Accueil > région > Fin des 24 heures motonautiques de Rouen

Fin des 24 heures motonautiques de Rouen

Fin des 24 heures motonautiques de Rouen

Suite à la mort d’un gendarme de la brigade fluviale, la course a été arrêtée. L’acident s’est produit à 6h20.
L’embarcation des gendarmes, chargée de la sécurité du passage des péniches, à été percutée par le bâteau d’un concurrent. Un gendarme a été blessé et souffre de contusions multiples, tandis que son collègue est malheureusement décédé.
Il a été aussitôt mis fin à la course et tous les concurrents ont regagné les berges.
Mais cet accident va rouvrir le débat sur l’existence même de cette course, qui se déroule au plein coeur de la ville.
Estimée comme dangereuse et extrêmement bruyante par de très nombreux riverains, cet accident risque de remettre en cause l’existence même de cette manifestation. Est-ce la fin des 24 heures de Rouen ?
nono

déjà 4 commentaires pour cet article

  1. Mai 2010
    2
    10 h 27

    La mort d’un homme pour rien !!!

    Denis

  2. Mai 2010
    2
    18 h 17

    Apparemment, c’est un truc passionnant pour les équipes qui participent. Je me rappelle avoir lu “victoire au mans”, de Bernard Clavel, lorsque j’étais môme. J’avais trouvé ça passionnant. J’avais 12 ou 13 ans. L’adolescence est passée, et puis les années, et cela n’avait pas franchi pour moi le cap de l’enfance. Mais bon, je peux comprendre…
    Les 24 heures motonautiques n’ont jamais su m’émouvoir. J’y suis allé ado, et j’avoue que voir passer les bolides en boucle m’a laissé un peu de marbre. J’y étais allé pour rencontrer du monde,… Mais bon, ce n’a jamais eu la classe des voiles de la liberté par exemple, où les rencontres sont réalisées dans une ambiance festive le soir, propre à la promenade et au rêve au petit matin, aux rencontres et à la découverte dans l’après-midi. Et où le bruit, cela a été des concerts mythiques (je pense à Bashung). Seule la musique et les applaudissements emplissent l’atmosphère. Et les gens qui se promènent.
    Pour moi, c’est personnel, les 24 h, c’est de l’attroupement, du bruit, et pour avoir habité plusieurs années en bord de Seine à Rouen, une véritable pollution sonore.
    Mais là, tu l’as dit c’est un mort pour rien. Je pense aux familles aux amis. Le gendarme n’est peut-être pas mort pour rien, car il a succombé à sa mission : assurer la sécurité. Mais au lieu d’arrêter la course après l’accident, tout le monde souhaiterait sûrement revenir en arrière, et que cette course n’ait jamais eu lieu.

    nono

  3. Mai 2010
    10
    15 h 26

    […] Fin des 24h motonautiques de Rouen Les écologistes dénonçaient cet évènement dangereux pour la planète, mais il a fallu qu'un gendarme décède pour que l'on arrête les 24h motonautiques de Rouen. […]

    LeGrandVillage : La revue de liens hebdomadaire #5 « Le Grand Village

  4. Mai 2010
    17
    22 h 34

    […] Fin des 24h motonautiques de Rouen […]

    LeGrandVillage : La revue de liens hebdomadaire #5 — Le Grand Village

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV