nono

nono a écrit 317 articles pour saintpierre-express

About nono

Here are my most recent posts

Le désherbage à la vapeur testé dans 5 communes de l’Eure

Les communes de Saint-Pierre du Vauvray, Andé, Herqueville, Lery, et Heudebouville ont été sélectionnées par la Case pour tester le désherbage alternatif par vaporisation d’eau chaude.
C’est un procédé bien plus respectueux de l’environnement que l’emploi de produits phytosanitaires, même s’il est plus onéreux que l’usage de produits chimiques, car nécessitant plus de passages.
Vu chez Franck Martin

Espérons que ce test sera concluant, et que La CASE continuera à s’investir dans le développement durable… Bravo.

Le hibou m’a dit…

« Il n’y a rien que les hommes aiment mieux à conserver et qu’ils ménagent moins que leur propre vie» nous disait Jean de La Bruyère.

Votre idée maîtresse d’école numérique peut paraître réjouissante mais il serait intéressant d’en étudier davantage les precepts pour être bien certain de comprendre « l’offre» sous toutes ses coutures et qui est autrement plus complexe que la simple fourniture d’un bon matériel avec son financement minoré derrière pour soigner les deniers de la trésorerie communale.

Vous avancez de façon éclair que « Les NTIC(1) sont une chance pour les petites communes rurales : elles aident au désenclavement, et participent à l’égalité des chances à l’école.»
D’abord cela sous-entend le principe d’accepter que les enfants qui évoluent régulièrement en milieu urbanisé soient donc amenés à vivre plus sereinement et plus avantageusement que ceux appartenant au monde rural et ce à notre époque, en juin 2009, sachant que nous parlons par ailleurs de la région Haute-Normandie et non du Sahel ou des fins fonds de la Namibie ?
Cela mériterait je pense, avant-tout un vrai débat de fond sur votre blog pour être validé.

Sur ce point si depuis 50 ans les certitudes des traditions rurales cèdent le pas à la vie urbaine pour une partie de la population avec ses chances et ses risques, ses libertés individuelles, ses formes de pollutions, d’attaques virales, de délinquance, ses exigences sociales plus complexes et ses cadres de soutien certes plus diversifiés, simultanément l’on assiste à la création d’une immense culture juvénile, de nature urbaine, servant de point de repère aux jeunes dans la définition de leur identité, qui remet souvent en question les rôles qui leur sont attribués chez eux, sur les bancs de l’école et au travail et je ne suis pas tout à fait sûr de pouvoir vous dire qui dans le lot connait un « désenclavement» avantageux. D’ailleurs l’on parle souvent de désenclavement à mauvais essient puisque sa notion est liée à celle d’un ordre économique régional et non écologique ou d’idéal quelconque.

Ensuite vous nous décrivez ce qu’est une classe numérique mobile (momenclature du matériel) et en gros sans explicitement le dire de façon claire et bien établie vous proposez une nouvelle forme d’enseignement en cycle primaire. Gestion relativement simple pour les enseignements qui du coup peuvent davantage s’impliquer auprès des enfants dans l’usage de contenus numériques à des fins pédagogiques. A notre époque cela parait évident et qui ne voudrait pas offrir cela à son enfant, pour qu’il puisse apprendre plus vite -comme en ville..?

Pour ma part et comme je vous le disais au début votre idée maîtresse peut paraître réjouissante.
Mais alors qu’il y a t-il donc d’inquiétant me direz-vous ?
Je pense qu’il y a deux choses essentielles.

A- La question de la santé des enfants face aux problèmes des hyper fréquences que cause directement un réseau répondant à la norme 802.11 (autrement appellé pour des raisons marketing Wi-Fi).
Vous devez certainement connaître le rapport BIOINITIATIVE validé et soutenu par la haute autorité européenne qu’est l’Agence Européenne de l’Environnement. Celle-ci est formelle et demande aux pays membres de l’Union européenne de prendre des mesures pour protéger la population des risques de l’électrosmog notamment crée par le Wi-Fi. Qu’est-ce que vous propose M. Darcos sur ces questions exactement ? Absolument rien et cela pourrait nous interroger comme lorsque l’Etat laisser filer les questions de la toxicité de l’amiante il y a quelques décennies et les répercussions dramatiques qui s’en suivirent.
Le rapport Bioinitiative a également été validé par le Parlement Européen dans une Résolution votée le 4 Septembre 2008 qui, « vivement interpellé» par ce rapport et considérant entre autres l’hypersensibilité aux rayonnements électromagnétiques, recommande une nette révision à la baisse les normes d’exposition, qualifiées d’obsolètes.

Le Wi-Fi a sa toxicité propre et présente des dangers établis par les plus grandes sommités scientifiques de la branche concernée: la BIOELECTROMAGNETICS SOCIETY qui a opéré sur 1500 analyses différentes en toute indépendance financière et scientifique. Pour eux IL N’Y A PLUS DEBAT sur les résultats.
1) des preuves ont été faites que les documents et chiffres officiels censés garantir une protection n’en assurent aucune.
2) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM provoque des effets sur les gènes et sur l’expression des protéines.
3) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM provoque des altérations non réparables de l’ADN.
4) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM déclenche des processus de mise en oeuvre des protéines de stress.
5) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM provoque des perturbations de fonctionnement du système immunitaire.
6) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM provoque des perturbations de fonctionnement du système nerveux qui ont pour conséquences des troubles du comportement. Cet article traite également du fait que ces émissions provoquent une importante perte d’étanchéité de la barrière sang-cerveau au niveau des vaisseaux irrigant le cerveau.
7) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM déclenche des processus de développement de tumeurs du cerveau et de neurinomes acoustiques.
8) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM déclenche des processus de développement de cancers enfantins du type leucémie.
9) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM perturbe le taux de production de la mélatonine et déclenche des processus de développement de la maladie d’ALZHEIMER et de cancers du sein.
10) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM déclenche des processus de développement de cancers du sein.
11) il est prouvé que l’exposition du vivant à des émissions TTM provoque des perturbations dans la régulation des échanges cellulaires au niveau des canaux ioniques des membranes. Et donc, une perturbation de l’ensemble des fonctions vitales au niveau physiologique élémentaire, celui de la cellule.

Alors toujours envie d’utiliser le Wi-Fi à l’école ?
Franchement je ne suis pas partant.

(En raison de la confirmation définitive de la toxicité, par PREUVES SCIENTIFIQUES, qui résulte de ce document, nous demandons d’en assurer la diffusion maximale et en particulier en l’adressant à tous les organismes publics de votre connaissance, en commençant par les maires et sans oublier les magistrats des divers tribunaux de votre voisinage.
Téléchargez le rapport : http://www.bioinitiative.org/press_release/index.htm).

B- Le deuxième problème qui se pose « plus naturellement» cette fois, c’est celui du contenu de l’offre.
Que proposez-vous d’enseigner et pourquoi ?
– un cours spécifique dédié à l’éducation aux médias ?
– un peu d’éducation aux médias distillée dans chaque matière, sous la forme d’un quota d’heures ?
– une obligation d’utiliser les nouveaux médias comme support des cours d’éducation civique ?
– une obligation de dispenser un référenciel sur l’histoire de la communication ?
En ce sens allez-vous suivre la formation du CLEMI et bénéficier d’une compétence médiatique (medialiteracy) car pour l’heure justement on ne sait pas si les professeurs font vraiment de l’éducation aux médias. Aucun chiffre, aucune donnée n’existe sur la question. Comment faire pour que les élèves puissent développer une analyse critique de l’image et de l’information diffusée sur Internet ? Il faut d’abord se débarrasser de l’idée que l’éducation aux médias est la même chose que d’apprendre à se servir des nouvelles technologies !
Eduquer aux nouveaux médias, c’est apprendre aux enfants à prendre une distance critique par rapport aux informations diffusées sur le média qui leur sera le plus familier : Internet.

A mon sens un cours spécifique dédié à l’éducation aux médias me semble impératif. Ils faut instruire la jeunesse des effets pervers de l’internet et de ses dérives. Et in arcadia ego : vers une culture de l’ information et de la communication.

Ici une piste pour commencer à s’intéresser aux contenus dans un univers francophone assez large :
http://apprendre2point0.ning.com/

L’académie d’été prépare vos enfants à la classe supérieure

une interface sommaireXavier Darcos a annoncé ce matin le lancement de ce service gratuit :

"Le site de l’académie en ligne offre pendant l’été des ressources pour aider les élèves du primaire et du secondaire à réviser les notions essentielles de l’année écoulée et pour mieux les préparer à la classe supérieure.
Ainsi, vos enfants consolideront ce qu’ils ont appris. Ils pourront aborder la rentrée dans de meilleures conditions.
"

L'interface et la navigation sont un peu sommaires, mais au moins on ne manque pas d'espace !

On peut accéder aux cours soit par matière, soit par niveau. Les niveaux vont du CP jusqu'à la terminale.

cnedDéveloppé en collaboration avec le CNED, vous n’échapperez pas aux sollicitations commerciales pour accéder à des ressources qui elles sont payantes. Mais bien sûr, vous n’êtes pas obligé de cliquer sur le lien commercial qui figurent en bas de chaque page. Celui-ci indique que la documentation est gratuite. Seule la documentation l’est.

des activités sympasLorsque vous cliquerez sur “accéder aux activités”, vous aurez accès à celles-ci. Et je dois dire que c’est assez sympa.
Si vous compter laissez vos gamins accéder à l’ordinateur, c’est une saine occupation pour cet été.
C’est bien fait, c’est ludique, et ce sera l’occasion de réviser les petites lacunes ou de préparer la rentrée prochaine.

Bravo M. Darcos, c’est une excellente initiative !

Je regrette juste que le côté un peu austère de l’interface du site, une navigation un peu bizarre, et peut-être le côté commercial un peu trop mis en avant. Mais la qualité des activités comble largement ces défauts.

Si vous voulez consulter le site, c’est ici

5 conseils pour obtenir la subvention ENR (École numérique rurale)

Mettez toutes les chances de votre côté pour obtenir la subvention “école numérique rurale” !

5 conseils pour obtenir la subvention ENRC’est avec fierté que notre école va devenir “école-pilote” dans l’Eure pour le projet “École numérique rurale”. Sans doute cela est-il-dû à la qualité de l’environnement que l’équipe pédagogique a choisi : une classe mobile à base de Macbooks Apple – réputés pour leur simplicité d’utilisation, ainsi qu’une qualité de matériel hors du commun -, un TBI (tableau blanc interactif), une time capsule pour le réseau wifi et la sauvegarde automatique des ordinateurs, une imprimante réseau, et une foule de logiciels multimédia, bureautiques, pédagogiques. Cliquez ici pour découvrir la solution retenue. Cela est dû surtout au volet pédagogique ambitieux développé par M. Carré, directeur de l’école, et les enseignants.
Le but est d’obtenir un taux de réussite de 100% au B2I, de renforcer la motivation des élèves, et de rénover les méthodes d’enseignement.

Pour réussir ce petit parcours du combattant, quelques conseils :

  1. L’Inspection Académique et les animateurs TICE de vos circonscriptions sont vos plus précieux alliés !
    Demandez leur assistance et conseils. Ce sont des personnes qui aiment l’École, et veulent la faire avancer. Faites-leur évaluer vos projets. Ils sauront vous aiguiller, vous montrer les lacunes de votre projet, jusqu’aux plus petits détails. Même si l’Inspection Académique ne met en avant aucun matériel ou fournisseur, on saura vous conseiller afin de rencontrer les responsables pédagogiques ou municipaux d’autres communes qui se trouvent dans le même contexte que vous. Nous remercions chaudement notre animateur TICE, sans qui nous n’aurions pas pu établir un dossier parfait en si peu de temps.
  2. Respectez scrupuleusement et exhaustivement le cahier des charges ENR.
    Tant du point de vue du matériel, que des services numériques de base et du réseau, vous devrez répondre en tous points.
    Heureusement, de l’aide est disponible en ligne : FAQ concernant les réseaux et les services numériques de base.
    Attention : lors de la rédaction du devis, prenez la précaution de spécifier sous chaque matériel la durée de la garantie (au minimum 3 ans sur site), en ajoutant la mention “conformément au cahier des charges ENR”.
  3. N’essayez pas de réaliser un dossier “allégé” pour avoir une subvention sur une partie du matériel. Certaines mairies se sont posé la question de monter un dossier avec un nombre de matériel moindre, afin de n’avoir rien, ou que peu, à investir de sa poche. Le cahier des charges est très précis : Les classes mobiles devront compter au minimum 8 ordinateurs portables pour les élèves (12 si le choix s’est porté sur des netbooks), d’un ordinateur pour l’enseignant, et d’un ordinateur pour le TBI. Même si vous disposez déjà de matériel que vous pourriez adjoindre à cette classe, l’offre ne le comptera pas. C’est donc bien de 10 ordinateurs minimum dont vous devrez équiper votre classe mobile.
    Cette offre est une aubaine pour les petites communes : vous bénéficierez d’un équipement à prix négocié et financé à 80%. Les entreprises font de gros efforts pour pouvoir participer à ce plan national. Il vous sera difficile de retrouver de telles conditions de façon autonome. Même en équipant luxueusement votre classe, il ne vous restera que 2.000 à 3.000 € à financer. Soit le prix de 3 ordinateurs portables haut de gamme… Ne ratez pas cette aubaine !
  4. Pensez sécurité. Que ce soit pour l’accès des enfants à l’internet, pour la sécurisation des données, ou simplement la sécurisation du matériel, vous devrez être prêts lorsque le matériel arrivera.
    Pour la sécurisation de l’accès, il vous faudra passer par un proxy hébergé à l’Inspection Académique. Il vous faudra donc une adresse IP fixe, et le débit le plus gros possible (ce n’est pas toujours facile en zone rurale). Peut-être est-il temps de renégocier votre contrat avec un FAI ?
    L’école doit être équipée d’un réseau. Il peut être filaire, dans le cas d’une école moderne, mais il peut s’établir aussi au travers du WIFI ou du CPL. WIFI et CPL (voir notre dossier). Il faudra penser à sécuriser votre réseau. Ne vous inquiétez pas, l’installation sera faite par le fournisseur, qui aura en tête cette notion de sécurité.
    La sécurisation des données est cruciale. Il faut donc qu’elle soit la plus automatisée possible et facile d’accès pour l’équipe pédagogique. En cas de crash d’un ordinateur, on doit pouvoir rendre la station opérationnelle au plus vite, et de remettre en place l’environnement de l’élève (son travail, ses documents…).
    Attention : tous les ordinateurs doivent être équipés d’anti-virus. Même les stations sous mac os x ou linux qui ne sont pas sensibles au virus doivent en être équipés.
    Enfin, pensez à la sécurité du matériel. Le circuit électrique doit être aux normes. Et surtout, mettez votre matériel à l’abri du vol. Volets sécurisés, serrures multi-points et alarme devront faire partie du décor s’il n’existaient pas jusque là.
  5. FAITES VITE ! Premier arrivé, premier servi.
    Les dossiers sont déposés depuis avril 2009. Mais toutes les écoles ne seront pas servies. Les subventions pour l’ENR ne seront attribuées qu’à environ 20% des communes potentiellement concernées par ce plan. Si vous ne vous êtes pas encore inscrits, téléphonez vite à l’inspection académique, pour savoir s’il est toujours temps de la faire.
    S’il reste de la place, ou si vous avez déjà fait votre déclaration d’intention mais que vous n’avez pas encore obtenu la subvention, agissez en collaboration avec la Mairie, l’école et l’équipe pédagogique, les parents d’élèves et l’inspection académique par le biais notamment des animateurs TICE pour présenter un dossier conforme en tout point au cahier des charges ENR.
    VITE.

orditiceMerci à ordiTICE, qui nous a permis de réaliser notre projet de classe mobile à base de ce que nous croyons être le meilleur choix, tant en terme de matériel (des macbooks, un TBI promethean activeboard, et toute une solution pour le réseau, le partage, l’impression, la sauvegarde, la supervision à des prix ultra-compétitifs), que de logiciels, avec les suites multimédia Apple, bureautique open-office, le logiciel de supervision remote-desktop 3, et tout une panoplie de logiciels éducatifs (j’en profite pour vous donner ces liens, n’hésitez pas à communiquez les vôtres. Bienvenue chez J.M. Rogge !, macalecole).

Lire aussi :La description de notre solution matérielle pour l’école de Saint-Pierre du Vauvray, en passe de devenir école pilote.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser par le biais des commentaires.

Conférence de Presse d’Europe Ecologie à Evreux (27000) le 12 juin 2009


Vendredi 12 juin, au London Pub à Evreux, Jean-Yves Guyomarch, Jacqueline Fihey, Denis Szalkowski et Jérôme Bourlet ont fait le bilan de la campagne et du résultat des élections. (Source Caméra Diagonale)

Fête de la communauté de l’Andelle à Fontaine-Guérard (27380)

La fête a été éblouissante, ce samedi 13 juin 2009, à l’Abbaye Notre-Dame de Fontaine-Guérard.
La communauté de l’Andelle invite gratuitement tout le monde à participer aux festivités.
Les convives étaient invités à partager un pique-nique géant, assis dans le beau parc de l’Abbaye, autour de nombre d’activités et spectacles.
Cette année, la fête a eu lieu sur le thème du “pont”.

Pour ouvrir le ban, c’est un couple de clowns, Zéphira et Cassiopée, qui a offert aux petits et aux grands un spectacle fantaisiste et drôle. Le soleil s’est joint à la partie pour le plaisir de tous ! Il fallait voir les enfants se prêter au jeu du “Jacques-a-dit” !
Mais ne vous trompez pas : Les plus grands ont adoré aussi :) Bravo les filles !

Après le spectacle, petits et grands ont pu s’égailler et trouver un peu d’ombre et de fraîcheur au bord de la rivière pour pique-niquer. Les enfants faisaient la collecte des verres, tandis que les plus petits jouaient, qui près de la mare, qui sur les jeux de cordes.
L’association “Saveurs et savoirs” se tenait sur le stand central pour proposer sandwichs, crêpes, bière locale (excellente !), et produits locaux, dans la joie et la bonne humeur. Tiens ! Il me semble reconnaître quelqu’un parmi les bénévoles….
L’après-midi s’est déroulée sous le sceau de la joie et .. de la musique ! Fanfares, choristes répétant pour le spectacle du soir, c’était une vraie réussite.

Un pont, ça s’inaugure ! Attention : débauche de couleurs ! Génial :)

Les fanfares et les spectacles nous conduiront jusqu’à la soirée.

La journé a été magnifique ! Tout s’est conjugué pour nous offrir une après-midi festive, avec des spectacles de qualité.

L’accueil a été à la hauteur de cette journée ensoleillée et du cadre : une organisation sans faille, un cadre idyllique, un service 3 étoiles, et des spectacles de très grande qualité.
Le fait que ce soit une fête de l’intercommunalité n’y est sûrement pas pour rien. Plutôt qu’une fête dans chaque village, la communauté de l’Andelle a choisi de rallier toutes les énergies pour faire de cette grande fête une réussite populaire et un lieu de rencontre.
Les convives ne s’y sont pas trompés : ils sont venus en masse ! Et lorsque nous partions (Maya, à 3 ans, en a pris plein les yeux et les oreilles, et n’avait d’attente que pour son lit, pour pouvoir revivre sa fête en rêve…), le public affluait en masse ! Le spectacle en soirée s’annonçait encore plus grandiose que la journée !
Bravo et merci à tous les organisateurs !

Quel exemple pour les villages qui font, du mieux qu’ils peuvent, chacun la fête de leur côté. Ici, c’est toute une communauté de communes qui se retrouve, partageant le même cadre de vie, les mêmes difficultés, les mêmes aspirations (ou non) pour leur communauté. Mais surtout, c’est une véritable synergie mise en l’oeuvre pour mettre en commun les moyens, les volontés, et en faire une fête qui dépasse ses objectifs. Et cette fête a rassemblé beaucoup plus que les habitants de la vallée de l’Andelle : on y a rencontré des habitants de Saint-Pierre du Vauvray, de Rouen, de Paris….
Rêvons qu’on puisse prendre en exemple cette fête pour mettre en application ces principes, et partager et promouvoir nos bords de Seine.

Fontaine-Guérard est une ancienne abbaye cistercienne. De style gothique anglo-normand, elle a été fondée en 1190, à la demande de Gauthier, archevêque de Rouen. Les ruines des Bâtiments des moniales avec charpente en forme de coque de navire, l’église au choeur voûté, et la chapelle attestent de la beauté de l’oeuvre achitecturale. Un cellier troglodytique abrite des oeuvres beaucoup plus contemporaines.
Voisine de l’abbaye, l’ancienne filature du de la deuxième moitié du 19ème siècle est une surprise pour le promeneur : de style anglais, elle n’est pas sans rappeler l’architecture gothique de l’abbaye.
Les 2 ouvrages qui prennent pied sur les berges de l’Andelle sont une des visites les plus édifiantes des la région.
Le parc de l’abbaye, quant à lui, prête plus à la rêverie et à la méditation.

Le site appartient à l’Armée du Salut (merci Céline) et si situe sur la commune de Radepont (27380), et à proximité de la commune de Pont Saint Pierre (27360). (plus d’informations).

HADOPI : c’est fini !

Le conseil constitutionnel a rejeté le principe de la riposte graduée. Attendu que “Internet est une composante de la liberté d’expression et de consommation“, et qu'”en droit français c’est la présomption d’innocence qui prime“, le Conseil rappelle que “c’est à la justice de prononcer une sanction lorsqu’il est établi qu’il y a des téléchargements illégaux“. “Le rôle de la Haute autorité est d’avertir le téléchargeur qu’il a été repéré, mais pas de le sanctionner“.
Patrick Bloche, un des principaux opposant au projet de loi à la tribune (avec Martine Billard et Jean-Pierre Brard), “exulte !”, a-t-il confié au monde. “Cette décision correspond exactement à notre position qui est de dire qu’Internet est un droit fondamental”.
Monsieur Bloche, vous n’avez pas du passer un bon dimanche… Ca va mieux aujourd’hui ?

Parions que les commentaires vont fuser sur les sites qui se sont opposés violemment à HADOPI : numerama, pcinpact, et ça va faire péter le champagne à la quadrature du net !

Décision n° 2009-580 DC du 10 juin 2009 – Loi favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet
Lire aussi notre article : HADOPI ! Protection des droits d’auteurs ou guerre industrielle ?

samedi 20 juin 2009 : kermesse des écoles place de la mairie

Ouvert à tous.
De nombreux stands de jeux, des spectacles, une exposition (“Vos enfants sont des artistes“) vous y attendent à partir de 14h.
Toutes les activités se font au profit de la coopérative scolaire, qui permet de financer les sorties scolaires et les classes transplantées.
Tirage de la tombola à 17h.
A partir de 19h, repas canadien et fête de la musique avec les professeurs de musique d’IMA.
Comme chaque année, toutes les bonnes volontés seront les bienvenues pour monter le matin et ranger le soir.
D’avance, merci à tous pour votre participation !

Orange va construire un des plus grands datacenters d’Europe à Val-de-Reuil (27100)

Altitude Telecom avait déjà installé son datacenter à Val-de-Reuil. EDF y a aussi installé son datacenter. Le choix de Val-de-Reuil s’explique à la fois par des raisons de facilité d’accès (en bordure d’autoroute, Val-de-Reuil est aussi desservi par le train), et aussi de sécurité, Val-de-Reuil se situant dans un rayon de sécurité hors de Paris.

C’est maintenant au tour d’Orange de choisir Val-de-Reuil pour y construire un des plus grands datacenters d’Europe.
Orange a acheté un terrain de 18 ha, et le premier bâtiment de 10.000 m2 devrait ouvrir ses portes dès 2012.

La raison invoquée : réduire de 20 % les émission de CO2, et diminuer de moitié la consommation énergétique. Ce sera aussi, n’en doutons pas l’occasion de moderniser le réseau, tout en réduisant tous les coûts.

Val-de-Reuil, comme toute la vallée Seine-Eure, se retrouvera donc aux confluents de 2 fleuves : la Seine qui nous borde depuis toujours, et dorénavant un fleuve de données numériques.

J’espère que toute la population profitera de cette débauche de technologie.
On voit la fibre fleurir partout dans nos villages, en profitant notamment du creusement des tranchées – réalisées notamment pour la station d’épuration de Lery (27690).

Le très haut débit sera-t-il bientôt disponible pour tous ?

Cette vidéo très pédagogique, mais en anglais, vous entraîne dans les entrailles d’un data center du géant Google. Comme on voit, la sécurité, la qualité de l’électricité et des installations, la consommation et le refroidissement sont au coeur des préoccupations des opérateurs.

Un cycliste à Paris


Bien sûr, les cyclistes n’ont pas plus de droits que les autres usagers de la route. Mais en ont-ils autant ? C’est la question…
Regardez cette vidéo d’un cycliste de 29 ans qui résume 1 an de partage de la voie publique dans Paris. C’est presque du masochisme à ce niveau ;)
Et si vous pensez que vous avez de la chance de ne pas être parisien, malheureusement, la situation est la même un peu partout. Dans les grandes villes, les moyennes villes et même dans les petits bourgs.
Vous en connaissez des endroits où les cyclistes sont respectés ?

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV