Accueil > vite dit > Débat public, et enfin, nous rencontrons la liste complète de M. Loëb. Mais ils ne sont que trois à parler.

Débat public, et enfin, nous rencontrons la liste complète de M. Loëb. Mais ils ne sont que trois à parler.

C’est le lièvre et la tortue. Le lièvre part en campagne ce soir, et nous explique son programme.
Après avoir refait l’histoire, expliquant que tous les maires précédents n’avaient rien fait en 30 ans, nous apprenons que M. Loëb a fait bouger sa commune en 6 ans.
Ouah ! Que d’animation à Saint-Pierre, que d’investissements. La commune en est révolutionnée…
Après un coup sur Jérôme Bourlet et son opposition, qui leur en aurait fait voir de toutes les couleurs – ben tiens -, on apprend que c’est l’opposition qui l’a empêché de réaliser quelque point de son programme.
Mais il a toujours eu la majorité (sinon, il ne serait plus maire). il a donc pu faire ce qu’il voulait. La question lui a été posée. Pas de réponse.
S’il ne l’a pas fait… c’est qu’il ne l’a pas fait. C’est tout.
Ils vont refaire les trottoirs, avec même des accès handicapés. D’accord. Pourquoi donc ne l’ont-ils fait en 6 ans ?
Ils ne pouvaient pas. Il fallait d’abord faire l’enfouissement des réseaux (sans le fourreau pour la fibre, c’était idiot, mais passons).
Pourtant, j’ai bien peur que les trottoirs, la circulation (et j’en profite pour tordre le cou à la rumeur qui dit qu’on mettrait un sens unique rue grande) et le centre commercial n’aient pas été étudiés sérieusement. Je n’ai jamais vu quoi que ce soit au conseil municipal !
Salle des fêtes, polyvalente, ou intergénérationnelle comme on veut : Ils auraient même la subvention (?!.). Il y a même un courrier de la Préfecture qui leur promettrait une subvention de 151.000 euros (il ne manquerait donc plus que 350 000 euros). A condition que?.. Je n’ai pas compris la condition.
Je demande à voir ce document agité devant nous. Mais le candidat à sa succession me dit qu’il ne le montrerait pas à moi. J’aime pourtant les documents, je les scrute, habituellement. “On va la faire circuler dans le public, mais pas à vous.” Bien sûr, le document n’ira pas jusqu’au public !
Etonnamment, il n’est pas non plus sur le site internet de la commune, et nous n’avons rien sur le site du Conseil Général quant à l’obtention de quoi que ce soit.
S’il n’obtient pas la subvention, il n’y aura pas de travaux. Ce que j’en ai compris : il n’y aura pas de subvention, donc, dans la salle des fêtes, il n’y aura pas de travaux !
Ses adjoints et conseillers nous l’ont affirmé : “C’est du bla-bla électoral”, pour l’un, et “c’est vrai, ils l’ont pas”, pour l’autre.
Miroir aux alouettes !
Aires de jeux. Celle de M. Bourlet – qui avait les subventions – : on ne l’a pas faite pour des questions de garantie décennale. A cause des fondations.
Donc ils demanderont des subventions avec des sols permettant une garantie décennale.
Question : “La subvention, vous l’avez ?” Réponse embarrassée : non.
Encore un miroir aux alouettes.
L’école. Ecole et réforme scolaire !
Chauffage. Il est vieillissant.
Equipement ? Pas sa faute.
La réforme des rythmes scolaires ? Pas prête et il n’y a pas de plan. Il y a aura des personnes compétentes et formées, puisque c’est la loi. Mais les personnes ne sont pas prévues et les personnels n’ont pas reçu de formation.
La faute ? A nous sûrement ?
Un sujet torride et d’actualité, sur lequel Jérôme est très, très compétent : l’assainissement.
Jérôme explique comment les choses vont se passer pour les résidents qui vont devoir se raccorder. Soit ils le font eux-mêmes, soit ils signent un engagement qui leur permet de répartir les frais entre les habitants qui ont, pour les uns 5 ou 10 mètres de distance pour se raccorder, pour les autres, 50 mètres.
Jérôme a expliqué les aides, les modalités, le financement.
Le candidat Alain Loëb a expliqué aux électeurs qu’ils pouvaient se dédire de leur engagement. Si, à l’issue de l’étude, le coût était plus élevé pour eux que de le faire eux-mêmes.
Bien entendu, le cabinet d’études et les entrepreneurs iront en justice pour ne pas être floués. Nous parlons ici de mutualisation des coûts.
Les habitants qui sortiront du groupement auront un coût plus élevé et moins de subventions.
Un candidat, et maire, doit-il tromper la collectivité, ne serait-ce que par ignorance ?
Le discours est unique, et il n’existe sûrement pas une autre commune où un candidat, maire de surcroit, oserait avancer de tels arguments.
Dois-je revenir sur le fait que les intervenants extérieurs, nous, mais d’autres comme Adolphe Lamot, se sont vus couper la parole par M. Loëb, équipé d’un micro et d’une sono ?
Au cours de nos débats et réunions, nous les avons laissé intervenir à leur convenance. Question de style. Question de respect. Simple question de politesse.

nono

Si vous voulez entamer une discussion, vous serez le (la) premier(e) à donner votre avis...

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV