Jérôme Bourlet

Jérôme Bourlet a écrit 51 articles pour saintpierre-express

About Jérôme Bourlet

Here are my most recent posts

Claude Allègre est écologico-positif

Le dimanche 28 février, la nature nous a lancé un message d’alerte. Xinthia a dévasté les régions littorales atlantiques, ravageant dramatiquement la Charente-Maritime, la Vendée, et les Côtes-d’Armor, et laissant nombre d’habitants dans la peine et la douleur.
Pourtant, une onde de joie et d’espoir a illuminé ce sombre dimanche : Monsieur Claude Allègre lançait, dans la joie, son réquisitoire dans la dernière émission hebdomadaire politique du paf, c politique. Il dénonce l’imposture climatique, la fausse écologie, et l’Europe : « Il faut s’occuper des vrais problèmes et non des problèmes mythiques. On fait peur aux gens, mais on doit s’occuper des sujets d’espoir, et non pas des sujets de désespérance… »
Petite (dé)charge contre les écolos d’abord : Ils sont tristes, ils font peur, ils sont imbéciles.
Lui est joyeux.
Tiens c’est marrant ça, ça se voit pas ! Encore plus curieux : l’auditoire, au lieu de se fendre la pêche, à l’air de se contenir. Sûrement pour éviter de se faire pipi dessus à force de rire. Alors pas l’ombre d’un sourire, bravo le self-control ! Ou alors ce sont des écolos, et c’est pour ça qu’ils ne rient pas. Ou alors… Peut-être que pour Claude Allègre (ah de la joie encore), les personnes dans le public sont écolos, et les écolos sont tristes quand ils le voient. Tristes ou peinés. Et si ça se trouve, le public n’est pas écolo ? Alors peut-être l’allégresse est moins communicative que notre ce joyeux lutin ne le croit…
En tous cas c’est parti pour une heure de poilade ! Youpi !!!
Tout d’abord taclé par Demorand sur l’absentéisme à l’école et les 4 mois de vacances, il tient à corriger, « tout en ne reniant pas» : pour les 4 mois de vacances, c’est très bien, Il y a juste les congés de formation qu’ils auraient pu prendre pendant leurs vacances. Pour l’absentéisme, il parlait « des absences d’étudiants, absence de…, on le voit bien. Et parlera peut-être de la violence, c’est toujours la même chose. Donc je ne renie rien… ».
Trop nuls, les profs, vous n’aviez rien compris !
Un bref tour sur l’actualité :
Total et les fermetures de raffineries : « Fermer les raffineries est cohérent avec une politique qui réduit l’usage des combustibles fossiles. Ca conduira automatiquement aux fermetures. Tout ça aurait pu être prévu.» « C’est la même chose que pour nos agriculteurs : on ne peut pas leur interdire les pesticides et les insecticides et en même temps leur interdire les OGM. »
[NdR : euh, non, ce n’est pas la même chose. Les fermetures de raffineries et les OGM sont 2 sujets différents. Et pour info, la culture du soja transgénique résistant au Roundup a conduit à une augmentation des ventes de celui-ci de +72% depuis 1997. Simplement, on double les bénéfices en vendant à la fois les semences OGM et leurs herbicides spécifiques. Mais ceci est un autre sujet…]
« Il faut avoir une politique globale »
[NdR euh… oui]
« Moi je ne suis pas partisan de dégager du CO2 dans l’atmosphère, mais il faut prendre les choses de manière à les intégrer dans l’économie.[…]. On peut fermer les raffineries, et prévoir des solutions on amont. La deuxième chose, c’est que j’ai trouvé les syndicalistes extrêmement malins : ils ont compris qu’on est dans la société de la peur, alors ils ont lancé une peur, la peur qu’on n’ait plus d’essence. Allez hop, ça s’est réglé. Le courage politique aurait été de travailler en amont sur ce problème qui était prévisible depuis de mois et des mois. L’entreprise a fait ça, j’ai pas à donner de point de vue, mais je pense que le ministre qui était chargé de ça aurait du prévoir cela depuis longtemps. »
[NdR Tiens pour un ami de 40 ans de M. Jospin, pour qui l’Etat ne peut pas tout faire, le ministre aurait du faire ?…]
La grippe A : On est dans la société de la peur… « Mais à chaque fois il y a des gens qui gagnent de l’argent. Là, les sociétés pharmaceutiques ont gagné de l’argent. Ce n’est pas un scandale sanitaire, c’est un élément, parmi tous les éléments, tout comme le réchauffement climatique, tout comme autre chose, dans cette société dans laquelle le moindre chose on a peur. C’est le fameux risque 0, le principe de précaution, tout ça. Je pense qu’une société qui a peur est une société qui va mourir.»
La violence à l’école : « Je l’avais fait régresser à l’époque. » « Il faudra remettre les aides-éducateurs ». Assez de suppressions de postes dans l’éducation nationale ou il faut continuer à dégraisser? « Je dis que ça dépend comment on le fait. Avec des règles de 3, sûrement pas. Je pense que y a besoin de monde et en particulier y a besoin de beaucoup d’aides-éducateurs. Au moment où on a du chômage, je rappelle que le gouvernement Jospin a fait baisser le chômage, et a relancé la croissance. Avec quoi ? C’est pas les 35 heures, c’est les aides-éducateurs qui ont été créés et ont employé des jeunes qui ont dépensé de l’argent et relancé les choses. »
[NdR C’est en parfaite ligne avec la politique du gouvernement actuel et de M. Chatel]
Les nominations de Mrs Migaud, Charasse… et Allègre : « On vous a vu dans une ruelle avec des lunettes noires ». « Je vais vous dire pourquoi : parce que on m’a demandé à cette époque, et je l’ai fait, et je le referai, chaque fois qu’on me le demandera, François Filllon m’a demandé de venir parler des problèmes de l’université.[…] »
[NdR Ah la la ! Ces journalistes qui tout de suite font accoucher des souris d’une montagne, sous prétexte qu’il n’y avait pas de soleil dans la ruelle en question. Ah la confiance règne, tiens !]
« J’ai failli être ministre quand il a fait le 1er gouvernement, et qu’il m’a proposé d’être dans le premier gouvernement. Je n’ai pas accepté. 2 fois il me l’a proposé. Bon. Le reste c’est des paroles à l’intérieur du monde médiatique. C’est tout. Ceci dit, j’assume 2 choses : j’assume mes relations avec le président de la république, et j’assume le fait que je suis de gauche et que ma parole est libre.»
[kof ! kof !, je m’étouffe, dans la joie je vous rassure, j’ai avalé mon café de travers ! C’est vrai qu’il est plaisant et rigolo, j’ai bien apprécié l’humour du personnage, mais peut-être ai-je pouffé à contre-temps, car la salle reste de marbre… Allez on se détend.]
Bon bah, en avant pour les propos burlesques de ce joyeux drille – ce qu’il sut être, comme géophysicien, avant de l’être en politique, comme ancien ministre de l’éducation nationale, dégraisseur de mammouth, puis chasseur d’éléphants du PS, et qu’il est encore selon lui. Nous sommes désolés, tout écolos, citoyens, sectaires, et imbéciles que nous sommes, d’être tristes… Même si, je vous rassure, nous avons bien du plaisir et des rires à partager les bons moments de la vie avec tous nos amis, et tous ceux qui apprécient ces petits moments.
Allez : le vif du sujet : du dérèglement climatique
N.D. « Est-ce que vous pensez qu’une tempête telle que celle a traversé la France aujourd’hui, a à voir, de près ou de loin, avec ce qu’on appelle le dérèglement climatique ? »
« C’est un des effets du dérègl….. »[NdR oups, on ravale ses mots] « Moi, ça fait plus de 20 ans que je dis que que l’une des choses les plus dangereuses c’est pas l’augmentation ou la diminution [NdR diminution ???] de la température moyenne, c’est l’augmentation des phénomènes extrêmes […] Ce qu’il faut faire c’est s’adapter .[…] Il y aura d’autres tempêtes, il y aura d’autres inondations.»
Approche scientifique : N.D. « C’est une intuition ou une certitude ? » C.A. « Pas du tout, c’est ce que je regarde. […] Moi je ne crois qu’aux observations, vous le savez, c’est la base de.., les modèles et tout ç je n’y crois pas, donc je vois les observations et je vois que les phénomènes extrêmes sont en train d’augmenter, alors si vous extrapolez, vous verrez qu’on tombe dans un refroidissement climatique et non pas un réchauffement. Oui bien sûr : un refroidissement. Il y a certaines personnes qui disent que depuis 2000, on est dans un refroidissement, les hivers sont de plus en plus rigoureux, et ça peut s’expliquer par le fait qu’il y a une différence de température moins grande entre les pôles, plus grande, pardon, entre les pôles et l’équateur. Donc beaucoup plus de phénomènes venteux. J’en sais rien pasque moi je prédis pas ce qui va se passer. Je dis : y a des gens qui disent que on est dans ce cas là. Mais en tous les cas, le mot que je défend, je ne crois pas que l’homme peut agir sur le climat, c’est le mot que je défends, c’est ADAPTATION ! Comme l’homme préhistorique s’est adapté, et bien l’homme moderne doit s’adapter»
[NdR : Tiens je vais me faire pousser des branchies, moi, d’autant que je m’étouffe à force de rire :D Tiens, pis j’vais me faire pousser les poils pour lutter contre le refroidissement climatique.]
Le GIEC : « Le GIEC est dominé par un groupe d’1 pers…, d’une quarantaine, ou d’une cinquantaine de personnes, et ensuite on demande à un certain nombre de gens de rédiger des rapports : si la température augmente de tant de degrés, que deviendront les papillons ? Si la température augmente de.. etc. Ces gens là n’ont pas voix au chapitre. [NdR : chat pitre ?] Le gros rapport du GIEC est effectivement un rapport scientifique nuancé avec des tas d’opinions. [NdR : opinions ?] Mais après, ça il fait 2000 pages, oui mais personne les lit, ce qu’on lit, c’est le résumé de 100 pages, et celui-là il est basé, c’est explicitement dit, ce qui est un non-sens scientifique, sur le consensus. Le consensus, c’est la mort de la science. C’est la mort de tout. La base de la science c’est le débat, et le fait qu’il y ait une opinion unique, c’est une attitude scientifiquement totalitaire. Totailitaire, oui. Absolument. […] C’est un groupe de scientifiques qui croient aux modèles, okay ?, comme il y avait un groupe de banquiers qui croyait aux modèes, à Londres »N.D. « Comparaison n’est pas raison ». C.A. « Mais c’est exactement le même phénomène, comparaison n’est pas raison c’est un mot, mais c’est exactement la même chose. »
Bon pour le reste des élucubrations du personnage, je vous laisse regarder l’émission.
Allez une dernière pour la route : « La température moyenne du globe, c’est la première des choses, ça ne veut rient dire, ça n’a pas de signification, ce qui est important, c’est la température ici et ailleurs. Et c’est pas vrai ce qu’on voit, c’est pas vrai. »
Dernière (non mais qu’il est drôle) : « Je ne crois pas que l’espèce du thon rouge soit une espèce en voie de disparition. » Je ne crois pas que. Je ne doute pas. Pas “je ne sais pas !”.
Oh pis une autre (dernière car il faut qu’on y aille) : “L’écologie est le moteur du progrès, et le moteur d’une nouvelle harmonie entre l’homme et la nature. [le moteur] est basé sur l’innovation, le progrès scientifique, et qui ne sacrifie jamais l’homme au détriment soi disant de la nature. Car la nature n’est pas bonne. »
Allez j’arrête, j’ai bien ri, mais les plus courtes sont les meilleures.
Je vous laisse aussi lire l’article de Stéphane Foucard le cent-fautes de Claude Allègre.

Violence à l’école !

Une fois de plus le sensationnel va remplacer le fond. En se cachant derrière ce problème le gouvernement efface d’un revers de main les problèmes récurrents de notre système éducatif.

Petit rappel : depuis le début des années 2000 la stratégie éducative ne se place plus au niveau de l’humain (élèves, parents d’élèves, professeurs et personnels administratifs) mais seulement à une vision comptable de fonctionnement. Cette vision a supprimé plusieurs dizaines de milliers de postes d’enseignants, supprimé progressivement la fonction de surveillant fait disparaître du personnel ATOS, bref diminuée le nombre d’adulte dans les établissements.

Pour moi la plus grande des conséquences est la disparition de l’esprit d’équipe qui existait dans les établissements. On ne parle plus de l’individu élève et de pourquoi il poursuit des études, mais du flux de lycéens qu’il faut emmener jusqu’au bac.

Alors quand dans les médias seul le taux de réussite au bac traduit la politique éducative, il ne faut pas s’étonner que la violence soit la réponse faite par des adolescents en situation d’échec.

Comment faire ressortir son mal-être quand on n’est pas dans la norme (le trop funeste 80% d’une classe d’âge au bac) ?

Comment faire partager son incompréhension d’un code si le personnel enseignant se réduit a un gestionnaire de flux ?

Comment découvrir ses motivations et ses interrogations quand l’anonymat devient le mode de fonctionnement de nos établissements ?

Bien d’autres questions se posent, et la réponse actuelle basée sur la répression est bien simpliste et sert à servir la soupe à ceux qui pensent que la concurrence et le bâtons sont les seules mamelles de l’éducation. Une autre vision de l’éducation basée sur la prévention et la remise au centre du système éducatif de l’humain est possible, le conseil régional dans ses compétences en a les moyens et je ne peux que vous conseiller de regarder la vidéo de Philippe Meirieu.

Marche pour l’emploi mercredi 10 mars à 17h, d’Igoville à Pont de l’Arche

A l’appel du collectif pour le maintien et le développement de l’emploi chez M-real CGT, CFE/CGC, NPA, PCF, PS, les VERTS.

RENDEZ-VOUS MERCREDI 10 MARS A 17HOO À IGOVILLE
PARKING SUPER U

LES LICENCIEMENTS, ON N’EN VEUT PLUS !

Les banques renflouées en une nuit par les Etats à coups de milliards l’an dernier annoncent des profits record ; elles ont repris leurs spéculations, semant la misère sur la planète pour alimenter leur profit immédiat.

Mais pour les salarié-e-s, la situation reste catastrophique :

  • pour celles et ceux qui ont encore du boulot, des augmentations ridicules ou même rien du tout, d’où la colère et les grèves comme chez Hercules.
  • pour de plus en plus d’entre nous, c’est la casse industrielle qui se poursuit, avec son cortège de chômage partiel de licenciements individuels ou de masse, de départs non remplacés et de délocalisations.

Chez M-real, la lutte est engagée contre la volonté des actionnaires finlandais de mettre 106 d’entre nous à la porte, en liquidant définitivement l’usine de pâte à papier, ce qui entraînerait très vite la disparition de l’unité de production de papier et la fermeture du site avec le licenciement de ses 412 salariés.

NOTRE LUTTE AVEC VOTRE SOUTIEN DONNE DES RESULTATS :

Nos grèves, nos manifestations à l’intérieur et à l’extérieur de l’usine ont déjà permis de repousser les délais de mise en œuvre du Plan Social, d’obtenir une expertise indépendante sous le contrôle des syndicats, financée par le Département et la Région sur l’étude de nos solutions pour le redémarrage (entre autres la production d’électricité verte pour la chaudière et de bioéthanol pour l’usine de pâte).

POUR L’INTERDICTION DES LICENCIEMENTS CHEZ M-real, POUR LA DEFENSE DE L’EMPLOI DE TOUTES ET TOUS

Rien que dans notre secteur, la liste s’allonge : après Bosch, c’est au tour de Marco, chez Sealynx la dégringolade continue, et dans de multiples entreprises comme Portafeu, Dosapro, ça n’arrête pas…
Souvent, seuls dans son coin, on se sent impuissant pour s’opposer au rouleau-compresseur patronal. Mais ici comme partout dans le pays, ça devient insupportable, il faut réagir avant qu’on se retrouve dans un désert industriel !

Salariés du privé, du public, intérimaires, chômeurs, commerçants, artisans, retraités, familles, étudiants, lycéens, militants associatifs, partis politiques, élus…

Rejoignez cette MARCHE POUR L’EMPLOI,
TOUS ENSEMBLE, METTONS-NOUS DEBOUT
TOUS ENSEMBLE, METTONS NOUS EN MARCHE

Une reconversion écologique de l’industrie … ou pas

Une reconversion écologique de l’industrie ... ou pas

Le Ministre Jean-Louis Borloo vient de retenir l’unité de Biomasse Energie d’Alizay située dans l’usine M-Real. Nous ne pouvons que nous réjouir de la mise en place d’une unité d’énergie renouvelable en Haute–Normandie qui produit seulement 0,3% de ce type d’énergie actuellement.
Car il y a un “mais …”
Mais ce choix ne doit pas masquer la réalité de la situation sur le site d’Alizay où un centaine d’emplois va être supprimée. Après une table ronde à la Préfecture de l’Eure, le plan social est retardé de deux mois et les premiers licenciements sont prévus pour le 22 juillet.
Et pourtant …
Des solutions immédiates de reprise seraient réalisables :
  • En revendant son électricité. L’Arrêté du 28 décembre 2009 fixe les conditions d’achat de l’électricité produite par les installations utilisant, à titre principal, l’é- nergie dégagée par la combustion de matières non fossiles d’origine végétale. Ceci permet ainsi le rachat de l’électricité produite à un prix plus élevé que dans le contrat actuel.
  • En se diversifiant et en produisant de la ouate de cellulose et/ou de la plaquet- te de bois pour les réseaux de chaleur.
  • L’usine de Mreal est donc le parfait exemple du maintien et de la création d’em- plois qui seraient possibles dès lors que l’on applique les principes de la recon- version écologique de l’industrie.

Jérôme Bourlet

Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture et candidat à la présidence de la région Haute-Normandie, réautorise le Cruiser en France !

Pot d'adieu...Le précédent ministre, Michel Barnier, avait autorisé pendant six mois l’utilisation du Cruiser, puis il avait suspendu son autorisation.

Bruno Le Maire – qui l’a remplacé après son élection au parlement européen et avant sa prise de fonction comme commissaire européen (on notera au passage l’intérêt de monsieur Barnier pour les électeurs car comme tête de liste aux européenne, il n’a siégé que 6 mois !) – vient d’autoriser pour une année supplémentaire l’utilisation du Cruiser.
D’autres pays (l’Allemagne, l’Italie) maintiennent eux l’interdiction de l’insecticide et demandent des contrôles (a posteriori…) de vérification de toxicité. Par manque de moyens, ces contrôles ne peuvent malheureusement s’effectuer partout.
En France, on marche sur la tête et ici comme ailleurs, les lobbies sont à l’œuvre – celui de l’agrochimie notamment.

Cela laisse présager un bon avenir à la Haute-Normandie si Bruno Le Maire est élu président de la région ! Entre les lobbies et la biodiversité, le choix est fait !

Pour info, la lettre du ministère :

15/12/2009
Paris

La préparation CRUISER à base de thiametoxam utilisé pour le traitement des semences de maïs pour lutter contre le Taupin, avait été autorisée en 2008-2009. Cette autorisation était assortie de conditions d’emploi particulières et accompagnée d’un dispositif de suivi sanitaire de ruches par les directions régionales de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt.
Un nouveau dossier de demande d’autorisation de mise sur le marché pour la campagne 2009-2010 vient d’être évalué par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA).

Au vu de l’ensemble de ces données, l’AFSSA a rendu le 1er décembre 2009 un avis favorable. Sur la base de cet avis, le Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche a décidé de délivrer une autorisation de mise sur le marché à la préparation CRUISER 350 sur le mais ensilage, le mais grain et le mais porte-graine femelle.

En ce qui concerne le mais doux et le mais porte-graine mâle, l’AFSSA conditionne un avis favorable au respect d’une distance de 3 kilomètres entre les ruches et les parcelles traitées. Compte tenu de la difficulté de mise en œuvre concrète de cette mesure et de son contrôle, le Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche a choisi de ne pas autoriser cet usage.

Compte tenu des inquiétudes exprimées par plusieurs syndicats professionnels apicoles au cours des dernières années, l’autorisation délivrée est limitée à une durée d’un an et devra faire l’objet d’une nouvelle évaluation de l’AFSSA avant d’être renouvelée.

En complément, le Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche a demandé à ses services que des mesures soient prises pour limiter la dispersion de poussières au moment du semis. Une nouvelle mesure d’interdiction de semis par grand vent viendra renforcer l’obligation de mise en place de déflecteurs sur les semoirs pneumatiques imposée au début 2009.

Le plan de suivi mis en place en 2008 et 2009 sera poursuivi et amélioré en 2010. Il comprendra notamment un nouveau dispositif de surveillance des effets non intentionnels sur la biodiversité, en particulier pour vérifier l’absence de risque sur les papillons et les insectes pollinisateurs.

La direction générale de l’alimentation présentera ce dispositif à l’ensemble des syndicats professionnels agricoles et apicoles et animera le comité de suivi de ce dispositif.

Contacts presse :
Service de presse de Bruno Le Maire – Tel : 01 49 55 59 74 ; Fax: 01 49 55 40 39
cab-presse.agripeche@agriculture.gouv.fr
Service de presse du ministère – Tel : 01 49 55 60 11

PS : On doit supposer que les abeilles savent lire pour éviter les zones de traitements ?! Pour rappel, le Cruiser est un puissant neurotoxique nocif à tous les êtres vivants…

Changement climatique : et si on ouvrait une station de ski en bord de Seine à Saint-Pierre du Vauvray ?


La mairie doit-elle investir dans des remonte-pentes à Saint-Pierre du Vauvray ?
Si vous le croyez, n’hésitez pas à commenter, ou envoyez votre demande directement à la Mairie de Saint-Pierre du Vauvray…

2010 : année de la biodiversité, mais dans l’Eure, seules les habitudes survivront !

La décision prise par la préfète  d’abattre 1136 arbres, dont 454 à abattre incessamment, ne tient pas compte du réservoir de biodiversité que représente cet alignement d’arbre le long de la nationale 13, entre Chauffour et Evreux.Malgré un discourt d’état de plus en plus écologiste, les habitudes d’un autre âge survivent dans notre département.
La décision prise par la préfète d’abattre 1136 arbres, dont 454 à abattre incessamment, ne tient pas compte du réservoir de biodiversité que représente cet alignement d’arbre le long de la nationale 13, entre Chauffour et Evreux.
L’argument de sécurité mis en avant s’effondre de lui-même, si on étudie l’accidentologie entre Evreux et la commanderie : pendant l’année 2008 il ya eu 3 morts, alors qu’aucun arbre ne borde la route, et que l’aspect de la route est similaire : une ligne droite.
Sur la même période, dans le secteur Chauffour, qui lui est bordé d’arbres, on n’a déploré qu’un mort.

Il me semble pertinent de suspendre cette décision et de faire des enquêtes d’impact supplémentaires garantissant la survie de cet alignement d’arbres source de biodiversité pour notre département. Ce serpent de mer qui subitement émerge, avec décision et exécution annoncée immédiate, laisse plus que jamais le goût du tout voiture avec place nette pour la réalisation de la quatre voies entre Evreux et l’autoroute A13.

Le choix entre biodiversité et bétonneurs est déjà tranché au niveau de la préfecture. A nous, citoyens, de dire que cette vision de l’aménagement du territoire est d’un autre siècle.

Il faut réussir Copenhague

A l’initiative de Greenpeace, nous avons manifesté pour que Copenhague soit une réussite. Pour l’instant les engagements restent insuffisants. Mais éspérons que devant l’engagement de la socièté civile les décisions permettront enfin des avancées. En attendant quelques brêves:
à l'initiative de green peace, nous avons manifesté pour que copenhague soit une réussite...les opposants à l'EPR se battent aussi pour la réduction du CO2Les ballons représentent les rejets de co2 dans l'atmosphère, par habitant. Les américains sont champions du monde hors catégorie des rejets par habitant, tandis que la chine est le plus gros pollueur de la planète
Bolloré, Total et EDF élus cancres du développement durable

Chaque année, l’organisation internationale des Amis de la Terre organisent les prix Pinocchio du développement durable, dans l’optique de pointer du doigt les entreprises et les multinationales “françaises” les plus néfastes d’un point de vue social et environnemental.
Simple, le concept repose sur le vote d’internautes, chargés d’élire les entreprises qu’ils jugent les plus critiquables via un site dédié (1). Le classement final se répartit en trois catégories : les « droits humains », « l’environnement » et le « greenwashing », démarche marketing visant à prôner une image écologique responsable.

Emissions de CO2 : “On est au-delà du pire scénario”

PARIS – L’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère, à l’origine du réchauffement climatique en cours, se situe “au-delà du pire scénario” esquissé en 2007 par les scientifiques du monde entier, met en garde le climatologue français Hervé Le Treut.

“En termes d’émissions de CO2, on est au-delà du pire scénario qui avait été imaginé dans les projections du Groupe intergouvernemental d’Experts sur le Climat (GIEC)”, explique à l’AFP ce spécialiste de la modélisation du climat.

“Il n’y pas de signal fort qui nous incite à être optimiste. On est sur une trajectoire qui se traduirait, selon les modèles, par 4 à 6 degrés de réchauffement” d’ici la fin du siècle, ajoute-t-il, à dix jours du sommet de Copenhague qui vise à enrayer la hausse du thermomètre.

Résolution Copenhague du Parlement européen : le nucléaire gâche la fête

Le Parlement européen a adopté, mercredi 25 novembre, une résolution sur Copenhague presque parfaite. Elle ouvre la voie pour une réduction des émissions européennes de 40% d’ici à 2020 et appelle à un soutien financier européen de plus de 30 milliards d’euros par an d’ici à 2020 pour aider les pays en développement à faire face à la crise climatique. Des positions cohérentes avec la science du climat et avec l’exigence de solidarité nord sud, malgré les tentatives des députés du Parti Populaire Européen (PPE) dont fait partie l’UMP pour affaiblir ce texte.

Malheureusement, sous l’impulsion de ces mêmes députés, un amendement a été introduit à la dernière minute pour valoriser le nucléaire dans la lutte contre les changements climatiques. Cet amendement stipule que « le passage, à l’échelle internationale, à une économie à faible intensité de carbone conférera à l’énergie nucléaire un rôle important dans le bouquet énergétique à moyen terme. »

Urgence pour Copenhague

Les nouvelles tombent et les constats vont tous dans le même sens . Copenhague est la dernière chance !
Mais les représentants des grandes puissances jouent au chat et à la souris sans se soucier des conséquences sur les gens d’en bas. La conférence des Nations Unies sur le changement climatique, se tiendra du 7 au 18 décembre 2009 dans la capitale danoise.
A quelques semaines de ce sommet, une petite révision des enjeux considérée comme cruciale pour l’avenir de la planète, s’impose…
anomalies des températures (en °C, par rapport à la moyenne)émissions de C02 (en gigatonnes par an)variation du niveau de la mer (en cm)concentration de CO2 dans l'atmosphère
  1. Quel est l’objectif du sommet de Copenhague ?

    Remplacer le traité de Kyoto qui expire fin 2012. Ce traité international de lutte contre les changements climatiques avait été ratifié par 175 pays et était entré en vigueur en 2005. Il prévoyait une réduction des émissions de gaz à effet de serre par les pays industrialisés d’au moins 5,2 % d’ici à 2012 par rapport aux taux de 1990. L’accord de Copenhague, lui, devrait couvrir la période 2013-2017. Il sera la conclusion de deux années de négociations en vue d’un nouveau traité mondial visant à corriger les causes et les conséquences des émissions de gaz à effet de serre (GES).

  2. Qu’est-ce que la CCNUCC ?

    CCNUCC signifie Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Elle a été signée lors du sommet Planète Terre à Rio de Janeiro en 1992. Depuis, 192 pays, dont les Etats-Unis, l’ont ratifiée. Son objectif premier est de parvenir à stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui empêche toute perturbation dangereuse du système climatique. Les Conférences des parties, qui se déroulent chaque année avec ces pays signataires, ont pour but de mettre en œuvre les objectifs de cette convention cadre.

  3. Quels seront les thèmes abordés à Copenhague ?

    Le changement climatique sera au cœur des discussions avec une question essentielle : quels objectifs se fixe-t-on dans en ce qui concerne la réduction des gaz à effets de serre ? Avec une question sous-jacente : faut-il également fixer des objectifs à court et moyen terme ? Autre sujet abordé : comment aider les pays en voie de développement dans leurs politiques climatiques ? Enfin, la question de la déforestation sera également au cœur des débats, tout comme les mesures à adopter face aux entreprises très consommatrices d’énergie et qui délocalisent dans les pays en voie de développement (la France peux se montrer fière d’avoir respectée ces cotas de Kyoto, mais il faut se rappeler que 40% de notre consommation de bien matériel provient de chine) . Il est cependant dommage qu’un groupe de travail ne mettent pas en avant le problème des filières agro alimentaires et la surconsommation de viande.

  4. Quelle est la position des pays en développement sur ce sujet ?

    Les émissions de gaz à effet de serre sont principalement dues à l’accélération de l’industrialisation des économies occidentales. Or les premières victimes de ce réchauffement climatique seront les pays en développement, plus vulnérables et moins armés pour faire face à la situation. Ils réclament donc un soutien financier de la part des pays riches, WWF estime le besoin pour financer des programmes de réduction des émissions de carbone à 110 milliards d’€ ce qui bloque les négociation actuellement (pour rappel le sauvetage des banques a coûté 4.400 milliards d’€) et d’adaptation aux conséquences du changement climatique.

  5. Pourquoi ce sommet est-il aussi important ?

    Parce que l’urgence climatique est bien réelle, et que les politiques en ont pris conscience. Les concentrations des gaz à effet de serre ont atteint des sommets. Selon les spécialistes, si l’utilisation des énergies fossiles et la déforestation se poursuivent à ce rythme, les températures pourraient être de 5°C supérieures à celles de la période préindustrielle. Avec toutes les conséquences que le changement climatique implique : multiplication de phénomènes météo extrêmes (inondations, sécheresse,…), élévation du niveau des océan, engloutissement de terres, multiplication des conflits…

Pour conclure je ne peux m’empêcher de reprendre les propos de Y. Cochet :

« A Copenhague, tout texte dilatoire inspiré par le nationalisme économique ou l’ignorance de la hauteur des enjeux nous conduirait vers un désastre global. Je crains que les chefs d’Etats et de gouvernements, faute d’accepter un accord juridique contraignant, s’en tirent par une déclaration politique commune, d’autant plus magnifique qu’elle sera vide de décisions. »

Réunion sur le projet de gare rive gauche de Rouen : tram-train ou contournement Est ?

un maillage du territoire avec un croisement de futures lignes de tram-train, de lignes régionales comme celle de Rouen-Evreux, et de lignes nationalesLundi 23 novembre 2009 à 20h30, dans l’auditorium de l’école intercommunale de musique de Val-de-Reuil, voie de la Palestre, (devant le collège Alphonse Allais), se tiendra une réunion sur le projet de gare rive gauche de Rouen.
Dans un premier temps, l’Eure ne devait pas participer à ce débat. Mais, en y regardant de plus près, quelle chance pour notre agglomération !
La fracture de la mobilité n’a jamais été aussi grande aujourd’hui, et la possibilité de la réduire aussi faible. Un investissement structurant de cette envergure doit permettre un maillage du territoire avec un croisement de futures lignes de tram-train, de lignes régionales comme celle de Rouen-Evreux, et naturellement de lignes nationales.

Pour notre agglomération cela pourrait être la clef du problème de franchissement de la Seine, un meilleur accès à hôpital des Feugrais, un désenclavement de la vallée de l’Andelle, et un accès plus rapide aux zones d’emplois de la région Rouennaise.
Mais aussi un autre cadencement qui permettrait de rester plus tard sur Rouen, et d’avoir une vie culturelle plus riche, et encore un accès à l’université plus rapide et moins contraignant (qui ne connaît pas la galère de trouver un logement étudiant sur Rouen quand on n’a pas accès au Crous…).

Je m’emporte. Il faut dire que le sujet me passionne. Hélas quand j’entends les propos du Président de région, A. Le Vern, et son soutien indéfectible du contournement est de Rouen, je me dis que des choix dépassés vont être faits, et que vu le manque d’argent public, un aménagement de notre siècle risque une fois de plus de ne rester qu’un beau discours…

Alors si, comme moi, vous pensez que la Haute Normandie mérite un réseau ferré pour demain, rendez vous à Val de Reuil.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV