mensonges de l’État

Ce tag est associé à 1 articles

Les mensonges de l’État, d’EDF et d’Areva sur le nucléaire

L'enquête de Spécial Investigation (canal+) est un document implacable, à charge contre l'État, EDF et Areva.
Deux accidents nucléaires ont failli mener la France à la catastrophe, évitée par deux fois de justesse. En 1969, et en 1980, les 2 réacteurs ont dû s'arrêter en urgence parce que leurs cœurs sont entrés en fusion.
"Aucun danger, tant pour les populations environnante que pour les travailleurs de la centrale", affirme EDF à l'époque.
Ces deux accidents majeurs ont été classés par l'autorité de sureté nucléaire de l'époque comme incidents divers sans conséquences après vérifications.
Pas de conséquences, ces 5 années passées à écouler le plutonium fondu dans la Loire ? Les fleuves ne servent donc pas qu'à refroidir ces énormes chaudières, mais aussi à écouler le plutonium usé, en toute illégalité.
Le document que vous allez voir est d'autant plus accablant que le PDG d'EDF d'alors, Marcel Boîteux, qui a dirigé EDF de 1967 à 1987 avoue face caméra. Les aveux d'Areva ne sont pas moins inquiétants.
Non seulement ces grands satrape jouent avec le feu, mais ils jouent aussi avec les mots, préférant parler de "relâchement (*)" plutôt que de "fuite" de radionucléides, en affirmant ensuite que les déchets sont recyclables, si l'on dispose de la technologie qui permettra peut-être de le faire au siècle prochain, et enfin en renommant "stockage de déchets" en "entreposage" (de longue durée, sinon définitif).
Ils mentent, mais ils le font pour notre" bien". Comme dit Marcel Boîteux, après une comparaison entre accidents nucléaires et accidents de voitures : "En cas d'accident, il se passe quelquefois des choses qui sont illégales quand on est conscients." Il ajoute l'avoir fait avec l'accord des pouvoirs publics, et nous dit qu'ils ont caché ces informations pour ne pas voir s'enfuir tout une population affolée avec tous les accidents de voiture et tout ce qui va avec.
A vous de voir si un (des) accident(s) nucléaire est comparable à un (ou des) accident(s) de voitures ?
"Il faut être responsables dans ces cas là", dit l'ex-PDG d'EDF, avant de confier qu'il ne savait pas où mettre ce plutonium (hormis dans la Loire, illégalement et en secret), et qu'ils ne l'ont pas fait pour le plaisir...
D'autres mensonges sont révélés au public, sur la quantité de déchets nucléaires, ou sur le prix du nucléaire. Comme nous le constatons aujourd'hui, c'est un système en quasi faillite et dont le coût ne cesse de croître, de croître, comme croît l'amoncellement de déchets mortels, qui seront radioactifs durant des milliards d'années.
L'uranium issu de la fission, 95% des déchets, sont considérés comme matières "recyclables", et seulement 1% des déchets - le plutonium - peut être recyclé en partie, dans le MOX (inintéressant économiquement), ou dans les bombes atomiques.
Face à ces mensonges assénés "pour ne pas affoler les populations environnantes", pouvez-vous continuer de croire les propos de ces bonimenteurs ?

Un reportage civique, pédagogique, et totalement effrayant !
(*) relâchement, une définition Larousse : "Ralentissement ou négligence dans l'accomplissement d'une action, l'exercice d'une activité".

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV