nono

nono a écrit 317 articles pour saintpierre-express

About nono

Here are my most recent posts

le plan Ecoles Numériques Rurales, une chance pour l’école de Saint-Pierre du Vauvray ?

L’école des Coteaux, école primaire de Saint-Pierre du Vauvray, a postulé pour le plan Ecole Numérique Rurale

source wikipediaLes NTIC(1) sont une chance pour les petites communes rurales : elles aident au désenclavement, et participent à l’égalité des chances à l’école.

Aujourd’hui, les moyens attribués à l’école de Saint-Pierre du Vauvray sont chiches : 1 vieux pc sous windows 2000 (eh oui), un mac prêté (à long terme) par un parent d’élève, une imprimante laser n&b, une imprimante couleur, et 2 portables ainsi qu’un poste fixe récent, achetés avec les recettes de l’école réalisées lors des manifestations (kermesses, fêtes de noël,…) forment le maigre parc informatique de l’école.
C’est bien peu pour les besoins de l’équipe pédagogique et les 90 élèves de l’école !

Avec la réalisation de ce plan, tous les élèves pourront participer au projets pédagogiques réalisés grâces à ces technologies, mais plus encore apprendre à travailler ensemble et construire des projets innovants et mobilisateurs.

Qu’est-ce qu’une classe numérique mobile ?

L’école de Saint-Pierre du Vauvray disposera alors d’une classe mobile, composée de 9 postes mobiles (des portables mac ou pc) reliés en réseau CPL/WIFI, d’une imprimante laser, et d’un TBI (Tableau Blanc Interactif).

D’abord le TBI : C’est un formidable atout pédagogique pour les enseignants et les élèves. Un TBI est un écran d’ordinateur géant (78″), qui sert à la fois d’ordinateur (on peut s’en servir en reproduisant tous les mouvements et actions de la souris, directement sur l’écran, à l’aide d’un stylet) et tableau de classe (on écrit comme sur un tableau à l’aide du stylet).

Des images qui parlent mieux que des mots :

Nous vous invitons à consulter ces vidéos où des enseignants vous font découvrir les avantages de ce TBI et des classes numériques mobiles :
Sur le site d’educnet, des enseignants français vous parlent des apports des TICE à l’école :

partager pour apprendreun chemin_une écolejumelage e-twinningL’arrivée d’une classe mobile dans une école et son partage entre les cycles. Faire de la géographie en réhabilitant un chemin de randonnée et en réalisant un guide multimédia. Apprendre l’anglais en situation de communication authentique.

Quelques liens vers des projets réalisés :

Au Canada aussi, les classes numériques mobiles sont de plus en plus utilisées :

des expériences au Canada

Voir les vidéos pédagogiques.
L’enseignante de mathématiques Nadine Tanguay (secondaire, cycle 1, 2ième année), nous explique comment elle s’y est prise pour apprivoiser ce nouvel outil et nous en démontre les nombreux avantages.
Vous verrez aussi une démonstration en classe et l’intérêt que portent les élèves à cette nouvelle façon d’apprendre

Mme Caroline Pratte de l’école Louis-de-France, enseignante dans une classe multiâges, au deuxième cycle du primaire, nous accueille avec son groupe pendant une journée normale où français et mathématiques sont à l’ordre du jour.
Également, elle explique comment cela a changé sa façon d’enseigner et les avantages qui en découlent.

Du point de vue technique, comment se compose une classe mobile.

Ecole de Saint Pierre vue du ciel

Comme on le voit dans cette vue du ciel de l’école, les bâtiments sont séparés géographiquement. Chaque bâtiment (repéré par un point rouge) accueille une classe.
Mais aucune ligne de réseau (informatique) ne relie ces classes.

Or l’intérêt d’une classe mobile est de pouvoir se connecter à la fois au réseau local et à l’internet (via un proxy hébergé par l’éducation nationale afin de sécuriser les accès aux sites à destination des enfants).

Pourtant il existe bien un réseau présent partout : le CPL ou le courant porteur en ligne (le réseau passe par les prises électriques).

réseau réalisé grâce au CPL et au WIFIEt c’est grâce à ces prises électriques que le réseau sera établi : la “box” internet, qui aura une ip fixe, sera reliée à un un adaptateur CPL.

Sur l’autre adaptateur, on branche une Time Capsule. C’est un routeur ethernet (cable) et wifi (ondes radio) 802.11/n (le plus rapide à l’heure actuelle), couplé à un disque dur qui permet d’enregistrer automatiquement des copies de sauvegarde des documents réalisés par les élèves et le professeur.

Simple comme un coup de fil : on branche sur n’importe quelle prise électrique, et le réseau est établi !
Cette installation, très facile à mettre en place, permet un grande souplesse, et évite d’engager de lourds travaux de câblage pour l’école des Coteaux.

Les choix matériels et logiciels pour cette classe mobile :

des ordinateurs portables appleLe choix de l’équipe éducative s’est porté sur un parc de 10 ordinateurs portables Apple macbook 2Go/120 Go/superdrive/wifi/bluetooth.
L’école dispose déjà de 2 ordinateurs portables, dont 1 seul sur windows vista, et d’un emac.
Ce choix de ces matériels s’est fait par rapport aux élèves:

  • Très compact et léger, ce portable est très facile à prendre en main.
  • Pas de bouton d’ouverture : grâce à son système d’ouverture magnétique, il suffit de soulever l’écran pour ouvrir l’ordinateur, et il se ferme avec la même facilité.
  • Le clavier du macbook est un modèle de facilité d’utilisation. Les touches sont espacées, évitant les fautes de frappe, et douces et réactives.
  • Le macbook dispose de toutes les commodités pour le multimédia, il dispose d’une webcam, d’un lecteur de DVD / graveur, et de toutes les prises nécessaire pour le multimédia, USB, Firewire (souvent indispensable pour brancher du matériel vidéo), son. La prise firewire manque souvent sur les portables. Pourtant un minuscule partie des caméscopes numériques est équipée de prise USB. Alors qu’ils le sont tous de firewire. Cela donnera à l’équipe pédagogique la possibilité d’importer, de monter, et de réaliser des vidéos, très facilement avec le logiciel fourni iMovie
  • Ces ordinateurs sont très rapides, grâce à leur processeur core2duo GHz cadencé à 1066 MHz. Il est équipé d’une puce graphique haut de gamme nVidia Geforce 9400M (256 Mo en DDR2). Et l’autonomie de 4h30 des ces ordinateurs permet de travailler confortablement, tout une matinée ou un après-midi sans être obligé de les relier au chargeur.
  • C’est la facilité d’utilisation du système d’exploitation Apple, mac OS X, qui est le principal atout de cet ordinateur. Bien qu’on puisse installer Windows ou Linux sur celui-ci, le système d’exploitation et les logiciels installés sont très vite pris en main par les enfants. L’intégration du système d’exploitation et des suite bureautiques et multimédia est parfaite. La suite ilife combine puissance et facilité d’utilisation. Jamais il n’a été plus simple de créer un film, de gérer et modifier les photos ou de créer un site web… La suite bureautique installée est open office.
  • remote desktop, suivi des activités des utilisateursAvec ce choix, c’est aussi la notion de partage qui est mise en avant. Notamment grâce au logiciel de gestion pédagogique “Apple Remote Desktop”, qui permet en un clic de voir ce qui se passe sur chacun des postes des élèves, et même d’en prendre le contrôle à distance, pour assister les élèves, ou corriger le travail d’un élève.
    Recherche à distance, vue instantanée des ordinateurs distants du réseau, automatisation, auto-installation des logiciels,masquage de la vue derrière un rideau virtuel tout en gardant un contrôle total de l’écran, glisser-déposer (ou copier-coller) à distance qui permet de transférer des éléments entre les ordinateurs et un ordinateur distant, témoins d’état du système, rapports d’utilisation des applications, rapports d’historique utilisateur sont les principales fonctions d’ Apple Remote desktop.
    Mais c’est sa simplicité d’utilisation qui en fait son atout majeur.
  • timemachine, la machine à remonter le tempsAvec Time Machine, tous les documents des élèves et de l’enseignement seront sauvegardés automatiquement, toutes les heures, tous les jours, et il est très facile de retrouver des documents perdus ou effacés, ou de voir l’historique de chaque fichier. Ce logiciel conserve une copie à jour de tout ce qui figure sur chacun des macbooks : photos numériques, musiques, films et documents.
    Toutes ces sauvegardes sont stockés sur la time capsule, équipée d’un disque dur de 1 To.
    Chaque heure, chaque jour, une sauvegarde incrémentale de chaque poste s’effectue automatiquement. Time Machine conserve les sauvegardes horaires des 24 dernières heures, les sauvegardes quotidiennes du mois écoulé et les sauvegardes hebdomadaires de tout ce qui est antérieur à un mois.
    Pour naviguer dans l’historique des sauvegardes, rien de plus simple : il suffit d’entrer dans le navigateur Time Machine à la recherche des fichiers perdus ou modifiés. On voit exactement à quoi ressemblait l’ordinateur à une date donnée.
    On peut sélectionner une date précise et laissez Time Machine identifier les modifications les plus récentes, ou faire une recherche Spotlight pour trouver exactement ce qu’on recherche. On peut utiliser Quick Look pour vérifier le contenu du fichier (on peut lire la vidéo ou le document, écouter un son, un peu comme si c’était un disque dur).
    Si on le souhaite. Ensuite, on peut cliquer sur Restaurer. Time Machine ramène alors l’élément dans le présent.
    Time Machine restaure des fichiers individuels, des dossiers complets, des photothèques, des contacts du carnet d’adresses…
open office

  • Donnez vie à vos textes
    Avec Writer, vous disposez d’un traitement de texte convivial et puissant pour donner aisément corps à vos documents. Rédigez vos lettres, créez des rapports illustrés et publiez-les en toute tranquillité en PDF.
  • Simplifiez vos calculs
    Le tableur Calc, optimise votre comptabilité et vous fait bénéficier d’outils d’aide à la décision et à la saisie. Mettez en valeur vos chiffres avec les nombreux modèles de diagrammes en 3D et offrez un visuel clair pour une analyse en un coup d’œil.
  • Captivez votre auditoire
    Saisissez vos textes et Impress se charge du reste : mise en forme et transitions animées ; insertion d’éléments multimédias (vidéo et audio) ; ajout de fonctionnalités interactives pour une navigation intuitive. Impress s’adapte à votre discours pour des présentations à couper le souffle !
  • Communiquez mieux
    Le logiciel de dessin Draw répond à tous vos besoins en création graphique : du simple schéma au plan coté, en passant par les diagrammes 3D, l’illustration ou l’élaboration de votre logo. Draw est l’assistant graphique de votre communication efficace.
  • Accédez à vos données
    Avec Base, créez des applications intuitives et offrez à vos utilisateurs un accès transparent, simplifié et sécurisé à leurs données.
    Tournée vers le monde actuel, OpenOffice.org est la suite bureautique disponible pour chacun, aujourd’hui comme demain.
Compatible
OOo simplifie la communication avec les autres applications du marché, en particulier Word, Excel, et PowerPoint en permettant l’édition des fichiers DOC, XLS et PPT. Cette interopérabilité s’étend à tout système d’exploitation puisque OOo est disponible pour les systèmes Linux, Mac OS et Windows, le tout en quatre-vingts langues.
Pérenne
Les fichiers natifs d’OOo sont basés sur le format international ODF (Open Document Format).
Cette norme, définie par l’ISO (ISO26300:2006) et agréée par l’OASIS et l’OSI, garantit l’accès à l’information pour les générations futures.
Libre
Basé sur la licence GNU LGPL, OOo est libre d’être téléchargé, diffusé, étudié et utilisé en toute gratuité et sans aucune limitation. Suite bureautique ouverte, OOo est la principale passerelle vers le monde des logiciels libres en mettant à la portée de chacun un outil d’usage quotidien.
Des dizaines de millions d’utilisateurs à travers le monde ont fait d’OpenOffice.org leur suite préférée.
Qui utilise OpenOffice.org ?
Avec plus de 60 millions de téléchargements, OOo intéresse les particuliers et les entreprises, mais pas seulement. La suite libre est adoptée par le secteur éducatif, les associations, les administrations locales et nationales.
En France de nombreuses entreprises on fait le choix OpenOffice.org. Les parcs de l’administration, les Douanes, la Gendarmerie nationale, les ministères des Finances, de la Culture, de l’Agriculture, de la Justice et de l’Équipement, la Direction générale des impôts, nos députés ainsi que de nombreuses mairies et entreprises utilisent aujourd’hui OpenOffice.org.
iPhoto ’09
Outil de classement, de partage, de retouche photo, iPhoto permet aussi d’illustrer des albums photo ou de lancer des diaporamas.
On peut classer les photos par deux moyens inédits : par Visages, et par Lieux.iphoto
iMovie ’09
Réaliser ses montages vidéos en toute simplicité. On réalise les montages par simple glisser-déposer. On peut Choisir un thème dynamique pour sublimer les film en quelques secondes. Ou perfectionner chaque plan avec l’Éditeur de précision.imovie
GarageBand ’09
Un logiciel pour apprendre à jouer du piano et de la guitare. Des cours interactifs enseignent les bases à travers des instructions en vidéo HD, des partitions synchronisées et des instruments animés à l’écran.garageband
iWeb ’09
Pour concevoir un site web pour partager des photos, films, musique, par simple glisser-déposer. On ajoute de nouveaux widgets dynamiques, puis on publie et on partage le tout d’un simple clic.iweb

tous les matériels sont garantis Hot-Line/maintenance/maintien en conditions opérationnelles sur site pour une durée de trois ans.
Chaque ordinateur est équipé d’une souris optique. Les suites bureautiques open-office et la suite multimédia iLife sont pré-installées. Un logiciel de gestion pédagogique Apple Remote Desktop 3 pour 10 postes est fourni (logiciel qui permet l’assistance et l’administration à distance).

une solution pour la protection et le chargement des ordinateurs

Une classe mobile, c’est aussi prévoir le transport et la sécurisation de ces classes numériques.

Pour ça, nous avons prévus 2 mallettes de transport et de chargement Magellan 6.

  • Mobilité:
    Magellan 6 est une malle dotée de roulettes et de poignées qui facilitent tous les déplacements.
    Sa taille lui permet d’être transportée aisément à l’endroit où on le souhaite, en voiture, en car, en train,….
  • Simplicité et efficacité:
    Magellan 6 accueille 6 ordinateurs portables Macbook ainsi que la borne WiFi et les différents accessoires lui permettant une totale autonomie. Une prise secteur unique permet la recharge de tous les éléments dans la malle.
  • Sécurité:
    L’ensemble du matériel informatique sera rangé et sécurisé dans un espace réduit, solide et hermétique. Des emplacements précis sont prévus pour accueillir et maintenir chacun des éléments. On peut voyager sans danger, Magellan 6 possède deux emplacements de sécurisation par cadenas.
Le TBI Promethean ACTIVboard+2 est une solution

Le TBI Promethean ACTIVboard+2 est une solution “tout-en-un” spécialement conçue pour l’éducation et de la formation. Le site du fabricant

C’est le tableau blanc interactif utilisé par les équipes pédagogiques dans la plupart des exemples du dessus. L’introduction de ce tbi a fait évoluer les habitudes des enseignants comme des élèves.
C’est à la fois un tableau de classe “traditionnel”, sur lequel on peut écrire ou dessiner, et c’est en même temps un écran géant d’ordinateur sur lequel on peut naviguer, glisser, cliquer, avec un stylet comme on le fait avec une souris.

Le gros avantage de ce TBI est qu’on peut conserver tous les tableaux, et non plus les effacer comme sur un tableau noir.
Et on peut les visualiser tous sous forme de vignette, naviguer entre les tableaux, les enregistrer…
Un autre gros avantage de ce TBI est qu’il permet de superposer ce tableau blanc, en transparence, par dessus le logiciel en activité sur l’ordinateur.
On peut par exemple dessiner sur un tableau blanc avec googleEarth en fond. Comme un calque sur une carte. Mais là tout est dynamique !

Dans les collèges, des enseignants font part du recul de l’absentéisme. Dans les écoles, il s’agit plutôt d’une hausse de la motivation !
Et pour tous, enseignants comme élèves, c’est une grande aide pédagogique, qui ajoute au travail réalisé une touche ludique.

Les plus de l’ACTIVboard :

  • Confort visuel et ombres portées réduites : l’ACTIVboard+2 est livré avec un vidéoprojecteur courte focale, à technologie Tri-LCD et résolution XGA
  • Environnement sonore de qualité : 2 haut-parleurs stéréo auto amplifiés de 30 Watts sont intégrés au support
  • Système accessible à tous : pour un plus grand confort d’utilisation et un accès facile aux plus grands comme aux plus petits ainsi qu’aux personnes à mobilité réduite, le système est ajustable en hauteur sur 60 cm
  • Installation rapide et facile : l’Activboard+2 est muni d’un câblage intégré facilitant l’accessibilité de toutes les entrées / sorties audio et vidéo. Le projecteur est fixé au tableau et non pas au plafond ou au mur
  • Sécurité optimale : la sécurité a été renforcée avec un système de contrepoids et de piètement latéral ainsi que la possibilité de verrouiller l’ajustement en hauteur avec une clé.
  • Le matériel est garanti Hot-Line/maintenance/maintien en conditions opérationnelles sur site pour une durée de trois ans.

A propos du constructeur :
Promethean, seul fabricant européen de tableaux blancs interactifs, a ses racines dans le monde de l’éducation. Créée par des enseignants, la société travaille depuis plus de 10 ans en collaboration avec des enseignants du monde entier pour écouter, comprendre, analyser leurs attentes et ainsi proposer des solutions matérielles et logicielles dédiées à l’éducation.
Promethean a, en 2005, signé avec le Ministère de l’Education nationale un accord-cadre pour promouvoir l’utilisation des tableaux interactifs dans les établissements scolaires.

Ce TBI sera relié à un autre macbook, identique aux neuf ordinateurs composant la classe numérique.
Comme les autres, il utilisera Time Machine, pour sauvegarder tout le travail et les tableaux automatiquement sur la Time Capsule. Cela permettra de retrouver tous les tableaux, mais aussi chacun des états de ceux-ci s’ils ont été modifiés, grâce à l’explorateur Time Machine.
Comme les autres ordinateurs, celui-ci est garanti Hot-Line/maintenance/maintien en conditions opérationnelles sur site pour une durée de trois ans.

une solution pour la protection et le chargement des ordinateursUne imprimante réseau lasser monochrome complète l’offre : Il s’agit d’une Lexmarx E120n ethernet 10/100 base T.
Elle imprime à la vitesse de 19 pages/minute, et le temps de sortie de la première impression de inférieure à 8 secondes.
Elle est garantie Hot-Line/maintenance/maintien en conditions opérationnelles sur site pour une durée de trois ans.

Une aide pour 5.000 communes de moins de 2.000 habitants

Qu’est ce que le Plan Ecoles Numériques Rurales ?

Soucieux de privilégier les communes rurales, le ministère de l’Education nationale a décidé de réserver cette mesure d’aide aux communes de moins de 2.000 habitants. Consultée sur ce point, l’Association des Maires Ruraux de France a estimé que la strate choisie était la bonne : des communes dont les budgets limitent les possibilités d’investissements dans ces équipements.

Premier arrivé, premier servi !

Pour recevoir cette aide, les communes devront déposer un dossier de candidature en concertation avec l’école : il est donc urgent que le couple élus/enseignants se forme dès que possible autour de ce projet.
On compte 25.000 écoles dans les communes de moins de 2.000 habitants dans le pays. Et il n’y aura que 5.000 subventions…

Subvention à 80%

L’enveloppe de 10.000 euros destinée à l’école se répartit entre 9.000 euros de subvention accordée aux communes et 1.000 euros de ressources pédagogiques mis à disposition des enseignants par l’Académie. Les 9.000 euros seront accordés aux communes sous la forme d’une subvention à 80%, destinée à l’achat de matériel d’un type précis : c’est dans cette direction, considère le ministère de l’Education nationale, que l’école primaire doit évoluer.

Evidemment, rien n’empêche le conseil municipal d’accorder s’il le souhaite et s’il le peut un budget supérieur à celui-ci afin d’enrichir l’équipement de base. Le reste de l’aide couvrira l’achat de ressources pédagogiques par les enseignants (auprès de l’Académie).

Engagements des communes

Resteront donc à la charge de la commune les 20% complétant la subvention d’équipement, soit 2.250 euros HT. Soit un montant total de dépenses TTC de 13.500 euros à prévoir au budget.

La municipalité devra également à fournir un accès Internet haut débit à l’école. Pour finir, la commune s’engagera à réaliser si besoin des travaux de mise aux normes du réseau électrique, ainsi que la sécurisation de la pièce où le matériel sera rangé.

Comment présenter la candidature de la commune ?

Pour obtenir la subvention de 9.000 euros, les communes devront se porter candidates et présenter un projet conjoint avec les enseignants et l’académie. Le projet devra être conforme au cahier des charges du ministère de l’Education nationale. Les 50 millions d’euros seront répartis en fonction du nombre d’écoles rurales de chaque département, à raison de 10.000 euros par écoles. En principe, toutes les écoles situées dans des communes de moins de 2.000 habitants sont susceptibles de bénéficier de cette aide.

Les élus doivent se rapprocher des enseignants pour monter ce projet qui sera transmis à l’académie. Ils devront remplir ensemble l’acte de candidature formalisant leur engagement à respecter le cahier des charges.

Quels interlocuteurs ?

Au-delà du binôme naturel aun sein de la commune entre le maire et les enseignants, c’est l’inspection d’académie du département qui sera l’interlocuteur principal dans ce dossier.

  • Pour les maires : l’IEN de circonscription.
  • Pour les enseignants : l’IEN “TICE”

(source AMRF)

pour en savoir plus, cliquez sur Ecole numérique rurale, et regardez des exemples en vidéos sur educnet

(1) Les technologies de l’information et de la communication (TIC ou NTIC pour « Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication » ou IT pour « Information Technology ») regroupent les techniques utilisées dans le traitement et la transmission des informations, principalement de l’informatique, de l’internet et des télécommunications.

Danny MacAskill ! Défi à la pesanteur…

Voilà une vidéo très poétique et aérienne.

Comme je sais que dans le village, nous avons des amateurs de trial, cette vidéo vous est spécialement destinée. :)

C’est une démonstration de rêve total.
L’homme fait corps avec son vélo, il survole le paysage urbain, il mélange légèreté et gravité pour s’échapper de la pesanteur.

La vidéo date d’avril 2009…

HADOPI ! Protection des droits d’auteurs ou guerre industrielle ?

La bataille fait rage depuis plusieurs mois, et on en est aux combats à la baïonnette dans les tranchées.

Les acteurs ?

A la stratégie et aux commandes : les industriels de la culture et des media traditionnels contre les industriels de la communication et de l’internet. Il s’agit de redéfinir qui gérera la collecte et la redistributions des droits (euros, dollars, pepettes, vous traduisez comme vous voulez).
Dans les tranchées, au bout de la baïonnette : les artistes contre les internautes. Les méchants internautes pillent les oeuvres des artistes, et leur procurent une moins value que les artistes, par la voix de Pascal Nègre, de la Sacem, et des producteurs cinématographiques, estiment aux alentours de 1 milliard d’euros (!). Une estimation « à la louche » des recettes qui auraient été générées si les internautes avaient acheté tout ce qu’ils ont téléchargé…
Les médiateurs restent pour l’instant les politiques, mais quels politiques ? Hommes politiques ou partis politiques ?

Le champ de bataille ?

Vos ordinateurs. Enfin, pas vraiment : en fait, ce sont plutôt vos intimités et vos habitudes (ou déviances) de consommation qui seront épiées, analysées; et, si vous faites des écarts, vos comportements pourront être sanctionnés. Ce sont les liaisons entre votre box (livebox, neuf box, freebox, etc) et la toile qui seront analysées. Au final, votre accès à l’internet ne sera plus une sphère privée, mais on pourra aller voir ce que vous y faites (Ce que vous y lisez ? Achetez ? Echangez ? Avec qui ?…).

Les enjeux ?

the pirate bayPour l’industrie culturelle, il s’agit de peser de tout son poids pour prendre sa part de gâteau dans le business internet. A force de vouloir à tout prix rester derrière les remparts que représentent les ventes de supports plastiques (CD,DVD,…), l’industrie culturelle a pris un retard énorme dans la vente en ligne. Google, Apple, et autres géants (entre autres les FAI – fournisseurs d’accès internet) ont pris les devants, et … le marché. Apple, avec son itunes store, a vendu des milliards de titres, au prix moyen de 0,99 euro, et est en tête des ventes de musique en ligne partout dans le monde.
Et surtout, les habitudes ont changé : cela vient de moins en moins à l’esprit d’insérer la galette en plastique dans le lecteur DVD quand on dispose d’une médiathèque personnelle, dont on se sert de plus en plus pour écouter la musique au salon, sur son ipod, son téléphone, son pc portable, et de plus en plus dans la voiture… Sans trimbaler des valises de CD. Le CD, le support magique qui a détrôné le vinyle, est devenu rébarbatif, encombrant, fragile, euh… moche.
A force de ne pas risquer de bouleverser un peu plus un marché qui basculait déjà vers la dématérialisation, les majors ont préféré une position de repli qui leur a permis jusque là d’assurer d’encore gros bénéfices. Mais les habitudes et le confort sont là : c’est pour leur survie que ces majors doivent se battre, et le CD n’a plus que peu de temps à vivre. Il faut alors attaquer les média dématérialisés pour s’arroger une partie de droits. Car ces majors sont bien mal armées pour affronter les primo-arrivants…

Bien sûr, le téléchargement illégal ne gêne pas que les majors : d’autres acteurs sont concernés, comme les chaînes de télévision qui y voient un concurrent impitoyable : on peut télécharger des séries (la manne aujourd’hui), et pour la France, avant même qu’elles ne soient disponibles à la TV. Le tout sans publicité, sans horaires, et en qualité HD. Tu as raté un épisode ? Hop tu le télécharges. Et d’épisode en épisode…
Avant c’était plus clair, il y avait la télé d’un côté, reliée ou non à une chaîne hifi, et de l’autre un ordinateur. Et si tu regardais une vidéo, le plaisir n’y était pas vraiment. Maintenant que les écrans plats sont de plus en plus reliés à des PC, qui deviennent de plus en plus des media center, ce n’est plus pareil. Les chaînes françaises ou européennes seront-elles concurrentielles sur un marché accaparé par les séries américaines ? Aujourd’hui, la VOD reste un marché émergent. Question d’habitude… Mais les chaînes françaises et européennes sauront-elles s’y adapter à temps ?

Pour les internautes, qui sont avant tout citoyens, les télécommunications, internet et l’informatique ont bouleversé les comportements. En ce qui concerne la musique ou les films, qui sont principalement concernés par HADOPI, l’utilisation n’a jamais été plus simple qu’aujourd’hui : là où cela prenait plus d’une heure pour faire une cassette audio il y a 15 ans, les utilisateurs peuvent aujourd’hui créer leur playlist en quelques instants, et la synchroniser sur leur baladeur (allez, disons ipod…) ou leur téléphone en quelques secondes.
Ce n’est pas la révolution qui avait apporté la musique à la maison, avec le gramophone, puis ses déclinaisons au fil de l’évolution des supports, vinyls, cassettes, baladeurs, cds, pour la musique; et cassettes puis DVD pour le cinéma.
Mais il n’a jamais été aussi facile qu’aujourd’hui d’emporter sa médiathèque partout où l’on va. Et jamais il n’a été aussi facile de trouver de la musique ou des films !
On ne va plus dans une fnac bondée le samedi après-midi, ou dans un magasin de location de vidéos, avec un choix limité.
Sur internet c’est pléthore ! On n’y trouve pas un vaste choix, on y trouve TOUTE la musique ! Pas seulement sur les catalogues iTunes, Universal Music, Sony, BMG, amazon ou autres, mais partout sur internet : dans les pages mySpace, les sites, blogs, web radios, et les lecteurs online, deezer, lastfm, spotify, wormee… et bien sûr les téléchargements, légaux ou illégaux !
Et ce ne sont plus seulement les radios ou les magazines qui font la promos des artistes et des albums, mais aussi les artistes eux-mêmes, et leurs fans !
Avec tout ça, quel intérêt reste-t-il au CD, le produit vedette des majors ? On l’enregistre sur un disque dur, puis on l’oublie… ou alors on passe directement au numérique dématérialisé.

Et cela engendre évidemment des bouleversements dans le métier des majors : là où elles proposaient un package complet aux artistes, de l’enregistrement jusqu’à la mise en bac, en passant par le marketing, le packaging et le graphisme, en assurant la redistribution des revenus, il faut réinventer complètement le métier aujourd’hui.
Si l’enregistrement ne change pas, la mise en bacs est comme la calotte glaciaire de l’hémisphère nord, elle fond jusqu’à la disparition annoncée. La mise en bacs aujourd’hui, c’est la mise en ligne.
Le marketing aussi change : il faut buzzer, faire du marketing viral, établir de nouvelles relations avec les blogueurs et influenceurs du net, en plus du marketing traditionnel auprès des radios, magazines, télés et sites web, et d’une participation accrue dans les concerts et les festivals,…
C’est clair qu’il y aura de gros remous dans le métier !

Pendant tout ce temps où cette industrie n’a pas osé encore se bouleverser elle-même, les compagnies IT prennent la place, et des accords avec des majors pour l’accès à leurs catalogues. Mais même cela n’est-il pas en train de changer ? Ces compagnies qui assurent aujourd’hui la diffusion ne vont-elles pas venir marcher sur les plates-bandes des majors ?

Et HADOPI dans tout ça ?

HADOPI, c’est la réponse magique !
La raison de la baisse des ventes de CD n’est pas l’obsolescence du support, l’inadaptation des outils de diffusion, la résistance d’une corporation aux nouvelles méthodes de vente et de marketing ou le coût élevé d’un produit dont le coût de revient a pourtant considérablement baissé du fait de sa dématérialisation.
La vraie et seule raison, c’est le piratage ! Les méchants internautes pillent la création musicale. Les gentils internautes achètent en ligne les CD auprès d’Amazon, Price Minister ou la fnac. Au pire, ils restent quand même gentils lorsqu’ils achètent les titres sur iTunes store. Et même si on s’est rendus compte que les pirates étaient les plus gros acheteurs en ligne, ils grèvent les recettes des majors, et donc par conséquent des artistes.

Il en est de même pour le cinéma où l’on n’attend pas plusieurs mois la sortie du DVD pour voir ou revoir le film qu’on vient de voir en salle, ou qu’on a loupé. Evidemment, avec les superbes home-cinémas qui équipent les foyers, la concurrence est rude. Mais la rénovation des salles a su enrayer la désaffection des cinémas, en offrant un accueil et un spectacle qui relègue le home-cinéma à sa place de simple remplaçant du tube cathodique. 2008 a vu ainsi augmenter la fréquentation des salles de +6,2% par rapport à 2007. Et c’est un résultat supérieur au niveau moyen des 10 dernières années (source CNC, télécharger le communiqué de presse (pdf)).
Le cinéma s’en est donc sorti plutôt bien, grâce notamment à la transformation des salles. L’image et le son sont (re)devenus spectaculaires grâce au passage au numérique. Celui-ci garantit une qualité irréprochable, des effets stupéfiants (par exemple le relief), et une diffusion plus large. Cerise sur le gâteau, l’accueil et les services se sont améliorés (sauf peut-être le bruit du pop-corn et la tolérance des téléphones portables).

Par contre la diffusion tardive des DVD ne laisse pas le choix à celui qui veut voir le film, alors qu’il est disponible en téléchargement illégal (même s’ils restent souvent de mauvaise qualité pour des films trop récents).

Alors plutôt que changer les modes de distribution, la réponse est là : Haro sur le P2P !

C’est quoi le P2P (ou peer to peer, ou pair à pair) ? C’est l’organisation de réseaux basés sur la mise en relation d’ordinateurs qui jouent à la fois le rôle de clients et de serveurs. Cela permet de partager des fichiers (les clients les plus connus sont emule et bittorrent), des flux (le streaming), des services (téléphonie,…) ou des calculs répartis (chaque ordinateur utilise une partie de ses ressources de calcul lorsque celles-ci sont disponibles pour traiter une toute petite partie de grosses opérations : calcul d’image 3D, projet SETI, etc).
Si aujourd’hui le P2P peut faire figure d’ennemi aux artistes et aux majors, il représente pour internet une opportunité. L’internet est structuré autour d’un architecture client-serveur. C’est une informatique totalement asymétrique, où le client a besoin de beaucoup de bande passante en download (du serveur vers le client) et beaucoup moins en upload (vous remontez vos requêtes, les mails que vous envoyez, les fichiers que vous uploadez – photos, etc). Ainsi une bonne connection en France offrira 8 ou 18 Mb/s en download, et seulement quelques centaines de Kb/s en upload.
Et avec la profusion de fichiers multimédia disponibles sur la toile, on arrive à des volumes de transferts tout à fait déraisonnables des serveurs vers les clients.
Youtube, par exemple, le plus gros service en ligne de streaming vidéo du web, a délivré en mars 2009 près de 5,5 milliards de vidéos à près de 90 millions d’utilisateurs, et rien que pour les U.S. (source Nielsen) !
Le coût de l’infrastructure nécessaire pour un tel volume est tellement considérable qu’une estimation donnent un volume de perte financière de ce service de l’ordre de 500 millions de $. Une paille ! Et cela ne risque que d’augmenter…
Y aurait-t-il une solution ? Peut-être… Cette solution pourrait passer par une architecture moins asymétrique. Et le P2P pourrait là désengorger les tuyaux et les fermes de serveurs (je rappelle que l’industrie IT participe pour 2% au réchauffement climatique). Le P2P permet de répliquer les fichiers sur un plus grand nombre de noeuds. Et plus un fichier est populaire, plus il est répliqué sur un grand nombre de noeuds. Cela permet de réduire considérablement les requêtes, et d’améliorer la qualité de service et le nombre de fichiers.

Mais là, on veut la peau du P2P ! Parce que emule et bittorrent l’utilisent. Il représente un danger immédiat, sans regarder ce qu’il peut apporter.

Le point de vue des artistes

© Jean-Julien Solic

C’est la première fois que je vois une telle incompréhension entre les artistes et leurs fans. Les artistes voient des voleurs dans ceux qui les écoutent, et de l’autre côté, l’incompréhension est aussi totale : des gens qui apprécient et respectent ces artistes qu’ils téléchargent ne voient pas pourquoi cette vindicte à leur égard. On écoute ce (et ceux) qu’on aime, et si oui, il faut rétribuer, ce n’est pas toujours facile.
Lorsque j’étais jeune, je m’achetais un disque tous les 15 jours, en me saignant aux 4 veines. Et j’arrivais à avoir une collection de plusieurs dizaines de disques… aujourd’hui, les mêmes jeunes (ou moins jeunes) ont la possibilité d’écouter tout, même s’ils n’achètent qu’à l’occasion. Et oui cet achat est un acte d’amour. Et si les artistes ne sont pas tous riches, il en est de même pour les internautes !
Bien sûr on peut aller écouter légalement en streaming une chanson à condition de consulter en même temps une publicité pour les jeux en ligne, mais on ne peut pas écouter cette même chanson en streaming sur l’ipod sur la route du lycée ! Enfin oui, on peut… il suffit d’utiliser une application permettra d’enregistrer les MP3 à partir des lecteurs en streaming ! C’est pas bien mais ça existe, et c’est facile comme tout à installer et à utiliser.
Oui, les artistes méritent une rétribution pour leurs créations au titre des droits d’auteur, et pour leurs prestations. Et à notre respect et notre amour. Et le respect et l’amour ça se partage (pour le meilleur et pour le pire :) )
Tout n’est peut-être pas aussi tranché non plus ! Il y a des artistes qui réclament HADOPI et d’autres qui s’y opposent.
La Sacem promeut l’appel des artistes de gauche qui en appellent au PS pour voter HADOPI. Pourtant dans cet appel, c’est le pillage par les FAI qui est dénoncé, pas celui des internautes !
“En vous opposant, à l’occasion de la loi “Création et Internet”, à ce que des règles s’imposent aux opérateurs de télécommunications (comme vous les aviez imposées naguère aux opérateurs de télévision et de radio) pour qu’ils cessent de piller la création, vous venez de tourner le dos de manière fracassante à cette histoire commune.” (voir la lettre complète sur pcinpact : Lettre ouverte : des artistes de gauche attaquent le PS)
Là, nous n’en sommes plus à un problème moral entre internautes et artistes, mais nous sommes au coeur d’une bataille qui confronte les majors aux FAI. Ce sont les FAI qui sont accusées de piller la création ! Les internautes ne sont-ils que la caution morale d’une guerre industrielle ? Les internautes sont pourtant clients des uns comme des autres… Alors FAI pilleurs ou complices ? Ou concurrents redoutables !.. Et si les artistes ont appris à travailler avec les majors ou la Sacem, et à trouver des accords pour la répartition des revenus, il n’en n’est pas de même pour les FAI et compagnies IT. Représentent-ils pour les artistes un grand méchant loup qui les dévorera tout crus ?
Nous comprenons tous les craintes des artistes, qui veulent sauvegarder leur métier. Mais ne sont-ils pas le fer de lance des maisons de disques ? Sont-ils en service commandé ?
Etant donné les personnalités en cause, j’en doute. Je penche plutôt pour une véritable prise de position, mais une position conjointe avec les maisons de disques.
Il n’empêche que c’est tout le business model qu’il faut remettre en cause désormais.

Lire l’article de fred Galliné : HADOPI ne marchera pas …

D’autres artistes bien sûr sont opposés à HADOPI. Lettre ouverte aux spectateurs.
Selon pcinpact, “plusieurs signataires de cette lettre ont reçu des menaces à peine voilées par téléphone notamment d’autres grands noms du cinéma et de groupements influents”.
On voit là que beaucoup d’artistes n’ont pas envie de se couper de leur public, et voient dans l’internet de vraies opportunités de faire valoir leurs créations. Mais ce sont surtout les excès, les contradictions et les dangers de cette loi HADOPI qui sont mis en cause.

Les risques d’HADOPI

  • Le premier risque, c’est évidemment d’être une bonne grosse usine à gaz inutile et technologiquement dépassée !
    Evidemment les parades à la traque commencent déjà à se mettre en place, avec des P2P anonymisés, ou le F2F (friend to friend).
    Quant aux solutions mises en avant comme le streaming, légal, grâce à des accords avec les majors, n’empêche pas d’enregistrer les morceaux. C’est très facile, et les logiciels très légaux.
    Quant à la mise en place d’HADOPI, il faudra attendre 2011… Espérons pour les majors qu’on sera repassés à windows 2000 !
  • Il n’y a pas d’interopérabilité du logiciel de sécurisation (le mouchard qui permet de prouver qu’on n’a pas téléchargé). Et celui-ci sera payant ! On devra donc payer pour prouver qu’on n’a pas téléchargé… Enorme !!!
    Pour les utilisateurs de linux, c’est tout simplement une fin de non recevoir ! Celui-ci ne sera même pas disponible de façon légale pour les logiciels libres pour prouver son innocence.
    De plus, on ne connait pas encore le mode de fonctionnement de ce mouchard…
    S’il s’agit de blacklister des urls, quels contrôles ou recours pourront avoir les webmasters interdits de web pour revalider leur site ?
  • Les internautes subiront une première peine par la suppression de l’internet. Or celui-ci est de plus en plus indispensable aujourd’hui pour exercer ou trouver un emploi !
    La deuxième peine revient à la mise ou au confinement au chômage ! Oui, il ne fallait pas télécharger illégalement. Mais si le fiston télécharge illégalement, par irresponsabilité, par méconnaissance ou par bêtise, les parents – et donc toute la famille – trinqueront. Et s’il s’agit d’usurpation d’IP, c’est encore plus grave. Pourtant les logiciels pour cracker les wifi sont de plus en plus sophistiqués (Changez vite votre clé wep).
    La 3ème peine, c’est que malgré tout, vous continuerez à payer votre abonnement internet coupé !
    Et comme si ça ne suffisait pas, il restera possible de vous poursuivre pénalement avec une amende à la clé, voire une peine d’emprisonnement…
    Bon maintenant, je le sens, vous commencez à avoir peur !
  • Pour les internautes incriminés, le recours doit être rapide et facile à mettre en oeuvre. Mais les objectifs chiffrés de 3000 lettres recommandées par jour, et de 1000 suspensions par jour ne risquent-ils pas de congestionner le système, et de provoquer des bouchons et des injustices ?
    Déjà des offres fleurissent sur le web pour vous procurer (contre espèces sonnantes et trébuchantes) des recours en cas de mise en cause (je n’ose parler d’inculpation, car c’est un processus où la justice n’intervient pas). Surtout, ne cliquez pas sur la vignette, sinon vous aurez encore plus peur.
  • La traque ne sera pas organisée par la police ni une administration, mais directement par les ayant-droits des oeuvres qui fourniront à HADOPI les IP des pirates.
    Tout d’abord, cette traque, pour être efficace, ne pourra être effectuée que par des sociétés bien équipées en hommes et en matériel.
    Ca veut dire les maison de disques, et notamment les membres de la SNEP (Universal, EMI, Warner, Sony).
    Mais les indépendants sauront-ils aussi bien se défendre ?
    Quelle garanties ces “gardiens” pourront-t-il offrir de ne pas commettre d’erreurs ?
  • Cela peut paraître anecdotique mais pas tant que ça : la privation des droits à l’internet, et notamment les privations litigieuses (bon le vrai pirate, encore !…), ne se fait-t-elle pas au détriment des sites web qui perdent ainsi, indûment, des clients et du chiffre d’affaires ? Des compensations sont-elles prévues ?
  • Enfin, et non des moindres, les internautes et la CNIL luttent pour protéger la vie privée et les libertés individuelles ou publiques.
    Donner le triste rôle aux FAI de fliquer les transactions de leurs clients ne revient-il pas à leur offrir ce qu’on a réussi à empêcher juqu’à lors ? Quelles sont les modalités de ce filtrage (qui n’est d’ailleurs pas opérationnel du côté des FAI) ?
    Ils n’auront pas l’autorisation de créer des bases de données des comportements de leurs clients, mais le filtrage leur donnera-t-il l’obligation de contrôler leurs transactions. Et là, c’est plus vous mais moi qui commence à avoir peur !

Points de vue

Aujourd’hui, les eurodéputés réunis en assemblée plénière à Strasbourg ont, pour la seconde fois, voté un amendement au « paquet télécom » qui rend hors la loi le projet français autorisant la coupure d’internet sans décision judiciaire en cas de téléchargement illégal.
Le vote solennel aura lieu le 12 mai 2009.

Grand méchant loup croquera-t-il le cochon ?

Vu sur http://www.journalgraphic.com/, une vidéo superbe, en stop-motion (image par image) par Takeuchi Taijin. Il nous offre un jeu de miroir entre l’image par image dans l’image par image.

Bravo ! Quel talent !
Je n’ai pas pu m’empêcher de vous faire déguster ce délice si vous ne l’avez pas encore vu…
Vous en connaissez d’autres ?

Compte rendu du conseil d’école du 13 février 2009

Etaient présents: M.CARRE, Mlle DELVALET, Mme MANSOURY, Mlle ANFRYE enseignants;
Mme HALBOUT, M. BINARD, Mme MOREL CHALUMEAU, Mme SAUCRAY , parents d’élèves,
Mr HOUSSAYE Adjoint, Mr GENEAU Adjoint, Mme PIONNIER, Mr DELAHAYE, Mme CLEMENT, Mr LAROCHE, conseillers municipaux.

Absents excusés: Mme GENEAU, M BOURDREZ, parents d’élèves, M LOEB, Maire

L’ordre du jour a été développé comme suit :

  1. Projet d’école

    Mr Carré nous informe que le projet d’école est adopté pour une période de 3 ans. Cet outil doit permettre à l’école de définir des priorités, des actions précises, et d’engager des moyens destinés à améliorer la réussite de tous les élèves.

    Le projet de l’école de St Pierre, axé sur le développement de la culture, prévoit d’organiser une continuité éducative avec des activités proposées aux élèves pendant et en dehors du temps scolaire.

    Le volet pédagogique valorisant 7 compétences peut se décliner ainsi :

    • Renforcement de la langue française. L’effort sera porté sur la lecture, l’accès à la bibliothèque de classe, la création de journaux réalisés par les élèves, la mise à profit de ce nous apporte déjà l’association LIRE ET FAIRE LIRE.
    • Langue vivante: son enseignement est obligatoire. L’enseignant ayant son agrément peut réaliser l’apprentissage dans sa classe, pour les autres, des intervenants assurent les cours.
    • Mathématiques: Renforcement des apprentissages au niveau du calcul mental. Des actions sur le calcul oral seront engagées.
    • Techniques de l’information: cet apprentissage passe par l’utilisation de l’outil informatique. Les élèves de CM2 continueront d’être évalués en passant un brevet Le BII ( Brevet Informatique et Internet).
    • Culture humaniste: l’école a signé un partenariat avec le centre culturel de rencontre du Moulin d’Andé dont l’une des actions est d’accompagner les enfants des écoles dans leurs pratiques culturelles en mettant en place une programmation en relation avec les projets pédagogiques.

      Ainsi, en 2009 les enfants participeront à la fête de la peinture. Des travaux sur l’imagination d’un moulin idéal pour l’ ENFANT seront engagés…
      L’école continuera de participer au «Printemps des p’tits Loups»
      En 2009 – 2010: Mise en place d’ateliers d’écriture avec présence d’écrivains en résidence au Moulin. Tout un travail sur l’écriture de contes par les enfants sera engagé.
      En 2010- 2011 : Mise en scène d’une pièce de théâtre autour du conte crée par les enfants et représentation de la pièce au Moulin.

    • Compétences sociales et civiques : Le conseil des enfants est poursuivi avec un budget de 150 € qui leur est alloué. Le développement des jeux de société sera encouragé.
    • Sport- santé- et citoyenneté: L’école adhère à l’ USEP , association qui permet l’organisation et la mutualisation de grandes rencontres sportives avec les écoles du département, des cross, des journées foot, des rencontres athlétisme, des modules séances d’escrime …
  2. Accompagnement éducatif de mercredi

    Mr Carré nous informe que cet accompagnement s’intègre dans le projet d’école. Des projets d’actions en dehors du temps scolaires sont prévus 5 à 6 fois par an les mercredis.

    Les pistes envisagées portent sur des visites des différents musées de la région, des animations sur les milieux naturels et sur le panorama de St Pierre.

  3. Informatique à l’école

    Mr Carré rappelle que le parc informatique vieillit et qu’il devient urgent de penser au remplacement des machines et sollicite ainsi la municipalité. Mr Binard apporte une information importante à savoir qu’actuellement des portables sont en vente chez DELL pour 300 €, proposition alléchante qui permettrait de renouveler le parc à moindre coût. La municipalité s’engage à étudier le dossier.

  4. Classe transplantée

    Mr Carré nous confirme que les élèves de CM2 partiront en Décembre 2009 en classe transplantée pendant une semaine à la SOURCE, association culturelle et artistique située à la Guéroulde. Ce séjour s’intégrant parfaitement dans le projet de l’école permettra aux enfants. de travailler tout au long de l’année avec pour aboutissement la présentation d’une exposition « vos enfants sont des artistes ».

  5. Question diverses

    Des questions soulevées par des parents ont été posées :

    • Date de la FAT pour prévoir la foire aux livres au profit de l’école? Le 23 Mai 2009
    • La date du carnaval? elle est confirmée le samedi Il Avril 2009
    • Qu’en est-il du passage de la commission de sécurité avec les pompiers? La municipalité confirme qu’elle n’a pas encore eu lieu mais s’est engagée à le faire en mars ou avril.
    • Peut on faire un point sur la nouvelle organisation mise en place au début de l’année à la cantine?
      Mr Delahaye nous informe que ce temps du midi se passe relativement bien même s’il persiste quelques points difficiles en terme de discipline de certains enfants. Il a également souligné que de plus en plus d’enfants déjeunent le midi et que des problèmes de place existent réellement et, par là même, renforcent les problèmes de bruits. Il a également précisé qu’il est actuellement envisagé de renforcer la formation du personnel encadrant ce temps du midi .
    • Qu’en est -il du détachement d’un personnel mairie pour sécuriser l’entrée et la sortie des élèves? La municipalité répond qu’elle n’a pas les moyens humains et financiers de mettre une personne à chaque sortie d’école pour faire traverser les enfants. Un parent insiste car à 2 reprises ces derniers jours, un enfant a manqué d’être renversé par une personne qui emprunte la rue de l’école en marche arrière pour se soustraire au sens interdit. Il est précisé que les parents restent responsables de leurs enfants qu’ils amènent à l’école. Par ailleurs, les enfants qui viennent par le car sont pris en charge par l’accompagnateur(trice). Il est précisé que la mairie ne mettra rien de plus en place.
    A la suite des débats quelque peu houleux lors de cette séance de questions diverses, Mr Carré rappelle que le conseil d’école est un lieu d’informations et de propositions centrées uniquement sur l’école et où la courtoisie et le respect de la parole de tous sont de mise.

    L’ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 20 H 15.

M. Guillaume Pepy, PDG de la SNCF, envisage l’avenir des transports ferrés normands

Lors de la signature d’une convention pour la rénovation de la Gare de Val-de-Reuil, le 21 octobre, une rencontre a été organisée entre M. Pepy, les élus locaux, et les représentants d’entreprises locales.

Plusieurs questions ont été posées à M. Pepy, dans les locaux de l’entreprise Janssen, à Val-de-Reuil.

Avant de passer au jeu des questions-réponses, M. Jamet, Maire de Val-de-Reuil, et M. Pepy nous font un point sur les enjeux de la convention qui vient d’être signée, et sur la situation de la ligne Le Havre-Rouen-Paris.

L’exposé de M. Jamet :
Le but est de rendre cette gare vieillissante plus attractive, et de la transformer en plate-forme intermodale pour faire la connexion routière avec… Louviers !
Les 3 points à étudier pour moderniser la gare seront :

  • L’accès et la sécurité : avec l’étude des accès pour les personnes à mobilité réduite : ce pourra être un escalier roulant, ou un ascenseur, ou bien encore les 2.
    Force est de constater que l’accès aux quais est difficile pour les personnes âgées, mais impossible pour les personnes à mobilité réduite. Cette convention annonce le glas de l’escalier dit “de la honte”.
    La sécurité serait aussi mieux garantie.
    La gare est souvent un désert, éloigné de la ville, sans commerce ni habitation à proximité.
  • L’accueil et le confort : la gare sera réaménagée pour améliorer le confort des voyageurs, la billetique et l’accueil, et là encore, renforcer la sécurité.
  • Transformer la gare en plate-forme intermodale*, en améliorant les abords de la gare, et les liaisons routières, par bus et taxis.
    A l’heure actuelle, avec un parking totalement congestionné, des transports en commun inexistants vers de nombreuses localités alentour, la gare de Val-de-Reuil n’est pas en mesure de suppléer les arrêts qui vont être supprimés dans les gares de Saint Pierre et Pont-de-l’Arche…
    * Val-de-Reuil : plate-forme intermodale, c’est le mot savant pour dire que les accès routiers seront facilités, le parking réaménagé (et surveillé ?) et des transports en commun mis à disposition des usagers. A ce titre, une promesse a été faite au Maire de Saint-Pierre pour une desserte Saint-Pierre Val-de-Reuil par bus.
Guillaume Pépy, PDG de la SNCF, Alain Le Vern, président de la Région Haute-Normandie, Jean Louis Destans, président du Département de l’Eure, Franck Martin, président de la CASE, et Marc-Antoine Jamet, maire de Val-de-Reuil, ont signé cette convention.
L’étude durera 6 mois, et les travaux qui commenceront ensuite devraient être terminés dans une période de 3 ans.
Le financement sera réparti entre la SNCF (on parle de 400.000 €, ce qui représenterait 10% ?), RFF, et les collectivités locales.

C’est au tour de M. Guillaume Pepy d’exposer la situation :
M. Pepy nous a rappelé que les priorités de la SNCF était le fret et la vie quotidienne des voyageurs. (!)
Ensuite, M. Pepy nous a parlé des investissements qui vont être réalisés en Haute-Normandie :
C’est tout d’abord RFF qui investira 1 milliard d’€uros pour rénover la vieillissante ligne Le Havre-Rouen-Paris.
La région financera l’achat de 16 rames TER2N, la rénovation des rames à 2 niveaux VO2N, et la rénovation de la moitié des 80 voitures Corail Intercités.
La SNCF finance quant à elle la rénovation de l’autre moitié des voitures corail, la mise en service des rames et l’adaptation des ateliers de maintenance.

Ajourd’hui, la ligne est saturée, veillissante, et la qualité de service n’est plus au niveau, avec notamment une régularité inférieure à 85%. La rénovation de la ligne et l’acquisition de matériel neuf devrait résoudre une grande partie des problèmes selon M. Pepy.

Monsieur Pepy se prête au jeu des questions-réponses :

Avec l’introduction du cadencement, plusieurs gares ont beaucoup perdu au change. Pour Saint-Pierre du Vauvray, c’est la disparition complète des dessertes de Vernon, Mantes et Paris.
C’est aussi la disparition quasi totale de la desserte de Rouen, car s’il reste bien 1 départ le matin et un retour de Rouen, les horaires sont totalement inadaptés pour une utilisation professionnelle : le départ du matin est à 7:01 – ce qui ne laisse pas de marge pour les mères de familles pour déposer leurs enfants à la garderie, qui ouvre, elle, à 7:00, avant de prendre le train.
Le train de retour part de Rouen à 17:16 – ce qui ne laisse pas de marge pour attraper ce train après le travail. Avec les nouveaux horaires, c’est travailler moins pour prendre le train…

Les solutions sont :

  1. le rabattement vers la gare de Val-de-Reuil (il n’y a plus de ligne pour Paris, c’est donc indispensable…) ;
  2. prolonger la ligne Val-de-Reuil Rouen jusqu’à Saint-Pierre pour les horaires 8:04 vers Rouen et 18:21 dans l’autre sens. Car garder des arrêts à des heures où les usagers ne les empruntent pas, cela revient à vouloir compter les usagers… en leur interdisant l’accès !

Enfin de bonnes nouvelles ! Apparemment, une solution serait possible pour l’un et l’autre de ces points : alors que la région, grâce à l’action d’Alain Le Vern et de M. Jamet, donnerait son accord pour un desserte par bus Saint-Pierre – Val-de-Reuil, M. Pepy, président de la SNCF, va faire étudier la possibilité d’étendre le terminus de Val-de-Reuil jusqu’à Saint-Pierre du Vauvray.

Nous espérons que cette volonté dépassera la simple lettre d’intention pour se transformer en véritable action. Nous l’espérons pour tous ces pères et mères de famille qui prennent le train pour aller travailler, jeunes étudiants, ou simplement usagers ayant besoin de gagner la ville, et qui sont pour l’instant désappointés….

Tout de suite, passons au débat organisé avec M. Pepy, M. Jamet, les élus locaux et les acteurs économiques…

(Pour une meilleure lisibilité nous avons regroupé les questions qui ont été posées dans l’assistance, et les réponses apportées par M. Pepy. Notons qu’il ne s’agissait pas d’un débat, mais d’un constat, où la SNCF vient expliquer les raisons des choix qui ont été faits, et la politique engagée. Il ne s’agit plus de discuter de ces choix, qui sont pour une très large partie entérinés.)
  • Avec la suppression programmée des arrêts dans plusieurs gare de l’Eure, quelles solutions ont été trouvées pour les usagers abandonnés ? Les horaires ne correspondant pas aux besoins de la population, comptez-vous déplacer ces horaires ou éviter ces suppressions ? Les principaux problèmes concernent les gares de Vernon, Saint-Pierre du Vauvray et Pont-de-l’Arche.
    (Voici les nouveaux horaires (presque) définitifs : Le Havre-Rouen-Paris / Dieppe-Rouen-Paris et Rouen-Val de Reuil-Vernon-Paris.)

    Concernant la politique des priorités entre les trains, la politique est claire, selon M. Pepy : le train à l’heure à priorité sur tous les trains en retard, qu’il soit fret ou voyageurs (cela en fait sourire certains).
    La politique retenue en terme d’horaires est le cadencement. C’est la bonne décision, insiste M. Pepy, tout en rappelant que ce cadencement a fait l’objet de débats entre les élus, et que ce sont ces élus qui décident, la SNCF se bornant à en mener l’étude et à mettre en service ces décisions.
    Le cadencement c’est 15% de trains en plus, et 15% de trains en plus, c’est bon pour le service public. Et cela demande de sacrifier un certains nombre d’arrêts en gare. Le président de la SNCF nous rappelle que la ligne Paris-Rouen-Le Havre est saturée aux heures utiles. Et lorsque les lignes sont saturées, les corails ne peuvent s’arrêter partout. On sacrifie donc des arrêts, et ce sont les inter-cités et TER qui prennent alors le relais.
    Mais le 15 décembre, prévient-il, on fera comme cela est prévu !
    Guillaume Pepy prévient tout de même qu’avec un tel niveau d’investissement, il y aura forcément des loupés. Des difficultés de mise en service… Cela du fait de l’adaptation des personnels aux nouveaux horaires, nouveaux matériels, …
    Il faudra peut-être plusieurs mois pour pouvoir atteindre le niveau de service que l’on avait précédemment.
  • Avec la montée en charge de Port 2000, quelle est la priorité établie entre fret et voyageurs ? Avec un trafic qui pourrait dépasser les 6 millions de boites dans les années à venir (contre un peu plus de 2 millions aujourd’hui), et devant une situation de saturation du trafic ferroviaire, comme du trafic auto-routier, existe-t-il des solutions pour acheminer ce fret sans nuire au trafic des voyageurs ?
    Monsieur Pepy nous a exposé la situation des ports du nord, Anvers, Rotterdam, où les capacités d’accueil et la logistique a été prévues avant même de commencer des gros travaux. Cela a engendré pour ces pays une dynamique qui a permis d’en faire les 1ers ports européens.
    En France, on n’a pas cette dynamique. Les infrastructures de fret n’ont pas été prévues, et manquent aujourd’hui.
    Le 15 décembre, on fera comme cela est prévu !
    Pour M. Pepy, il faut dire à l’opinion, et cela nécessite pour lui un vrai courage politique, que les voyageurs doivent aujourd’hui céder la place au fret.
  • Concernant le projet de ligne Evreux-Louviers-Rouen : Ce projet sera-t-il concrétisé ? Si oui, quel itinéraire empruntera cette ligne ?. M. Auzou (onseiller général et régional Louviers sud), explique les nuisances qui affecteront les habitants de la Vallée de l’Iton. M. Auzou propose un itinéraire qui ferait passer la ligne Evreux-Rouen par Serquigny. (Pour les habitants du bassin Louviers-Val-de-Reuil, qui représentent 40% du potentiel de passagers, il s’agit de 1/2 heure de trajet supplémentaire minimum – la correspondance se faisant alors à Oissel -, sans parler des correspondances pour Louviers).
    Pour M. Pepy, ce n’est encore qu’un dossier. L’échéance pour faire aboutir un tel dossier serait de 10 à 15 ans.
    Mais là encore, l’investissement pour le financer ne peut venir que de l’argent public.
    La SNCF réalise l’étude, mais c’est l’argent public qui finance. M. Pepy nous rappelle une fois encore que ce sont les élus qui décident (et re-sourires de certains).
    Si toutefois ce projet était commencé, alors les intérêts des particuliers s’effacent devant l’intérêt général. Mais les habitants qui subiraient une perte seraient bien sûr indemnisés.
  • Y aura-t-il une liaison TGV en Normandie ?
    Une ligne TGV coûte 20 millions d’€ le kilomètre. Il est financé certes en partie par les voyageurs, mais surtout par les contribuables.
    M. Pepy interroge l’assemblée sur le fait que cela est une priorité pour l’argent public ?
    Enfin, il rappelle qu’il est possible de faire rouler un TGV sur des voies classiques (à la vitesse des trains classiques cependant, pour un coût beaucoup plus important), avec des correspondances avec les TER (car les TGV n’ont pas vocation à s’arrêter partout).
  • Les entreprises sont intéressées aux enjeux sur la fréquence et la qualité du service, notamment en ce qui concerne les liaisons entre la Normandie et l’Île-de-France. Qu’est-il prévu de faire pour désengorger le trafic, notamment aux abords de l’Île-de-France ?
    Les difficultés dans les liaisons entre Île-de-france et Normandie sont essentiellement dûes à la congestion des lignes en Île-de-france, et notamment le RER. Ce qui permettra de décongestionner ce traffic est le projet Eole Ouest qui fera déboucher le RER à l’ouest et permettrait de desservir le Mantois (Mantes-La-Jolie).
    cliquez ici pour en savoir plus sur le projet Eole […]

La lettre de mission confiée par le Chef de l’Etat, M. Sarkozy à M. Pepy :

  • Redresser le fret.
    En crise chronique depuis des années, le fret ferroviaire doit être LA priorité de la SNCF.
    La SNCF doit être « le leader du fret et de la logistique » afin de lui redonner « une place centrale dans le transport de marchandises, en France, en Europe et dans le monde ».
  • Améliorer les trains régionaux.
    En particulier en Ile-de-France. Il est urgent d’intensifier la remise à niveau des transports ferroviaires, notamment sur le réseau RER.
  • Exporter davantage le TGV “à la française”.
    Faire du TGV, un champion mondial du ferroviaire. Il faut également exporter le savoir-faire français, notamment d’ingénierie.
  • Moderniser le réseau ferroviaire.
    Cette rénovation doit passer par une « simplification des relations avec le Réseau Ferré de France » (RFF), propriétaire du réseau.
  • Mettre en place la mobilité durable
    La SCNF doit pouvoir être aux premières loges pour réussir la mise en œuvre du Grenelle de l’Environnement.

lire l’article complet (usinenouvelle.com)

Et vous ? Quel est votre avis sur la politique de la SNCF et de la Région ?

Gare à la SNCF, régression durable !

Catastrophe annoncée en gare de Saint-Pierre du Vauvray

C’est un coup dur pour les usagers de la gare de Saint-Pierre du Vauvray ! La SNCF a décidé de supprimer l’arrêt en gare dans le sens Saint-Pierre-Paris. Toutes les personnes qui l’utilisent pour aller travailler se demandent ce qu’ils pourront faire… Faudra-t-il acheter un véhicule, ou déménager ? On ne songe pas à changer d’emploi, la situation ne s’y prête pas.

C’est l’abandon pur et simple de la ligne Saint-Pierre du Vauvray-Paris qui est prévu.

Quant à aller en gare de Val-de-Reuil, il n’y a pas de correspondance, c’est un train pris d’assaut, un parking totalement congestionné, et de toutes façons la galère pour déposer les enfants avant de partir travailler…

Quand Vernon se voit rélégué en ville de banlieue (voir l’article de José Alcala), c’est le déclin assuré pour une petite commune comme Saint-Pierre du Vauvray, et la perspective d’un enclavement durable.

cliquez ici pour voir le projet de grille horaire.

Il reste jusqu’au mois d’octobre pour contester cette nouvelle grille auprès de la SNCF.

Que signifie “développement durable” selon la SNCF ? (consultez ici) On nous explique que le train est le plus écologique des moyens de transport… Encore faut-il ne pas le supprimer !

Réponse de M. Jacques FROSSARD, Directeur Régional SNCF, à M. Alain LOEB, Maire de Saint-Pierre du Vauvray.

La SNCF, représentée par Monsieur Frossard, et la Région, présidée par M. Le Vern ont refondu les horaires afin d’offrir une meilleure lisibilité pour les voyageurs, en passant les horaires des trains à cadence fixe.
Au passage, ils en ont profité pour supprimer les arrêts dans les petites gares. Comme si cela était une conséquence des horaires cadencées.
Le cadencement n’implique pas l’arrêt des trains dans les petites gares mais nécessite d’organiser ce cadencement pour les courriers intercités ET pour les omnibus.

Ils ont donc décidé de “faire disparaître toute relation directe entre Saint-Pierre du Vauvray et Paris”.
“Cette décision résulte d’un choix difficile privilégiant le plus grand nombre”. (sic)

Nous estimons que la difficulté ne sera pas assumée par la SNCF et la Région, mais qu’elle sera assumée par les usagers de la gare de Saint-Pierre du Vauvray. La “très faible fréquentation” que représente 20 personnes, selon Monsieur Frossard, ne semble soucier ni la SNCF, ni la Région.
Nous pensons cependant qu’un arrêt de 2 minutes en gare De Saint-Pierre du Vauvray ne sera pas en mesure de perturber le traffic de la SNCF. Ce petit “accroc” à la lisibilité évitera surtout de plonger 20 familles dans les tracas et les problèmes familiaux et d’emploi.

D’autre part, M. Frossard assure qu'”une correspondance sera alors nécessaire.
Quelle est la nature de cette correspondance ? On ne peut pas prévoir la suppression des arrêts en gare sans que cette correspondance existe et ait pris le relais ! Est-elle prévue, et financée ?

M. Frossard, M. Le Vern, la SNCF et la Région vont-elles enclaver totalement et durablement notre commune ? Notre avenir dépend de vos décisions.

Une vidéo de France 3 normandie sur les retards des trains et la modernisation de la ligne.

Une interview de M. Frossard

M. Frossard admet que son objectif de régularité à 5 minutes sur la ligne Paris-Le Havre n’a pas été atteint, atteignant 83,6% au lieu de 87,5%

Il y a 2 soucis empêchant d’arriver à l’heure à Paris, Rouen ou le Havre :

  • Un souci dû à la vétusté du matériel
  • un souci lié à la vétusté des infrastructures

La réponse au souci concernant la vétusté du matériel est l’arrivée de nouveaux trains, les “BB15000”

La réponse au souci de vétusté de l’infrastructure est la réalisation de nombreux travaux qui se feront en 2008 et les années suivantes. Ceux-ci concernent le tunnel de Venables, le viaduc d’Oissel et aussi de nombreux travaux sur toutes la lignes.

Pour les voyageurs, les retards sont dus plutôt à l’attente de conducteurs, aux trains en panne, et aux voies encombrées (par d’autres trains en panne ou en attente d’agents de conduite ?)…

Pour M. Jean-Yves Bouffet, le cadencement est nécessaire, en respectant des cadences pour courriers intercités comme les omnibus.

Ainsi les trains directs pour Paris partiraient toutes les heures à 00 minute et 30 minutes (… 8:00, 8:30, 9:00, 9:30,…), les trains directs pour Caen à 05 minutes et 35 minutes (8:05, 8:35,… etc), et les omnibus à 10 minutes et 40 minutes (7:10, 7h40,…).

M. Bouffet n’envisage pas la suppression des petites gares !

Pour M. Delestre, Secrétaire Général CGT du CE SNCF Normandie, la solution passe par la rénovation du matériel, et le maintien des postes d’agents de conduite et de contrôleurs.

Pour M. Delestre, l’année 2007 a été une année noire pour la SNCF. Et 2008 commence dans les mêmes conditions !

“Entre le 1er octobre 1007 et le 24 janvier 2008, 63 courriers intercités et 393 TER ont été supprimés !”

M. Delestre constate que :

  • depuis 2003, 500 contrôleurs et agents de conduite ont été supprimés,
  • l’infrastructure est vieillissante et RFF (Réseau Ferré Français) a pris beaucoup de retard sur les installations,
  • le matériel est en mauvais état, et la solution consiste dans la rénovation.

M. Delestre constate aussi que le discours marketing sur l’environnement et le développement durable tenu par la SNCF est en contradiction avec les actes de la SNCF !

M. Christian Petit est Directeur Régional de RFF, qui gère l’infrastructure du réseau ferré

Pour lui, la ligne Paris-Le Havre nécessite de longs et lourds travaux. Mais ayant hérité il y a 10 ans de la dette de la SNCF, RFF a peu de manoeuvre. Il faut donc faire appel à l’état et la Région (donc nous tous) pour entretenir et consolider le réseau.

Selon tous les protagonistes, les problèmes de retards des trains sont dûs à la vétusté du matériel et à la vétusté de l’infrastructure. Selon M. Delestre, cela est du aussi aux compressions de personnel qui concernent plus particulièrement les contrôleurs et agents de conduite.

La suppression des arrêts dans les petites gare n’est pas une conséquence du choix du cadencement, mais un dommage collaréral, voire un effet d’aubaine pour la SNCF !

Ceux qui vont en payer le prix sont les habitants des petites communes, moins rentables. Ici, on ne remplit pas un train en gare, c’est vrai. Le train sert de service public de transport. Il évite des nuisances en terme de pollution, d’émissions de gaz à effet de serre. Il permet de désenclaver les petites communes et évite d’engorger les grosses communes pour des navettes inutiles, que ce soit par des transports particuliers, ou des transports en commun routiers. Ces navettes auront un coût élevé pour la communauté.

Notre commune paiera son obole, que ce soit par le chômage, les difficultés accrues à à mener des études pour les jeunes, ou encore des coûts de transports rédhibitoires.

La solution, on l’avait. Ce n’était pas la panacée, mais on était déjà contents de l’avoir… Les arrêts en gare sont une condition pour ne pas tomber en sous-développement économique et social.

Pour des raisons de rentabilité, la SNCF coupe les services aux petites gares. Elle argue des difficultés qu’elle a à maintenir des horaires corrects, dont on voit qu’elle connaît les raisons (vétusté du parc), pour supprimer le service public. On appelle cela : modernisation.

Pour les petites communes, on demandera à chaque parent d’avoir sa voiture. Et si les gosses font des études, ou travaillent déjà, cela signifie disposer de plusieurs véhicules pour une seule famille.

Enclavées et écartées des circuits de décision, les petites communes vont mourir. Silencieusement. La SNCF s’en fout.

Des dizaines d’usagers empruntent régulièrement la ligne Paris-Rouen à Saint-Pierre du Vauvray.
Voici les témoignages d’une dizaine d’entre eux.

Renaud, 30 ans, juriste et cadre administratif d’une collectivité territoriale, a choisi d’habiter la commune pour l’atout que représentait ce train quotidien pour Paris. Il n’envisage pas d’autre moyen de déplacement pour Paris et ne dispose d’ailleurs pas de véhicule personnel. Pour lui, la fermeture de la station de Saint-Pierre signifierait l’obligation de quitter la commune.
De même pour Marc, 45 ans, directeur juridique, qui envisagerait alors de se rapprocher de la capitale. D’autant plus que ses enfants auront bientôt l’âge de se rendre à l’université et que le train représente une alternative très intéressante à l’achat d’un appartement.
Quant à Alain, agent EDF, il se rend à la gare de Saint-Pierre à pied depuis 23 ans pour rejoindre son lieu de travail, situé près de la gare Saint-Lazare à Paris. Pour lui, le train à Saint-Pierre est une solution personnelle idéale et la meilleure réponse aux préoccupations écologiques et économiques de notre époque.

Sophie, comptable, Lionel, informaticien, ou encore Marie-Joseph, agent télécom, partagent ces préoccupations.

Sur l’autre quai, l’ambiance est animée et conviviale. Chaque matin, un petit groupe d’usagers se retrouve et partage avec plaisir ce moment de pause avant le début de leur journée de travail. Ils ont entre 20 et 50 ans.
Yves vient à pied de la commune voisine.
Nicolas, lui, s’est acheté une bicyclette pliable pour effectuer le trajet qui le sépare de la station.
Delphine, juriste, Aurore, responsable de la communication, Aminata, conseillère, Frédéric, gestionnaire, Kira, étudiante, ne comprennent pas. Pour eux, la suppression de cette station serait une catastrophe personnelle et économique.
Pendant plusieurs mois, Aurore a testé le trajet en voiture. Leur foyer avait alors dû s’équiper d’un second véhicule. Entre l’assurance et les pleins d’essence, cela lui coûtait 250€ par mois. Sans compter le stress quotidien des embouteillages sur Rouen. Très rapidement, cette situation est devenue invivable. Aujourd’hui, Aurore s’est séparée de son second véhicule et son abonnement travail lui coûte 60€ par mois. Et c’est détendue et souriante qu’elle arrive désormais chaque matin en centre ville de Rouen !
Un peu plus loin, ce sont trois jeunes, Alizé, 17 ans, Pierre-Marie, 15 ans et Paul, 14 ans, qui se rendent dans leur établissement rouennais.
Quant à Laetitia, elle goûte le privilège de vivre à la campagne et de pouvoir se rendre à Rouen en 30 minutes pour une journée de shopping, à Paris en une heure pour aller voir des expositions, ou encore à Londres ! Quel dépaysement de monter dans le train à 6h25 à Saint-Pierre du Vauvray et de se retrouver à 10h30 heure anglaise au cœur de la capitale britannique !

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV