Accueil > commune > Conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray, 2 février 2010

Conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray, 2 février 2010

Le Conseil Municipal de Saint-Pierre du Vauvray s’est réuni lieu le 2 février 2010. N’hésitez pas à monter le son, il est assez faible…
Dans ce premier 1/4 d’heure, Jérôme demande à ce que soit mise en question diverse une subvention à l’école élémentaire afin de financer la classe patrimoine qui partira en juin.
Cette question vient après qu’une autre subvention, d’un montant de 1.900 €, destinée au Moulin d’Andé pour un partenariat avec le Conservatoire de Rouen et l’Opéra de Rouen Haute-Normandie, ait été ajoutée à l’ordre du jour.
Le maire pense que la municipalité a fait un gros effort au niveau de l’école. Les gens, en fonctions de leur quotient familial peuvent déposer un dossier au C.C.A.S. pour qu’il soit examiné, cela passe par le soutien aux familles. Cette question pourra être mise à l’ordre du jour lors du prochain conseil qui va arriver très rapidement. Le maire souhaite rencontrer l’Association des parents d’élèves, voir ce qui nous manque. Le maire pense qu’il faut aussi appliquer le quotient familial sur ce voyage.
Tous les 2 ans, pour financer cette classe transplantée, la mairie verse déjà plus de 2.000 €. Pour le maire, la municipalité finance déjà, elle ne peut pas financer une deuxième fois.
Toutefois, ce n’est pas non. Le maire veut examiner le dossier, et voir financièrement combien la municipalité peut mettre. C’est donc une bonne nouvelle pour les élèves qui partiront vers les châteaux de la Loire en juin !
La seconde partie concerne les changement des machines d’imprimerie numérique de la mairie. Les questions posées portent sur le nombre de copies, le renouvellement du contrat de l’imprimante de la mairie, et l’arrêt des contrats des autres imprimantes.
Chiffres clés :
  • 101.000 copies par an pour le poste mairie, dont 10.000 couleurs et 91.000 n&b. 15.000 copies pour l’école maternelle. Et 55.000 copies pour l’école élémentaire.
  • Sur une moyenne de 250 jours ouvrés (5 jours/semaine, et 52 semaines), le nombre d’impressions par jour est de plus de 400 copies par jour, dont 40 copies couleurs.
  • Actuellement la location mensuelle est de 515 € par mois, soit 6.180 € par an
  • Le coût actuel d’une copie à l’unité est de 0,15 € pour une copie couleur, et 0,10 € pour une copie n&b (soit 10.600 € par an pour le poste mairie, et 6,000 € pour les 2 écoles).
  • Le contrat va être renégocié. Le contrat des 3 petites machines (les 2 écoles, et la mairie), s’arrêtera dans 18 mois. Cela représentera un montant de 245,98 € /mois pour les mois restants. La machine principale de la mairie sera remplacé par un nouveau modèle, un Ricoh MPC 2800, pour une location mensuelle de 320 € /mois. Soit une location mensuelle de 565,98 € / mois durant les prochains 18 mois. A cette date, le contrat des petites machines s’arrêtant, il n’y aura plus que le contrat de la grosse machine de la mairie, soit 320 € /mois.
  • Avec cette imprimante, le coût d’une page passera de 0,15 € à 0,06 € (coût d’une page couleur), et 0,10 € à 0,006 € (noir & blanc).
  • Le coût mensuel des impressions est actuellement de 901,82 €, il passera à 711,49 € pendant les 18 prochains mois, puis passera à 465 € par mois, pendant les 45 mois suivants.
  • La destination des impressions : le journal (15.000 pages n&b en 2009, mais imprimé en couleurs en imprimerie en 2010), les affiches pour les Associations, le secrétariat, et les documents administratifs qui doivent être photocopiés en couleurs.
  • Pour la commerciale, les chiffres peuvent paraître énormes, mais c’est dérisoire pour une mairie. “Cela ne paraît pas totalement absurde”.
Concernant la demande de subvention de la classe transplantée :
Le maire prend fait et cause, concernant la classe patrimoine pour le quotient familial. Ce système n’avait pas été retenu pour la tarification de la cantine, pour des raisons de charge de travail supplémentaire affectée au secrétariat de la mairie, les choses évoluent. C’est tant mieux.
Par contre, ce n’est pas ce qui a été proposé aux parents : le directeur de l’école, qui a organisé ce voyage, l’a présenté. C’est à la fois un projet de voyage splendide et l’occasion de faire un travail pédagogique sur toutes les faces de ce voyage. Sur l’histoire, la renaissance bien sûr, et aussi une histoire plus moderne lorsque que les châteaux de la Loire rencontrent Tintin, par la visite du château de Cheverny (qui a servi de modèle au château de Moulinsart), la géographie, les sciences et l’ingénierie, avec aussi une visite du musée de la magie Robert-Houdin, les inventions de Léonard de Vinci, et aussi du spectacle vivant, comme celui du Cadre Noir de Saumur… C’est un voyage qui permettra de souder ces petits citoyens, et il s’en souviendront très longtemps : tu te rappelles ? Nous y étions…
Pour les parents, le financement de ce projet n’a pas été proposé sur le mode du quotient familial. Mais le voyage coûtera cher à chacun. Initialement, ce voyage devait revenir à 140 € par enfant. Cela est très cher pour certains. Et au-delà de 5 désistements, le voyage serait annulé.
Afin d’éviter l’annulation de cette classe transplantée, le directeur propose de tout faire pour réduire la facture individuelle à 70 € par enfant. Pour cela Aussi, le directeur propose d’utiliser les fonds de la coopérative de l’école pour aider au financement. Mais nous sommes encore loin du compte.
Les parents ne peuvent donc être qu’heureux d’apprendre qu’une subvention sera proposée à l’ordre du jour du prochain conseil municipal, lorsque ce projet aura été chiffré et budgeté.
Ravi que le Conseil Municipal prenne enfin en compte l’Association des parents d’élèves. Sur le principe, les fonds que lève l’Association des parents d’élèves – qui seront intégralement reversés aux écoles, maternelle et élémentaire – servent à subventionner tout projet scolaire, la motivation de tous les parents qui organisent et participent aux manifestations dépassent les seules classes concernées par la classe transplantée. Je pense aussi aux enseignants, qui en primaire, comme en maternelle, relayent les actions de l’Association, et je les en remercie. Dans les faits, Je pense toutefois que l’essentiel ira au financement du projet de M. Carré. Car notre objectif principal est de ne pas faire capoter ce magnifique projet, et que les enfants de CM1 et CM2 aient eu, comme cela s’est toujours fait dans le passé, la chance de participer une fois au moins à une classe transplantée au cours de leur scolarité à Saint-Pierre du Vauvray.
Dans le principe encore : dans ses statuts, si “l’Association se réserve le droit de subventionner tout projet scolaire après avoir délibéré de son caractère éducatif”, on y précise qu'”en aucun cas, elle n’entend se substituer aux administrations responsables”.
Dans les faits, je pense que l’Association jouera le jeu avec l’école et la mairie, et indiquera, après le loto du 21 février (venez nombreux !), la somme qu’elle aura réussi à collecter pour le voyage.
Nous entendons la volonté de la municipalité de connaître les chiffres et le budget, pour le compléter.
Mon avis, s’il importe, sur le renouvellement de la photocopieuse
Le photocopieur Ricoh mpc 2800 semble assurément une machine plus adaptée que la machine actuelle pour la mairie d’une commune de notre taille.
Bien sûr le choix ne m’appartient en rien.
Cependant, pour information, une rapide recherche sur google m’a renvoyé les liens :
CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU SOMMAIRE DE LA SÉANCE DU 3 JUILLET 2009 – Le Touquet
PROCES –VERBAL REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 11 DECEMBRE 2009 – Saint Amant de Boixe
Dans le compte rendu du conseil municipal de la commune du Touquet,
“un marché relatif à l’achat et la maintenance de deux photocopieurs numériques couleurs avec la SAS RICOH FRANCE (383 avenue du Général de Gaulle – 92143 CLAMART CEDEX) portant sur l’achat et la maintenance de deux photocopieurs numériques couleurs (Ricoh MPC 2800).Le coût total d’acquisition de ces deux photocopieurs s’élève à 6 691,40 € HT.
La maintenance se présente sous la forme d’un coût à la copie (A4 et A3), qui s’élève pour le noir et blanc à 0,0039 € HT et pour la couleur 0,039 € HT.”
Cependant, des coûts à la page si bas me laissent à penser que la taille de la commune, et donc son parc, a pu permettre d’obtenir des prix serrés, notamment concernant les coûts à la page.
Saint Amant-de-Boixe, près d’Angoulême, est une commune de 1.200 habitants, plus proche donc de la configuration de Saint-Pierre du Vauvray.
Dans le compte rendu du conseil municipal je note :
“La proposition de RICOH pour le remplacement du copieur actuel de l’Abbaye par un copieur couleur multifonctions MPC 2800 en contrat location avec maintenance du matériel pour un coût trimestriel de 350 € H.T est acceptée.”
Il s’agit là d’un coût d’acquisition bien inférieur à la proposition de la société Debucy, avec toutefois un coût à la page un tout petit peu supérieur, avec 0,07 € la copie couleur (contre 0,06 € dans votre proposition), et 0,007 € (contre 0,006€) la copie n&b.
Cependant, en coût trimestriel, cela représente une différence minime, si on se base sur le nombre d’impressions de la mairie :
150 € pour 2500 pages couleurs à 0,06€ la copie et 175 € à 0,07 € la page.
136,5 € pour 22750 pages n&b à 0,006€ la copie, et 159,25 € pour le même nombre de pages à 0,007€ la copie.
La différence pour la location offre un différentiel de 610 € par trimestre. Si on inclue le surcoût à la copie, cela réduit la différence à 562,50 € par trimestre, soit 2.249 € par an.
Peut-être cela vaut-il le coup de se renseigner auprès de cette mairie ?
L’autre information, qui peut intéresser l’Association de parents d’élèves, est que les associations Saint-Pierroise peuvent faire imprimer affiches et photocopies en mairie. Je sais que pour l’Association de parents d’élèves, l’impression est faite avec les moyens du bord, en requérant les ressources personnelles des adhérents.
Une subvention au Moulin d’Andé…
La première chose que j’y vois, c’est le désengagement de la DRAC,et donc de l’Etat, sur les affaires culturelles, et le report de fait sur les petites communes pour financer les structures culturelles locales.
Dans le rapport présenté le 10 juillet 2009 au conseil municipal de Rouen, on peut lire :

Le conservatoire de ROUEN, dans le cadre de ses missions pédagogiques, artistiques et de développement des pratiques artistiques amateurs peut être amené à établir des conventions de partenariat.
Le conservatoire souhaite formaliser un partenariat avec deux structures culturelles : l’Opéra de ROUEN Haute‑Normandie et le Moulin d’Andé.[…]
Le partenariat entre le conservatoire de ROUEN et le centre culturel du Moulin d’Andé répond à la volonté de favoriser les échanges avec une structure culturelle, notamment en termes d’accueil des élèves ou des étudiants du conservatoire, dans un contexte professionnel.
Le moulin d’Andé est le dernier spécimen des moulins « pendants ». Edifié à la fin du XIIème siècle sur un bras de la Seine, en Normandie, entre LES ANDELYS et ROUEN, il est classé monument historique et a récemment reçu du ministère de la Culture et de la Communication le label de Centre Culturel de Rencontre
Cette spécificité culturelle débouche aujourd’hui sur une volonté de partenariat entre les deux structures, qui se fixent plusieurs objectifs :
  • favoriser les échanges et les rencontres dans le domaine de la pédagogie, de la diffusion et de la création dans les disciplines musicales, chorégraphiques et théâtrales,
  • dynamiser le rayonnement des deux structures en présence sur le territoire régional,
  • diversifier et développer la vie culturelle dans les territoires et plus particulièrement en milieu rural,
  • contribuer à démocratiser l’acte culturel en favorisant l’accès aux pratiques artistiques à tous les citoyens,
  • élargir et renouveler les publics.
Le partenariat se déclinera autour de quatre axes majeurs :
  • la décentralisation d’activités pédagogiques du conservatoire de ROUEN, se traduisant par un accueil au Moulin d’Andé d’élèves et/ou d’étudiants encadrés par leur enseignant ou un intervenant extérieur,
  • la possibilité pour des élèves et/ou étudiants du conservatoire de pouvoir bénéficier de la présence d’artistes en résidence au Moulin d’Andé,
  • l’accueil au Moulin d’Andé, dans le cadre de sa programmation, de prestations artistiques proposées par le conservatoire,
  • l’accueil en résidence au Moulin d’Andé d’étudiants du conservatoire en parcours de licence d’artiste interprète, formation professionnalisante mise en place conjointement avec l’Université de ROUEN.
Dans le cadre de ces actions, le conservatoire et le Moulin d’Andé s’engagent à mettre en oeuvre les moyens logistiques et financiers nécessaires à la concrétisation de leurs projets.
Ces partenariats doivent être formalisés dans le cadre de conventions.

Le Moulin d’Andé, pour ce partenariat, demande aux 3 communes d’Andé, de Saint-Pierre du Vauvray et de Saint-Etienne du Vauvray, une subvention pour un montant total de 3.800 €. ce qui représentera pour notre commune un investissement de 1.266 € si la commune de Saint-Etienne l’accepte, et de 1.900 € si la commune de Saint-Etienne ne la vote pas (mais espérons que ce sera un projet commun).
Si les communes, pour ce prix, ne sont pas co-productrices, elles se verront rembourser tout ou partie de ces subventions en fonctions du nombre d’entrées. En outre, cela permettra aux élèves des écoles des 3 communes d’aller rencontrer d’autres élèves, du Conservatoire ceux-là, lors de leurs répétitions (j’espère néanmoins que, pour le prix, tout sera gratuit pour ceux-ci, et que les transports sont prévus).
L’autre chose que je vois dans cette subvention, c’est que les 3 communes s’engagent, ensemble, dans la vision d’un pôle de communes, pour “diversifier et développer la vie culturelle dans les territoires et plus particulièrement en milieu rural”, et “contribuer à démocratiser l’acte culturel en favorisant l’accès aux pratiques artistiques à tous les citoyens”, qui sont les 2 objectifs de ce partenariat qui nous concernent particulièrement…
Le Conseil Municipal de Saint-Pierre du Vauvray s’est réuni lieu le 2 février 2010.
C’est un moment républicain, démocratique, ouvert au public. Cette ouverture se caractérise par le droit d’assister, d’enregistrer et diffuser, éventuellement sur un site internet, les débats.
Cela relève de l’information citoyenne. Il est rare qu’il y ait des citoyens qui assistent à ces débats. Pourtant, ces débats nous intéressent, et, s’il ne nous est pas possible en tant que citoyen d’y participer, pour diverses raisons, leur retransmission est un acte essentiel. C’est le pari que font de nombreuses communes, et pour ne citer que des communes proches, Louviers diffuse en “live” le conseil, disponible encore ensuite, et Val-de-Reuil diffuse aussi ses conseils municiapux sur internet.
Pourquoi les diffuser ? Parce que l’information municipale permet aux citoyens de mieux s’intégrer, participer, et s’impliquer dans la vie de la commune.
Parce que les rapports des compte-rendus ne sont plus diffusés par la mairie, que ce soit sur internet, ou sur le bulletin municipal.
C’est dans ce sens que nous avions créé et développé le blog de la commune. Avec un agenda pour prévenir, entre autres, des conseils municipaux à venir (ils n’y figurent malheureusement plus), et une rubrique conseils municipaux. Le dernier compte-rendu date du 14 mai 2008.
Parce qu’un compte-rendu des débats en vidéo permet de mieux comprendre le sens des décisions prises.
Nous essayons donc de transmettre l’information sur ce modeste blog, dans la mesure du possible, avec nos modestes moyens. Et nous prévenons dans notre agenda de la tenue des Conseils Municipaux et de leur ordre du jour.
Assurer la couverture vidéo des débats n’a été qu’une réussite partielle : L’autonomie de l’appareil photo de la conseillère municipale, Laetitia, n’a été que d’1/2 heure. J’espère que ce sera mieux la prochaine fois…
Je déplore le geste du maire, quelques instants après la sortie de la commerciale de l’entreprise Debucy invitée : le maire a braqué le projecteur halogène que l’on voit au fond de la pièce, derrière le maire, dans les yeux de 3 conseillers, pendant plus d’une minute. Cet acte gratuit ne peut pas être qualifié d’appel à la sérénité des débats.
nono

déjà 4 commentaires pour cet article

  1. Fév 2010
    10
    17 h 25

    Bonjour ,
    Pour info quand j’étais directeur de l’école de Saint-Etienne du Vauvray , le financement des classes transplantées était assuré de la manière suivante : 1/3 parents , 1/3 coopérative scolaire et 1/3 par la mairie.Le projet était présenté au conseil municipal .Le CCAS avait la possibilité d’intervenir pour les familles en difficulté car il était hors de question de laisser un enfant à l’école quand les autres partaient.
    Je rejoins l’analyse sur l’intérêt pédagogique en insistant sur le “vivre ensemble “.
    Les souvenirs même 15 ans après sont encore vivaces .
    Tout cela coûte cher mais cela vaut le coup .
    E Boissière

    E Boissière

  2. Fév 2010
    10
    17 h 40

    Les souvenirs sont vivaces 15 ans après, et bien plus encore :) Et cela permet de nouer des amitiés qui sont le ciment de notre société, encore plus celui de nos villages.

    merci de votre témoignage.

    nono

  3. Mar 2010
    19
    17 h 59

    Bonjour,

    Concernant votre changement de photocopieurs j’ai deux suggestions;
    1.La sobriété
    2.Les groupements d’achat avec la CASE

    Cordialement

    F.MERLE

    F.MERLE

  4. Mar 2010
    20
    8 h 10

    @ François Merle

    J’espère que ton message sera entendu.

    Merci.

    nono

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV