Accueil > culture > En chemin elle rencontre : contre les violences faites aux femmes

En chemin elle rencontre : contre les violences faites aux femmes

Un bel album collectif vient de paraître, publié par les éditions Des ronds dans l’O avec le soutien d’Amnesty International.
« En France, une femme meurt tous les 2 jours et demi sous les coups de son conjoint, environ 70 000 adolescentes de dix à dix-huit ans sont menacées d’être mariées de force, entre 55 000 et 65 000 fillettes ou femmes sont mutilées ou menacées de l’être.
Chaque année dans le monde, 5 000 femmes sont tuées au nom de l’honneur, des centaines de milliers de femmes sont victimes de la traite en vue de la prostitution… Pour que les femmes osent parler, pour briser le silence, pour une prise de conscience et de responsabilité, les artistes, femmes et hommes, se mobilisent pour la défense du droit humain. »

A découvrir au festival de bande dessinée NormandieBulle à Darnétal les 26 et 27 septembre prochains.
Plus d’infos sur le site du festival

Laetitia Sanchez

déjà 5 commentaires pour cet article

  1. Sep 2009
    26
    14 h 51

    J’ai lu très récemment une BD poignante racontant une soirée dans un foyer où un mari violent règne en tyran. Une BD qui ne peut pas laisser indifférent. Malheureusement, je n’arrive pas à en retrouver les références.
    Dans un autre genre, Pourquoi j’ai tué Pierre (la magistrale BD d’Alfred et d’Olivier K) aborde sans fausse note le délicat sujet de la pédophilie.
    Comme quoi, la BD n’est pas uniquement la terre des machos régressifs…

    Thomas

  2. Oct 2009
    31
    4 h 13

    La violence faite à toutes les femmes quelles qu’elles soient est une terrible injustice et dégradation de tout l’establishment des grands principes d’une société démocratique. Elle revendique le mal être, l’injustice et la souffrance. Mais les hommes aussi sont des victimes de la violence des femmes et ce tabou français doit être levé, ça suffit.

    Les hommes aussi connaissent le viol. Non, on ne vous en parlera pas au 20H avec Claire CHAZAL, ça ne “passe bien dans les médias d’une culture surveillée”… pourtant les victimes sont là, partout dans le monde et pas depuis hier matin.

    Violés, drogués, battus par des femmes et oui. Regardez donc un peu mieux par ici ce qui se passe:

    http://www.lelombrik.net/images/124/viole-par-deux-femmes.html
    http://forum.doctissimo.fr/psychologie/celibat/mecs-violes-femmes-sujet_163067_1.htm
    http://www.afrik.com/article17322.html
    http://www.casafree.com/modules/newbb/viewtopic.php?topic_id=35117
    http://forum.orange.fr/liremessages.php?idsection=1625&thread=95115
    http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20080909034120AA8HxdL
    http://www.pyepimanla.com/aout-sept-2009/articles/afrique-asie/homme-viole.html

    et 1000 qui suivent,
    à vous de vous faire une opinion et de chercher à comprendre POURQUOI LES HOMMES NE SE PLAIGNENT PAS DES VIOLS DONT ILS FONT L’OBJET.

    Christopher Mc Andrew

  3. Oct 2009
    31
    11 h 27

    @Christopher Mc Andrew
    Il existe des hommes violentés, violés, par des femmes ou par des hommes d’ailleurs. Il existe des violences conjugales perpétrées par des femmes à l’encontre de leurs conjoint. C’est tout aussi dramatique pour un homme que pour une femme.
    Les hommes, comme les femmes, n’osent pas se plaindre ou témoigner.
    Toutefois, il ne faut pas opposer les violences faites aux uns à celles faites aux femmes. Il faut combattre toutes les violences faites aux femmes, aux hommes, aux enfants, aux personnes âgées, avec le même acharnement, pour la défense du droit humain.

    Les violences exercées sur des hommes ne doivent pas cacher la forêt que constitue une violence quotidienne, presque banalisée, quand elle n’est pas institutionnalisée, subie par un grand nombre de femmes. Agressions verbales, mariages forcés, mutilations sexuelles, violences au travail, violences conjugales, viols, et agressions sexuelles doivent être combattues. Ces violences tombent sous le coup de la loi, mais les usages sont là, malheureusement. Les violences existent dans tous les milieux sociaux, dépassent les frontières de la laïcité ou des religions, et l’emploi de la force brute permet aux conjoints d’exercer leur violence, parfois avec la complicité muette des familles, amis, voisins. Cette situation est aussi favorisée par la précarité professionnelle ou financière des conjointes, la différence de force physique, et la position dominante des hommes dans notre société.

    Une certaine violence est tolérée socialement : cela commence par les violences verbales qui s’exercent partout, les femmes en sont souvent les victimes, que ce soit dans la rue, à la maison, au travail, au volant… Elles peuvent être de nature sexiste, raciste, à connotation sexuelle, attaquer l’image du corps, ou faire la part belle aux stéréotypes sexistes.
    Elles sont d’autant plus dangereuses que, sous couvert d’humour, on en rit et on les banalise. Elles sont pourtant la porte ouverte au non respect et à la dégradation du langage jusqu’à l’insulte et la violence verbale.
    Ces comportements doivent être combattus. Ne laissez pas la violence s’installer, réagissez (source : stop-violence-femmes)
    http://www.stop-violences-femmes.gouv.fr/faites-le-point-sur-votre-situation/les-signes-de-la-violence/

    Mais les blagues sexistes et racistes restent celles qui font le plus rires nos congénères, je crois…

    En France, une femme meurt tous les 2 jours et demi sous les coups de son conjoint.

    Quant aux viols, en tant qu’homme, je ne suis pas fier de dire que les prédateurs sont presque toujours des loups, plutôt que des louves.

    dans nos infos pratiques, nous indiquons les numéros d’urgence. Et parmi ceux-ci :
    Enfance maltraitée : 119
    Violences conjugales : 39 19
    Personnes agées maltraitées : 39 77
    Viols Femmes Informations : 0811 91 30 30 (coût d’un appel local)

    Et si les violences faites aux femmes se trouvent en ce moment sous les feux de l’actualité, un site de gouvernement http://stop-violences-femmes.gouv.fr/ diffuse des témoignages et offre des recours.

    nono

  4. Nov 2009
    9
    22 h 57

    La BD à laquelle je faisais allusion s’intitule Inès. Auteurs: Loïc Dauvillier et Jérôme d’Aviau. Editions Drugstore. Une des rares BD qui évoquent la violence conjugale. C’est poignant, magistral, sans fioriture.
    La BD s’intéresse de plus en plus à toutes ces questions, notamment à la violence morale.

    Thomas

  5. Nov 2009
    18
    0 h 54

    excellent ouvrage qui mérite de la pub et peut ouvrir des discussions dans les lycées dans les lieux d’échanges et de conversation !

    desmares

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV