Accueil > écologie > Claude Allègre est écologico-positif

Claude Allègre est écologico-positif

Le dimanche 28 février, la nature nous a lancé un message d’alerte. Xinthia a dévasté les régions littorales atlantiques, ravageant dramatiquement la Charente-Maritime, la Vendée, et les Côtes-d’Armor, et laissant nombre d’habitants dans la peine et la douleur.
Pourtant, une onde de joie et d’espoir a illuminé ce sombre dimanche : Monsieur Claude Allègre lançait, dans la joie, son réquisitoire dans la dernière émission hebdomadaire politique du paf, c politique. Il dénonce l’imposture climatique, la fausse écologie, et l’Europe : « Il faut s’occuper des vrais problèmes et non des problèmes mythiques. On fait peur aux gens, mais on doit s’occuper des sujets d’espoir, et non pas des sujets de désespérance… »
Petite (dé)charge contre les écolos d’abord : Ils sont tristes, ils font peur, ils sont imbéciles.
Lui est joyeux.
Tiens c’est marrant ça, ça se voit pas ! Encore plus curieux : l’auditoire, au lieu de se fendre la pêche, à l’air de se contenir. Sûrement pour éviter de se faire pipi dessus à force de rire. Alors pas l’ombre d’un sourire, bravo le self-control ! Ou alors ce sont des écolos, et c’est pour ça qu’ils ne rient pas. Ou alors… Peut-être que pour Claude Allègre (ah de la joie encore), les personnes dans le public sont écolos, et les écolos sont tristes quand ils le voient. Tristes ou peinés. Et si ça se trouve, le public n’est pas écolo ? Alors peut-être l’allégresse est moins communicative que notre ce joyeux lutin ne le croit…
En tous cas c’est parti pour une heure de poilade ! Youpi !!!
Tout d’abord taclé par Demorand sur l’absentéisme à l’école et les 4 mois de vacances, il tient à corriger, « tout en ne reniant pas» : pour les 4 mois de vacances, c’est très bien, Il y a juste les congés de formation qu’ils auraient pu prendre pendant leurs vacances. Pour l’absentéisme, il parlait « des absences d’étudiants, absence de…, on le voit bien. Et parlera peut-être de la violence, c’est toujours la même chose. Donc je ne renie rien… ».
Trop nuls, les profs, vous n’aviez rien compris !
Un bref tour sur l’actualité :
Total et les fermetures de raffineries : « Fermer les raffineries est cohérent avec une politique qui réduit l’usage des combustibles fossiles. Ca conduira automatiquement aux fermetures. Tout ça aurait pu être prévu.» « C’est la même chose que pour nos agriculteurs : on ne peut pas leur interdire les pesticides et les insecticides et en même temps leur interdire les OGM. »
[NdR : euh, non, ce n’est pas la même chose. Les fermetures de raffineries et les OGM sont 2 sujets différents. Et pour info, la culture du soja transgénique résistant au Roundup a conduit à une augmentation des ventes de celui-ci de +72% depuis 1997. Simplement, on double les bénéfices en vendant à la fois les semences OGM et leurs herbicides spécifiques. Mais ceci est un autre sujet…]
« Il faut avoir une politique globale »
[NdR euh… oui]
« Moi je ne suis pas partisan de dégager du CO2 dans l’atmosphère, mais il faut prendre les choses de manière à les intégrer dans l’économie.[…]. On peut fermer les raffineries, et prévoir des solutions on amont. La deuxième chose, c’est que j’ai trouvé les syndicalistes extrêmement malins : ils ont compris qu’on est dans la société de la peur, alors ils ont lancé une peur, la peur qu’on n’ait plus d’essence. Allez hop, ça s’est réglé. Le courage politique aurait été de travailler en amont sur ce problème qui était prévisible depuis de mois et des mois. L’entreprise a fait ça, j’ai pas à donner de point de vue, mais je pense que le ministre qui était chargé de ça aurait du prévoir cela depuis longtemps. »
[NdR Tiens pour un ami de 40 ans de M. Jospin, pour qui l’Etat ne peut pas tout faire, le ministre aurait du faire ?…]
La grippe A : On est dans la société de la peur… « Mais à chaque fois il y a des gens qui gagnent de l’argent. Là, les sociétés pharmaceutiques ont gagné de l’argent. Ce n’est pas un scandale sanitaire, c’est un élément, parmi tous les éléments, tout comme le réchauffement climatique, tout comme autre chose, dans cette société dans laquelle le moindre chose on a peur. C’est le fameux risque 0, le principe de précaution, tout ça. Je pense qu’une société qui a peur est une société qui va mourir.»
La violence à l’école : « Je l’avais fait régresser à l’époque. » « Il faudra remettre les aides-éducateurs ». Assez de suppressions de postes dans l’éducation nationale ou il faut continuer à dégraisser? « Je dis que ça dépend comment on le fait. Avec des règles de 3, sûrement pas. Je pense que y a besoin de monde et en particulier y a besoin de beaucoup d’aides-éducateurs. Au moment où on a du chômage, je rappelle que le gouvernement Jospin a fait baisser le chômage, et a relancé la croissance. Avec quoi ? C’est pas les 35 heures, c’est les aides-éducateurs qui ont été créés et ont employé des jeunes qui ont dépensé de l’argent et relancé les choses. »
[NdR C’est en parfaite ligne avec la politique du gouvernement actuel et de M. Chatel]
Les nominations de Mrs Migaud, Charasse… et Allègre : « On vous a vu dans une ruelle avec des lunettes noires ». « Je vais vous dire pourquoi : parce que on m’a demandé à cette époque, et je l’ai fait, et je le referai, chaque fois qu’on me le demandera, François Filllon m’a demandé de venir parler des problèmes de l’université.[…] »
[NdR Ah la la ! Ces journalistes qui tout de suite font accoucher des souris d’une montagne, sous prétexte qu’il n’y avait pas de soleil dans la ruelle en question. Ah la confiance règne, tiens !]
« J’ai failli être ministre quand il a fait le 1er gouvernement, et qu’il m’a proposé d’être dans le premier gouvernement. Je n’ai pas accepté. 2 fois il me l’a proposé. Bon. Le reste c’est des paroles à l’intérieur du monde médiatique. C’est tout. Ceci dit, j’assume 2 choses : j’assume mes relations avec le président de la république, et j’assume le fait que je suis de gauche et que ma parole est libre.»
[kof ! kof !, je m’étouffe, dans la joie je vous rassure, j’ai avalé mon café de travers ! C’est vrai qu’il est plaisant et rigolo, j’ai bien apprécié l’humour du personnage, mais peut-être ai-je pouffé à contre-temps, car la salle reste de marbre… Allez on se détend.]
Bon bah, en avant pour les propos burlesques de ce joyeux drille – ce qu’il sut être, comme géophysicien, avant de l’être en politique, comme ancien ministre de l’éducation nationale, dégraisseur de mammouth, puis chasseur d’éléphants du PS, et qu’il est encore selon lui. Nous sommes désolés, tout écolos, citoyens, sectaires, et imbéciles que nous sommes, d’être tristes… Même si, je vous rassure, nous avons bien du plaisir et des rires à partager les bons moments de la vie avec tous nos amis, et tous ceux qui apprécient ces petits moments.
Allez : le vif du sujet : du dérèglement climatique
N.D. « Est-ce que vous pensez qu’une tempête telle que celle a traversé la France aujourd’hui, a à voir, de près ou de loin, avec ce qu’on appelle le dérèglement climatique ? »
« C’est un des effets du dérègl….. »[NdR oups, on ravale ses mots] « Moi, ça fait plus de 20 ans que je dis que que l’une des choses les plus dangereuses c’est pas l’augmentation ou la diminution [NdR diminution ???] de la température moyenne, c’est l’augmentation des phénomènes extrêmes […] Ce qu’il faut faire c’est s’adapter .[…] Il y aura d’autres tempêtes, il y aura d’autres inondations.»
Approche scientifique : N.D. « C’est une intuition ou une certitude ? » C.A. « Pas du tout, c’est ce que je regarde. […] Moi je ne crois qu’aux observations, vous le savez, c’est la base de.., les modèles et tout ç je n’y crois pas, donc je vois les observations et je vois que les phénomènes extrêmes sont en train d’augmenter, alors si vous extrapolez, vous verrez qu’on tombe dans un refroidissement climatique et non pas un réchauffement. Oui bien sûr : un refroidissement. Il y a certaines personnes qui disent que depuis 2000, on est dans un refroidissement, les hivers sont de plus en plus rigoureux, et ça peut s’expliquer par le fait qu’il y a une différence de température moins grande entre les pôles, plus grande, pardon, entre les pôles et l’équateur. Donc beaucoup plus de phénomènes venteux. J’en sais rien pasque moi je prédis pas ce qui va se passer. Je dis : y a des gens qui disent que on est dans ce cas là. Mais en tous les cas, le mot que je défend, je ne crois pas que l’homme peut agir sur le climat, c’est le mot que je défends, c’est ADAPTATION ! Comme l’homme préhistorique s’est adapté, et bien l’homme moderne doit s’adapter»
[NdR : Tiens je vais me faire pousser des branchies, moi, d’autant que je m’étouffe à force de rire :D Tiens, pis j’vais me faire pousser les poils pour lutter contre le refroidissement climatique.]
Le GIEC : « Le GIEC est dominé par un groupe d’1 pers…, d’une quarantaine, ou d’une cinquantaine de personnes, et ensuite on demande à un certain nombre de gens de rédiger des rapports : si la température augmente de tant de degrés, que deviendront les papillons ? Si la température augmente de.. etc. Ces gens là n’ont pas voix au chapitre. [NdR : chat pitre ?] Le gros rapport du GIEC est effectivement un rapport scientifique nuancé avec des tas d’opinions. [NdR : opinions ?] Mais après, ça il fait 2000 pages, oui mais personne les lit, ce qu’on lit, c’est le résumé de 100 pages, et celui-là il est basé, c’est explicitement dit, ce qui est un non-sens scientifique, sur le consensus. Le consensus, c’est la mort de la science. C’est la mort de tout. La base de la science c’est le débat, et le fait qu’il y ait une opinion unique, c’est une attitude scientifiquement totalitaire. Totailitaire, oui. Absolument. […] C’est un groupe de scientifiques qui croient aux modèles, okay ?, comme il y avait un groupe de banquiers qui croyait aux modèes, à Londres »N.D. « Comparaison n’est pas raison ». C.A. « Mais c’est exactement le même phénomène, comparaison n’est pas raison c’est un mot, mais c’est exactement la même chose. »
Bon pour le reste des élucubrations du personnage, je vous laisse regarder l’émission.
Allez une dernière pour la route : « La température moyenne du globe, c’est la première des choses, ça ne veut rient dire, ça n’a pas de signification, ce qui est important, c’est la température ici et ailleurs. Et c’est pas vrai ce qu’on voit, c’est pas vrai. »
Dernière (non mais qu’il est drôle) : « Je ne crois pas que l’espèce du thon rouge soit une espèce en voie de disparition. » Je ne crois pas que. Je ne doute pas. Pas “je ne sais pas !”.
Oh pis une autre (dernière car il faut qu’on y aille) : “L’écologie est le moteur du progrès, et le moteur d’une nouvelle harmonie entre l’homme et la nature. [le moteur] est basé sur l’innovation, le progrès scientifique, et qui ne sacrifie jamais l’homme au détriment soi disant de la nature. Car la nature n’est pas bonne. »
Allez j’arrête, j’ai bien ri, mais les plus courtes sont les meilleures.
Je vous laisse aussi lire l’article de Stéphane Foucard le cent-fautes de Claude Allègre.
Jérôme Bourlet

Si vous voulez entamer une discussion, vous serez le (la) premier(e) à donner votre avis...

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV