Accueil > écologie > éclairage nocturne : les mentalités évoluent dans l’Eure

éclairage nocturne : les mentalités évoluent dans l’Eure

Bonne surprise dans l’hebdomadaire départemental La Dépêche ce vendredi 16 avril : une pleine page y est consacrée à la pollution lumineuse. C’est un sujet dont nous débattons à Saint-Pierre du Vauvray depuis… novembre 2008 ! Lire Saint-Pierre s’engage contre la pollution lumineuse sur le blog municipal.
L’hebdomadaire eurois donne la parole à Christophe Quetel, conseiller municipal dans la commune d’Irreville et par ailleurs vice-président de l’ANPCEN (Agence Nationale Pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturne).
Le Conseil général vient de récompenser d’un label 5 étoiles les efforts de la petite commune en matière de gestion d’énergie. Fontaine-Bellanger et La Vacherie ont également été récompensées. “En effet, ce sont souvent les petites communes qui indiquent la marche à suivre.” Dans l’Eure, sur 675 communes, environ 15% observent les préceptes de l’ANPCEN : extinctions nocturnes, recours à l’éclairage passif, absence de mise en lumière du patrimoine naturel et bâti, marginalisation des lampes au mercure.
Et de pointer du doigt l’exemple catastrophique donné par Evreux, le chef-lieu du département : “Le Long-Buisson (Zone d’Activité Commerciale), c’est une véritable catastrophe. Malheureusement, on est en train de reproduire la même chose à Nétreville. Pourtant, j’avais placé énormément d’espoirs en l’arrivée de Champredon. Mais à regret, je constate que l’environnement ne fait pas partie de ses priorités.”
Le vice-président de l’Agence Nationale s’en prend également aux lobbies qui font la loi sur le marché de l’énergie, prenant l’exemple du SIEGE. Si le Syndicat d’Electricité et du Gaz de l’Eure affiche sa volonté de réduire les pollutions lumineuses, il passe dans le même temps des marchés avec des fournisseurs de matériel gloutons en énergie : “Il y a un vrai travail à faire sur le catalogue !”
Les impacts de la pollution lumineuse sont bien sûr naturels (disparition du ciel étoilé, biodiversité nocturne, qualité du sommeil), mais aussi économiques : en France, l’éclairage public représente dans le budget des communes 23% de la facture globale d’énergie et 38% de la facture d’électricité. En 10 ans, on serait passé de 71 à 91kWh/an/habitant (contre 43 kWh/an/habitant en Allemagne).
A Saint-Pierre du Vauvray, une étude avait été commandée en 2008 par M. Bourlet, qui montrait que 1500€ pouvaient être économisés en coupant l’éclairage de 1:00 à 4:00 du matin ; 2400€ pour une coupure de 0:00 à 5:00 ; 3300€ pour une coupure de 23:00 à 6:00.
En ces temps de crise, n’aurions-nous pas de quoi employer utilement ces sommes ?
Merci à l’hebdomadaire La Dépêche pour ces données très utiles ;-)
Laetitia Sanchez

Si vous voulez entamer une discussion, vous serez le (la) premier(e) à donner votre avis...

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV