Accueil > contournement Est de Rouen > Contournement Est de Rouen : désolés, pas d’emplois !

Contournement Est de Rouen : désolés, pas d’emplois !

Il y a ce qu’on dit dans les réunions publiques, et il y a ce qui est écrit, bien officiellement. Sur le quel il y a déjà bien à dire. Mais sur une question sur l’emploi, la réponse est pliée : il n’y en n’a pas.
C’est en réponse à une question de madame Juliette Delahaye, qui pose la question de l’utilité publique, de l’intérêt général, pour nous et les générations futures, mais aussi des créations d’emplois, notant au passage qu’elle n’avait pas pas vu d’exemple d’emplois générés par une rocade payante.
Bien en peine pour répondre sur les intérêts particuliers face à l’intérêt général, le maître d’ouvrage nous dit : “On ne peut pas négliger les générations futures. Vous avez évoqué les emplois. Les personnes qui ont exprimé ces créations d’emplois, il aurait fallu leur poser la question. Nous n’avons pas affiché nulle part qu’on créait des emplois.”
Françoise Guillotin, vice-présidente de la CREA, nous expliquait déjà en 2014, d’une façon un peu alambiquée, que “l’infrastructure en elle-même n’était pas l’outil qui permettrait de développer des emplois, mais que c’était un outil nécessaire au territoire pour permettre aux entreprises d’avoir aussi des facilités d’accès à leurs entreprises pour pouvoir justement permettre les embauches nécessaires à notre territoire.
Avouez qu’il fallait la trouver celle-là : “permettre aux entreprises d’avoir aussi des facilités d’accès à leurs entreprises pour pouvoir justement permettre les embauches nécessaires à notre territoire.” Mais aujourd’hui, le message officiel n’est plus le même. On n’affiche nulle part de création d’emploi induit par l’infrastructure. Ceux qui le disent sont “responsables” de leur propos, c’est à eux qu’il aurait fallu poser la question. En clair, pas d’emploi, mais rien n’interdit de croire aux promesses que certains peuvent faire.
Les Direction régionales de l’Équipement Normandie et Picardie avaient évalué l’impact des zones d’activité créées autour de l’A28 :
“[…] on peut être plus circonspect quant à leur impact réel sur l’emploi : presque toutes ces entreprises étaient déjà présentes dans la région, parfois à seulement quelques kilomètres de là ; ce ne sont souvent que des re-localisations sans création significative d’emplois supplémentaires.
D’autres effets négatifs influent sur la congestion urbaine :
“Par contre, les effets négatifs sur les modes de déplacement sont peut-être importants : la limitation de la taille de ces zones (11 à 15 ha en général) rend impossible leur desserte en transports en commun, et leur accessibilité, tant pour les employés que pour les marchandises, reste exclusivement automobile ; en outre, l’absence de « centres de vie » (restauration collective, commerces, services bancaires ou autres) sur ces zones oblige souvent à se déplacer en ville pour les trouver.
Est-il utile, d’utilité publique, de dépenser plus de 1 Md€ pour une autoroute qui va saccager les paysages et les campagnes, sans montrer d’intérêt pour les usagers, et qui ne créera pas d’emploi ?
Pire : qui va congestionner encore plus l’agglomération, sans compter les zones d’activité qui iront ajouter des destructions de terres naturelles aux 516 hectares déjà détruites par l’autoroute, laissant en friches les anciennes zones d’activité.
1 milliard d’euros et pas d’emploi ! A qui profite l’autoroute ?
nono

BOURLET a déjà publié un commentaire : voulez-vous lui répondre ?

  1. Mai 2016
    24
    16 h 35

    Bonjour, les infrastructures autoroutières n’ont jamais créé d’emploi. Bien au contraire ! En créant des hubs de transport routier, on permet de reconcentrer les services pour les entreprises de logistique, ce qui bien souvent supprime des emplois.
    Les entreprises qui s’installent sur les sorties d’autoroute ne sont pas des créations, mais simplement des déplacements d’entreprises qui sont généralement situées dans un rayon d’une trentaine de kilomètre autour de l’infrastructure.
    Cerise sur le gâteau, la friche industrielle qui suit le départ de l’entreprise sera à la charge de la collectivité qui vingt ans plutôt avait investit dans la création d’une zone économique de proximité. Alors si il on parle d’avenir c’est aussi celui de notre territoire qui deviendra de plus en plus incertain en perdant son maillage économique de proximité .
    Arnaud a raison de poser la question de l’utilité publique. Car dans le cas de la création de cette infrastructure, à part quelques grands groupes de logistiques qui vont pouvoir augmenter leurs marges, et le concessionnaire qui sera toujours gagnant.
    Tous les autres, de l’individu aux collectivités, de l’enfant au senior, tout le monde y perdra .

    BOURLET

Poster un commentaire

(obligatoire)

(obligatoire, ne sera pas publié)

(facultatif)

Suivez nous

suivez-moi sur facebooksuivez-moi sur twitterabonnez-vous en RSS
Europe écologie les verts - EELV