de quoi j’me mêle

Cette catégorie contient 33 articles

Graves perturbations dans les transports piétons prévues aujourd’hui !

Aujourd'hui, 23 septembre 2010, les transports piétons risquent d'être fortement congestionnés.
Heureusement, écureuil malin est là pour vous conseiller des itinéraires de délestage : Amis parisiens, nous vous conseillons plutôt d'emprunter l'itinéraire bis "Nation-République" qui vous permettra de circuler dans les meilleures conditions si vous avez la chance d'être à pied.
Amis rouennais, l'itinéraire le plus sûr se trouvera sûrement entre la préfecture, la rue de la République, la rue Lecanuet et la rue Jeanne d'Arc. Attention bien d'autres itinéraires risquent d'être rendus aux piétons pour cette journée de découverte et de sauvegarde du patrimoine français.
Et partout en France, des marches seront proposées aux promeneurs de tous poils, et partout les itinéraires seront largement sécurisés.
N'hésitez pas si vous le pouvez, c'est pas tous les jours.
Enfin, ami(e) shoppeur(euse), si tu vois une foule dans la rue, c'est que des soldes monstres sont organisées : Aujourd'hui on brade les retraites. N'hésite pas : fonce !
Dernière minute : notre gouvernement, qui adore les salades, est récompensé de la danse de la pluie qu'il se contraint à faire depuis plusieurs semaines : enfin il pleut ! ouf...

les pourris d’or et autres facéties

Comme le camarade Schneidermann, je n'avais pas vu ce sketch très drôle du sieur Dupontel (bravo !).
Tout cet été, @rrêt sur images nous a fait une introspective sur le rire, et son rôle pour un bon équilibre et une bonne santé sociale et mentale.
La mise à la porte de Stéphane Guillon, suite à la justification du patronyme de Didier, n'ont pas été pour rien dans ce choix... très citoyen.
Et nous avons eu, outre Porte, qui officie désormais sous les regards inquisiteurs, mais avides, de la rédaction du dit site, Remi Gaillard, le susdit suspect qui nous affirme que c'est en "faisant n'importe quoi qu'on devient n'importe qui" (du vrai gros burlesque salvateur), une analyse de la comédie américaine, "refaire le coup d'american pie, ça ne marche pas", Bernard Mabille, co-auteur de Thierry Le Luron et Anne Roumanoff ("avant on avait la gauche caviar, maintenant, on a la droite cassoulet : une petite saucisse avec plein de fayots autour...").
Allez, je ne résiste pas...
Et puis d'autres encore, que vous découvrirez sur @rrêt sur images. Mais seulement si vous y allez !
Mon coup de coeur, ceux qui m'ont fait me tordre de rire, à avoir mal au bide et au zygomatiques, le genre qui rend débile tellement t'as l'air idiot le lendemain quand t'es coincé de la bouche quand tu dis "b'jour, un c'fé steplait" : the fabulous (tin, tin dindin, tin dindin...) Monthy Python's Flying Circus :
Juste pour dire : M. Olivier Mongin, l'homme qui s'esclaffe, et rit à gorge déployée, mais en son for très très intérieur, a beaucoup de goût, bien que sur les cas Guillon et (prend la) Porte, je ne sois pas d'accord.
Bonne rentrée à tous, et un peu de poil à gratter - sous les bras... oui, oui le gauche aussi - , de la poilade quoi !, ne risque pas de nuire à l'ambiance ;)

Porte chaque jeudi sur arretsurimages.net

Le malheur des uns fait le bonheur des autres.
Daniel Schneidermann nous le dit : "Porte nous fait rire. Il nous fait réfléchir. Il nous venge. En outre, pourquoi ne pas le dire ? Ce site est né, en 2007, du sentiment d'injustice ressenti par d'innombrables téléspectateurs d'Arrêt sur images, sur France 5, après sa suppression. Il était dans sa vocation naturelle d'accueillir Porte, dont l'éviction du service public suscite un sentiment comparable. Pourquoi pas Guillon et Morel, demanderont certains. Oui, pourquoi pas ? La seule raison, c'est qu'il nous semble (à tort ou à raison), que Porte aura davantage de mal que Guillon et Morel, à retrouver une place dans le grand show audiovisuel. Une impression, une intuition, qui tient à je ne sais quoi. Mais on peut se tromper. Si on se trompe, la porte leur est évidemment ouverte ici."
"Encore un mot : cette chronique (audio, d'une durée de quatre à cinq minutes environ) sera mise en ligne chaque jeudi. A 7 heures 53, meilleure heure pour l'humour, comme chacun sait. Et ça commence jeudi prochain." C'est ici
A un doigt de la sortie, en se retirant avec fracas, Porte s'ouvre sur @si
Ecoutez la dernière chronique de Didier Porte sur Inter : du lourd, du drôle, à ne pas rater ! (trouvée chez @si)
A l'époque où Jean-Luc Hees dirigeait France-Inter, la radio semblait un média en déshérence, un peu vieillotte, surannée... L'audimat baissait, inéluctablement...
En 2004, Jean-Paul Cluzel arrive à la direction de Radio-France et relèvera la barre, pour placer Radio-France à la position de 1er groupe radiophonique français, avec des finances saines, et un dialogue social apaisé.(écoutez les réactions de Jean-Paul Cluzel lors de son éviction - en direct, par un coup de téléphone de M. Guéant, au cours de son interview)
Ici, Jean-Paul Cluzel défendait son bilan...
Et ici, il nous faisait part du bonheur qu'il a eu pendant ses 5 années à la direction de Radio-France...
Aujourd'hui, on le constate avec les évictions récentes des humoristes (qui ne font rire ni les politiques, ni la direction de l'antenne), le risque existe de voir cette direction, nommée désormais directement par le Président de la République, détricoter ce que l'équipe précédente avait mis en place pour redresser la situation de la radio, et qui a réussi (!).
"Croyez-vous que je vais commencer une carrière de dictateur à 57 ans ?", nous a dit Jean-Luc Hees, il y a un an.
Quand des millions de personnes viennent écouter Stéphane Guillon le matin, et que ses chroniques vidéos peuvent être lues des centaines de milliers de fois, des millions de visites sur le site de la radio, ça s'appelle une vraie grosse réussite, un carton même ! La maison ronde a touché le loto avec ses humoristes.
Et bien la direction n'en veut pas de son loto. Elle préférera sans doute retrouver une information plus respectueuse à l'égard des grands de notre royaume.
Plus plan-plan aussi ? Hees dit dans une interview au Monde : "Je n'ai pas de tutelle, mais un actionnaire qui est l'Etat." L'Etat, c'est nous. C'est à dire ces millions d'auditeurs et d'internautes qui devront aller chercher des choix éditoriaux ailleurs. Des millions d'auditeurs et d'internautes qui étaient dans l'erreur, et se sont fait taper sur les doigts.
Le démocrate, c'est Hees, le tyran c'est Porte.
"L'humour ne doit pas être confisqué par de petits tyrans. Je prends cette décision non pas sur une quelconque pression politique mais en m'appuyant sur des valeurs minimales d'éducation et de service public. Je considère que cette tranche d'humour est un échec. Elle a montré une grande misère intellectuelle, dont je ne m'accommode pas. Il n'y aura pas de changement d'horaire ni de remplaçants. Ce qui ne fait pas rire à 7 h 55 ne me fera pas plus rire à 3 heures du matin. Je sais qu'en prenant cette décision il y a un risque. Mais j'assume !"(J-L. Hees)
Jean-Luc Hees assumera donc ses choix. Si ceux-ci s'avèrent payants en terme d'audimat et de participation du public, alors que Hees soit Loué. Si par contre l'audience connait de nouveau une baisse, il faudra qu'il en tire les conséquences.
Jusqu'à présent, la radio avait bien résisté, et même convergé vers Internet. La direction de Radio-France, à l'heure où nous sommes tous de plus en plus équipés de terminaux mobiles (iphone, iPad, android, wifi-on-board,...), ne semble pas craindre de voir leur public se tourner vers d'autres médias, et prendre de nouvelles habitudes.
Celui qui tire son épingle de ce jeu, c'est Daniel Schneidermann. La chronique de Didier Porte, tous les jeudi à 7h53 lui ramènera beaucoup de monde. Et ce sera mérité. Tans pis pour ce qui écoutent la radio dans leur auto le matin. Le gros gros gagnant, in fine, sera sûrement Google.
Bonne chance, d'abord à Daniel, c'est mérité, et aussi aux 4.500 personnes qui travaillent encore à Radio-France. Bonne chance Didier, et à jeudi pour 5 minutes de poilade :)
Laissons à François Morel le mot de la fin...
Que dire de plus ?

Guillon prend la Porte, qu’est-ce qu’on va se faire ch… (oups) s’embêter !

fontval
Stéphane Guillon et Didier Porte pas remerciés du tout, mais congédiés quand même !
"Val tragique à France-Inter : 2 morts", c'est ce qu'on peut lire sur Twitter ! Youpi, les 2 gugusses qui attiraient 2 millions d'auditeurs le matin vont pouvoir aller chercher un nouvel employeur, qui sera sûrement moins regardant quant au châtiment du langage.
France-Inter ! France-Inter outragé ! France-Inter brisé ! France-Inter martyrisé ! mais France-Inter libéré ! France-Inter libéré par lui-même, libéré par sa direction avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la Présidence tout entière, de la Présidence qui se bat, de la seule Présidence, de la vraie Présidence, de la Présidence éternelle...
Et nous, pôvres péquins, les fidèles de la chaîne, les piliers de l'audimat du service public audiovisuel, nous en sommes réduits à nous passer de ce petit jeu de massacre matutinal, qui avait, outre l'aspect humoristique, voire drôlatique - ou non, selon que l'on se sert de son cerveau gauche ou de son cerveau droit - le don de titiller les invités politiques, et de les déstabiliser avant leur entrevue...
Plus de bouffons sur France-Inter ! Jean-Luc Hees défend l'honneur outragé du service public. Un honneur outragé par tant de grossièreté ! Philippe Val, lui, préfère défendre l'actionnaire maltraité. Mais l'actionnaire maltraité, ce n'est pas Sarkozy, foin!, cette radio l'em... bête profondément (vous voyez je suis poli, pas de l'engeance des bouffons (!), j'emploie le terme "embêter". Poli, presque à entendre de la bouche de mes enfants. Les esprits chagrins regretteront le terme profondément, mais il faut n'y voir aucune malice). Les vrais actionnaires, ce sont les français qui paient impôts et redevance, et qui aim(ai)ent cette radio.
Val tragique à France-inter, donc, mais un blessé dans le coma, dépassé, est à déplorer : France-Inter (voyez, par respect, je mets encore les majuscules).
Perso, je mets le bouts, je mets les voiles, désolé pour les rescapés du radeau de la méduse, mais je préfère me coltiner une info aiguisée sur le web désormais que l'on m'empêche de penser en rond. Ciao, ciao, la radio qui accompagnait mes pérégrinations diurnes. 2 millions d'auditeurs sont des malades mentaux, des monstres attirés par le goût du sang, de la shoote et du molard, des irresponsables affligés d'irresponsabilité politique due vraisemblablement à la consanguinité gauchiste, des jeunes (beurk), des vieux (re-beurk), des adultes (fichtre vous m'en direz tant !)...( Je triche, je suis abonné aux podcats de là-bas, i j'y suis).
Il y aura des victimes collatérales à ces évictions ! Bern, dont le soutien ne semble être pour Hees qu'un soutien médiatique, le bidule machin qu'on dit pour faire bien, "toutes mes condoléances", "bon courage pour surmonter cette épreuve", "après la pluie le beau temps",..., Bern continue de soutenir son bouffon mordicus, et tirera les conséquences de cet affrontement. Et le pov' Morel qui faisait pas d'mal (mais je me demande s'il a pas les crocs qui poussent à cette heure).
Personnellement, j'espère que l'on tirera les conséquences d'une gabegie prévisible : si baisse d'audience il y a, j'espère que les responsables de cette baisse d'audience seront traités à la mesure de cette baisse. Hees a dit " je ne suis pas Domenech". Soit.
Mais comme Domenech, si les résultats ne sont pas là, pensez à vous retirer avant de vous faire virer. Ca fait moins mal. S'il y a baisse d'audience, désolé, mais il faut que vos(tre) responsable(s) sauront vous mettre à la porte (et au guillon).
Val, j'ai été te voir, je te demande pas de rembourser, j'ai beaucoup ri (p't'être Font en fait), mais tu as écrit "CA VA CHIER". Et bien, désormais, on va se faire chi... s'embêter (le mot est peut-être fort : s'enquiquiner, je préfère) sec sur inter !
Quant aux 2 trublions (et les victimes collatérales), je vous le dis comme je le pense : "cassez-vous, pov' cons' !". Et à l''occasion, si vous avez du temps, envoyez une carte postale pour nous prévenir au cas où vous prépareriez de nouveaux méfaits, ailleurs...

Une Europe détricotée, l’euro attaqué, le service public menacé

Une Europe détricotée, l'euro attaqué, et le service public menacé
La population européenne a découvert soudainement la situation catastrophique de l'économie grecque. La population grecque elle-meme tombe des nues. Le pays est en état de quasi-faillite, et personne ne l'avait remarqué ! Nous avions tous entendu parler des PIGS (Portugal-Italie-Grèce-Espagne) qui faisaient courir un risque excessif à la stabilité du mammouth européen. Certes ces pays sont endettés, mais il sont un des symboles du "miracle" européen : ces pays, comme l'Irlande, ont réussi un rattrapage historique face aux autres pays européens. Et le pacte de stabilité signé par tous les pays européens, et l'introduction de ces pays dans la zone euro, semblaient garantir l'équilibre, pendant que l'accès au marché international des capitaux offrait à ces pays des perspectives de développement et de croissance inédites...
clic-clic pour la suite

Le 1er mai, l’UMP défile pour fêter le travail

On rêve... L'UMP qui qui défile pour fêter le travail. Mais pas seulement le 1er mai, c'est toute l'année, comme l'indique leur slogan : "Certains ne parlent du travail que le 1er Mai, l’UMP le défend toute l’année ! ".
Le 1er mai, l'UMP défile pour fêter le travail
C'est Bakchich qui dévoile l'info, et lève le voile sur l'identité des manifestants : il s'agit d'une photo de l'agence américaine Getty Images, qui avait déjà fourni les clips de campagne des régionales à l'UMP.
C'est donc un montage photoshop qui a permis de trouver des manifestants UMP qui défilent pour la défense du travail. Espérons juste qu'en 2012, il y aura encore de vrais travailleurs, et qu'on n'aura pas besoin de les photoshoper !
Bonne fête du travail à tous, et profitez du beau temps !

Incroyable ! Mélanchon met les pieds dans le plat : pour le calcul des retraites des fonctionnaires, on ne peut pas remonter plus loin que 6 mois

C'est en allant me promener sur l'excellentissime @rrêt sur images que j'apprend la nouvelle. Jean-Luc Mélanchon terrasse Aphatie pendant son interview sur RTL. J'étais passé totalement à côté de l'info...
Mélanchon sur RTL, au micro de Jean-Michel Apathie, met les pieds dans le plat sur les retraites des fonctionnaires
Cela se passe à 5min30 de l'interview. Apathie pose sa question :
"Les retraites des fonctionnaires sont calculées aujourd'hui sur les 6 derniers mois, celles des salariés du secteur privé sur les 25 dernières années. Ceci peut-il rester en l'état Jean-Luc Mélanchon ?"
Le sourire de Jean-Luc Mélanchon en dit long, il attendait avec impatience cette question. Il sourit, s'apprête à dégainer son information, il vise... "Mais bien sûr que ça peut rester en l'état."
Apathie répond : "c'est inégalitaire."
Mélanchon : "Non ce n'est pas inégalitaire."
Mais c'est quelques instants plus tard, lorsque le journaliste demande si on ne pourrait pas calculer la retraite des fonctionnaires sur les 10 dernières années que Mélanchon abat sa carte :
"il y a une chose qu'il faut que vous sachiez, M. Apathie. C'est impossible. Vous savez pourquoi ?" "Non", répond Apathie. "Parce rien n'a été saisi informatiquement, si bien qu'on ne peut pas remonter au-delà de 6 mois. Vous savez pourquoi ? Parce que comme c'était la règle des 6 mois, personne n'a pensé à le faire !" [...] "Les services publics sont sauvés par les manques d'équipements informatiques du service public, j'ai pas fini de rigoler..."
On imagine la mine abattue de M. Apathie...
Le lendemain, Eric Woerth réfute en bloc :
"Tout ça est complètement faux, vous croyez que l'administration française ne peut pas reconstituer la carrière d'un fonctionnaire ? J'ai été ministre du budget, je suis toujours ministre de la fonction publique et j'ai créé sur le plan des retraites un organisme centralisé qui monte en charge et qui sera l'interlocuteur unique pour les carrières des fonctionnaires. Quand vous regardez dans les ministères, il n'y a pas de problème pour reconstituer la carrière d'un fonctionnaire, donc c'est vraiment pas le sujet"
@si enquête...
Tout d'abord, comment peut-on être dans l'incapacité de retracer les carrières des fonctionnaires, alors qu'il a été possible de passer la méthode de calcul des retraites du secteur privé des 10 dernières années au 25 dernières années ? La réponse est simple : La réforme à été votée en 1993, mais n'est entrée que pleinement en vigueur qu'en 2008. Allonger la période de calcul de 15 ans aura donc pris 15 ans.
Qui a raison alors, Eric Woerth ou Mélanchon ?
Henri Sterdyniak, économiste à l'OFCE, estime que la vérité situe plutôt entre les deux. Le salaire des fonctionnaires est composé d’un traitement indiciel et de primes. Elle représentent en moyenne 20% du revenu, mais ce chiffre varie de 5 à 60% selon les fonctionnaires. L’Etat conserve bien-sûr les traitements indiciaires, mais ne conserve pas obligatoirement les primes. Si on voulait intégrer les primes, ce serait impossible dans la quasi totalité des cas. Si on veut prendre le temps de faire une réforme équitable, ce sera au mieux pour septembre 2011.
Septembre 2011, c'est à dire en pleine campagne présidentielle. Mélanchon n'a pas fini de rigoler...

Quelle semaine ! Bilan des élections régionales 2010 : Acte I

Quelle semaine ! Bilan des élections régionales 2010 : Acte I
Les élections, c'était il y a une semaine. Déjà.
Sur fond de crise économique, de crise européenne, avec un redécoupage nord-sud annoncé - où, la France, avec un pied au nord et un pied au sud, essaie de se contraindre de marcher à cloche-pied -, une crise d'identité américaine, une crise israélienne, l'actualité régionale peut nous sembler déjà bien loin. Pourtant le jeu politique a été bouleversé.

Des leçons à tirer pour les politiques

Les conséquences "régionales" de ces élections ont bouleversé la politique nationale, et redistribué largement les cartes pour la droite et l'UMP. Jusqu'à présent, l'hyper-président donnait sa légitimité au parlement. Il avait assuré une victoire écrasante aux députés UMP, et la stratégie du grand parti unique à droite avait réussi à rafler toutes les mises, allant jusqu'à reconquérir les voix de l'extrême-droite.
Cette élection a inversé les tendances : dorénavant, la légitimité du gouvernement, le président la tient des députés UMP. Sarkozy est au plus bas dans les sondages, quand son premier ministre caracole dans l'électorat de droite. Tous les ministres qui se sont présentés à ces élection ont été battus à plate-couture. C'est un déni pour le gouvernement. Ce n'est pas qu'une question de jeu de pouvoir au sein de l'UMP, la politique menée par le président doit déjà en tenir compte. La tentation d'autonomie gagne les composantes de l'UMP, et c'est la stratégie du parti unique qui pourrait-être remise en question.
Pour Hervé Morin, candidat perdant en Haute-Normandie : « Il faut que le nouveau centre soit en mesure d’avoir un candidat en 2012 bien sûr. Ce que je sais c’est le nouveau centre avec ses 13 000 militants, son groupe parlementaire à l’Assemblée et bientôt au sénat je l’espère, doit être en mesure d’avoir la possibilité de désigner un candidat de manière autonome à la présidentielle, il lui appartiendra ensuite de déterminer qui cela doit être. » On peut aussi voir dans cette démarche une stratégie pour mieux négocier les places lors des prochaines élections.
Et Dominique de Villepin en rajoute une louche en annonçant la création d'un nouveau parti, alternative à Sarkozy. L'ambiance est plombée à l'UMP.
Le PS, que beaucoup pensaient moribond et divisé, retrouve une légitimité : il fait quasiment carton plein, en conservant le même nombre de régions métropolitaines qu'en 2004, en y ajoutant la Corse, et en perdant le Languedox-Roussillon. Et en se coupant du courant de G. Frêche.
Derrière les manifestations de joie contenue après la victoire, le PS fait ses comptes. Ce grand parti hégémonique à gauche veut croire à la victoire aux présidentielles. Et il se rend compte que s'il peut espérer gagner, ce ne peut pas être sans les voix écologistes.
Europe Ecologie et les verts sont parvenus à devenir 3ème parti de France. Bel exploit ! Si les électeurs connaissent leur engagement dans des combats pour préserver un monde vivable pour les générations futures, c'est leur crédibilité politique qui est entérinée. Au moment où l'UMP enterre le Grenelle de l'environnement, les citoyens de France et d'ailleurs prennent conscience de l'importance, et de l'urgence, de l'enjeu : on peut faire autrement, on peut éviter les catastrophes, mais il faut s'y prendre maintenant !
Il faut maintenant qu'Europe Ecologie se donne les moyens d'affronter cette croissance. Sa place de 3ème parti de France doit s'accompagner d'une mutation. C'est le défi que lance Daniel Cohn-Bendit aux verts, par son appel du 22 mars. La mutation est en route pour les verts, qui demandent la métamorphose d'Europe Ecologie et des Verts en un mouvement politique unifié et pérenne.
Pour Cécile Duflot, il faut mener 2 chantiers ensemble : la suite d'Europe Ecologie et l'approfondissement du projet, pour garantir le succès.
Le front national est l'autre gagnant de cette élection. 22,5% pour J.M. Le Pen, presque autant pour sa fille, qui se trouve légitimée pour prendre la succession de son père. Une catastrophe pour tous les partis républicains, et une interrogation de tous quant aux choix des électeurs concernant l'extrême-droite : ce n'est pas comme si ce parti n'avait pas gouverné, ils ont gouverné localement, et échoué. Le vote FN redevient-il le vote contestataire ?
Enfin, les grands perdants, hormis l'UMP : le Modem s'est disloqué, et ce, avant même les élections. Les dérives autocratiques de son dirigeant y sont pour beaucoup. Le divorce est consommé entre le Modem et Cap21, et celui-ci, à travers Corinne Lepage, annonce qu'il reprend toute son autonomie. François Bayrou impute cette débâcle aux dissensions internes, sans revenir sur ses propres choix concernant les personnalités qu'il a imposées sur les listes régionales du Modem, ou sa responsabilité par rapport aux dissensions internes. Le parti centriste saura-t-il se recomposer avant les présidentielles (les seules élections qui intéressent son dirigeant) ? Ou bien le glas a-til sonné ?..
Quant au front de gauche, si celui-ci a réussi à se maintenir dans les régions industrielles, il a du mal à assurer sa cohésion. Le PC n'entendra sûrement pas se résoudre à laisser Mélanchon être candidat aux présidentielles. Et le NPA, qui n'a pas convaincu aux régionales, viendra bousculer cette gauche par son vote contestataire.

Déni de démocratie I

Allez la démocratie, au lit, c'est l'heure ! Fais des beaux rêves...
5 ans ça change tout !
On l'a vu, le quinquennat a considérablement renforcé le pouvoir présidentiel. On parle d'Hyper-Président, omnipotent, à la tête d'une majorité plus que confortable.
Cette hyper-présidence a cependant, dans sa sagesse, consenti à doter notre République d'un "Hyper-Parlement", juste contre-pouvoir, et de renforcer son rôle et son autonomie, tout en donnant plus de place à l'opposition. Les responsabilités sont mieux partagées, et le parlement retrouve même son rôle premier de "faiseur de lois". Champagne !
Peut-être aurait-on pu statuer sur le rôle du Premier Ministre, voire envisager sa disparition, car son image est au mieux écornée et le rôle flou, et au pire, préjudiciable à une saine lecture des décisions gouvernementales. D'autant qu'il est contredit dès la première velléité d'annonce non visée par l'Elysée et ses conseillers, comme sur la taxe carbone. Nous avons tendance à prendre son rôle comme :"je fais l'annonce", ça passe, l'Elysée s'approprie... ça casse, ou c'est trop tôt et là c'est le désaveu présidentiel ! Et Fillon mange son chapeau.
Mais revenons à la démocratie, c'est-à-dire nos élus
clic-clic ici pour la suite...

Les résultats de la votation sur la Poste dans l’Eure (par bureaux de vote)

Mobilisation citoyenne sur la privatisation de La Poste

Les derniers éléments de la votation, centralisés pour notre département.

Rendez-vous mercredi pour une autre action complémentaire : la journée de mobilisation du 7 octobre à 17h à Evreux devant...La Poste.

Exceptionnel ! C'est la démocratie qui évolue encore un peu, prise en main par les citoyens.

Cliquez ici pour voir tous les résultats...

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV