vite dit

Cette catégorie contient 87 articles

L’espérance de vie approche les 100 ans, c’est Laurence Parisot qui le dit…

Dans une interview donnée au JDD, Laurence Parisot présente les positions qu'elle défendra au nom du MEDEF lors du sommet social à l'Elysée lundi.
laurence Parisot avance ses propositions : compléter le système de retraite par un système de retraite par capitalisation, tenir compte des situations les plus pénibles à condition de les évaluer sur des critères individuels et objectifs (?), exonérer des charges sociales pour toute embauche d’un chômeur en fin de droits, ne pas augmenter les cotisations,...
Et là qu'est-ce que je lis ? "L’espérance de vie approche les 100 ans, comment imaginer trente ou quarante ans sans travailler, et les financer en restant inactif? Relevons l’âge légal, cela entraînera une hausse du taux d’activité des seniors, comme tout le monde souhaite."
Quoi ?! J'aurais raté cette information capitale : notre espérance de vie approche les 100 ans ! Vite, un petit tour sur le site de l'INSEE pour vérifier cette bonne nouvelle !
Ah zut, je dois déchanter rapidement : l'espérance de vie en France est de 84,5 ans pour les femmes, et de 77,8 ans pour les hommes.
Pour les 40 ans à se faire dorer la pilule sous les cocotiers, c'est raté. Les hommes, si on relève l'âge de la retraite, n'auront que 10 à 15 ans pour en profiter. Et d'ici là les cocotiers seront peut-être sous l'eau.
"Nous jouons avec la réputation de la France", ajoute-t-elle.
Je suis rassuré pour notre réputation, la France est le seul pays du monde ou une sardine peut boucher le port de Marseille.

Education : République, je crie ton nom !

liberté, égalité, fraternité...

Manifestation pour l’Education aujourd’hui à Paris : contre les suppressions de postes et la réduction des moyens dans l’Education nationale.

Une manifestation corporatiste ?

Dans mon collège ZEP, les indicateurs sont là : 80% de catégories socio-professionnelles (CSP) défavorisées.

Que se passe-t-il aujourd’hui ? La DHG (dotation horaire générale) pour la rentrée prochaine vient de tomber. Résultat : 56h d’enseignement en moins.

Par conséquent, des choix devront être faits entre les enseignements proposés dans notre établissement.

On envisage alors des scénarios :

  • Une classe bi-langue (hors-norme), avec seulement 2h d’allemand au lieu de 3 prévues.
  • Une seule LV2 proposée en 4ème.
  • Plus de groupe de latin en 3ème.
  • Plus d’enseignement artistique en classe de 3ème d’insertion.
  • Et des effectifs par classe qui atteindraient près de 25 élèves.

Dans de telles conditions, nos élèves seront victimes d'une double inégalité : des conditions d'enseignement dégradées et moins d'offre d'enseignement.

Est-ce cela le service public ? Est-ce cela une école qui respecte les principes républicains : liberté, égalité, fraternité ?

Donner moins à ceux qui ont le moins : une nouvelle définition de l’égalité à la Coluche…

Fadela Amara, au fait, à quand votre Plan Marshall pour les banlieues ?

Calcul mental

boulierLe site de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est une source précieuse d’informations. Ainsi peut-on y lire chaque semaine le dernier bilan concernant la pandémie de grippe A/H1N1. Au 4 décembre, elle aurait fait 8.768 morts à travers le monde.
En France, la pandémie annoncée a justifié la mise en œuvre de moyens humains et financiers considérables, avec notamment l’achat de vaccins, la promotion des médicaments « antiviraux », les masques, les campagnes de prévention, la logistique, soit un total d’au moins 1,5 milliards d’euros.
Le Ministre de la santé a fait son travail me direz-vous. Admettons.
Mais alors il faut admettre aussi que d’autres ne le font pas.
Parce que sur le même site de l’OMS, mais à la rubrique « Paludisme », on peut lire : « un enfant en meurt toutes les trente secondes ». Toutes les trente secondes ? En huit mois, depuis que le virus A/H1N1 a capté toute notre attention, cela fait combien d’enfants morts du paludisme ? Dans une indifférence presque générale, alors que les médicaments pour soigner ce fléau existent, sont réellement efficaces et auraient pu sauver ces enfants.
Nous faisons pourtant tous partie du même monde. Pour reprendre le terme du Professeur Marc Gentilini, il y a vraiment beaucoup d’ « indécence » dans toute cette affaire.
Roseline Péluchon
Réf. : Organisation Mondiale de la Santé

Elus Seinomarins et Eurois, aidez à sauvegarder notre territoire et notre littoral

Elus Seinomarins et Eurois, aidez à sauvegardez notre territoire et notre littoral
Plus de 200 élus, toutes tendances politiques confondues, se sont rassemblés le samedi 24 octobre à Etretat pour dire publiquement leur opposition au terminal méthanier en projet aux portes de la célèbre station touristique. (lire aussi ici)
Les parlementaires nationaux et européens, les conseillers régionaux et généraux, les maires… ont posé en ce jour les fondements d’un collectif d’élus qui refusent l’implantation d’une zone industrielle et gazière.
« Les porteurs du terminal méthanier méprisent la responsabilité fondamentale des élus en matière d’aménagement du territoire. Et pourtant qui mieux que nous connaît la force et la richesse de notre territoire », expliquent les élus.
Pour le président du département de la Seine-Maritime, Didier Marie, qui a rejoint le collectif «Les élus servent à porter la parole des citoyens. La démocratie est bafouée quand un projet est imposé par la force à des gens qui n’en veulent pas ».
Aujourd'hui, mercredi 4 novembre à 11h, Frédéric de Maneville, 3e président de Gaz de Normandie en 2 ans, et Laurent Castaing, président du GPMH, viendront présenter conjointement le projet de terminal méthanier d’Antifer dans les salons de l’hôtel Novotel, à Saint Etienne du Rouvray. Ils prônent le dialogue à 120 kilomètres des communes concernées.
A cette occasion, le Collectif d’élus, les membres des Associations et les habitants de Saint-Jouin Bruneval seront accueillis par la municipalité de Saint Etienne du Rouvray. Ils tiendront une conférence de presse à 10h 30, au centre socio-culturel Jean Prevost.
Les élus de l’agglomération rouennaise (et de Haute-Normandie) sont invités à rejoindre le collectif et à signer le texte fondateur. A l’issue de la conférence de presse, les opposants à ce projet du passé se rendront à l’hôtel Novotel à 11h.
SI GAZ DE NORMANDIE NE VIENT PAS A NOUS, NOUS ALLONS A LUI (appel du collectif d'élus contre le méthanier aux portes d'Etretat)
Elus, vous qui aimez notre territoire et notre littoral, défendez ce joyau de la Normandie. Allez dire votre opposition à ce projet de terminal méthanier aux portes d'Etretat, et au gazoduc qui traversera le territoire.
Rendez-vous à la conférence de presse à 10h30, au centre socio-culturel Jean Prevost, à Saint-Etienne du Rouvray, ou à l'hôtel Novotel de Saint-Etienne du Rouvray à 11h.
La population haut-normande vous en remerciera durablement.
Contact :
Maria Bergeron, membre du collectif
m.bergeron@st-jouin-bruneval.fr
Site mairie : http//www.st-jouin-bruneval.fr

Avec les habitants du littoral, contre le méthanier : Imaginons un autre avenir pour notre région !

Communiqué de presse des Verts de Haute-Normandie :
Avec les habitants du littoral, contre le methanier : Imaginons un autre avenir pour notre region !
La société Gaz de Normandie (Powéo) confirme son intention de construire à Saint-Jouin-de-Bruneval un terminal méthanier destiné à l'importation de 9 milliards de m3 de gaz par an.
Ce choix ne répond à aucune stratégie européenne d'approvisionnement. D’ailleurs, récemment, l’Etat demandait l’abandon du projet de Méthanier du Verdon à cause de la surcapacité française en approvisionnement en gaz. Ce qui est valable en Aquitaine ne le serait pas en Haute-Normandie ?
Ce choix est un pur produit de la libéralisation du secteur de l'énergie qui favorise les opérateurs opportunistes indépendamment des besoins collectifs. Au risque de ruiner les objectifs européens et nationaux de diminution des émissions de gaz à effet de serre. Il ne pourra se réaliser qu'au prix de nouvelles destructions de la flore et de la faune terrestres et marines de la valleuse classée d'Antifer (site classé des falaises d'Etretat) et de la zone Natura 2000 en mer.
Les élections municipales de 2008 et le débat public ont révélé l'opposition massive des habitants et des élus du littoral. Ils imaginent un autre avenir pour leur territoire : un développement touristique raisonnable et un pôle des énergies renouvelables marines en lieu et place du port pétrolier en fin de vie.
L'acharnement à vouloir imposer un tel projet, est un véritable déni démocratique.
Le Port du Havre qui avait il y a 30 ans fait casser la falaise pour construire un port pétrolier dont il reconnaît aujourd'hui qu'il fut une « erreur de stratégie » est de nouveau à la manoeuvre : vendeur du site à l'industriel. Le soutien indéfectible du maire du Havre explique sans doute la chaîne de décisions inexplicables de l'Etat : l'opportun et inique déclassement de la zone marine Natura 2000 signé le 27 mai 2009 par Jean Louis Borloo, Chantal Jouanno et.. Hervé Morin, le classement en « Projet d'Intérêt Général » (PIG!) d'une installation qui amènera plus de pollutions et de mal vivre aux habitants!
La Haute Normandie est gavée d'industries sur productrices d'énergie. Au prix de tous les gaspillages et de la santé des habitants ; une pollution de l'air qui nous met au dernier rang, une surmortalité qui atteint 15% dans la région havraise. Et cela ne nous protège ni du chômage, ni des emplois précaires, ni des bas salaires, plus nombreux qu'ailleurs ! Le combat des habitants et des élus du littoral concerne tous les haut normands désireux de sortir d'un mode de développement non choisi, insoutenable.

La réforme du statut de La Poste arrive lundi en seconde lecture devant le Sénat

La réforme du statut de La Poste arrive lundi en seconde lecture devant le Sénat
«On va leur pourrir la semaine», clame le groupe socialiste.
Nicolas Galepides, représentant du Comité national contre la privatisation de la Poste (CNPP) ajoute : «On sera nuit et jour dans les tribunes pour faire une lecture critique de chaque amendement».
A l'UMP, on veut rester sereins : «Le groupe est mobilisé et très consensuel».
Les groupes sont en ordre de marche pour l'étude d'un texte qui comporte 2 volets :
  • Le premier transpose la directive européenne sur l'ouverture à la concurrence du secteur postal en 2011,
  • le second transforme La Poste, actuellement établissement public industriel et commercial, en société anonyme à capitaux public début 2010.
Le changement de statut permettra de récolter les 2,7 Mds d'€ nécessaires à la modernisation du groupe La Poste. Mais c'est bien le changement de statut qui inquiète la gauche, qui voit dans ce changement de statut, le pré-requis nécessaire à une privatisation, même partielle.
Le groupe socialiste a donc déposé vendredi 620 amendements sur les 26 articles, s'apprête à défendre 3 motions de procédures, et 1 "motion référendaire" qui visera à soumettre le texte à référendum.
Et c'est le ministre de l'économie, Christian Estrosi, qui décoche la première flèche : «Non seulement, il est inscrit dans le texte que La Poste restera 100% publique et que nous mettons les moyens de la moderniser. [...] Mais en plus je vais faire ajouter dans le texte, qu’en application du préambule de la Constitution de 1946, La Poste ne sera pas privatisable». clic-clic pour la suite...

Bronca au Sénat : Raffarin dit NON à la réforme de la taxe professionnelle !

Bronca au Sénat : Raffarin dit NON à la réforme de la taxe professionnelle !

Après Juppé qui nous disait : «C’est tout de même se foutre du monde», après Balladur qui a estimé que [l']«on ne peut pas faire une véritable réforme fiscale avant de savoir quelles sont les compétences de chacun des niveaux de collectivités territoriales, département, commune, région. Il faut savoir qui doit dépenser quoi avant de savoir comment on le finance», c'est au tour de Raffarin de s'eprimer contre la réforme de la TP : «la réforme de la taxe professionnelle, actuellement proposée par l'exécutif, ne peut être votée en l'état».

Après que l'Assemblée Nationale ait voté le texte, et que les députés UMP aient renoncé à leurs exigences, face à la colère du Medef, c'est donc Jean-Pierre Raffarin et 23 sénateurs UMP qui osent le bras de fer avec le gouvernement.

Jean-Pierre Raffarin s'explique : «L'actuelle proposition n'est ni claire, ni juste, ni conforme à nos convictions d'élus enracinés». clic clic pour lire la suite...

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV