Laetitia Sanchez

Laetitia Sanchez a écrit 282 articles pour saintpierre-express

About Laetitia Sanchez

Here are my most recent posts

Let’s Make Money ou “Que font les banques de notre argent” ?

A la veille des élections européennes, le comité ATTAC Louviers vous invite à deux projections–débats avec Djilali Benamran, économiste et membre du Conseil Scientifique d’ATTAC :

LOUVIERS le 4 juin à 20h15 au Grand Forum

GAILLON le 5 juin à 20h au Cin’évasion

Dans ce film, le réalisateur autrichien Erwin WAGENHOFER (auteur de We Feed the World, que vous avez pu voir il y a un an et demi sur les écrans de la région) nous conduit sur les circuits de l’argent, souvent scabreux, voire totalement illégaux. De l’usine allemande de fabrication de chaudières industrielles délocalisée en Inde, en passant par les plantations de coton en Afrique pour aboutir à Jersey, île Anglo-normande et célèbre paradis fiscal, ce « film dénonce l’inégalité flagrante d’une machine à spolier » (Télérama).

Documentaire rude et sans concession, mais véritable œuvre de salubrité économique et publique, Let’s Make Money mérite d’être salué pour les questions qu’il pose, le constat insensé qu’il dresse, la réflexion collective qu’il appelle et les solutions que l’on doit tous trouver afin de voir notre monde changer.

A la veille des élections européennes, c’est le moment de bien choisir.

SYNOPSIS : Les banques introduisent notre argent dans le circuit monétaire international, si bien que toute personne ayant un compte bancaire participe sans le savoir au système financier mondial.
À travers les témoignages des différents acteurs de ce système, le réalisateur nous révèle les risques d’une économie sans garde-fou : paradis fiscaux, chantage économique, investissements fictifs, etc.
Ce film impressionnant montre les dérives du système libéral et ses conséquences humaines, démographiques et écologiques. Un documentaire implacable prévoyant une crise inévitable.

A savoir :
3% des hommes de la planète s’enrichissent au détriment des 97% autres ;
11 500 milliards de $ (soit 1650$ par habitant de la planète) sont cachés dans les « paradis fiscaux », soit une perte d’impôts de 250 milliards de $/an. Ces dollars seraient immédiatement utilisables pour les biens publics mondiaux destinés à l’ensemble de l’HUMANITE, tels que l’accès à l’eau, à la santé, à l’éducation.
Il y a une dizaine d’année, dans le monde, le nombre de personnes souffrant de la faim était de 850 millions, aujourd’hui il est proche du milliard. Contrairement aux engagements pris par les chefs d’état à l’ONU en 2000 de réduire ce nombre de moitié à l’horizon 2015.

Nous contacter :
tel : 02 32 40 33 32
courriel : louviers@attac.org

Filles-garçons et vice-versa

Un nouvel album sur le thème des discriminations, et plus particulièrement des discriminations sexistes.

Je félicite mes élèves de 6ème1 du collège Pierre Mendès France de Val-de-Reuil (27) pour cet excellent travail. Et souhaitons qu’il porte ses fruits auprès des enfants de maternelle, à qui il est destiné – car c’est là que tout commence ! Du rose pour les filles et du bleu pour les garçons… “Tu seras une princesse et je serai un chevalier ?

Quatre histoires illustrent le thème :

  • Filles-garçons et vice-versa” (une école où les clichés sont inversés : les filles se battent et les garçons pleurnichent…) ;
  • La Vie en bleu” (Sophia rêve de devenir footballeuse) ;
  • La Fille du feu” (pompier au féminin) ;
  • Champions du ménage !” (livrés à eux-mêmes, un père et son fils deviennent… les champions du ménage !).

Merci à ma p’tite soeur Estelle, la maîtresse des maternelles, pour cet échange !

Vive la différence !

“Vive la différence !”, c’est d’abord un album pour enfants réalisé en 2008 par des élèves de 6ème du collège Pierre Mendès France de Val-de-Reuil (27), pour d’autres enfants, plus jeunes, ceux de l’école maternelle. C’est un projet d’écriture autour du thème des discriminations, réalisé dans le cadre du projet européen de lutte contre les discriminations “Lucide”.

Les enfants ont travaillé avec leur professeur de français (moi…) et l’illustratrice Caroline Jaegy. Ils ont incarné le thème des différences en 5 histoires :

  • Léo sans tâches” (un jeune léopard né sans tâches) ;
  • Les ennemis réconciliés” (la fin de la guerre entre les loups et les huskys… grâce à l’amour !) ;
  • Grand-Boy et Mini-Girl” (le combat d’un couple “mixte” pour l’intégration) ;
  • Une rentrée difficile” (Martin l’ourson est rejeté par ses camarades : comment parviendra -t-il à se faire accepter ?) ;
  • La grille” (la rencontre de deux enfants qu’une grille de château sépare… Une histoire librement inspirée du “Joujou du pauvre” de Charles Baudelaire).

Cet album est en vente dans tous les CRDP.

“Vive la différence !”, c’est aussi une émission de radio enregistrée en décembre 2008 sur les ondes de la radio HDR, la Radio des Hauts de Rouen. J’y aborde les thèmes des formes de discriminations au collège, de la perte de mixité sociale dans les établissements ZEP, liée aux effets de la suppression de la carte scolaire et accompagnée de la proposition d’un “socle commun de connaissances”.

Une petite mise en scène sonore de l’histoire de Martin l’ourson clôt l’échange.

Merci encore à tous les animateurs sympathiques de ma radio militante préférée !

Dosuno : work in progress à Saint-Pierre du Vauvray

Notre “globe-trotteur de la bombe” est de retour sur le mur de graff’ de Saint-Pierre du Vauvray.

C’est le printemps, le désherbant est de retour !

Soleil + pluie = mauvaises herbes, c’est bien connu…

Il faut prendre le problème à la racine, et le désherbant n’est certainement pas la panacée ! Plus rapide ? Plus efficace ? Plus esthétique ? Pas si sûr.

Vous vous rappelez les vrombissements d’insectes en été, les abeilles, les papillons, les sauterelles de votre enfance ? Que sont-ils devenus ? Bien rares sont les papillons ou les abeilles que l’on peut voir aujourd’hui butiner dans nos jardins… Et avec la disparition des insectes, c’est celle des oiseaux qui suit fatalement. Quelle tristesse que cette nature devenue muette et stérile !

Quelles alternatives aux désherbants et aux insecticides ?

  • Arracher les pissenlits et les orties avec des gants (c’est l’idéal quand il vient de pleuvoir, ça part tout seul…) ;
  • Tondre l’herbe dans les endroits de passage ;
  • Laisser des zones de talus fleuri : les graminées qui dansent, c’est joli et c’est un restaurant pour les insectes !
  • Planter des vivaces, des iris (à l’automne, quand il faut nettoyer et dédoubler les bulbes), qui occuperont le terrain à la place des « mauvaises » herbes ;
  • Répandre des copeaux au pied des arbustes ;
  • Et pour les trottoirs, réparons les joints usés et optons pour le désherbage thermique (de l’eau chaude, et rien d’autre…).

Et toutes ces astuces vous laisseront certainement plus fiers et satisfaits qu’une simple pulvérisation de glyphosate dans le sol…

Lire Le Round Up, un désherbant pas si écolo !

Radios en lutte

Le dimanche 17 mai de 14h à 16h, débat autour du passage à la Radio Numérique Terrestre (RNT) et autres mises en danger des radios associatives non-commerciales, place du métro de Ménilmontant.

A l’occasion du Festival Fairplaylist des musiques écolos et équitables, à Ménilmontant, Fréquence Paris Plurielle (106.3 MHz – www.rfpp.net), membre de la coordination Radios en lutte, organise une émission en public et en plein air.

La RNT, vous en avez entendu causer ? C’est ce qui vise à remplacer la bande FM d’ici quelques années. Qu’est-ce que ça changera pour vous ? Il faudra racheter tous vos postes radios, il y aura de la pub en plus sur de petits écrans – et des radios libres en moins sur les ondes. La RNT, dont la diffusion en France devrait commencer dans l’année à venir, c’est l’application dans le domaine radiophonique d’une logique commerciale qui fait peu de cas des radios associatives, des collectifs et des personnes qui y prennent la parole, des idées, des musiques, des cultures qui s’y expriment. Mais les radios libres ne se laissent pas faire comme ça : elles ont libéré la bande FM, elles comptent bien garder leurs micros ouverts longtemps encore. Auditrices, auditeurs, animatrices, animateurs, la lucha continua !

La sono sera alimentée à l’énergie solaire, et les micros à l’énergie radio-libriste. Tout ça est en entrée libre, naturellement. On tiendra une table de presse toutes les après-midis du 13 au 17 mai à la Roulotte, sur la place du métro de Ménilmontant, pour discuter, boire des coups, écouter les concerts, parler radio…

Pour plus d’infos : http://www.rfpp.net/http://radiosenlutte.free.fr/http://www.fairplaylist.org – ou en appelant FPP au 01 40 05 06 01

Opération pastille rouge

Dès le début de son mandat, au printemps 2008, l’équipe municipale nouvellement élue a eu conscience de l’importance de la communication : cela contribuait au « lien » entre les habitants de la commune, axe fort de notre campagne.

Dans cette optique, j’ai eu l’honneur de réaliser pour nous tous, les bulletins municipaux du printemps, de l’été et de l’automne 2008.

Puis nous avons créé, Arnaud et moi, le blog municipal « Vivez Saint-Pierre ! ».

Parallèlement à cet effort de communication, un débat nous animait sur son efficacité.

Il n’était pas rare de rencontrer des gens qui ne lisaient pas le bulletin, certains déclarant même qu’il allait « direct à la poubelle, avec la publicité ! »

Photocopieur, papier, encre, énergie : tout cela est payé avec l’argent des impôts locaux et cela représente l’un des premiers postes de dépenses (environ 15000€ par an).

Dans le même temps, un audit était mené sur les dépenses énergétiques de la commune, avec la volonté de rationaliser ces dépenses.
Résultat : ce sont plus de 7000€ qui ont ainsi pu être économisés à la fin de l’année sur les différents postes énergétiques.
C’est aussi cela qui a permis de voter la non-augmentation des impôts le 30 mars dernier.

Nous souhaitions appliquer le même raisonnement dans le domaine de la communication.

Un débat a alors eu lieu autour des questions suivantes :

Le blog municipal (= 5€ par mois) doit-il se substituer complètement au bulletin papier ?
Y aurait-il une possibilité de proposer l’internet en libre-service à la mairie (comme cela a par exemple été fait dans la commune voisine Poses) ?
Dans l’idée de continuer à établir ce lien, tout en réalisant des économies, n’y aurait-il pas la possibilité de ne proposer le bulletin papier qu’à ceux qui souhaitent le recevoir ?

J’ai alors avancé l’idée de réaliser un sondage auprès de vous : pour recevoir le bulletin, il vous suffit d’appliquer une pastille rouge sur votre boîte à lettres.

On a tergiversé : fallait-il demander d’appliquer les pastilles rouges (livrées avec le bulletin) si l’on souhaitait ne pas recevoir le bulletin, ou bien alors si l’on souhaitait le recevoir ?
La deuxième option était logique : si on ne lit pas le bulletin, comment peut-on savoir qu’il faut mettre la pastille rouge pour ne pas le recevoir ?! Seuls les lecteurs pouvaient apposer cette pastille, ce qu’ils ont fait.

Nous avons distribué ces pastilles dans 2 quartiers (Les Matrais, quartier Portejoie-Amoureux-Digue). Dans ces quartiers, la distribution des pastilles rouges a été extraordinairement bien suivie : au point que certains ont apposé, à côté de la nôtre, une pastille beaucoup plus imposante, s’étonnant sans doute de ne plus recevoir le bulletin !

Ailleurs, la distribution a été « boycottée ». On y a fait l ‘économie des pastilles. On y a aussi fait d’ailleurs l’économie des bulletins…

Mais s’il n’y a plus de bulletins, pourquoi continuer à payer 10.000 € par an pour une machine de reprographie si l’on n’a besoin que d’une imprimante laser et d’une photocopieuse ?

Carnaval de printemps à Saint-Pierre du Vauvray

Un samedi matin de fête à Saint-Pierre !

Ce 11 avril 2009, les enfants des écoles avaient revêtu de jolis costumes confectionnés avec leurs enseignants sur le thème de la nature et du printemps. Pendant plus d’une heure, un défilé de couleurs égaya le centre du village au rythme des percussions de l’école de musique de Val-de-Reuil.

Parents et enfants remercient tous les participants, et surtout, surtout : un ban et des remerciements chaleureux et spéciaux à tous les musiciens qui ont su rendre cette matinée extraordinaire !

Un troisième graffeur à Saint-Pierre ?

Le 27 mars 2009 s’est ouverte une exposition inédite au Grand-Palais : pour la première fois, l’art de la rue pénètre au sein de l’institution culturelle parisienne !

Ce sont 300 oeuvres des plus grands graffeurs internationaux qui seront exposées jusqu’au 26 avril 2009.

Par essence éphémères, leur semi-clandestinité en fait tout le charme … quand on les apprécie ! Certains graffeurs échappent aujourd’hui à la rue et se retrouvent dans les galeries, et maintenant au Grand Palais.

Vous avez peut-être suivi les épisodes de notre feuilleton local : « Melk et Dosuno » ?

Vous voyez le mur du terrain de sport ? Oui, celui que l’on voit du pont. Vous avez donc sans doute remarqué les graffs colorés qui depuis plusieurs mois ornent ce mur. Ces graffs sont signés Dosuno, un jeune graffeur d’Evreux, « globe-trotter de la bombe », dont les graffs ornent de nombreux murs jusqu’à Barcelone.
Or, depuis l’hiver, un tagueur local, qui signait « Melk » ses nombreux tags sur les murs de la commune, a renoncé à cette forme d’expression un peu basique pour s’inviter au dos du mur de Dosuno.
Après des débuts un peu maladroits, le style s’élabore et une nouvelle signature apparaît : Moa.

Qui est Moa ? Est-ce la nouvelle signature de Melk ? Est-ce Dosuno qui reprend possession du territoire ? Est-ce un nouveau graffeur ?

Nous menons l’enquête…
La suite au prochain épisode !

Vive l’impertinence !

stephane-guillonQue manque-t-il à nos hommes et femmes politiques d’aujourd’hui pour remuer les foules, susciter l’espoir et l’adhésion ?

Où sont passés les penseurs ? A gauche comme à droite, il n’y a plus que des communicants.

C’est à qui fera le plus de buzz ou piquera les formules des autres dans ce nouveau système à la mode qu’on appelle la « triangulation » : c’est Chirac élu sur le thème de la fracture sociale ; c’est Sarkozy « Président du pouvoir d’achat » pendant que Ségolène Royal chante la Marseillaise… enfin c’est Le Pen récupérant Jaurès !

La langue de bois est passée de mode : vive la « langue d’acier » !

C’est sans aucun problème que l’on peut dire une chose et faire son contraire.

Dans ce contexte, rien n’est plus rafraîchissant que l’impertinence, cet irrespect revendiqué qui a fait le succès des Guignols de l’Info, de Daniel Cohn-Bendit… ou de Stéphane Guillon !

Mais comme disait déjà Coluche : “L’irrespect se perd” !

L’humour grave et compassé de certains nous fait bailler d’ennui. Nourrie au biberon de France Inter, je m’y suis emmerdée à une certaine époque où l’on n’y entendait plus qu’un ronron consensuel et bien-pensant.

Nommé par le Chef de l’Etat (même plus besoin d’attendre la décision du CSA…), Jean-Luc Hees, qui sera vraisemblablement le futur PDG de la radio de service public, ne doit pas se comporter en courtisan servile.

Et si l’esprit critique doit s’appeler impertinence… alors nous croyons à sa pertinence !

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV