Accueil > école > Le collège Pablo Neruda d’Evreux (27000) regagne des effectifs

Le collège Pablo Neruda d’Evreux (27000) regagne des effectifs

Bonne nouvelle pour l’établissement RAR (Réseau Ambition Réussite) de la Madeleine !
Après une dizaine d’années de baisse d’effectifs (360 élèves à la rentrée dernière contre 750 il y a 10 ans) et une menace de fermeture par le Conseil Général en 2008, le collège voit ses effectifs remonter enfin, avec 40 élèves de plus que prévu à la rentrée prochaine. « Le nombre de dérogations demandées par les parents à l’entrée en sixième est moindre que les années précédentes », explique le principal, Jean-Pierre Cantrelle. C’est le facteur majeur. Un autre tient au retour à Pablo-Neruda de quelques collégiens (sept ou huit) domiciliés dans le secteur de rattachement du collège de La Madeleine qui fréquentaient un collège extérieur. Résultat : la rentrée 2010/2011 verra 20 élèves supplémentaires inscrits en classe de 6e et 20 supplémentaires en classe de 3e. Et des moyens accrus ont été accordées par l’académie pour répondre à la création de sections supplémentaires. (source : Paris Normandie du 19 juillet 2010)
Cette nouvelle représente un espoir pour tous les établissements qui depuis 3 ans souffrent de l’assouplissement de la carte scolaire, accusé par un rapport de la Cour des comptes en novembre 2009 de créer des ghettos. Selon Philippe Tournier, secrétaire général du syndicat des personnels de direction de l’Education nationale (SNPDEN) : “30% des collèges et lycées classés ZEP-RAR (zone d’éducation prioritaire-réseau ambition réussite) jugent que la libéralisation de la carte scolaire a eu un impact négatif. C’est une difficulté supplémentaire pour ces collèges et lycées. Beaucoup de chefs d’établissement constatent une baisse des effectifs, avec le départ bien souvent des élèves les plus favorisés. Cela amplifie le mouvement de ghettoïsation. L’assouplissement de la carte scolaire suscite des départs qui n’auraient pas eu lieu autrement, et déstabilise complètement l’équilibre qu’il pouvait y avoir dans certaines villes. Jusqu’ici, les élèves allaient sans trop se poser de question au collège le plus proche avec la garantie d’une qualité moyenne. Mais, avec l’assouplissement de la carte, les parents ont désormais le choix. A partir de là, leur raisonnement change : «Puisque j’ai le choix, c’est qu’il y a des différences». Certains collèges se forgent une meilleure réputation que d’autres tout simplement parce qu’ils sont en centre-ville dans un immeuble ancien… Il suffit que quelque parents demandent une dérogation dans le but que leur enfant aille dans cet établissement «présumé meilleur» pour que les autres suivent. Une fois le mouvement enclenché, ce qui n’était qu’une image devient une réalité…” (source : Libération du 6 mai 2010)

Laetitia Sanchez

Si vous voulez entamer une discussion, vous serez le (la) premier(e) à donner votre avis...

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV