liberté

Ce tag est associé à 1 articles

Des connards, des barbares tentent d’assassiner la liberté d’expression. Ils ont tué Charlie.

On peut mourir pour écrire, pour mettre en images. Des criminels ont exécuté Charlie Hebdo. Je suis Charlie Hebdo. Nous sommes tous Charlie Hebdo.
Des dessinateurs, des journalistes, des membres du personnel et des policiers ont été exécutés. Par des humains armés de haine et d'armes de guerre.
C'est un choc. Le peuple se lève.
Je suis Charlie. Nous sommes Charlie. Et si nous avons peur de tant de barbarie, de stupidité et de violence, nous sommes debout. Debout face à la haine et au meurtre.
Les criminels s'en sont pris à la liberté, à la gauche, à l'écologie, aux idées, aux Français et à l'humanité.
Wolinski, Cabu, Charb, Tignous, Bernard Maris ont été tués pour leurs idées, et les autres pour accompagner ces idées, ces images, la laïcité, la liberté de penser et de vivre. Les autres parce qu'ils croyaient le rendre possible.
J'ai un vide et une douleur en moi.
Enfoirés ! On reste debout, sans haine, et il faut tout reconstruire, et interdire les armes de guerre. Salops.
Des connards, des barbares tentent d'assassiner la liberté d'expression. Ils ont tué Charlie.

Liberté, j’écris ton nom !

la blogueuse
J'ai été frappée, sur internet, à la radio, à la télévision, par ces témoignages de Tunisiens, enfin libérés après 23 ans de surveillance et de délation : "On avait pris l'habitude, lorsqu'on parlait de se retourner pour voir si quelqu'un nous écoutait." Les témoignages abondent d'opposants privés d'emploi, arrêtés arbitrairement, harcelés psychologiquement...
Brrr ! Heureusement, nous avons la chance de vivre dans un état démocratique, où la liberté d'expression et d'opinion sont des droits humains imprescriptibles. Où les bafouer constitue une discrimination. Où l'opposition politique est légitime, et non contrôlée par un Etat policier.
Souhaitons ne plus jamais revivre les heures sombres de la Collaboration, où l'on épiait son voisin, le dénonçait au besoin, puis laissait la Gestapo l'emmener, sans bousculer son petit train train quotidien ni sa bonne conscience.
Heureusement, si "Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant / (...) à l'heure du couvre-feu des doigts errants / Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE / Et les mornes matins en étaient différents" (Aragon, "Strophes pour se souvenir", en hommage aux membres de l'Affiche Rouge, des immigrés engagés dans la Résistance et tués pour cela).
Rappelons-nous ce poème, écrit au camp de Dachau en 1942 et attribué au pasteur Niemöller :
Quand ils sont venus chercher les communistes
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas syndicaliste.
ils sont venus chercher les juifs
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas catholique.
Quand ils sont venus chercher les francs-maçons,
je n’ai rien dit
Je n’étais pas franc-maçon.
Quand ils sont venus me chercher
Il ne restait plus personne pour protester.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV