Accueil > de quoi j'me mêle > François Hollande rate sa prestation à la télé mais se cramponne

François Hollande rate sa prestation à la télé mais se cramponne

François Hollande rate sa prestation à la télé mais se cramponne

Près de 8 millions de français ont écouté le président de la République.
Ils ont cherché le sens, cherché les préoccupations et les réponses du pouvoir à toutes les questions auxquelles nous sommes, ou allons être, confronté-e-s.
En chute perpétuelle dans les sondages, François Hollande a cherché a se montrer empathique, mais la sauce ne prend pas. Ce n’est pas sur son image qu’il en est à 12%. C’est sur le bilan, les promesses non tenues, le reniement et le revirement.
Il était attendu sur le chômage, la justice sociale, l’éducation, l’économie, l’environnement, les méthodes de gouvernance et la rénovation de nos institutions, l’Europe, la politique internationale, la finance, la fiscalité, le climat, et les perspectives d’avenir, la guerre, le terrorisme, la bouffe et la santé.
La plupart des français se moquent de ses histoires de coeur, pour rester poli. Quand les présidents qui ont incarné la Vème République l’ont fait en incarnant le pouvoir et la France, ils l’ont fait avec intégrité. Le général De Gaulle payait les factures d’électricité de ses appartements à l’Elysée, et ses repas donnés à titre privé. Et il avait renoncé à ses retraites de militaire comme de Président de la République.
Nous étions, à l’époque, bien loin du bling-bling de Sarkozy, de la dépravation du candidat Strauss-Kahn, du financement des partis, du financement des campagnes que tous les français payent – tous les français payent pour Bygmalion, pas seulement les militants -, ou des ministres et politiques en place qui jurent aux Français, droit dans les yeux, qu’ils n’ont pas d’argent dans les paradis bancaires et fiscaux, et qui se font prendre la main dans le pot de miel.
Les français peuvent avoir le sentiment que cette 5ème République se roule dans la fange au lieu de s’attaquer à leurs conditions de vie et à leurs perspectives d’avenir.
Les questions de vie privée, ça se balaie d’un revers de main.
Ce que nous voulons, c’est de la transparence dans la gestion de l’argent public, les attributions de marchés publics, les emplois publics, et la gestion des affaires publiques.
La démocratie commence par la connaissance des choses publiques. C’est ça qui nous permettra de faire des choix politiques raisonnés basés sur des arguments, et plus sur des mots, des paroles et des promesses.
C’est sur les promesses du candidat Hollande qui n’ont pas été réalisées que j’aurais voulu qu’il s’explique, et sur ce que les dirigeants allaient faire dans la seconde période de son mandat.
C’est ça la politique : pourquoi et comment nous en sommes arrivés là. Comment et pourquoi nous pouvons choisir d’avoir un avenir. Si possible partagé, c’est le lot de la démocratie.
Le président et le meurtre de Rémi Fraisse : “Une tragédie pour la famille et un drame pour le pays”, nous a-t-il dit. Le président Hollande a promis la vérité et les résultats de l’enquête devront être délivrés d’ici 8 jours.
Le président n’a pas dit la vérité quand il a annoncé que les grenades offensives dites F1 n’avaient jamais tué jusque là. Rémi est le deuxième militant écologiste qui a été tué par une grenade offensive. 300 grenades lacrymos ont été lancées le jour du meurtre, et 30 grenades offensives. 30 de ces grenades tueuses d’écolos.
Nous attendons les résultats de l’enquête. De manière non violente. Puisque le gouvernement en appelle à la responsabilité, nous attendons tous que toutes les responsabilités soient assumées.
Le président et le chômage : 40 Mds € d’aides aux entreprises, soit près de 12 000 € par chômeur, vont ou ont été versées, sans contreparties. Et ça ne marche pas.
L’ennemi n’est plus la finance une fois l’élection passée. Le gouvernement est “pro-business”. L’ennemi a gagné, sans combat, sans coup férir, en un jour.
Pro-business et aussi pro-banques et produits dérivés : le gouvernement socialiste a réussi à déjouer l’Europe en empêchant la taxe sur les transactions financières. Le gouvernement français, pour préserver les intérêts des principales banques françaises, notamment sur les fameux produits dérivés qui auraient pu être taxés à 0,01% (vous avez bien lu).
Et ce n’est pas tout : aujourd’hui, ce sont les Etats et les contribuables qui garantissent les actifs des banques. les cinq plus grosses banques françaises contrôlent des actifs consolidés qui pèsent plus de 300% du PIB de la France. La faillite de l’une entraînerait la faillite du pays. L’Europe retenu la création d’un fonds de sauvetage des banques, abondé par une taxe sur les banques afin de garantir une éventuelle défaillance. Le gouvernement français s’y est opposé.
Mais ce n’est pas tout : Michel Sapin a reconnu que les services de Bercy travailleraient sur la déductibilité des sommes versées à un tel fonds de sauvetage européen.
Les contribuables et l’Etat français resteront donc les garants des banques.
Alors, les socialistes ? Ennemis ou valets de la finance, contre l’intérêt des contribuables et des français ?
Le président n’a plus qu’à espérer que “la roue tourne”. Sinon, il ne pourra pas se représenter en 2017. En attendant, il se “cramponne”. Il n’a plus qu’à espérer qu’une banque, une de ces “too big to fail”, ne se trouve pas mise en défaut.
Les sujets d’avenir : pas de hausse d’impôts, c’est LA promesse de la deuxième moitié du quinquennat. Cela signifie aussi qu’il n’y aura pas de fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG, qu’on va adoucir le sort des riches, qu’on va gentiment privatiser pour trouver du cash, et avoir la paix des possédants. Va-t-on augmenter la TVA ? Les collectivités locales vont-t-elles être acculées à augmenter les impôts locaux ? Il n’est pas pour demain, le grand soir fiscal.
Réforme des institutions : M. Hollande a été incapable d’expliquer la décentralisation et le rôle des régions, incapable d’expliquer la nécessité de supprimer l’échelon inutile du département coincé entre l’intercommunalité et la région.
Le président a expliqué que la promesse de procéder à la réforme vers la proportionnelle était caduque. Fin.
Nous devrions pourtant en finir avec le clientélisme, la corruption, la fraude, le cumul des mandats et l’appropriation des pouvoirs et des décisions. Ce ne sera pas pour ce mandat. Ce ne seront pas une mesure ni des lois socialistes.
Le programme jusqu’en 2017 : Du foot. C’est d’abord l’euro 2016.
Puis le président souhaite les jeux olympiques à Paris en 2024. Rappelons-nous que ce sont précisément les jeux olympiques qui ont plongé la Grèce dans la crise de la dette en 2004. Les équipement réalisés alors sont pour beaucoup en ruines, comme l’est l’économie.
Et en 2025, il veut que la France organise une exposition universelle. “ On a besoin de grands événements, on a besoin de se projeter.” Incapables de réduire la dette, allons-nous nous lancer dans des dépenses titanesques ?
M. Hollande aura eu une phrase sur l’exposition de “l’excellence environnementale” de la France, en citant la conférence sur le climat, en 2015 à Paris.
Le GIEC a prévenu, c’est maintenant qu’il faut agir si l’on veut sauver la planète. Les dirigeants des pays du monde entier, scientifiques, ONG, mais aussi lobbyistes et industriels, vont se rencontrer et négocier pour tenter de sauver ce qu’on peut sauver de notre monde.
Face à cet enjeu – majeur, existentiel, de vie ou de mort -, la conférence ne peut pas être une grande expo faire-valoir de la France, avec des grands posters. Ce ne peut pas être une simple phrase glissant la conférence sur le climat au milieu des manifestations sportives et autres événements à la gloire de Paris.
La peu contraignante loi de transition énergétique manque d’ambition, les lois sur le logement sont détricotées, l’énergie, on change rien, à part reparler de saccager les sous-sols pour le gaz de schiste, le gouvernement ne s’en sort pas du nucléaire, la France est une foire aux grands projets inutiles et imposés, et on continue de privatiser les routes, et maintenant les barrages hydroélectriques. Il va être bien difficile d’aller faire les beaux lors de la conférence sur le climat l’an prochain.
Les socialistes seront-ils les fossoyeurs de l’écologie et de la planète ?
Des pains et des jeux. C’est bien tout l’espoir que le Président et son gouvernement nous laissent à l’issue de ce show pathétique.
Je n’attends pas d’enquête sur le suicide du socialisme et le naufrage de la cinquième République.
On attend les résultats de l’enquête sur le meurtre de Rémi Fraisse. L’Etat et ses dirigeants doivent savoir prendre leurs responsabilités.
Il faut savoir se décramponner, parfois.
les-gardes-mobiles-chargent

nono

Si vous voulez entamer une discussion, vous serez le (la) premier(e) à donner votre avis...

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV