Accueil > écologie > EPR : les responsables d’AREVA savaient. Qui d’autre ?

EPR : les responsables d’AREVA savaient. Qui d’autre ?

Le canard enchainé a révélé une note de 32 pages : elle dévoile que les responsables d’Areva avaient conduit des études sur l’acier du couvercle de la cuve de l’EPR en 2006. Ces études ont fait état des fragilités de l’acier qui compose le couvercle du réacteur en construction à Flamanville.
Ce n’est que 9 ans plus tard qu’Areva révèlera ces défauts à l’ASN. On savait en 2006, mais la loi n’obligeait pas Areva à communiquer ces résultats à l’ASN. Ce dossier a donc été caché toutes ces années.
En 2006, l’EPR était censé coûter 3,3 milliards €, et le démarrage du réacteur était prévu pour 2012 !
Le chantier a maintenant 5 ans de retard et ne démarrera probablement jamais. Il en coûte aux français 9 milliards d’euros.
Cette dissimulation est scandaleuse : les responsables d’Areva, tous les techniciens et ingénieurs – qui encore ? -, qui connaissaient la dangerosité de l’installation, ont laissé les travaux se poursuivre pendant 9 ans. 9 ans d’une litanie d’aberrations, de malfaçons et d’accidents.
Si l’ASN n’avait pas ordonné une série d’analyses sur la résistance de l’acier de la cuve, aurions-nous démarré le réacteur en connaissance de cause, et en sachant le risque d’accident ?
L’abandon envisagé en 2014 de l’EPR – pour sauver l’entreprise de cette hémorragie financière – est-elle en lien avec ces risques connus depuis des années ?
Nous apprenons de plus, par cette note, que “la technologie de fabrication retenue pour les calottes de cuve du réacteur Flamanville 3 est en régression technique par rapport à celles utilisées pour le parc en exploitation.”
Nous sommes coincés entre un parc vieillissant ruineux à rénover, dangereux à rénover, et des EPR dangereux et ruineux. A quand la transition énergétique ? L’EPR est condamné.
Maintenant, la question que pose cette note révélée à l’ASN : Qui savait ? Quels sont les responsables – décideurs de l’entreprise ou politiques – qui connaissaient ces défaillances et les ont étouffées ?
Quels sont les responsables de cette gabegie, du risque encouru par la population, de la faillite d’une entreprise soutenue par la dette française ?
Seront-ils condamnés ?

nono

Si vous voulez entamer une discussion, vous serez le (la) premier(e) à donner votre avis...

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV