Laetitia Sanchez

Laetitia Sanchez a écrit 282 articles pour saintpierre-express

About Laetitia Sanchez

Here are my most recent posts

dimanche 20 septembre 2009 : Journée du Patrimoine et Saint-Foutin

Les Journées du Patrimoine, c’est l’occasion de découvrir l’histoire “Extraordinaire, Merveilleuse, Mystérieuse et… méconnue” de la rue du Moulin à Andé.
Rendez-vous au Port du Ruissel (au bas de la rue du Moulin) à 13h30.

A Saint-Pierre, c’est aussi la Saint-Foutin – place des Marronniers au Vieux Rouen à partir de midi : amenez votre pique-nique (barbecues disponibles sur place) ; animations ; package apéritif-dessert-café pour 2€50 – Réservation au 02 32 61 03 62 (avant 15h) ou au 02 32 61 00 27 (après 15h).

Restaurant scolaire : menu de la semaine du 14 au 18 septembre 2009

Bonjour à tous les parents d’élèves de Saint-Pierre du Vauvray.
Nous inaugurons une rubrique : restauration scolaire.
Pourquoi faire ? Il est important pour nous, parents, de savoir ce que nos chérubins ont mangé à l’école, afin de composer au mieux des repas équilibrés le soir.
Pour les parents de l’école maternelle, c’est facile, le repas est affiché sur la porte vitrée à l’entrée de l’école.
Pour les parents de la primaire, c’est déjà moins facile : le panneau d’affichage, à l’écart des lieux de passage des parents, n’est pas consulté.
Et puis il y a les parents dont les enfants prennent le car scolaire.
A tous ceux qui ont oublié de consulter le menu, ou qui n’en ont pas eu la possibilité, voici le menu de la semaine :

lundi 14 mardi 15 jeudi 17 vendredi 18
  • concombre vinaigrette
  • spaghetti bolognaise
  • entremet vanille
  • saucisson ail et beurre
  • nuggets de volaille
  • haricots beurre
  • fruit de saison
  • oeuf mayonnaise
  • rôti de porc au four
    lentilles-carottes
  • fromage
  • fruit de saison
  • salade de tomates
  • carré de merlu à la crème
  • pommes vapeur
  • poire au sirop

Lancement de l’Agenda 21 de l’agglomération Seine-Eure (CASE)

les élus de la communauté d'agglomération Seine-Eure (CASE) ont décidé de placer le développement durable au coeur de ses politiques et de ses projetsPendant un an, les habitants, les associations, les élus, les entreprises se sont mobilisés pour donner corps à l’Agenda 21 du territoire Seine-Eure. Il est temps de découvrir le résultat de cette large concertation…

L’Agenda 21 appartient à toutes celles et ceux qui lui ont donné et vie et qui vont accompagner son existence…

Voté à l’unanimité par le conseil communautaire du 28 mai 2009, l’Agenda 21 trace une feuille de route pour l’agglomération et les acteurs locaux qui veulent faire du développement durable une réalité sur le terrain.

Ce projet de territoire durable s’est construit petit à petit, grâce à l’implication de chacun, au rythme des enquêtes, réunions et ateliers publics qui ont mobilisé plus de 470 habitants, associations, entrepreneurs, d’avril à décembre 2008.

Cet Agenda 21 résulte ainsi de la participation de très nombreuses parties prenantes : au sein de l’agglomération, sur le territoire ainsi qu’à l’échelle régionale.

Nous sommes invités à venir nombreux à la soirée de lancement de l’Agenda 21 de l’agglomération Seine-Eure prévue le jeudi 10 septembre 2009 à 18 h 30 au Grand Forum à Louviers.

La conférence/débat sera suivie d’un cocktail dînatoire éthique et de la projection du film documentaire “La 11e heure” réalisé par Leila Conners Petersen et Nadia Conners.

L’agenda 21, c’est 21 chantiers qui se répartissent sur les quatre défis:

Défi n°1:

  • Mener une politique d’accompagnement et d’accès de tous aux services au public
  • Transmettre et valoriser les savoir-faire
  • Impulser une dynamique de mise en réseau du tissu associatif sur le territoire
  • Favoriser la prévention santé
  • Valoriser le caractère cosmopolite du territoire

Défi n°2:

  • Mettre en place une politique d’accompagnement des activités économiques, dans le respect des enjeux du Développement Durable
  • Favoriser le développement d’activités du secteur de l’économie sociale et solidaire
  • Renforcer l’attractivité des parcs d’activités
  • Favoriser l’artisanant et la filière de l’écoconstruction
  • Promouvoir un développement touristique durable adapté au tourisme de passage et de proximité

Défi n°3:

  • Elaborer un Plan Climat Energie Territorial
  • Intégrer les enjeux du Développement Durable dans l’aménagement du territoire, l’organisation des sols et la construction
  • Maintenir et développer l’agriculture périurbaine
  • Favoriser le développement de modes de transports alternatifs au “tout voiture”
  • Renforcer la sensibilisation à la gestion des déchets

Défi n°4:

  • Affirmer l’exemplarité de l’agglomération et des communes
  • Renforcer les liens entre les citoyens et l’agglomération
  • Renforcer l’identité intercommunale du territoire
  • Faire vivre l’Agenda 21
  • Renforcer le sentiment d’appartenance au territoire par une meilleure connaissance de ses caractéristiques

cliquez ici pour en savoir plus

TEMPS LIBRE vous propose une nouvelle activité : ACTI’MARCH

Temps Libre souhaite proposer une nouvelle activité 'Acti’March'ACTI’MARCH est un programme personnalisé de marche, à l’attention principalement des personnes désireuses de retrouver la forme ou de la garder. Ou bien qui souhaitent perdre du poids.

Une réunion d’information est prévue le mercredi 9 septembre, à 18h30, à la salle des fêtes de Saint-Pierre du Vauvray.

En fonction du nombre de personnes intéressées, cette activité sera mise en place à la rentrée sportive 2009.

Venez nombreux !

Site de l’association, leur écrire : libretemps@free.fr.

Démissions à l’association “Saint-Pierre pour tous”

Au cours de l’assemblée générale du 4 septembre 2009, trois membres du bureau de l’association (et pas des moindres) ont annoncé leur démission : la présidente Ingrid Lasgi, le vice-président Olivier Poncelet et la trésorière Véronique Soetewey.
A ce jour, l’association compte encore 89 adhérents.
La trésorière a fait le bilan financier de l’association, avec un solde positif de 1.139,66€.
Les activités de la Saint-Foutin, du Marché de Noël, de la soirée Moules-Frites, du train aux œufs de Pacy-sur-Eure, de la Foire à Tout et du tournoi de pétanque ont été bénéficiaires.
Seul point noir, le solde de la Fête de l’Eau et de la Peinture reste à ce jour négatif, en dépit des 3.500€ de subventions versées par la municipalité. A ce jour, les subventions de la CASE n’ont toujours pas été versées à l’association. Il manquerait encore au dossier les factures de l’assurance et des barnums adressées à la mairie.
Peut-être aussi que le fait que la CASE souhaitait que la Fête de l’eau se déroule en bord de Seine, afin de valoriser la halte fluviale aménagée à grands frais par la communauté d’agglomération, n’aide pas à accélérer la finalisation du projet ?
On ne peut pas reprocher aux membres de l’association quelque faute que ce soit, c’est un projet partagé entre la mairie, maître-d’œuvre, l’association chargée de la mise en oeuvre (et ils l’ont fait avec coeur !) et les habitants, pour mettre en valeur les atouts de notre beau village.
Et on le voit dans cet article, l’association et ses membres ont réalisé des prouesses pour accueillir au mieux les visiteurs. Arnaud en témoigne pour avoir aidé, avec les membres de Saint-Pierre pour tous, à démonter les barnums, l’ambiance était là : bonne volonté et bonne humeur régnaient…
Pour ce qui était de la journée, nous avons pris beaucoup de plaisir à nos rencontres, et notamment à effectuer une promenade en calèche inoubliable. Merci à l’association « le Chemin du Halage », à la yole de Bantry de l’association « Batel’eure », aux kayaks de Louviers, à tous ceux qui font vivre le remorqueur « La Fauvette », à l’Atelier d’Arts plastiques, à L’Apure et à ses mariniers, aux associations IMA et Temps libre… J’en oublie sûrement : n’hésitez pas à remercier ceux qu’on a oubliés en commentaire !

A ce jour, restent membres du bureau de l’association : Mmes Muriel Pionnier et Chantal Clément, conseillères municipales. Quant à Mme Tatiana Vitoux, femme de M. Pascal Schwartz, conseiller municipal, elle accepterait aujourd’hui de prendre le poste de présidente laissé vacant, regrettant que les choses se passent de la sorte, et parce qu’on le lui a demandé… Aucune autre candidature n’a été déclarée pour les autres postes vacants.
Le maire a rappelé que la municipalité continuerait à soutenir les associations – en prêtant le barnum, les tables et les chaises de la municipalité pour la Saint-Foutin le 20 septembre prochain au Vieux-Rouen.

Le 20 septembre, rendez-vous pour la Saint-Foutin sous les marronniers du Vieux Rouen.

Bonne rentrée à Saint-Pierre du Vauvray

l'école en pyjama, avec ou sans fièvre © Martin VidbergÇa sentait bon le cartable neuf ce matin à l’école des Coteaux et à l’école Jean Récher.

Première rentrée pour les maternelles, entrée au CP, changement de maîtresse : la nouveauté était au rendez-vous pour tous !

Et pis ce sont les copains et les copines qu’on retrouve, bisou par-ci, bisou par-là, et bla-bla “alors les vacances ?” : elles sont déjà loin pour nos chérubins les consignes toute neuves contre la grippe A !

Personnel au complet et ravi, un nouveau car flambant neuf : on en redemande !

Quelles activités pratiquer à la rentrée à Saint-Pierre du Vauvray ?

Notre commune a la chance d’être animée par de nombreuses associations.
Artistes ou sportifs, jeunes ou moins jeunes, il y en a pour tous les goûts !

  • S’initier à la musique ou pratiquer un instrument : l’association IMA propose des cours à partir de 3 ans.
    Sous forme de jeux, les petits découvrent progressivement le monde de la musique et les différents instruments.
    A partir de 6 ans, les enfants et les adultes peuvent prendre des cours de piano, de flûte, de guitare, de batterie.
    Lire aussi : Les fêtes d’IMA : il y a de la joie !
    Assemblée générale et inscriptions le mardi 8 septembre 2009 à 18h30 à la salle des fêtes de Saint-Pierre du Vauvray.
    Renseignements : Sophie Fontaine 02 32 61 16 56
  • L’Atelier d’Arts plastiques propose des cours adultes et enfants le mercredi après-midi.
    Renseignements : Patricia Dubreuil 06 37 34 33 11
  • Le club de Football : entraînement adultes et enfants (mercredi après-midi et samedi matin pour les matchs).
    Lire aussi : Des Saint-Pierrois au Stade de France
    Renseignements : Didier Labbé 02 32 54 01 76
  • Le Judo et les arts martiaux : à tous les âges, venez pratiquer les arts martiaux et la gymnastique chinoise.
    Renseignements : le site web du jvi
  • La gymnastique et la marche active pour tous les âges.
    Renseignements : le site web de l’association Temps Libre
  • Le club des Anciens cherche un nouveau président !
    Renseignements : Fernand Delcourt 02 32 59 83 18
  • L’association “Saint-Pierre pour tous” propose des animations aux habitants du village tout au long de l’année (Saint-Foutin, Marché de Noël, ateliers cuisine ou informatique…)
    Assemblée générale le vendredi 4 septembre 2009 à 18h30 à la salle des fêtes de Saint-Pierre du Vauvray.
    Renseignements : saint-pierre-pour-tous@aliceadsl.fr
  • Danse Harmonie : le mardi et le jeudi.
    Renseignements : M. Fréneau 06 03 50 88 84

Rappelons que les associations n’existent que grâce aux bénévoles qui les font vivre.
Vous aimez vos associations ? Donnez-leur un peu de votre temps…

Fin du stage d’été à l’école de Saint-Pierre du Vauvray

C’est dans la joie et la bonne humeur que le stage d’été s’est terminé ce vendredi 28 août. Après une semaine combinant révisions le matin et découvertes sportives l’après-midi, parents et enfants se sont retrouvés… sur le tatami !
Les enfants ont montré à leurs parents les progrès accomplis pendant la semaine, et nous nous sommes rendu compte de l’intensité qu’exige le judo !

Rendez-vous dans vos clubs sportifs à la rentrée, pour les petits et pour les grands.

C’est promis, cette année, on fait du sport !

Plus d’informations sur votre club de judo.

Portrait d’une femme engagée aux côtés des migrants

genevieveL’oeil pétillant, le sourire généreux, Geneviève est une femme qui s’est toujours engagée pour les autres. Pionnière du Planning Familial dans les années 70, elle consacre aujourd’hui beaucoup de son temps à aider les migrants et les réfugiés. Bénévole à la Cimade, elle nous parle de son engagement.

Quand et comment est né ton besoin de t’engager ?
J’ai toujours été militante, au sein de différentes associations.

Pourquoi as-tu choisi de rejoindre la Cimade ?
Je ne connaissais pas le milieu des migrants. J’avais envie d’aller voir ce qu’il y avait derrière l’image de délinquants (“Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants” ndlr) véhiculée par certains médias ou par les hommes politiques. Je pense au lapsus d’Eric Besson, le ministre de l’Immigration, invité de France Inter en avril dernier, qui dit “délinquants” à la place de “migrants”! (à réécouter sur le blog de MEDIAPART).

Qu’est-ce que la Cimade ? En quoi consiste votre action ?
La Cimade est une organisation non gouvernementale qui aide, lors de permanences, les étrangers dans leurs problèmes avec la préfecture, pour l’obtention de leur titre de séjour.
Elle intervient aussi en « centre de rétention » : ces centres regroupent les étrangers en situation irrégulière, c’est-à-dire sans papiers, arrêtés et que les préfectures se proposent de reconduire dans leurs pays. Ce sont les fameux « quotas » d’étrangers à reconduire, fixés par le Ministre des 3I (Immigration, Intégration, Insertion). La Cimade y intervient depuis 1985. Aujourd’hui, dans les 23 centres de rétention administrative (CRA) de métropole, près de 100 personnes salariés et bénévoles exercent auprès des étrangers, une mission d’aide à l’exercice de leurs droits. Des bénévoles interviennent aussi dans les CRA de Guyane et de Mayotte.

Peux-tu rappeler ce que sont les Centres de rétention administrative ?
C’est un endroit où on enferme les personnes qui doivent être expulsées. Après une garde à vue dans les deux premiers jours, les personnes sont placées en rétention. Dans les deux premiers jours qui suivent leur arrestation, elles doivent rencontrer le Juge des Libertés et de la Détention, qui vérifie la régularité de leur arrestation. Les étrangers ont également droit, et la CIMADE les y aide, à déposer un recours contre la décision préfectorale de reconduite à la frontière. Nous les informons sur leurs droits et les aidons à récupérer les pièces à fournir pour faire valoir leurs droits dans un temps très court et dans un lieu d’enfermement. Bref, nous nous efforçons de garantir que la « légalité républicaine » soit toujours et pour tous respectée.
Dans les centres de rétention, nous exerçons donc un rôle d’aide juridique auprès des « retenus» (on ne dit pas « détenus» , ils ne sont pas en prison).
Localement, nous avons mené, il y a deux ans, une enquête dans les tribunaux, en assistant aux audiences (publiques) des étrangers en rétention avant le renvoi dans leurs pays (vérification de la régularité de leur arrestation et de leur droit à rester sur le territoire français et à obtenir un titre de séjour).

Peux-tu nous en dire un peu plus sur la réforme des centres de rétention administrative ?
Jusqu’à présent la Cimade était la seule association qui, dans le cadre d’une mission nationale, était habilitée à intervenir dans les centres de rétention administrative (les CRA). La réforme engagée n’est pas faite pour améliorer la défense du droit des étrangers : la France est divisée en 8 lots affectés à différents associations, dont les objectifs sont différents. Aucune coordination nationale n’est prévue pour assurer l’égalité de traitement entre les différents lots.
La Cimade a déposé divers recours ; un premier appel d’offre a été retiré. Un nouvel appel d’offre a été publié obligeant le ministère à prolonger la mission de la CIMADE de plusieurs mois.
L’association a contesté l’appel d’offres au motif qu’il dénature l’aide apportée aux étrangers dans les CRA en transformant le soutien juridique en une simple mission d’information. En plus il introduit une inégalité de traitement entre les étrangers, en fonction de l’association qui interviendra dans le Centre de rétention où ils seront retenus et supprime la vision d’ensemble de la politique de rétention en France.

Lire aussi RUE 89 : Centres de rétention, le faux-nez de l’UMP devra encore attendre !

Motion de l’assemblée générale de la Cimade du 20 juin 2009 sur le projet de réforme de la juridiction administrative :

UN NOUVEAU RECUL POUR L’ACCES AU DROIT
Le Conseil d’Etat entend faire adopter une réforme de la juridiction administrative qui aurait pour effet de réduire considérablement les garanties de procédures pour plusieurs catégories de justiciables, dont les étrangers en situation irrégulière.

Dans un souci de productivité, la réforme initiale visait à réduire la collégialité des formations de jugement, à supprimer le rapporteur public et à diminuer le nombre de requêtes soumises au juge par la possibilité pour les cours administratives d’appel de rejeter les dossiers par ordonnance, autrement dit sans que l’étranger ne soit entendu par le juge.

La mobilisation des magistrats et de leurs organisations syndicales a permis que le Conseil d’Etat fasse marche arrière concernant le juge unique. Mais la modification du rôle du rapporteur public et les possibilités de rejet au tri des appels formés contre les décisions d’obligation de quitter le territoire français (Oqtf) restent inacceptables.

Comme La Cimade l’avait annoncé en son temps, la création de l’obligation de quitter le territoire français, applicable depuis le 1er janvier 2007 a déjà fortement restreint les droits des étrangers en diminuant les possibilités de recours : délai de recours d’un mois seulement alors que l’intéressé doit contester trois mesures à la fois, recours gracieux et hiérarchiques inefficaces dans la mesure où ils ne suspendent plus le délai du recours contentieux, possibilité pour le tribunal administratif de rejeter les requêtes sans audience. La mise en place de l’Oqtf n’a répondu ni à l’objectif fixé par le législateur d’amélioration du taux d’exécution des mesures d’éloignement, ni à un désengorgement des juridictions.

La réforme envisagée représente un nouveau recul en termes d’accès à la justice et de droit de la défense pour des justiciables déjà fragilisés. Elle se rajoute à d’autres restrictions inquiétantes du droit des étrangers (comme la réforme des centres de rétention).

Devant ces dérives inquiétantes, la Cimade, réunie en assemblée générale à Paris le 20 juin 2009, s’associe aux syndicats de magistrats qui s’opposent à ce projet.

WELCOME ! C’est ce qu’il y a d’écrit sur le paillasson du voisin de palier de Simon. Et pourtant c’est ce même voisin qui va le dénoncer aux autorités française pour avoir héberger 2 migrants kurdes en route pour l’Angleterre. C’est l’histoire de ce film, l’histoire d’une solidarité, d’un homme qui tenter d’en aider un autre. La pari est fou, Simon va aider Bilal à traverser la Manche à la nage afin qu’il puisse rejoindre, en Angletterre, sa fiancée et une vie qu’il imagine meilleure. Au delà de cette histoire singulière, c’est la question des flux migratoires en Europe qui est posée, des ces hommes qui fuient leur pays pour une certaine idée de l’Europe, qui au final les traitera avec inhumanité.
C’est autour de ce thème que le public du cinéma de Val-de-Reuil a pu débattre, après la projection du film le 7 mai dernier, avec Hélène Flautre, députée « Verte » européenne à la sous-commission aux droits de l’homme (…la sous-commission !!!) et avec Emmanuel Courcol, le scénariste du film. Difficultés administratives et directives européennes, asile politique, question humanitaires et humaines, politique d’immigration, etc… ont alimenté un débat passionnant qui s’est prolongé dans le hall du cinéma autour d’une collation offerte par l’association « Pour faire briller les étoiles ».
Benoît Geneau

La rentrée scolaire approche : pensez aux aides !

Pour vous aider à financer la scolarité ou les études de vos enfants, plusieurs types d’allocations et de bourses existent. Attention à bien respecter bien les délais !

L’allocation de rentrée scolaire

L’allocation de rentrée scolaire (ARS) est versée sous condition de ressources par la caisse d’allocations familiales aux parents d’enfants de 6 à 18 ans, dès le premier enfant.
Si vous ne recevez pas ou plus de prestations de la Caf, retournez à votre Caf un dossier de demande d’allocation de rentrée scolaire avant le 15 juillet pour percevoir l’allocation fin août. Plus vous tardez, plus le versement de l’allocation s’éloignera de la rentrée. Pour les enfants de 16 à 18 ans, vous devez retourner à votre Caf une déclaration de situation justifiant de leur scolarité ou de leur apprentissage.

Si vous percevez déjà des prestations de la Caf sous conditions de ressources vous n’avez aucune autre démarche à effectuer. La Caf vous versera automatiquement l’ARS si vous y avez droit. Renseignez-vous et vérifiez le versement.

Pour la rentrée 2009-2010, le montant de l’ARS dépend de l’âge de l’enfant. Il est de :

  • 280,76 € pour un enfant de 6 à 10 ans,
  • 296,22 € pour un enfant de 11 à 14 ans,
  • 306,51 € pour un enfant de 15 à 18 ans.

Vos ressources en 2007 doivent être inférieures à certains plafonds, variables en fonction du nombre d’enfants à charge : moins de 22 321 € (revenus nets 2007) pour un enfant, de 27 472 € pour 2 enfants et de 32 623 € pour trois enfants (+ 5 151 € par enfant en plus).

Les bourses de collège

Elles sont attribuées aux élèves de la sixième jusqu’à la troisième, d’établissements publics ou privés ayant passé une convention avec l’État.

Vous devez retirer un dossier de demande de bourse auprès du chef d’établissement de votre ou vos enfants dès la rentrée scolaire. Les dossiers doivent être déposés impérativement avant le 2 octobre 2009.

Pour l’année 2009-2010, leur montant est de 79,71 €, 220,85 € ou 344,85 €/an selon les ressources de la famille. Elle est versée trimestriellement en trois fois, le premier versement intervenant souvent en fin de premier trimestre (décembre).

Votre revenu fiscal de référence en 2007 devait être inférieur à un plafond, variable suivant le nombre d’enfants à charge. Ainsi, pour vous donner droit à la bourse de 344,85 €, votre revenu fiscal de référence en 2007 doit être inférieur à 2 505 €/an + 30 % par enfant supplémentaire à charge. La bourse de 220,80 € est attribuée aux personnes dont le revenu fiscal de référence figurant sur l’avis d’imposition est inférieur à 7 099 € + 30 % par enfant à charge. Enfin, la bourse de 79,71 € est allouée aux personnes dont le même revenu est inférieur à 13 133 € + 30 % par enfant à charge.

Les élèves internes attributaires d’une bourse du collège bénéficient d’une prime à l’internat. Son montant annuel était fixé à 239,64 € pour 2008-2009.

Les bourses de lycée

Les bourses de lycée sont attribuées aux élèves de la seconde jusqu’à la terminale, d’établissements publics ou privés ayant passé une convention avec l’État.

Pour l’année 2009-2010, la demande devait être déposée avant la fin du premier trimestre 2009.

Cependant, les parents dont la situation a changé, et notamment les conditions de ressources (suite à une perte d’emploi, par exemple), peuvent faire une demande de bourse provisoire à la rentrée.

Retrait du dossier en janvier 2009 : Pour l’année 2009-2010, votre enfant a dû retirer, dans le courant du mois de janvier, auprès du secrétariat de l’établissement qu’il fréquente, un dossier de demande de bourse. Celle-ci sera attribuée par l’inspection académique pour l’année suivante. Le dossier doit être remis avant la date fixée de fin de dépôt.

Tous les ans est fixé un montant de part de bourse. Pour l’année 2009-2010, ce montant est de 42,57 €. Selon vos ressources et les charges de la famille, vous pouvez vous voir attribuer de trois à dix parts de bourse, soit entre 127,71 € et 425,70 € par an.

Elles sont versées en trois fois, généralement en fin de trimestre.
À ces parts de bourse peuvent s’ajouter des primes (uniquement si vous êtes boursier). Notamment une prime d’entrée en classe de seconde, première, terminale, de 217,06 €, versée en une seule fois en début d’année.

Conditions d’attribution : À chaque situation familiale correspond un certain nombre de points dits de charge. À chaque total de points de charge correspond un plafond de ressources qui détermine le droit à bourse.

Exemple : une famille avec un enfant à charge totalise 9 points de charge. S’ajoutent 1 point pour le deuxième enfant à charge, 2 points pour chacun des troisième et quatrième enfants à charge…

Les aides ponctuelles

Vous vous retrouvez au chômage, votre conjoint décède, et vous devez faire face à de soudaines difficultés financières, des solutions existent pour permettre à vos enfants de continuer leur scolarité dans des conditions viables.

Dans chaque lycée ou collège, le fonds social collégien et lycéen vous aide à assumer les dépenses, parfois élevées, de scolarité et de vie scolaire : frais d’internat, de demi-pension ou de transport et de sorties scolaires, achat de vêtements de travail, de manuels et de fournitures scolaires…

Il existe également un fonds social pour les cantines, qui peut vous permettre de faire face à tout ou partie des dépenses relatives aux frais de restauration.

Le chef de chaque établissement informe les intéressés des modalités d’attribution de ces aides.

Les bourses d’enseignement supérieur

La bourse de cycle est réservée aux étudiants des 1er et 2e cycles universitaires.

Les demandes doivent être faites avant janvier. Les étudiants qui n’ont pas effectué les formalités nécessaires au printemps (pour un motif valable !) ont encore la possibilité de se connecter dès la rentrée, jusqu’à la mi-octobre environ, pour faire une demande de bourse.

Pour la rentrée 2009 : Les étudiants se sont connectés sur le Minitel ou sur Internet à partir du 15 janvier et jusqu’au 30 avril pour l’année universitaire suivante. Les adresses et codes d’accès leur sont délivrés dans les Crous et les établissements, qui doivent mettre à leur disposition des ordinateurs et des Minitels.

En juillet, ils reçoivent un avis conditionnel de bourse. À la rentrée, ils doivent faire remplir cet avis par leur établissement et le retourner au service d’attribution des bourses pour qu’elle puisse être versée.

L’aide au mérite

L’aide au mérite remplace la bourse sur critères universitaires et la bourse de mérite depuis la rentrée 2008. Elle s’adresse aux étudiants, futurs boursiers ou boursiers sur critères sociaux ayant obtenu la mention “Très bien” au bac, quelle que soit la formation supérieure envisagée, et aux étudiants inscrits à un master figurant sur la liste des meilleurs diplômés en licence. L’aide au mérite est dans ce cas-là un complément de bourse.

Les étudiants méritants, non boursiers sur critères sociaux, mais dont la famille n’est pas imposable sur le revenu, la reçoivent en tant que bourse principale. Ce dispositif est appelé Sésame.

D’un montant de 1 800 € par an, elle est versée automatiquement aux étudiants boursiers.

La bourse de mérite accordée aux étudiants, avant l’année universitaire 2008-2009, continue à leur être versée.

L’allocation d’études

L’allocation d’études, est destinée aux étudiants rencontrant des difficultés particulières et dont la situation individuelle n’a pas pu être prise en compte dans le cadre du dispositif boursier classique.

Les commissions académiques d’allocations d’études, qui accordent ces allocations après enquête sociale, reconnaissent que les problèmes financiers peuvent être de nature à perturber la réussite des études.

Cette allocation tente de répondre aux situations d’urgence ; elle peut donc être délivrée à tout moment de l’année universitaire.

Il faut, pour en bénéficier, adresser un courrier au Crous de votre académie, qui vous retournera un dossier à remplir. Les montants sont calqués sur les échelons des bourses, de 1 à 5. Le nombre des allocations est contingenté et fixé par chaque académie.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV