déni de démocratie

Ce tag est associé à 1 articles

Déni de démocratie II : 200 élus en appellent à l’Etat, et l’Etat reste sourd à leur appel !

déni de démocratie II : 200 élus en appellent à l'Etat, et l'Etat reste sourd à leur appel !
C'est un consensus qui a réunit les 200 élus locaux réunis les samedi 24 octobre.
Un consensus qui dépasse les orientations et les partis politiques. Un consensus qui rassemble les élus de tous bords pour dire : "NON au déclassement de la zone Natura 2000 de Saint-Jouin Bruneval". Et pour s'opposer à l'implantation d'un port méthanier à sa place.
Le Collectif d'élus (clic-clic pour lire la liste des élus...) s'oppose au PIG, le Projet d'Intérêt Général qui caractérise d'intérêt public le port méthanier (dont les promoteurs sont POWEO S.A., CIM S.N.C., et VERBUND Gas. GmbH) ainsi que le gazoduc qui traverserait nos campagnes.

Les élus rappellent, avec toute la population, que la zone doit être reclassée Natura 2000, afin de préserver notre environnement, pour les générations futures et les espèces en danger, de conserver les attraits touristiques de notre région (elle attire plus de 3 millions de touristes, et emploie 30.000 personnes), et enfin de développer une véritable alternative énergétique et environnementale en créant un pôle de développement des énergies marines.

L’enjeu est majeur, et engage l’avenir de notre région, et d’une filière énergétique : les énergies marines (et renouvelables).

Quelles solutions ? Y a-t-il des alternatives ? clic-clic pour le savoir...

Déni de démocratie I

Allez la démocratie, au lit, c'est l'heure ! Fais des beaux rêves...
5 ans ça change tout !
On l'a vu, le quinquennat a considérablement renforcé le pouvoir présidentiel. On parle d'Hyper-Président, omnipotent, à la tête d'une majorité plus que confortable.
Cette hyper-présidence a cependant, dans sa sagesse, consenti à doter notre République d'un "Hyper-Parlement", juste contre-pouvoir, et de renforcer son rôle et son autonomie, tout en donnant plus de place à l'opposition. Les responsabilités sont mieux partagées, et le parlement retrouve même son rôle premier de "faiseur de lois". Champagne !
Peut-être aurait-on pu statuer sur le rôle du Premier Ministre, voire envisager sa disparition, car son image est au mieux écornée et le rôle flou, et au pire, préjudiciable à une saine lecture des décisions gouvernementales. D'autant qu'il est contredit dès la première velléité d'annonce non visée par l'Elysée et ses conseillers, comme sur la taxe carbone. Nous avons tendance à prendre son rôle comme :"je fais l'annonce", ça passe, l'Elysée s'approprie... ça casse, ou c'est trop tôt et là c'est le désaveu présidentiel ! Et Fillon mange son chapeau.
Mais revenons à la démocratie, c'est-à-dire nos élus
clic-clic ici pour la suite...

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV