consomm’acteur

Ce tag est associé à 1 articles

Devenir consomm’acteur : mode d’emploi

Devenir consomm'acteur : mode d'emploi
Au moment de la sortie du film de Coline Serreau, Solutions locales pour un désordre global, rappelons aux consommateurs l'immense pouvoir qu'ils ont !
Par nos achats - ou nos non-achats (ce qu'on appelle le boycott...) - les consommateurs que nous sommes pouvons exercer une influence sur les multinationales. La dernière campagne internet de Greenpeace en est l'exemple frappant : quelques heures après le lancement d'une vidéo qui liait la barre chocolatée Kit Kat à la disparition des orangs-outans sur l'île de Bornéo, Neslé a annoncé mercredi dernier sa décision de ne plus s'approvisionner auprès du premier producteur indonésien d'huile de palme. « En réagissant de la sorte, Nestlé a admis qu'il utilisait, pour Kit Kat notamment, de l'huile de palme produite par des plantations ayant détruit des forêts », a déclaré Bustar Maitar, de Greenpeace.
Résistant aux tentations d'achats compulsifs dictées par la publicité, le consomm'acteur se pose trois questions avant d'acheter :
  • Quel besoin réel ai-je de ce produit ?
  • D'où vient-il et comment a-t-il été produit ?
  • Que va-t-il devenir après sa consommation ?
Ces questions sont des réponses à trois grands maux actuels : la surconsommation, la délocalisation, le problème des déchets.
En adhérant à une AMAP (Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne), par exemple, je fais vivre des producteurs locaux, qui entretiennent les paysages ruraux, et je consomme des produits de saison, qui utilisent peu de transports, plus frais et moins chers.
Pour les produits exotiques (café, thé, chocolat, riz, coton...), en achetant des produits issus du commerce équitable, je contribue au respect des conditions de travail de ceux qui les ont produits.
En réduisant fortement ma consommation de viande (de boeuf notamment), je peux me permettre d'acheter de la meilleure qualité, en étant conscient des dégâts produits par l'élevage intensif.
En évitant d'utiliser des produits jetables (lingettes, papier ménager...) et en étant vigilant au conditionnement des produits (verre ou carton, recyclables, plutôt que plastique, dérivé du pétrole et souvent non-recyclable), je contribue à la réduction des déchets.
C'est bon pour pour moi, c'est bon pour ma planète, c'est bon pour ses habitants !

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV