Laetitia Sanchez

Laetitia Sanchez a écrit 282 articles pour saintpierre-express

About Laetitia Sanchez

Here are my most recent posts

Des nouvelles de Tabagne en Côte d’Ivoire

Henri Sobowiec nous donne des nouvelles de Côte d’Ivoire, bonnes et mauvaises… : “J’ai réussi à joindre le nouveau proviseur du collège de Tabagne, M.Marcellin Kouamé. Le collège est fermé depuis près de 3 semaines. M.Kouamé pense rouvrir son établissement la semaine prochaine. A Tabagne tout se passe pour le mieux. Seule Bondoukou a connu quelques exactions très limitées. La population ne souffre pas de la faim puisqu’il s’agit, en majorité, de paysans disposant de leurs propres cultures vivrières. Les échanges économiques sont totalement arrêtés et certains produits commencent à manquer(riz, huile…), mais la vie est bien plus supportable qu’en ville.
M.Kouamé espère disposer bientôt d’une adresse électronique. Il attend le passage du technicien. Comme il a nos adresses, il entrera en contact avec nous dès que possible.
Il nous remercie de ne pas les avoir oubliés.
Adayé n’est pas joignable. A l’hôpital (à Abidjan), le téléphone est bloqué et son portable sonne désespérément. Je lui ai envoyé un mail.
Amitiés.”
Henri

9 et 10 avril 2011 : un week end au bord de l’eau à Saint Pierre du Vauvray avec l’association Apure

Tout commencera par un “nettoyage de printemps” sur les berges, avec les enfants des écoles et leurs parents. Rendez-vous samedi matin à 9h30 au stade de foot de Saint-Pierre. Pensez à prendre des gants, car on trouve de tout ;-) (voir : Saint Pierre du Vauvray : SOS digue en détresse ou Un tunnel sale et dangereux : pourrait-on faire quelque chose ? Ces dernières photos datent de 2009, mais les mêmes exactement pourraient être prises aujourd’hui, la situation n’est pas mieux…)
Samedi 9 avril de 14h à 18h et dimanche 10 avril de 11h à 18h à la salle des fêtes de Saint-Pierre du Vauvray : expositions “Seine Verte Bleue – richesses naturelles de la Seine” par l’association APURE, avec la contribution de l’AREHN et la Fédération Départementale de Pêche.
Goûter et animation pour les enfants samedi de 16h à 17h à la salle des fêtes.
Dimanche 10 avril 2011 à 10h à la halte fluviale : “Causerie verte les pieds dans l’herbe” sur la ripisylve.
Bonne nouvelle : la mairie participera. Oui ! à Saint-Pierre, on se préoccupe d’environnement… un jour par an ;-) (c’est comme la Journée de la femme… point trop n’en faut !)

Chernobyl Days : 25 jours d’actions internationales du 2 au 26 avril 2011 – Fukushima, Tchernobyl, plus jamais ça !

26 avril 1986 – 26 avril 2011 : 25 ans de mensonge de l’industrie nucléaire, de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et des autorités. Fukushima, Tchernobyl, plus jamais ça ! Changeons d’ère, Sortons du nucléaire.
Dans le cadre du 25ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, “Sortir du nucléaire 27 “, association affiliée au Réseau pour sortir du nucléaire, organise des actions tout au long du mois d’avril.
samedi 2 avril à Bernay :
de 9h à 10h présence sur le marché avec un tract, puis discussion autour d’une animation organisée par le groupe de Bernay.
samedi 9 avril :
présence sur les marchés de Louviers et d’Evreux, avec un tract, sensibilisation, discussion, information aux passants.
mercredi 13 avril :
salle Jules Janin à Evreux, à 20h, soirée-débat organisée autour de deux thèmes : d’une part la question de la transposition possible d’un accident en France, et la question de la sortie possible et nécessaire du nucléaire. Ce moment de présentation sera suivi d’une discussion avec le public. D’autre part une information sur l’association “Enfants de Tchernobyl” et la diffusion d’un diaporama. La discussion avec la salle se fera au fur et à mesure de la diffusion des diapos.
jeudi 21 avril :
à Vernon, salle Philippe Auguste, à 20h30. Diffusion du diaporama sur les enfants de Tchernobyl. Discussion avec le public.
mardi 26 avril :
rassemblement à Evreux, place Mandel, devant la Poste, à 17h30. Puis déambulation jusqu’à la gare, avec les portraits des travailleurs qui sont intervenus aussitôt dans la centrale de Tchernobyl, les liquidateurs, qui ont sacrifié leur vie pour sauver celle des autres. Tout au long du parcours nous lirons des passages pour leur rendre hommage, et ne pas oublier. Arrivée à la gare vers 18h30. Distribution de tracts.

SCoT Seine-Eure Forêt de Bord : enquête publique du 4 avril au 5 mai 2011

  • informer le public ;
  • recueillir les avis, suggestions et éventuelles contre-propositions ;
  • élargir les éléments nécessaires à l’information du décideur et des autorités compétentes avant toute prise de décision.
A Saint-Pierre du Vauvray, la commission d’enquête tiendra une permanence le mardi 5 avril de 14h à 16h.
Vous pourrez à cette occasion porter vos remarques sur le registre prévu à cet effet.

Soirée débat organisée par le CCFD Terre Solidaire, à Louviers le vendredi 1er avril 2011 à 19h : Droits à l’éducation des femmes au Bénin, avec Emma Mongbo

L’équipe CCFD Terre Solidaire de Louviers – Val de Reuil – Pont de l’Arche marque les 50 ans du CCFD -Terre Solidaire en vous invitant à venir dialoguer avec Emma MONGBO dès 19h, salle Jeanne d’Arc, 46 rue du 11 novembre à Louviers. Un repas frugal vous sera offert (chacun apporte verre, couvert et assiette). Il sera suivi d’un débat : l’éducation est-elle à la portée de tous ?
Madame Emma MONGBO est animatrice de l’Association SINDO à Séhoué au Bénin. Le mot SINDO signifie “émerge de la base”. L’association crée de multiples activités pour améliorer la situation des femmes et des enfants dans 6 départements au sud du Bénin.
« Il faut mettre ensemble les femmes ou les jeunes filles, pour qu’elles comprennent l’importance de l’éducation et des groupes d’entraide afin d’améliorer leurs revenus… l’objectif est qu’elles arrivent à acheter de la terre …. »
Le bilan est positif, des milliers de femmes ont acquis une autonomie financière grâce à l’alphabétisation, au microcrédit, et des milliers de jeunes filles ont été scolarisées. Sindo a également encouragé les femmes à s’impliquer dans la gestion des fontaines, dans les associations de parents d’élèves. Une femme s’est même portée candidate à une élection communale….
Sindo bataille sur bien des fronts : lutter contre la violence faite aux filles en milieu scolaire, enquêter et dénoncer les trafics d’enfants, lutter contre l’esclavage moderne de l’enfant domestique et contre la prostitution.
Cette association SINDO fait partie d’un des 500 projets de Développement que soutient le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement, pour une Terre Solidaire.
Emma nous dira de vive voix comment elle tente d’en arriver à changer les règles sociales : « notre combat ne peut se limiter à la région de Séhoué, il faut obliger l’Etat à prendre ses responsabilités. »
contacts
Louviers : Marie-Andrée D’almeida 02 32 40 48 59
Surville : Annick Portier 02 32 50 51 21
Pont de l ‘Arche : Marielle Suire 02 35 02 08 07

Protéger l’école : un “Comité de Défense de l’Education Nationale” s’est réuni à Evreux le mercredi 9 mars 2011, alors que 49 fermetures de classes sont annoncées dans l’Eure

Officiellement, le C.D.E.N. désigne le Conseil Départemental de l’Education Départementale. Chaque année, le Conseil Départemental de l’Éducation Nationale (C.D.E.N.) est consulté à propos des propositions d’ouvertures et de fermetures de classes. Le C.D.E.N. est composé du Préfet, des élus, des représentants des personnels et des usagers (notamment des parents d’élèves), des associations complémentaires de l’enseignement public, des Délégués Départementaux de l’Education Nationale. Le conseil peut être consulté sur toute question relative à l’organisation et au fonctionnement du service public d’enseignement dans le département.
En Seine-Maritime, les membres du CDEN se sont réunis le 17 février dernier pour examiner les conséquences concrètes de la réduction massive, sans précédent, des moyens alloués à l’éducation dans notre Académie, avec la suppression de 377 postes, dont 107 postes d’enseignants en maternelles et élémentaires, 67 postes d’enseignants dans les collèges de Seine Maritime et 25 postes de personnels administratifs.
Dans l’académie, comme partout en France, les effets en seront :
  • dans le premier degré : fermetures de classes ; effectifs surchargés ; remplacements non assurés ; fin de la scolarisation des moins de 3 ans ; démantèlement des réseaux d’aide et de soutien aux enfants en difficulté ; suppression des postes de maitres formateurs ; ouvertures de classes compromises…
  • dans les collèges : disparition de cours et options ; suppression du travail en groupe et du soutien sur temps scolaire ; fin des itinéraires de découverte ; classes surchargées dans beaucoup d’établissements ; moindre prise en charge des élèves en difficulté ou handicapés ; menaces sur les postes de CPE…
  • dans les lycées : fragilisation des lycées par la suppression massive d’emplois, au moment où s’appliquent des réformes mal préparées, notamment dans la voie technologique ; suppression de 17 formations dans les lycées techniques, technologiques et professionnels, du CAP au BTS…
Devant cette situation alarmante, et alors que l’Etat veut attendre le 8 avril prochain pour annoncer l’étendue des dégâts en maternelles et en élémentaires, plus de deux tiers des membres du CDEN ont écrit au Préfet, comme le permet la loi, pour exiger la transparence. (source : site du SNES Rouen)
En Seine-Maritime, les signataires ont été :
  • Didier Marie, Président du Département de Seine Maritime, co-président du CDEN,
  • Sébastien Jumel, Vice Président du Département en charge de l’Education,
  • les Conseillers Généraux membres du CDEN,
  • la Conseillère Régionale membre du CDEN,
  • les organisations professionnelles enseignantes : les syndicats de la CGT Educ’Action, de la FSU, de l’UNSA Education,
  • l’Union de Seine Maritime des Délégués Départementaux de l’Education Nationale, la Jeunesse au Plein Air JPA76,
  • la ligue de l’Enseignement,
  • l’Union Départementale des Associations Familiales,
  • les personnalités qualifiées du CDEN,
  • les associations de parents d’élèves FCPE 76 et P.E.E.P. 76.
Dans l’Eure, le Conseil Départemental de l’Education Nationale (co-présidé par la Préfète et le président du Conseil Général) ne se réunira que le 4 avril 2011, alors que d’ores et déjà 49 fermetures de classes sont annoncées. Les classes concernées seront annoncées APRES le résultat des élections cantonales
Sans attendre, un “C.D.E.N. bis”, le “Comité de Défense de l’Education Nationale”, s’est créé le 9 mars à Gravigny, pour ouvrir le dialogue avec tous les acteurs du monde éducatif : parents d’élèves, personnels, élus.
Parmi les points à l’ordre du jour ont été notamment abordés :
  • les difficultés liées au faible taux d’encadrement dans les établissements scolaires.
  • la cohérence entre investissements des collectivités territoriales et politique nationale.
  • comment faire « plus » dans les classes avec « moins » de moyens humains.
  • la formation professionnelle des enseignants.
Tous les membres du “vrai” CDEN ont été invités, en présence du public et de la presse. Si l’Inspecteur d’Académie et la Préfète ont décliné l’invitation, le président du Conseil Général, Jean-Louis Destans, et les conseillers généraux, Janick Léger Lesoeur et Gérard Silighini, étaient présents, ainsi que plusieurs maires, des représentants de la FCPE pour les parents d’élèves, de la FSU 1er degré, 2nd degré et Supérieur et de l’UNSA Education, pour les personnels.
Tous ont affirmé leur soutien collectif au service public d’Education, laminé par les suppressions massives de postes décrétées par le gouvernement : 16000 postes cette année, et encore 16000 l’an prochain !
M. Destans s’est illustré par sa vision d’“une société idéale où l’éducation serait au centre des priorités”.
Oui, il faut que tous les partenaires œuvrent dans le même sens pour préserver l’école. Sans une école de qualité, nous ne pourrons pas assurer la formation de qualité dont a besoin notre société, aujourd’hui et demain.
Tous, représentants institutionnels, enseignants, parents, élus, devons agir main dans la main pour sauvegarder ce bastion de service public. Chaque acteur doit agir avec dignité et sens des responsabilités. Ne nous trompons surtout pas d’ennemi, en agissant contre les intérêts de l’école et de l’éducation nationale !
Que deviendrait une école divisée où chacun tenterait (en vain…) de préserver ses seuls intérêts ?
Ce serait la fin d’une éducation “nationale” égalitaire, et l’ouverture du marché (juteux…) de l’éducation au secteur privé, avec les inégalités qui en découlent et les conséquences pour notre société : la ghettoisation de pans entiers du territoire.
Est-ce là l’égalité républicaine qui devrait être le moteur de l’action publique, dans le sens de l’intérêt général – et non dans celui des intérêts particuliers, des intérêts marchands et financiers, du règne du chacun pour soi ?
Il est urgent de retrouver ce sens de l’intérêt général et du service public, tous ensemble.
Yes we care !

Soirée « Paysages et biodiversité en Seine-Eure » à Louviers le mardi 5 avril 2011 à 18 h 30 (Le Moulin)

Extrait du dossier de presse :
En 2010, la CASE a commandé à l’AREHN, la rédaction d’un ouvrage présentant les paysages et la biodiversité sur le territoire.
Des coteaux calcaires d’Amfreville sous les Monts aux vastes étendues cultivées du plateau du Neubourg, des berges de l’Eure aux ballastières de la boucle de Poses, notre proche environnement regorge de vie. Que ce soit dans les parcs et jardins, en ville, sur les vastes étendues lacustres, une faune et une flore variées – parfois remarquables – se développent et cohabitent avec nos bâtiments et nos activités.
Afin d’en faire découvrir les richesses, plusieurs associations proposent chaque année des animations dans lesquelles le promeneur peut s’improviser tout à tour entomologiste, ornithologue… ou simple spectateur.
Prendre le temps d’observer, l’espace de quelques heures, comprendre les mécanismes qui régissent la vie… Consigner ces observations dans un document de référence, accessible à tous les publics… N’est-ce pas déjà un premier pas vers la protection de l’environnement ?
Quelles sont les richesses naturelles de notre territoire ? Comment ont-elles évolué ces dernières années ? Comment évolue le(s) paysage(s) ? Autant de questions auxquelles se propose de répondre la brochure « Paysage et biodiversité en Seine-Eure » qui sera remise gracieusement au public lors de cette soirée animée par Denis CHEISSOUX, animateur bien connu des auditeurs de France Inter pour animer, tous les samedis, l’émission radiophonique CO2 Mon amour.
Programme de la soirée :
  • 18 h 30 à 19 h 30 : dialogues croisés entre Denis CHEYSSOUX, Jérôme CHAÏB, Directeur de l’Agence Régionale pour l’environnement en Haute-Normandie et Pascal LABBE, élu en charge des milieux naturels de la Communauté d’agglomération. A l’aide de nombreuses illustrations, Jérôme CHAÏB présentera l’état de la biodiversité sur le territoire.
  • 19 h 30 à 20 h 00 : verre de l’amitié
  • Fin de soirée à 20 h 00.
Présentation de l’AREHN :
Créée en décembre 1996 à l’initiative du Conseil Régional, l’Agence régionale de l’environnement de Haute-Normandie a plusieurs objectifs :
  • Améliorer la prise en compte de l’environnement de la région ;
  • Créer un réflexe d’écocitoyenneté ;
  • Accueillir et servir les responsables d’associations, les élus, les techniciens, les chefs d’entreprise, les enseignants et les particuliers.
Une des principales missions de l’Agence : l’information et la sensibilisation du public :
  • l’Arehn abrite un important centre de documentation.
  • Mise en œuvre de toute une gamme de moyens (conseils personnalisés, brochures, plaquettes, séminaires, expositions, lettre d’information, produits multimédias).
  • Mise en place du Tableau de bord régional de l’environnement.
L’Agence se veut également proche des collectivités territoriales, des entreprises, des associations en apportant des réponses à leurs besoins. Dans le domaine de l’environnement, elle est l’outil privilégié de dialogue entre tous ces acteurs. L’action de l’Arehn s’inscrit clairement dans le cadre du “développement durable” tel que l’a défini le Sommet de la Terre de Rio en 1992.
Adresse :
Agence régionale de l’environnement de Haute-Normandie (AREHN)
Cloître des Pénitents
8, allée Daniel-Lavallée (48, rue Saint-Hilaire)
76000 Rouen
Tél. : 02.35.15.78.00 – Fax : 02.35.15.78.20 – Mail : info@arehn.asso.fr
Les associations proposant des animations sur la biodiversité en 2011 :
  • Le groupe ornithologique Normand,
  • Le chemin du halage,
  • Ligue pour la Protection des Oiseaux en Haute-Normandie,
  • La société Ecologique du canton des Andelys,
  • Le conservatoire des sites naturels de haute Normandie,
  • La société française d’orchidophilie de Normandie,
  • L’AONES Canoë kayak.
Les collectivités locales et leurs partenaires :
  • La communauté d’agglomération Seine-Eure,
  • La base de loisirs de Léry-Poses
  • Le conseil général de l’Eure.
Quelques animations :
Découverte de la passe à poissons du barrage de Poses, découverte des oiseaux de la réserve ornithologique de la Grande Noë, découverte des coteaux crayeux et de leur faune, découverte de la mare Saint Lubin, balades en calèche ouvertes aux personnes à mobilité réduite, sensibilisation sur les espèces invasives, et bien d’autres encore.
Contacts :
Mélanie JUGY, CASE, responsable du service Environnement et milieux naturels :
Vincent VORANGER, CASE, responsable du service communication :

Manifestation “Sortir du Nucléaire” à Louviers (27400) le mercredi 16 mars 2011 à partir de 18h (parvis de l’Eglise)

A l’appel de Jean-Claude Mary pour SDN27, venez nombreux manifester à Louviers en faveur de la sortie du nucléaire.
Dans un communiqué du 12 mars, Europe Ecologie Les Verts a apporté “tout son soutien aux victimes du séisme et du tsunami qui ont dévasté les côtes du nord est du Japon. Nous sommes toutes et tous sous le choc de l’accident nucléaire en cours qui vient dramatiquement aggraver la situation.
Le Japon est un pays extrêmement bien préparé au risque sismique et nucléaire mais l’accident majeur qui le frappe aujourd’hui nous rappelle qu’il est impossible de garantir un risque zéro.
Cet accident souligne la gravité du manquement à la sûreté sur les 34 réacteurs français, pour lesquels l’ASN a déclaré le 7 février un incident avec cette phrase particulièrement inquiétante : « En situation accidentelle, pour certaines tailles de brèche du circuit primaire principal, l’injection de sécurité à haute pression pourrait ne pas permettre de refroidir suffisamment le cœur du réacteur. » Les défaillances des groupes électrogènes de secours relevées quelques semaines après sont aussi préoccupantes.”
Laure Leforestier a déjà cité dans son billet “Fuck Fuck Fuck U Shima” le tweet de Cécile Duflot samedi 12 mars : “pense aux regards narquois des gens “sérieux” lors des débats sur le nucléaire. Suis bouleversée. On voudrait tellement avoir tort.”
EELV demande que les leçons de l’accident de Fuckushima soient immédiatement tirées et que les réacteurs français pour lesquels le système d’injection de sécurité est incertain soient arrêtés par principe de précaution et responsabilité.
Hier, l’euro-députée Michèle Rivasi, auteur de la tribune “Nucléaire : le Japon a joué à l’apprenti sorcier. Et la France ?” dans Rue 89, a demandé l’arrêt immédiat de la centrale de Fessenheim en Alsace, construite sur une faille sismique, vieillissante et peu fiable.
En Allemagne, la décision de prolonger de plusieurs années la durée de vie des centrales nucléaires allemandes, prise l’an dernier par le gouvernement d’Angela Merkel, va être suspendue à la suite de l’accident nucléaire survenu au Japon.
Dans un sondage du Parisien le 12 mars, à la question : “Avez-vous confiance en la sécurité des centrales nucléaire françaises ?” 62.6 % des 4961 votants ont répondu NON.
La pub #Areva que vous ne verrez pas !
Suivez heure par heure les informations sur #Fukushima sur le site de Greenpeace.

David LAMIRAY, maire PS de Maromme fait expulser ses concurrents du marché de Maromme (76)

David LAMIRAY, maire PS de Maromme fait expulser ses concurrents du marché de Maromme (76)

Vendredi 11 mars 2011, au marché de Maromme en Seine-Maritime (76), Gérard LEVILLAIN, candidat EELV aux élections cantonales, s’est fait sortir du marché par la police municipale. Les candidats du PC et du NPA ont subi le même sort. La cause ? Ils diffusaient leurs tracts de campagne.
David LAMIRAY, maire PS de Maromme, et candidat à sa succession au Conseil Général, a mis en application un arrêté municipal interdisant la diffusion de documents à l’intérieur du marché.
Le parti dominant à gauche éloigne ses concurrents plus à gauche ainsi que les écolos du marché, lieu traditionnel pour la diffusion des tracts et des idées, tout autant que des produits locaux.
En lieu et place de la diffusion traditionnelle de tracts, les militants PS ont eu l’idée de faire signer la liste du comité de soutien au candidat sortant.
On voit que le PS de Maromme n’accepte que ses propres méthodes de promotion électorale…
La prochaine fois, les autres partis adopteront peut-être la méthode de la signature pour envoyer les tracts, et encore, s’ils en ont les moyens (c’est pour envoyer les tracts par la poste, c’est ça ?) – et ce n’est pas un moyen de débat.
Et un prochain arrêté interdira peut-être… de faire signer des listes de comité de soutien ? Car à ce moment, Ils auront changé de méthode…
Bonjour la démocratie !
J’espère que ça donnera envie aux Marommais de retourner vers des pratiques moins douteuses : tiens, votez Gérard LEVILLAIN, le candidat écolo, pour la peine !

Pierre Larrouturou présente la conversion écologique dont le département de l’Eure a besoin

Jeudi 10 mars 2011 aux Damps (27340), Pierre Larrouturou est venu apporter son point de vue d’économiste et d’écologiste après l’exposé de deux syndicalistes sur la situation locale de l’emploi.
Pierre Larrouturou y a défendu ses idées de partage du travail, en liaison avec la vision d’une “conversion écologique de l’économie”. Les crises financière, sociale et écologique doivent nous amener à repenser notre modèle de société.
Comme l’économiste anglais Tim Jackson, dans son livre “Prospérité sans croissance – la transition vers une économie durable”, Pierre Larrouturou veut poser les bases d’une vision responsable de l’économie : le retour de la croissance est un mythe (Sainte-Rita, priez pour nous !), il faut y renoncer.
Comment faire autrement ? Les moyens technologiques ont permis l’augmentation de la productivité, qui a créé de la richesse : comment la répartit-on ? Quel nouveau pacte social définit-on, pour l’emploi, les salaires, les retraites ? Quel rôle l’écologie peut-elle jouer dans la redéfinition d’une prospérité extraite des seules logiques comptables du PIB, et qui prenne en compte les ressources limitées de notre planète ?
Voilà quelques-uns des enjeux d’avenir que Larrouturou a envie de défendre avec Europe Ecologie. Le PS n’a pas voulu prendre au sérieux sa réflexion : laissons-les s’empêtrer dans leur vision irréaliste du retour de la croissance. Aujourd’hui, c’est vrai, 1/4 de notre croissance est due aux NTIC (internet), mais faire miroiter un retour aux valeurs industrielles qui prévalaient hier, et continuent d’en laisser plus d’un sur le bas-côté, risque de décevoir des aspirations. Il faut construire les solutions d’avenir auxquelles aspirent nos concitoyens, en regardant les réalités en face.
Merci à José Alcala pour son compte-rendu vidéo.
Retrouvez le point de vue de Pascal Labbé sur le site “L’Eure de l’écologie”.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV