parc nucléaire français

Ce tag est associé à 1 articles

La menace terroriste pèse sur les installations nucléaires

risque-nucleaire
Les attentats de Bruxelles ont révélé une menace qui a longtemps été sous-estimée : les jihadistes sont soupçonnés de préparer un attentat et peut-être d'avoir déjà commis un attentat contre les installations nucléaires... belges.
Des risques redoutés, ou qui se sont déjà produits ? Sabotages d'installations nucléaires, bombes dites "sales" (y a-t-il des bombes propres ?), détournements de convois de matières radioactives...
En août 2014, un sabotage a eu lieu dans la centrale de Doel en Belgique : 65 000 litres d'huile ont été purgés.
C'est l'huile qui lubrifiait la turbine à vapeur du réacteur.
Les caméras de surveillance ont été détournées pendant l'opération de sabotage, prouvant que ce n'était ni un acte impulsif, ni l’œuvre d’une seule personne. Puis la valve repositionnée dans sa position d'origine.
Fort heureusement, le réacteur s'est mis à l'arrêt, évitant l'accident dans la zone la plus peuplée de Belgique, à quelques encablures d'Anvers, second port européen. Après des dégâts importants, et 30 M€ de travaux plus tard, le réacteur a redémarré.
Les 2 centrales belges en exploitation, à Doel et Tihange, ainsi que la centrale expérimentale de Mol sont habituellement protégées par une société privée de sécurité.
Depuis les attentats de Paris, 140 militaires ont été déployés sur ces 3 sites, en plus des agents de sécurité.
Depuis cet acte de sabotage, 30 personnes qui étaient présentes sur la centrale ont été interdites d'accès au site. Mais l'affaire n'est toujours pas élucidée, ou tout au moins cela n'a pas été révélé au public.
Si certains évoquent l'hypothèse de l'action discrète d'un État, les soupçons se tournent vers la piste terroriste.
Au lendemain du sabotage, la direction d'Electrabel imposait le contrôle des quatre yeux, chaque personne circulant dans les zones sensible étant accompagné par un autre travailleur pour une surveillance mutuelle.
Au lendemain de ce sabotage, des drones ont commencé à survoler les centrales françaises. Il n'ont pu être ni interceptés, ni identifiés.
Parler de risque terroriste sur les deux centrales nucléaires belges sans évoquer le risque pour les 19 centrales françaises est pour le moins optimiste.
Les centrales sont protégées par 30 à 40 gendarmes par centrale, ce qui représente 4 ou 5 gendarmes seulement présents sur les sites... quand ils ne sont pas appelés en renfort ailleurs.
Tout cela dans un contexte préoccupant pour le parc français. Une note interne d'EDF indique que les bilans des groupes diésels de secours sont quasiment tous "d'état dégradé" à "état inacceptable".
Ce sont ces diésels qui permettent l'arrêt et le refroidissement des réacteurs en cas d'urgence. La pire centrale étant celle de Paluel où tous les groupes de secours sont classés "état inacceptable".
Mais c'est tout le parc et toute la chaine industrielle qui est dans un état préoccupant, comme l'explique Pierre-Franck Chevet, directeur général de l'ASN lors de cette audition devant la commission parlementaire :
Les parlementaires ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas.
Il faut dorénavant ajouter à tous les risques et défaillances pointés par le gendarme du nucléaire la menace terroriste.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV