Accueil > écologie > Le progrès aujourd’hui, c’est de sortir du nucléaire

Le progrès aujourd’hui, c’est de sortir du nucléaire

“S’accrocher au nucléaire, c’est comme s’accrocher au Minitel alors qu’il y a Internet”

(Eva Joly, de retour de Fukushima, le 24 octobre 2011)

Aujourd’hui, tout autour de nous, des démocraties européennes prennent la décision politique de sortir du nucléaire : d’abord l’Allemagne en mai 2011, puis la Suisse et l’Italie en juin. Et depuis dimanche, le 30 octobre 2011, c’est au tour de la Belgique de prendre cet engagement historique.

En période de crise, avons-nous les moyens de sortir du nucléaire ?

L’Allemagne, la première puissance d’Europe, est en train de le prouver : “La révolution énergétique accélère la sortie de crise”. La révolution énergétique est bien une révolution industrielle. Si en 1999, les Allemands avaient la même consommation par habitant que les Français, ils consomment aujourd’hui 28 % d’électricité de moins que les consommateurs français. Cela passe par une meilleure isolation des bâtiments, une meilleure efficacité des appareils électriques, et une politique tarifaire privilégiant les économies d’énergie.
Les consommateurs allemands sont parvenus au même budget que les français, avec un tarif plus élevé qui leur permet d’investir dans le développement des énergies renouvelables. C’est un formidable débouché d’emplois, durables et non-délocalisables. C’est un pari industriel pour une nation qui a décidé d’investir et d’exporter les nouvelles technologies liées au renouvelable.
En dix ans, depuis que la loi allemande garantit aux producteurs d’énergies renouvelables un tarif d’achat préférentiel, 300.000 emplois ont été créés dans le secteur. Aujourd’hui Siemens, par exemple, investit des milliards dans le renouvelable.
En France, c’est l’inverse qui se produit depuis 2008, depuis que le gouvernement a d’abord décidé de baisser le prix de rachat de l’électricité solaire photovoltaïque, puis de réduire de moitié le crédit d’impôt (ramené à 25%) accordé pour l’installation de panneaux solaires par la loi de finances de 2011, et enfin de décréter un moratoire en décembre 2010.
Franck Le Borgne, gérant de la société One Networks Energies, spécialisée dans l’installation de panneaux photovoltaïques, – qui en juillet 2011 est devenu le porte-parole des victimes des volte-face du gouvernement en matière d’énergie photovoltaïque en menant une grève de la faim -, s’insurge : « On nous a dit que les tarifs étaient trop élevés et qu’il fallait remettre à plat la filière. Le résultat, c’est qu’après nous avoir encouragés dans ces technologies innovantes, le gouvernement a obligé des dizaines d’entreprises à mettre la clé sous la porte ». L’association « Touche pas à mon panneau solaire » considère qu’une société sur deux serait affectée par les effets du moratoire, entraînant le licenciement de 14 000 personnes !

Sortie du nucléaire nous coûtera cher. Et pourtant cela coûtera bien moins cher que de s’accrocher à cette vieille technologie.

Il faut le comparer, comme le fait très justement le physicien Bernard Laponche, avec le coût du maintien du nucléaire. Les coûts seraient équivalents (lire le limpide “En finir avec le nucléaire : pourquoi et comment” paru en octobre 2011)
Il restera de toute façon la question du démantèlement, de la gestion des déchets, et plus que tout, le coût inassurable du risque d’accident majeur. C’est à l’Etat, au contribuable, et à la population qu’il reviendra alors de prendre en charge ce coût, incalculable, d’un accident majeur : “Ce coût cumule en effet des coûts de vie humaine et de santé, des coûts de stérilisation de surfaces agricoles, des coûts d’atteinte à la biodiversité, des cous industriels, etc., qu’il n’est pas simple de déterminer sans conteste.”
“Les scénarios de sortie du nucléaire par contre, ne supportent que les aléas économiques beaucoup plus faibles de l’apprentissage industriel des filières de production d’électricité renouvelable ou d’économie d’électricité.”
“S’affranchir du nucléaire au profit de l’économie d’électricité et des renouvelables ne revient donc pas à lâcher la sécurité économique, comme on le croit souvent, mais bien au contraire à réduire les marges de risque économique et financier pour les décennies qui viennent.
“Finalement, concluent Bernard Laponche et Benjamin Dessus (ingénieur et président de l’association de scientifiques Global Chance), contrairement à ce que l’on pourrait croire, les scénarios de poursuite du nucléaire présentent plus d’aléas économiques et financiers que les scénarios de sortie du nucléaire.”
Le mythe de l’électricité en abondance et bon marché est en train de s’éloigner du quotidien des français. Comme le mythe de la sécurité des installations nucléaires, qui a volé en éclats à Fukushima. Bien entendu, tous les écologistes font de ce thème un enjeu phare.
C’est désormais une vision qui est partagée par des pays de plus en plus nombreux : Le Japon dans les conditions terribles de la catastrophe qui le ruine et laisse le pays dévasté pour des décennies. L’Allemagne sort du nucléaire, l’Italie sort du nucléaire, et maintenant c’est au tour de la Belgique de sortir. C’est une responsabilité historique qui est prise par les gouvernements et les populations, qui voient là l’occasion de sortir par le haut et d’investir dans un, dans LE secteur d’avenir.

Laetitia Sanchez

déjà 2 commentaires pour cet article

  1. Nov 2011
    2
    15 h 00

    […] Le progrès aujourd'hui, c'est de sortir du nucléaire – écologie – Saint … L'Allemagne, la première puissance d'Europe, est en train de le prouver : La révolution énergétique accélère la sortie de crise. La révolution énergétique est bien une … Source: http://www.saintpierre-express.fr […]

    Le progrès aujourd'hui, c'est de sortir du nucléaire - écologie - Saint ... | Un autre système est-il possible ? | Scoop.it

  2. Août 2013
    21
    20 h 56

    Que nous conservions le nucléaire ou privilégions les énergies renouvelables pour produire l’électricité, il faut s’attendre à une hausse des prix. Les autres énergies de chauffage comme le fioul gagneront ainsi peut être en compétitivité.

    Maxom

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV