nono

nono a écrit 317 articles pour saintpierre-express

About nono

Here are my most recent posts

Saint-Pierre du Vauvray : la municipalité condamne-t-elle la pratique du judo sur son sol ?

matinée parents-enfants au dojo d'Incarville

Très bonne ambiance, ce mardi 16 mars, à l’assemblée générale du JVI Judo Vauvray Incarville. L’association a présenté son bilan moral, pour la saison 2009, son bilan sportif, son bilan financier et les objectifs qu’elle espère atteindre en 2010.
Tout d’abord, avec 153 licenciés, la courbe descendante du nombre de licenciés s’est inversée. Et continue de monter. Cela est du à la communication, grâce à la distribution de tracts sur Saint-Pierre du Vauvray, Saint-Etienne du Vauvray, Incarville, Andé, Muids,… Et cela est du aussi aux ateliers aux écoles, et à la semaine “étude sport” réalisée en août 2009.
JVI a aussi été heureuse d’acceuillir Laurent Gringoire afin de pouvoir débuter les cours du jeudi plus tôt, et le JVI a réalisé un effort financier pour les anciens baby judos.
Un point reste en suspens : Une salle qui pourrait accueillir le Vauvray en toute sécurité. Si une solution n’est pas trouvée à Saint-Pierre du Vauvray avant la rentrée de septembre, les cours de judo ne pourront plus être assurés dans notre commune.
Si les communes d’Incarville ont acheté des tapis pour remplacer les vieux tapis (11 pour Incarville, et 8 pour Saint-Etienne du Vauvray), à Saint-Pierre du Vauvray, ce sont tous les tapis, totalement hors d’usage et dangereux, qui doivent être changés.
L’investissement est de 1.710 € H.T. pour 45 tapis. La municipalité a accordé une subvention de 300€ pour le JVI afin qu’il finance lui-même l’achat de tapis, soit 6 des 45 tapis nécessaires.
Le maire, qui était présent, a tenu à rappeler que la municipalité avait voté cette subvention, qui est exactement la même que celle qu’a accordé la commune de Saint-Etienne du Vauvray.
Je pense, quant à moi, que la situation n’est pas la même : si les communes d’Incarville et de Saint-Etienne du Vauvray, ne rachètent qu’une partie des tapis, les plus vieux, c’est tout le parc de tapis de tapis qui doit être changé en septembre prochain. Faute de quoi, les cours seront arrêtés à Saint-Pierre du Vauvray.
Les cours seront bien entendu toujours assurés, mais pas dans notre commune. Il faudra alors que les petits judokas puissent effectuer le déplacement vers Saint-Etienne ou Incarville. Cela réduira l’attractivité de notre commune, avec toujours moins de services à disposition des habitants, et notamment des plus jeunes. Et n’oublions pas que ces tapis sont aussi confiés à l’usage par exemple de la gymnastique.
Bien que ce ne soit pas la même chose, je ne peux m’empêcher de mettre en correspondance la subvention (1.266 €, c’est ça je crois) accordée au moulin d’Andé, où les petits saint-pierrois auront la chance d’assister à une répétition des élèves du conservatoire, et celle de 300 € accordée au JVI, ce qui ne permet pas en l’état de pouvoir assurer les cours de judo, et ce, chaque semaine, et pour des années.
Je ne peux m’empêcher de penser qu’il est dommage que nous venions pallier les désengagements de l’Etat, et qu’on en fasse payer le prix aux activités sportives qui renforcent l’attractivité de notre commune, surtout pour les familles avec enfants.
Personnellement, si on me demande s’il faut privilégier la défense d’une activité hebdomadaire, qui crée du lien, entre les enfants d’abord, mais aussi entre les enfants et les adultes, et aussi entre adultes du village – qu’ils soient parents, judokas ou maîtres jedi -, ou une représentation unique dans notre commune voisine, je n’hésite pas. Si le judo disparait de Saint-Pierre, c’est une catastrophe : c’est une des 3 activités sportives pour la jeunesse, avec le football et la danse, qui disparait de notre village.
Pourtant, la durée de vie des tapis est de 10 ans environ (les tapis actuels ont 20 ans), cela ne représente donc qu’un investissement de 200 € par ans. Mais pour des tapis qui ont 20 ans, il faut tout changer.
Si la commune décide d’investir dans ces tapis, ceux-ci pourront être utilisés pour les activités de gymnastique (avec l’accord de la mairie), et aussi pour les activités scolaires (je pense aux fêtes de fin d’année, pour sécuriser les spectacles, en plaçant les tapis devant la scène en cas de chute).
Nous avons entendu la proposition du maire de parier sur une “foire à tout” lors de la Saint Foutin (en septembre). Mais ce pari semble bien audacieux, car l’audience de cette sortie est à la fois en déclin, et surtout, en septembre, fait appel aux personnes qui, en cette période, rentrée oblige, pourrait se trouver un peu démunie. Lorsqu’au même moment la fête bat son plein à Vironvay. N’est-ce pas plutôt une manière d’assurer l’audience de la fête ? allez, non, je n’y crois pas. Mais ! Ce n’est pas très sécurisant pour une association qui doit assurer ses cours pour un an. Et aussi les années suivantes. Soit on se base sur une certitude, soit on fait autrement. Et c’est Saint-Pierre du Vauvray qui déclinera. ZUT !
Pourtant, c’est une occasion en or qu’offre M. Delannoy : il propose d’acheter des tapis à 38 € pièce, au lieu de 105 à 120 € habituels !
Et vous, qu’en pensez-vous ? Doit-on éliminer une activité aussi importante que le judo à Saint-Pierre du Vauvray, ou doit-on tout faire pour que cette activité perdure, en offrant la disponibilité des tapis à la gym et aux écoles ?
La balle est dans le camp de la mairie, qui décide de l’affectation de nos impôts : 4 conseiller(e)s se sont prononcés contre la subvention de 300 € (et donc pour l’achat des tapis, avec récupération de la TVA), 5 se sont abstenus (bravo), et 6 (dont 3 absents) on voté pour. Cela peut-il évoluer ?

La Haute-Normandie, 22ème au palmarès des régions les plus vertes

La cuiller de plastique (et ouaih, pour ce palmarès, c’était pas du bois, que l’on préfère réserver à l’usage de la langue) pour notre région, la Haute-Normandie, qui arrive bonne dernière de ce palmarès des régions les plus vertes
Terra eco a épluché le bilan des 22 régions françaises métropolitaines, et nous sommes fiers de vous annoncer que nous sommes… la 22ème région sur 22 !!!
Le chemin est long, et une certaine vision de l’écologie “positive” nous rappelle à notre rôle de cancre, au fond de la classe, près du radiateur…
Allons, ne nous affligeons pas, ils nous reste une chance d’infléchir les choses : vous faites quoi, vous, dimanche ?

Sarkozy envisage de suspendre les mesures du Grenelle de l’environnement

Sarkozy envisage de suspendre les mesures du Grenelle de l'environnement. Que nos sols reposent en paix.

L’environnement, “ça commence à bien faire” !
“Je crois à une agriculture durable… d’ailleurs les agriculteurs seraient les premières victimes des pesticides mais il faut que nous changions notre méthode de mise en œuvre des mesures environnementales en agriculture…”.
Le président a cédé aux sirènes du FNSEA, et envisage de suspendre les mesures du Grenelle de l’environnement. C’est le faire-part de l’enterrement de 1ère classe du Grenelle 2.
De larges pans de l’industrie, dont des entreprises qui émettent fortement du co2, sont déjà exonérées de taxe carbone. C’est au tour de l’agriculture “raisonnée” de bénéficier des largesses dus président : il a demandé aux deux ministres, Bruno Le Maire et Jean-Louis Borloo, de tenir, “dès la semaine prochaine, un premier groupe de travail autour d’une nouvelle méthode d’analyse des mesures environnementales en agriculture.”
Les mesures concernées :
  • Promouvoir l’agriculture biologique, dont la surface agricole utile devrait atteindre 6% en 2012 et 20% en 2020. Le crédit d’impôt en faveur du bio sera doublé en 2009 pour favoriser la conversion des exploitations.
  • Développer une démarche de certification environnementale des exploitations, dont la moitié devront y être engagées en 2012.
  • Généraliser des pratiques agricoles durables et productives. L’objectif est de réduire de moitié l’utilisation les produits phytopharmaceutiques en dix ans et d’interdire leur épandage aérien.
Les derniers payeurs resteront les particuliers, qui eux sont désorganisés, n’ont pas de gros tracteurs pour bloquer les préfectures, et finalement n’ont qu’un moyen de se faire entendre : leur bulletin de vote.
Que nos sols reposent en paix…

Un rendez-vous incontournable à Val-de-Reuil : les soirées du caméléon

un incontournable : le festival les soirées du caméléon
Présentation de la programmation du festival, samedi 6 mars à 16h30 à l’école de musique. Venez Nombreux !!!
Ecole de Musique et de Danse
Studio “musiques actuelles”
5, voie de la palestre
27100 Val de Reuil
02 32 59 62 81

Conférence sur la biodiversité à Poses le samedi 27 février à 17h

avec Frédéric Malvaud, ex Président de Haute-Normandie Environnement et Jérôme Bourlet, candidat Europe Ecologie

Galerie de peinture de Michel Ratel
12, chemin du Halage – Poses

Compte rendu du conseil municipal du 3 février 2010

Enfin un compte-rendu du conseil municipal sur le blog de la municipalité. Le dernier, que ce soit sur le blog ou le bulletin municipal, datait du 14 mai 2008.
Coïncidence ou conséquence de notre billet où nous évoquions le fait que les compte-rendus n’étaient plus diffusés par la mairie, que ce soit sur internet, ou sur le bulletin municipal, je ne sais pas.
Mais cela me conforte à penser que notre démarche est utile.
Des sujets importants pour notre petite commune sont traités au conseil municipal : le PDU (plan de déplacements urbains) de la CASE, où le conseil était amené à faire remonter les remarques qui vont être intégrées à l’enquête publique, mais aussi les informations qui nous concernent, nous, citoyens, et qui concernent la marche de la commune, l’école, les travaux, les impôts, tous des sujets qui nous intéressent.
Bien sûr, nous avons tous conscience que de plus en plus de sujets qui concernent la commune sont traités directement par la CASE. Mais nous, citoyens, n’avons pas un accès direct aux commissions de la CASE, ni aux assemblées. Ce sont nos élus délégués à la CASE qui y siègent. Nos élus, élus au scrutin universel direct, en sont le relais, à la fois pour y poser nos questions, rapporter les besoins de la commune, et aussi pour nous tenir informés des actions de la communauté d’agglomération.
Les séances de conseils municipaux sont l’occasion pour nous, citoyens, d’obtenir cette information. Aussi, nous pouvons y assister : il suffit pour cela de se rendre à la mairie, en salle du conseil, à l’heure du conseil municipal. J’invite mes concitoyens à le faire, dans la mesure du temps qu’ils peuvent y consacrer ou qui leur est disponible.
Les vidéos, retransmises sur le web, sont aussi de plus en plus fréquemment utilisées par les communes pour tenir les citoyens informés. La plupart du temps, ce sont les communes qui enregistrent directement les débats. C’est le cas par exemple des conseils municipaux de Louviers ou de Val-de-Reuil. Mais ces enregistrements peuvent être réalisés par des citoyens eux-mêmes, ou par des conseillers municipaux. Certaines communes souhaiteraient s’y opposer. Cela a été le cas à Puteaux, où les tentatives d’interdiction de filmer les séances des conseils municipaux ont rendu le blog MonPuteaux.com célèbre. Depuis mars 2008 pourtant, les séances des conseils sont disponibles en vidéo et en ligne directement sur le site de la mairie.
D’autres maires s’y sont opposés, tel le maire d’Avranches, ou le maire de Sanary sur Mer. Cependant, le droit d’assister, d’enregistrer et diffuser, éventuellement sur un site internet, les débats est encadré et protégé par la loi. Cela ne conduit qu’à renforcer la notoriété des blogs qui “bravent” l’interdit municipal, et cette notoriété, basée sur une confrontation inutile, c’est une chose dont tout le monde se passerait bien à Saint-Pierre du Vauvray, pour garder un climat serein. Et oui, même nous, nous préférons pour ce blog que ce soit la qualité de nos billets qui attire nos lecteurs, plutôt qu’une vaine querelle qu’il faut enterrer dès maintenant.
La diffusion de ces débats me semble un acte citoyen fort, en permettant à tous les habitants de pouvoir s’informer sur la bonne marche de la commune. Il n’y a pas à rougir de ces débats, et il n’y a rien à cacher non plus. Cela permet d’inscrire les habitants de la commune dans la démocratie locale.
Les débats sont aussi plus révélateurs que le simple rapport d’une décision prise. Par exemple, la subvention de 300€ qui a été accordée au Judo Club Vauvray pour l’achat de tatamis : on peut lire “ACCORDE (pour : 6, contre 4, abstention : 5)” A cette simple lecture, on pourrait croire simplement que 4 conseillers sont opposés à ce que la commune paie pour les tatamis. En réalité, il s’agissait pour les 4 conseillers de proposer que la mairie achète elle-même les tatamis, ce qui offrait la possibilité à la municipalité de récupérer la TVA. La simple lecture d’une décision ne permet pas de discerner tout les processus démocratique qui aboutit à cette décision. Ce que permet le fait d’assister ou de visionner les débats du conseil.
Je salue l’initiative de la municipalité d’apporter une aide à la population d’Haïti. J’ajoute une petite information : si vous souhaitez faire une donation vous-même à Fondation de France, vous pouvez le faire en ligne sécurisée, ou bien en paiement par chèque libellé à FONDATION DE FRANCE – BP22 -75008 PARIS.
Vos dons à la Fondation de France vous donnent droit à une réduction d’impôt de 66% de leur montant pris dans la limite de 20% de votre revenu net imposable (au-delà, report sur les 4 années suivantes). Vous pouvez ainsi consacrer un don plus important pour aider les personnes qui en ont besoin. Si vous souhaitez donner mais ne voulez pas profiter de cette réduction d’impôt, vous pouvez déposer votre don dans l’urne de la mairie, qui se chargera de les reverser.
En tous cas, je me réjouis de voir que les comptes-rendus sont de nouveau diffusés sur le blog de la mairie. Si notre démarche y est pour quelque chose, tant mieux.
Voici, ci-dessous, le compte-rendu sommaire, disponible aussi sur le site de la mairie. Bonne lecture.
Compte-rendu sommaire du conseil municipal du 3 février 2010
L’an deux mil dix le mercredi trois février à dix-huit heures trente minutes, le Conseil Municipal légalement convoqué, s’est réuni à la Mairie, salle Louis Lainé, en séance publique sous la présidence de Monsieur Alain LOËB, Maire.
Etaient présents : MM. Jérôme BOURLET DE LA VALLEE, Chantal CLEMENT, Pierre DENIS, Bernard HOUSSAYE, Pascal JEDEAU, Claude LA ROCHE, Alain LOËB, Nadine MOREL, Jorge PINTO, Murielle PIONNIER et Laetitia SANCHEZ ;
Pouvoirs de MM. Eric DELAHAYE à Bernard HOUSSAYE, Benoit GENEAU à Jérôme BOURLET DE LA VALLEE, Juliette KAAOUCHE à Chantal CLEMENT, Pascal SCHWARTZ à Alain LOËB ;
Formant la majorité des membres en exercice.
Secrétaire de séance : Mme Chantal CLEMENT.
Date de convocation : 26 janvier 2010- Date d’affichage : 9 février 2010.
Nombre de conseillers : en exercice : 15 – Présents : 11 – Votants : 15 (dont 4 pouvoirs).
Formant la majorité des membres en exercice.
Monsieur le Maire ouvre la séance en sollicitant les remarques éventuelles sur le compte rendu de la séance du Conseil Municipal du 3 novembre 2009, approbation de ce compte-rendu et propose aux membres du Conseil Municipal de rajouter trois points concernant convention de subventionnement quadripartite : Moulin D’Andé –Mairie de Saint Pierre du Vauvray – Mairie de Saint Etienne du Vauvray, motion M-Real pour le maintien de l’emploi sur le site de M-Real Alizay et pérennité des emplois, Solidarité aux Haïtiens. Le conseil municipal valide à l’unanimité l’ajout de ces points.
Monsieur Jorge Pinto a fait des remarques sur le fait d’avoir été filmé sans en être informé lors de la dernière séance, Madame Laëtitia SANCHEZ a apporté de quoi filmer, Monsieur le Maire demande au conseil municipal de voter, 10 voix se sont exprimées contre cette pratique, malgré ce vote majoritaire Madame Laëtitia SANCHEZ a indiqué qu’elle filmerait.
Lecture de l’ordre du jour par Alain LOËB.
Ordre du jour
  1. Créances à admettre en non-valeur de 2009,
  2. Décisions modificatives 2009,
  3. Subventions exceptionnelles Judo Club Vauvray et E.A.V.,
  4. Location du bureau de poste à la Mairie,
  5. Participation à la gestion des écoles 2009/2010 des communes extérieures,
  6. DEBUCY changement de copieur,
  7. Poste à temps complet au secrétariat,
  8. Dossier Groupe Duval modification du cadastre et signature d’une convention,
  9. CASE : convention de financement attribution d’un fonds de concours,
  10. Convention de subventionnement quadripartite : Moulin D’Andé –Mairie de Saint Pierre du Vauvray – Mairie de Saint Etienne du Vauvray,
  11. Motion M-Real pour le maintien de l’emploi sur le site de M-Real Alizay et pérennité des emplois,
  12. Solidarité aux Haïtiens.
  1. CREANCE A ADMETTRE EN NON-VALEUR DE 2009 :
    Sur proposition de M. le Trésorier par courrier explicatif du 28 octobre 2009, Monsieur Alain LOËB, Maire, présente la demande d’allocation en créance irrécouvrable de titre de recette de la commune.
    Après en avoir délibéré, Le CONSEIL MUNICIPAL, à l’unanimité,
    DECIDE d’accepter la créance suivante :
    DIT que le montant total de ce titre de recettes s’élève à 118.80 euros
    DIT que les crédits sont inscrits en dépense au budget de l’exercice en cours de la commune, imputation à l’article 654.
  2. DECISIONS MODIFICATIVES 2009 N°5 :
    VU l’instruction budgétaire et comptable M 14,
    VU le budget de la commune,
    Monsieur Alain LOËB, Maire, propose au Conseil Municipal d’autoriser les décisions modificatives suivantes du budget de l’exercice 2009 :
    En section de fonctionnement
    Dépenses 61.522 € Entretien de bâtiments – 2.200 €
    Recettes 64.168 € Autres emplois insertion C.A.E. + 2.200 €
    Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, approuve, à l’unanimité, les crédits indiqués ci-dessus.
  3. SUBVENTIONS EXCEPTIONNELLES JUDO CLUB VAUVRAY ET E.A.V. :
    Vu la demande de subvention exceptionnelle de l’E.A.V. pour faire face aux dépenses occasionnées par ses projets d’animations lors du marché de Noël 2009 et du Judo Club Vauvray pour l’achat de nouveaux tatamis,
    Considérant le rôle des associations « loi 1901 »,
    Ayant entendu l’exposé de Monsieur le Maire,
    Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal,
    ACCORDE (pour : 13, contre : 2) une subvention exceptionnelle à l’E.A.V. de 300 € pour la réalisation du marché de Noël 2009
    ACCORDE (pour : 6, contre 4, abstention : 5) une subvention au Judo Club Vauvray de 300 € et une avance de subvention 2010 de 400 € après achat des tatamis,
    Dit que l’inscription budgétaire nécessaire au paiement est prévue au budget primitif de l’exercice 2010.
  4. LOCATION DU BUREAU DE POSTE A LA MAIRIE :
    Vu l’indexation le nouveau loyer annuel applicable devrait normalement s’élever à 5.232.22 €, la Direction des Ressources valide l’augmentation de ce montant à 105 €/m²/an soit un nouveau loyer à 5.775 € pour les 55 m² occupés à compter du 1er janvier 2010. On constate que l’augmentation laisse à la charge de la Municipalité une somme de 1.774.68 € par an base 2009.
    Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, approuve à l’unanimité, ce nouveau loyer et autorise le Maire à signer le nouveau contrat pour un an.
  5. PARTICIPATION A LA GESTION DES ECOLES 2009/2010 DES COMMUNES EXTERIEURES :
    Sur présentation par Monsieur Alain LOËB, maire, de la tarification de la gestion des écoles pour les communes extérieures est fixée par élève maternelle ou primaire.
    Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal, à l’unanimité,
    Fixe le coût de l’année scolaire 2009 / 2010 à 760.53€ par élève hors commune, soit une augmentation de 2 % à compter du 1er janvier 2010 (prix antérieur 745,62 €).
  6. DEBUCY CHANGEMENT DE COPIEUR :
    Monsieur le Maire rappelle que la Mairie a quatre copieurs en location, qu’il est nécessaire de procéder au changement du principal copieur et de conserver la maintenance des autres. Madame BACHELET, commerciale de la société DEBUCY, présente la proposition tarifaire, incluant l’ensemble du parc des photocopieurs.
    Vu le devis présenté par ABN DEBUCY,
    Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal, à l’unanimité,
    Autorise le Maire à signer une nouvelle convention pour cinq ans et accepte les nouveaux tarifs.
  7. INFORMATION SUR AMENAGEMENT DU TEMPS DE TRAVAIL AU SECRETARIAT :
    Pas de délibération
  8. DOSSIER GROUPE DUVAL MODIFICATION DU CADASTRE ET SIGNATURE D’UNE CONVENTION :
    Monsieur le Maire présente le dossier du groupe DUVAL
    Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité,
    Approuve les rectifications cadastrales sur les parties 2 et 3 du plan résultant de l’acte de propriété de 1947,
    Autorise le groupe DUVAL à enclore la parcelle 110 côté parcelle 111 dans le respect du bornage,
    Autorise le groupe DUVAL à assurer la sécurité des bouches d’aération de la cave située sous la parcelle 110,
    Prend acte que le groupe DUVAL à supprimer les vues donnant sur l’école maternelle,
    Prend acte que le groupe DUVAL à remis en état l’étanchéité, la confortation du mur, du toit, révision du chéneau entre la cuisine de l’école et le toit de la parcelle n°1.
    Autorise le Maire à signer pour régulariser le litige de bornage avec le groupe DUVAL et à signer la convention de remise en état des étanchéités du toit, du pignon, de la clôture de la parcelle à la charge du groupe DUVAL.
  9. CASE : CONVENTION DE FINANCEMENT ATTRIBUTION D’UN FOND DE CONCOURS :
    Monsieur le Maire présente le dossier des travaux d’effacement de réseaux Grande Rue qui seront réalisés par le SIEGE et la convention qui a pour objet de définir les conditions d’intervention de la CASE dans le cadre du financement des travaux,
    Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité,
    Approuve, la convention, la participation financière de la CASE, les modalités de versement de la participation
    Autorise le Maire à signer la convention de financement – attribution d’un fonds de concours entre la commune de SAINT PIERRE DU VAUVRAY et la Communauté d’Agglomération Seine-Eure.
  10. CONVENTION DE SUBVENTIONNEMENT QUADRIPARTITE : MOULIN D’ANDE-MAIRIE DE SAINT PIERRE DU VAUVRAY – MAIRIE DE SAINT ETIENNE DU VAUVRAY
    Monsieur le Maire présente le spectacle qui aura lieu le dimanche 27 juin prochain qui se déroule dans le cadre d’une politique culturelle et les closes de la subvention,
    Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré,
    Approuve la convention et autorise le Maire à signer les documents y afférents,
    Autorise le Moulin d’Andé à signaler la participation de la commune sur son site internet et sur les documents de communication.
  11. MOTION M-REAL POUR LE MAINTIEN DE L’EMPLOI SUR LE SITE DE M-REAL ALIZAY ET PERENNITE DES EMPLOIS :
    Face à la situation du site M-Real le Conseil Municipal de Saint Pierre du Vauvray demande le respect des engagement pris auprès du collectif à savoir : la tenue d’une table ronde sur l’avenir de l’emploi et sur la ré-industrialisation du site M-Real Alizay et demande la suspension préalable du futur plan social. Ainsi que le redémarrage de la production de pâte à papier !
    Après en avoir délibéré, le conseil municipal de Saint Pierre du Vauvray, à l’unanimité, par le vote de cette motion soutient les projets envisagés afin de maintenir l’activité à M-Real Alizay maintenir l’emploi et de contribuer au développement d’activités durables.
    Le conseil Municipal valide à l’unanimité cette motion de M-Real Alizay.
  12. Solidarité aux Haïtiens
    Vu les événements survenus à Haïti, la commune de Saint Pierre du Vauvray a décidé d’apporter une aide à la population d’Haïti qui vient d’être frappée par une immense tragédie. Le séisme de magnitude 7 du 12 janvier 2010. Face à ce drame, la commune de Saint Pierre du Vauvray souhaite s’associer directement aux actions entreprises par la Fondation de France en effectuant une collecte auprès des conseillers municipaux et en plaçant une urne à la Mairie pour collecter les dons des citoyens. La commune reversera les dons à La Fondation de France qui les redistribuera.
Après en avoir délibéré, le Conseil Muncipal, à l’unanimité approuve cette démarche.
L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 20 heures 30.
Fait en mairie, le 9 février 2010.
Le Maire, Alain LOËB
Pour info, les vidéos réalisées :
les vidéos de ce conseil municipal.
les vidéos sur le PDU
Je tiens à m’excuser de la piètre qualité des vidéos. C’est une chose qui ne pourra aller qu’en s’améliorant, m’évitant, comme dans le cas du PDU, de faire la retranscription complète (afin de ne pas trahir les paroles des uns et des autres).
Comme on voit, il n’y a pas de quoi casser 3 pattes à un canard. Au contraire, nous trouvons des informations très utiles, à l’usage des citoyens. Par exemple, nous ignorions à l’Association des parents d’élèves des écoles publiques de Saint-Pierre du Vauvray que nous avions accès à des photocopies. Depuis, l’association est inscrite auprès de la mairie pour un quota de photocopies. Et si les questions concernant la subvention pour la classe patrimoine de l’école élémentaire ont bien été évoquées, elles ne figurent pas sur le compte-rendu sommaire, mais les débats sont néanmoins très intéressants pour nous, parents. Et pour tous les habitants de Saint-Pierre du Vauvray.

Vu sur le web aujourd’hui…

Dark Vadora marqué 2 buts dans sa partie de footCe qui se passe derrière le mur

Vous allez à la poste récupérer un colis, et vous croyez être tombé au coeur d’une anomalie spatio-temporelle. Regardez plutôt ce qui s’y passe en réalité…
C’était de la magie. La Force. Comme j’ai dit, en me battant, je… je deviens plus puissant. Plus que… plus que tu peux l’imaginer. C’est… c’est LA FORCE. Je suis plus… puissant. Na.
TF1, pour évoquer la présentation par le ministre de l’intérieur du projet de loi sur la sécurité intérieure, la LOPPSI, devant l’Assemblée nationale, présentait un hémicycle plein à craquer. La réalité est plus torve…
“Prêtant l’oreille aux fallacieuses paroles des économistes, les prolétaires se sont livrés corps et âme au vice du travail, ils précipitent la société tout entière dans ces crises industrielles de surproduction qui convulsent l’organisme social”(…) “abrutis par le dogme du travail, (ils) ne compren(nent) pas que le surtravail qu’ils se sont infligé pendant le temps de prétendue prospérité est la cause de leur misère présente”. “La classe ouvrière, avec sa bonne foi simpliste, s’est laissé endoctriner parce que, avec son impétuosité native, elle s’est précipitée en aveugle dans le travail et l’abstinence”. “Idiots!” s’exclame-t-il: “Honte au prolétariat!” (Paul Lafargue – 1880)

L’espérance de vie approche les 100 ans, c’est Laurence Parisot qui le dit…

Dans une interview donnée au JDD, Laurence Parisot présente les positions qu’elle défendra au nom du MEDEF lors du sommet social à l’Elysée lundi.
laurence Parisot avance ses propositions : compléter le système de retraite par un système de retraite par capitalisation, tenir compte des situations les plus pénibles à condition de les évaluer sur des critères individuels et objectifs (?), exonérer des charges sociales pour toute embauche d’un chômeur en fin de droits, ne pas augmenter les cotisations,…
Et là qu’est-ce que je lis ? “L’espérance de vie approche les 100 ans, comment imaginer trente ou quarante ans sans travailler, et les financer en restant inactif? Relevons l’âge légal, cela entraînera une hausse du taux d’activité des seniors, comme tout le monde souhaite.”
Quoi ?! J’aurais raté cette information capitale : notre espérance de vie approche les 100 ans ! Vite, un petit tour sur le site de l’INSEE pour vérifier cette bonne nouvelle !
Ah zut, je dois déchanter rapidement : l’espérance de vie en France est de 84,5 ans pour les femmes, et de 77,8 ans pour les hommes.
Pour les 40 ans à se faire dorer la pilule sous les cocotiers, c’est raté. Les hommes, si on relève l’âge de la retraite, n’auront que 10 à 15 ans pour en profiter. Et d’ici là les cocotiers seront peut-être sous l’eau.
“Nous jouons avec la réputation de la France”, ajoute-t-elle.
Je suis rassuré pour notre réputation, la France est le seul pays du monde ou une sardine peut boucher le port de Marseille.

Conseil municipal de Saint-Pierre du Vauvray, 2 février 2010

Le Conseil Municipal de Saint-Pierre du Vauvray s’est réuni lieu le 2 février 2010. N’hésitez pas à monter le son, il est assez faible…
Dans ce premier 1/4 d’heure, Jérôme demande à ce que soit mise en question diverse une subvention à l’école élémentaire afin de financer la classe patrimoine qui partira en juin.
Cette question vient après qu’une autre subvention, d’un montant de 1.900 €, destinée au Moulin d’Andé pour un partenariat avec le Conservatoire de Rouen et l’Opéra de Rouen Haute-Normandie, ait été ajoutée à l’ordre du jour.
Le maire pense que la municipalité a fait un gros effort au niveau de l’école. Les gens, en fonctions de leur quotient familial peuvent déposer un dossier au C.C.A.S. pour qu’il soit examiné, cela passe par le soutien aux familles. Cette question pourra être mise à l’ordre du jour lors du prochain conseil qui va arriver très rapidement. Le maire souhaite rencontrer l’Association des parents d’élèves, voir ce qui nous manque. Le maire pense qu’il faut aussi appliquer le quotient familial sur ce voyage.
Tous les 2 ans, pour financer cette classe transplantée, la mairie verse déjà plus de 2.000 €. Pour le maire, la municipalité finance déjà, elle ne peut pas financer une deuxième fois.
Toutefois, ce n’est pas non. Le maire veut examiner le dossier, et voir financièrement combien la municipalité peut mettre. C’est donc une bonne nouvelle pour les élèves qui partiront vers les châteaux de la Loire en juin !
La seconde partie concerne les changement des machines d’imprimerie numérique de la mairie. Les questions posées portent sur le nombre de copies, le renouvellement du contrat de l’imprimante de la mairie, et l’arrêt des contrats des autres imprimantes.
Chiffres clés :
  • 101.000 copies par an pour le poste mairie, dont 10.000 couleurs et 91.000 n&b. 15.000 copies pour l’école maternelle. Et 55.000 copies pour l’école élémentaire.
  • Sur une moyenne de 250 jours ouvrés (5 jours/semaine, et 52 semaines), le nombre d’impressions par jour est de plus de 400 copies par jour, dont 40 copies couleurs.
  • Actuellement la location mensuelle est de 515 € par mois, soit 6.180 € par an
  • Le coût actuel d’une copie à l’unité est de 0,15 € pour une copie couleur, et 0,10 € pour une copie n&b (soit 10.600 € par an pour le poste mairie, et 6,000 € pour les 2 écoles).
  • Le contrat va être renégocié. Le contrat des 3 petites machines (les 2 écoles, et la mairie), s’arrêtera dans 18 mois. Cela représentera un montant de 245,98 € /mois pour les mois restants. La machine principale de la mairie sera remplacé par un nouveau modèle, un Ricoh MPC 2800, pour une location mensuelle de 320 € /mois. Soit une location mensuelle de 565,98 € / mois durant les prochains 18 mois. A cette date, le contrat des petites machines s’arrêtant, il n’y aura plus que le contrat de la grosse machine de la mairie, soit 320 € /mois.
  • Avec cette imprimante, le coût d’une page passera de 0,15 € à 0,06 € (coût d’une page couleur), et 0,10 € à 0,006 € (noir & blanc).
  • Le coût mensuel des impressions est actuellement de 901,82 €, il passera à 711,49 € pendant les 18 prochains mois, puis passera à 465 € par mois, pendant les 45 mois suivants.
  • La destination des impressions : le journal (15.000 pages n&b en 2009, mais imprimé en couleurs en imprimerie en 2010), les affiches pour les Associations, le secrétariat, et les documents administratifs qui doivent être photocopiés en couleurs.
  • Pour la commerciale, les chiffres peuvent paraître énormes, mais c’est dérisoire pour une mairie. “Cela ne paraît pas totalement absurde”.
Concernant la demande de subvention de la classe transplantée :
Le maire prend fait et cause, concernant la classe patrimoine pour le quotient familial. Ce système n’avait pas été retenu pour la tarification de la cantine, pour des raisons de charge de travail supplémentaire affectée au secrétariat de la mairie, les choses évoluent. C’est tant mieux.
Par contre, ce n’est pas ce qui a été proposé aux parents : le directeur de l’école, qui a organisé ce voyage, l’a présenté. C’est à la fois un projet de voyage splendide et l’occasion de faire un travail pédagogique sur toutes les faces de ce voyage. Sur l’histoire, la renaissance bien sûr, et aussi une histoire plus moderne lorsque que les châteaux de la Loire rencontrent Tintin, par la visite du château de Cheverny (qui a servi de modèle au château de Moulinsart), la géographie, les sciences et l’ingénierie, avec aussi une visite du musée de la magie Robert-Houdin, les inventions de Léonard de Vinci, et aussi du spectacle vivant, comme celui du Cadre Noir de Saumur… C’est un voyage qui permettra de souder ces petits citoyens, et il s’en souviendront très longtemps : tu te rappelles ? Nous y étions…
Pour les parents, le financement de ce projet n’a pas été proposé sur le mode du quotient familial. Mais le voyage coûtera cher à chacun. Initialement, ce voyage devait revenir à 140 € par enfant. Cela est très cher pour certains. Et au-delà de 5 désistements, le voyage serait annulé.
Afin d’éviter l’annulation de cette classe transplantée, le directeur propose de tout faire pour réduire la facture individuelle à 70 € par enfant. Pour cela Aussi, le directeur propose d’utiliser les fonds de la coopérative de l’école pour aider au financement. Mais nous sommes encore loin du compte.
Les parents ne peuvent donc être qu’heureux d’apprendre qu’une subvention sera proposée à l’ordre du jour du prochain conseil municipal, lorsque ce projet aura été chiffré et budgeté.
Ravi que le Conseil Municipal prenne enfin en compte l’Association des parents d’élèves. Sur le principe, les fonds que lève l’Association des parents d’élèves – qui seront intégralement reversés aux écoles, maternelle et élémentaire – servent à subventionner tout projet scolaire, la motivation de tous les parents qui organisent et participent aux manifestations dépassent les seules classes concernées par la classe transplantée. Je pense aussi aux enseignants, qui en primaire, comme en maternelle, relayent les actions de l’Association, et je les en remercie. Dans les faits, Je pense toutefois que l’essentiel ira au financement du projet de M. Carré. Car notre objectif principal est de ne pas faire capoter ce magnifique projet, et que les enfants de CM1 et CM2 aient eu, comme cela s’est toujours fait dans le passé, la chance de participer une fois au moins à une classe transplantée au cours de leur scolarité à Saint-Pierre du Vauvray.
Dans le principe encore : dans ses statuts, si “l’Association se réserve le droit de subventionner tout projet scolaire après avoir délibéré de son caractère éducatif”, on y précise qu'”en aucun cas, elle n’entend se substituer aux administrations responsables”.
Dans les faits, je pense que l’Association jouera le jeu avec l’école et la mairie, et indiquera, après le loto du 21 février (venez nombreux !), la somme qu’elle aura réussi à collecter pour le voyage.
Nous entendons la volonté de la municipalité de connaître les chiffres et le budget, pour le compléter.
Mon avis, s’il importe, sur le renouvellement de la photocopieuse
Le photocopieur Ricoh mpc 2800 semble assurément une machine plus adaptée que la machine actuelle pour la mairie d’une commune de notre taille.
Bien sûr le choix ne m’appartient en rien.
Cependant, pour information, une rapide recherche sur google m’a renvoyé les liens :
Dans le compte rendu du conseil municipal de la commune du Touquet,
“un marché relatif à l’achat et la maintenance de deux photocopieurs numériques couleurs avec la SAS RICOH FRANCE (383 avenue du Général de Gaulle – 92143 CLAMART CEDEX) portant sur l’achat et la maintenance de deux photocopieurs numériques couleurs (Ricoh MPC 2800).Le coût total d’acquisition de ces deux photocopieurs s’élève à 6 691,40 € HT.
La maintenance se présente sous la forme d’un coût à la copie (A4 et A3), qui s’élève pour le noir et blanc à 0,0039 € HT et pour la couleur 0,039 € HT.”
Cependant, des coûts à la page si bas me laissent à penser que la taille de la commune, et donc son parc, a pu permettre d’obtenir des prix serrés, notamment concernant les coûts à la page.
Saint Amant-de-Boixe, près d’Angoulême, est une commune de 1.200 habitants, plus proche donc de la configuration de Saint-Pierre du Vauvray.
Dans le compte rendu du conseil municipal je note :
“La proposition de RICOH pour le remplacement du copieur actuel de l’Abbaye par un copieur couleur multifonctions MPC 2800 en contrat location avec maintenance du matériel pour un coût trimestriel de 350 € H.T est acceptée.”
Il s’agit là d’un coût d’acquisition bien inférieur à la proposition de la société Debucy, avec toutefois un coût à la page un tout petit peu supérieur, avec 0,07 € la copie couleur (contre 0,06 € dans votre proposition), et 0,007 € (contre 0,006€) la copie n&b.
Cependant, en coût trimestriel, cela représente une différence minime, si on se base sur le nombre d’impressions de la mairie :
150 € pour 2500 pages couleurs à 0,06€ la copie et 175 € à 0,07 € la page.
136,5 € pour 22750 pages n&b à 0,006€ la copie, et 159,25 € pour le même nombre de pages à 0,007€ la copie.
La différence pour la location offre un différentiel de 610 € par trimestre. Si on inclue le surcoût à la copie, cela réduit la différence à 562,50 € par trimestre, soit 2.249 € par an.
Peut-être cela vaut-il le coup de se renseigner auprès de cette mairie ?
L’autre information, qui peut intéresser l’Association de parents d’élèves, est que les associations Saint-Pierroise peuvent faire imprimer affiches et photocopies en mairie. Je sais que pour l’Association de parents d’élèves, l’impression est faite avec les moyens du bord, en requérant les ressources personnelles des adhérents.
Une subvention au Moulin d’Andé…
La première chose que j’y vois, c’est le désengagement de la DRAC,et donc de l’Etat, sur les affaires culturelles, et le report de fait sur les petites communes pour financer les structures culturelles locales.
Dans le rapport présenté le 10 juillet 2009 au conseil municipal de Rouen, on peut lire :

Le conservatoire de ROUEN, dans le cadre de ses missions pédagogiques, artistiques et de développement des pratiques artistiques amateurs peut être amené à établir des conventions de partenariat.
Le conservatoire souhaite formaliser un partenariat avec deux structures culturelles : l’Opéra de ROUEN Haute‑Normandie et le Moulin d’Andé.[…]
Le partenariat entre le conservatoire de ROUEN et le centre culturel du Moulin d’Andé répond à la volonté de favoriser les échanges avec une structure culturelle, notamment en termes d’accueil des élèves ou des étudiants du conservatoire, dans un contexte professionnel.
Le moulin d’Andé est le dernier spécimen des moulins « pendants ». Edifié à la fin du XIIème siècle sur un bras de la Seine, en Normandie, entre LES ANDELYS et ROUEN, il est classé monument historique et a récemment reçu du ministère de la Culture et de la Communication le label de Centre Culturel de Rencontre
Cette spécificité culturelle débouche aujourd’hui sur une volonté de partenariat entre les deux structures, qui se fixent plusieurs objectifs :
  • favoriser les échanges et les rencontres dans le domaine de la pédagogie, de la diffusion et de la création dans les disciplines musicales, chorégraphiques et théâtrales,
  • dynamiser le rayonnement des deux structures en présence sur le territoire régional,
  • diversifier et développer la vie culturelle dans les territoires et plus particulièrement en milieu rural,
  • contribuer à démocratiser l’acte culturel en favorisant l’accès aux pratiques artistiques à tous les citoyens,
  • élargir et renouveler les publics.
Le partenariat se déclinera autour de quatre axes majeurs :
  • la décentralisation d’activités pédagogiques du conservatoire de ROUEN, se traduisant par un accueil au Moulin d’Andé d’élèves et/ou d’étudiants encadrés par leur enseignant ou un intervenant extérieur,
  • la possibilité pour des élèves et/ou étudiants du conservatoire de pouvoir bénéficier de la présence d’artistes en résidence au Moulin d’Andé,
  • l’accueil au Moulin d’Andé, dans le cadre de sa programmation, de prestations artistiques proposées par le conservatoire,
  • l’accueil en résidence au Moulin d’Andé d’étudiants du conservatoire en parcours de licence d’artiste interprète, formation professionnalisante mise en place conjointement avec l’Université de ROUEN.
Dans le cadre de ces actions, le conservatoire et le Moulin d’Andé s’engagent à mettre en oeuvre les moyens logistiques et financiers nécessaires à la concrétisation de leurs projets.
Ces partenariats doivent être formalisés dans le cadre de conventions.

Le Moulin d’Andé, pour ce partenariat, demande aux 3 communes d’Andé, de Saint-Pierre du Vauvray et de Saint-Etienne du Vauvray, une subvention pour un montant total de 3.800 €. ce qui représentera pour notre commune un investissement de 1.266 € si la commune de Saint-Etienne l’accepte, et de 1.900 € si la commune de Saint-Etienne ne la vote pas (mais espérons que ce sera un projet commun).
Si les communes, pour ce prix, ne sont pas co-productrices, elles se verront rembourser tout ou partie de ces subventions en fonctions du nombre d’entrées. En outre, cela permettra aux élèves des écoles des 3 communes d’aller rencontrer d’autres élèves, du Conservatoire ceux-là, lors de leurs répétitions (j’espère néanmoins que, pour le prix, tout sera gratuit pour ceux-ci, et que les transports sont prévus).
L’autre chose que je vois dans cette subvention, c’est que les 3 communes s’engagent, ensemble, dans la vision d’un pôle de communes, pour “diversifier et développer la vie culturelle dans les territoires et plus particulièrement en milieu rural”, et “contribuer à démocratiser l’acte culturel en favorisant l’accès aux pratiques artistiques à tous les citoyens”, qui sont les 2 objectifs de ce partenariat qui nous concernent particulièrement…
Le Conseil Municipal de Saint-Pierre du Vauvray s’est réuni lieu le 2 février 2010.
C’est un moment républicain, démocratique, ouvert au public. Cette ouverture se caractérise par le droit d’assister, d’enregistrer et diffuser, éventuellement sur un site internet, les débats.
Cela relève de l’information citoyenne. Il est rare qu’il y ait des citoyens qui assistent à ces débats. Pourtant, ces débats nous intéressent, et, s’il ne nous est pas possible en tant que citoyen d’y participer, pour diverses raisons, leur retransmission est un acte essentiel. C’est le pari que font de nombreuses communes, et pour ne citer que des communes proches, Louviers diffuse en “live” le conseil, disponible encore ensuite, et Val-de-Reuil diffuse aussi ses conseils municiapux sur internet.
Pourquoi les diffuser ? Parce que l’information municipale permet aux citoyens de mieux s’intégrer, participer, et s’impliquer dans la vie de la commune.
Parce que les rapports des compte-rendus ne sont plus diffusés par la mairie, que ce soit sur internet, ou sur le bulletin municipal.
C’est dans ce sens que nous avions créé et développé le blog de la commune. Avec un agenda pour prévenir, entre autres, des conseils municipaux à venir (ils n’y figurent malheureusement plus), et une rubrique conseils municipaux. Le dernier compte-rendu date du 14 mai 2008.
Parce qu’un compte-rendu des débats en vidéo permet de mieux comprendre le sens des décisions prises.
Nous essayons donc de transmettre l’information sur ce modeste blog, dans la mesure du possible, avec nos modestes moyens. Et nous prévenons dans notre agenda de la tenue des Conseils Municipaux et de leur ordre du jour.
Assurer la couverture vidéo des débats n’a été qu’une réussite partielle : L’autonomie de l’appareil photo de la conseillère municipale, Laetitia, n’a été que d’1/2 heure. J’espère que ce sera mieux la prochaine fois…
Je déplore le geste du maire, quelques instants après la sortie de la commerciale de l’entreprise Debucy invitée : le maire a braqué le projecteur halogène que l’on voit au fond de la pièce, derrière le maire, dans les yeux de 3 conseillers, pendant plus d’une minute. Cet acte gratuit ne peut pas être qualifié d’appel à la sérénité des débats.

La semaine de 4 jours est préjudiciable à la santé des enfants

La semaine des 4 jours est préjudiciable à la santé des enfantsC’est ce que nous dit l’Académie de Médecine Son rapport vient d’être rendu public, et les Académiciens nous demandent de modifier complètement le temps scolaire, afin de les adpater aux rythmes biologiques et aux capacités d’apprentissage des enfants. Lire le rapport sur l’aménagement du temps scolaire et santé de l’enfant

Un autre rapport, émanant du ministère de l’éducation nationale, affirme que “les inconvénients se confirment”. Les conséquences du resserrement du temps scolaire se font sentir sur la fatigue des élèves et des enseignants, sur la réduction du temps de dialogue avec les parents, sur le temps de concertation des enseignants, et surtout, sur le temps consacré aux enseignements !
Pour rappel, la situation actuelle : “A partir de la rentrée scolaire 2008, la durée de la semaine scolaire des écoles maternelles et élémentaires est fixée à 24 heures d’enseignement scolaire pour tous les élèves, ces 24 heures étant organisées à raison de 6 heures par jour les lundi, mardi, jeudi et vendredi.” (Décret relatif à la durée de la semaine scolaire)
Le rapport de l’Académie Nationale de Médecine est sans ambiguïté : la semaine de 4 jours EST préjudiciable à la santé des enfants. Dès lors, elle ne permet pas les conditions nécessaires à une bonne acquisition des connaissances, et l’éducation nationale remplit moins bien son rôle, l’échec scolaire est au bout de ce non-sens. “La qualité des résultats scolaires de l’enfant fatigué s’en ressent et peut aller jusqu’à l’échec scolaire si les adultes en charge de l’enfant (parents, enseignants, médecin) ne sont pas en mesure d’en neutraliser les raisons en améliorant la qualité de vie des enfants concernés.”
Si le constat d’échec est avéré, tout le monde semble freiner des 4 fers pour ne pas revenir à une situation normale, favorable au confort, à la santé, et à l’éducation de nos enfants.
Nous privilégions le confort des adultes au détriment de la qualité de la vie et de l’éducation de nos enfants !
Notre société est-elle devenue à ce point égoïste pour ne pas privilégier le sort des enfants ?
Les constats de l’ANM(*), de l’Inspection générale de l’Education nationale, et des associations de parents d’élèves.
Le rapport de l’ANM conclue : Si on met l’enfant au centre de la réflexion sur le temps scolaire il faut prendre en considération l’apport des rythmes biologiques en attirant l’attention sur les éléments suivants :

  • le sommeil : de sa durée et de sa qualité dépendent le comportement à l’école, le niveau de vigilance et de performances. Il serait à cet égard important de retarder l’entrée des enfants en classe en créant une période intermédiaire d’activités calmes en début de matinée, car l’enfant arrive fatigué à l’école, surtout lorsque son temps de sommeil n’est pas respecté. De plus, un coucher tardif n’est pas totalement compensé par un lever tardif.
  • Les variations quotidiennes de l’activité intellectuelle et de la vigilance : elles progressent du début jusqu’à la fin de la matinée, s’abaissent après le déjeuner puis progressent à nouveau au cours de l’après-midi. Deux débuts sont difficiles pour l’enfant : début de matinée et début d’après-midi. A cet égard la semaine de 4 jours(lundi, mardi, jeudi, vendredi) s’accompagne d’une désynchronisation avec diminution de la vigilance de l’enfant les lundi et mardi.
  • Les variations annuelles de la résistance à l’environnement : les périodes difficiles pour l’enfant sont l’automne, la période de la Toussaint (dont les vacances devraient être étendues à 2 semaines), et l’hiver vers fin février ou début mars [31].
  • Le bruit : les grandes salles des cantines très bruyantes devraient être transformées en plusieurs petites unités pour amortir le bruit.
  • La vie à l’école : il faudrait tenter de diminuer le stress de l’enfant et le surmenage scolaire par des programmes adaptés et non pléthoriques ; éviter le transport de cartables lourds grâce, par exemple, à l’utilisation de casiers à l’école ; instituer une heure d’étude surveillée en fin d’enseignement.

A la question : Le système scolaire français est-il efficace ?, l’ANM répond :
Le programme PISA(**) correspond à une évaluation triennale (depuis 2000) des performances des systèmes éducatifs des 30 pays membres de l’OCDE et de nombreux pays partenaires.
Cette évaluation porte sur les compétences des élèves de 15 ans dans trois domaines : compréhension de l’écrit, culture mathématique et culture scientifique.
Les adolescents français de 15 ans se situent en 7ème position par rapport à d’autres pays européens pour leurs performances cumulées dans les domaines de la compréhension de l’écriture, des mathématiques et des sciences et en 2006 à la 25ème place pour la culture scientifique de l’ensemble des pays évalués.
Ce classement des élèves français peut être lié, entre autres, à des méthodes d’enseignement non ou mal évaluées et à une mauvaise distribution des enseignements dans le temps.

Pour l’Inspection générale de l’Education nationale, les conséquences du resserrement du temps scolaire se font sentir :

  • Sur la fatigue des élèves et des enseignants : les constats effectués dès le premier trimestre scolaire ont été confirmés à l’issue de l’année, conduisant parfois à la suspension de l’aide personnalisée les semaines précédant les vacances scolaires.
  • Sur la réduction du temps de dialogue avec les parents : le samedi matin est supprimé, les enseignants, pris par l’aide personnalisée ou par une autre activité, ne sont plus disponibles à la sortie de l’école le soir.
  • Sur le temps de concertation des enseignants : des doutes sont exprimés par l’encadrement sur la qualité (voire la réalité) des concertations qui ont lieu le vendredi soir à la fin d’une semaine chargée.
  • Enfin, et surtout, sur le temps consacré aux enseignements : au terme de l’année scolaire, il se confirme que, de l’avis général des enseignants, le temps manque pour faire tout le programme d’enseignement, ce qui était d’ailleurs prévisible. L’année scolaire n’est plus que de 144 jours théoriques (quatre jours pendant 36 semaines), et 140 jours en fait, alors que la moyenne européenne est de 185 jours (Regards sur l’éducation – OCDE 2008).
La position de la FCPE sur la semaine de 4 jours est tout aussi claire : NON à la semaine de 4 jours.
En se basant sur le rapport de l’ANM, la FCPE dénonce, avec les scientifiques, les effets dévastateurs de la semaine de 4 jours.
“La FCPE avait obtenu du ministre l’engagement d’organiser une conférence sur les rythmes scolaires et le temps de l’enfant et des adolescents.” […]
La FCPE attend le lancement du véritable débat sur les rythmes. Forte de l’unanimité des chercheurs, elle abordera les discussions avec confiance mais s’attachera à ce que des décisions concrètes soient prises pour mettre fin aux aberrations pédagogiques et de santé actuelles.
La journée de classe des élèves doit être allégée dans le primaire mais aussi dans le secondaire pour lequel la FCPE réclame des journées de 7 heures au maximum et une pause le midi d’au moins 1h30 pour chaque élève.”
Outre ces institutions, premières concernées pour décider de la mission de service publique qu’est l’école publique, et de la santé des enfants, le débat fait rage aussi dans et autour de l’école.
Lors d’un colloque organisé par l’IEN de notre circonscription, qui rassemblait outre l’IEN, des enseignant(e)s, directeurs(trices) d’écoles, et les parent(e)s d’élèves, bien qu’orienté au départ sur le rappel du rôle des parents d’élèves, puis de l’acquisition de la lecture et de l’écriture, le rythme scolaire est rapidement apparu comme le débat essentiel sur l’école au cours des questions/réponses qui ont suivi. Quasiment tout le monde confirme que le rythme scolaire introduit par la semaine de 4 jours est une catastrophe quant à la fatigue des élèves et pour une bonne acquisition des savoirs.
Tout le monde en est conscient, et pourtant on semble ne pouvoir rien faire ! Les parents, dit-on, sont pour la semaine de 4 jours. Un sondage de l’institut CSA du 25 août 2009 a révélé que 67% des parents sont favorables à la semaine scolaire de 4 jours 1/2, afin de réduire la durée des journées scolaires.
Les enseignants sont contre la semaine de 4 jour 1/2, il serait impossible d’abandonner le confort trouvé avec le week-end complet. Cependant, on le voit dans les rapports, la fatigue frappe aussi les enseignants avec le nouveau rythme scolaire. En en parlant avec le directeur de l’école élémentaire, celui-ci admettait qu’il était moins facile pour les jeunes enseignant(e)s, qui habitent plus loin de l’école de se rendre sur leur lieu de travail. En général, les jeunes enseignants habitent plus loin de leur lieu de travail. Et le non-remplacement d’1 ensignant sur 2 lors des départs massifs à la retraite actuels n’arrangeront pas les choses au niveau des affectations de postes. Mais ceci fait l’objet d’un autre débat.
Pour le directeur, l’école est un service public, et sa mission de service public est d’enseigner aux enfants. L’enfant doit donc être au coeur des préoccupations des décideurs, en priorité sur toutes autres considérations.
Quelles solutions peuvent être envisagées ?
  • La journée scolaire qui se déroule en France de 8 h 30 à 16 h 30 devrait être améliorée en brisant ces horaires conventionnels pour organiser une semaine scolaire sur une journée moins longue (5 h par exemple et sur une semaine de 4 jours et demi ou 5 jours comme dans la plupart des pays européens, en proposant 1 h d’études dirigées en fin de classe l’après-midi).
  • La semaine de 4 jours : Les semaines de 4 jours, 4 jours et demi ou 5 jours de classe ont fait l’objet de recherches qui montrent que l’aménagement hebdomadaire en 4 jours n’est pas favorable à l’enfant car celui-ci est plus désynchronisé le lundi et le mardi matin que dans la semaine habituelle de 4 jours et demi.
    Par ailleurs, un certain nombre d’études ont établi que les performances mnésiques sont meilleures après un week-end de un jour et demi comparé à un week-end de deux jours comme dans la semaine de quatre jours actuelle.
    Les avis divergent sur ce point entre l’ANM et IGEN. L’ANM préconise une demi-journée le samedi matin, afin d’éviter la désynchronisation de l’enfant, et de favoriser ses performances mnésiques. Pour l’IGEN, et pour d’autres raisons, l’évolution souhaitable de la situation n’est pas dans le retour au samedi matin, mais dans la scolarisation du mercredi matin, en vue d’alléger la journée de travail scolaire dans une semaine rééquilibrée.
  • Durée annuelle de l’enseignement dans le primaire : Le calendrier national scolaire comporte 36 semaines réparties en 5 périodes de travail, de durée comparable, qui sont séparées par 4 périodes de vacances : 2 semaines de vacances à Noël, en février et au printemps, 10 jours de vacances à la Toussaint, mois de juillet et août entièrement vaqués.
    L’enseignement actuellement dispensé en France aux élèves du primaire dans le cadre de la semaine de 4 jours est donc réparti sur 144 jours de classe par an, avec 864 h de cours annuel (et 936 h de cours pour les enfants bénéficiant de 2 heures hebdomadaires supplémentaires « d’aide personnalisée »).
    Cela place notre pays parmi ceux ayant le nombre d’heures d’enseignement annuel le plus élevé par comparaison avec des pays comme la Finlande (608 h), la Norvège (620 h), l’Allemagne (622 h).
    Pour tenir compte des données biologiques il faudrait une année scolaire de 180 à 200 jours (avec comme corollaire la réduction des grandes vacances), 4 – 6 h de travail par jour selon l’âge de l’élève, 4 jours et demi à 5 jours de classe par semaine en fonction des saisons ou des conditions locales.
Tout ceci semble de bons sens, et ce sont les solutions appliquées depuis longtemps dans les autres pays européens : ces solutions iront dans le sens d’une meilleure santé des enfants, de l’amélioration de leurs performances, facteurs de réussite et d’intégration. Sur la vie de l’école elle-même, cela aboutira à un meilleur dialogue entre les enseignants et les parents d’élèves, une meilleure concertation des équipes pédagogiques, et une plus grande assurance de la réalisation de leurs objectifs.
Qu’est-ce qui empêche donc d’appliquer ces solutions ? On pense tout de suite aux lobbies du tourisme, aux enseignants qui y perdraient un avantage acquis… Mais ce sont d’abord les collectivités locales qui renaclent : les maires, qui ne veulent pas augmenter le budget de fonctionnement des écoles, et les communautés d’agglo et conseils généraux qui ne veulent pas financer plus de jours de transport scolaire.
Il faut lancer un débat sur les rythmes scolaires. Ce débat doit impliquer les enseignants, les parents, les scientifiques, les responsables de mouvements associatifs, et les décideurs.
Qu’en pensez-vous ?

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV