre la présidence du SCoT, à la place de Jérôme Bourlet, c’est le Président de la CASE, Franck Martin, qui s’y est opposé. Non par choix politique, mais uniquement pour une raison de compétence. Bien lui en a pris. On se souvient de l’opposition que le SCoT avait soulevé. Jérôme a écouté. Il a fait œuvre de pédagogie, il a négocié, il a pris en compte les intérêts de tous. Et le SCoT a effectivement été voté, et mis en place.
De quelles qualités Jérôme a-t-il fait preuve ? D’abord d’une grande capacité de travail, la maîtrise des dossiers, et l'écoute, qui lui ont permis de jouer son rôle de médiateur et de négociateur.
Ces qualités d’ouverture, d'écoute et de compréhension, nous en avons vraiment très, très, besoin aujourd’hui.
Laetitia Sanchez est à l’aise dans les réunions, et elle travaille énormément (plus que de raison, à mon humble avis). Habile en résolution de conflit – normalement -, elle y échoue étonnamment à Saint-Pierre. On verra pourquoi… rien qu’en regardant les vidéos en bas du billet.
J’ai dit plus haut qu’elle s’en sortait très excellemment, même en débat avec des pointures, ou bien lors de grands congrès, où elle peut, où elle sait se faire applaudir, à l’instar de personnes plus connues qu’elle, devant des centaines de personnes..
Mais regardez ces vidéos de France 3 pour vous convaincre. Qui est le plus à même de défendre les intérêts de la commune ?

Oui pour la CASE, mais pour la commune et ses habitants ?

Première et seule adjointe, Linda Lamot fait preuve d'une très grande capacité d'écoute et d'empathie.
C'est une femme de caractère, elle est très organisée, attentive et au service des autres. Aujourd'hui, son temps libre elle l'offre à l'école maternelle où elle réalise bénévolement des ateliers informatiques avec les petits.
Elle connaît le village, elle en connaît les gens, elle a le sens de l'équipe et du partage. Son esprit d'écoute, sa cordialité, son sens de l'organisation, elle veut les mettre désormais au service de tous les habitants. C'est tout naturellement que nous lui avons demandé de bien vouloir être l'adjointe de Jérôme. Nous sommes heureux qu'elle ait accepté.
Nous l’avons dit : cette mandature sera placée sous le signe de l’équipe. Nous ne sommes pas là pour des places, mais pour nous mettre au service de la commune et de ses habitants. Chacun de nous a des aptitudes et des qualités diverses.
Il n'y aura pas d'autre adjoint, car chacun d'entre nous pourra orienter chaque personne vers l'élu qui sera le plus à même de résoudre une situation.
Nous profiterons des compétences de chacun, en matière de gestion, de communication, de négociation, en matière de gestion des ressources humaines, d'éducation, d’urbanisme, de connaissance du territoire et des institutions, pour relancer l'élan de la commune.
C’est vrai, on a des projets. On peut ne pas être d’accord, mais les compétences pour les mettre en place sont avérées. Nous vous promettons la transparence, et l'ouverture. Nous ne mènerons pas nos projets seuls, nous vous inviterons à en débattre et à y participer si vous le voulez. Et nous les mènerons à terme.
Dimanche, nous élirons un maire pour les six ans à venir. Le maire se doit d’être respectueux, poli, et à l'écoute de tous les habitants. Nous voterons aussi pour une équipe et des personnes capables de monter des dossiers, de les défendre, et de les faire aboutir, et qui ont envie d'animer le village. Nous en avons tous envie. Nous tisserons des liens entre les habitants, nous créerons des solidarités, en respectant les libertés de chacun.
Ce n'est pas un pari, c'est un pacte que nous passons avec nos concitoyens. Nous prenons nos responsabilités.
Bravo si vous avez réussi à tenir jusqu'à ces lignes.
Si vous aviez besoin d'une piqure de rappel pour vous rappeler le mandat précédent, et le pourquoi du fait qu'on n'ai rien obtenu et que tout soit enlisé, je vous invite à regarder, dans l'intégralité, ces vidéos issues du dernier conseil municipal. C'est long, certes. Mais ça ne dure pas 6 ans !

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV