refondation de l’école

Ce tag est associé à 1 articles

Conseils d’écoles et rythmes scolaires : les parents d’élèves exclus des débats et des décisions. Ou comment transformer l’or en plomb.

La réforme des rythmes scolaires est au coeur des politiques municipales de tout le pays. L'OCDE publie aujourd'hui les résultats de l'enquête l'enquête PISA, et comme attendu, c'est mauvais. La France perd 5 places, passant 18ème sur une trentaine de pays. Une chute libre. Globalement, le système scolaire français est moyen, mais en baisse constante depuis 10 ans. Surtout, il est inéquitable : si les bons élèves s'en sortent, le pourcentage de décrocheurs ne cesse de s'accroître. L'écart se creuse donc entre bons élève et élèves en difficulté, voire en très grande difficulté sur fond de résultats en baisse globale.
Autrement dit, notre système scolaire est sur la sellette, et les rythmes des enfants vont être au cœur du débat. Peut-on enrayer la chute ?
Sur un sujet qui devrait faire consensus, les intérêts divergent souvent entre les maires, l'éducation nationale et les parents d'élèves.
Les raisons de la discorde ? Pour les premiers, les maires, c'est la question de l'argent qui compte. Devant le Congrès des Maires, Vincent Peillon a refusé la pérennité de l’aide financière de l’Etat pour le financement des «activités», mais il s'est dit d’accord pour diminuer le taux d’encadrement des enfants.
Côté éducation nationale, il faut arriver à faire passer la loi. A tout prix, coûte que coûte, malgré la bronca des maires, et désormais devant faire face à à une grogne et une grève des enseignants contre la réforme scolaire. Pris en tenaille entre les maires et les enseignants, l'éducation nationale écarte les parents, présents au coeur de la loi, mais marginalisés, voire complètement écartés des débats et des décisions.
Enfin pour les enfants et les parents d'élèves, les rythmes sont une réalité au quotidien pour chaque enfant. On constate la fatigue des enfants en fin de semaine. On la constate à l'approche des vacances, quand les petits sont à bout.
La santé et le bien-être des enfants préoccupe les parents d'élèves au premier plan. Comme la réussite scolaire qui reste l'objectif prioritaire des parents pour leurs enfants.
Mais les enfants, et leurs premiers porte-paroles - les parents d'élèves - sont explicitement écartés de la table par les maires et l'éducation nationale.
Cela a été en tous cas le cas à Saint-Pierre du Vauvray. Les décisions votées ont été annulées. Les emplois du temps ont été négociés en catimini, lors d'une réunion informelle avec la municipalité dont ont été exclus les parents. Un camouflet pour les parents d'élèves qui ont activement participé à l'élaboration de cette réforme.
En pratique, comment les deux "partenaires" ont-ils évincé les parents d'élèves ?
  1. Après une consultation de la municipalité insuffisante à laquelle les parents n'ont pas, ou très très peu, répondu, les enseignants ont envoyé un questionnaire sur les rythmes de l'école.
  2. Par retour du questionnaire, les parents ont voté à une très large majorité l'un des emplois du temps proposés par les enseignants.
  3. Cet emploi du temps est refusé par Alain Loëb et ses adjoints. Ils amendent le projet, augmentent la durée de la pause méridienne (le midi).
  4. Nous votons cet emploi du temps - pourtant amendé par la mairie - au conseil d'école, à 12 voix pour contre trois abstentions.
  5. Le maire et un de ses adjoints viennent diffuser un tract à la sortie de l'école, et tentent de haranguer la foule pour faire croire qu'enseignants et parents veulent mettre les enfants à la porte de l'école à 15h30. Et précariser le personnel, rien que ça.
  6. Le maire oppose à ce projet un nouvel emploi du temps, qui va jusqu'à réduire le nombre d'heures de classe le matin (esprit de la loi, es-tu là ?), en augmentant encore la pause méridienne.
  7. La direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Eure, constatant le blocage de la mairie, décide de réunir les directeurs des deux écoles et le maire et ses adjoints, sans les parents d'élèves. Voici le message de la DSDEN :
Le compromis a été difficile à obtenir. Les élus municipaux, lors du conseil d'école extraordinaire, ont préféré s'abstenir.
Ces derniers ont poursuivi leur réflexion. Ils ont soumis à I'IEN un emploi du temps complètement différent de celui des enseignants.
Il est à noter que le dialogue entre les deux parties était rompu.
L'IEN a entendu les arguments des uns et des autres et a proposé de les réunir (sans les parents d'élèves et avant le conseil d'école du mois de· novembre) pour renouer le dialogue et si possible obtenir un consensus.
Les élus municipaux ont entendu et accepté les demandes des enseignants : au moins 3h d'enseignement le matin.
Les enseignants ont compris les contingences liées à la mise en place des nouveaux rythmes. Cette rencontre a permis d'obtenir un emploi du temps qui ne nécessite aucune dérogation.
Cet emploi du temps sera soumis au vote lors du conseil d'école. Il est à noter que la durée des cours du mercredi matin est inférieure à 3h30.
DSDEN de l'Eure (direction des services départementaux de l'éducation nationale)
Voici les horaires qui ont fait l'objet d'un "consensus" dont les parents n'ont été ni témoins ni partie :
maternelle lundi mardi mercredi jeudi vendredi
matin 8h30 - 11h30 8h30 - 11h30 8h30 - 11h30 8h30 - 11h30 8h30 - 11h30
après-midi 14h15 - 16h30 14h15 - 16h30 14h15 - 16h30 14h15 - 16h30
élémentaire lundi mardi mercredi jeudi vendredi
matin 8h30 - 11h30 8h30 - 11h30 8h30 - 11h30 8h30 - 11h30 8h30 - 11h30
après-midi 13h30 - 15h30 14h00 - 16h30 13h30 - 15h30 14h00 - 16h30
Bilan : jusqu'à maintenant, les rythmes des enfants sont surchargés, les enfants commencent la classe le lundi à 8h30 et finissent la classe le vendredi à 16h30.
L'année prochaine, ils commenceront la classe le lundi à 8h30, et ils finiront la classe... le vendredi à 16h30 ! Oui, mais avec la demi-journée du mercredi en plus. Vous avez dit un emploi du temps allégé ?
Il y a eu des questions :
Y aura-t-il de la cantine le mercredi ?
Réponse du maire : Pîtres a instauré une cantine le mercredi, cela leur coûte 30 000 €. On peut s'interroger sur le rapport avec la commune de Pîtres et le fait que la municipalité ignore combien cela coûterait en vrai à la commune de Saint-Pierre ?
Pas de cantine, donc, le mercredi, vraisemblablement une garderie pour garder les enfants de 11h30 jusqu'à 12h30. Pour les familles dont les parents travaillent le mercredi, il faudra trouver une solution pour aller chercher les enfants et les faire manger.
Y aura-t-il des transports pour les centres de loisirs ?
Pour l'instant, rien de concret. Peut-être avec le moulin d'Andé. S'il y a une convention avec le moulin d'Andé, rien encore n'a été acté pour l'an prochain.
Des activités sont-elles prévues sur le temps du midi ?
Le maire a évoqué le yoga et les arts plastiques. Il n'a pas encore "convoqué" les associations.
Il a toutefois remis en cause la méthodologie qu'enseignants et parents ont déployée au cours de l'année dernière : ces derniers avaient invité (et non "convoqué") les membres du tissu associatif pour trouver des solutions, pour chercher et déterminer ensemble ce que les uns pouvaient apporter aux autres, dans le respect mutuel des enfants et du travail.
Nous avons cherché, avant de déterminer les horaires, ce qui était possible d'organiser comme activités pour les enfants. D'abord pour les enfants, et aussi pour les intervenants, les enseignants, dans un respect des coûts, des uns et des autres.
Nous nous sommes concentrés sur les cycles et des acquis pour les enfants. Pour beaucoup, les cycles, c'était 7 semaines, avec soit un acquis, soit un petit spectacle en guise de "diplôme" et de récompense.
Nous avons cherché le contenu du temps scolaire pour adapter, le plus intelligemment possible, le temps des enfants et des encadrants.
Lors des réunions auxquelles ils ont accepté de participer, nous avons donné les documents que nous avions, expliqué, partagé nos connaissances, nous avons tenté de convaincre que l'école est un des coeurs du village, que cette réforme était utile et destinée à mieux vivre l'école, et d'assurer la réussite scolaire des petits saint-pierrois.
Nous nous sommes intéressés aux lectures des écrits de Hubert Montagner, François Testu, et aussi Claire Leconte - total respect -, dont nous avons essayé de retranscrire les reflexions, les recherches et les solutions.
Nous aurions été nuisibles à la commune, nous les parents et les enseignants, en essayant la concertation, et en cherchant les meilleures solutions, en essayant de rassembler tout le monde autour de la table, enseignants, éducation nationale, mairie, agglo, associations et bénévoles, parents...
Loin de cette concertation, donc, nous n'avons rien de concret du côté des activités. Seule affirmation, il faut qu'il n'y ait pas trop de référents pour les enfants. Le moins possible de têtes nouvelles, il y a de grandes chances qu'on s'oriente vers de la garderie. Le midi...
Pourquoi avez-vous supprimé les 3h30 du matin réclamés par les enseignants et les parents ?
La question a été posée plusieurs fois. Sans réponse. Puis le maire a dit qu'il n'avait pas pris la décision seul. Il s'est tourné vers Juliette Kaaouche, sa première adjointe. Sans réponse, il s'est donc tourné vers son autre adjoint présent : c'est parce que ça leur a semblé.... équilibré.
L'objectif de cette réforme des rythmes était de dispenser les enseignements nécessitant le plus de cognitivité, de concentration, sur les temps où le enfants étaient le plus en forme. Notamment le matin, selon les chronobiologistes.
Or, la municipalité souhaitait réduire la durée du temps d'enseignement le matin, en allant jusqu'à 2h30 seulement.
Ca a été refusé par l'IEN, et les enseignants ont dit avoir sauvé les meubles en réussissant à remettre les 3 heures tous les matins. On en est à sauver les meubles...
Alors que la réunion avec les enseignants et l'IEN avait eu lieu le vendredi soir, alors que les parents élus découvraient l'emploi du temps concocté sans eux, le maire a affirmé qu'il l'avait présenté aux parents et que ceux-ci en étaient satisfaits.
Quels parents, nous sommes nous exclamés, puisque nous découvrions les horaires et que nous n'en étions pas satisfaits ? Un silence a suivi...
A part ça, le maire a tenté de justifier la rénovation de la salle des fêtes, peiné à convaincre que la cuisine servirait aux enfants dans le cadre des activités ou celui d'une cantine qui pourrait être utile parce qu'en liaison froide (les repas fournis par API sont en liaison chaude). C'est difficile à croire.
Cet emploi du temps a été voté à l'unanimité sauf une voix. J'ai d'abord voté contre, mais comme les suppléants ne votaient pas, et comme ils estimaient que le "coup était tiré" et qu'il fallait désormais sauver les meubles, je me suis donc abstenu. L"emploi du temps est voté et tout reste à faire. Il y a du boulot pour sauver ces meubles là.
Je ne peux que regretter une méthode qui exclue les parents d'élèves. Quand la politique et l'argent priment sur l'intérêt des enfants, il n'y a pas lieu de s'étonner que si les maires sont mécontents, les enseignants manifesteront à leur tour leur mécontentement par la grève. Les parents qui ont été virés des négociations n'auront plus, eux, que le choix des urnes pour s'exprimer.

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV