Ségolène Royal

Ce tag est associé à 1 articles

Le rapport de l’ADEME sur les énergies renouvelables dérange

Alors que la ministre de l'écologie, Ségolène Royal, explique qu’il « faut programmer la construction d’une nouvelle génération de réacteurs qui prendront la place des anciennes centrales lorsque celles-ci ne pourront plus être rénovées » (« Pour faire du renouvelable, il faut pouvoir s’appuyer sur une énergie pas chère, stable, fiable, non émettrice de CO2, c’est-à-dire sur le nucléaire » - Jean Bizet, sénateur UMP de la manche), l'ADEME a publié un rapport qui explique qu'au même prix que le nucléaire, on peut produire 100% de l'électricité par des sources renouvelables.
L'ADEME nous explique simplement que pour faire du renouvelable en 2050, il faut investir dans les énergies renouvelables.
Et que 100% de l'électricité peut être produite par des sources renouvelables.
Les 3 mix possibles 100 % renouvelable, permettant de répondre à la demande « sans défaillance », sont aptes à satisfaire la consommation à tout moment du jour et de la nuit.
Avec un mix composé de 40 % d'ENR (énergies renouvelables) et 50 % de nucléaire, le coût de l'énergie consommée serait de 117 €/MWh, contre 119 €/MWh avec un mix 100% renouvelable. Sans les coûts de démantèlement du nucléaire, ni la gestion de déchets radioactifs supplémentaires.
Dans le cas d'un mix avec 95 % d'ENR, le prix au MWh serait même inférieur au mix avec 50 % d'énergie atomique : 116 €/MWh.
Tout le monde sait désormais que c'est réalisable, profitable, vertueux et sans danger.
Il n'était pas nécessaire de tenter de glisser ce rapport sous le tapis.
C'est maintenant que cela se décide pour être réalisé en 2050. Le responsabilité de la ministre de l'écologie et du gouvernement est d'intégrer ces scénarios aux scénarions énergétiques qui vont être étudiés par la direction générale de l'énergie et du climat, cet été, avant la COP21.
Les énergies renouvelables sont la seule source d'énergie indépendante pour notre pays. Du vent, du soleil et des courants français. La vraie indépendance énergétique pour laquelle nous n'aurons pas à guerroyer ailleurs.
Aux générations présentes et futures, vous pourrez dire que vous ne vouliez pas changer de politique ni de modèle énergétique, mais vous ne pourrez pas dire que vous ne saviez pas.
Nous pouvons sortir de tous les risques liés au nucléaire, pour les hommes, l'environnement, et l'économie. Sans compter les risques liés au terrorisme, guerres, accidents ou catastrophes naturelles.
La responsabilité, c'est maintenant !
Qui ne connaît la vérité n'est qu'un imbécile. Mais qui, la connaissant, la nomme mensonge, celui-là est un criminel !
Berthold Brecht

Contournement Est de Rouen, l’A28-A13, l’autoroute pour les nuls

Contournement Est de Rouen, l'A28-A13, l'autoroute pour les nuls
Plus de la moitié des députés socialistes ont demandé à ce que l'Etat rachète les concessions autoroutières.. L'envolée des prix des péages et la rentabilité exceptionnelle des concessions ont poussé à faire pression sur les concessionnaires.
Cela, deux mois après que l'Autorité de la concurrence ait dénoncé la rentabilité exceptionnelle des sociétés concessionnaires d'autoroutes « historiques » assimilable à une rente, qui doit être davantage régulée en faveur de l'Etat et des usagers. L'Autorité de la concurrence estime une rentabilité de 20 à 24%.
Pour le PDG de Vinci autoroutes, Pierre Coppey, "l'Autorité de la concurrence confond le résultat net comptable annuel avec le taux de retour sur investissement". "[...] à la fin vous rendez l'actif, vous remboursez vos obligataires, vos actionnaires et il ne reste rien". On se demanderait presque pourquoi il s'accrochent tant à leurs concessions tant il n'y a plus rien à la fin.
Manuel Valls a donc décidé qu'une remise à plat totale des concessions était nécessaire parce qu'il en va de l'intérêt de l’État. Encore faut-il trouver les 15 à 20 milliards € nécessaires.
Plutôt que tenter de faire pression à postériori sur les sociétés concessionnaires, ne vaut-il pas mieux commencer par éviter d'investir dans de ruineux ouvrages qu'on offre en concession pour des durées qui dépassent l'entendement.
Ce serait le cas du contournement Est de Rouen. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, doit décider de lancer ou non l'enquête publique sur cette autoroute.
Madame Royal avait jugé qu'il n'est « pas réaliste de mettre 900 millons d’Euros dans 60 kilomètres » (à propos de l'A831 en Poitou-Charentes). Il faut se rendre compte qu'il est encore moins réaliste de dépenser au minimum 1,05 milliard € pour 41 kilomètres.
Avant de reproduire les mêmes erreurs, d'engager la collectivité sur une dette colossale, il faudrait surtout évaluer l'intérêt général d'un tel ouvrage, et comprendre les raisons du rejet massif de la population impactée, des associations, des écologistes. Je doute que le dossier présenté au ministère reflète les chiffres erronés ou approximatifs qui ont été rectifiés tout au long de la concertation, sans que les organisateurs ne tiennent compte des corrections lors des réunions suivantes. Les conclusions du maître d'ouvrage tiennent en deux opinions répétées à l'envi : "nous pensons que c'est utile et nécessaire".
A l'Assemblée on s'offusque, on souhaite racheter les concessions ; au niveau des barons et marquis locaux, c'est une tout autre chanson : on veut faire financer les autoroutes par les contribuables pour les donner en concession pour des décennies. Un fiasco environnemental et un fiasco financier prévisibles.
L'autoroute "Jeanne d'Arc" !
Tous ces grands élus, qui ont pour la plupart évité d'affronter le public sur le terrain, disent avoir entendu les opposants au projet. Les vidéos sont en ligne et en attestent. Et les mêmes barons et marquis nous disent avoir surtout entendu ceux qui ne se sont pas exprimés et qui sont pour. Parce que quand on est pour, on ne le dit pas.
La réalité est plus cruelle :
  • Il y a les opposants, nombreux et têtus : ils luttent pour leur environnement, contre la dette à venir, contre le péage, contre la pollution, pour la sécurité et la santé, pour la préservation des terres et des cultures, la sauvegarde des paysages et le développement des alternatives moins coûteuses et plus ancrées ;
  • il y a les CCI & Co, le Medef, les transporteurs, le BTP, et les élus qui suivent leurs avis, ils sont pour, peu nombreux, et très intéressés ;
  • et puis il y a l'immense majorité des gens qui s'en foutent comme d'une guigne, et qui trouvent plutôt con de mettre un péage aux abords de la ville, parce que la plupart fera tout pour l'éviter.
  • Les élus qui entendent les voix comme Jeanne d'Arc devraient tendre l'oreille : C'est pour la plupart plutôt oui sans péage, non avec péage, et surtout aucun impôt supplémentaire.
Face à la surdité, on a réalisé des séquences thématiques filmées au cours des débats, sur le péage, la finalité de l'ouvrage - qui dit finalité, dit conséquences sur le trafic, la pollution, et aussi qui paye pour quoi. On va parler des terres agricoles et forêts détruites définitivement, sans compensation.
Et puis on va s'amuser 5 minutes en entendant les promoteurs du projet nous expliquer que l'autoroute va servir à construire du transport collectif, des bus, du vélo... Il ne manquerait que la marathon, mais l'ouvrage ne fera "que" 41 km. Un marathon, c'est 42,195 km. Trop dommage.
Avant de faire un petit tour de ces contradictions, pour discerner qui ment à qui, je vous invite à découvrir ces moments édifiants.
C'est juste après cette petite chanson comique !
"Niquons la planète" (HK et les saltimbanks) : chanson comique !
Les thèmes abordés :
Madame Royal, est-il possible de dire enfin non à ce projet qui a plus de 40 ans et ne correspond en rien aux besoins d'aujourd'hui ?
Votre réponse est très attendue.

Contournement Est de Rouen – liaison A28-A13 – bilan de clôture à Rouen

Ségolène Royal est ministre de l’écologie. Ministre de l’écologie de toute la France, pas de Poitou-Charentes ou des Deux-Sèvres.
C’est avec responsabilité qu’elle s’est opposée à la construction de l’autoroute A831. Sans doute elle est ministre de la France, et sans doute, elle est très attachée au marais Poitevin.
Mais elle s’est opposée à de nombreux élus qui à la fois revendiquent leur pouvoir, légitimement, mais se sont sans doute laissés aller vers la facilité : l’autoroute favorisera l’attractivité du territoire, créera de l’emploi, et apportera l’abondance en toute sécurité, et rapidité.
Tu parles, Charles.
Tout cela vaudrait bien quelques centaines d’hectares de terres naturelles et de terres agricoles, les camions n’auraient plus qu’à convoyer d’Espagne les légumes qu’on ne peut plus produire sur place.
Il est sûrement moins facile de parler de la mobilité qu’il faut inventer pour le 21ème siècle, de l’interopérabilité nécessaire entre les territoires, que de ressasser la vision du transport autoroutier du siècle dernier.
Inventer la mobilité à venir nécessite des efforts et de la pédagogie.
Et la pédagogie ne consiste pas juste à dire aux gens : « l’autoroute, c’est bien, l’autoroute c’est sécurisé, et on peut rouler à 130 », c’est plus rapide et l’intérêt est vite compris.
L’autoroute c’est « bien », mais l’autoroute, c’est cher. Très très cher.
Si cher, que pour réussir à valider un projet, il vaut mieux être du bon côté du manche au gouvernement.
Alors quand c’est la droite qui y est installée, c’est dans l’Aquitaine qu’on fabrique une autoroute inutile, l’A65 Pau-Langon.
Et localement, pas une voix n’a manqué, qu’elle soit de gauche ou de droite, pour expliquer que c’est utile, nécessaire, voire vital pour l’économie. C’est l’entente cordiale dans ces cas là. Une entente aussi avec les milieux économiques, les CCI, CGPME, Medef, etc.
Messieurs Alain Rousset PS, et Emmanuelli joignent leurs voix à Mrs Juppé, Bayrou, Lasalle, et bien sûr aux établissements consulaires et les associations qui leur sont liées.
Pour chaque projet, les arguments sont exactement les mêmes. Et l’on parle d’urgence économique, de désenclavement, d’utilité, de nécessité, de sécurité, d’emplois.
Une fois que tout le monde s’est accordé, le cœur au repos, les yeux bien sur terre, au bar de l’hôtel des « trois faisans », c’est parti pour un grand flop annoncé.
Au niveau de la gouvernance, les citoyens peuvent se demander si les limites de l’interpénétration de pouvoirs Régions-Etat ne sont pas toutes franchies, sans parler du lobbying dont la nécessité de transparence semble si évidente.
Qui décide des grands enjeux de la mobilité ? Les barons locaux, dans des territoires redessinés selon les enjeux à la fois de vie et économiques ? Puisqu’après tout, ils sont plus proches des gens, et que ce sont de plus en plus aux collectivités locales de faire l’investissement, et de gérer leurs propres dettes.
L’Etat, exsangue, mais dont le gouvernement est élu pour gérer une politique à l’échelle de nationale et supra-nationale ?
Ou bien les deux, avec un Etat qui fabrique la loi, impulse une politique choisie par les électeurs, et coordonne et contrôle les actions locales, et de l’autre côté, des élus locaux, plus en phase avec le terrain, plus sensibles aussi au lobbying, qui corrigent la loi dans la deuxième chambre, et appliquent au mieux cette politique, et investissent localement tant qu’elles le peuvent.
Ou le pire des deux lorsque les priorités de l’Etat fluctuent selon les alternances de pouvoir, et lorsque les grands projets structurants sont accordés par effet d’aubaine ?
Ainsi, Ségolène Royal est comparée à Aliénor d’Aquitaine. Ce n’est pas à elle de décider pour la région, elle est désavouée par le 1er ministre. Un pied dans le terrain, un pied dans le gouvernement, elle renverse les rôles habituellement dévolus qui sont que lorsque tu es au gouvernement, tu vas aider ta région, où tu reviendras plus tard, dès l’alternance.
Mais n’est-elle pas dans son rôle de ministre, chargée de contrôler les projets inutiles ou ruineux, et d’impulser une politique nationale ? Celle du ministère de l’écologie, c’est justement la transition énergétique.
Sa connaissance du local, du « terrain », lui permettrait d’aborder le problème en toute connaissance de cause.
Il est certain que cela ne peut se faire au nom d’imprécations ( "On ne va pas refaire Notre-Dame-des-Landes dans le Marais poitevin" ), mais par une argumentation étayée.
D’un autre côté, on se demande si le lapsus n’est pas un peu trop révélateur :
« A’lienor » est justement le nom de la société concessionnaire de l’A65, en Aquitaine - 1ère autoroute de l’après-Grenelle - dont SANEF et Eiffage sont les deux actionnaires : 103 millions € de déficit pour les 3 premières années.
Le PDG d’A’liénor, Olivier de Guinaumont, parie sur un retour à l’équilibre du résultat comptable en 2018.
Sinon, la société pourra légalement faire jouer la « clause de déchéance », faisant porter l’entièreté de la dette sur les collectivités locales et les contribuables.
Est-ce que ce sont les autoroutes qui permettront de résoudre la crise, tout autant économique qu'énergétique ? Nous le saurions, depuis que l’Etat a cédé ses parts dans les concessions. 2001 pour ASF, 2004 pour APRR, et enfin, la privatisation totale sous l’égide de M. Villepin en 2006, où l’on a vendu nos bijoux de famille : ASF, APRR et SANEF, au moment où les autoroutes devenaient rentables.
Des autoroutes, les français n’en auront connu que la dette. Et aujourd’hui, les bénéfices des concessions autoroutières crèvent les plafonds.
Et aujourd’hui encore, ce sont l’Etat et les collectivités qui se préparent à créer de nouvelles dettes pour de nouvelles autoroutes.
Et les contrats comportent des clauses de déchéance jugées normales, alors que les trafics garantis défient l’optimisme le moins modéré, qu’on pourrait qualifier d’imprudent.
Après la réalisation de cette autoroute d’Aquitaine, le gouvernement a changé.
Avec M. Ayrault comme 1er ministre, c’est Notre Dame des Landes qui a fait l’objet d’une lutte très médiatisée contre un projet inutile et ruineux.
Un projet lancé en 1963, remisé au placard jusqu’à ce que Jospin ressorte le projet du placard. Depuis l’automne 2012, date des interventions musclées des forces de l’ordre, le projet est à l’arrêt, en attente de la fin des recours déposés contre ce projet.
Et il y a ce projet d’autoroute A831 à laquelle s’est opposée la ministre Ségolène Royal. Le 1er ministre, Manuel Valls a cependant fait savoir que ce n’était pas elle qui décidait : la procédure de consultation afin de connaître le coût de cet ouvrage sera lancée. Ce sont les collectivités locales qui en porteront la charge financière de façon exclusive.
La ministre de l’écologie estime que 900 millions €, c’est bien trop cher pour 60 km.
Mais nous, nous avons plus cher, et même bien plus cher : la liaison A28-A13 (le contournement Est de Rouen), estimée 880 millions € en 2012, a été placée en 2013 dans les 1ères priorités du schéma national de mobilité durable.
Le projet est estimé aujourd’hui, pour l’instant, à 1,05 milliard €, pour 41km.
Pourtant, le projet ne répond pas aux objectifs du maître d’ouvrage : le trafic de transit à l’Est de Rouen n’existe pas. Un des arguments principaux du maître d’ouvrage, la Dréal.
Les autres sont le développement des transports en commun – ce qui ne laisse d’étonner tout le monde -, le développement économique, un argument mis à mal tout au long de la concertation, et le renforcement des liaisons entre les pôles économiques rouennais et nord-eurois. Mais cela constituerait une vraie frontière économique pour les habitants des bassins de vie et d'emplois.
Ce contournement est notre serpent de mer depuis 40 ans. Porté par Laurent Fabius lorsqu’il dirigeait l’agglomération rouennaise, le projet n’a été mis en priorité que lorsqu’il est devenu ministre.
Selon la presse, c’est un projet qui arrive trop tard. Le développement, depuis ces décennies, s’est fait ailleurs. Ce n’est pas le contournement attendu, et il ne correspond plus du tout aux besoins de mobilité d’aujourd’hui.
C’est un projet d’un autre temps, d’il y a 40 ans, avant que le pont Flaubert n’ait été érigé, d’avant que l’A28 n’ait été créée. Le contournement Est de Rouen n’a plus aucun sens.
J’ai entendu l’Etat, au travers de la Dréal, qui nous a dit inlassablement que l’autoroute était « utile et nécessaire », et que c’était bon pour l’emploi. Les chiffres malheureusement, ne plaident pas en la faveur de l’Etat. Ni utile vis-à-vis du trafic, ni nécessaire pour les populations locales, et au contraire, il va leur coûter à l’investissement et à l’usage, il va reporter du trafic sur les routes secondaires, mettant en danger les riverains et les usagers, et pour ceux qui ne pourront y échapper, ce serait un frein économique. Quant à l’emploi, je les renvoie vers les études et les rapports de l’Etat, des Ponts-et Chaussées : les autoroutes déplacent les emplois, elles ne les créent pas.
Qui défend ce projet ? Les grands élus de l’agglomération rouennaise d’abord, en premier les élus socialistes, mais aussi à droite, et une poignée de pro-contournement qui sont venus défendre ce projet au cours des 9 réunions : les chambres de commerce et d’industrie, le Medef, les transporteurs routiers, et Georges Vincent, qui préside la seule association pour le contournement Est de Rouen, (c’est lui-même qui le dit) rassemblant les clubs Eden et Elan, Logistique Seine Normandie, le Medef et la CGPME, ainsi que les CCI d'Elbeuf et de Rouen. D’ailleurs, les pro-contournements ne souhaitent pas que le contournement : celui-ci ne représente pour eux que la première étape de la réalisation de l’A154, pour en faire un axe nord-sud concurrent de l’A28, pourtant trop désert.
Qui est contre ? Les habitants, les usagers, les écologistes, de nombreuses associations de citoyens, usagers, habitants, et aussi les élus des communes traversées par l’autoroute, et ceux de la CASE, pour qui le péage est inacceptable, comme le tracé, et l’ampleur de l’infrastructure et des ouvrages. Quant au prix !..
Le but de la concertation était de donner la parole aux partisans comme aux opposants, et de répondre (ou pas) aux questions posées par les habitants.
Les élus présents dans les réunions, surtout celles de Gouy, Val-de-Reuil, Pitres, Alizay, Oissel et Saint-Jacques sur Darnétal ont pu entendre l’opposition véhémente et générale contre ce projet. Il est dommage que les grands élus rouennais n’aient pas participé à ces réunions.
Une fois les réunions de concertation finies, la parole revient aux grands élus, comme la décision. Et pour eux, le choix était déjà tranché.
Le maire de Rouen, Yvon Robert : "personne n’est propriétaire de l’environnement."
Si sa volonté était de tacler les écologistes opposés à ce projet qu’ils trouvent archaïque et ruineux, il se trompe : l’environnement nous appartient à tous. Il nous appartient, et nous en sommes tous responsables. Bien entendu, ce sont les élus qui en sont les plus responsables.
C’est à eux qu'il appartient de protéger l’environnement de tous, et de faire les meilleurs choix pour la mobilité 21 et la transition écologique.
Pour Yvon Robert, les opposants se sont davantage manifestés. Personne ne peut dire que les porteurs du projet n’ont pas écouté les autres points de vue. Le projet a-t-il perdu de sa pertinence, et l’unanimité est-elle nécessaire ? Le maire de Rouen ne le pense pas.
Il appartient à un moment donné aux personnes qui exercent des responsabilités de faire des choix.
Yvon Robert se dit « sûr que cette infrastructure est nécessaire pour des raisons environnementales et économiques ». Il en est « convaincu ».
Le Préfet de Région, M. Maccioni : un projet "nécessaire et indispensable."
Le Préfet a entendu lui aussi les inquiétudes et l’opposition au projet présenté, voire au principe du contournement.
Mais il a entendu aussi que les partisans ont été moins entendus et ont obtenu « moins d’audience, par la parole, par l’écrit ou par la voie électronique ». Sûrement étaient-ils nettement moins nombreux, voire très peu.
Il ajoute que les conditions de la mobilité dans ce cœur de la région doivent être améliorées. Un point partagé par tous.
L’opportunité du projet n’était pas en question dans cette concertation, elle a déjà fait l’objet d’une décision en 2006 (même si ce n’était pas le même projet, sans le barreau eurois, et sans péage).
Ce contournement est pour lui "nécessaire et indispensable". Une concertation pour nous permettre de nous informer, mais c’est un point de départ aujourd’hui.
Le garant, Michel Gaillard : "la concertation n'est pas un référendum, ni le temps de la négociation."
Le garant ne veut pas compter les « pour » et les « contre », la concertation n’étant pas un référendum. Ce n’est pas le temps de la négociation non plus. Ce temps viendra plus tard. Il revient sur le nombre de participants : 2500. Il revient ensuite sur les thèmes abordés dans des salles combles (et quasi unanimes), dans un climat souvent tendu :
  • l’utilité du projet, remise en cause ;
  • le péage, dont personne ne veut : ni les gens, ni les élus des plateaux Est ou de la CASE ;
  • les impacts humains ;
  • l’urgence à réaliser cette autoroute, qui est un point défendu par les partisans dont nous avons parlé. Il est vrai que leurs quelques représentants ont eu beaucoup la parole par rapport au nombre d’habitants présents. Mais comme l’a dit le garant, « ils représentent plus qu’eux mêmes ». Dont acte, et parole donnée ici, et refusée là.
Bref, les citoyens, élus locaux, habitants, et usagers contre le MEDEF, les CCI, le lobby routier et les grands élus.
M. Gaillard, le garant de la concertation, n’évoque pas :
  • les impacts environnementaux ou agricoles qui ont fait partie des préoccupations, de la SAFER, des agriculteurs, des habitants et associations environnementales, notamment HNNE ;
  • Et aussi la pollution, la sécurité, la santé, les paysages ;
  • Et surtout, qu’habitants, et politiques aussi, ont proposé de compléter les aménagements à l’ouest, là où passe le trafic. Proposons des solutions là où les gens vont, pas là où on voudrait bien qu’ils aillent, bien qu’ils n’y aient rien à faire ;
  • le fret ferroviaire et le fret fluvial ;
  • les transports en commun dont le développement est attendu, même si la Dreal estime qu’il faut d’abord fluidifier la circulation routière avant de réaliser le développement des grands projets de transports en commun;
  • la sécurisation de l’A13, même si le maître d’ouvrage a constamment rappelé que le sujet de l’A13 n’avait rien à voir avec celui de l’A28… A13 ;
  • le financement de l’infrastructure et le risque financier.
Catherine Morin-Dessailly, la sénatrice : « indispensable pour diverses raisons qu’il serait fastidieux de rappeler. »
la sénatrice UDI dit qu’elle soutient ce projet « [qu’elle] pense indispensable pour diverses raisons qu’il serait fastidieux de rappeler ». Et de se référer aux pseudo-évidences énoncées par M. Vincent... Help !
Frédéric Sanchez, le président de la CREA : "sans tracé, nous sommes divisés, tout doit nous porter à nous rassembler"
M. Frédéric Sanchez revient sur l’intérêt de laisser parler les gens, il est légitime qu’on ait un moment pour dire que nous ne sommes pas d’accord du tout avec ce projet. Mais ensuite, de travailler dans l’urgence pour construire cette infrastructure.
Mais... n'est-ce pas plutôt ce tracé (hum ! le projet) qui divise ?
Le Président de la CASE, Bernard Leroy : "protéger l'environnement, le paysage, le territoire. Pas de péage, résoudre Criquebeuf avant tout. Développer l'économie... et le couloir à camions !"
Plus intéressant est le discours du président de l’Agglomération Seine-Eure : très favorable au projet au prime abord, il a pris le temps, contrairement aux grands élus rouennais, de participer aux réunions, et d’écouter une population massivement opposée, pour ne pas dire entièrement opposée.
Je l’en félicite, et ses propos sont ceux d’un homme qui a écouté les gens et le bon sens : un projet trop onéreux, inacceptable avec le péage qui coupe le territoire en deux, et un projet ravageur pour l’environnement.
Il privilégie la préservation des territoires, du patrimoine et de l’environnement, des paysages, la préservation de la faune et de la flore, et de l’écrin. Il passe plus sûrement par l’amélioration de l’existant, plutôt que des dettes et du bitume.
Enfin, il faut régler le problème de l’A13 et de Criquebeuf, avant la réalisation de tout autre projet.
Je suis plus d’accord avec M. Leroy sur de nombreux points qu’avec le simple discours des socialistes disant que cette étape de la concertation, légale, est passée, et que dorénavant, il faut finaliser cette autoroute.
Là où je tique, c’est lorsque j’entends le président de la CASE parler d’une route du blé allant en camions de la Beauce vers le port de Rouen, à l’ouest, le port du Havre, à l’ouest, mais aussi vers la mer du nord.
Je tique pour deux raisons :
  • Pour raison économique locale bien entendue, le port de Rouen est le 1er port européen pour les céréales, la farine et l’engrais. Nous devons faire en sorte qu’il le reste. Il faut qu’il puisse continuer son développement dans les décennies à venir, sans pour autant saturer le trafic de l’agglomération rouennaise. L’électro-mobilité existe dans le transport, cela s’appelle le fret ferroviaire. On peut regretter que la ligne Orléans -Chartes – Dreux – Evreux – Rouen (sans passer par la vallée de l’Iton, en longeant la RN154), d’intérêt national, n’ait pas été mise dans les priorités de la commission 21. On peut regretter que le fret ferroviaire soit mis au placard, étant donné son intérêt économique et écologique, au profit de la circulation routière, autrement plus dangereuse. En rappelant que le pic pétrolier est vraisemblablement derrière nous ;
  • Je tique encore, comme habitant, parce que cela voudrait dire que le trafic nord-sud, qui ne passe pas par là aujourd’hui, serait aspiré sur la CASE et Rouen, sans rupture de charge, donc nuisible aux plateformes de la vallée de l’Andelle : je veux bien être pragmatique, et entendre que le fret ferroviaire, beaucoup n’en veulent pas ; mais le couloir à camions, personne n’en veut ici. Et payer pour ça, encore moins.
Le président du Conseil Général de Seine-Maritime, Nicolas Rouly : "à toute vitesse, il faut le faire, c'est bien, taisez-vous !"
la concertation est finie - elle a été utile - rien n'est définitif- c'est urgent important et utile - il faut obtenir ce tracé - nous sommes nombreux à l'attendre - je reconstruis le pont Mathilde - les conditions étaient et resteront difficiles avant et après le pont Mathilde - nous faisons des efforts pour le transport collectif - la presse titre sur le contournement Est alors qu'on me demande quand va réouvrir le pont Mathilde - le pont Mathilde n'est pas un contournement - c'est la raison de l'engagement du département sur le contournement Est - le sujet du tracé est celui qui a été discuté au cours de la concertation - il ne peut pas se traiter dans le cadre de positions et d'opposition frontales - les questions d'opposition de principe sont légitimes - l'opportunité est tranchée depuis 2005 - il n'y a pas de projet à prendre ou à laisser, il y a un projet à affiner - il faut clarifier le projet pour savoir où passera le tracé du contournement - il faut savoir dans quelles conditions opérationnelles ce tracé sera décliné - il faut travailler aux mesures compensatoires pour les propriétaires - le département a assumé ses engagements sur le pont Flaubert, sur le barreau sud et son engagement sur le contournement Est - le péage était refusé en 2005, vu l'étendue des finances, aujourd'hui, le département n'est pas péremptoire (oui au péage) - la réalité est différente de celle de 2005 - les conditions financières de 2005 ne sont pas celles d'aujourd'hui, encore moins celles de 2024 et encore moins celles d'après - les incertitudes financières et institutionnelles doivent-elles empêcher d'avancer sur la question du contournement ? Non - pour des raisons de qualité de vie, d'économie, environnementales - le public doit s'exprimer avec des termes un tant soit peu audibles (mais il est chahuté) - il faut que ce projet dorénavant avance positivement en termes opérationnels.
Wouaouh ! Sur un ton trépidant, voir agressif, M. Rouly nous a dit que nous avons parlé, maintenant, ils le font, même si l'on ne sait pas où on va en matière institutionnelle et financière, parce que c'est utile et indispensable, et ce malgré les gens, et malgré la presse.
Bigre de fichtre.
Le Président de Région, Nicolas Mayer-Rossignol : ce contournement n'est pas la panacée, mais si le choix est fait, la Région prendra sa part.
Pour le président de région, Nicolas Mayer-Rossignol, les opposants sont, comme pour tous les élus socialistes de Seine-Maritime, sur-représentés. Pour Nicolas Mayer-Rossignol, 4 points :
  • le contournement n’est pas la panacée, et il n’est pas incompatible avec d’autres politiques, y compris celle de l’échangeur de Criquebeuf, et aussi avec les transports en commun ;
  • Le besoin de clarté, et de lever les incertitudes. Lui aussi nous dit qu’« en général, il n’y a que les opposants qui viennent s’exprimer, c’est légitime ». Il faut lever les incertitudes sur le gel des terrains (avec de nombreux terrains à bâtir qui vont artificialiser encore le territoire et favoriser l’étalement urbain) et évaluer les préjudices ;
  • des questions environnementales, de qualité de vie ont été posées (isolation phonique, aménagements paysagers, l’agriculture et les forêts) ;
  • il cite les questions financières, sur la concession et le péage. La Région est prête à prendre sa part de l’investissement, mais il faut que le modèle économique soit affiné. Et il faut désormais trancher.
Si M. Mayer-Rossignol était venu aux réunions sur le territoire, il aurait vu que les opposants n’ont pas été des « nimbystes », mais des citoyens et élus responsables, informés et rationnels.
Et il aurait entendu que le message qui a été délivré par la population, ce n’est pas simplement une demande de réparation des préjudices à venir, une demande massive, ou la possibilité de dégeler les terres pour pouvoir bâtir. Le message, dans un souci de clarté, je l’invite à l’écouter tout au long, a été : « non à cette autoroute ». Avec ou sans double-vitrage, avec ou sans merlons et autres murs anti-bruits.
Non pour de nombreuses raisons, raisonnables et raisonnées.
Et non, contrairement aux élus rouennais (pas à Oissel ou Saint-Etienne du Rouvray, et pas non plus les élus communistes et écologistes de Rouen ou de la CREA), parce que nous ne sommes pas convaincus que cette autoroute sera « utile et nécessaire », ou « utile et indispensable », ou bien encore « utile et vitale ».
1983 véhicules en transit seulement passent par l’Est aujourd’hui. Ce sont les chiffres des Ponts-et-Chaussées. Ils sont vrais.
Sur les 900 000 véhicules en trajet moyen par jour annuel, cela veut dire que c’est 454 fois moins que le trafic total rouennais.
Nous sommes raisonnables, nous constatons la vérité des chiffres de l’Etat, comme ceux de la CREA.
Et sur les questions financières, nous sommes raisonnablement inquiets des trafics estimés non atteints, c’est le cas de l’A28 et de l’A65, par exemple. Et nous sommes raisonnablement inquiets des conditions accordées aux concessionnaires en matière de clauses de déchéances ou subventions d’équilibre. Mais la Cour des Comptes est également inquiète des rapports déséquilibrés au bénéfice des sociétés concessionnaires, des hausses de tarifs des péages, et note l’insuffisance du cadre réglementaire et contractuel actuel.
C’est une inquiétude raisonnable, qui prend en compte les chiffres et avis de l'Etat.
Enfin, les solutions concernant les forêts, terres naturelles et agricoles : nous parlons bien de destruction, ces terres ne seront pas compensées. Seules les exploitations seront remembrées en achetant d’autres terres agricoles, d’agriculteurs en retraite, notamment.
A Val-de-Reuil, Marc-Antoine Jamet avait cité M. Jean-Louis Destans : « l’autoroute, sans l’autoroute ».
Des solutions sont proposées : protections phoniques pour les habitations les plus proches, des merlons, des murs anti-bruit, des compensations agricoles sur les exploitations, mais elles n'éviteront pas les destructions à venir, ni l'étalement urbain prévisibles, et la pollution supplémentaire pour toute l'agglomération.
L'élu écologiste, David Cormand : "une opportunité contestée, une unanimité de façade qui vole en éclat, un projet archaïque et un gouffre financier."
La parole écologiste portée par David Cormand, qui parle aussi pour tous ceux qui n’ont pas eu le droit à la parole lors de cette grand-messe de "restitution", c'est que cette concertation a été utile pour balayer les idées reçues et les contre-vérités qui nous sont assénées depuis des années. Et l'article du Paris-Normandie paru le matin même, 3 pleines pages pour dénoncer ce non-sens économique et ce projet dépassé, en atteste :
  • Devons-nous croire, dans une croyance un peu magique, que le contournement Est de Rouen va résoudre nos problèmes économiques ? L'idée que les autoroutes améliorent l'économie et surtout l'emploi sont fausses : tout juste les déplacent-ils ;
  • on nous a promis un transfert de transit, et là encore, on constate qu'il n'existe pas à l'Est ;
  • on nous a dit qu'il y aurait des gains en matière de temps de transport, là encore, c'est très discutable ;
  • on nous a dit qu'il y aurait des avantages pour les habitants, l'argument tombe avec le péage ;
  • prétendre que ce projet est un gain pour l'environnement et la santé, alors qu'il va augmenter la pollution, ce n'est pas raisonnable : dans toutes les métropoles et les villes du monde, quand on ajoute des routes, la pollution augmente pour l'ensemble du territoire ;
  • la dépense est colossale, 500 millions € pour la collectivité. Il faut faire moins cher, et mieux ;
  • Laurent Fabius rappelle, et il a raison, l'urgence de gérer le changement climatique. Il faut organiser la transition énergétique. Région, Département et métropole veulent montrer leur exemplarité écologique, il est urgent de transformer les paroles en actes, et cesser le décalage entre ce qui est dit et ce qui est fait ;
  • il n'y a plus aucune unanimité sur le projet. Et cela se voit avec le retour des citoyens et habitants, usagers, élus locaux, qui ne veulent pas de cette autoroute, les grands élus de Seine-Maritime qui la veut maintenant, la "fenêtre de tir" n'allant pas durer, l'Eure qui en veut ou pas, mais pour ceux qui en veulent, ne veulent surtout pas de ça.
  • ce n'est pas un projet moderne, c'est un projet archaïque, qui date de Giscard d'Estaing. Quand toutes les métropoles du monde essaient de revenir sur les choix faits il y a 40 ou 50 ans, nous sautons à pieds joints sur un projet d'il y a 40 ans ;
  • les écologistes défendront des alternatives réalistes, économes et utiles, et combattront ce projet désuet, inutile, nuisible et ruineux.
Plutôt que nous présenter une sorte de CICE à la rouennaise, les élus socialistes, en collaboration avec le MEDEF, la CGPME, les CCI et les transporteurs routiers, ne peuvent-ils aborder les enjeux du 21ème siècle ?
Les grands élus et l’Etat n’ont avancé que des convictions que cette autoroute était "utile et nécessaire". Ou encore "utile et indispensable".
Il s’agit dorénavant d’en fournir des preuves, et des documents et études qui pourraient en attester. Aller voir ce qui est fait ailleurs (pas sur l'A65, l'A381 ou NDDL, s'il vous plaît. Mais partout en France, en Europe, et dans le monde. Devenons inter-opérables et pérennes.
Les documents que la Dreal a fournis, les documents sur le trafic, n’ont servi qu’à démontrer que le projet ne correspond pas à la réalité des flux actuels.
Nous sommes dans un débat entre croyance et vérité historique : les rapports de l’Etat sont sévères sur les erreurs du passé, et ils ne sont pas à mettre en doute.
Toutes les pièces auraient pu être disponibles au cours de la concertation, alors que certaines sont demandées depuis 10 ans.
Je donne raison à Monsieur Mayer-Rossignol : il faut affiner le modèle économique.
Déjà en expliquant comment on obtient les mêmes chiffres de trafic prévus qu’en 2005, alors que le débat avait conclu que si le contournement était payant, 40% du trafic s’échapperait.
Or la circulation est restée stable globalement sur l’agglomération, avec certes une hausse du trafic interne avec, par exemple, l’étalement urbain autour de l’A28, mais une baisse de circulation interne due aux reports modaux, vers les transports en commun, le vélo et la marche.
Ensuite, d’un côté environnemental, si le trafic prévu tient compte de ces 40%, cela signifie qu’on va compter beaucoup de transit que l’on ira aspirer ailleurs que dans l’agglomération, étant donné que près de 90% du trafic actuel va à l’ouest.
On l'a compris, la volonté y est. Mais il ne faut pas le vendre aux rouennais comme une baisse de la circulation et de la pollution. Disons-leur la vérité : la pollution augmentera, la circulation augmentera, le prix augmentera.
Ce sont des flux nouveaux que l'on voudrait attirer, avec tous les risques qui vont avec, et les temps de transports, et la qualité de vie dégradée. Mais des gros sous, oui.
Sur la pollution, la Dreal nous a indiqué que ce n’est pas l’autoroute qui polluait. Mais c’était une pollution globale de l’air normand ou de l’agglomération en particulier. Les 4 causes citées dans l’ordre par Patrick Berg de la Dreal sont :
  1. le chauffage ;
  2. l’industrie, mais si la pollution industrielle baisse (et en même temps, Petroplus aussi…) ;
  3. l’épandage d’engrais sec par jours de grand vent (sic) ;
  4. enfin la pollution routière, cité en quatrième, mais les autoroutes ne sont pas responsables du choix français du diesel (sic).
Pourtant, la Dreal, c’est la :
D : Direction ;
R : Régionale ;
E : c’est pour l’Environnement, et sans doute devraient-ils se sentir concernés par la disparition de ces centres de dépollution naturelle que sont les forêts, consommateurs de CO2, nous protègent, abritent la biodiversité, et qui filtrent et absorbent l’eau.
Que ne disent-ils rien sur les méthodes agricoles qu’il nous faudrait changer, et ce n’est pas le remembrement et l’étalement urbain qui y participeront.
A : Aménagement. Pas forcément Autoroute ;
L : pour le Logement devrait conduire à se dire qu’en période de transition énergétique, il serait prudent d’investir massivement dans l’isolation des logements, pour réduire justement la pollution comme la consommation dues au chauffage.
Enfin, et je m'arrête là, le message de M. Hyest qui représente la SAFER (pas spécialement un opposant gauchiste, ni écologiste, mais N°2 de la FNSEA) :
"Si l'on veut protéger durablement le foncier agricole, il faut que les élus aient le courage, entre l'ouvrage, s'il doit se faire, et la zone urbanisée, que ce soit classé durablement en zone agricole. Durablement. Cela veut dire que, pour éviter les effets d'opportunité, une route qui se fait, et où chacun se dit : entre la route et la ville, ça devient du terrain à construire. Il faut qu'on ait le courage de dire que cela devient du terrain agricole protégé. Il faut qu'on aille jusque là. Et ça, c'est une responsabilité d'élus."
Ah bon ? Et que s’apprête-t-on à faire ?!.
J’espère que la ministre de l’écologie pourra s’opposer à ce contournement, pour des raisons objectives :
  • Le trafic de transit à l’est de Rouen n’existe pas. 0,36% du trafic. 89,1% du trafic de transit se fait d’est en ouest, les destinations l’Ouest, le port du havre, l’A13 et l’A28-RD438. Le trafic d’échange se fait à 80% à l’ouest de l’agglomération, où se trouve le port de Rouen ;
  • Les chiffres de trafic garantis par la Dréal sont des chiffres prévus pour une route gratuite, et ne prennent pas en compte les effets du péage : -40% ;
  • Aucune étude d’impact n’a été réalisée, et aucune étude financière n’a été fournie ;
  • Plus de 600 hectares de terres naturelles et agricoles vont être artificialisées, noyées sous le bitume, alors que depuis 10 ans, l’agglomération artificialise déjà 97 ha/an ;
  • L’étalement urbain, et l’augmentation des déplacements supplémentaires générés en plein cœur de l’agglomération ne sont pas pris en compte par la Dréal, alors que les études des services de l’Equipement ont montré que cela générait jusqu’à 30 à 56% de déplacements supplémentaires pour 10 à 15% de mobilité urbaine autour de l’A28 ;
  • Les paysages somptueux des boucles de Seine vont être ravagées ;
  • La santé n’est pas prise en compte par la Dreal. Lorsqu'un oncologue pose une question sur les risques de cancer, la Dreal lui répond que tout le monde a une habitation, et que devant chaque habitation, il y a une infrastructure qui la dessert. Et la Dreal nous dit que la pollution des automobiles et des poids lourds n’est pas la principale pollution, mais que le chauffage et l’épandage sont des pratiques plus polluantes. Et plutôt que d’aider à isoler les bâtiments pour consommer moins, changer de pratiques agricoles pour épandre moins, on choisit de bétonner les champs et les forêts ?
  • La sécurité promise sur l’autoroute conduira à une densification de la circulation sur les routes secondaires du fait des véhicules particuliers et poids-lourds qui refuseront de payer le péage. Cela rendra les points d’entrée, et les parcours dans les villes et les villages, plus dangereux comme c’est le cas sur l’A28, que les poids-lourds évitent, préférant emprunter la départementale qui la longe. Comme c’est le cas sur l’A13, au niveau de Criquebeuf, saturé.
  • La promesse de créations d’emplois est démentie par la Direction de l'équipement qui a démontré que sur l'A28, Abbeville Rouen, mais aussi Rouen Alençon, il n'y avait pas eu de créations nettes d'emplois, mais un effet de relocalisation, où les entreprises ont quitté des zones d’activité pour se déplacer vers les échangeurs, parfois à seulement quelques km, abandonnant des friches industrielles. Qu’en dit Françoise Guillotin,, vice-présidente de la CREA, défendant le projet : « Effectivement, l'infrastructure en elle-même n'est pas l'outil qui va permettre de développer des emplois. Mais c'est un outil nécessaire au territoire pour permettre aux entreprises d'avoir aussi des facilités d'accès à leurs entreprises pour pouvoir justement permettre les embauches nécessaires à la vie du territoire » ;
  • L’autoroute serait une frontière économique qui couperait l’Eure et la CASE de la métropole rouennaise ;
  • Le refus des populations s’est manifesté tout au long de la concertation, parfois bruyamment. En face, une poignée de personnes, établissements consulaires, Medef, et logisticiens qui prennent la parole, parfois plusieurs fois, face à des centaines d’habitants qui refusent cette autoroute ;
  • si les grands élus de Seine-Maritime sont pour, nous disent qu’ils ont entendu tous ceux qui étaient là et qui refusent l’autoroute, mais qu’ils ont entendu aussi les absents, plus nombreux, qui n’ont pas parlé, mais qui, selon eux, seraient pour. Compteront-ils les voix des abstentionnistes comme leurs lors des prochaines élections ?
  • tous les maires dont les communes seraient traversées refusent aussi l’autoroute. Il reprochent à la Dréal et aux décideurs de ne pas les avoir consultés ni fait participés au processus décisionnel ;
  • Madame la Ministre, vous refusez un projet de 900 millions € pour seulement 60 km. Ce contournement Est de Rouen, c’est bien plus de 1 ,05 milliard € pour seulement 41 km. Et les études de l’Etat montrent que le trafic n’est pas là. Cette estimation est faite sans que les études d’impacts n’aient été réalisées. Le coût risquera d’être finalement bien supérieur.
Au niveau environnemental (non exhaustif) :
  • Les 290 hectares de terres arables détruites ne permettront pas de répondre à la demande croissante de produits maraîchers en circuit court ;
  • les pollutions liées à l’autoroute altéreront la qualité et les rendements des terres agricoles restantes (5 à 10%) ;
  • les 300 hectares de forêts détruites ne participeront plus à l’épuration des eaux et des pollutions atmosphériques, réduiront la biodiversité, notamment aux lisières, et n’offriront plus aux habitants la qualité de vie, le poumon et des espaces de promenade ;
  • l’étalement urbain qui sera généré, qui va à l’encontre des préconisations du SCoT, amplifiera la consommation d’espaces naturels ;
  • aucune étude d’impact sur l’eau n’a été réalisée et jointe au dossier, alors que le tracé traverse des champs de captation des eaux potables dans une zone aquifère karstique fragile et un réseau hydrographique encore largement méconnu. Les études promises en 2004, il y a 10 ans, n’ont toujours pas été communiquées ;
  • les nuisances au niveau de la pollution de l’air sont niées par les transporteurs, pour qui les camions ne polluent plus, et noyées dans la pollution globale de l’air selon la Dréal qui ne parle que d’un air normand globalement pollué ;
Ce billet est évidemment trop long, mais que peut-on répondre face à "utile et nécessaire" ou "utile et indispensable" de la part des grands élus, quand on nous refuse même 3 mn de parole ? Un tweet qui dirait "inutile et non nécessaire" ?
Le projet est creux, vide, nuisible, mortifère. Mais ils vont le faire. Alors, bougez-vous : votez !

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV