Saint-Pierre, station balnéaire

Saint-Pierre, station balnéaire
Cela peut vous sembler étonnant : Saint-Pierre du Vauvray a été une grande station balnéaire. Bien sûr, elle ne ressemblait pas aux stations d’aujourd’hui. C’était l’après-guerre et les gens voulaient se défouler, après avoir été privés de loisirs durant la guerre.
On y faisait de grandes fêtes. Citons celle de la Saint-Pierre : à cette occasion, un défilé était organisé pour aller jusqu’au pont où avait lieu un concours de pêche.
Il y avait aussi la traversée de Saint-Pierre à la nage, où les participants partaient du Poisson d’Argent, en quai de Seine, pour aller jusqu’au port nautique de Portejoie.
Un concert avait lieu aux alentours de 17h et les forains animaient la fête. Le clou de la fête était le feu d’artifice, très connu dans toute la région, qui attirait une foule de visiteurs.
Puis, il y avait un bal jusqu’au matin accompagné par des accordéons.

Remontons le temps…

L’image la plus typique du Saint-Pierre touristique des années 30, c’est sans aucun doute le grand nombre de barques amarrées le long des berges de la Seine. Des hôtels louent des embarcations et la plupart des habitants en bordure d’eau possèdent eux-mêmes leur barque individuelle. Cela forme une chaine de bateaux multicolores tanguant au passage des péniches.
Certains préfèrent suivre à pieds le bord de Seine, sur l’ancien chemin de halage, pendant que les enfants courent devant.

En chemin, ils peuvent croiser des chasseurs d’images, à la recherche d’un cliché sensationnel, ou encore des peintres assis derrière leur chevalet pour peindre le pont de Saint-Pierre.
Le soir, les jeunes ont la possibilité d’aller danser chez Tardivel au bas de la côte de Paris.
Là, tandis qu’un jeune du pays tourne la manivelle d’un vieux piano mécanique, les couples valsent et les polkas, mazurkas et quadrilles se succèdent. Les danseurs fatigués s’assoient sous une tonnelle pour déguster un verre de cidre.

C’est là qu’il faut citer le rôle de la ligne de chemin de fer :
Comme le constate un conseiller municipal en 1930, Saint-Pierre devient de plus en plus une station de villégiature avec un caractère commercial et estival et non plus agricole.

Tous les dimanches, les touristes arrivent de loin.
Ils ont quitté leur grande ville par le premier train – le train des pêcheurs – pour venir… pêcher !
(nombre d’entre eux sont d’anciens cheminots qui ne payent pas le trajet.)

Dès leur sortie de gare, ils se ruent vers les rives de la Seine pour avoir un bon emplacement.
A l’heure du midi, épouses et enfants rejoignent leur mari pour un pique-nique.
Les enfants se baignent, les hommes font la sieste, les femmes discutent… et les amoureux font une balade sur la Seine.
Le soir, tous se précipitent à la gare pour reprendre le train et regagner la ville après cette pause champêtre…
Saint-Pierre a été et reste un village enjoué. La pêche et la fête sont toujours au rendez-vous.
On y compte beaucoup d’activités, autour de l’eau – avec la Seine, la réserve ornithologique, la base de plein air de Poses,… – , de l’air – avec le Club Aviation Légère l’ulm de Léry-Poses -, et les nombreux chemins de randonnées et les balades sur les boucles de la Seine.
Attardez-vous aux guinguettes sur les bords de la rivière, découvrez ou redécouvrez des sites historiques (le Château Gaillard, le moulin d’Andé,…).
Venez faire un tour à Saint-Pierre: le coup d’oeil vaut le coup de foudre !

Informations réunies et rédigées par Babette.

nono

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV