Jérôme Bourlet

Jérôme Bourlet a écrit 51 articles pour saintpierre-express

About Jérôme Bourlet

Here are my most recent posts

Les grévistes de l’entrepôt Pallio de Saint-Pierre du Vauvray s’expliquent…

[caption id="attachment_2197" align="alignleft" width="240" caption="Salvador, Didier, Cypriaque, Rosa-Marie et Mauricette expliquent leur revendication"]Salvador, Didier, Cypriaque, Rosa-Marie et Mauricette expliquent leur revendication[/caption]

C’est par une matinée d’été bien grise que nous avons rencontré les cinq grévistes de l’entrepôt «Pallio» à Saint-Pierre du Vauvray. Le désespoir causé par les licenciements économiques était palpable.

Salvador Da Silva a commencé à travailler pour Labelle en 1966. Il avait 16 ans et vivait alors au Vieux Rouen. C’était son premier emploi. Presque toute sa carrière, Salvador l’a faite au bureau d’études. Depuis le rachat de Labelle, il a travaillé au bureau, puis en usine. Ensuite il a assumé des fonctions commerciales, et enfin travaille maintenant à l’entrepôt de Saint-Pierre. Salvador a travaillé 43 ans sur ce site.
Didier Moulin a 48 ans. Embauché le 3 août 1976 (« c’était un mardi », nous dit-il) comme emballeur, il travaille pour l’entreprise Labelle depuis 33 ans. Comme Salvador, Didier a commencé à 16 ans. Et lui aussi n’a connu qu’une seule entreprise.
Cyriaque Prevost, 44 ans, travaille ici depuis 1982. Entré comme assistant, il est depuis 10 ans responsable d’entrepôt. Pour tous c’est plus ou moins la même histoire, et pour Cyriaque, il s’agit aussi de son premier emploi, qu’il assume dans la jovialité depuis 27 ans.
Rosa-Marie Buarte, elle aussi Saint-Pierroise, et magasinière depuis janvier 1982. Chez Labelle, devenue au long des rachats, Labelle du Vauvray, puis Tachon et enfin Pallio.
Mauricette Bucket est préparatrice des commandes depuis 1987. Elle a un parcours un peu atypique par rapport aux autres, puisqu’elle a déjà été licenciée économique en 2005. Mais elle sera réembauchée en 2008, toujours comme préparatrice des commandes.
Pour toutes ces personnes, la nouvelle est tombée comme un coup de massue le 17 juin 2009 : licenciement économique !
« Nous ne comprenons pas », nous dit Rosa-Marie, « il y a 6 mois, on nous a demandé de faire des heures supplémentaires, le soir et le samedi. Et là on nous licencie, alors qu’il y a 6 mois de travail dans cet entrepôt ! »
Effectivement, il reste 80.000 paires de chaussures dans l’entrepôt de Saint-Pierre du Vauvray. Qu’il faudra trier, ranger, emballer et qu’il faudra préparer pour les commandes.
« Ce que nous voulons c’est finir notre travail correctement ! », nous assure Mauricette.
C’est le sentiment que l’on a quand on les rencontre. Tous les cinq sont d’une grande gentillesse. Ils ne manifestent aucune colère, qui serait pourtant compréhensible. Pour défendre leur travail, ils se sont mis en grève. Pour qu’on les laisse finir leur mission.

Mais est-ce une priorité des décideurs économiques de Pallio ?
Un peu d’histoire vous permettra de comprendre un peu mieux cette entreprise. En 2003, la SA CHAUSSURE LABELLE, en redressement judiciaire, est rachetée par un groupe d’industriels portugais, aidés financièrement par des fonds d’investissement de l’état Portugais. Des erreurs stratégiques n’ont pas permis de stabiliser l’entreprise qui affiche toujours autant de perte.
En 2008 par un jeu de participation que seul les mécanos de la finances apprécient, l’entreprise passe au main du groupe Aerosoles (une des plus grandes fabriques de chaussures du Portugal Aerosoles). Mais la situation financière de ce groupe est délicate et en avril 2009, la viabilité de Aerosoles nécessite une injection immédiate de 11,5 millions d’euros au niveau du Portugal. En France, la filiale Pallio ne se porte pas mieux car elle a subit 5 millions d’euros de perte sur l’année 2008.
Dans ce jeu où les millions défilent, le problème soulevé par les ouvriers de Saint-pierre et leur conscience professionnelle semblent être oublié, et il y a de quoi se sentir trahis et incompris.

Tous ont passé leur vie dans cette entreprise, et ils connaissent les difficultés du secteur d’activité. Chacun et chacune sait que le licenciement est inéluctable. Mais ils ne comprennent pas pourquoi ce stock énorme de chaussures serait envoyé pour être traité ailleurs, alors qu’ils ne demandent qu’à le faire. C’est une question de conscience professionnelle et d’honneur. Il veulent tous quitter l’entreprise lorsque cette ultime mission sera finie. Tout sera rangé, proprement, dans l’entrepôt comme dans leur vie. En leur volant ce dernier travail, c’est leur vie qu’on leur vole.

Lorsque nous quittons le groupe, les filles qui jusque là avait contenu leurs larmes pour nous afficher des sourires, n’ont pas pu résister à se sécher les yeux. C’est une journée d’été bien grise…

Consommation abusive d’adjoints

logo_vertsGROUPE LOCAL DE VAL DE REUIL/LOUVIERS/GAILLON
Communiqué de Presse du vendredi 3 juillet 2009

En quinze mois, le maire de Saint-Pierre du Vauvray a réussi l’exploit de se priver de la collaboration de ses trois adjoints, ses plus fidèles soutiens pour qu’il devienne maire dans une commune de 1300 habitants. La confiance qu’il leur témoignait s’était traduite par l’attribution de ces trois postes d’adjoints ; quinze mois après l’élection, plus aucun n’a de délégation !

Le groupe des Verts de Val de Reuil/Louviers/Gaillon déplore :
– une gestion autocratique par le maire des affaires communales ;
– le refus d’une expression plurielle au sein de sa majorité et de sa commune.

En outre il désapprouve le motif du retrait des diverses délégations de Jérôme Bourlet et Benoît Geneau : « divergences permanentes qui nuisent au bon fonctionnement de l’administration communale et intercommunale ». En effet, ce sont deux conseillers municipaux appréciés dans la commune, actifs et soucieux du développement et de l’avenir de celle-ci dans le respect du programme municipal sur lequel M. Loëb a été élu. Jérôme Bourlet est également président du SCOT (Schéma de COhérence Territoriale), et la décision du Conseil Municipal de Saint-Pierre du Vauvray a pour conséquence de troubler le fonctionnement d’une instance essentielle de l’agglomération, dans laquelle M. Bourlet s’est pleinement investi depuis un an, sans dogmatisme, avec enthousiasme et conviction, produisant des résultats dont la qualité est reconnue par tous.

C’est pourquoi le groupe local des Verts de Val de Reuil/Louviers/Gaillon exige que le maire de Saint-Pierre du Vauvray retrouve sagesse et raison, revienne sur une décision totalement injustifiée, et demande que le conseil municipal rétablisse Benoît Geneau et Jérôme Bourlet dans leur délégation à la Communauté d’Agglomération Seine-Eure.

Avec 12,97% des voix dans l’Eure, Europe écologie devient la 3ème force politique du département

Merci à tous et à toutes d’avoir fait confiance à Europe écologie. Avec 12.97% des votants dans le département de l’Eure, nous devenons la troisième force politique de ce département. De nombreuses communes comme Poses ou Léry, avec des scores supérieures à 20%, montrent notre implantation locale. Sur Saint-Pierre du Vauvray, avec 15 %, l’envie de vert qui avait accompagné le vote municipal reste bien présente. Mais ce qui se passe aujourd’hui est la traduction du local au global, avec la présence au parlement européen de plus de soixante députés verts qui seront présents pour :

  • Plus d’écologie politique pour s’attaquer aux problèmes
  • Plus de vraies solutions écologiques pour transformer la société
  • Agir avec des de vrais écologistes aux responsabilités au niveau de l’Europe, de la France et des régions
  • Agir dès maintenant, et ne pas attendre demain ou après demain
  • Se donner les bons moyens, au niveau de tous les pays de l’Union européenne, pour rapidement mettre en place un bouclier social afin que l’Union puisse protéger ses citoyennes et ses citoyens, ses travailleuses et travailleurs et ses habitants les plus modestes, les précaires, les exclus.
  • Engager une meilleure collaboration avec tous les pays du monde, les plus proches et les lointains, afin de réunir les moyens de s’attaquer efficacement aux catastrophes environnementales annoncées (climat, énergie, biodiversité, pénuries alimentaires, épidémies..) et de trouver des solutions dès maintenant aux crises économiques et sociales (misères, conflits armés, déplacements forcés de populations, effondrements industriels, graves désordres monétaires…)

Seule une Europe solidaire, plus démocratique et sociale, peut engager une réelle politique de civilisation humaniste et écologiste.

Jérôme Bourlet

“Home” à Louviers le vendredi 5 juin

Dans le cadre de la journée mondiale de l’environnement, Europe écologie organise une projection du film “Home” vendredi soir à partir de 20h à la Brasserie “Au Jardin de Bigards” – Rue du Quai à LOUVIERS. La projection sera suivie d’un débat.

Le film documentaire « Home » sort le 5 juin sur les 5 continents. Après le succès de son livre « La Terre vue du ciel », le photographe Yann Arthus-Bertrand lance un film planétaire sur les dangers qui menacent la Planète. Le film sortira simultanément dans 130 pays et sur tous les supports : web, télé, ciné…

Comment agirons-nous au 21ème siècle face aux conséquences des modes de vie du 20ème siècle ?

Aménager les berges de la commune de Saint-Pierre du Vauvray : une priorité !

Vous l’avez remarqué : de plus en plus de monde vient se promener sur les bords de Seine, à Saint Pierre du Vauvray comme ailleurs.
Une idée me trotte dans la tête depuis plusieurs mois : et si c’était l’occasion de diminuer ce sentiment de la « peur de l’autre » ?
C’est un sentiment de plus en plus persistant autour de nous, renforcé par un gouvernement qui envisage la création d’une brigade de police chargée d’effectuer des contrôles inopinés des cartables des élèves au sein même des établissements scolaires, que des enfants mineurs (suspects !) sont arrêtés par la police à la sortie de leur école, que l’on projette de ficher les enfants dès la maternelle avec le fichier Base élèves… il est urgent de se demander pourquoi notre pays a une telle peur de sa jeunesse .

Si nous devons réaliser une chose en tant qu’élus locaux, c’est bien de recréer du lien et je le crois sincèrement, l’aménagement des bords de Seine le permettra.

Plusieurs questions, mais pas les seules (je compte sur vos commentaires pour avancer dans le projet).

multisport

    chemins et randonnées

    – On laisse dans la situation actuelle ou on valorise le site ?
    – Un développement pour qui ? Pour les habitants de Saint-Pierre du Vauvray, Andé et Saint-Etienne du Vauvray ? Ou pour les touristes ?
    – Quelles activités seront développées ?
    – Qui prend en charge les frais d’investissement ?

Quelques points d’informations pour permettre de répondre :

  1. Utilisation d’un document prospectif : le « SCoT Seine–Eure, Forêt de Bord » (je suis président du SCoT).
    Les conclusions du schéma de cohérence territoriale indiquent que le trois communes de Saint-Pierre du Vauvray, Saint-Etienne du Vauvray et Andé formeront un pôle urbain secondaire de 4000 habitants à l’horizon de 2015. Il offrira une qualité de service à la personne et un réseau de transport en commun performant.
    Notre commune de Saint-Pierre du Vauvray est située au centre de ces trois communes : la réalisation d’infrastructures renforcera le rôle central et permettra de fidéliser une population de jeunes couples. Cette réalisation s’intègrera dans un projet global de développement des bords de Seine visant à donner du lien entre le fleuve et ses riverains.
    Cette réalisation s’appuiera sur trois piliers :

    • L’environnement,
    • la pratique sportive,
    • le tourisme.
  2. La situation existante :
    Actuellement les 3 communes recensent une population de 3000 habitants.
    La distribution d’enfants se répartit de la façon suivante :

    • Primaire : trois écoles cumulent un effectif de 200 enfants scolarisés.
    • Collège : Le collège de rattachement se situe à Louviers, avec un effectif total de 93 enfants scolarisés dans les 3 communes.

    Pourtant aucune de ces communes n’offre d’installation sportive suffisante pour ces 300 jeunes.
    Pour répondre à un développement durable du territoire, il est nécessaire d’augmenter la pratique sportive sans engendrer de déplacements excessifs.
    Nous avons l’obligation d’offrir cette pratique :

    • Il faut inciter les scolaires à la pratique sportive,
    • il faut centrer l’installation géographiquement par rapport aux différentes communes,
    • il faut donner le libre accès à l’installation.
  3. L’offre sportive locale actuelle :
    Depuis cinq ans, le club de football intercommunal à créé une école de football (accessible aux enfants dès cinq ans). Cette école recense cinquante adhérents.
    La création de cette structure permettra la pratique du football pour les jeunes enfants dans des conditions de jeu plus acceptables. Cela renforcera ainsi l’attractivité de l’école de foot. Et des 3 communes.
  4. Des aides possibles :
    Le montant global ne peut être pris en charge par la commune mais on peut déposer des dossiers de subvention dans les organismes suivants :

    • Centre national pour le développement du sport
    • Fonds d’aide au football amateur
    • Fonds parlementaires
    • Case fond de concours
    • Conseil général

    Alors rêvons que notre conseil municipal fera les bons choix, et soutiendra le projet qui sera présenté devant la commission tourisme de la Case au mois de juin. Et dont vous avez la primeur…
    Qu’en pensez-vous ?

Grand rassemblement le dimanche 28 juin 2009 à Dieppe pour dire non à l’EPR

STOP-EPRLe collectif inter régional “STOP-EPR ! ni à Penly ni ailleurs !” vous invite à un grand rassemblement le dimanche 28 juin 2009 sur les pelouses du front de mer de Dieppe à partir de 11 heures.

Pique nique géant, fanfares, chorale, grand défilé dans les rues de Dieppe, atelier de maquillage enfants, stands et autres festivités…

Contact : 06 70 39 97 45 – alain.correa@nanodata.com

EPR, ce sont les initiales de European Pressurized (Water) Reactor, qui se traduit par Réacteur à Eau Pressurisée Européen.
Pour le marché américain, l’EPR prend le nom d’Evolutionary Pressurized (Water) Reactor (Réacteur à Eau Pressurisée Evolutionnaire) qui souligne la continuité technologique avec les réacteurs construits aux États-Unis depuis un demi-siècle.
C’est un réacteur à fission nucléaire conçu par Siemens et Framatome en 1992 dont la puissance est de 1600 MWe. L’Etat a autorisé la construction de l’EPR à Flamanville dans la Manche et EDF a commencé, en juillet 2006, les travaux de construction.
Ce réacteur à eau sous pression est de conception similaire aux 58 réacteurs actuels du parc nucléaire français. Ces réacteurs s’inspirent tous du réacteur américain à eau sous pression Westinghouse. 54 d’entre eux sont d’ailleurs sous licence américaine Westinghouse.
Le chantier du premier EPR, commencé début 2005 à Olkiluoto, en Finlande, est marqué par d’incessants problèmes de contrôle qualité et on s’attend actuellement à un retard de deux à trois ans de la mise en service. Début 2007, TVO, l’électricien finlandais qui a commandé l’EPR, annonçait 18 mois
de retard sur la livraison du réacteur. Les problèmes rencontrés sur la qualité des matériaux (béton et aciers) au moment de la construction pourraient avoir des conséquences graves en cas de situation accidentelle.

Le maire s’oppose à la ligne régulière

Vous vous souvenez, en décembre dernier, avec le nouveau cadencement de la ligne Paris-Rouen, notre gare perdait beaucoup de son existence, avec la suppression des liaisons vers Paris et une diminution importante des arrêts vers Rouen. Il devait y avoir des compensations, favorables aux habitants et respectant le développement durable.

Six mois ont passé et seules des places de parking seront créées sur la gare de Val-de-Reuil (vive le tout bagnole !).

Alors que nous reste–t-il à nous, simples élus locaux et citoyens du monde rural ?
La possibilité d’orienter le schéma de déplacement local vers la création d’une ligne de transport en commun pérenne entre Saint-Pierre du Vauvray et la gare de Val-de-Reuil.

L’occasion s’est présentée le mardi 14 avril 2009, lors de la Commission Transport de la communauté d’agglomération.
Cette commission qui se réunissait autour de l’ordre du jour suivant :

  1. Nouveau réseau Transbord.
  2. Schéma d’accessibilité.
  3. Plan de Déplacement Urbain.
  4. Schéma directeur vélo.

Dans le premier point, profitant de la mise au point des nouveaux circuits du réseau Transbord – voir la carte – je mis en évidence l’utilité de la création d’une ligne régulière de transport en commun entre Andé, passant par Saint-Pierre du Vauvray, et allant directement à la gare de Val-de-Reuil,en remplacement de la ligne virtuelle proposée (Ligne Flexibus).

Plusieurs élus de communes différentes furent sensibles aux arguments et demandèrent que cette remarque soit actée. Bref, même les élus plutôt opposés aux transports en commun ne remettaient pas en cause ce besoin.

C’est alors que notre maire, M. Loeb, crut bon d’intervenir pour dire :

Si le Flexibus est renforcé, c’est une avancée intéressante. La demande est trop faible pour une ligne régulière.

Je crois que quelques réalités sont à remettre en avant :

  • La diminution de la fracture de la mobilité par la création de lignes de transports en commun est une priorité, pour assurer une égalité devant l’emploi.
  • Plus on s’éloigne des centres urbain ou d’activités, moins les coûts de logement sont élevés. Les populations les plus défavorisées se retrouvent donc écartées de ces centres.

-> Une synthèse de ces deux faits montre que la facture de déplacement devient individuelle alors que la situation a été créée par la société, renforçant ainsi le mal vivre d’une grande part de nos concitoyens.

Je veux aussi rappeler combien l’urgence écologiste est liée à l’urgence sociale. Car ces même personnes seront dans l’obligation de produire davantage de CO2, favorisant ainsi le réchauffement climatique.
Il n’est plus temps d’ergoter sur quelques euros, mais plutôt d’agir pour faciliter les fin de mois, et éviter de précipiter la chute de la ruralité.

Révolution fourragère : le bonheur est dans le pré

Un témoignage d’André Pochon, paysan breton militant pour la sauvegarde des prairies.

Je me présente : je suis breton, du département des Cotes d’Armor : premier département cochonnier de France et premier producteur de volaille, mais aussi le plus pollué.

On est premier producteur de tout … sauf du pinard !

Ca fait dix ans que je suis en retraite, et ma ferme a été reprise par mon gendre et ma fille. L’intérêt de me faire venir ici, ce soir, c’est que j’ai été témoin et acteur, à la pointe de tout le développement qui s’est mis en route depuis les années 50. Ce n’est donc pas un discours d’historien, car ce changement, je l’ai vécu dans ma chair.

J’ai été pionnier, aidé par de grands personnages, et en particulier René Dumont en personne, qui est venu lui-même, dans mon département, prôner la révolution fourragère.

Le développement de l’agriculture et notamment dans l’Ouest, s’est fait sur la base de l’agriculture fourragère qui nous a permis d’augmenter par deux, par trois la production de viande bovine et de lait. En travaillant moins et en dépensant moins, donc avec plus de valeur ajoutée. C’était dans les années 55. Des gens comme René Dumont nous ont dit : ” Paysans que vous êtes, si vous nourrissez vos vaches avec de l’herbe, vous allez augmenter vos rendements et diminuer votre temps de travail. ” Il avait dit : ” Regardez bien votre vache, c’est un animal extraordinaire ; elle a une barre de coupe à l’avant, et un épandeur à l’arrière. Si vous flanquez cet animal dans le milieu d’un pré, elle fait le travail toute seule “. Et moi, j’ajouterais ” en plus elle le fait avec plaisir !

La prairie temporaire

Et donc nous avons abandonné nos rutabagas, nos navets, notre trèfle violet, pour mettre à la place des prairies temporaires. Temporaires, ca veut dire qu’elles restent trois, quatre ans en place, puis on les retourne, on met quelques cultures et on recommence. Effectivement, R. Dumont, ne nous avait pas menti. Moi-même, sur ma petite boutique de neuf hectares, j’étais devenu le plus gros producteur de lait sur ma commune alors que la moyenne des exploitations était de vingt hectares. Justement en faisant sur mon exploitation ces prairies temporaires. Mais du coup, j’étais devenu le plus gros producteur de cochon car, à ce moment-là, on disait que le cochon était pendu au pis de la vache, car c’est le petit lait qui restait sur la ferme qui complétait l’alimentation des porcs, du point de vue protéique. C’était de l’intensification, je faisais quasiment trois vaches à l’hectare. J’insiste sur ce point car cette révolution fourragère basée sur l’herbe a amené une agriculture très très productive, intensive ! Alors qu’aujourd’hui, quand on parle, à Bruxelles ou à Paris, de l’herbe, c’est l’extensif, c’est diminuer la production, donc augmenter le prix du bifteck… Mais de qui se moque-t-on ?

On a tout oublié ! L’augmentation de la production en France qui a permis de nourrir la population, c’est justement l’herbe. Et nous avions à l’époque, non seulement René Dumont, mais d’autres chercheurs de l’INRA, qui ont vulgarisé comment réussir ses prairies, comment les exploiter. Nous avions en France le chantre des herbages ; André Voisin, agronome, vétérinaire et herbager en Normandie. Il est connu du monde entier pour ses lois universelles de l’exploitation des herbages.

Je me rappelle Yvan Levaï qui disait à la radio qu’avec la vache folle, on allait devoir nourrir les vaches à l’herbe et ca va coûter beaucoup plus cher. Quelle idiotie de dire cela à la radio !

La prairie temporaire pâturée coûte 5 fois moins cher que la nourriture à l’auge quand on fait le calcul total. A l’auge, il faut labourer, récolter, semer, charroyer, distribuer et ramener les déjections au champ. Ca, c’est du boulot !

La mise en place du système maïs-soja

Si cette affaire de prairie, quinze ans après, on n’en parle plus, il doit bien y avoir une raison. En France bouche cousue. Moi, qui étais un disciple d’André Voisin, je m’interroge. Je n’avais pas d’explication, j’étais naïf et jeune. Finalement, je me suis dit : l’exploitation rationnelle des herbages, c’est 70 % du rendement d’une praire et la dépense est zéro : c’est un véritable danger pour le système productiviste. Et quand on met en parallèle l’arrivée du maïs fourrage, alors là, quelle aubaine pour le système. Il faut acheter la semence tous les ans. Même avant les OGM. N’oubliez pas qu’avec les hybrides, on ne peut pas ressemer sa propre semence.

Acheter la semence tous les ans, il faut un matériel spécifique et des produits phytosanitaires pour le maïs, il faut transformer les étables, mettre du béton partout. C’est fantastique … pour le système commercial. Bien sûr le chiffre d’affaire est assuré et il augmente.

C’est la principale raison pour laquelle on a développé le maïs. Mais c’est une plante pauvre en protéine, donc il faut compléter avec du soja. Ca ne marche que parce qu’il y a le couple maïs-soja. Et les Américains ont inventé des maïs hybrides qui poussent au nord de la Loire. L’INRA a suivi et du coup, ils ont pu nous larguer leur soja américain. Et on a vu se développer le système fourrager. Et le soja arrive par bateaux entiers à Lorient ou Rotterdam depuis trente ans. Trois quarts des bovins et ovins sont nourris au maïs/soja et c’est ce qu’on enseigne dans les écoles de France et de Navarre et dans les coopératives. Hors de cela, point de salut !

Le loup-maïs dans la bergerie, le soja doit être importé !

Dans mon équipe, nous avions mis au point une technique de prairie au trèfle blanc sans aucun engrais azoté et avec des rendements énormes. Grâce à l’association du trèfle blanc et d’une graminée.

Sous l’influence de ce que je vous disais, on a labouré ces belles prairies pour mettre à la place du maïs et être dépendant du soja américain du nord mais aussi du sud : Ce ne sont pas seulement les EUA. 70 à 75 % de l’alimentation en protéine est du soja américain. Et depuis sept ans, environ, c’est du soja OGM. Si bien que les Français bouffent de l’OGM, sans le savoir, par l’intermédiaire du lait, de la viande, des produits laitiers des productions animales : bœuf, cochon, volailles, … à cause de cette affaire de soja. On n’importe pas de maïs et le maïs fait en France n’est pas OGM, c’est à cause du soja qui lui est lié.

Si l’on avait conservé notre système fourrager à base d’herbe, on n’aurait pas besoin de maïs, donc non plus de ce soja car l’herbe est une plante parfaitement équilibrée. Même à certaines périodes, on a trop de protéines (au mois d’octobre). En tout cas, on n’a pas besoin de ce foutu soja. Alors quand Glavany a parlé de la vache folle et de la nécessité de se passer des farines animales : ” Du coup, on va devoir importer plus de soja des américains, et on sera plus dépendants. De plus, on sait que leur soja est OGM, donc on va remplacer un fléau par un autre “. Voilà sa démonstration !

Des propositions

Nous avons fait une manifestation à Saint Brieuc, avec un slogan : ” Les protéines sont dans le pré “. Nous avons soumis nos revendications au gouvernement. On importe 28,8 millions de tonnes de soja en Europe. 4,8 vont pour la France dont 2,8 vont compléter le maïs. Si l’on veut reconquérir notre autonomie, c’est en développant l’herbe.

Pour cela, commençons par supprimer la prime au maïs fourrage et basculons la sur l’herbe. Les paysans reviendront à l’herbe. Certains pays ne priment pas le maïs fourrage et ont la prime à l’herbe en remplacement. Ceci prouve bien qu’il est dans le pouvoir du gouvernement de le faire. Mais c’est une question de volonté politique et de pression des citoyens.

Actuellement, la prime au maïs fourrager, c’est 2650 francs en moyenne par hectare en France. Et c’est vous et moi qui la payons ! Et ceux qui nourrissent leurs vaches avec de l’herbe ne reçoivent rien !

C’était notre proposition d’une agriculture plus saine, qui protège mieux l’environnement, qui fait que les paysans gagnent plus. On associe donc trois critères :

paysans nombreux et prospères : volet économique ;
on pollue moins : volet environnemental ;
produits de meilleure qualité.

Et ça marche !

Environ 3000 fermes sur l’ouest de la France appliquent le cahier des charges de l’agriculture durable. Dans ce système, il faut avoir au moins 75 % de prairies dans le système fourrager et au moins 55% de la surface totale en herbe. Ces fermiers ont augmenté leur rendement, diminué leurs pollutions, Cette méthode est plus rentable, demande moins de temps de travail. Elle est 3 fois moins polluante. Même l’INRA a suivi 27 exploitations pendant 5 ans avant de conclure que le résultat est très positif. Ce programme qui a coûté très cher et qui a occupé douze scientifiques de haut niveau et des stagiaires.

D’autres avantages indirects sont à signaler et ont été présentés par l’INRA dans un rapport En marche vers l’agriculture durable :

meilleur rendement lors des rotations de culture ;
labourage plus facile ;
la prairie évite qu’un sol nu soit soumis à l’érosion ;
le petit lait des vaches peut servir à nourrir les cochons ;
on retrouve notre autonomie sur la ferme ;
quand on laboure ses prairies temporaires pour mettre des betteraves, ou même du maïs, on a un rendement extraordinaire. En effet, la prairie a reconstitué le stock d’humus, les vers vont proliférer, le labour est simple (à la herse !). C’est un élément secondaire mais très important.
Les traitements (fongicide, pesticides, …) sont inutiles. Ce qui n’est embêtant que pour le système commercial.
la prairie est plus belle qu’un silo de maïs !

Cette technique évite le travail de la terre, les engrais, les traitements phyto-sanitaires, l’arrosage du maïs, la récolte, l’ensilage. De plus, le bétail n’a pas à revenir à l’auge et l’achat de soja ou de fourrage livré par camion n’est plus nécessaire.

La meilleure preuve que ca marche, c’est que dans notre CEDAPA (Centre d’Etude pour un Développement Agricole Plus Autonome), nous avons 20 animateurs. Et nous avons un sacré problème car ils ne restent pas longtemps. On les forme, ils sont opérationnels, et au bout de deux ans, ils trouvent une ferme et ils s’installent.

Voilà, tout ca pour vous dire qu’il n’y a pas opposition entre l’économie agricole, l’écologie et la bonne bouffe. Ca va ensemble.

Jusqu’aux années 70, avec cette révolution fourragère, on a fait vraiment du bon travail, on a augmenté notre revenu, diminué notre temps de travail, amélioré nos conditions de vie, sans qu’une seule exploitation disparaisse. Puis, j’ai vécu le basculement dans le productivisme où on va produire encore plus car on va importer encore plus, mais on va tout saccager.

Mais grâce à une poignée de pionniers en Côtes d’Armor, on a développé ce retour à l’agronomie. Ces solutions sont très détaillées dans la deuxième partie de mon livre Les sillons de la colère. J’ai horreur des gens qui ne font que critiquer. Si on veut que ca change, il faut croire à ce qu’on fait et faire du bon travail sur le terrain.

Pourquoi on n’était pas entendu

Si, entre les années 70 et 80, je faisais une réunion sur le maïs fourrage, j’avais plus personne à la réunion. Alors j’ai fini par penser que je devais me tromper. Et même, un jour, ma mère, une personne de bon sens comme il y en a peu sur la terre. Eh bien figurez-vous qu’elle s’amène au milieu de la pelouse, les bras croisés, me disant textuellement : ” Mais comment toi, Dédé Pochon, mais pourquoi que tu fais pas comme les autres aussi, que tu fais pas du maïs ? “. Quand vous entendez votre mère vous dire ca, vous vous dîtes que vous êtes un retardataire. Que vous allez devoir labourer vos belles prairies de trèfle blanc pour mettre du foutu maïs. Et du coup, il a fallu importer des camions entiers de soja sur mon exploitation. C’est vous dire la pression énorme. Dans ma commune, j’ai vu des petites exploitations qui refusaient le maïs. Puis, peu à peu, elles s’y sont mises aussi.

Bien sûr, on peut aussi faire de la prairie avec engrais azotés et on polluera. Mais je parle de la prairie sans engrais azoté, avec des intervalles longs.

Question : que répondre à ceux qui disent qu’avec l’augmentation de la population, il faudra des OGM pour nourrir la planète ?

A l’initiative initiale de Bernard Poulain en 1947, les paysans ont créé des CETA dans lesquels les paysans mettaient en commun leurs expériences (positives comme négatives). Quand j’ai crée le mien en 1954, il avait déjà le numéro 960 ! Et grâce à cette mise en commun des expériences des paysans, dès 1960, nous étions excédentaires en lait, viande … Ce n’est donc pas l’agriculture industrielle qui nous a sauvé de la faim. Ce sont les paysans qui ont conduit leur propre révolution, d’en-bas, et non d’en-haut, d’un quelconque technocrate. Le basculement dans le productiviste, est venu sans justification. Sinon de développer le système de l’agrobusiness. Et pour les pays du Sud, c’est aussi aux paysans de faire cette révolution. Il faut des coopératives d’idées. Or nos technocrates ne voient l’agriculture que par l’industrie. Les poules en cages, les porcs sur caillebotis, … Cette génération est perdue. Par contre, la nouvelle génération, elle rend optimiste.

Question : Mais que répondre à ceux qui disent que l’élevage de porc pollue beaucoup ?

L’élevage de porc industriel induit du lisier et des pollutions. La solution durable consiste à faire de l’élevage de porc sur paille. Nous avons lancé cela et, depuis, l’INRA a fait une étude qui a montré que le porc sur paille est meilleur pour la durabilité que le lisier. Pour deux raisons essentielles et liées : si le porc est élevé sur paille, le lisier se mélange à la paille. Il fait alors un excellent engrais et il ne pollue pas. Au lieu d’avoir du lisier qui pollue d’un coté et de la paille dont on ne sait que faire de l’autre, on fait un engrais. Bref, on gagne sur tous les tableaux !

Il faut se battre pour la préférence communautaire, pour garantir le revenu des paysans, mais aussi supprimer les subventions à l’exportation.

Un lipdub pour les élections européennes

Je viens tout juste de découvrir ce terme “lipdub”
mais comme je suis plutôt curieux j’ai cherché… Dans un premier temps je suis plutôt contre les néologismes, mais bon il faut être jeune et branché. Ce document provenant du site http://www.europeecologie.fr/, la volonté d’”Être en discussion” était une évidence. Mais parfois nos amis de la toile utilisent des termes qui ne garantissent pas la compréhension de tous.

Alors la solution la plus simple : « wiki »
Manifestement l’expression “lipdub” (lip = lèvre et dub = abréviation de doublage) est utilisée par les “jeunes et branchés” pour se distinguer des “vieux cons” comme nous autres qui connaissent plutôt l’expression “play back”.
Mais bon, entre un “play back” loupé à 20h30 chez Maritie et Gilbert Carpentier (qui ont bercé nos jeunes années), et ce moment fort agréable, je choisi ce “lipdub” :


Lipdub Europe Écologie envoyé par EuropeEcologie

Et pour ceux qui en aiment particulièrement la musique, allez voir http://www.myspace.com/lhommeparle

Mais comme je suis un homme de synthèse, les idées me plaisent beaucoup.
C’est pourquoi le 7 juin je voterai EUROPE ECOLOGIE.

A bientôt, Jérôme

L’Ours et le Crapaud

Le Sonneur à ventre jaune (Bombina variegata) est en voie de disparition en France.
Or, depuis 2001, des spécimens ont été étudiés vers la Vacherie (la commune…), dans la Vallée de l’Iton, au lieu–dit “le hom” (zone classée Natura 2000).
Ah ! Si, comme sa cousine de la fable, ce crapaud avait eu l’idée de devenir gros comme un ours des Pyrénées, par exemple.
Le problème, c’est que contrairement à l’ours, notre crapaud ne bénéficie pas du « syndrome de Winnie l’ourson » ! C’est vrai, tous les enfants ont eu un ours en peluche un jour : du coup, en grandissant, ils sont sensibles au sort de cette grosse peluche…

En revanche, le Sonneur, comme bien d’autres espèces toutes aussi méconnues et menacées, n’ont pas le droit à la médiatisation et à l’attention du grand public. Pourtant, il a un petit côté sympa avec ses yeux en forme de cœur, non ?

Tout ça pour dire que je trouve très bien et tout à fait normal qu’on se mobilise pour sauver l’ours, mais que je trouve dommage de dépenser plus de 30 millions d’euros pour aller arracher des ours slovènes à leur milieu d’origine pour les relâcher chez nous !
Alors quand la Communauté d’Agglomération vote une subvention de 16000 € pour l’étude de cette petite bête, je me dis que les choses changent et qu’enfin la biodiversité est prise en compte !

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV