pétition

Ce tag est associé à 1 articles

Pétition pour une protection de l’apiculture et des consommateurs

COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris, le 1er décembre 2011,
17 organisations apicoles, agricoles et environnementales appellent les citoyens à signer une pétition en ligne pour protéger l’apiculture européenne contre les OGM. En septembre dernier, la Cour de justice de l’Union européenne décidait que du miel contenant du pollen de maîs OGM MON810 ne pouvait être commercialisé faute d’autorisation de ce pollen dans le miel. Par cette décision, ce sont toutes les productions apicoles situées dans un rayon de 10km d’un champ d’OGM qui sont menacées : le miel, le pollen, ou tout complément alimentaire contenant du pollen. Depuis, les tractations vont bon train. Des manipulations juridiques qui permettraient de contourner cette décision dans le cas du miel sont à l'étude, au mépris de la transparence exigée par les consommateurs. Le 12 décembre prochain, la Commission devrait présenter aux Etats membres les pistes qu’elle retient.
La prise de conscience environnementale est devenue telle que la Commission Européenne ne peut prendre le risque de sacrifier délibérément l'abeille au profit des intérêts des multinationales. La coexistence des cultures OGM et de l'apiculture est impossible. L'abeille est un élément indispensable de l'environnement, de la biodiversité, et un atout incontournable pour la pollinisation de nombreuses cultures. Déjà mise à mal par la pression des pesticides, l’apiculture pourrait tout bonnement disparaître des campagnes européennes par décision politique, ou être accusée de disséminer les pollens OGM !
Face à ce risque inadmissible, les organisations apicoles, agricoles et environnementales appellent les citoyens à demander instamment à John Dalli, Commissaire européen à la Santé et à la Consommation, et aux décideurs européens et nationaux de protéger l'abeille et l'apiculture et de :
  • suspendre immédiatement et ne pas renouveler l'autorisation de culture en plein champ du maîs MON 810,
  • bloquer l'avancée de tous les dossiers de plantes génétiquement modifiées nectarifères ou pollinifères,
  • faire évaluer rigoureusement l'impact des plantes transgéniques sur les ruchers, notamment les couvains et les abeilles hivernales, et de rendre publics tous les protocoles et résultats,
  • respecter le droit à la transparence pour les consommateurs.
Contacts presse :
Jean-Marie Sirvins, Union nationale de l’apiculture française, 06 89 37 06 12 ou 04 73 35 88 68
Jean Sabench, Confédération paysanne, 06 73 91 23 78
Nicolas Guintini, Fédération Française d’Apiculture Professionelle, 06 60 61 79 28
Yves Vedrenne, Syndicat National de l’Apiculture, 06 08 46 31 43 ou 01 45 22 48 42
Daniel Evain, Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique, 06 84 06 64 38
Liste des organisations appelant à signer la pétition :

Pétition de soutien à Paulina, Zenel et Erblina

Réseau Education Sans Frontières
Paulina (12 ans, collège Barbey d’Aurevilly), Zenel et Erblina (11 ans et 9 ans, école Marie Houdemare) ont fui le Kosovo avec leurs parents car leur vie y était menacée. Ils se sont arrêtés dans un premier pays européen trop proche du leur. Encore menacés, ils ont dû le quitter pour se réfugier à Rouen.
Leur situation administrative est à ce jour bloquée en France :
  • Refus d’examen de leur demande d’asile ;
  • Risque d’expulsion vers le premier pays européen malgré le danger.
Leur situation matérielle était depuis leur arrivée extrêmement précaire, elle s’est récemment encore dégradée. Sans plus aucune aide, ils vivent aujourd’hui dans l’incertitude du lendemain (pas de logement, pas de ressources). De plus, leur père, gravement malade, est hospitalisé depuis plusieurs semaines.
Malgré tout cela, depuis septembre, les enfants suivent leur scolarité avec assiduité. Ils ont acquis un niveau de français remarquable et manifestent un désir évident d’intégration dans notre pays.
  • Nous voulons que Paulina, Zenel et Erblina puissent grandir dans des conditions décentes et humaines parmi nous ;
  • Nous soutenons le droit des enfants à une scolarité et une vie familiale normale que seule la France peut leur offrir.
Un retour au Kosovo et dans le premier pays européen est exclu, aussi, nous demandons à M. le Préfet de la Seine-Maritime :
  • De prendre en compte la solidarité exprimée par cette pétition ;
  • De considérer la situation urgente et désespérée dans laquelle se trouve cette famille ;
  • De procéder au plus vite à la REGULARISATION des parents de Paulina, Zenel et Erblina.


Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV