Accueil > écologie > La violette et le 35 tonnes : le futur contournement de Romilly-sur-Andelle est déclaré d’utilité publique et piétine une zone classée Natura 2000

La violette et le 35 tonnes : le futur contournement de Romilly-sur-Andelle est déclaré d’utilité publique et piétine une zone classée Natura 2000

Sur le site présentant la commune de Romilly-sur-Andelle, on peut lire que “Romilly sur Andelle offre un site touristique agréable, encaissée dans la Vallée de l’Andelle, dont les principaux atouts sont la Colline des 2 Amants, les bois, la rivière Andelle, et les contreforts de la forêt de Lyons la forêt. (…) Ce site est protégé, les Violettes de Rouen en parsèment les pentes.”
La Violette de rouen (Viola hispida), comme la Biscutelle de neustrie (Biscutella neustriaca), est une espèce en voie d’extinction, protégée par la loi française depuis 1992 comme “espèce vegétale d’intérêt communautaire prioritaire nécessitant une protection stricte”. Elle n’est présente aujourd’hui (à l’échelle mondiale) que dans trois communes de la région rouennaise, sur les terrains crayeux du val de Seine, et en 2006 il en subsistait moins de 2000 pieds.
Depuis 1992 et le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, un réseau européen appelé “Natura 2000” a été mis en place pour assurer la conservation des habitats naturels de la faune et de la flore sauvages (directive habitat, faune, flore). La France a ratifié cette directive européenne en 1996.
En haute-Normandie, c’est le Conservatoire des Sites Naturels qui gère la quasi totalité des populations sauvages de Violette de Rouen.
Le projet d’itinéraire de délestage
Depuis 1990, des réunions de concertation entre le département et les communes de Romilly sur Andelle, Pont-saint-Pierre et Douville sur Andelle sont menées afin de rendre les échanges routiers plus fluides. L’objectif du projet est de permettre un contournement du centre des communes précitées.
Concrètement, il consiste à la création d’une route qui bifurque de la RD 321 entre les communes de Pitres et de Romilly sur Andelle, traverse la vallée de l’Andelle jusqu’à la RD 19 puis longe le coteau calcaire en remontant vers Pont-Saint-Pierre et Douville sur Andelle pour rejoindre le tracé de la RD 321.
Le maire de Vandrimare (commune voisine) et conseiller général Jacques Poletti soutient ce projet de réaménagement.
Pourtant, ce projet est particulièrement destructeur pour l’environnement et a reçu les avis défavorables des autorités publiques (DREAL -Direction Régionale de l’Environnement-, DDAF – Direction de l’Eau et des Forêts).
Ces positions clairement défavorables s’expliquent par le fait que :
  • le projet de route traverse le lit majeur de l’Andelle comprenant des prairies pâturées (zones humides) et le lit mineur de l’Andelle
  • le projet longe le coteau calcaire, qui est un site Natura 2000 où ont été répertoriées plusieurs espèces protégées (violette de Rouen, biscutelle de Neustrie, lézard des murailles, grenouille verte…), dont certaines ont un caractère emblématique, étant strictement endémiques
  • le projet impacte plusieurs périmètres rapprochés de captage pour l’alimentation en eau potable
Ainsi il provoquera une artificialisation du lit mineur des berges de l’Andelle, un déclassement de la qualité de l’eau incompatible avec la Directive-cadre sur l’eau, augmentera la vulnérabilité des captages d’eau potable, dégradera les habitats et les espèces du site Natura 2000….
Par ailleurs, le dossier préalable à la déclaration d’utilité publique soumis aux autorités a été considéré comme manifestement insuffisant (pas de référence au site inscrit des falaises d’Andelle et Seine, pas d’inventaire des zones humides, pas d’inventaire de certaines espèces protégées, pas d’évaluation des impacts des polluants générés par le trafic routier sur la qualité de l’eau, etc.).
Malgré les tentatives de compléments, le dossier a reçu un avis défavorable en 2006, 2007 et enfin en 2009.
Extrait de l’étude d’impact, valant rapport d’évaluation environnementale, en date du 5 août 2010 : “Compte tenu de la richesse des milieux naturels dans le secteur en cause (reconnue par le maître d’ouvrage), il aurait été nécessaire de présenter dans le dossier une analyse détaillée de la structure et des fonctionnalités de la structure et des fonctionnalités des milieux naturels en recherchant systématiquement les éléments pouvant influer sur la répartition et le développement de certaines espèces : corridors, obstacles, fragmentation de l’habitat, zones tampons, etc., ce qui est indispensable pour l’appréciation des impacts, de leur réduction et de leur compensation. Par exemple le maître d’ouvrage a décidé de réaliser des crapauducs pour permettre le passage des amphibiens, espèces protégées, sous la route. Cette mesure serait pertinente dans son principe mais on ignore si sa mise en oeuvre est fondée sur une observation objective d’un couloir de migration opérée au moment opportun (mars ou avril).” Mais peut-être cette observation a-t-elle été menée au printemps 2011 ?
Ce dossier est soumis à la surveillance attentive de l’association de protection de la nature et de l’environnement (APNE) du canton de Fleury sur Andelle et son vice Président M. Alain Bourdon.
Cette attention a été soulignée à plusieurs reprises dans le projet « compte tenu du risque important de recours, les associations de protection de l’environnement suivent avec attention l’état d’avancement de ce dossier) », « ce dossier est d’autant plus indispensable que l’association Haute-Normandie Nature Environnement souhaite remettre en cause le projet par la voie d’une saisine de la commission européenne.»
Source : Les Hérissantes, N°19 – Janvier 2010 – Bulletin de liaison des associations membres de Haute-Normandie Nature Environnement
Le 19 octobre 2011, Fabienne Buccio, Préfète de l’Eure, publie un arrêté portant déclaration d’utilité publique du projet (paru au journal officiel le 17 novembre)
Cet arrêté considère l’intérêt que représente le projet concernant l’amélioration du trafic routier et le développement économique de la Vallée de l’Andelle.
Il est vrai que la situation économique de la vallée de l’Andelle est réellement préoccupante, avec les suppressions d’emplois massives chez l’équipementier automobile Sealinx à Charleval (ex-Metzeler), chez Holophane aux Andelys, Tyco à Val-de-Reuil, Bosch aux Damps, Henkel à Louviers, et la fermeture programmée du site de M-Real à Alizay. Tout cela entraîne de lourdes difficultés sociales pour les familles, et des difficultés économiques pour les commerçants, les artisans, les communes.
Nous sommes conscients qu’un plan de réindustrialisation est nécessaire dans cette partie de la région. Démonstration a été faite qu’une conversion écologique était possible avec le projet porté par les salariés de M-Real, proposant une mutation écologique du site industriel : création d’un pôle biomasse pour l’Axe Seine et mise en place d’une filière de fabrication de papier recyclé. Des alternatives viables sont possibles.
L’itinéraire de délestage : un alibi pour réaliser la liaison A28-A13
Pourquoi les écologistes s’opposent-ils aux projets de contournements routiers ? (texte inspiré de la motion sur le Grand Contournement Ouest de Strasbourg, votée à l’unanimitié du Conseil Fédéral d’Europe Ecologie Les Verts, le 20 novembre 2011)
L’accessibilité routière aux grandes agglomérations est un problème récurrent qui ne connaît en France qu’une typologie de réponses : les contournements, périphériques et autres rocades. Cette solution est appliquée systématiquement depuis des années sans réduire ni la congestion du trafic aux abords des métropoles, ni les temps de transport ville-périphérie.
En faisant l’économie d’une réflexion politique globale sur les modalités et les besoins réels en matière de transport, chacun de ces projets contribue à grever un peu plus les finances publiques et à concentrer nuisances sonores et pollution sur les populations vivant en banlieue, aux abords des axes routiers.
Tous les indicateurs le soulignent, la croissance indéfinie du transport routier est dommageable et à terme impossible. C’est un non sens économique et écologique.
Dommageable pour les nuisances graves qu’il implique : bruit, pollutions, risques, dégradation du cadre de vie, consommations d’espaces agricoles, naturels et d’énergie avec leur corollaire : aggravation de l’effet de serre et impact sur le dérèglement climatique.
Cela induit une fragmentation de secteurs naturels et agricoles et entraîne la destruction d’habitats de nombreuses espèces protégées, hypothéquant gravement la survie et le maintien de certaines d’entre elles actuellement en voie d’extinction.
Des solutions mixtes (transports collectifs et routiers) permettraient de répondre à tous les objectifs de désengorgement, d’amélioration des déplacements et de lutte contre les embouteillages, avec un impact environnemental moindre.
Considérant que ces projets de contournement ont un impact écologique très négatif sur les territoires agricoles, les paysages et la biodiversité,
Considérant que ces projets sont emblématiques des trahisons du Grenelle de l’environnement, en utilisant des arguments fallacieux pour imposer de nouvelles constructions routières.
Considérant que ce projet est un symbole de la politique du tout voiture, et de l’incapacité à réfléchir à de réelles politiques alternatives.
Considérant qu’il existe des alternatives alliant transports collectifs et optimisation du réseau routier.
Nous demandons l’abandon de ces projets routiers.
Des constats justes, mais de mauvaises réponses
Selon le rapport d’évaluation environnementale du 5 août 2010, l’enquête du trafic routier origine/destination établit qu’environ un tiers du trafic actuel sur la RD321 correspond à du trafic de transit. Le trafic d’échanges représente près des deux tiers des mouvements observés. Néanmoins, l’étude ne permet pas de quantifier les changes entre le secteur de la RD19, où étaient présentes les entreprises aux plus forts effectifs et l’extérieur. “Ainsi il est impossible de projeter la part d’échanges Poids Lourds qui demeurerait sur la section de la RD321 contournée, alors que cette donnée est cruciale en vue de la requalification des centre-bourgs.”
Le rapport pointe l’insuffisance de l’étude de trafic, qui “n’est pas assez poussée pour appréhender pleinement les impacts du projet.”
A l’échelle locale, la connaissance des destinations précises du trafic d’échanges Poids Lourds devrait permettre d’évaluer l’impact réel du projet au coeur de Romilly et de Pont Saint Pierre. Or le dossier évalue insuffisamment ces trafics.
Et à l’échelle des flux de transit et d’échanges, l’ensemble des notes de calcul figurant dans le dossier est basé sur une hypothèse de croissance globale de trafic de 2,5% par an entre 2005 et 2020 puis de 1,25% entre 2020 et 2030. Ce postulat n’est absolument pas étayé et est même contredit par des comptages plus récents. A titre d’exemple, le trafic en entrée ouest de Romilly a connu une stabilité entre 2005 et 2008. Par comparaison, l’Etat, dans ses modèles de trafics, utilise des hypothèses plus basses (en linéaire jusqu’en 2025, +2,1% par an pour les trajets de plus de 20km et 1,25% pour les trajets de moins de 20km, la moitié après 2025).
En outre, il n’est pas du tout fait mention de l’impact du projet sur de l’induction de trafic (nouveaux trafics en raison de l’amélioration de l’infrastructure) ou du report de trafic (trafic utilisant actuellement d’autres voies mais qui passerait alors par la nouvelle infrastrucutre). Un exemple proche et flagrant en est l’augmentation considérable des véhicules utilisant la sortie de Criquebeuf sur l’autoroute A13, depuis la mise en service du nouveau contournement routier de Pont de l’Arche l’année dernière.
Un deuxième point flou concerne l’anticipation d’éventuels “besoins futurs”. Toujours selon l’avis de l’autorité environnementale, “l’étude d’impact précise à plusieurs reprises (…) que “étant donné que les besoins futurs risquent de s’accroître, les nuisances iront en s’aggravant si aucun aménagement n’est réalisé.” Mais il n’est pas précisé, ajoute le rapport, pourquoi les besoins futurs de circulation sur la RD 231 vont s’accroître, sauf à anticiper la réalisation (pour le moins incertaine) de projets futurs dans la vallée de l’Andelle.” Faire un projet routier pour ramener l’industrie, au moment où les industries ralentissent voire arrêtent leur activité, n’est-ce pas fuir les vraies questions et les responsabilités, et mettre en quelque sorte la charrue avant les boeufs ?
Un dernier point concerne l’augmentation de la pollution atmosphérique qu’entraînerait le projet. “En terme d’émission de polluants, le bilan serait nettement défavorable en raison de l’augmentation des vitesses moyennes et donc des consommations énergétiques. Il est indiqué en page G279 que le projet induirait un surcoût énergétique d’environ 16%, ce qui apparaîtrait difficilement acceptable au regard de l’esprit de la loi n°2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en oeuvre du Grenelle de l’Environnement.”
L’étude précise que les effets des polluants seraient nettement diminués du fait de la diminution sensible de la population exposée. Cela est certes exact pour les pollutions locales (NOx, particules fines, etc.), mais ne pondère en rien le bilan défavorable des émissions de gaz à effet de serre.
En outre, sur le plan de la protection des espèces endémiques en voie d’extinction, l’étude d’impact prévoit la mise en place d’un suivi en continu de la qualité de l’air, et des mesures en cas de dépassement de seuils pour dévier le trafic et protéger les espèces. Toujours selon l’avis de l’autorité environnementale, “ces dispositions ne paraissent pas réalistes et opérationnelles.”
En raison de la pollution atmosphérique générée, la circulation prévue de 4108 véhicules par jour dont 418 poids lourds sur la RD 19 ne serait pas sans impact notable sur la conservation de la violette de Rouen située juste en surplomb de la RD.
En conclusion, le rapport d’évaluation environnementale souligne que ce projet de déviation routière ne prend que très imparfaitement en considération les enjeux exceptionnels du site sur le plan environnemental : paysage renommé de la côte des deux amants, haut lieu de la biodiversité, forts enjeux dans le domaine de l’eau et des milieux aquatiques.
“La réalisation du projet porterait atteinte de façon notable aux chances de survie de la violette de Rouen, espèce endémique uniquement présente sur trois communes de la vallée de Seine, faisant actuellement l’objet de coûteuses tentatives de sauvetage dans le cadre du programme européen Life.”
Compte tenu des enjeux concernant le patrimoine naturel et la sécurité, c’est la nature même du projet étudié et de ses impacts – dont certains ne peuvent pas ou très faiblement être efficacement réduits ou compensés dans plusieurs domaines – qui en rend sa réalisation très difficilement compatible avec l’environnement.
Au cas où le projet routier serait poursuivi, un dossier de demande de dérogation à l’interdiction de destruction des espèces protégées devrait être déposé avant le début des travaux en application des articles L 411-1 et suivants du code de l’environnement.
Des recours sont en cours, de la part des associations environnementales, par la voie d’une saisine de la commission européenne.
Europe Ecologie Les Verts adressera aussi un recours auprès de l’autorité supérieure de la ministre de l’Écologie, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET.
Lire : l’étude d’impact valant rapport d’évaluation environnementale, par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de Haute-Normandie.

Laetitia Sanchez

déjà 8 commentaires pour cet article

  1. Nov 2011
    28
    21 h 14

    Pour info, le Conseil Municipal de Romilly a voté ce mercredi 16 novembre un recours gracieux et un recours contentieux contre la décision de la Préfète.
    En effet, les résultats de l’enquête publique ont indiqué que la majorité des romillois ne veulent pas de cette route, et que le projet a été monté avec des manques évidents.
    De plus, nous sommes révoltés par la décision ultime de la Préfète, qui est un déni grave de la démocratie et du droit de parole des citoyens.

    Dans votre texte, je lis:

    “Depuis 1990, des réunions de concertation entre le département et les communes de Romilly sur Andelle, Pont-saint-Pierre et Douville sur Andelle sont menées afin de rendre les échanges routiers plus fluides. L’objectif du projet est de permettre un contournement du centre des communes précitées.”

    En fait, il n’y a pas eu de réelle concertation avec les communes. Le projet nous a été présenté après coup, mais il n’a pas été élaboré conjointement. D’ailleurs, la commune de Romilly n’a jamais été favorable à cet itinéraire.

    “Le maire de Vandrimare (commune voisine) et conseiller général Jacques Poletti soutient ce projet de réaménagement.”

    C’est même bien plus que ça. C’est lui qui a repris l’ancienne proposition de Mr Collard, son prédécesseur, et qui a tout mis en oeuvre pour la faire aboutir, à l’encontre de la commune de Romilly et des associations environnementales locales.

    une habitante de la vallée

  2. Nov 2011
    29
    18 h 34

    Bonsoir,
    Petite rectification.Monsieur COLLARD ancien Maire de Lyons la Forêt, donc(Canton de Lyons) et non Canton de Fleury sur Andelle.

    Le prédécesseur de Monsieur Jacques POLETTI était Monieur Dr. Jean-Claude REMY Maire de Fleury sur Andelle Conseiller général (1983-1989) Qui lui-même est n’est pas pavorable au projet proposé.

    Avant Monsiuer le Dr. REMY, il y a eu Monsieur MAUGE (1976 à 1982),
    et Monsieur Maurice FLEURIEL ancien Maire de Romilly sur Andelle (1958 à 1976)

    ROBERT

  3. Nov 2011
    29
    18 h 36

    Bonjour, je suis tout à fait d’accord avec cet article.
    Depuis de nombreuses années, étant riverain, je constate un accroisement inexorable du trafic poids lourds sur l’axe Paris-Rouen-Le Havre (ex RN14-D6014 – D20 – via Ecouis puis vallée d’Andelle dans les deux sens) Je suis scandalisé par la décision de Mme. La Préfète BUCCIO avant son départ. J’ai du saisir en référé le Tribunal Administrafif de Rouen pour faire évaluer les dommages éventuels causés à ma maison d’habitation pour cause de mauvais entretien de la route. Comment pouvons-nous faire confiance à ce Conseil Général qui crois créer des emplois avec des routes et qui nous trompe avec des arguments sans valeur et infondés ?
    Et pour les éoliennes, de qui se moque-t-on ? voir le site : http://lesthiloisencolere.vefblog.net/
    Combattons cette décision lamentable soutenue par le Conseil Général qui ne règle en rien la question du trafic routier inter-régional. Bien cordialement.

    LEVESQUE

  4. Nov 2011
    30
    20 h 59

    Bonsoir,
    Je signale que tout citoyen peut attaquer la décision de Mme. la Préfète BUCCIO en date du 19 Octobre 2011 (arrêté préfectoral D1/DB1/11/527) par simple courier recommandé adressé au Greffe du Tribunal Administratif de Rouen jusqu’au 19 décembre 2011. Il n’est pas nécessaire d’avoir recours à un avocat dans ce cas et cela ne coûte rien (hors frais postaux). Evidemment, il faut argumenter et apporter le maximum de preuves tangibles. Tout citoyen peut également se présenter devant le juge administraartifdéfendre

    LEVESQUE

  5. Nov 2011
    30
    21 h 05

    ===> suite du commentaire précédent parti trop vite …. (avec mes excuses)

    Tout citoyen peut également se présenter devant le juge administratif à l’audience et défendre ses arguments sans que, dans ce cas, un avocat lui soit nécessaire.
    Tous à vos plumes et soyez nombreux …. Bon courage.

    LEVESQUE

  6. Déc 2011
    8
    10 h 07

    Je représente l’Association qui s’est constituée pour s’opposer à ce projet de contournement, et qui dépose un recours gracieux cette semaine contre l’arrêté de Mme la Préfète.

    Depuis 2006, nous nous sommes félicités que :

    Les citoyens se soient sentis concernés et mobilisés par cette question
    Qu’une enquête soit lancée
    Que les services techniques et juridiques de l’Administration aient été consultés
    Qu’une commission d’enquête soit mise en place
    que les “administrés”, habitants et riverains se soient déplacés en masse pour répondre aux Commissaires enquêteurs…

    Le processus démocratique était en route…

    Tout ça pour constater que le Conseil Général n’a consulté que pour répondre à des impératifs juridiques, mais ne se soucie absolument pas du contenu et résultat de la consultation.
    En clair, quoiqu’il soit évoqué, le projet avance : on va là encore vouloir nous faire voter jusqu’à ce que oui s’en suive ?

    Que les élus ne s’étonnent alors pas du peu de considération des électeurs pour la politique.

    Le Conseil Général, après avoir constaté les avis défavorables des services de la DREAL, d’un habitant sur deux, de la Mairie de Romilly, de 7 communes voisines concernées mais non consultées, se contente de 3 engagements fumeux pour évacuer les lacunes profondes de son dossier !

    Nous sommes satisfaits de découvrir ici que ce dossier est connu, travaillé, fouillé.

    Nous étions en Assemblée Générale hier, et l’APNE était présente.

    Nous entendons mettre en oeuvre les recours administratifs et juridiques, mais bien au delà, faire constater publiquement, voire médiatiquement l’aspect choquant des méthodes de nos élus :

    Alors que les projets structurants (N6014, Contournement est etc …) nécessitent moyens et travail de fond, on engage des millions d’euros pour saboter une vallée, créer un périphérique dont on sait déjà qu’il sera inéfficace dès son achèvement.

    On va constater dans 15 ans que franchir 7 giratoires, 2 passages à niveaux, une pente à 7%, sur des routes gelées l’hiver, pour des camions qu’on ne peut pas doubler (2 X 1 voie, route de 13 m au plus large, 7 m au goulet du Catelier) ne fluidifie pas un parcours, et que les véhicules lassés des bouchons aux giratoires des usines, reprendront la RD 321.

    On va contater que les murs de soutènement vont répercuter bruits et pollution sur la commune de Romilly.

    On va constater que le passage du Catelier n’étant pas possible avec une pente de 7% et des virages, il faudra défigurer, décaisser la colline et sa forêt, pour permettre un accès aux poids lourds (ce tronçon n’est pas étudié dans le rapport !)

    On va constater que les bassins de rétention vont ruisseler de sel l’hiver et d’huiles moteur toute l’année, que l’Andelle va se polluer considérablement

    On va constater que la colline ne sera plus accessible à ses riverains

    On va constater que le village sera coincé entre deux périphériques

    Et surtout, une fois qu’on aura bétonné la vallée, accumulé les ouvrages d’art à coup de dizaines de millions, on constatera qu’il y aura toujours autant de véhicules dans Pont Saint Pierre (car les flux vont s’accroître alors qu’il ne s’agît que d’une simple voie sur la RD19), et qu’on aura simplement doublé les plaignants.

    Il est quand même incroyable qu’un tel projet autiste (aucune prise en compte des projets voisins, aucune prospective à 20 ou 30 ans) qui engage autant de conséquences environnementales et d’argent puisse voir le jour sans même que les retombées n’aient été appréciées.

    Nous allons évidemment rencontrer les élus, les partis, demander à rencontrer M le Prefet, et également la Ministre de l’Environnement.

    Merci à tous ceux qui se mobiliseront, et ceux qui souhaiteraient nous rejoindre, nous aurons besoin de monde et d’un peu de fonds pour le recours contentieux.

    si besoin : olivier.aso@wanadoo.fr

    Planque Olivier

  7. Déc 2011
    9
    10 h 15

    IL est des temps ou la mobilité doit être repensée.
    Alors que les agglomérations Créa et Case proposent une convergence sur les transports, une réponse appropriée aux demandes de mobilité. Il serait absurde de présenter un projet dépassé et ringard pour solution pérenne.

    Pour beaucoup, nous devons supprimer la gêne, voir le danger ( Fraternité) que sont les trafics de transit.
    Pour Tous, nous devons avoir une même accessibilité (Egalité)aux transports de personnes.
    Pour Chacun, nous devons préserver la biodiversité et maintenir les paysages (Liberté).
    Comme le préfet de haute Normandie oblige dès janvier 2012 les camions de transports dangereux à prendre le contournement ouest pour éviter le tunnel de la grand mare.
    Le conseil général 27 après ces promesses non tenues pourrait demander au préfet de l’Eure de prendre des arrêtés similaires pour passage sur L’A13.

    Je joins un communiqué contre le contournement est , la cohérence des propositions de EELV, permet de répondre à de nombreuses problématiques soulevées sur le contournement de Romilly.

    Une nouvelle occasion pour Europe Ecologie les Verts de réaffirmer que le Contournement Est sera inefficace et même néfaste pour répondre aux attentes des habitants de l’aire urbaine de Rouen.
    Une autre mobilité est possible avec un investissement bien inférieur.
    Le Pont Flaubert – projet largement soutenu par les élus de droite comme de gauche pendant les décennies passées – boucle le contournement de Rouen par l’ouest (A28-A29-A151-Pont Flaubert-Sud III).
    Le trafic de transit et d’échange de camions et de voitures entre le nord et le sud de l’agglomération devrait donc depuis trois ans passer par cet itinéraire.
    EELV demande que l’Etat mette en place sans délai, l’obligation d’utiliser ce contournement pour éviter le tunnel de la Grand Mare et répondre ainsi aux attentes des populations des plateaux Nord. Le contournement Est pénalisera les usagers par rapport à ce contournement Ouest puisqu’il est plus long et désormais prévu avec des péages.
    Près de deux milliards pour ce projet inutile seraient bien mieux utilisés pour satisfaire les besoins immédiats des habitants avec les propositions suivantes :
    Pour diminuer fortement la circulation depuis les plateaux vers le centre de Rouen (80% des déplacements) il faut que la Région, le Département et la CREA proposent une offre de transport en commun performante.
    Nos propositions sont :
    – le TER rapidement opérationnel sur les liaisons Gisors – Serqueux – Buchy – Darnétal – Rouen et Rouen – Val-de-Reuil – Louviers – Evreux, la création d’une desserte de la vallée de L’Andelle,
    – Une gare multimodale à Darnetal,
    – Aux principaux points d’entrée dans l’agglomération rouennaise : un anneau de parkings relais connectés aux lignes structurantes de transports en commun
    – Des navettes de car et bus cadencées sur la RN31 et la RN14 (RD6014).
    La population des plateaux Est doit retrouver la sérénité dès Boos. Nous appuyons la proposition des associations locales de dévier les trafics de la RD6014 vers la RD95 au droit de l’aéroport. En parallèle, la suppression du péage d’Incarville décongestionnera la RN15
    La déserte routière de zones d’activités comme le Mont Jarret et l’aéroport de Boos ne peuvent plus servir de justification au Contournement Est. Ces zones non desservies par le fer ou le fleuve n’ont aucun avenir. Quant à la zone d’activité Seine Sud, elle est déjà raccordée à l’A13 et au contournement Ouest par la rocade sud. De plus, la mobilité de ce secteur industriel pourrait largement être fluidifiée avec la voie existante du « chemin du halage ».
    L’OCDE a relevé les faiblesses de notre attractivité portuaire haut-normande, notamment par le manque de complémentarité des ports et le manque d’alternatives au transport routier. Le transfert de marchandises par le rail et les barges fluviales doit être amplifié… Cela permettra notamment de reporter vers ces modes moins pénalisants, le trafic céréalier et sucrier supporté aujourd’hui par la RN 31.
    Il est temps d’abandonner les fausses solutions miracles du passé où la mobilité rimait avec développement des autoroutes.
    Ensemble construisons la nouvelle mobilité, une mobilité partagée.

    Bia

  8. Juin 2012
    5
    22 h 59

    […] Lire ma position sur ce sujet le 27 novembre 2011 : La violette et le 35 tonnes […]

    Laetitia Sanchez - Ma réponse à l'association Haute Normandie Nature et Environnement

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV